AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Duel de magie [PV *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Duel de magie [PV *]   Jeu 6 Mai 2010 - 20:10

Jour premier,
Quatorzième semaine,
Fin d'après-midi

On ne naissait pas avec une couronne sur la tête. C'était une information que peu de personne arrivait à se rentrer dans la crâne. Elle ne venait que bien plus tard, quand on avait la chance de ne plus avoir de père inutile, qui en plus était celui qui portait la dite couronne auparavant, avant qu'elle ne s'échoue sur la tête du fils.

La petite enfance d'Erendil s'était passée comme celle d'un garçon normal, à de menues différences près. Éducation générale, magique, ses parents, l'une avant son assassinat, l'autre avant la perte de sa bien-aimée. Et après cela, sa vie avait tourné autour de Siralla et de l'armée. La magie avait remplacé l'affection d'une famille et Erendil s'était appliqué à maitriser cet art étroitement lié au peuple Orthodoxe. L'étude des différentes formes de magie, quelle que soit son inclinaison, s'était transformée en raison de vivre lors de la désaffection de la seule femme qu'il ait aimé. Aujourd'hui, parce qu'il s'était sentit irrémédiablement attirer par le terrain d'entrainement des jeunes recrues magiciens de l'armée, un regrettable accident avait retenu sa nounou et permis au souverain de prendre la poudre d'escampette en toute liberté. On ne laissait pas une femme, même si c'était une servante, se débrouiller seule avec un plateau qui avait finit sa course au sol. Quant à Erendil, il se sentait parfaitement en forme pour profiter pleinement de l'exercice physique qui se profilait pour lui et ne pensait déjà plus au soldat et à la servante.

La caserne basée à Iboa se trouvait à l'extérieur immédiat du centre de la capitale, pour que les manœuvres se déroulant au cours de la journée ne dérangent pas les riverains, tandis qu'un poste avancé, près du palais, tenait lieu de centre de commandement pour tous les soldats de métier qui patrouillaient la cité ou le palais, entre autre chose. Sa monture sellée par ses soins pour que personne ne lui pose de questions l'avait directement amené jusqu'au lieu connu dans ses moindres détails. Même si la formation était dure pour chacun, homme ou femme, noble ou roturier, elle était la même pour tout le monde et restait les plus belles années d'une vie. La camaraderie, les soirées en ville, les bagarres, les femmes et les raclées des instructeurs... tout cela revenait à la mémoire d'Erendil avec force. Si il n'avait pas eu les charges qui étaient les siennes, il serait encore dans ce monde à part, sans garde du corps inutile, sans fiancée inutile, sans décisions à prendre, sans trop se soucier des morts qui jonchés sa route tous les jours que Thor faisait. Mais regretter ce futur à jamais impossible ne faisait que creuser un peu plus le ressentiment qui bouillonnait en Erendil.

Le terrain dédié aux exercices magiques était investit de jeunes gens encadrés par l'éternel vétéran, formateur des têtes blondes qu'on leur confiait. Personne ne l'avait encore vu et son cheval laissé aux écuries, Erendil s'accouda aux barrières qui délimitaient le périmètre de sécurité. Répartit en duo, l'eau de l'un éteignait les flammes de l'autre en un exercice basique. Basique jusqu'à ce que des flammes mal maitrisées ne préfèrent se mettre à brûler l'uniforme de l'infortuné camarade, plutôt que d'être noyées. L'instructeur avait le dos tourné et la panique de la malheureuse torche humaine risquait à tout instant de provoquer un incident plus grave qu'une perte de contrôle de sa magie.

Sans s'inquiéter outre mesure, Erendil passa la barrière pour rejoindre à grand pas le lieu du drame et d'un mouvement de la main, les flammes se rassemblèrent en un seul point, formant une boule de feu incandescente qui rejoignit la paume de sa main tendue devant lui. Le silence s'était fait et d'un autre mouvement, la boule de feu disparut, s'évaporant comme si elle n'avait jamais existé et qu'elle n'avait jamais commencé son œuvre destructrice. La souverain ne remarqua qu'à ce moment là le silence, les yeux posés sur lui et tout de suite après, la raideur dans les cous des jeunes Orthodoxes quand ils le reconnurent, les saluts militaires plus ou moins réussit qui rendaient hommage à son titre. Ce satané titre. Erendil tendit une main à celui qui était toujours à terre après avoir manqué de finir à l'infirmerie, lisant le contrecoup de ce qui aurait pu être un désastre dans ses yeux.

- Inutile de vous en faire, les uniformes sont ignifugés pour ce genre de dérapages.

Le garçon, loin d'accepter l'aide de son roi, se releva de lui-même et prit la même position que ses petits camarades. L'arrivée de l'instructeur empêcha Erendil de rabrouer la troupe pour qu'ils enlèvent de leur visage cette expression de respect. Encore un peu, et ils se mettraient surement à genoux devant lui. Le large sourire du vétéran (que l'ancien soldat qu'il était connaissait) lui redonna un peu de bonne humeur.

- Majesté. Vous débarquez et c'est le drame parmi ces incapables. Gar'Tiran, trois tours de terrain, les autres, retournez à vos exercices si vous ne voulez pas avoir droit à la même chose que votre petit copain Gar'Tiran. Seigneur, vous accepterez bien de...

L'instructeur ne termina jamais sa demande. L'un des apprentis attira leur attention vers une forme humaine, derrières les barrières qu'Erendil avait quitté auparavant. Une femme, ils n'étaient pas assez loin pour ne pas le remarquer, tout comme un fait pour le moins troublant.

- Qui êtes-vous et que faites-vous ici ?

La voix du souverain, du commandant, claqua comme un fouet dans l'air de cette fin d'après-midi.


Dernière édition par Erendil San'Veck le Sam 8 Mai 2010 - 9:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 28
Age : 100
Clan : Résistance
Fonction : Ministre de la Magie
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Ven 7 Mai 2010 - 20:04

    La silhouette sombre couverte d’une longue cape et cachée par une capuche traversa la file de citoyen coléreux d’être contrôlé à une heure si tardive mais Heres était une ville commerciale après tout. Plusieurs vociférements furent adressé à cette dernière qui n’était toujours pas descendue du dos de sa monture à l’approche du barrage de garde. Un soldat à l’armure lourde stoppa la procession du curieux personnage. La populace avait cessé de crié quand l’homme à la lame étincelant à la lueur d’une lune sournoise saisit le bras de ce curieux personnage. De sa main libre elle saisit dans une besace un parchemin avec le sceau royal. Un passe-partout en quelque sorte car le garde dans le seconde qui suivit s’excusa et rendit le bout de papier à la ministre.

    Une brume crémeuse envahissait le Gwendir au petit matin. Le jeune Sleipnir noir Quartz soupirait. Il était exténué après une telle épopée pour rejoindre Iboa. Ils avaient mis cap sur la capitale orthodoxe assez tôt le matin précédant et avait traversé les pleines et montagnes avec une difficulté inédite. Les récents conflits qui se profilaient commençaient à prendre une ampleur toute nouvelle et chacun était confronté aux gardes frontières d’une méfiance supérieure à l’habitude. La jeune femme descendit de sa monture qui n’en pouvait plus de supporter même ce poids si léger. Le tenant par les rennes l’elfe continua sa route jusqu’aux portes d’Iboa où elle dû décliner son identité à nouveau.

    La citée d’Iboa était toujours aussi impressionnante taillé dans une roche si pure. La beauté du lieu était inexpressible tellement elle dégageait un sentiment de noblesse. Iboa, sa ville, sa bibliothèque, sa magie. L’elfe s’approcha d’une fontaine s’abreuvant d’une eau claire et se rafraîchissant rapidement sans retirer la cape. Elle ne désirait pas être reconnue, pas pour le moment et surtout pas dans un temps de trouble ou les relations elfiques et orthodoxe tendaient à se détériorer. Quel dommage pensa-t-elle. Elle appréciait tellement ce lieu, ces gens.

    Après avoir laissé à Quartz le temps de reprendre des forces et le chevaucha jusqu’au camp d’entrainement en magie des jeunes recrues. En arrivant là-bas elle reconnut le vieil instructeur à qui elle avait rendu visite il y avait un peu moins d’une décennie. Le temps lui avait, vraisemblablement, asséné quelque coups irréparable mais n’avait en rien atteint la prestance de ce dernier. Puis aussi Erendil le souverain qui venait de faire une sympathique démonstration de son art. Que faisait-il ici. Nìniel n’en revenait pas. Quelle coïncidence, elle venait pour les revoir tout deux et comme si la providence en avait décidé ainsi ils étaient réunis.
    Pendant les années passées au royaume orthodoxe la jeune elfe avait connu le nouveau couronné. Ils avaient été dans une bataille compétitive des plus amusantes. Toujours plongé dans des bouquins de magie et quand ils daignaient lever le nez ce n’était que pour faire des duels tant l’un contre l’autre qu’avec des mages autres, en groupe, même seul contre tous. Nìniel se souvenait de cette époque avec un esprit amusé mais à l’époque ce combat incessant était un stimulant hors paire contraignant parfois.

