AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chassé croisé [PV Lucia Dreram]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lenhar Embral'Denh
Ombre des Ombres
avatar


Nombre de messages : 370
Age : 27 ans
Clan : Ombre- Résistant
Fonction : Capitaine des Fantassins
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Chassé croisé [PV Lucia Dreram]   Ven 5 Mar 2010 - 20:38

Treizième semaine
Septième jour
Nuit



    Ce matin-là, l’air était frais, et le soleil, plus présent, témoin que les belles saisons revenaient. Lenhar alla ouvrir les hautes fenêtres de ses appartements personnels, dans l’aile du château réservée aux Capitaines, afin de respirer sur le balcon. A l’est, le soleil brillant se levait paresseusement, et à l’ouest se découpaient fièrement les montagnes infernales. Il m’étira longuement et commença quelques exercices d’assouplissement. Un discret coup se fit entendre à la porte. Un jeune page l’invitait à descendre à la salle du matin pour une collation, pendant qu’un autre s’affairait à changer ses draps défaits. Il les regarda d’un air las. L’idée d’être un personnage important ne signifiait pas, à ses yeux, que des gens devaient le servir. Mais après quelques sermons de diverses nobles, il avait fini par taire ses idéaux trop radicaux. Le capitaine soupira, ébouriffa la tête du plus jeune page qui rougit légèrement, et se rendit dans les cuisines dénicher de quoi manger. Quelques uns de ses sous-officiers lui firent quelques rapports sans grande importance quand ils le croisèrent, et d’autres se contentaient d’un salut respectueux. Arrivé aux cuisines, il prit un bol rempli d’une infusion aux herbes variées et aux propriétés vivifiantes, ainsi qu’une grande tranche de pain blanc généreusement tartiné de beurre et de confiture de groseilles. Il se rendit à la salle du matin et, la voyant vide de tout occupant, décida d’aller petit-déjeuner dans ses appartements.

    Les jeunes pages étaient déjà partis, le lit était propre, et la chambre nettoyée sommairement -il faut dire qu'il n'était pas désordonné. Il s’assit sur un siège moelleux devant la cheminée encore emplie de braises chaudes, et posa son bol et son pain sur la table. L'ombre s’apprêtait à boire avec contentement son infusion quand un parchemin posé à son attention sur la table attira son regard. Il posa son bol et décacheta précautionneusement le précieux vélin. Le papier était en effet d’une grande qualité. Il n’était pas habitué à recevoir du courrier, surtout quand celui-ci avait tous les aspects d’une missive. La plupart du temps, les missions étaient affichées dans la salle des gardes ; ou alors les capitaines en étaient informés à l’oral, pour les plus importantes. Lenhar déplia le parchemin, et voici ce qu'il lut :



    Destinataire : Capitaine des Fantassins, Lenhar Embral’Denh

    Mission de rang A

    Vous êtes invité à effectuer la mission suivante : un homme, du nom de Code « Plume Noire », a été aperçu à la frontière de notre royaume, à l’orée des plaines de Fazor. Accordé aux services secrets amazones et ombres, cet homme est un criminel de rang S, responsable de nombreuses tueries parmi les peuples résistants, et est d’une grande habileté à la hache à double tranchant. En tant que capitaines des fantassins ombres, et dû à vos compétences de chasseur/rôdeur, vous avez été désigné pour trouver et éliminer ce meurtrier. Aucun délai ne vous sera accordé. Vous partirez dans l’heure, et si la mission n’a pas été effectuée avant demain, même heure, elle sera considérée comme échouée. Bonne chance à vous.




