AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Insouciance et Festivités *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Insouciance et Festivités *   Jeu 15 Avr 2010 - 17:11


|Insouciance et Festivités|

Soirée du quatrième jour


Sont cordialement invités à participer à ce post :

Lliane Elwing, Alphaïde Elwing, Pasiphae Elwing (PNJ)
Toute personne susceptible d'être présente
(Lilian Tiwaël ...)

Pour lutter contre la morosité qui s'installe petit à petit sur leur royaume et pour ne plus penser aux récents évènements, les Nymphes du Palais ont décidé d'organiser un grand bal, en l'honneur de leur nouvelle Reine, Alphaïde Elwing. Banquet, musique et danse sont au rendez-vous en cette quatrième soirée de la quatorzième semaine.


_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphaïde
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 54
Age : 22 ans
Clan : Neutre
Fonction : Reine des Nymphes
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Sam 17 Avr 2010 - 13:24

L'attention était touchante. Certes, elles avaient aussi voulu se faire plaisir : danser, rire, s'amuser : tout ce qui faisait leur vie depuis toujours et qui leur manquait depuis peu. N'empêche, l'attention était touchante.
Elles étaient venues voir la reine quelque jours auparavant, lui demandant la permission d'organiser une soirée dans la Salle des Fêtes. Rompre le quotidien maussade et dissiper les angoisses qui flottaient sur le royaume, l'idée était excellente. Les joues d'Alphaïde rougirent peut-être légèrement tant la reine eut l'impression d'avoir manquer à une obligation. Absorbée par les problèmes extérieurs tant qu'intérieurs, n'avait-elle pas délaisser le charme de sa Cour ?

Devant le bref silence de leur reine, les jeunes Nymphes avaient cru que sa décision balançait. Aussi se mirent-elles toutes à vouloir la convaincre, emplissant la pièce d'un brouhaha aussi vaporeux qu'inutile : elles étaient venues la voir en petit groupe mais c'est toute la Cour qui les envoyait, elles organiseraient tout, la Reine n'aurait rien à faire si ce n'est d'ouvrir la Salle des Fêtes,...
Alphaïde les laissa parler et il fallut un certain temps à la délégation pour comprendre que le sourire qu'arborait la souveraine équivalait à une autorisation. Oh oui ! Elles ouvrirai les portes du Palais. Comme un bal ferait du bien à tout le monde, y compris elle. Oublier ses problèmes, oublier ses doutes, oublier l'avenir et le passé, même juste une nuit. Oublier...

Elle donna donc son accord, et aussitôt après avoir plongé dans une belle révérence, les Nymphes s'évaporèrent à travers le palais répandre la nouvelle. Et comme elles l'avaient dit, elles s'occupèrent de tout, de la décoration aux invitations. La salle des Fêtes fut le théâtre d'une activité intense durant quelques jours et une sorte de blocus se fit autour de la pièce : les plus jeunes du palais avait trouvé là un expédient à la monotonie et avait mis tout leur enthousiasme dans cette entreprise.


Elles firent tant et tant qu'Alphaïde put à peine poser le pied dans l'aile sud-est de son propre palais. Ce qui la fit rire.
Mais c'est une autre émotion, tout aussi forte, qui l'enlaça en début de semaine. Un matin, une toute jeune Nymphe vint lui remettre un carton plié en deux et fermé d'un fin ruban. Ses yeux pétillèrent quand elle s'éloigna dans une courbette maladroite. Amusée, la reine défit le nœud et déplia le papier. Comme elle s'y attendait, il s'agissait de son invitation pour cette réception qui agitait tant sa Cour. Tout était fixé : Salle des Fêtes du Palais, quatrième soirée de la semaine, bonne humeur obligatoire. Le ton du carton était frais. Alphaïde continua.

« Les Nymphes du Palais auront la joie de vous accueillir pour leur grand bal en l'honneur de notre reine Alphaïde. »

En l'honneur de la reine ? Un rire ému s'échappa de ses lèvres : après ses doutes, ses angoisses, après les derniers évènements, après tout ça, loin de lui faire le moindre reproche, au contraire, on lui dédiait le bal. L'attention était touchante.


Alors, le soir du quatrième jour, Alphaïde laissa questions, crainte et inquiétude dans ses appartements au pied de l'autel de la déesse Jord et se prépara joyeusement.
La musique inondait un peu plus chaque couloir, chaque pièce à mesure que l'on approchait de la Salle.
La jeune reine ferma un bref instant les yeux et respira profondément, comme pour se remplir les poumons de ces notes guillerettes si longtemps délaissées. Puis, le cœur détendu elle entra dans la pièce déjà remplie de robes que la douceur des températures avait rendu plus moussantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/alphaide-elwing-t175.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Sam 17 Avr 2010 - 16:15



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté


Avec efforts, Ellenwë, détourna ses pensées de ses embarras personnels. Elle marchait dans une allée empierrée sous les frondaisons voûtées de grands arbres, des saules, dont les branches avaient été entrelacées pour former un écran de verdure contre le soleil et les intempéries.
Elle avait pris le temps de se préparer, revêtant pour l'occasion une tenue cintrée et élégante, qui la mettait subtilement en valeur grâce à des teintes de vert qui s'emmêlaient sur sa poitrine, formant le dessin d'un arbre aux longues branches Ses lourdes boucles brunes avaient été ramenées avec plus ou moins de réussite, sur le sommet de son crâne, dévoilant son cou et ses oreilles, qu'elle avait serties de boucles bleues mais discrètes.

La jeune Nymphe déboucha depuis les jardins dans la cour pavée qui jouxtait la Salle des fêtes, elle pouvait maintenant clairement distinguer le son des carillons et des tambourins, les bruits de pas, et les ordres qui traversaient la pièce. S'appuyant sur le tronc d'un saule, Ellenwë profita d'un dernier moment de calme dans les jardins. La reine ne devait pas encore être arrivée, car on entendait encore des gens courir à travers la pièce, et s'enquérir de tel ou tel plat, qui n'était pas à sa place, ou d'un invité qui n'était pas arrivé. Les ombres de ces personnages dansaient sur les pierres devant la Nymphe qui avançait et se demandait déjà qui serait présent, qui il lui faudrait surveiller plus particulièrement, et espérait que tout se passerait bien pour la jeune Reine.
Elle en était toujours à échafauder dans son esprit des scénarios de ce qui pourrait se passer ce soir lorsqu'elle pénétra enfin dans la Salle.
La lumière lui fit plisser les yeux un instant.
Elle sourit.
Les Nymphes avaient fait du bon travail et même, semblaient heureuse de leur ouvrage. La Salle resplendissait comme aux plus beaux jours, et Ellenwë se dit que ce soir la fête serait belle et qu'elle pourrait se laisser aller.
Une Nymphe très jeune, un sourire éclatant aux lèvres s'approcha de la suivante de la Reine.

« Bienvenue à la fête de la Reine! Que désirez-vous? Nous avons ici de quoi régaler vos sens, lesquels voudriez-vous satisfaire en premier? Nos bardes sont excellents, si vous tendez l'oreille et fermez les yeux, ils vous emporterons loin des tracas ordinaires, et nos cuisiniers!! Ce qu'ils nous proposent ce soir est à tomber! Ils combleront vos papilles! Et Regardez nos danseuses! Aucune ne les égale ni ne les surpasse dans tout le continent!! »

Ellenwë ne put s'empêcher de sourire et se laissa entraîner par la bonne humeur et l'excitation de la fillette, qui courait et sautillait en tous sens, attirant son attention sur les menus détails et sur les participants de cette fête.

Fidèle à elle même et à l'enseignement qu'elle avait reçu, Ellenwë parcourait la foule du regard, enregistrant presque malgré elle les participants d'une conversation, la couleur des robes, les expressions des visages et captant parfois, presque par mégarde des bribes de conversations. Rien que du très frivole. Les Nymphes semblaient de bonne humeur ce soir.

