AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renaissance de la maison Trakhan *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 33
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Renaissance de la maison Trakhan *   Mar 3 Aoû 2010 - 20:34

Quatorzième semaine de l'an 835
7ème jour, milieu d'après-midi



Arawn cala ses pieds sous le bureau, regardant une feuille avec noté dessus toute une série de noms et la posa en poussant un soupir. Les choses c'étaient accélérées depuis deux jour après son entrevue et visite des jardins avec Ellenwë. Après l'avoir quitté, il avait pu consulter les archives sur sa lignée nymphe où il avait appris pas mal de choses. Au palais il avait été changé de chambre, accédant aux appartements de sa mère où il ne trouva pas grand chose. Tout y était assez simple, signe qu'elle ne vivait pas en permanence là-bas, mais sans doute dans sa résidence de Kalye. Après avoir parcouru le palais dans tous les sens de bonne heure il avait pu enfin trouver la personne que l'on pouvait qualifier de notaire. Alors qu'il voulait juste savoir comment visiter cette fameuse résidence, il était reparti avec tout l'héritage. La notaire lui avait lancé d'abord qu'elle n'était pas étonnée de le voir arriver, que comme tous les humains il ne pensait qu'à l'argent, ce qu'il avait nié étant vrai et finalement elle lui dit que toute manière tout lui revenait, donc autant régler cela.

Voilà donc Arawn arpentant Kalye vers la résidence. L'entrée donnait sur la rue, la façade similaire aux autres maisons. L'intérieur était par contre plus que grand avec de nombreuses pièces. Les meubles avaient été recouverts de draps pour la poussière et Arawn en voyant tout cela prit conscience que sa mère avait laissé un grand vide derrière elle, n'ayant personne d'autre que ses serviteurs avec elle. Une lignée pouvait être haute, cela n’empêchait pas certains choses. Il avait poussé un soupir avec un pincement au coeur. En se trouvant ici où elle avait vécu, en explorant la maison, il regrettait encore plus de ne pas l'avoir connu. Il y avait un grande bibliothèque, elle devait être cultivée. Voir toutes les pièces lui pris une bonne heure et les visiter en détail en demanderait un peu plus. Il était allé ensuite dans le jardin, enfin façon de parler car il était immense. Dans un coin il trouva ce qui devait être des plantations de fleurs, d'ailleurs certaines poussaient encore. Des fleurs blanches étranges qu'il avait déjà aperçu une ou deux fois alors qu'il était très jeune. D'ailleurs leur parfum l'avait marqué. Sa mère semblait les cultiver et en cherchant dans les archives qu'il avait pu emporter, temporairement, il trouva ce qu'elles étaient. Crées par l'arrière grand-mère de sa mère, ces fleurs n'avaient pas de nom car elle disait qu'elles étaient si belles qu'on ne pouvait les nommer. Du coup elles étaient surnommées les fleurs Trakhan et la lignée les cultivaient pour les revendre un peu partout. Il avait regardé ce qui restait de ces fleurs en se disant qu'il serait bien de les cultiver de nouveau si elles appartenaient à la lignée. Le soir était arrivé et il avait dormi sur place au lieu du palais, dans une chambre d'amis, ne se voyant pas prendre la chambre de sa mère pour le moment.

Le lendemain il se décida à recruter du personnel. Il ne pouvait pas rester et entretenir tout cela seul, puis les gens commencerait à se poser des questions en le voyant vivre en solitaire là-dedans. Cela pourrait faire penser qu'il ne veuille pas s'intégrer. Le plus simple avait été d'aller à la taverne où il laissa une annonce. Ensuite il était retourné à son nouveau chez lui où il continua à fouiller un peu partout et enlever les draps. Finalement dès la matinée plusieurs personnes à peu près du même âge, sauf une, se présentèrent et à la fin de la journée il avait déjà trouvé son bonheur. Bon, comme il fallait s'y attendre il n'y avait aucun homme, mais bon il faudrait qu'il se fasse à l'idée que les présences masculines ici seraient réduites. Ainsi étaient rentrées à son service Adelia comme secrétaire, Darina comme cuisinière, Sellina comme en gestion de la maison (comme elle disait), Nesta et sa jeune apprentie Idy comme jardinières. Cinq personnes était déjà bien pour débuter et ils avaient commencer à remettre tout en ordre dans la journée.