    - Qui êtes-vous et que faites-vous ici ?

    La voix avait changé. Elle était sombre rien à voir avec celle d’un jeune homme d’une vingtaine d’année qu’il avait été. Tout comme la puissance de sa magie son corps et son apparence avaient changée mais pas ses yeux. Ils reflétaient toujours un respect étrange et une grandeur de magnificence. Le visage recouvert, Nìniel avança en direction de ces deux protagonistes ni l’un i l’autre ne devraient la reconnaître. Du moins c’est ce qu’elle croyait. Elle aimait bien ce petit jeu, que c’est bon de vivre si longtemps pour voir le changement. La jeune femme retira sa capuche quand elle fut à moins d’un mètre des deux hommes et elle leur accorda un sourire charmant, étincelant de beauté.


    - Qui je suis n’a pas d’importance. Ce que je fais ici, en revanche.

    Une brise se leva faisant flotter les cheveux noirs jais de l’elfe dans les airs. Elle sentait l’hyperactivité lui revenir comme à l’époque. On pouvait sentir la magie tout autour d’elle. Les yeux clos elle sentit l’adrénaline déferler dans ses veines atteindre les artères principales pour arriver droit dans son cœur. A ce moment là, ses lèvres esquissèrent un sourire narquois, presque narcissique. Elle laissa tomber la sombre cape à terre et recula de quelques pas penchant la tête de côté. Si ils ne l’a reconnaissaient pas physiquement la magie qui émanait d’elle pourrait surement leur donner plus d’indications.

    - Un de mes anciens et non des moindres instructeurs et mon meilleur adversaire. Que demandez de plus à une journée comme celle-ci ?

    On sentait bien qu’après tant d’année l’esprit de compétition ne disparaissait pas. Il n’était jamais disparu et progresser à ses côtés était glorifiant. La jeune femme passa sa main frêle dans ses cheveux. Son visage fin des traits amusés mais sur leur garde. Combien avaient l’audace de venir devant le souverain avec une démarche si arrogante. De plus sur son terrain. Ca paraissait assez suicidaire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/niniel-faelivrin-la-f


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Dim 9 Mai 2010 - 14:34

Quand on était jeune, la première chose à laquelle on pensait était de bien se faire voir, qui plus est quand une haute personnalité se trouvait sur les lieux même où l'on s'entrainait et où une étrangère, une Elfe, venait de faire irruption, comme si elle se trouvait en terrain conquit. Trois jeunes gens s'avancèrent de concert vers la jeune femme, gênés de la manière dont la nouvelle arrivante répondait à une question posée par le roi lui-même ! Mais Erendil comme l'instructeur avaient eu tôt fait de reconnaître la marque, celle de la magie, unique à chaque personne, différente en tout point de vue suivant les individus. Imperceptible pour des novices.

La grosse voix de l'instructeur résonna une nouvelle fois à travers le champ d'entrainement, ce qui électrisa les apprentis et leur fit arrêter leur marche vers l'inconnue plus si inconnue que cela pour Erendil. Ils se regardèrent les uns les autres, une nouvelle injonction de l'homme de d'arme les faisant bondir et s'éloigner de l'étrange trio qui s'était formé bien malgré eux, par un drôle de concours de circonstances.

Contrairement à lui qui avait vieilli et qui avait changé à tout point de vue (moralement aussi bien que physiquement), Niniel, elle, était restée presque telle qu'elle était la dernière fois que le souverain l'avait vu. C'est à dire des années, des décennies surement. Son sang Elfe parlait pour elle, la gardant jeune malgré le nombre d'année qui était le sien. Aujourd'hui, en cet instant, Erendil était chez lui et dès que l'identité de la nouvelle venue s'était fait jour dans son esprit, il avait perdu toute velléité de se montrer tranchant et sombre, pour intimider quiconque le déranger. Cette journée était celle des souvenirs et le monarque n'était pas certain d'apprécier cela. Un passé révolu n'avait plus aucune chance de refaire surface et la revoir... cela ne faisait que confirmer que leur destin n'était plus celui des combats amicaux, pour savoir qui, de leur groupe d'amis, était le plus doué quand il était question de magie.

Et pourtant... le plaisir de retrouver une connaissance de ces jeunes années, heureuses malgré tout, la mort, la désaffection de son géniteur, la couronne, les devoirs, éclipsait bien ses désagréments. Il se souvenait avec une acuité prodigieuse de ses moments libérateurs où ils ne pensaient à rien d'autre que de se perfectionner, parfois à leurs risques et périls, comme cette fois où il avait subtilisé l'orbe de l'un de leur instructeur, pour l'essayer puis pris sur le fait de leur vol, et finalement punis comme jamais ils ne l'avaient été. C'était dans ce genre de moment que l'on se forgeait des amitiés qui résistaient au temps et aux conflits politiques. Même avec une femme.

- Que nous vaut donc une telle visite, jeune fille ? s'exclama la voix bourru de l'instructeur, qui s'était approché de la visiteuse, pour montrer à tout à chacun qu'elle était ici chez elle, autant que faire ce peut, tout de même.

De son côté Erendil n'avait pas encore prononcé un mot, privé de toute faculté de réfléchir. Les événements imprévus, très peu pour lui, et ce retour en était un beau, d'imprévu. Mais le regard que lui jeta leur maitre d'apprentissage, entre exaspération et amusement, poussa l'homme à s'avancer vers leur invitée, galamment, et à s'incliner respectueusement, un léger sourire au lèvre, sincère pour une fois.

- La liste serait trop longue à dresser pour rendre cette journée splendide. Ravi de te revoir Niniel. Tu as toujours autant de cran à ce que je remarque, pour venir jusqu'ici malgré les tensions actuelles.

Une partie de son esprit n'oubliait pas les récents événements, dont l'accueil du prince Haziel parmi eux. Il savait de source sûre que les Elfes ne savaient rien de cela et que par conséquent, la venue d'une Ministre Elfe n'avait rien à voir avec le prince. Si la visite avait été officielle, Niniel ne serait pas venue le trouver ici, mais aurait demandé une audience au palais, où elle serait en ce moment même, à l'attendre, sous bonne garde. Malgré tout, Erendil ne se départît pas de quelques soupçons et d'un reste de méfiance, portée avant tout au titre de Niniel et non pas à sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 28
Age : 100
Clan : Résistance
Fonction : Ministre de la Magie
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Dim 9 Mai 2010 - 20:01

    Les apprentis tout hagard de l’assurance de l’elfe avaient commencé une ascension vers cette dernière quand la voix du vieil instructeur leur insurgea de rebrousser chemin. Ils s’exécutèrent de suite non sans laisser leur regard traîner vers l’arrière. L’instructeur, le roi une elfe en ces temps ? Cela ne présageait rien de bon et ces jeunes mages étaient avares de ce genre de nouvelle mais de devoir effectuer des tours de piste avec la fatigue accumulé à cause de l’entraînement vigoureux sous l’œil agressif de l’instructeur, très peu pour eux.

    - Que nous vaut donc une telle visite, jeune fille ?

    - La liste serait trop longue à dresser pour rendre cette journée splendide. Ravi de te revoir Nìniel. Tu as toujours autant de cran à ce que je remarque, pour venir jusqu'ici malgré les tensions actuelles.

    Erendil toujours aussi respectueux s’inclina et ses lèvres esquissèrent un sourire. Arathor, lui, restait un peu en retrait. Nìniel était contente qu’ils l’accueillent ainsi. Elle avait beaucoup redouté la rencontre mais les années et les conflits n’avaient pas eu raison de leur amitié. Un grand soulagement un soupir presque. Après une nuit à cheval et autant de minute a imaginé que leurs retrouvailles auraient pu être un désastre.

    - Je tenais à vous revoir tant que c’est possible.

    Nìniel éprouvait une vrai tristesse, un frisson qui traverse l’échine si intense qu’elle sentait à l’intérieur d’elle son cœur balafré par tant de haine. Elle savait que les conflits entre leur peuple n’allaient pas s’arranger et devoir en venir aux armes contre ceux qui on fait d’elle ce qu’elle est. Ils avaient été formé ensemble avec les mêmes moyens, la même vigueur, les mêmes rêves et ils en arrivaient de simple duel amicaux à des guerres sans merci ` ? Donc on les forme pour qu’ils se détruisent mieux ainsi et qu’ils cultivent une haine abominable les uns envers les autres.

    - Ma venue a été très mal vue on m’a même accusée de vous fournir des informations. Des membres éminents du conseil m’ont mis en garde qu’à la moindre erreur diplomatique je serais sévèrement sanctionné. Mais tu me connais les sanctions sont loin d'être un élément dissuasif, bien au contraire.