La jeune femme se dirigea ensuite vers les cuisines, lieu sacré ou toutes les nouvelles circulaient plus rapidement que dans les chambres des courtisanes. L'effervescence qui y régnait était inhabituelle, signe qu'une grande fête se préparait. Ellenwë en fit rapidement le tour, s'adressant à quelques personnes ici ou là, plaisantant avec les cuisinières et glanant quelques informations qui lui parurent sans importance: l'une des dames aurait fait venir sa robe depuis la Citée Impériale, ce qui impressionnait fortement les plus jeunes des Nymphes qui se réchauffaient près de la cheminée.
La cuisinière en chef offrit à la jeune femme quelques gâteaux avant de la prier de sortir, car le travail de ce soir ne pouvait souffrir d'aucun retard. Ellenwë sourit, si tout le monde dans le Palais lui montrait du respect, la règle ne s'appliquait pas dans les cuisines, et cela lui faisait du bien.

Elle rejoignit la Salle des Fêtes, déjà le bruit semblait s'être intensifié et les suivantes de la Reine avait commencé à se rassembler, prenant des nouvelles les unes des autres, comme si elles ne s'étaient pas vues depuis longtemps. En prenant le temps de regarder une nouvelle fois ce qui se passait dans la pièce, Ellenwë se dirigea vers ce petit groupe, dans lequel elle fut accueillie à grands cris et parmi une volée de rires. Il ne lui fallu pas longtemps pour retrouver ses marques et ses habitudes.

A ce moment, la reine fit son entrée dans la Salle, et toutes levèrent les yeux pour capter son regard. La musique repartit de plus belle, et une dizaine de fillettes s'avancèrent pour proposer de quoi boire ou manger à la Souveraine. Ellenwë, qui avait craint de voir sa Reine mélancolique se rassura en voyant qu'elle semblait enfin détendue.
Revenir en haut Aller en bas
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Jeu 29 Avr 2010 - 20:20

Aux côtés de la reine Alphaïde, déjà bien entourée de quelques jeunes Nymphes s'étant empressées de pourvoir à n'importe quel besoin de la reine, se tenaient trois autres jeunes Nymphes, restées en arrière et qui, visiblement, tenaient un conciliabule extrêmement important et, plus encore, extrêmement mouvementé.

A bien y regarder, les trois jeunes et jolies petites filles se ressemblaient comme trois gouttes d'eau. Toutes avaient des boucles blondes, toutes les trois portaient la même robe, avec comme seule différence notable la couleur de la ceinture qui enserrait leur poitrine. Les étoffes étaient chatoyantes et brillaient à la lumière, mais les fronts plissés des enfants ne seyaient guère à la bonne humeur de la soirée. Enfin l'une d'elle, poussée d'un coup de coude vers Alphaïde par l'une de ses congénères, se décida enfin à fendre la foule qui se pressait autour de la majesté. A quelques pas de là, en arrière, suivaient les deux Nymphes restantes, qui n'osaient pas regarder de trop près leur reine, en dehors de quelques coups d'œil révérencieux et des murmures pour l'infortunée qui s'avançait, telle une condamnée sur l'échafaud.

Finalement arrivée à bon port, la foule de petites Nymphes dispersées leur office fait, la nouvelle venue s'inclina gauchement devant la reine, ses deux sœurs derrière elle. Ce ne fut, au début, qu'un vague marmonnement que put entendre Alphaïde. La petite tenta de réitérer l'effort, mais ce ne fut pas plus concluant que la première fois. Dépitée et ne sachant pas quoi faire de plus, elle tenta un regard derrière elle, mais elle ne put compter sur aucun soutien. Des murmures empressés la fit revenir à sa position initiale, face à sa souveraine. Ne désirant certainement plus être ridicule, la Nymphe tendit précipitamment devant elle ce qu'elle tenait cacher derrière son dos, bien que parfaitement visible malgré tout et ce depuis le début.

- Pour vous, ma... majesté !

Et de tendre, comme on tenait devant soit une bombe, un énorme bouquet de fleurs fraiches. Mais avant qu'Alphaïde ne puisse profiter du présent des fillettes, les deux restées en arrière se précipitèrent en piaillent vers leur sœur, s'écriant et s'exclamant à tour de rôle, le bouquet entre les trois furies :

- Mais non, tu ne devais pas dire ça, s'exclama la première.
- On s'est entrainée en plus, pleurnicha la seconde.
- Vous n'aviez qu'à le faire ! se révolta la malheureuse victime, injustement disputée par ses sœurs qui elles, n'avaient pas manqué de se sauver pour ne pas être celle qui offrirait son modeste cadeau à la reine.

Et la crise enfantine se poursuivit un petit moment encore, avant que l'une des Nymphes, soudain, ne se rende compte qu'elles se donnaient en spectacle et n'incite les deux restantes à se calmer et à recouvrer un peu de sérieux. Elles se tournèrent de concert vers la souveraine, honteuse, les yeux baissés. Mais l'une d'elle n'avait pas perdu de vue ce qu'elles venaient faire et réitéra le même geste qu'auparavant : un coude vint se loger dans les côtes de la Nymphe du milieu, qui tenait le bouquet et qui regarda tour à tour celles qui étaient à ses côtés avant qu'un éclair de compréhension ne traverse ses pupilles claires.

Souriant timidement, elle tendit une nouvelle fois la brassée de fleurs vers Alphaïde, lui laissant le temps, cette fois, de les prendre et d'en profiter, avant que n'éclate une nouvelle dispute : la petite n'avait toujours pas dit ce qu'il fallait dire !

- La jeunesse, s'exclama une Nymphe près d'Ellenwë, bien qu'un sourire venait démentir la dureté possible d'un tel commentaire à la vue du trio face à la reine.

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Dim 9 Mai 2010 - 10:24

Après plusieurs jours de marche, la forêt d'Ellendwraï avait fini par se présenter au voyageur. Un moment d'hésitation se manifesta. Devait-il aller plus loin ? Il n'avait pas le choix, car il n'avait plus rien derrière lui. Arawn resserra sa cape et avança dans les bois. Elle n'était pas de grande qualité, achetée dans un petit village, mais elle lui permettait ses vêtements qui trahissaient sa classe. Enfin son ancienne classe, car il n'était plus grand chose, étant officiellement mort. Au moins il n'était plus poursuivit et était parvenu à arriver jusqu'ici. Il avança ayant pour objectif Kalye la capitale. Il pourrait trouver refuge plus facilement dans une grande ville et en savoir plus sur sa mère là-bas. Puis plus il y aurait de lieux avec Yswllyra mieux se serait. Curieusement, alors que les Bois Sombres lui étaient inconnus, il s'y sentait bien. Sa moitié nymphe parlait et se révélait plus qu'auparavant. Il pouvait même ressentir plus fort les éléments qu'il utilisait en magie, et tout l'environnement lui paraissait familier sans l'avoir vu auparavant.

Au bout de la seconde journée de marche, il arriva enfin à Kalye, alors que le soir était tombé. La cité n'était pas bien grande, moins étendue que les villes humaines, mais les nymphes étaient aussi moins nombreuses. Toutes les bâtisses étaient construites sur le même modèle, en bois, alignées les unes à côté des autres. Cependant, ce qui devait être le palais de la reine se détachait par sa taille supérieure. Curieux, Arawn s'avança vers lui. Le palais n'était pas bien loin et il n'était plus à un pas près. Arrivant devant les portes il resta immobile en face de lui admirant la construction.

- Vous venez pour le bal, Monsieur ?

Arawn se retourna, se retrouvant en face d'une jeune nymphe en livrée, qui le regardait curieusement. Se demandait-elle s'il était humain ou non ? Le jeune homme referma sa cape. Non pas pour cacher ses habits, visiblement ses bottes avaient largement suffit à le trahir. C'était surtout le pendentif de sa mère qui pendait à son cou et qu'il n'avait pas eu le temps de cacher sous sa tunique. L'objet n'était pas sa valeur c'était certain et il ne voulait pas prendre le risque d'être pris pour un voleur. Vu la situation où il était...