Nous étions le lendemain, le matin il était à la rencontre de Sheena Aily'ss qui avait connu sa mère. L'après-midi il était rentré et à six ils avaient tout fini dans la matinée. Finalement il avait voulu y aller tranquille mais les filles s'étaient activées comme jamais, Adelia envoyant déjà des lettres à des anciens clients pour les fleurs à peine avait-elle mis la main sur la liste qu'il avait en main en ce moment. Il poussa un soupir. Les nymphes étaient joyeuses et dynamiques comme Ellenwë l'avait dit et il se demanda presque s'il allait arriver à suivre leur rythme. Enfin si il y arriverait, mais leur réactivité était surprenante...

[HRP]Si quelqu'un veut venir s'incruster il peut aucun soucis, si personne ne veut ou ne peut pas, c'est pas grave je posterai en solo derrière, le principe est avant tout pour moi d'avancer « l'intégration » de mon perso[/HRP]

_________________


FicheJournalTheme


Dernière édition par Idril Calafas le Mar 5 Oct 2010 - 7:59, édité 4 fois (Raison : Correction pour la cohérence temporelle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 33
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   Ven 6 Aoû 2010 - 18:01

Arawn finit par se lever et regarda par la fenêtre. Au fond du jardin il voyait les silhouettes de Nesta et Idy qui s'agitaient dans tous les sens, avec quelques rires qui remontaient. Il se dirigea vers le grenier qu'il n'avait pas encore exploré et dans lequel devait se trouver pas mal de choses. La majorité des choses étaient inutiles, ou du mobilier qui n'avait pas sa place en bas. Ce qui attira après son attention fut une étagère avec quelques livres posés. Arawn en prit un par hasard, découvrant le nom de Alianna Trakhan marqué dessus. Il en prit un autre, s'apercevant que chaque livre portait le nom d'un membre de la lignée. A l'intérieur étaient répertoriés toutes les actions de chaque membre dans les affaires de la lignée.

- Je me disais bien qu’elles ne devaient pas faire pousser que des fleurs se dit-il.

Parcourant le livre il put se rendre compte que les Trakhan avaient fait des investissements à cours termes ou plus longs. Il y avait même du mécénat. Ils finançaient des artistes et de temps en temps ils louaient leurs services pour des occasions pour rentabiliser.

- Mouais, ça fait quand même peu tout ça pour une telle lignée
- Peu mais cela suffit amplement.

Arawn se retourna découvrant Adelia qui était montée.

- Beaucoup de maisons nymphales procèdent ainsi. Elles se sont forgées une petite fortune par le passé et font juste ce qu'il faut pour se maintenir. Nous ne sommes pas comme les humains qui cherchent toujours à avoir plus.
- Je vois... . D'un autre côté ça me va très bien que de passer ma vie comme mon père dans les affaires. Il y n'y a pas que cela, puis j'ai déjà plus que je ne l'aurai cru en arrivant ici.

Arawn reposa le livre alors qu'Adelia avança vers un coin de la pièce.

- Vous savez-ce qu'il y a là-dessous ?
dit-elle en pointant un drap enveloppant ce qui semblait être une statue.

Arawn haussa des épaules.

- Une statue probablement.

Il enleva le drap et recula pour la regarder.

- On dirait une nymphe.
- Elle est belle, dommage qu'elle soit entreposée ici.
- Oui, bien trop lourde pour la descendre, donc elle va rester ici encore.

Arawn s'approcha et ramassa le drap au pied de la statue et ses yeux s'arrêtèrent sur le socle.

- Sang et cendres !

- Qu'est-ce qui vous mets dans cet état ?
- Regardez le socle.
- Lysithea Trakhan ? C'est votre mère ?

Le jeune homme recula pour regarder de nouveau la statue.

- On dirait bien.

Il resta silencieux regardant la statue de celle qu'il n'avait jamais connu. Il pouvait enfin mettre un visage sur elle, alors qu'Adelia regardait alternativement la statue et Arawn.

- Cela me fait drôle.
- Vous lui ressemblez.
- Sûrement aussi dans le fait de ne pas aimer avoir de peinture ou statue à son effigie. Mon père a voulu plusieurs fois qu'on me fasse mon portait je n’ai jamais voulu. Je suppose qu'elle a laissé cette statue ici pour des raisons similaires.
- Ha bon ? C'est pourtant gratifiant pour une personne de la noblesse non ?
- Je trouve cela prétentieux surtout. Je ne veux pas être estimé pour ce que je possède et que je peux étaler mais pour ce que je suis. Du coup je n'étale pas car ça ne m'intéresse pas, même si cela m'a valu parfois qu'on me dise que je me conduis comme un brigand.
- Je vois ce que vous voulez dire, mais pourquoi un brigand ?
- Cela vient de mon père qui disait ça pour tenter de me mettre sur la voie qu'il voulait. Il disait que je ne me tenais pas comme un noble et parfois comme un vaurien quand je m'échappais ou que je tentais de lui tenir tête.
- Et cela donnait quoi ?
- Souvent une paire de claque pour moi suivit parfois d'une fugue de son fils pour mon père.