    La jeune femme se remémorait deux jours auparavant dans un salon de nobles. Discutant avec quelques ministres, la manière dont on l’avait questionné sur ce voyage. Les regards méfiants étaient de mise et on sentait la tension qui régnait dans la pièce d’apparence calme. Sans même qu’elle ne sache comment l’information était montée si haut car s’était avant tout une visite personnelle qui n’avait rien à voir avec son statut professionnel et qui était dénués d’enjeu politique elle avait du répondre à leurs questions comme une criminelle qui répondait de ses actes. On la surveillait et ça la révulsait à un point immense qu’elle en était devenue agressive.

    - Comment osez-vous m’insulter de la sorte en disant cela. J’aime mon peuple et jamais je ne pourrais lui porter préjudice. J’en serais même la première a me sanctionné.

    - Vous ne trouveriez pas étrange que je rende visite au roi Orthodoxe qui aurait été mon ami d’enfance.

    - Par Baldr, taisez-vous. ! Vous ne mesurez même pas l’impudence de ce que vous dites. Vous finiriez au tribunal si j'avais jugé que vous aviez toute votre tête en disant cela.

    Avait-elle sifflé entre ses lèvres. Ses yeux auraient foudroyé l’assistance s’ils avaient lancés des éclairs. La ministre adressa un soupir exaspéré à cette bande de vautour avant de quitter la pièce. Des personnes si honorable et tellement sensée. On commençait à douter les uns des autres. Une telle division nous mènerait à notre perte. Tous ces remous pour un pauvre fou qui avait décidé de mettre le grappin sur le pouvoir absolu. Une guerre d’orgueil avant tout. Elle ne haïssait ni les humains et encore moins les Orthodoxes en revanche ses sentiments pour le souverain Bennefoy étaient tout à fait sombre. Quand on lui avait confirmé leur alliance. Nìniel s’était sentie presque trahie.

    - Enfaite, ton alliance avec les humains m’a énormément surprise.

    Déçue. C'était le mot qui aurait mieux convenu. On pouvait voir dans ses yeux l’amertume. Le fait accompli pas encore digéré et qui passait très mal. Sa mine maussade trahissait trop ses sentiments à son gout et elle eut vite fait de se reprendre. Elle avait du mal à ne pas lui vociférer dessus pour lui demander comment avait-il pu perdre la tête ainsi mais elle avait trop de respect pour Erendil. C’est les décisions du roi qu’elle désapprouvait, pas celle de son ami. Le souverain devait penser à son peuple avant tout.

    - Soit, comment se fait-il que tu te trouves ici Erendil. Je pensais n’y trouvé que ce bon vieil Arathor. D’ailleurs j’avais douté que tu me molestes encore. Ahhh souvenir d’antan que veux-tu.

    Elle adressa un clin d’œil au vieil homme dont la vivacité apparente l’effrayait presque. Les rides creusaient son visage mais ce sourire si rayonnant, ce maintien militaire et la magie qu’il contenait en lui. Un sentiment affectueux la fit frissonner. Des années d’innocence. Qu’elle belle période que la paix. Elle redoutait vraiment à affronter ses proches, mais la ministre n'hésiterait pas si la survie de son royaume en dépendait, tout comme le roi Orthodoxes n'avait pas hésiter à s'allier. Arathor était trop vieux, un nouvelle guerre aura raison de lui.


Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/niniel-faelivrin-la-f


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Lun 10 Mai 2010 - 16:26

La raison exposée et ce qui en avait découlé exposait, Erendil haussa un sourcil. On disait de la sagesse qu'elle était une vertu prisée par les Elfes, mais cela ne semblait plus tellement vrai à leur époque, si une telle méfiance prévalait entre membre du même peuple. Pour une misérable visite de courtoisie... Enfin, malgré tout, on ne pouvait guère non plus trop leur en vouloir. Les récents événements avaient eu le tort de mettre tous les royaumes à cran, certains plus que d'autres, mais avec le même résultat final : celui de diviser, lentement mais surement, les citoyens d'une nation. Chez les Elfes, cela prenait la forme de la suspicion, chez les Orthodoxes, celle du meurtre à plus ou moins grande échelle.

- Prend garde malgré tout. Tu sers plus mes intérêts en étant vivante que jugée coupable de trahison par les tiens.

Ne jamais sous-estimer l'intérêt d'avoir des contacts à travers les différentes Cour des royaumes. On ne crachait pas sur le fait d'avoir dans ses connaissances personnelles une ministre Elfe qui l'avait très bien connu par le passé et envers qui il ressentait assez de respect pour ne pas la considérer comme une ennemie.

- Pour sûr que ça ne changera rien à l'affaire, marmonna l'instructeur à son ancienne élève.

Aucune punition n'avait jamais réussit à dompter les esprits rebelles qu'ils étaient dans leur jeunesse et avec l'âge, ce devait être pire encore. Ce devait en tout cas être ce que pensait Arathor avec sa réflexion bourrue. Erendil, de son côté, ne jugea pas utile d'en rajouter une couche supplémentaire sur leurs frasques de jeunesse, leur ancien instructeur devait surement avoir assez de sueurs froides en y repensant de lui-même. Pour sa part, il escomptait bien avoir le temps de bavarder avec Niniel avant qu'elle ne retourne jusqu'à chez elle.

Sans raison apparente, et contre tout désir d'Erendil de s'avancer sur ce terrain dangereux, l'Elfe aborda un sujet qu'il aurait préféré éviter, pour ne pas ternir de pareilles retrouvailles. Mais le mal était fait et les traits du souverain (du roi, et non de l'homme) s'assombrirent dangereusement et sa colère froide était autrement plus mauvaise que de grands éclats colériques. Ses décisions, il ne les avait jamais prise dans le but de plaire ou non à telle ou telle personne, moins encore à une représentante elfique, fusse Niniel elle-même. Le reproche était trop perceptible pour qu'il ne puisse pas le relever. Et réagir en conséquence.

- Ce que je décide est mon affaire, que ça te plaise ou non.

Il tirait tous les avantages dont il voulait de son allégeance envers Ardiosis Bennefoy et c'était là le principal. Ce que le seigneur Nordique faisait, ce qu'il projetait, ce qu'il comptait faire des royaumes qu'il dominerait... cela ne l'intéressait pas. Tant que lui avait les coudées franches et l'assurance d'être tranquille. Et cette allégeance ne l'empêchait nullement de comploter pour tirer son épingle du jeu, chose qu'il n'était bien sûr pas en mesure de révéler à Niniel. Il ne comptait pas rester éternellement sous la coupe d'Yswllyra, juste le temps qu'il fallait pour les presser comme des fruits mûrs.

Il retrouva finalement une bonhomie peu naturelle chez lui, bien décidé à profiter de cette fin d'après-midi. Il eut un autre de ses très rares sourire en repensant au soldat laissé sur le carreau, avec la servante.

- Pour faire simple, je me suis enfuis comme un voleur. De ma propre demeure. Mais je suis surveillé comme si j'étais un objet fragile et il m'a paru vital de prendre l'air. Sans nounou coller à mes basques. Ce terrain m'a semblé l'endroit le plus indiqué pour prendre un peu de bon temps, en souvenir du passé. Mais si tu souhaites tant que cela repartir avec quelques bleus, ça peut s'arranger, finit-il avec un sourire carnassier, des étincelles crépitant au bout de ses doigts, la magie faisant son office, en une invite à un retour dans le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 28
Age : 100
Clan : Résistance
Fonction : Ministre de la Magie
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Lun 10 Mai 2010 - 18:11

    - Pour faire simple, je me suis enfui comme un voleur. De ma propre demeure. Mais je suis surveillé comme si j'étais un objet fragile et il m'a paru vital de prendre l'air. Sans nounou coller à mes basques. Ce terrain m'a semblé l'endroit le plus indiqué pour prendre un peu de bon temps, en souvenir du passé. Mais si tu souhaites tant que cela repartir avec quelques bleus, ça peut s'arranger

    Ce sourire extravagant, le même qu’on arbore quand on va au devant d’une bonne dose d’adrénaline. Mieux qu’une sensation, bien pire qu’une drogue et c’est bien pour cela que la jeune femme le reconnaissait si bien. Elle en était pourvue elle-même avec la même lueur qui émoustillait ses iris d’encre. Sa détermination d’en découdre à nouveau avec son ami d’enfance était intense. On pouvait sentir le vent se soulever de part et d’autre de son être. Une brise légère avant la tempête.

    - Ahahhaha, ricana-t-elle. Tu as toujours eu un sens de l’humour inné et ne t'inquiète pas tu prendras tellement l'air que tu n'en redemanderas pas de si tôt. Arathor je te conseille vivement de te reculer.