- Non, je viens juste d'arriver en ville, je ne faisais que visiter. Pourriez vous m'indiquer une auberge s'il vous plaît ?
- Venez avec moi, le palais possède des chambres pour les invités, cela vous conviendra mieux.

Arawn hocha de la tête et suivit la nymphe. On disait que les nymphes accueillaient plutôt bien les visiteurs et c'était confirmé. A Yswllyra dans la même situation, la garde aurait été appelée et il aurait fini dans un cachot jusqu'à ce qu'un officier s'occupe de lui le lendemain. La nymphe l'emmena à travers les couloirs du palais, dont l'intérieur était très lumineux et très riche, plus que certaines résidences qu'il connaissait. C'était assez inattendu dans une cité en bois. La nymphe le conduit jusqu'à celle qui devait être la supérieure des serviteurs. Celle-ci le regarda de haut en bas avec curiosité également puis l'expédia vers les cuisines. Vu l'ébullition des lieux à cause du bal, elle se débarrassa de lui vite fait en l'envoyant aux cuisines. Arawn se retrouva donc seul là-bas où la chef lui mit une assiette entre les mains et l'expédia vite fait de son domaine. Il ne traina pas, sachant très bien que dans les cuisines, les chefs étaient les rois. De plus, une nymphe avec une épée à la ceinture en sortait, et il n'avait pas envie de passer un interrogatoire. Sa préoccupation était surtout de manger et dormir. Sauf que la chef l'avait sorti vers la salle du bal, donc il ne traina pas et alla très vite s'assoir dans un coin isolé, tout en gardant un pas sûr. C'était en voulant se montrer discret qu'il risquait de se faire remarquer le plus. Tout le monde était en tenue de soirée aussi se débarrassa t-il très vite de sa cape qu'il fourra sous sa chaise. Tout le monde était en tenue de soirée, aussi ne voulait-il pas trop se faire remarquer. Ses habits bien que marqués par son voyage étaient assez propre, la cape ayant pris toute la poussière. Il ne ferait donc pas trop tâche et étant dans un coin, il se faisait discret. Son attention se porta sur assiette et il fit une moue. La nourriture était différente de celle à laquelle il était habitué, beaucoup plus grasse et consistante.

*Je suppose qu'il va falloir m'y habituer* pensa t-il.

Alors qu'il mangeait il observa la salle. Un groupe de nymphe entourait une autre plus richement vêtue. Sans doute une personnalité importante du palais, peut-être même la reine. Il avait entendu dire qu'elle était jeune. L'autre fait qu'il nota et ce n'était guère inattendu était le nombre peu élevé d'hommes. Ayant finit de manger, il se redressa sur sa chaise et se rendit compte que son pendentif n'était pas caché. Il le fourra sous sa tunique et parcouru la salle de nouveau du regard, puis se leva et se dirigea vers un balcon en fond de salle. De là appuyé contre la balustrade il regarda le coeur du palais ou se dressait l'arbre de vie. Arawn resta immobile à le regarder, fasciné. Il n'avait jamais vu un arbre aussi beau et majestueux. Après ce moment de quasi-béatitude, il se reconcentra sur ce qu'il allait faire. Il était arrivé à destination, mais maintenant, il était plutôt dans le vague. Il n'avait pu fuir qu'avec les tiwaz qu'il avait sur lui. Assez pour venir jusqu'ici, mais il ne lui restait plus grand chose.

*Je verrai cela demain, je suis vivant et arrivé déjà jusqu'ici c'est un bon début*
songea t-il.

Restait à voir déjà comment cette journée allait s'achever...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Lun 10 Mai 2010 - 14:09



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté


Ellenwë avait suivit avec attention l'arrivée de la Reine, son regard vif attiré par le mouvement de foule vers elle puis par les gestes des courtisanes. Tout était analysé et mis en perspective dans son esprit. Des données lui revenaient sur les nymphes présente et leur famille.
Les trois jeunes Nymphes qui s'avancèrent vers la Reine furent ainsi placées dans le grand tableau qui se dessinait dans son esprit. Elles faisaient partie d'une famille des plus fidèle à la Reine Alphaïde, et Ellenwë regarda la scène en souriant.
Un éclat de lumière discret attira soudainement son regard.

Dans un angle de la pièce, négligemment adossée au mur, une Nymphe à la chevelure rousse l'observait, faisant jouer un petit miroir le long de sa hanche. Elle portait la livrée des gardes et Ellenwë la connaissait bien, puisqu'elle était un de ses contacts habituel. Elle lui avait déjà permis, par le passé, de déjouer des complots contre le trône des Nymphes, car elle occupait une position stratégique: elle surveillait entrées et sorties, la gardant continuellement informée. Mais ce soir, elle était là. La Nymphe, malgré son calme apparent était excitée, elle ne cessait de se passer la main dans les cheveux et ses doigts battaient un rythme invisible sur sa hanche, elle devait avoir une information d'importance à lui délivrer.

Ellenwë l'observa plus attentivement, elle ne lui avait pas fait signe de la rejoindre, aussi elle ne bougea pas, faisant mine d'être perdue dans ses pensées. Elle sentait son coeur battre plus vite dans sa poitrine et tous ses sens étaient en alerte. C'est alors qu'elle remarqua une agitation suspecte des serviteurs, qui discutaient à voix basse, rapidemment, et semblaient de plus en plus excités.

Leurs regards se portaient tous dans un coin de la Salle ou un homme venait de prendre place, visiblement soucieux. Il avait sans aucun doute des ascendances Nymphes, cela se voyait dans ses cheveux, noirs et ondulés, et dans la finesse de ses traits, mais il était trop grand, trop bien batti pour n'être que cela. Ses vêtements n'avaient rien à voir avec ceux à la mode chez les Nymphes, et son oeil acéré remarqua qu'ils étaient abimés, comme s'il revenait tout juste de voyage. Il mangeait seul, rapidement, comme s'il voulait partir au plus vite.
Mais ce ne fut pas sur cela que son regard s'arrêta.
Il portait un pendentif reconnaissable entre tous. Ellenwë le détailla sans détours, un nom lui revenant en mémoire: Trakhan, Lysithea Trakhan.

Les Courtisanes continuaient à bavarder, cherchant à attirer l'attention de leur Reine, sans voir l'agitation qui les entourait. La Reine lui était pour le moment inaccessible: on n'apprécierai guère et on commenterai virulemment toute prise à part ou murmure glissé à l'oreille. Ellenwë se glissa hors du cercle des courtisanes et traversa la pièce lentement, se faisant accoster et se joignant à des groupes pour saluer tel ou tel invité. Lorsqu'elle arriva au fond de la salle, l'homme avait rejoint un balcon donnant sur les jardins, après un dernier regard en arrière elle le rejoignit.

-Bonsoir, monsieur.

Elle se plaça le long de l'arche de la porte, de façon à toujours garder un oeil sur la salle tout en ne tournant pas le dos à son nterlocuteur.

-Je suis Ellenwë Diziël, l'une des nombreuses dame de compagnie de notre Reine et je ne crois pas avoir l'honneur de vous connaitre...

D'un geste vague, elle désigna la salle et l'attroupement autour de la Reine, sans cependant quitter des yeux l'homme au médaillon. Etait-il l'héritier de Lysithea Trakhan? Ou bien tenait-elle un voleur, qui avait volé une morte? La Nymphe restait sur ses gardes...
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Lun 17 Mai 2010 - 16:33

Toujours appuyé sur sa balustrade, Arawn se demanda un peu ce qu'il faisait ici. Il aurait été préférable de ne pas atterrir directement au palais de la reine à peine arrivé ici. Surtout en ne sachant rien sur sa mère. Selon son père elle était morte il y a bien longtemps alors qu'il venait de naître. Mais était-ce vrai ? Le jeune homme ne savait guère quoi penser de tout ce qui venait de lui. Il poussa un soupir. Dans tous les cas, son arrivée n'était pas aussi discrète qu'il l'aurait voulu. Quand on disait que les nymphes accueillaient avec plaisir les visiteurs il ne pensait pas qu'elles allaient le conduire jusqu'ici sans rien savoir de lui.