Arawn secoua la tête et alla remettre le drap.

- Laissons ceci là, si elle l'a mis là, elle devait avoir ses raisons, peut-être des différentes que celles que l'on pense.

Ils quittèrent ensuite le grenier, n'ayant plus grand chose à y voir.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   Jeu 19 Aoû 2010 - 17:16




Saliäa Dianewel, la voisine

Saliäa toqua de sa petite main libre contre la porte en bois de la maisonnée qui avait repris vie, un peu plus tôt dans la semaine. Elle n’avait jamais pensé que la demeure voisine à la sienne serait occupée à nouveau, mais il fallait bien voir que ce n’était pas le cas. Elle avait d’abord cru que ces gens étaient de passage à Kalye, pour s’occuper d’affaires familiales ou récupérer quelques précieux biens, mais les visites s’étaient prolongées et de toute évidence, la maison abritait de nouveaux occupants. Aussi, il aurait été inconvenant de ne pas les accueillir dignement ! C’est pourquoi la jeune femme s’était présentée, en fin d’après-midi, un petit panier en osier sous le bras, rempli de bonnes choses qu’elle seule savait préparer. Une Nymphe de plus ou moins son âge vint lui ouvrir, et Saliäa se présenta, avant de demander si elle pouvait rencontrer le propriétaire du domaine.

« Bonjour à vous, je suis Saliäa Dianewel et j’habite la maison voisine. Je suis venue apporter quelques cadeaux aux nouveaux propriétaires, en guise de bienvenue. Est-il possible de les rencontrer ? »

Celle qui lui avait ouvert, l’invita aimablement à entrer et à la suivre, pour la mener au maître des lieux, car il fallait savoir que ce n’était pas une femme qui occupait la demeure. Saliäa opina, il était rare que des hommes viennent se perdre à Kalye, mais cela ne rendait que plus attrayante la prochaine rencontre ! La maison était loin d’être ordonnée, mais on commençait à apercevoir les effets d’un rangement. La jeune invitée se fit remarquer qu’elle devrait proposer son aide, pour le nettoyage. Quelques bras supplémentaires ne seraient sans doute pas de refus. Puis, celle qui devait être une domestique l’introduisit dans une nouvelle pièce, où se tenait un homme de stature imposante – du moins, en comparaison des fragiles demoiselles qui l’entouraient – et Saliäa se demanda instantanément quelles pouvaient être les origines de cet individu. Elle effectua une petite génuflexion gracieuse, consciente de la noblesse du propriétaire et se redressa, le sourire radieux.

« Enchantée de vous rencontrer, je me nomme Saliäa Dianewel, j’habite la maison voisine. J’ai vu que vous restauriez cette demeure, aussi ai-je pensé qu’il serait intéressant de vous rencontrer, puisque nous allons devenir voisins. Je vous ai également apporté quelques cadeaux, pour vous souhaiter la bienvenue. »

Elle tendit le panier qu’elle avait apporté et rempli de pots de miel, de confitures et de nectars divers, spécialités de la région et de la ville. Elle espérait que son hôte apprécierait le geste et qu’il n’était pas mal perçu de venir accueillir les étrangers de là où il venait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 33
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   Ven 20 Aoû 2010 - 21:04

Arawn descendit les marches rejoignant le rez-de-chaussée, suivit d'Adelia qui lui parlait de diverses choses liées aux fleurs, comme quoi il devraient aller les proposer au palais.

- A mon avis, vu à la vitesse où les nouvelles se propagent ici, le palais doit être déjà au courant dit-il.

Il entendit alla voix de Sellina et une autre personne, une jeune nymphe l'accompagner alors que Nesta et Idy traversaient la pièce ainsi que Darina. La jeune femme s'inclina pour le saluer tout en se présentant. Arawn se pencha pour la saluer également.

- Bonjour Mademoiselle Dianewel. Je suis Arawn Trakhan, soyez la bienvenue, bien que la demeure ne soit pas encore remise en ordre. Je vous présente Adelia et Sellina qui vous a accueillit.