    Il leva un sourcil à la lecture de la missive, froissa le papier dans ses mains et le jeta dans les braises, attendant qu’il se consume entièrement avant de se préparer. Les missions de rang A étaient classées secrètes, et seuls les commanditaires et les exécuteurs en savaient les détails. Et ça, c’était quand l’exécuteur n’était pas évincé par la suite, pour éviter les fuites. Il fallait donc détruire ce parchemin tout de suite après la lecture. Le fantassin se leva de son siège, et alla faire ses ablutions. Il prit ensuite des vêtements propres, enfila par-dessus sa besantine et sa ceinture, se ceint de son épée Solitaire et de sa dague Pénombre, puis il attrapa ses bottes et son manteau, et il partit en claquant la porte. Il n’était pas encore huit heures.

    Il devait traverser le royaume en une journée, et prendre un cheval serait trop voyant. En arrivant à la porte du château, Lenhar rabattit sa capuche sur son visage, et il sortit en faisant un clin d’œil aux portiers, deux jeunes recrues prometteuses chez les fantassins. Ceux-ci le laissèrent passer, feignant de ne pas l’avoir vu. Il m’enfonça ensuite dans la forêt, après avoir quitté la ville par le chemin le plus court : en escaladant les murs de la cité à des endroits où ils étaient plus bas. Il connaissait très bien les bois environnants, et se mit à marcher avec plaisir parmi les animaux qui s’éveillaient et partaient en quête de nourriture. Il sortit un dossier de la grande poche cousue à même son manteau ; le dossier des dangereux criminels. Il y trouva Plume Noire dans l’intercalaire des humains, et en étudia le profil. C’était un homme très grand, atteignant deux mètres, de forte carrure et facilement influençable. Il avait probablement été mandaté par le roi afin d’effectuer de basses besognes le plus discrètement possible. Le capitaine avisa sur le report que le meurtrier avait comme signe particulier une longue sombre balafre en forme de plume sur son visage ainsi que de longs cheveux d’un blond presque blanc. Il rangea le dossier et se mit au pas de course.

    Les bois furent cléments ce jour-ci, et il ne fit pas de mauvaise rencontre. Il marcha d’un pas vif et, souvent, un rossignol sifflait devant lui, lui ouvrant le chemin, ou alors un lièvre vif passait tel un éclair de fourrure devant sa route pour se cacher dans un terrier, craignant les créatures bipèdes. Il baissa ma capuche et souffla un peu. Il était deux heures de l’après-midi, s'il se fiait à la position du soleil. Il prit sur le chemin quelques baies et racines comestibles et continua sa route tout en mâchonnant pensivement ses denrées.

    Le voyage se déroula sans encombre, et ce fut au crépuscule que Lenhar arriva à la lisière du royaume des Ombres. Il remit sa capuche et se mit en quête de traces humaines. Après environ une heure de recherches acharnées, il finit par trouver des traces fraîches, de pieds grands, à la démarche énergique mais lourde. Il supposa que c’étaient des pieds d’homme, car les Amazones, si grandes soient-elles, n’avait pas des pieds de gaillard, et conservaient une certaine finesse dans leurs membres musclés. Il en conclut donc qu'il devait être sur la piste de son criminel. Il releva le col de sa chemise afin qu’il se recouvre la partie supérieure du visage, et se mit –difficilement- à suivre la piste. En effet, bien que les traces soient fraîches et l’ennemi certainement proche, il faisait parfaitement nuit alors, et le moindre de ses bruits pouvait alerter la cible. Il ne fallait pas non plus faire la moindre étincelle magique, à moins que le rôdeur ne désire écourter sa vie. Il se fia alors à la lumière de la lune, et compta sur la chance pour ne pas être repéré.

    Il finit par distinguer une silhouette de haute stature dans un espace légèrement dégagé d’arbres, mais trop petit pour être une clairière décente. Il m’approcha le plus doucement possible et dégaina son épée. Au bruit du métal sortant de son fourreau, le grand homme sursauta et fit volte-face. Lenhar déglutit en apercevant sa hache, presque aussi haute que lui –et il n'était pas nain. L'Ombre se mit en garde en prenant son épée par les deux mains. Il allait falloir élever une défense efficace contre les coups brutaux de cette montagne humaine. L’obscurité n’arrangeait rien, mais son adversaire semblait moins à l’aise que lui dans cette obscurité.