*C'est trop tard de tout manière. Puis elles ne vont pas te manger* se dit-il.

Ses pensées se stoppèrent quand une voix le salua derrière lui. Il ne l'avait pas entendu arriver, le pas des nymphes étant si léger qu'on aurait dit qu'elles marchaient sans toucher le sol. Arawn se retourna découvrant, la nymphe aperçu brièvement dans les cuisines auparavant. De plus près, elle c'était une belle femme, mais qui lui donne un léger frisson dans le dos. Elle n'était pas très rassurante et son regard tel un vigile gardait un oeil sur tout. Sans doute était-elle une garde et elle faisait son travail vu qu'il était inconnu au bataillon ici. Son épée témoignait de son grade et de sa classe, elle n'était pas courtisane.

Arawn s'inclina la main sur le coeur. Ce n'était peut-être pas la manière de saluer ici, mais c'était celle qu'on lui avait enseigné.

- Madame.

Elle se présenta sous le nom d'Ellenwë Diziël. Dame de compagnie de la reine ? Il suspecta du coup qu'elle était plutôt une de ses gardiennes, même si elle semblait d'être issue d'une famille noble.

- Nous ne nous connaissons pas en effet, je viens seulement d'arriver. Je suis Arawn, d'Ar... . Peu importe mon nom de famille, il ne signifie plus grand chose.

Après tout, officiellement il était mort et la famille d'Argandar n'était sans doute plus rien aux yeux d'Yswllyra. Puis il ignorait quelles nouvelles de ce qui c'était passé étaient arrivées ou pas ici. Donc s'annoncer comme fils d'un fidèle de Bennefoy n'était peut-être pas une bonne idée, même s'il n'en faisait pas parti.

- Ma mère était une nymphe. Cela faisait longtemps que je désirais venir ici mais je n'ai jamais pu. Certains changements dans ma vie m'ont contraints à prendre le large et que du coup j'en ai profité pour venir.

Il fit une pause avant de poursuivre.

- Je voulais arriver assez discrètement, mais les serviteurs du palais ne m'ont guère laissé le choix, alors que je demandais juste une auberge dit-il en souriant.

Il marchait sur des oeufs, habitués au jeu des cours où la moindre parole pouvait se retourner contre vous. En dire sans trop révéler, pour voir s'il pouvait faire confiance ou non en Ellenwë. Avec ce qui s'était passé il était un peu plus méfiant, il avait eu son lot d'ennuis. D'un autre côté, Ellenwë n'était sans doute pas une imbécile et aller vite deviner qu'il ne donnait que les grandes lignes. Mais à sa réaction il pourrait savoir un peu plus à qui il avait à faire. Son instinct lui dirait ensuite s'il pouvait en révéler plus ou non...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Dim 23 Mai 2010 - 15:52



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté

Ellenwë écouta Arawn avec attention. Il l'étonnait. Elle se souvenait de l'histoire de sa famille, ou plutot de celle qui devait être sa mère, et le peu d'informations que l'homme avait laissé filtrer correspondait. Cependant, une parole lui avait mit la puce à l'oreille: Il n'avait pas voulu préciser son nom... La jeune nymphe se demanda ce qui l'en empêchait...En même temps, il était clair que le jeune homme avait du sang de Nymphe!!
Il fallait qu'elle sache rapidement qui il était, elle ne pouvait laisser entrer un voleur ou un bandit dans le Palais, et encore moins le laisser s'introduire auprès de la reine!
Lui aussi la devisageait étrangement, comme s'il se méfiait, même s'il essayait de conserver une attitude neutre. Elle conaissait trop bien les courtisans, surtout les humains, pour qu'il puissent longtemps se cacher à elle. Et Arawn semblait fatigué.

Je suis désolée Arawn, si vous me permettez de vous appeler ainsi?

De toute façon, se dit-elle, elle ne pouvait faire autrement. Mais autant rester courtoise et amicale, elle en apprendrait sans doute plus sur lui comme cela.

Vous êtes tombés en pleine reception! La Reine a été invitée par les Nymphes. Elle désigna l'endroit ou la Reine se tenait, toujours entourée par des femmes dont les robes chatoyaient à la lumière des chandeliers. Après ce qui c'est passé ces derniers temps, elles lui prouvent leur confiance et leur amour. Ce soir, la fête est donc générale, ne soyez pas étonné qu'on vous ai laissé entrer si facilement... Qui plus est, votre pendentif n'est pas des plus discrets, elles auront dut vous prendre pour un invité de marque...

Voilà, c'était dit. Ellenwë lui sourit comme si finalement tout cela n'avait aucune importance, et qu'elle ne pensait qu'a la fête, la conversation devait sembler anodine au possible, elle continua donc, sans attendre sa réponse, mais en observant sa réaction.

Cependant, si vous vous sentez trop fatigué, vous pouvez vous retirer. Même si je dois vous avertir que voua rateriez quelque chose à partir aussitôt, l'heure est bientôt aux danses, et nous sommes toutes tellement heureuses qu'il risque d'y avoir un beau spectacle, surtout que vous n'avez encore jamais eut l'occasion de voir des nymphes danser!

Elle eut un rire bref et joyeux, ses yeux s'étaient reportés sur la salle, comme perdus dans le vague, mais rieurs, tandis qu'elle observait les mouvements des uns et des autres. Vivement, elle reporta son regard sur son interlocuteur.

Pardonnez-moi si je vous ennuie, Arawn.Il est vrai qu'on voit si peu de têtes nouvelles!
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Jeu 27 Mai 2010 - 17:23

Toujours un peu sur le qui-vive, Arawn observait Ellenwë. Il n'y avait rien de menaçant en elle, mais elle devait rester méfiante envers lui. Du coup ils étaient tous les deux entrés dans un jeu de méfiance mutuelle, ce qui ne les amèneraient pas à grand chose, surtout lui. Il ne pourrait donc pas tout garder pour lui, mais le moment n'était pas le bon pour ça en plein réception. Il lui faudrait cependant en dire assez pour ne pas passer la nuit dans un cachot, s'il y en avait ici. Perspective peu réjouissante, car même dans un palais aussi magnifique que celui-ci, un cachot restait un cachot. Ellewë se dit désolée et lui demanda la permission de simplement l'appeler par son prénom.

- Vous pouvez, compte tenu que je nous vous ai pas dit mon nom.

Aurait-il dû dire son nom bien qu'il ne se voyait plus comme un Argandar ? Non cela aurait-été une erreur. Si cette sombre histoire était venue jusqu'ici et qu'il était rangé comme son père, cela allait être mauvais pour lui. Malgré la méfiance d'Ellewë, elle resta amicale et lui expliqua ce qui se passait. La réception était en l'honneur de la reine, qui était la jeune nymphe qu'il avait vu il y a quelques minutes.

*La reine Alphaïde Elwing* pensa t-il.

Cela il le savait, il avait entendu parler d'elle quand elle était montée sur le trône. La fête était pour détendre l'atmosphère suite aux derniers évènements. Il ignorait précisément ce qui avait touché les nymphes, mais depuis l'accession au trône de Bennefoy, tout Gwendir en avait subit des conséquences. La fête étant « générale », c'est pour cela qu'il été entré si facilement. En plus apparemment malgré ses efforts pour cacher son pendentif, un coup d'oeil avait dût suffire aux nymphes pour le reconnaître. Le sourire d'Ellenwë sonnait comme un « oui je l'ia bien vu ».

- Elle était donc connue je suppose, ce pendentif lui appartenait. Elle me l'a donné peu après ma naissance. C'est la seule chose que j'ai d'elle. Mis à part que son prénom était Lysithea, je ne sais pas grand chose d'elle, ni comment elle était, ni même son nom de famille.