Saliäa lui tendit un panier garnit de plusieurs produits issus des Bois sombres et tous avaient l'air d'être très bons.

- Je vous remercie, votre présent sera en plus instructif pour le novice que je suis sur la région.

Arawn souleva du panier chaque pot pour voir ce dont il s'agissait, certains restant un mystère à la vue pour lui. Il posa le panier sur une table à côté de lui. Adelia s'excusa et s'en alla rejoindre les deux jardinières, les laissant seuls.

- C’est un plaisir de rencontrer le voisinage, je n'ai guère eu le temps depuis que je suis arrivé. Je m'en excuse c'est moi qui aurait dû venir à votre rencontre.

Il fit une pause avant de reprendre.

- J'ai quitté mon pays pour venir ici où a vécu ma mère. Peut-être l'avez-vous il y a quelques années. Cette maison était la sienne. On ne peut pas dire qu'elle ait besoin d'être restaurée, mais elle est restée fermée si longtemps. Enfin bref, depuis que je suis arrivé il y a trois jours tout est allé très vite, me laissant guère du temps. Pardonnez-moi si par moment j'ai l'air de ne pas l'air de comprendre certaines choses, ma culture des nymphes est assez limité bien que l'étant à moitié.

Arawn s'avança vers le salon où il enleva un drap recouvrant un fauteuil et invita Saliäa à s'assoir sur le canapé qui lui avait déjà été nettoyé (il n'allait pas la faire assoir sur un fauteuil à moitié poussiéreux quand même).

- Allez-y installez-vous, nous serons mieux pour discuter.

Sans même qu'il eut quelque chose à demander, Darina arriva avec une sorte de thé dont semblait raffoler les nymphes qui en n'était pas trop mauvais soit, sachant qu'Arawn n'était pas un grand amateur d'infusions. La servant les servit et repartit.

- Merci Darina.

Arawn en bu une gorgée et reposa sa tasse.

- Que faites-vous dans la vie ? Vous travaillez dans Kalye ? demanda t'il.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   Mar 24 Aoû 2010 - 18:40




Saliäa Dianewel, la voisine


Le maître des lieux, Arawn de son prénom, sembla apprécier le présent que lui avait offert la jeune femme, qui le gratifia alors d’un sourire, tandis qu’il observait avec une attention infinie les pots composant le panier garni. Sur chaque récipient, Saliäa avait inscrit d’une écriture fine et penchée le nom de ce qui les composait et elle espérait que son hôte en ferait bon usage, comme il l’avait fait remarquer. La jeune Nymphe l’écouta poliment, avec un intérêt grandissant à mesure que les minutes passaient. Les étrangers étaient plutôt rares à s’installer à Kalye, aussi, elle était curieuse de connaître les raisons qui l’avaient poussé à venir emménager à la capitale. Il lui expliqua que sa mère avait vécu ici-même et qu’il avait voulu revenir sur les terres qu’elle avait foulées, sans omettre de demander si son invitée connaissait celle qui l’avait mise au monde. Tandis qu’elle accompagnait le jeune homme vers le salon, elle réfléchit quelques instants avant de répondre à l’interrogation de son interlocuteur d’une voix douce :

« Je crois me souvenir de votre mère, cela dit, je ne saurais le dire avec exactitude. Je n’ai pas toujours vécu à Kalye, et peu après mon emménagement, la maison était déjà endeuillée. Peut être ai-je croisé votre mère à l’occasion, je ne me souviens plus bien. Cette maison a sommeillé longtemps ! Je peux vous aider pour le nettoyage, une paire de bras supplémentaire ne vous fera sans doute pas défaut... »

Arawn l’invita à s’installer dans le canapé, qui visiblement, était déjà nettoyé, tandis que lui-même ôtait un drap recouvrant un vieux fauteuil non dépoussiéré pour s’y asseoir. Puis, l’une des domestiques – dont Saliäa ignorait le nom – apporta des boissons chaudes et à l’odeur, elle reconnut l’une des infusions préférées des Nymphes. Elle-même n’y échappait pas, elle adorait les arômes parfumés de ce thé floral. Elle remercia la domestique – Darina apprit-elle – qui s’en alla une fois la besogne terminée. Le propriétaire réengagea la conversation avec amabilité et Saliäa lui offrit un sourire généreux, tout en l’écoutant avec attention. Elle avait bien fait de venir se présenter, Arawn était tout à fait charmant ! Elle était heureuse d’avoir un voisin aussi agréable, elle aurait bien pu tomber sur une de ces vielles Nymphes revêches qui passaient leur temps à se morfondre ou à râler sur les plus jeunes !