    C'était un ordre même si il n'avait pas à en recevoir d'elle. Elle ne lui adressa même pas un regard. Sur son visage, elle le devinait, régnait surement une mine déconfite. Usé par le temps, il commençait à connaître ce genre de rituel entre les deux compagnons même qu’il en était venu à s’y habitué. Il soupira et baissa les bras en rejoignant plus loin ses novices qui malgré les sanctions qui leur pendaient au nez n’avaient pas réussi à s’empêcher de s’empresser pour voir ce qui se mijotait. Un duel, un vrai. On le leur offrait sur un plateau. Un orthodoxe contre une elfe. Un roi contre une ministre. Un homme contre une femme. Ca se passait de commentaire.

    - Les enfants ils me donnent une occasion inespérée de vous présenter tout ce que je vous interdis formellement de faire entre vous. Regardez bien et prenez-en de la graine. Vous ne reverrez pas ce genre de chose d’aussitôt. Espérons qu'ils ne s'entretuent pas...

    Il craignait sérieusement pour leur état post-duel. C'était à l'époque une puissance magique bien inférieure et leur combat étaietn déja spectaculaire. A cette période déja l'un et l'autre finissaient dans un état second mais là...On pouvait voir le maître d’apprentissage les éloignés d’avantage à la lisère d’une forêt proche, une once d'inquiétude l'avait envahi. Il se rassérena en pensait qu'ils étaient tout deux devenu des personnes tout é fait respectable qui ne sortaient pas de leur gond facilement. Les jeunes apprentis jubilaient d’impatience. Dans leurs yeux ont pouvait y lire la passion. Combien avaient eu pendant leur formation la chance de voir un combat entre deux mages confirmés ? Et cette offrande ils en avaient bien conscience n’était que le fruit du hasard. Bon endroit, bon moment. Les pupilles de Nìniel s’assombrirent. Le vent soufflait en rafales partout et le ciel s’était couvert dans un rayon d’un kilomètre cachant artificiellement la fournaise du soleil.

    - Le premier qui s’écroule a perdu. Qu’Odin te protège mon frère.

    C’était un pari risqué. Effectivement, au point de vue de la corpulence Erendil encaisserait surement mieux les coups. Elle les éviterait tous autant que possible. Nìniel n’avait peut être pas subi les traces du temps sur son visage mais son apparence était plus frêle. Elle était aguerrie par la souffrance mais pas par le mal. Ce qui rajouta du suspense encore une inconnue qui pourrai faire tout basculer. Les frontières de l’amitié s’arrêtaient là.

    Elle adressa un dernier sourire à son ami avant que les lieux ne se trouvent submerger par un brouillard épais. Il envoute les lieux de sorte que par la surprise Erendil se retrouve dépourvu de sa visibilité. Elle ne voyait rien elle-même mais avait pris le temps d’enregistrer l’emplacement de son ennemi. Puis elle joignit ses mains en l’air invoquant Baldr pour qu’il lui accorde sa clémence, qu’il lui offre sa force. Elle recule passe la barrière avec une légèreté agaçante. La main armée surgit, elle fouette le brouillard qui se dissipe et fonce droit sur l’homme à la chevelure argentée. Leurs yeux se croisent on peut voir l’arrogance dans les prunelles de l’elfe.

    Le duel commence…

    - Allez Erendil montre-toi tu en crèves d'envie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/niniel-faelivrin-la-f


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Mar 11 Mai 2010 - 11:38

Du côté des spectateurs improvisés, des grognements se firent entendre. Les apprentis étaient dépités que leur spectacle soit ainsi gâché par une brume magique, bien que cela ne les empêchait pas de commenter et de lancer des paris entre eux, à l'insu d'Arathor, toujours aussi consterné par la tournure des événements. En même temps, il se sentait blasé. Depuis que Niniel s'était découverte devant eux, elle n'avait pas une seule fois laisser entendre qu'elle, elle ne crevait pas d'envie de se frotter au souverain Orthodoxe dans un duel à l'amiable. Au final, il se sentait surtout stupide d'avoir cru un instant pouvoir y échapper et l'un dans l'autre, cela était une bonne chose pour les petits jeunes : il en apprendrait plus en un duel qu'en des mois d'entrainement.

La brume magique était une ruse que n'importe quel charlatan devait connaître et qui n'offrait pas que des avantages pour les deux adversaires. Quand il se retrouvèrent environnés par le brouillard, discrétion et furtivité étaient de mise. Plus que la vue, c'était l'ouïe qui était demandée dans ce genre de situation. C'était comme se retrouver pendant un entrainement, les yeux bandés et entouré par plusieurs mages confirmés, le but étant bien évidemment de dévier les sortilèges avant qu'ils ne vous grillent, rien qu'en 'sentant' la magie ou les mouvements des mages qui invoquaient. Et aujourd'hui, il connaissait parfaitement la magie de celle qu'il affrontait, pour l'avoir si bien connu et en avoir cuit de ses sorts. Ils avaient chacun cet avantage sur l'autre, en plus de l'expérience accumulée depuis cette lointaine époque.

Erendil repoussa l'attaque sans effort, un sourire ironique répondant à l'arrogance de Niniel, et il re-disparut à travers la brume, bougeant sans bruit à travers. Il se félicitait maintenant d'avoir passé une tenue adéquate pour ce genre de choses, qui ne gênerait pas ses mouvements et lui donnait la possibilité d'être discret. Son sourire s'accentua quand l'Elfe parla, sa première erreur. Le but de la brume était bien d'offrir une couverture à une éventuelle fuite et non pas d'offrir un endroit tranquille pour discuter, un verre à la main. L'Orthodoxe put déterminer sans effort la position de sa camarade au seul son de sa voix et c'était tout ce qu'il attendait, une ouverture pour un retour de bâton.

Sans arrêter sa marche, la concentration du monarque se tendit tandis que du côté de Niniel, invisible à cause de la brume qu'elle avait elle-même créée, une tâche sombre suivait ses éventuels mouvements. Erendil laissa en suspend ce premier sort, se tournant déjà vers le suivant, qui viendrait compléter celui en attente. La juste récompense de plusieurs années d'étude, à suer sang et eau pour en arriver à ce point. Pour un peu, Erendil aurait compris le dépit des malheureux apprentis, incapable de percer ce qui se passait entre les deux mages. Le troisième sort fut tout aussi rapidement tissé, il n'avait fallu à peine une minute à l'homme pour mettre sur pied trois sorts, de trois éléments différents.

Sans attendre une seconde de plus, Erendil lâcha la bride sur le premier sort. La forme sombre, soudainement, prit consistance et apparut la tête d'un serpent, puis le corps, ombre menaçante. Impossible de déterminer si Niniel l'avait remarqué avant qu'il ne s'enroule autour de ses jambes, entravant ses mouvements. Il n'attendit pas pour le savoir. Le second sort entra un action, le vent magique se leva, balayant le sol impitoyablement, soulevant un nuage de poussières pour compléter l'action de la magie d'ombre. Une distraction, simplement, pour lui laisser le temps de terminer la dernière pierre à son édifice. Le vent avait, comme il l'avait prédit, réussit à dissiper la brume, suffisamment en tout cas pour que les apprentis se raidissent d'excitation, apercevant vaguement les deux formes qui combattaient, assez pour que les paris repartent de plus belle. Assez pour qu'Erendil puisse repérer Niniel, libérer ou non de ses entraves, le dernier de ses soucis présentement.

L'air se chargea d'électricité quand apparurent la cause d'un tel phénomène. Une, puis deux, puis trois boules d'un jaune pâle dansèrent et attendirent, en suspension au dessus d'Erendil, l'ordre de se jeter sur la proie désignée. L'Orthodoxe ne leur gâcha pas longtemps leur plaisir. Un mouvement de la main lança les boules électriques à destination, l'Elfe, chacune prenant une direction différente pour la prendre en tenaille. Un sort basique qu'Erendil savait maitrisé à la perfection, augmentant même sa puissance initiale, sans réellement en être conscient. Toujours cette juste récompense des efforts de jeunesse.

Au loin, les encouragements des apprentis magiciens parvenaient vaguement à l'oreille du souverain et il ne trouva qu'une seule chose à pensée, en pareille circonstance : ils ne regretteront pas leur après-midi d'entrainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 28
Age : 100
Clan : Résistance
Fonction : Ministre de la Magie
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Mar 11 Mai 2010 - 16:04

    Erendil faisait preuve d’une concentration sans faille enchaînant coups sur coups les sortilèges. Il concocta en à peine quelque minutes un mélange explosif de magies différentes. Il commença toutefois à balayer d’un revers de la main l’attaque que l’elfe lui adressa. Une simple entrée en matière, déjà lasse de son chemin elle souhaitait avant tout l’épuisé un peu toutefois elle-même n’était pas en pleine possession de ses moyens. Le faire courir et lui servir le plat de résistance quand il serait incapable de le digérer. Ça aurait pu être une stratégie payante surtout qu’il ne tarda pas à commencer sur les chapeaux de roue. Tout en puissance, comme il en avait l’habitude.