Arawn prit le pendentif dans sa main et le regarda quelques secondes. C'était étrange mais on aurait dit que les pierres brillaient plus comme si la magie des lieux le ranimait. Chose venant plus de son imagination qu'autre chose sans doute. Il était assez gênant de se retrouver ici sans rien savoir. Son père n'aurait pas fait autant de mystères...

Ayant vu qu'il était assez fatigué, Ellenwë lui dit qu'il pouvait se retirer, mais le prévint qu'il raterait les danses nymphes. C'est vrai qu'il n'avait jamais vu de nymphes danser. Vu comme elle se déplaçait avec grâce et légèreté cela devait être à voir en effet. Ce côté là, il n'avait pas hérité de sa mère, vu la lourdeur de ses pas à côtés d'elles. A la limite en se forçant il arrivait à se déplacer comme elles marchaient. Ellenwë avait finit sa phrase en riant et il sourit.

- Dans ce cas là, je ne veux pas rater cela. Puis se serait impoli de ma part de ne pas y assister, vu votre hospitalité.

Ellenwë s'excusa si elle l'ennuyait, disant que les nouvelles têtes étaient appréciées ici. N'était-ce que cela ? Il y avait un soupçon de questionnement de la part de la jeune femme pour savoir sans doute s'il n'était pas dangereux avec la reine non loin. Arawn secoua la tête et alla s'appuyer contre le mur à côté d'elle.

- Vous ne m'ennuyez nullement, il est agréable d'être accueillit quand on arrive en terre inconnue.

Il baissa d'un ton pour poursuivre, en regardant vers la salle.

- Inutile de cacher le fait que je ne vous dis pas tout, vous le savez et vous désirez en savoir plus, ce qui est légitime. Mais comme vous l'avez dit, si cette soirée est pour oublier un moment les derniers évènements alors, il n’est pas opportun de parler d'histoires sombres ce soir.

Il fit une pause.

- Je vous dirai ce que vous voulez savoir, je pense pouvoir vous faire confiance, mais pas ici, je préfèrerai que certaines choses ne soient pas trop étalées.

Son instinct lui disait qu'il pouvait se fier à elle, aussi jouait-il franc jeu. La suite dirait vite s'il avait tort ou non...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Mar 1 Juin 2010 - 12:14



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté


Arawn s'était approché d'elle, comme pour lui signifier qu'il n'était pas une menace, et qu'il lui faisait confiance. La jeune nymphe, peu habituée à ce genre de pratiques se raidit, avant de comprendre qu'il voulait simplement lui parler discrètement. La démarche était directe, et Ellenwë apprécia le geste, le jeune homme lui semblait fiable, elle ne pensait pas qu'il lui mentait, il était bien élevé, sans doute habitué aux coutumes de la Cour, mais il avait sut rester modeste, et ne montrait aucune arrogance. Imperceptiblement, elle se détendit. Elle saurait lui rappeler sa promesse en temps voulu, mais pour ce soir, elle décida qu'elle ne lui poserait plus de questions.

Très bien!

Elle lui offrit un large sourire, lui démontrant qu'elle acceptait les conditions qu'il avait fixé. Cependant, elle ne put s'empêcher d'ajouter:

Nous discuterons de vous, de votre voyage et de votre mère demain, dès que vous serez remis de la soirée!

Dans la salle, les conversations allaient bon train, la reine avait rejoint un petit groupe qu'Ellenwë survolla du regard avant de river de nouveau ses yeux sur Arawn. La lumière qui provenait de la salle éclairait étrangement le balcon, ne révélant qu'une partie de son visage. Son regard se perdit un bref instant dans les jardins.

Je suppose que vous n'avez pas eut le temps d'admirer nos jardins...Ce n'est pas la saison idéale et ils ont quelque peu été laissés à l'abandon, mais ils sont toujours aussi agréables à parcourir!

Passant du coq à l'âne sans en paraitre plus génée que cela, elle demanda:

Savez-vous danser?
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Mer 2 Juin 2010 - 9:13

Quand il s'approcha d'Ellenwë, celle-ci se redressa, sans doute surprise par son approche. Les nymphes n'était pas habituée à ce genre de démarche ? Possible, Arawn n'y avait pas pensé, chez les hommes cela était assez anodin. Néanmoins, la jeune femme se détendit assez vite. Elle accepta le fait qu'il ne veuille pas parler des parties qu'il avait volontairement cachée de son histoire, décidant d'en parler le lendemain quand il serait remis de la soirée. Elle lui gratifia d'un large et beau sourire et il se demanda si en plus d'être aimable, ce sourire n'avait pas une note d'ironie aussi. La soirée qui semblait normale allait-elle devenir plus animée qu'il ne le pensait ? Après tout elle avait parlé des danses nymphes dont il ne savait pas du tout à quoi elles ressemblaient. Avec cette allusion, il s'imagina des danses très dynamiques.

Arawn regarda du côté de la salle, alors qu'Ellenwë surveillait la reine, en train de discuter avec des nymphes. De Ellenwë il ne voyait qu'une partie de son visage la rendant mystérieuse. Quelque chose l'intrigua néanmoins qui le fit passer alternativement des nymphes de la salle. Il y avait quelque chose dans sa physionomie mais il ne savait pas dire quoi.

*La fatigue sans doute, il n'y a pas plus nymphe qu'elle* pensa t-il.

Ellenwë l'ayant vu jeter un oeil aux jardins lui dit que la saison n'était pas l'idéale et qu'ils n'avaient pas été trop entretenus ces derniers temps.

- Je ne doute pas qu'il doit être agréable quand même de les parcourir. Ils sont en soit peu ordinaire, puis si quelques feuilles n'ont pas été ramassées et des arbres taillés, cela ne change en rien à la beauté des lieux. Après tout certains bois sont superbes alors qu'ils n'y pas de jardiniers et qu'ils sont laissés à eux-même. Je ne manquerai pas de les visiter de plein jour.

La jeune femme changea d'un coup de sujet en lui demandant s'il savait danser et Arawn recula légèrement surpris se redressa un peu.

- Je suis loin d'être le meilleur des cavaliers et je n'ai pas le pas aussi léger que vous, mais je me débrouille assez pour ne pas marcher sur les pieds de ma partenaire dit-il en se frottant l'arrière de la tête avec la main,

Réfléchissant quelques secondes il poursuivit ensuite.

- Après je ne connais rien de vos danses, mais si vous désirez un cavalier, se sera un plaisir d'être le vôtre dit-il en souriant.

Il avait répondu cela sans quoi à quoi s'attendre.

*Bon sang j'espère que leurs danses ne vont pas être trop dures ou je vais passer pour un guignol* pensa t-il.

Mais bon comme il l'avait appris de son père, il fallait toujours essayer de rester maître de la situation, garder la tête froide et ne pas se démonter. Ce n'était qu'une danse après tout...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Mer 2 Juin 2010 - 15:01



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté


Elle approuva d'un signe de tête sa réponse au sujet des jardins. Certes, le compliment ne lui était pas adressé, mais il la ravissait malgré tout, car en admirant les jardins, Arawn admirait le peuple Nymphe tout entier. Et il n'y avait rien qu'elle ne mettat au dessus de son peuple, rien à quoi elle ne portait plus d'amour. Elle allait lui proposer de lui faire visiter, lorsqu'il repris. Elle sourit, il n'avait pas eut tort, et elle était passée d'un sujet à l'autre tout aussi rapidement. Elle aurait tout le temps de lui demander demain...même, ils seraient plus à l'aise dans les jardins pour discuter.

Ellenwë ne put s'empêcher de rire devant l'expression génée et quelque peu effrayée du jeune homme lorsqu'elle avait évoqué la danse, son éclat de rire résonnant sur le pavé de la Cour en contre-bas. Cet humain l'amusait, et l'intriguait. Une combinaison assez étrange... Et comme elle avait dit auparavant, peu de gens osaient encore s'aventurer jusqu'ici, il lui offrait une nouvelle distraction, fort bienvenue.