    Ils engagèrent le combat. Ses mouvements étaient plus rapides que ce que le rôdeur avait escompté, et il peinait sous la force de ses assauts. Lenhar ne pouvait te permettre de dégainer ta dague ; Plume Noire l’aurait tranché avant qu'il ne fasse quoi que ce soit. L'Ombre subissait ses assauts et ne trouvait pas d’ouverture pour contrer. En effet, l'homme se servait du très long manche de sa hache pour le repousser à chaque fois que le capitaine se fendait pour le toucher. Lenhar essaya plusieurs bottes que son adversaire para, avec plus ou moins de difficultés. Néanmoins, après une vingtaine de minutes d’assauts acharnés, et de blessures légères des deux côtés, l'Ombre réussit par une feinte sur le côté gauche à lui enfoncer son épée jusqu'à la garde dans le côté droit de la poitrine, perforant certainement un poumon. Le grand homme hurla de rage et de douleur, et lui assena une baffe retentissante, qui projeta Lenhar vers un arbre. Mais avant d’en percuter le tronc, l'homme le coinça entre le manche de sa hache et la lame, et exerça, un sourire malsain sur les lèvres, une pression de plus en plus importante du corps fin de l'Ombre contre le tranchant de son arme. Lenhar sentit sa besantine se couper, et sa chair le brula vivement. Les yeux brouillés, il aperçut son épée encore enfoncée jusqu’à la garde dans la poitrine de Plume Noire. Il rejeta la tête en arrière, décidé à regarder son adversaire droit dans les yeux. Mince, c’était trop bête, il ne pouvait pas mourir ici, contre cet homme qu'il aurait pu aisément vaincre avec plus de lumière… Allait-il vraiment être coupé en deux ? … Il se mordit violemment les lèvres pour ne pas crier, pendant que l’autre partait d’un rire dément. Il garda son regard résolument fixé sur lui, décidant de ne pas être vaincu par le regard, à lui montrer qu’il pouvait tuer son corps, mais pas sa combativité. Lenhar tenta d’approcher sa main de la garde de sa dague…




Spoiler:
 

_________________


"Remember when I told you how my kin is different in some ways?"


Dernière édition par Lenhar Embral'Den le Sam 6 Mar 2010 - 22:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/lenhar-embr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chassé croisé [PV Lucia Dreram]   Ven 5 Mar 2010 - 23:30


Lucia Dreram

Elle tapa une seconde fois à la porte. Aucune réponse.

------
Lucia s'était levée de bonne heure pour cette entrevue. Un tournant de sa carrière beaucoup trop important pour être négligé. Le titre de garde du corps était à prendre au sérieux, celui de la reine en particulier ! Sa survie dépendant d'un unique soldat, protégeant son quotidien, voila une bien grosse responsabilité !

La jeune guerrière avait quittée ses appartements au lever du jour. Le ventre noué par le stress, elle s'était rendue à l'étable pour récupérer sa monture. Le palais royal se trouvait à l'écart de la ville.
Se frottant les yeux d'une main, Lucia peinait à se débarrasser de son manque de sommeil. Le voyage la réveillerait probablement.
Dénouant les liens de sa monture, Yann, elle sortit de l'étable. D'un geste maitrisé, elle sauta sur la selle, talonna l'étalon, et s'élança au galop dans les grandes rues de la cité.
Le bruit des sabots martelant le pavé, le cheval bondissait, atteint d'une frénésie, ne cessant d'accélérer à une vitesse remarquable. La jeune fille quitta la ville.

-------

Alors qu'elle s'apprêtait à rebrousser chemin, une femme déboula dans le couloir, jusqu'à présent désert. Elle était vêtue d'une robe de velours qu'abordaient le personnel de sa majesté.

-Mademoiselle ! La reine n'est pas dans le palais aujourd'hui ! s'écria t-elle à l'encontre de la guerrière.