« Vous apprendrez, ne vous inquiétez pas ! Et vos gênes maternelles vous y aideront, car le sang nymphe coule dans vos veines. Les gens vous le diront sûrement, notre culture se rattache aux émotions, plus qu’à la connaissance. Il s’agit de ressentir la vie qui nous entoure, elle est partout ! »

Elle se tut, pour boire une gorgée de son thé, mais il était encore très chaud. Elle souffla délicatement dessus, pour tenter de le faire un peu refroidir. Saliäa avait toujours vécu au Bois Sombre et pour rien au monde, elle n’aurait sa forêt natale qui lui était si chère ! Les Nymphes aimaient leur royaume, c’était indéniable, peut être même plus que ces Amazones qu’on disait si patriotes ! La jeune femme était fière de ses racines. Mais à présent, il était surtout question de parler un peu d’elle à son hôte.

« Je m’occupe d’une confiturerie et d’une confiserie et ce sont mes produits que je vous ai apportés tout à l’heure, j’espère qu’ils seront à votre goût. J’ai une petite échoppe, dans le quartier commerçant de la ville. C’est une boutique modeste, mais j’ai ma propre clientèle ! »

Saliäa était très fière de cette entreprise, qu’elle avait réussi à monter seule. Elle aimait son travail et même si elle n’avait pas assez de fonds pour agrandir sa boutique, cette vie lui convenait.

« Vous n’aurez qu’à passer à l’occasion, je vous ferai goûter les spécialités du Bois Sombre ! Ce sera une occasion d’en apprendre plus sur vos origines ! Et vous, que faites-vous dans la vie ? Vous aviez un travail ? Vous comptez en reprendre un ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 33
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   Ven 27 Aoû 2010 - 18:35

Saliäa avait l'air contente qu'il apprécie son cadeau. Il était un peu étrange de voir cela, à Yswllyra, on ne voyait pas les voisins venir vous souhaiter la bienvenue comme elle le faisait. Du moins pas entre nobles, dans les milieux populaires cela était plus courant. Finalement les nymphes étaient plus simples et les frontières entres les personnes qui étaient nobles ou non étaient réduites. Cela n'était pas plus mal après tout. Chez les hommes les nobles vivaient la plus part du temps entre eux à intriguer, alors que les nymphes étaient plus ouvertes et chaleureuses.

Pour ce qui était du présent Saliäa il avait noté qu'elle avait étiqueté chaque pot de son panier. Son écriture était d'ailleurs fine, ce qui montrait que la légèreté des nymphes était jusque dans le bout e leurs ongles. Quand il expliqua en gros ce qu'il faisait ici, elle l'écouta avec attention et curiosité...comme presque tout le monde. Visiblement il était non pas une attraction du moment, mais la curiosité locale du moment. Chaque fois qu'il parlait à quelqu'un qu'il ne connaissait pas son le regardait comme cela. Cela ne le gênait pas, il savait que c'était normal. Les nymphes le trouvaient aussi étranges que lui était par moment intrigué dans le déroulement de certaines choses ici.

De ce qui était de l'ancienne locataire, à savoir sa mère, la nymphe dit l'avoir aperçu autrefois mais n'avait guère de souvenirs, la maison étant déjà fermée quand elle s'était installée. Il fallait dire qu'elle était restée de nombreuses années dans cet état, donc il n'était pas anormal que seuls les « anciennes » si on pouvait les nommer comme cela, avaient des souvenirs précis d'elle.

- Cela remonte à plusieurs années quand elle vivait ici, je ne sais plus exactement combien d'années cette maison est restée fermée, mais cela ne date pas d'hier.

Alors qu'ils étaient arrivés dans le salon, Saliäa lui proposa son aide pour nettoyer. Comme elle le dit si bien, des bras en plus ne serait pas inutiles. Il y avait des pièces qui n'avait pas encore étaient vraiment regardées malgré le fait qu'ils étaient déjà six.

- Je vous remercie, un peu d'aide ne serait pas de refus. mais je ne veux pas abuser de votre temps, mais si vous nous aidez alors vous je vous offre tous les repas. Darina notre cuisinière est plutôt douée.

D'ailleurs à peine avait-il prononcé son nom qu'elle arrivait avec les infusions. Quand il s'excusa s'il commettait une bourde par son manque de connaissance des nymphes, elle luit qu'il apprendrait tout cela petit à petit et qu'ayant du sang nymphe, cela se fera aisément.