Arawn lui proposa sans détours de devenir, pour une danse, son cavalier. Encore une fois, il avait parlé directement, comme si il n'y avait rien de gênant à cela. Cela lui tira un vague rictus. Elle ne pouvait decemment pas accepter, elle s'en rendait bien compte. La morale en vigueur le lui interdisait, et ce, malgré que la soirée soit d'une ambiance festive et frivole. Mais sa situation au Palais lui interdisait bien des distractions. Elle ne savait toujours pas qui il était et ce qu'il venait faire ici. Si elle lui faisait quelque peu confiance, il pouvait se révéler fourbe et manipulateur... Et puis, tandis qu'elle observait le jeune homme, à demi éclairé, elle se dit que même s'il se révélait bien être le fils Trakhan, il pourrait devenir source de... divertissements.
Elle avait pensé à tout cela en quelques fractions de secondes, et lui répondit sans presque aucun retard, et toujours de façon courtoise, comme si elle n'avait eut le temps de rien penser.

-Ce soir, je ne pourrait vous satisfaire, je ne suis pas ici pour danser, et c'est un spectacle que j'ai toujours préféré regardé. Nous avons ici d'excellentes danseuses, et je suis certaine de pouvoir vous trouver une cavalière parmis elles si vous désirez vous divertir.

Elle réfléchit un instant à la suite à donner à ses parole.

Cependant, si à l'avenir vous cherchez une cavalière, ou quelqu'un pour vous apprendre à danser, cela dépendra de vos perfomances...

Elle eut un large sourire en le détaillant de bas en haut. Comme pour le juger, mais avec dans les yeux, une lueur d'ironnie, et presque de bienveillance.

Vous pourrez toujours venir me trouver!

Elle ne croyait pas faire d'erreur en titillant le jeune homme et en se moquant de lui. Elle pensait qu'il saurait déceler que ce n'était pas méchant...De l'humour Nymphe? Elle esperait en tous que cela ne blesserait pas son ego d'humain...
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Ven 4 Juin 2010 - 17:23

On pouvait dire qu'au niveau de la danse, Arawn s'était complètement trahi, vu le rire qui fusa d'Ellenwë. Son rire raisonna assez fortement faisant tourner quelques têtes vers eux. Bon d'un autre côté il n'avait pas tellement cherché à le cacher et la jeune femme s'était moquée du coup de lui, mais sans méchanceté. Elle avait bien compris qu'il n'était pas excellent danseur chez les humains, donc chez les nymphes qui étaient très agiles il devenait sans doute mauvais.

Quant à sa question qu'il avait vu en partie comme une invitation, cela n'en était pas une à l'air que pris Ellenwë qui lui répondit que ce soir cela n'était pas possible, qu'elle serait plutôt spectatrice souvent, car elle préférait assister que participer. Mais elle lui proposa de lui trouver une cavalière.

- Vous préférez regarder ? Ne seriez-vous pas vous aussi modeste cavalière ? Dit-il en souriant.

Vu ce qu'avait dit Ellenwë, il était obligé de sauter à pied joint pour faire ce trait d'humour. Cependant il enchaina vite car son regard passant sur l'épée de la jeune femme lui rappela qui elle devait être et pourquoi elle était si.

- Suis-je bête, vous n'êtes pas ici pour vous divertir il est vrai. Je pense que je vais d'abord voir à quoi ressemble ces danses avant de m'embarquer dans cette affaire.

Malgré cela, Ellenwë le regardant des pieds à la tête lui dit que peut-être, selon, ses performances elle serait sa cavalière ou son professeur de danse. Ses performances ? Arawn haussa d'un sourcil à ces paroles avec le regard de la jeune femme et un sourire qui sentaient l'ironie en plein nez, mais plus proche de l'humour que de la méchanceté. Bon comme ça elle le pensait complètement mauvais en danse. D'un autre côté il l'assumait, il avait le plus qu'il pouvait par le passé esquivé les cours de danses quand il était encore en formation de noble si l'on peut appeler cela comme ça. Bon maintenant du coup, il le regrettait un peu et malgré le fait qu'il ait pris les paroles d'Ellenwë sous l'humour, cela titilla quand même un poil son « honneur », mais pas au point d'en faire un fromage.

- Je n'y manquerai pas lui répondit-il quand elle dit qu'il pouvait toujours aller la trouver.

D'un autre côté, il se doutait bien qu'elle n'en avait pas fini avec lui. Déjà comme elle l'avait dit pour parler de tout ce qui concernait sa mère et lui-même. D'ailleurs pour ce qui était de son passé peut-être cela l'amènerait à la revoir plus si sa bonne foi ne passait pas. Enfin bref ceci, il le verrait plus tard. Arawn parcouru de nouveau la salle observant l'allure des nobles nymphes et de la reine. Cela sonnait comme les cours qu'il connaissait, mais avec une ambiance plus légère, moins pesante. On avait pas l'impression qu'il y avait des intrigues à chaque recoin, bien qu'il devait bien y en avoir une ou deux qui trainaient tout de même. Les cours se ressemblaient et ne se ressemblaient pas.

- Cela fait longtemps que vous servez ici ?
demanda t-il à Ellenwë.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Lun 28 Juin 2010 - 14:47



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté


La pique d'Arawn ne demonta pas la Nymphe, qui se contenta d'un sourire en coin. Elle l'avait mérité, il est vrai. Son regard ne cessait d'aller et venir entre la pièce ou la reine s'était approchée de la piste de danse, et le balcon frais ou Arawn était venu s'abriter de la foule.
Le jeune homme enchaina rapidement, lui signifiant qu'il l'avait bien identifiée comme une soldate, ce qui était plutôt rare chez les Nymphes; une fonction qu'elle avait obtenue grace à son sang mêlé et à sa parfaite maitrise du sabre. Aujourd'hui elle était fière d'être utile au trône des Nymphes, et donc à leur peuple tout entier. Elle sentait cependant qu'Arawn ne l'épargnerait pas de questions quand à son rôle exceptionnel. Elle lui expliquerait ce qu'il avait avait à savoir, rien de plus, elle en était certaine, car sa fidélité était sans faille.

La modestie du jeune homme quand à sa capacité à danser était appréciable, mais elle conaissait des humains qui cachaient sous une fausse modestie, une fierté et un amour-propre sur-develloppé, aussi se garda t-elle de le juger sur ses paroles mais plutôt sur ses actes, comme à son habitude. Tout le monde ment, pas vrai?

Il accepta son invitation à danser.

Elle esperait pouvoir en tirer quelque chose, des indications sur ce jeune homme, en apparence si poli, qu'elle irait ensuite répéter à la souveraine, qui souhaiterait sans doutes son avis sur cet homme, qui serait sans doute une attraction pendant quelques temps s'il se révélait être le fils Trakhan. Qui plus est, il était à moitié humain, donc sans doute guerrier et potentiellement utile, mais aussi charmant, sans compter qu'il venait de loin, et il allait faire parler les courtisanes, qui ne reculaient jamais devant une touche d'exotisme.
Elle s'attendait à la question qui suivit, et elle répondit avec un sourire aimable, prête à se livrer au jeu de la conversation.

-Je suis arrivée ici, il y a de cela quelques années, sous le règne de feu la mère de notre reine actuelle, et c'est ici que j'officie depuis lors, je n'ais d'ailleurs que rarement quitté la forêt depuis, et c'est sans doute ce qui me manque le plus, mais je suis bien ici, tout y est plus beau et plus calme. Enfin mon avis est subjectif, vous vous ferez une idée par vous même...
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Mer 7 Juil 2010 - 19:09

Toujours appuyé contre le mur, le regard d'Arawn se porta sur la salle où les danses débutaient. Toute la légèreté, l'agilité des nymphes se retrouvaient dans ses danses envoutantes. Un spectacle exceptionnel qui valait d'être vu, comme Ellenwë lui avait dit. Il s'aperçut au passage qu'il avait loin le niveau ni l'agilité pour excécuter de tels pas. La petite pique qu'il avait envoyé avait sourire Ellenwë qui lui avait tendu une perche qu'il n'avait pas raté. Elle ne semblait pas génée qu'il ait compris son véritable rôle. A la manière dont elle surveillait la reine, il estima qu'elle n'était pas simplement une de ses gardes, mais peut-être sa garde attitrée. Une haute fonction malgré ce qu'on pouvait attribuer à une garde. Les gardes du corps entendaient et parlaient parfois de choses que peu ou personne d'autres n'entendaient. C'était un peu comme les serviteurs qui en savaient toujours plus que ce qu'on pouvait croire.