    Nìniel sentait cette puissance exubérante qu’il dégageait. C’était une puissance perçante, presque palpable tellement elle dégageait d’énergie. Chaque parcelle de son corps ressentait cette force ardente qui passait à travers elle. L’adrénaline montait encore comme booster par le mage qui lui faisait face mais un frisson lui parcouru le dos. Elle se tourne et c’est euphorique qu’elle accueille le premier sort. Une ombre discrète qui d’un coup lui apparut comme un serpent. Le monstrueux reptile exhibe sa langue bifide se cabrant tel un Sleipnir enragé. Il darde, à l’opposé Nìniel reste calme. Aucune expression son visage est totalement impartial.

    Elle n’est pas dupe. Ce n’est qu’une embuscade, un piège sournois pour la distraire. Le vent, une brise légère qui augmente en puissance. Il n’aurait pas du faire cela. Le vent était un élément qu’elle connaissait dans ses moindres retranchements. C’était l’élément que chacun des enfants de Baldr avait au plus profond de lui et la berner ainsi aurait été dérisoire. Toujours un sens de l’humour cocasse ce cher Erendil. Le serpent s’avance dangereusement. Nìniel lève la main pour repousser l’avalanche de terre qui fonce droit sur elle. Le vicieux s’enroule autour de ses chevilles. Soudain la tension monte, l’air s’appareille d’une charge. La terre se calme et une boule vole en direction de la ministre. D’un geste de la main elle envoya le serpent d'ombre qui fit déferler des étincelles partout dans les alentours dans une explosion mémorable et un vacarme abracadabrant. La tunique mauve de Nìniel avait récemment déteint dans un brun vert. Mélange d'herbe et de terre ce qui lui donna une allure sauvage .

    Elle n’avait pas prévu qu’il en avait déployée trois. Elle ne réussit pas à esquiver totalement la deuxième décharge et ne put qu’envoyer une bourrasque freiner sa course avant qu’elle ne lui frôle le bras déjà frêle. La boule d’énergie emporta sur son chemin une parcelle de chair en lui arrachement un rictus de douleur. Deux, mais pas trois. La dernière projection d’électricité fut accueillie dans le creux de sa paume gauche. La femme sortit de la brume qui commençait doucement à se dissiper. De sa main libre elle insurgea au nuage de se dégager. Mettant un genou à terre elle joignit les mains et la boule d’énergie commença à s’amplifier doublant presque de volume, comme si elle absorbait la chaleur du soleil qui filtrait à travers un interstice curieux dans le ciel mais ce n'était qu'illusion, toutefois la boule avait garde sa charge électrique. La mascarade était bonne. Il n'existait aucun sort pour faire cela. Cela le surprendrait un tant soit peu et apprendrais aux jeunes apprentis qu'il faut toujours se servir de l'attaque de son adversaire. Quelques instant après Nìniel l’envoya d’une main douce dans les airs. Elle sembla rester en apesanteur. Il n’y avait plus aucun brouillard pour amoindrir sa visibilité.

    Elle pose la main à terre et dans la seconde qui suit un flot de végétaux se met à pousser vers l’avant en direction de son adversaire à une vitesse fulgurante. Sans même prendre le temps de voir si ces derniers l’ont ligoté. Elle envoie la masse magique, mélange de chaleur et d’électricité, sur son vieil ami. La noiraude recule de quelque pas. La tension du début à disparu et le mélange de l’insomnie et de la magie commençaient à se faire sentir. Mais l’adrénaline se refusait à retomber à la normale. Pour se laisser le temps de souffler elle matérialisa de part et d’autre du roi un rideau d’étoiles brulantes. Il ne pouvait que reculer. Une seconde, elle inspire lentement. Elle était tellement plus résistante avant, quand ils étaient jeunes, comme si elle dépérissait au fur et à mesure.

_________________



Dernière édition par Níniel Faëlivrin le Ven 14 Mai 2010 - 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/niniel-faelivrin-la-f


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Jeu 13 Mai 2010 - 21:01

Et la foudre était l'élément des Orthodoxes, tout comme Il était celui de Thor, leur Créateur. La seule chose qui lui parut étrange était bien que Niniel ait pris le contrôle de l'une des boules électrique, la nourrissant de son énergie et la renvoyant dans sa direction sans effort. Erendil fronça les sourcils, il avait pourtant la certitude que ce sort ne pouvait être créé par n'importe qui.

Le magicien se concentra à parer les différentes manœuvres adverses à temps. Il n'était pas un adepte de la défense, l'attaque en chaîne étant la meilleure d'entre toute, mais il voyait bien qu'il avait blessé Niniel et il ne tenait pas à ce que ce duel se termine si tôt. Pour contrer les plantes, il dressa un mur de feu, tirant dans sa puissance magique pour que le dit bouclier, en plus de l'englober de tout côté, se prolonge jusqu'au sol. Dans un grésillement, la malheureuse attaque ne put remplir son office.

Mais ce n'était pas encore finit pour lui. L'Orthodoxe n'eut pas besoin de lever la tête pour sentir qu'il allait subir un nouvel assaut. Quand il en comprit la nature, il exulta presque, si tant est qu'une telle réaction puisse être dans ses habitudes. Il connaissait tous les sorts comme si lui-même les avait créé, les avait tant de fois utilisé qu'il pouvait facilement discourir sur les effets de leur utilisation sur un magicien médiocre. Niniel ne l'était pas, mais il connaissait son potentiel magique, pour l'avoir tant de fois éprouvé. Sa vieille amie était blessée et avait déjà riposté, tant en renvoyant ses attaques, qu'en en envoyant d'autres de son crû, sans se ménager de pause. Cette attaque, cette dernière attaque, ces étoiles de feu, mais pourtant tirée d'une magie sacrée, était beaucoup demandée (cf Livre des sorts, attaque Tempête d'étoiles, capacité magique : 100).

En dehors des boules électriques, Erendil avait pris soin de préférer des attaques de faibles intensités, dans le but avoué de déstabiliser l'Elfe. Même additionner, cela restait peu de choses pour lui. Il aurait facilement put disparaître de l'intérieur de son bouclier enflammé et réapparaître quelques mètres plus loin, à l'abri de l'attaque. Cela n'aurait prit pas même une minute entière. Mais il n'avait pas prévu que les effets du sort de foudre soit retourné contre lui. Il devait choisir. Il se décida rapidement, par défaut, à se prémunir au mieux de la magie sacrée plutôt que de l'autre, parce qu'il maitrisait la foudre, contrairement au reste. Un grésillement se fit entendre, puis une odeur de tissu brûlé monta au nez de souverain. La boule électrique, désintégrée, l'avait bloqué sur place et les étoiles avaient tôt fait de faire leur office. Erendil ne resta pas longtemps sur place pour finir en torche humaine. Il disparut en un clignement d'yeux, pour repparaître quelques mètres plus loin.

Sans bouger de sa nouvelle position de villégiature, Erendil laissa galamment le temps à sa compagne de récupérer son souffle et assez de potentiel pour être une adversaire plus coriace que présentement, même si lui aussi se trouvé maintenant blessé. Il rejoint sans le savoir ce qu'elle pensait, que le temps faisait autant de ravage sur l'un que sur l'autre. Ou était-ce simplement le manque d'occasion d'utiliser la magie qui pouvait les rendre moins performant que pendant leurs jeunes années ? Une ministre comme un roi ne devaient pas se battre tous les jours, d'autres, formés pour cela, s'en chargeaient à leur place.

Mais Erendil finit par juger que la pause bucolique était terminée, prête ou non. Il voulait, désirait ardemment, se prouver à lui même, comme un défi personnel, que si le temps avait eu prise sur sa personne, il n'avait pas réussit à entamer ses réserves d'énergie et sa combativité, son talent en magie. Il pouvait toujours en démontrer à n'importe quel jeunot qui oserait le défier, à commencer par Niniel, bien malgré elle. Ou parce que c'était elle. Rajouter une victoire au tableau de chasse des combats entre eux. Long, bien remplit, mais jamais assez.

Il repartit à l'attaque sans prévenir. Une petite mise en bouche, une vive explosion qui mis hors d'état de service la vue de son assaillante, assez longtemps pour lui permettre de rassembler ses forces. Le ciel était toujours couvert, menaçant, un temps parfait pour déchainer la colère des cieux. Un grondement sourd, au loin, puis de plus en plus près. Erendil relâcha son emprise sur la poudre lumineuse qui obstruait la vue de l'Elfe quand il eut assez rassembler sa magie en un point précis au dessus de leur tête. De la tête de Niniel. Tous goûtèrent au déchainement des éléments : le vent, la pluie à torrent, la foudre et le tonnerre. Combattants comme spectateurs se retrouvèrent trempés comme si ils sortaient d'une douche tout habillé. Mais il n'y avait que son ancienne condisciple pour réellement en pâtir, toute l'attaque se trouver concentrer sur elle et elle seulement. L'eau combinée à la foudre qu'il maitrisait à la perfection pouvaient se révéler dangereux à terme.