Ne pouvant s'empêcher d'ouvrir la bouche, le visage perlé d'exaspération, Lucia retint sa déception.

Avisant ce geste, la femme de chambre reprit:

- Sa majesté ne regagnera pas le château avant quelques jours me semble t-il.

Jugeant les propos véridiques, Lucia remercia la servante d'un hochement de tête.
Boudeuse, elle reprit la route. Qu'allait-elle faire aujourd'hui ? La banalité de la ville était angoissante pour la jeune fille, elle qui ne se montrait joyeuse qu'en croisant le fer.

Réintégrant la cité, elle songea à la caserne. Irait-elle discuter avec Balhust ? Son ancien maitre instructeur. D'un haussement d'épaules elle prit la direction du bâtiment militaire.


- Ah ah ah ! Alors comme ça la reine est absente ? Te voila avec quelques jours de repos, ma belle !
Accoudé sur le manche d'une longue épée, le maitre d'arme fixait la jeune fille d'un sourire.

- Oui...Et peut être un légèrement trop. Je ne sais quand sa majesté reviendra..
Nourrie de déception, la jeune fille grimaçait.

Se grattant le peu de poils recouvrant son menton, on comprenait que l'instructeur était plongé dans une grande réflexion.
Il releva la tête:

-Je sais ! J'ai une petite mission pour toi si tu veux.

Retrouvant espoir, Lucia releva la tête.
Il enchaina:

- Rien de bien fastidieux...Le problème se passe en particulier du côté des Ombres. Une succession d'incidents fâcheux causé par un Humain. Ils souhaitent sa mort jusqu'à lancer un avis de recherche. Bon... Une petite somme, l'individu ne doit pas être si redoutable. Et comme je sais que l'assassinat est une chose que tu ne négliges pas...tout en discutant, il sortit quelques documents de sa besace. Le voila, Plume noir il se nomme. Tu retrouveras quelques détails le concernant là dedans.

Lui arrachant les feuilles des mains, la jeune fille débuta sa lecture, les yeux avides d'aventures.

- Vers la frontière de nos plaines ? finit-elle par lâcher. J'y serais dans la soirée...Il semble être apparue à proximité d'un petit village, j'irais m'y renseigner.

- Par contre..Je ne pense pas que tu sois la seule sur cette avis de recherche, les chasseurs de primes tombent bien bas ses temps-ci..jusqu'à aller courir pour une si petite somme. M'enfin c'est ta mission désormais, à toi de jouer, ma belle !
Lui étreignant l'avant bras, il lui adressa un sourire affectif. D'une tape amicale dans le dos, elle sortit au trot du bâtiment, rejoignant sa monture. La journée se révélait meilleur que prévue !


Un rire, un rire rauque et désagréable. Elle s'approchait furtivement d'un petit espacement d'arbres.
Lucia avait laissé son étalon à l'entrée de la forêt, prévoyant déjà l'affrontement. Elle avait commencée par une course, pour finir accroupie, déambulant dans un silence quasi total, ne laissant de marque au sol, ne provoquant aucun bruit. Réduisant à même son souffle saccadé.
Les précautions étaient venues d'elles même, une intuition surement. Elle s'approchait lentement, son arme posée sur l'épaule, prête à être déployée.

Toutes ces précautions pour rien. Elle entendit, à quelques dizaines de mètres des bruits d'acier, un affrontement puissant, marqué par des cris, masculins à première vue.
S'élançant à travers les arbres, elle vint à se tapir derrière un chêne. Deux hommes s'affrontait, l'un massif, une vrai montagnes de muscles, faisant une tête de plus que son ennemi. Il maniait, d'une incroyable aisance, une hache titanesque. Son adversaire, au premier coup d'œil, elle vint à apercevoir que c'était un Ombre. Son style de combat dénotait son expertise du combat.