*Choisis bien tes serviteurs* pensa t-il.

Un conseil que son père lui avait donné autrefois disant qu'ils en savaient tellement sur leurs patrons qu'il fallait bien les traiter et veiller à prendre des gens de confiance. Ellenwë faisait parti de ses personnes en qui la reine devait avoir sans doute placée toute sa confiance. D'ailleurs sa question allait peut-être combler sa curiosité de ce côté là. Ainsi elle servait déjà la mère de la reine actuelle. Ce qui supposait était donc vrai. La jeune femme évoqua qu'elle n'avait pas quitté la forêt depuis et les voyages lui manquaient un peu, cependant, le fait de bien être ici comblait ce manque.

- Je vous comprend, tout est serein ici.

Arawn avait assez voyagé par le passé, beaucoup pour venir ici et par le passé, jamais il ne c'était senti vraiment à sa place. Un peu mal à l'aise dénigré par les autres pour sa différence, et surtout un manque en lui qui était resté des années. A peine avait-il posé le pied dans les Bois sombres, qui avait resenti quelque chose, une part d elui avait été titillée. Loin de là de dire que le manque qu'il avait en lui était comblé. Il n'en savait guère plus sur sa mère et il se sentait épiait furtivement, par quelques regards en coin venant de la salle. Ce qui le génait un peu, mais bon ce n'était pas la mê chose qu'avant. Il se sentait plus observé comme une curiosité qu'un paria. Arawn se redressa et avança devant Ellenwë.

- Je crois qu'il est temps que je me trouve un endroit pour dormir. Ma journée a été longue et je crois qu'il est temps pour moi de récupérer. Surtout que je me doute que vous ne manquerez pas demain de venir me trouver pour savoir ce qui vous intéresse à mon sujet.


Arawn salua comme il se devait Ellenwë et tourna les talons puis fit un ou deux pas. Il s'arrêta et tourna la tête vers la jeune femme.

- Ne vous occupez pas de moi, promis vous me trouverez demain dans un recoin du palais ou de la ville. De toute façon à cette heure et vu ma fatigue je n'irai pas bien loin.


Il alla chercher son maigre paquetage puis sorti dans le couloir. Il « attrappa » au passage une nymphe pour savoir où il pouvait dormir quitte à ce que se soit dans l'étable. La nymphe refusa de suite et lui trouva une chambre.

- Il faudra vous trouver des habits neufs, vous ne pouvez pas vous lever dans cet état demain, monsieur.
- Vous avez sans doute raison, mais ça ne peux pas attendre...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que la nymphe secourait négativement de la tête l'entrainant dans une réserve d'habits immense.

- Prenez ce dont vous avez besoin monsieur, vous aurez meilleur allure demain.
- Merci

Arawn poussa un soupir dès qu'elle fut partie. Cela ne pouvait-il vraiment pas attendre ? Les serviteurs étaient redoutables ici. D'un autre côté ce n'était pas les siens et se regardant dans un miroir, il avait l'air d'une personne du peuple ayant récupéré des habits fripés et usés d'un noble, malgré ses efforts de maintenir une allure correcte, propre et rasé, surtout avant d'arriver ici. Il s'empara vite fait d'un pantalon simple, d'une chemise, d'une écharpe, d'une veste en cuir, tous de très bonne factures mais simples et sortit. En passant il attrapa un chapeau et alla vite rejoindre son lit qui l'appelait. Et le lit ne fit pas que l'appeler, car à peine dessus il plongea dans un sommeil profond. Depuis le temps qu'il n'avait pas dormi confortablement...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Ven 9 Juil 2010 - 12:03



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté


Arawn quitta la jeune Nymphe presque precipitemment, la laissant seule sur le balcon. Elle le regarda partir, sans un regard en arrière, traversant la salle sans encombres. Elle sourit en se disant qu'il avait été sans doute trop impressioné par les danses des Nymphes, et avait eut peur de s'y frotter de trop près.
Il fallait avouer que ce soir elles étaient particulièrement en forme, leurs danses se faisant écho, gracieuses, sinueuses, voluptueuses, références vivantes à leur déesse, Jord. Elles captivaient leur auditoire.

Elle jetta un dernier coup d'oeil sur les Jardins plongés dans la nuit avant d'entrer de nouveau dans la lumière et le bruit de la salle. Elle mit quelques secondes à s'habituer de nouveau à la lumière des centaines de bougies qui inondait la salle.
Elle repéra la Nymphe qui l'avait prévenue de l'arrivée du jeune homme, et qui, toujours nonchalemment appuyée contre un mur, l'observait étrangement, cherchant à deviner sur ses traits ce qui s'était passé sur le balcon et si la discussion avait porté ses fruits. Mais Ellenwë resta impassible, un sourire flottant sur ses lèvres, comme si elle était heureuse d'être là, simplement, et de profiter de la fête.

Sans se presser, elle fit le tour de la salle, discuta avec les nobles et les courtisanes, se tenant au courant des rumeurs et derniers ragots de la Cour. Elle surveillait la Reine du coin de l'oeil, cherchant le moment opportun pour lui signifier qu'elle avait des informations, et qu'il faudraient sans doutes qu'elles en discutent plus amplement une fois les festivités achevées. Mais cette denière était le centre de toutes les attentions de la part des courtisanes. La Nymphe, consciente qu'elle ne pourrait s'approcher plus à ce moment se retira de l'agitation, elle verrait plus tard. De toutes façons, la Reine des Nymphes devait avoir noté son abscence et ne manquerait pas de la questionner à ce sujet.

Rien ne pressant, elle se faufila même à travers les danseurs pour rejoindre enfin, à l'autre bout de la salle, la garde qui l'attendait. Elle s'approcha d'une table desertée en faisant mine de chercher de quoi se restaurer. La Nymphe ne bougea pas, surveillant toujours ce qui se passait dans la salle. Elle ne cherchait pas à cacher sa fonction, mais elle savait qu'Ellenwë devait être discrète, aussi parla t-elle bas, sans desserer les dents:

Il a été emmené par une Nymphe dans l'antre de la couturière du palais, et on lui a attribué la chambre à l'ouest du Palais.

Ellenwë hocha la tête en réfléchissant tout haut à ce choix, il était bon, elle ne pouvait que l'approuver:

Très bien, à mi-chemin entre celle qu'il devrait avoir s'il est bien celui qu'il prétend être et celle qui sont reservé au Nymphes de plus basse extraction.

Ellenwë choisit des petits gâteaux parmis les nombreuses assiettes que proposait la table et se retourna pour faire face à la salle. Les danseuses attiraient toute l'attention du public et elle suivit le mouvement, même si son esprit cherchait les meilleures mesures à prendre pour la suite des évênements.

Fais-le suivre. Que ce ne soit pas discret, qu'il s'en rende compte. De toute façon, il doit s'y attendre, mais ne lui retirez pas ses armes.

La garde se raidit en entendant ses instructions, mais ne dit rien. la parole d'Ellenwë faisait foi, on ne la remettait pas en doute.