Au loin, l'un des apprentis mages fronça les yeux, se demandant si il n'avait pas rêver l'éclat blanchâtre autour de son roi. Mais à cette distance et avec cette météo calamiteuse invoquée grâce au talent de son monarque, impossible d'en être certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 28
Age : 100
Clan : Résistance
Fonction : Ministre de la Magie
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Sam 15 Mai 2010 - 17:17

    Erendil avait vite fait de reprendre des forces. Après une illusion il avait fait se déchaîner tous les éléments sur la ministre. Mais elle avait le regard au loin. Comme si le monde autour n’était pas réel. Un éclair s’effondra à moins d’un mètre de la jeune femme et heureusement car elle n’aurait pas été capable d’esquiver. La pluie fouettait son visage, d’une brutalité téméraire qu’elle sentait ses pauvres joues blanche balafrées. Elle avait des sueurs froides et des bouffées de chaleur. Elle voyait tout mais de l’extérieur.

    A défaut de pouvoir relancer une pluie d’étoile, elle en avait dans les yeux mais pas de celles qui vous font rêver bien au contraire elle était dans un état proche de la démence. Physiquement, elle était très fatiguée mais cela aurait pu être surmontable si dans sa tête elle avait pu raisonner normalement. Nìniel était comme sous l’effet de drogues. Ses sens s’étaient décupler et elle croyait voir et entendre de manière disproportionnée. Le craquement d’une branche elle l’entendait comme un éclat de tonnerre virulent. L’elfe était sous l’effet de la magie. Elle ne contrôlait plus, elle était contrôlée, ailleurs. La noiraude aurait pu faire une percée mais elle ne bougea pas. C’était dans ses moments qu’elle sentait son don lui échapper. Ce pincement dans le cœur comme une amertume ardente qui la gangrénait. Elle jubilait de voir son adversaire blessé. Plus d’amitié qui tienne rien qu’elle et lui, pas de monde entre les deux. Juste un combat. Gagner ou perdre.

    L’homme aux yeux d’acier s’était calmé. Ils avaient d’un accord muet décidé de faire une trêve. Aucun n’avait assez d’énergie pour lancer un sort à l’instant quelques broutilles au mieux. Des sortilèges de débutants indignes de leur rang. Son vieil ami avait l’air d’avoir beaucoup d’entrain dans cette bataille. Nìniel le dévisageait d’un regard méfiant, sombre. Dans ses veines coulait une sensation nouvelle une haine violente, une vengeance qu’elle ressentait de plus en plus souvent. Ses pupilles étaient tellement dilatées qu’on ne voyait qu’une infime parcelle de bleu sombre. Elle ne se ressemblait plus.

    Elle avança jusqu'à être dangereusement proche d'Enrendil. Elle pouvait entendre sa respiration à peine remise de attaques lancées contre elle. La distance n’était même pas décente si elle envisageait de lui jeter un sort à bout portant ça aurait pu le tuer. Mais s'était Enrendil. Son visage était dur, ses traits crispés. Nìniel était vide de sentiments. La haine. Une transformation que lui aussi avait vécu. Elle l’avait vu se transformer et aujourd’hui s’était son tour. Comment en était-elle arriver au stade de se renfermer autant sur elle même qu'elle était sur le point d'imploser.


    Elle n'avait jamais suivi le conseil de son instructeur. De loin il savait exactement ce qu'il se passait. Il commença à courir pour s'approcher et nous séparer avant que sa ne dégénère. Arathor savait à quel point il était facile de passer d'un simple combat à un vrai duel à mort. Mais il s'arrêta net quand il sentit la pesanteur du lieu. C'était trop tard.

    Il n'y avait pas de justice on lui avait enlevé tellement que le seul bien qu'elle possédait, la magie, elle le dépensait compulsivement. Parce qu'en refusant de se préserver, elle refusait d'être honnête. Parce qu'en rejetant la magie, elle rejetait la vie. Sans qu’elle se contrôle vraiment elle sentait la force se charger en elle. Un frisson lui parcourut l’échine. Enfermée dans son propre corps, elle ne peut rien empêcher. Les lames, le vent se lève. Elles partent en direction du souverain. Sur sa joues une larme amère, coule et lui brûle le visage par son acidité.

    Nìniel qu’est-ce que tu fais ? C'est Erendil. C'est Erendil. C'est Erendil.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/niniel-faelivrin-la-f


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Dim 16 Mai 2010 - 20:23

Heureusement que pour une fois, il avait autant pensé à sa défense qu'à son attaque, il aurait été haché menu dans le cas contraire. La virulence que mit Niniel dans son offensive le désarçonna un instant et sa concentration se délita en même temps qu'il prenait conscience de ce qui n'allait pas dans l'attitude de l'elfe. Mais si l'orage se calma aussi vite qu'il était apparut, son deuxième sort tint le coup, assez pour lui permettre de remplir son rôle. Ce n'était maintenant plus un simple éclat qui apparaissait et disparaissait suivant la lumière ou la position dans laquelle on se trouvait. Le bouclier blanc, neigeux, avait prit toute sa consistance pour contrer l'assaut. Il n'avait même pas eu le temps d'ordonner à leur vieil instructeur de rester à l'abri, la surprise l'en avait empêché.

Jamais encore il n'avait vu Niniel dans cet état de rage, proche de la démence. La violence de sa contre-attaque, l'éclat de ses yeux ne laissaient rien présager de bons pour la suite. Il avait pourtant de nombreuse fois nourrit son courroux, mais jamais à ce point. Elle avait atteint un point de non-retour qui allait lui être fatal et à ce moment là, Erendil ne pensait pas à son attitude présente, à ses pulsions meurtrières qu'il sentait dans chacun de ses gestes, chacun de ses regards. Erendil parlait bien de magie. Il sentait confusément que ses sentiments destructeurs faisaient tenir debout l'elfe, et non pas une réserve d'énergie inépuisable, le contre-coup serait forcément douloureux.

Le ciel avait repris une teinte plus estivale, sans pourtant que le sol n'en soit moins détrempé. Arathor s'était de nouveau éloigné à une distance convenable et Erendil put se mettre plus tranquillement à réfléchir à ce qui allait suivre. Enfin, tranquillement était un bien grand mot, une partie de son énergie étant occupée à se protéger des lames d'air qui fonçaient sur lui à intervalle régulier, emportant à chaque fois au passage un bout de tissu. Encore un peu et c'était la chair qui allait pâtir de ce traitement et il passerait tous deux autant de temps l'un que l'autre à l'infirmerie. Il n'avait jamais prévu que cela irait aussi loin.

Malgré la différence de stature, la frêle constitution de l'elfe face à la taille imposante de l'Orthodoxe, Erendil jugea qu'il aurait le temps de mettre à exécution ce qu'il avait en tête, se glisser dans le dos de sa camarade, rassembler assez de potentiel pour que le sort ne se désagrége pas avant qu'il ne l'ait lancé.

Erendil ne fit cas de la marque de tristesse qui marbra soudain le visage de Niniel. Elle était trop proche et même si ce qu'il allait faire n'était pas très conventionnel dans un duel magique, il n'hésita pas un instant. D'une torsion du bras, l'elfe se retrouva la joue à même le sol, emportée dans l'élan que mit Erendil à la faire décoller du sol. Le choc de l'atterrissage devait lui avoir remis partiellement les idées en place. Le souverain allait contribuer à finir le travail amorcé.

Le bouclier glacé avait depuis longtemps était remisé aux oubliettes, se contentant d'esquiver autant que possible les lames d'air. L'abandon du bouclier lui avait permis de rassembler ce qu'il lui restait d'énergie magique, de la concentrée en un point d'impact, après s'être reculé de quelques pas et avoir contourné le corps de son ancienne camarade. Il visait clairement le sol. Les étincelles, fines et d'un jaune vif qui tranchait avec le brun du sol, rebondirent gaillardement sur le sol mouillé, comme il le voulait, pour se diriger droit vers le corps visé. Tout avait été calculé. Il conduisait les éclats de foudre comme un chef d'orchestre dirigeait ses musiciens, éclats qui se servaient de l'eau qui maculait les alentours comme d'une route balisée qui les mèneraient jusqu'à leur destination finale, si Thor et la chance, enfin, souriaient au monarque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 28
Age : 100
Clan : Résistance
Fonction : Ministre de la Magie
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Lun 17 Mai 2010 - 18:04

Il cesse tout mouvement et pendant une trentaine de seconde – en restant relatif car à ce moment toute notion du temps était totalement faussée – il réfléchit. L’elfe le regarde avec un air pénétrant et sérieux comme si elle voulait le frustrer. Enfaite son regard et si insistant pour cacher le fait qu’elle n’avait aucune emprise sur les événements. Son souffle est saccadé pourtant la puissance de la magie ne désemplit pas. Cette vicieuse se nourrit de son énergie, la vide, la dilapide et va la laisser sans vie après. Elle ne voit même pas que si il n’avait pas réagit aussi vite il serait désarticuler écorché vif sur le sol. Incapable de se reprendre, comme dans une bulle protégée de tout et de tous, ce n’est qu’une spectatrice.