Suivant l'affrontement des yeux, elle ne se permit d'intervenir, malgré avoir reconnut "Plume noir", cette véritable montagne de muscles. L'ombre se voyait écarté par de violents coups de haches, ne pouvant atteindre sa cible. Il finit pourtant par planter son épée jusqu'à la garde, dans le torse de l'humain. Celui rétorqua en l'envoyant s'écraser contre un arbre.

Avisant la situation, Lucia sortit de sa cachette, rabattant son épée à terre pour marquer un coup puissant, elle profita de l'accélération pour venir porter un coup sanglant à l'adversaire. Celui ci n'ayant le temps de réagir, il fut transpercé par l'épée. Moulinant dans la plaie d'un geste rageur, la guerrière finit par retirer sa lame du corps ainsi que la vie du colosse.

Déposant son arme à terre, elle vint prêter main forte à l'Ombre, bloqué à même l'arbre.
Remarquant la mine vexée de son allié, elle soutint son regard, les mains posés sur les hanches.

-Tu me semblais en mauvaise posture toi ! se moqua t-elle d'un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Lenhar Embral'Denh
Ombre des Ombres
avatar


Nombre de messages : 370
Age : 27 ans
Clan : Ombre- Résistant
Fonction : Capitaine des Fantassins
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: Chassé croisé [PV Lucia Dreram]   Sam 6 Mar 2010 - 22:46

    Tout était allé très vite. Alors que Lenhar sentait sa dernière heure arriver, il réussit parfaitement à empoigner sa dague. Si Plume Noir lui tranchait les chairs encore un peu, il pourrait se servir de ses spasmes pour lui lancer la dague entre les deux yeux. De la sueur s'amoncelait sur le haut de son front, et sa respiration devenait rauque. Il se concentra. Encore un peu, encore un tout petit peu et il pourrait mettre à bas son adversaire... Ses yeux se brouillaient, et il apercevait mal son adversaire dans les ténèbres.
    Soudain, tout bascula. Il lui sembla entendre un bruit, comme une démarche souple dans l'obscurité. Imperceptible, une silhouette se mouvait, presque accroupie pour approcher son centre de gravité du sol, et ainsi faire moins de bruit. Et d'un coup, la silhouette s'élança, et transperça son agresseur, d'un grand coup d'épée dans le dos, remuant la lame et frappant fort pour achever l'homme. Celui-ci émit un gargouillis profond, cracha une grande quantité de sang -et en aspergea Lenhar, d'ailleurs-, et finalement s'écrasa sur le sol, mort sans toute contre-attaque possible.
    Lenhar baissa le regard sur le grand corps à terre. Ainsi, il ne mourrait pas aujourd'hui. Il avait été sauvé. Mais d'un autre côté, une petite voix agaçante lui chuchotait qu'on lui avait ravi sa cible, que c'était lui qui devait mettre à mal son adversaire, que c'était lui qui devait rentrer victorieux. Mais alors, il fallait être vexé. Il fallait en vouloir à cet allié impromptu que personne n'attendait.

    Ce fut dans cette optique que Lenhar leva les yeux vers son mystérieux sauveur. Autant vous dire que, en levant le regard, ce furent des jambes longues et musclées, un bassin et des hanches agréables à l'œil, un buste volontaire et une mine réjouie qui accueillirent notre Ombre un peu abasourdi. Non...Il avait été sauvé par une femme? Puis, il se rectifia: il s'agissait, de toute évidence, d'une Amazone. Les Humaines n'avaient pas cet incomparable port de tête, propre à toutes les filles de Freyja. Il grogna devant la main qu'elle lui tendit, et sembla légèrement vexée, posant ses poings sur ses hanches. Oui, c'était bien une fille de la Guerrière, une fille farouche et volontaire, qui n'hésitait pas à secourir un allié dans la bataille, au risque de faire perdre son honneur à cet allié. Lenhar, pour le moment, peinait à apercevoir le visage de sa sauveuse. On peut même dire qu'il peinait tout court. Son souffle était inconstant, et sa tête lui tournait. Il leva cependant la tête vers la jeune femme qui lui tint ce propos:

    "Tu me semblais en mauvaise posture toi!"