La suivante de la Reine quand à elle se fondit à noveau dans la foule, attendant l'heure de parler en privé à la Reine de cet Arawn au médaillon connu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Lun 12 Juil 2010 - 16:00


Pasiphae Elwing

Pasiphae avait passé la journée à se languir dans les jardins du palais, à admirer le vol d'oiseaux, distraite par le bourdonnement des abeilles sur les fleurs des parterres. Elle s'était enivrée de l'odeur des fleurs tout en laissant le soleil caresser sa peau. De temps en temps, elle avait lu un chapitre, puis refermé son livre et été allée se promener un peu plus loin.
Pasiphae détestait cette oisiveté, mais en ce moment, rien ne venait mettre un peu de piquant dans sa vie.

La soirée était fraiche, mais aucune pluie ne venait la gacher. Une légère brise se leva. Pasiphae pénétra dans la salle des fêtes bien après le début des festivités. Pour l'occasion, elle s'était achetée une magnifique robe de bal de différentes nuances de bleus, plus pour le plaisir de porter un vêtement splendide que pour attirer l'attention.

Elle n'avait jamais auparavant vu cette pièce aussi bien décorée. C'était comme une continuelle explosion de couleur. La fête s'annonçait vraiment grandiose. Il flottait dans l'air l'odeur des mets les plus raffinés que les Nymphes étaient capables de confectionner. Une multitude de Nymphes voletaient au grès de la musique.

La musique! Jamais la princesse n'avait entendue de musique si grandiose. Il suffisait de s'arrêter une seconde et de l'écouter, et elle vous envoyait voltiger dans les airs, telle une mélodie céleste. Pasiphae sentit son coeur s'emballer en harmonie avec le tempo.

La nymphe repéra une corbeille de fruit, et ne put s'empêcher de croquer dans une belle pomme qui lui faisait envie. Pendant ce temps, elle observa la foule. Tout le monde était heureux, souriant. Des milliers de petits rires raisonnaient dans l'atmosphère guilleret. Si on avait dit à quelqu'un qui n'en était pas informé que les temps étaient plutôt troublés, il ne l'aurait pas cru.
Elle aperçu la reine Alphaïde, à l'autre bout de la salle. Pasiphae entreprit de traverser cette dernière. Après avoior mille fois repoussé gentiment l'offre d'une servante qui lui présentait un plateau, s'être excusée d'avoir bousculé une noble de la Cour et salué quelque connaissances d'un signe de tête ou d'une parole, elle se retrouva devant sa royale cousine. Elle inclina légèrement la tête.

- Félicitations, cette fête est une réussite. Je suis sûre qu'on la racontera même dans les terres reculées, ça ne fera que servir ta réputation, par ces temps agités. Lliane est-elle ici?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Mar 27 Juil 2010 - 3:34



Lilian Tiwaël



Do si la ré mi ..
Lilian Tiwaël, les yeux grands ouverts, se concentrait pour jouer de sa flûte dont un son mélodieux s'en échappait. D'autres musiciennes qu'il avait méticuleusement choisies pour l'occasion l'accompagnait, créant une musique festive et joyeuse, parfaite pour cette soirée qui attirait bon nombre d'invités. La Salle des Fêtes avait été merveilleusement bien décorée, colorée et agréable à regarder, et une fois de plus, Lilian se senti fier d'appartenir au peuple des Nymphes. Parmi celles-ci, il y en avait plusieurs qui s'étaient mises à danser tel que prévu, souples et gracieuses comme toujours, et elles commençaient à instaurer une ambiance de plus en plus festive. Un pas à gauche et hop , elles sautillaient et virevoltaient en s'harmonisant de belle façon avec la musique, entraînant avec elles quelques spectateurs timides qui ne dansaient pas encore. Le jeune ménestrel sourit en voyant cela, et joua avec davantage de ferveur.
Fa si la mi ré do ..
Les invités semblaient fort bien détendus, et semblaient être capables de s'amuser malgré leurs soucis personnels. Tiwaël sans le vouloir se mit à penser aux siens. Naïlil, sa petite sœur, était encore portée disparue. Cinq ans déjà, cinq ans qu'il ne subissait plus les éternelles taquineries de sa sœur, cinq ans qu'il ne voyait plus son visage toujours espiègle. Sa présence lui manquait terriblement, et Lilian sentait son espoir de la retrouver faiblir de jour en jour, telle une flamme sur laquelle le vent souffle toujours un peu plus fort, jusqu'à ce qu'il y ait noirceur totale. La noirceur... Lilian craignait parfois l'instant où il cesserait d'avoir de l'espoir. À cette pensée, il joua plus rapidement et se jura de ne jamais perdre espoir. Jamais. Naïlil devait bien être à quelque part, en sécurité et heureuse. « Oui, ce doit être ça » murmura t-il pour lui même,en se mettant à jouer plus lentement. Le jeune ménestrel se berçait fort bien souvent d'illusions, unique remède pour se consoler de sa perte.
Sol la do ..
Lilian ferma les yeux et chassa ses mauvaises pensées de son esprit. Il devait oublier, rien que pour un soir, tous ses soucis. Le bal en l'honneur de la très chère Reine Alphaïde Elwing n'avait-il pas été organisé dans le but de se divertir ? Il devait cesser d'y penser, immédiatement. De plus, il avait sa musique à faire entendre, qui depuis quelques instants, semblait être un peu désordonnée. Guère fier de s'être laissé distraire, Lilian Tiwaël fit un signe de tête à l'intention de ses collègues, et la mélodie repartit de plus belle, s'insinuant doucereusement dans les oreilles de tous.
Le ménestrel se mit à observer la Reine, splendide comme toujours, qui était au bout de la pièce. Plusieurs courtisanes l'entourait,dont quelques bonnes connaissances à lui, et elle semblait émue et heureuse des festivités qui avaient lieu. Lilian remarqua la princesse Pasiphae Elwing aux côtés de celle-ci, vêtue d'une robe ayant diverses nuances de bleu,que le musicien trouvait fort bien jolie. Il se promit d'aller lui en faire compliment dès qu'il en aurait l'occasion.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   Mer 25 Aoû 2010 - 13:09


Pasiphae Elwing

Pasiphae discutait tranquillement avec sa royale cousine, quand elle aperçut le ménestrel la regarder. Réprimant un sourire, elle décida d'aller lui parler. Ce n'était pas que sa conversation avec la Reine n'était pas intéressante, mais la princesse se sentait mal à l'aise en compagnie de sa cousine. Et alors que celle-ci était en plein milieu d'une phrase, Pasiphae la coupa:

- Eh bien, bonne soirée!

La jeune Nymphe, se retourna et rit intérieurement de la réaction de sa cousine, qu'elle ne pouvait pas voir puisqu'elle avait le dos tourné. Elle arborait sans doute une mine offusquée. Pasiphae eu envie de se retourner pour l'observer, mais elle se dit que cela suffisait pour le moment, et qu'il ne manquerait plus qu'elle se retourne et rigole de son expression pour que ce soit la goute d'eau qui fasse déborder le vase. Or elle n'avait aucune envie de gâcher la soirée en passant davantage pour une peste que ce que les gens pensaient déjà.

Se faufilant entre les danseurs et danseuses qui, puisque les musiciens faisaient une pause, en profitaient pour grignoter un peu ou boire du nectar alcoolisé qui leur feraient perdre la tête pendant quelques heures, elle prit au passage deux verres de jus de fruit, un pour elle, et un pour Lilian Tiwaël. Elle savait pertinemment que, quand on faisait de la musique, on avait fréquemment besoin de s'hydrater.

Faisant virevolter sa robe en marchant, elle s'approcha du musicien, lui tendit le verre en souriant et entama la conversation en le complimentant sur sa musique:

- Bonjour, maitre Tiwaël. Il semble que la Reine ait fait un très bon choix en vous demandant d'animer cette soirée. Appréciez vous la fête?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Insouciance et Festivités *   

Revenir en haut Aller en bas
 

Insouciance et Festivités *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sortez vos chapeaux de fêtes et vos divers accessoires de festivités.
» Les festivités
» [Festivités 21 avril 1454] Bar
» [EVENEMENT] Après-Midi Récréative =D ! (Inscriptions)
» Images des festivités du carnaval 2013 au Palais Sans-Souci et au Cap-Haitien
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-