Quand soudain le temps s’accélère comme un cheval qui repart au galop car trop longtemps retenu. Le temps explose littéralement et désarçonnée elle reçoit très mal le coup qu’Erendil n’avait pas hésité trop longtemps à lui affliger. Elle sent ses mains se posé sur son petit être fébrile. En termes de comparaison on n’était pas lui entre la poupée de porcelaine et le soldat aguerri. Ça sonne dans sa tête. Le sol l’accueille à bras ouvert. L’humidité et la chaleur de la terre la rassure. Elle se retourne et lui fait face du regard, ce dernier toujours aussi dubitatif et lunatique est inquiétant. Ses pupilles se contractent. Belle réaction de cause à effet, très tardive toutefois.

Erendil n’a pourtant aucune compassion. Dans un duel il n’y pas la place pour ces formalités. Quand on est dans cet état ou l’adrénaline monte et descend aussi vite, il n’y a de la place pour aucune banalité. Tout est si violent, heurtant. L’homme aux yeux d’acier avait esquivé tant bien que mal les lames tranchantes sur sa route mais Nìniel avait l’air bien plus meurtrie par sa faible constitution. La magie monte à nouveau. Elle est toujours au sol son visage couvert d’un mélange vaseux de terre et d’herbe. D’un revers de la main Nìniel essuie son visage et la pluie termine de lui rendre sa couleur d’origine. Le soleil commençait à percer. Le duel ne durerait pas d’avantage.

L’eau n’était pas tout à fait un avantage quand on faisait face à un mage passé mettre dans la manipulation d’un élément aussi électrique que la foudre. Le précieux élixir à défaut de désaltérer à la perfection était aussi un conduit très favorable au souverain. Mais dans une frénésie pareille elle ne pouvait pas rester au sol. Dans son corps un petite voix lui insufflait de continuer à dépenser sauvagement le peu d’énergie vital qui lui restait. Elle le regard, un sourire de hyène au visage. Elle lui lance une boutade. C’est une insulte presque d’attendre le dernier instant pour se retirer d’un danger si proche. L’elfe ferme les yeux quand elle voit à un centimètre d’elle les étincelles annonciatrices de son espérée défaite par le souverain.

- T’as toujours été un grand malade. De là à me tuer.

Gonflée de pouvoir et de courage elle lui avait ricané au nez. Elle se trouve derrière son ami lui susurrant à l’épaule. A l’accoutumée insolente, là ça dépassait toutes les attentes. L’impudence c’était donc matérialiser en un être à l’apparence si douce. Toutefois ne fois cette haine défoulée, elle reprit difficilement possession de son corps. Comme un coup de tonnerre dans un tête. Elle s’effondre vers l’arrière sa chute, le combat tout repasse en boucle des dizaines et des dizaines de fois avant que sa tête ne heurte le sol. Un bruit continu comme un acouphène horrible qui filtre ses tympans et lui balafre les tempes. La noiraude est allongée à semi-consciente.

J’aurais pu gagner, se disait-elle. Un peu plus et je l’aurais envoyé au tapis. Mais c’était plutôt la morgue qu’elle aurait du citer. Heureusement Erendil n’était pas de la dernière pluie la magie ne lui cachait que trop peu de secret encore pour le prendre à ce jeu. Elle se sentait coupable, d’avoir manqué d’étriquer un être cher et de perdre si lâchement à son gout.

Au loin, les cris des jeunes apprentis s’étaient tus. Arathor se mit en route vers les deux belligérants. Les yeux écarquillés autant que leur orbite le leur permettait ils venaient d’assister à un combat mémorable que longtemps ils garderont en mémoire mais comme exemple beaucoup moins.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/niniel-faelivrin-la-f


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Jeu 20 Mai 2010 - 15:53

Il n’avait pas besoin de la tuer pour être victorieux, si en plus on considérait sa position parmi son peuple et les ennuis qui seraient les siens si il se décidait à assassiner de sang froid une ministre elfe. Non, pas besoin d’en arriver là, il suffisait simplement de compter sur ce qu’il avait perçu de l’attitude de Niniel ses dernières minutes, ou devrait-il dire secondes ? Il ne savait plus trop, mais Erendil avait déjà connu des mages qui surestimaient leur potentiel et leur résistance à la fatigue, après avoir abusé honteusement des bienfaits de la magie pendant un duel où l’enjeu était aussi important que le leur. Il n’était pas malade, il connaissait simplement son art, celui dans lequel il baignait depuis qu’il était en âge d’en apprécier les subtilités, celui que tout Orthodoxe, pour peu qu’il ait de la chance, devait connaître. Aussi important que de respirer. Le tribu à payer était lourd et sa camarade du passé allait très cher s’acquitter de cette dette auprès de son corps fourbu.

Il connaissait son impétuosité, il ne s’étonna pas de sa sortie du champ de l’attaque, ni même –dans une certaine mesure- de son retour dans son dos. Il la trouva juste inconsciente et malavisée. Il ne bougea pas, sachant déjà ce qui allait se passer. Combien de fois avait-il vu des magiciens dans cet état, après avoir utilisé la magie ? Exsangue, évanouit, le pouls faible et une seule envie : dormir !

Le bruit mat d’un corps qui s’écroule au sol lui confirma ce qu’il attendait. Erendil se retourna pour constater l’évidence : Niniel n’avait pas supporté le choc et avait retrouvé la dureté du sol dans son dos. Il eut le temps de se baisser et de poser la main à la base de son cou, pour constater l’état de son pouls, le débit était ralentit, mais quoi de plus normal ? Il repoussa une mèche de cheveux qui lui coller au front avant qu’Arathor ne l’ait rejoint, laissant les mages en formation commentés ce qu’ils avaient vu.

- Comment va-t-elle ? demanda-t-il essoufflé.

Le souverain prit le temps de jeter un regard à l’elfe, avant d’observer les traits tirés de leur vieil instructeur. Il en avait vu de toutes les couleurs avec eux, mais comme à chaque fois, il paraissait avoir vieillis avant l’âge. Cette constatation le frappa, comme il prenait conscience qu’une époque se terminerait quand Arathor ne serait plus de ce monde, emporté par Snotra pour rejoindre leur Créateur.

Il inspira une fois, avant de combler l’impatience et l’anxiété qui le rongeait :

- Elle va bien, elle a simplement abusé de ses forces. Le voyage jusqu’ici et une telle débauche d’énergie en si peu de temps… Cela a eu raison d’elle. Il faut prévenir Roderik pour qu’il prépare de quoi la remettre sur pied.

Roderik, le mage-guérisseur de la caserne, aussi doux qu’un cheval enragé, pourtant si compétent. Mais toujours voué aux gémonies dès que le patient passait la porte de l’infirmerie. Arathor se détourna en hochant la tête, criant tout à coup après les apprentis, en en harponnant un au passage pour qu’il court prévenir le mage-guérisseur qu’on lui amenait une convalescente, Niniel Faëlivrin.

De son côté, Erendil avait gardé une main sur l’épaule de l’elfe, pour lui ôter toute envie de se lever toute seule. Elle n’en aurait surement pas la force pour le moment, mais mieux valait prévenir que guérir. L’agitation était à son comble par delà les barrières, bien que quelques curieux, plus téméraires que d’autres, avait osé braver la distance de sécurité pour s’approcher. Mais le souverain ne leur prêtait aucune attention pour le moment. Toute sa concentration était rivé sur le corps étendu à côté de lui.

- Que dirais-tu d’un bon repas, après que Roderick t’ait torturée ? Je te dois bien ça, pour le chemin parcouru et les blessures que tu m’as infligé… Je vais aussi devoir passé entre les douces mains du mage-guérisseur, commenta-t-il en grimaçant, peu ravi à l’idée de revoir le soldat chargé de la santé des membres de l’armée à Iboa. Nous avons aussi un fan-club, maintenant, je le crains, dit-il finalement en lui montrant les plus jeunes qui les regarder.

Erendil regarda par-dessus son épaule et enjoignit d’un geste à deux des apprentis de les rejoindre. Ils s’empressèrent de répondre à son appel –par devoir mais surtout par envie ardente, pensa-t-il en les observant attentivement- et se retrouvèrent près d’eux en un rien de temps.

- Aidez dame Niniel à se lever et amener la à l’infirmerie. Roderick est déjà prévenu de notre arrivée.