    Typique des Amazones. Fières, orgueilleuses, et même à la limite de l'impolitesse. Le tutoyer, lui, Capitaine des Fantassins Ombres? Mais le sourire invincible qu'arborait sa sauveuse le fit battre en retraite. De toute manière, et justement parce qu'il était un Capitaine ayant failli échouer lamentablement sa mission, il était vraiment mal placé pour donner des leçons.

    "Effectivement, je devais être assez fourvoyé de penser triompher seul. Je te remercie de m'avoir secouru. Je... Je me nomme Lenhar. Capitaine des fan... Oh, et puis ça n'a pas vraiment d'importance non? On est la nuit, il doit être presque minuit, et j'ai oublié de prendre de l'alcool.

    Sa fatigue était telle qu'il avait délibérément laissé tomber l'étiquette et les convenances. La jeune fille, de par ses capacités, devait être assez haut placée. Mais...il décida de ne pas s'en soucier. Il se releva péniblement, et arracha d'un coup sec son épée bâtarde du corps de Plume Noire. Le meurtrier fut agité d'un ultime spasme, et ne bougea plus. Lenhar essuya sa lame contre le corps sans vie. Il coupa ensuite une mèche de cheveux du géant, qu'il rangea dans une petite poche de son manteau. La jeune femme, derrière, devait suivre ses faits et gestes. Elle n'avait pas répondu, et devait certainement se questionner à propos de l'alcool mentionné, et de l'étrange mascarade de Lenhar. Celui-ci, se retournant vers la jeune fille, à peine plus petite que lui -il dirait une petite dizaine de centimètres, à vue de nez-, se permit un sourire. Bon, un peu forcé le sourire. Limite une grimace. Mais il mit cela sur le compte de la douleur. Il tapota la poche où il venait de ranger les cheveux.

    "Je viens d'effectuer une mission de rang A pour mon peuple. Je devrais être rentré chez moi d'ici 24 heures, sachant que j'ai douze heures de marche. Ces cheveux attestent ma réussite. C'était un dangereux criminel....Et, heu, quant à l'alcool que j'ai mentionné tout à l'heure, ne vous méprenez surtout pas, je ne pense pas à boire après un tel évènement... C'est juste que...ce bonhomme ne m'a pas loupé, dirons-nous. Heu...

    La fatigue lui brouillait l'esprit. Il n'arrivait pas à parler d'un langage soutenu, comme il le devrait, et ne savait pas s'il devait tutoyer ou vouvoyer l'Amazone. Il ne parvenait pas à voir ses traits, et ne savait pas si elle était âgée ou pas, et s'embrouillait dans la conduite à suivre. Quoi, lui qui avait toujours été parfaitement maître de lui-même? Lui qui ne perdait jamais la face lors d'une discussion, sachant toujours où placer les mots justes, lui, Lenhar Embral'Denh, ne trouvait pas quoi dire à une personne qui venait de le sauver d'une blessure grave, ou même de la mort? Il se rendit alors compte à quel point il avait été affaibli. Le sang coulait de sa blessure. N'en pouvant plus, outrepassant les convenances par l'étendue de sa douleur, il s'écroula sur le sol et entreprit, difficilement, de se déshabiller. Il enleva son manteau, sa besantine et sa chemise. Il examina la plaie. Elle était fort vilaine. Il avait une profonde entaille qui commençait au dessus de son os iliaque gauche [i.e gros os de la hanche], et qui s'enfonçait pendant cinq centimètres en direction du nombril. Le sang coulait de plus belle.