Les deux gaillards, bien bâtis, hochèrent la tête et tendirent les bras vers l’elfe pour lui apporter leur concours. Erendil en profita pour amener à lui un troisième apprenti, qu’il chargea d’aller prévenir le palais qu’il ne serait pas seul pour dîner et de transmettre de même cette nouvelle à lady Linnel, la conviant à les rejoindre, si elle le désirait, dès qu’on la préviendrait de leur retour à la citadelle. Il préférait prendre les devants sur ce que pourrait lui demander Niniel, cela lui éviterait une désagréable conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 28
Age : 100
Clan : Résistance
Fonction : Ministre de la Magie
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Mer 26 Mai 2010 - 19:58

Pendant une un certain temps Nìniel ne perçu qu’un flot de couleur psychédélique devant ses yeux, puis une brume d’un gris attristant quand leur instructeur demanda l’état dans lequel elle se trouvait. Il avait une voix rauque mais si rassurante. L’elfe ne se sentait aucunement en danger comme si le fait d’être vaincue avait perdu tout son sens à présent. Ses pupilles dilatées attestaient de l’état de Nirvana dans lequel elle se trouvait. Comme si d’avoir dépensé toute son énergie dans la moindre parcelle de son corps lui avait ôté un lourd poids.

L’homme aux cheveux d’acier posa la main sur son épaule pour l’empêcher de se relever. Noble intention mais toutefois inutile même dopée la ministre n’aurait pu bouger le moindre membre. Sa vue redevint clair et quand elle entendit Erendil vouloir l’envoyer chez un guérisseur se manifesta mais en vain. Dans le regard de son ami, elle crut déceler de la compassion, et elle détestait cela bien plus que la défaite. Elle se renfrogna et le toisa aussi sèchement qu’elle le pu.

- Non Erendil je suis simplement exténuée.

Puis elle regarda la blessure causée par la boule énergétique qui lui avait emporté la couche supérieure de la peau. Sa tunique était un bain de sang au niveau de l’épaule et elle se ravisa quand les sensations lui revinrent et qu’elle perçut que la plaie s’était largement étendue. Quoique le ton ironique d’Erendil quant aux douces mains de Roderic ne la rassura pas du tout.

- Que dirais-tu d’un bon repas, après que Roderic t’ait torturée ? Je te dois bien ça, pour le chemin parcouru et les blessures que tu m’as infligé… Je vais aussi devoir passé entre les douces mains du mage-guérisseur. Nous avons aussi un fan-club, maintenant, je le crains

La jeune femme au regard d’encre esquissa un sourire. L’idée qu’elle ne serait pas la seule torturée atténua son anxiété. Elle se souvint que plus jeune, elle été passée mainte fois entre les mains de différents mage-guérisseurs et autres tous plus fous les uns que les autres et apparemment leurs manières n’avaient pas changées. Et quand au fan-club elle s’y était attendue au moment où au début du duel, elle revoyait depuis longtemps cette étincelle dans l’œil de son ami.

- J’accepte ta proposition surtout que cela me donnera le loisir de rencontrer ta prétendante, sa voix vacilla sachant que ce serait surement un sujet délicat Nìniel s'en détourna aussitôt, pas ici devant autant de témoin mais ils auraient surement une bonne conversation si les circonstances le permettaient. Eh mais j’espère bien que tu vas passer entre ses mains, rigola-t-elle et faussant une attitude outrée. On n’a pas fait dans le bas de gamme ici.

Sa voix était faible et son visage aussi froid et blanc que le marbre. Deux jeunes orthodoxes bien bâtis l’aidèrent à atteindre l’infirmerie. De prime abord elle repoussa leurs bras qui l’avaient agrippés de manière brutale mais ce devait être du aux multiples contusions qui balafraient son bras puis finalement leur adressa un vague sourire mais très vite se terra dans un mutisme froid et distant. Erendil marchait à côté du gaillard à sa gauche et elle évita de croiser son regard se contentant de pointer le sol avec une mine défraîchie. Elle repensait à ce qui s’était passé, ce n’était vraiment pas dans ses habitudes de perdre le contrôle de la sorte quoique dans certains combat elle avait eu tendance à des périodes d’égarement ou d’absence.

Un fois à l’intérieur de l’édifice qui abritait l’infirmerie. Elle se laissait malmené par ledit Roderic jusqu’au moment ou il dépassa les limites en forçant la pression sur son bras. Jusque là elle s’était docilement laissé faire mais quand il la toisa avec un sourire narquois elle l’attrapa par le cou et le plaqua contre la table d’opération et approcha son visage du sien. Le foudroyant du regard, et d’une voix sourde lui susurra avec une expression malsaine, sifflant entre les dents.

- Je vous déconseille fortement de rire de moi. Ce serait vraiment indécent.

Elle relâcha l’emprise et la pression qu’elle avait infligée au pauvre guérisseur qui de suite s’affaira doucement à soigner son bras. L’altercation n’avait pas du passer inaperçus mais Nìniel ne s’en préoccupa pas. Encore une fois, ce n’était pas dans ses habitudes. Elle-même s’étonnait de ses réactions. Dans le silence le plus absolu Goderic, après avoir guéri le bras, ne s’éternisa pas auprès de la ministre. Sa fatigue sembla avoir disparu, en revenant par moment. Lunatique était le mot qui la qualifiait le mieux, ou bipolaire à phase extrêmement courte.

Elle regarda Erendil prendre place sur la table d’examen, là ou elle se trouvait quelque seconde auparavant. Arathor était présent lui aussi et ne cessair d'observer la ministre étrangement avant que son devoir ne l'appel. Elle le salua et après quelques conseils il s'en alla au pas de course toujours aussi préssé. Ce regard elle l'avait rarement vu au visage d'Arathor. Anxieux, étrange...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/niniel-faelivrin-la-f


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   Jeu 3 Juin 2010 - 16:47

Les mines offusquées accompagnèrent la démonstration de force de la ministre elfe. Quand on était encore à ‘l’école’, jamais on ne pourrait seulement rêver de mettre son poing dans la figure d’un homme tel que le mage-guérisseur de la caserne. Les conséquences seraient trop fâcheuse pour si peu de chose, Roderick restait tout de même l’un de leur supérieur qu’il convenait de respecter, même si il n’y allait pas de main morte quand il s’agissait de soigner les blessures des apprentis.

Erendil avait toujours un vague sourire aux lèvres, en observant la tête que faisait le mage, surpris par la réaction de l’elfe. Il devait trop avoir l’habitude que personne ne se rebelle. Mais quelle que soit sa façon de procéder, elle fonctionnait. Niniel se releva et le monarque ne perdit pas de temps pour prendre sa place. Allait savoir pourquoi, Erendil ne doutait pas qu’il n’allait pas avoir besoin de prendre le guérisseur entre quatre yeux pour que tout se passe à merveille.

Comparées à celle de Niniel, ses propres blessures n’étaient rien. Multiples coupures sur les bras et les jambes, fatigue consécutive à l’utilisation de la magie… Rien de bien grave. Erendil dû bien retiré sa tunique (en lambeau ou presque) pour que Roderick puisse nettoyer les plaies pour qu’elles ne s’infectent pas, puis bander les meurtrissures les plus profondes, recouvrant simplement les autres d’une pommade cicatrisante. Pour celles-ci, demain, il n’y verrait plus rien. Le manège fut le même pour les blessures aux jambes et eut même droit à une tenue de rechange. Les choses n’étaient décidément pas les mêmes quand l’on était roi ou une ministre étrangère et ennemie.

Il retrouva la dureté du sol avec délice et Erendil remercia le mage d’un signe de tête, auquel lui répondit l’homme par une légère courbette. Sans s’en soucier, l’Orthodoxe rejoignit Niniel, dont il lui prit le bras pour l’accompagner jusqu’à sa monture. Leur départ fut salué par d’autres courbettes et il pressa le pas pour ne plus voir ça.

Ils marchèrent en silence jusqu’à ce qu’ils retrouvent le destrier de l’elfe. Galant comme il l’était rarement, Erendil aida sa vieille amie à trouver son assise sur sa selle et lui tendit les brides. Elle n’allait sûrement pas apprécier d’être maternée de cette manière, mais il préférait l’entendre pester que de devoir la retrouver en morceau sur le bas côté.

- Nous faisons le chemin ensemble, décréta-t-il d’un ton sans appel. Nous te trouverons des vêtements propres et à ton goût au palais. Une chambre doit surement avoir été préparée à ton intention, à l’heure qu’il est. Tu n’auras qu’à nous rejoindre, lady Linnel et moi, dès que tu seras prête.

Ses consignes données, Erendil lâcha la bride qu’il tenait toujours et accepta sa propre monture des mains d’un apprenti zélé. Faisant fi d’une quelconque douleur qu’il aurait pu ressentir, il se retrouva sur le dos de son cheval en un instant. Il salua une nouvelle fois de la tête l’apprenti et Niniel sur ses talons (ou sabots, pour cette fois), se dirigea vers le palais au trot. La soirée n’était pas encore finit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Duel de magie [PV *]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Duel de magie [PV *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un Duel dans les champs ...
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» [RP: Premier Tour] Duel Rems vs Rheanne
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-