    Il sentait la sueur perler sur son front, son torse, et ses forces arrivaient à leur terme. Il fut pris de frissons. Cela le gênait d'être ainsi vu par quelqu'un, qu'importe la personne, homme ou femme, il ne voulait montrer à personne ses instants de faiblesses. Car si un capitaine montrait sa faiblesse, comment ses hommes pouvaient-ils continuer à le suivre aveuglément? La seule qui l'avait vu faible, et qui continuait, c'était sa mère. Mais là, il se raisonna, et se dit qu'il ne pouvait pas faire autrement. Il était d'ailleurs un peu inquiet pour l'Amazone. N'allait-elle pas se sentir offensée? Non, elle avait vu sa blessure... Mais il savait les Amazones farouches envers les créatures masculines, alors il avait peur qu'elle ne se mette en colère devant son torse nu d'Ombre. Mais il se raisonna à nouveau, car il ne pouvait vraiment pas faire autrement que de se soigner dans l'urgence. Il rafla un morceau du tissu de la chemise du mort, et tenta de se faire un garrot. Il crut qu'il allait s'évanouir de douleur. Il leva les yeux vers l'Amazone, à qui il avait fait face durant toute la scène, n'osant lâcher son regard trop longtemps, bien que l'obscurité soit grande.

    "Je...suis désolé de vous demander cela aussi abruptement, mais auriez-vous de l'alcool ou des plantes médicinales afin que je puisse purger ma plaie? Je suis contrit de vous causer tant de soucis...

    Comme quoi, les vieilles habitudes ne se perdent pas, et il avait déjà retrouvé son langage...mmh, disons raffiné.

_________________


"Remember when I told you how my kin is different in some ways?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/lenhar-embr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chassé croisé [PV Lucia Dreram]   Dim 7 Mar 2010 - 11:41

Gardant cette même posture ironique, la jeune fille regarda l'Ombre se mouver difficilement ne lui apportant aucune aide. Il s'affala d'abord contre le corps pour y récupérer son épée. Il était parcourue de tremblements, ses habits tachés de sang, effectivement l'homme avait mauvaise allure.
Lucia l'avait déjà sauvé, elle n'allait pas le materner en plus, à en voir sa carrure, ce n'était pas ses premières blessure. Croisant les bras sur sa poitrine, elle attendit, regardant avec attention le manège du guerrier.

Pendant qu'il se déplaçait péniblement, l'Ombre lâchait quelques propos d'un murmure. S'adressant surement à elle, Lucia n'en entendit rien. Il se releva, puis lui adressa une grimaçae, un rictus de douleur...peut être un sourire ? La fille ne put s'empêcher de se moquer.

Puis le guerrier tomba à terre, sur le dos, les yeux mi fermés de douleur. Avisant la situation, Lucia s'approcha à grand pas. Les soins curatifs n'étaient pas son domaine, mais elle n'ignorait pas les principes de base. Arrivé à quelques pas de l'Ombre, celui-ci se mit à s'agiter, défaisant ses habits. Outrée, la guerrière recula d'un pas, fixant ses gestes. C'est défaisant sa chemise que l'homme mit à jour une énorme entaille. Rougeoyante, d'où le sang s'écoulait lentement. La jeune guerrière ne put retenir un frisson d'horreur, elle avait grandement sous estimée le cas de l'Ombre.

Voyant qu'il se pansait lui même, elle ouvrit sa besace et en sortit une petite bouteille d'alcool. S'agenouillant à ses côtés, celui-ci tourna la tête en sa direction, plongeant ses yeux dans les siens, d'un vert brillant.

-Je...suis désolé de vous demander cela aussi
abruptement, mais auriez-vous de l'alcool ou des plantes médicinales
afin que je puisse purger ma plaie? Je suis contrit de vous causer tant
de soucis...

Voyant la mine désespérée que tirait l'homme, elle émit un petit rire. Lui attrapant la main, elle lui déposa délicatement la bouteille, refermant ses doigts dessus.
A peine donnée, il échappa maladroitement la fiole. Lucia s'empressa de la ramasser, débouchant le flacon d'un geste, elle versa quelques gouttes sur son bassin, imbibant ses pansements.

Voyant qu'elle avait forcée un peu la dose, la jeune fille lâcha un petit cri, l'Ombre hurlant à côté d'elle.

-Je...Je suis vraiment désolé ! Le domaine curatif n'est pas ma spécialité.

L'Amazone se releva, demandant si ça allez suffire. L'homme se convulsionnait à côté d'elle.
Il restait une solution. Lucia porta deux doigts à sa bouche, et siffla longuement. Puis s'activa à ramasser ses affaires et celles du blessé.

Une fois le paquetage prêt, elle s'accroupit au côté de l'Ombre, plongé dans une semi inconscience. La guerrière le souleva, et le déposa, adossé contre un tronc. Elle se mit alors à lui enfiler ses vêtements.

Tout en effectuant ceci, chose qu'elle répugnait, elle lâcha:

- Je pars pour un assassinat, ça finit un maternant une Ombre...Un gradé probablement..Mais que leurs apprend t-on dans leurs écoles, fichtre ! Qu'ils évitent ce genre de mission s'ils n'en sont capables !

Engourdie par la colère, elle força quelque peu pour faire passer la chemise sur le corps du blessé.
Une fois l'ensemble de ses vêtements passés, elle le souleva et le mit sur épaule. En plus il pesait bien son poids !

Abandonner quelqu'un n'était pas dans les principes de la jeune fille.
Jusqu'à rallonger sa mission, l'entretien avec la reine également, elle ne pouvait laisser mourir un homme, encore moins un Ombre !

Se retournant, elle dégainait son épée d'un geste, alertée par des bruits dans son dos. Lucia vit arriver sa monture.
Poussant un soupir de soulagement, elle assit l'ombre sur la selle. Le cheval rumina, en voyant un étranger le monter.
La guerrière passa une main sur le museau de sa monture pour l'apaiser.
Oubliant un détail, elle s'écarta de l'étalon. Posant une main sur le pommeau de sa lame, Lucia s'approcha du corps de "Plume noir".


- L'autre t'as prit quelques cheveux, pour moi ce n'est suffisant mon gros !
Lâcha t-elle d'une voix ironique.

D'un mouvement circulaire parfait, elle abattit le tranchant de son épée sur le poignet du défunt.

- En voila une jolie preuve !

Sortant un petit bout de tissu blanc de sa besace, elle en recouvrit la main, pour la ranger dans un sac placé sur les flancs de sa monture.



Lucia leva tête, pour regarder les étoiles. Un moyen de réflexion qui s'avérait utile le plus souvent.

- Nous sommes proches d'Asela si je ne me trompe pas...Une petite ville de fermier. On y trouvera surement des soins et surtout de quoi se ravitailler, elle marqua un temps, moi qui pensais rentrer à Eralo demain de bonne heure.

Elle soupira, et jeta un oeil sur l'Ombre, il semblait proche de la non conscience. Entendait-il les paroles de la jeune fille ?
Lucia porta un regard affectif au jeune homme.

- Toi, tu me dois la vie ! En rigolant, elle partit au petit trot, sa monture suivant ses pas. Veillant à ne pas trop accélérer pour éviter de malmener l'homme, courbé sur la selle.

Ils quittèrent la petite clairière en pleine nuit, en direction d'Asela.
Revenir en haut Aller en bas
Lenhar Embral'Denh
Ombre des Ombres
avatar


Nombre de messages : 370
Age : 27 ans
Clan : Ombre- Résistant
Fonction : Capitaine des Fantassins
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: Chassé croisé [PV Lucia Dreram]   Dim 7 Mar 2010 - 12:50

[je poste la réponse à Asela]


Ici!!

_________________


"Remember when I told you how my kin is different in some ways?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/lenhar-embr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chassé croisé [PV Lucia Dreram]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chassé croisé [PV Lucia Dreram]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Chassé-croisé et potins de couloirs.
» Angie, adorable croisée caniche/terrier - ADOPTEE
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 6-