- Vu que vous n'êtes pas la première à me le dire, je pense que je devrais y arriver dit-il en souriant.

Ellenwë lui avait dit, les filles également et de toute manière avec le temps il se ferait à tout. Saliäa avait ajouté que leur culture était lié à leurs sentiments plus qu'à des choses matérielles ou de la culture au sens académique en quelque sorte. Cela personne ne lui avait dit mais il avait remarqué comme les nymphes semblaient vivre au jour le jour et ressentaient plus les choses. Il l'avait noté en lui quand il avait vu Caledë. Jamais dans sa vie il n'avait été frappé par une émotion aussi forte.

- J'avais remarqué que les nymphes avaient une sensibilité autre que des autres peuples que je connais. J'ai noté aussi comme elles aiment les Bois sombres. La relation entre la terre et les habitants et ici très différentes qu'à Yswllyra. Là-bas la relation se cantonne plus à combien de terre on a et ce qu'on a dessus.

Il souffla sur sa tasse et tenta de boire une gorgée mais la posa pour la laisser refroidir un peu alors que la jeune nymphe lui expliquait, suite à sa question, qu'elle tenait une boutique de confiture et de confiserie. Une petite boutique, mais elle semblait très contente de son affaire. Elle l'invita d'ailleurs à y passer pour y découvrir toutes les spécialités.

- J'en prend note, je ne manquerai pas de venir chez vous alors. Dans les petites boutiques les produits sont souvent meilleurs et de ce que j'ai vu de votre panier, je ne pense pas me tromper. On voit le soin que vous prenez.

Il fit une pause avant de poursuivre et de répondre au passage aux plusieurs questions qu'avait posé la jeune femme.

- Vous me semblez fière de votre affaire. Cela doit être gratifiant de partir de peu et de monter son affaire. Je dois vous avouer que c'était ce que je pensais faire en venant ici, mais j'ignorais que ma mère avait des biens. De mon côté je vais relancer les fleurs que ma mère et les précédents de la lignée faisaient pousser. Je pense que c'est une bonne chose que cela ne se perde pas. D'ailleurs les deux nymphes que vous avez vu passer tout à l'heure, Nesta et Idy sont les jardinières. Après, de ce que je sais il était dans la tradition de la famille de faire du mécénat également, j'en referai peut-être plus quelques petites affaires à droite et à gauche. De ce que j'ai pu voir, ma mère avait investit à plusieurs reprises dans de petites affaires pour aider d'autres nymphes et qui rapportaient un peu. Je veux rester dans la même lignée que ma mère, il n'y a pas besoin de gagner plus. Si en plus cela aide d'autres personnes et bien c'est encore mieux, c'est plus gratifiant que d'amasser dit-il en souriant.

Il reprit sa tasse qui avait un suffisamment refroidit et bu une gorgée de l'infusion, dont le goût était très doux et sucré.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   Jeu 9 Sep 2010 - 9:35




Saliäa Dianewel, la voisine


« Un bon repas ne se refuse pas, je serai assidue à la tâche ! »

Un grand sourire était venu illuminer les traits de la jeune femme, qui à présent se faisait offrir une infusion aux arômes délicats. C’était le mode d’échange le plus courant dans le Bois Sombre ; chacun offrait ce qu’il pouvait en échange des services fournis et tout le monde s’accommodait de ce commerce par solidarité. Une spécificité nymphe, pourrait-on appeler ça, dont chaque fille de Jord était fière. Arawn lui avait expliqué qu’ailleurs, et notamment de la ville d’où il venait, l’accumulation des richesses était ce qui motivait les Hommes, mais Saliäa qui n’avait jamais quitté sa forêt se demandait à quoi cela pouvait-il bien rimer. Son regard était interrogateur, mais elle n’eut pas l’occasion de revenir sur le sujet, car déjà, il était temps d’indiquer à son hôte ce qu’elle faisait dans la vie ; question qu’elle n’hésita pas à lui retourner. Le jeune homme paraissait intéressé par l’activité de son invitée, qui se sentit honorée de voir que ce dernier ne s’en fichait nullement. Son sourire redoubla d’intensité et d’authenticité.

« Vous avez raison, c’est gratifiant et honorant de pouvoir mener la vie qu’on a choisie. Mais comme vous, j’ai suivi les traces de ma mère. Elle était également confiturière. Nous vivions dans un tout petit village, au sud de Kalye. Mais après sa mort, je ne me sentais pas de taille à relancer son commerce. Les gens là-bas étaient trop habitués aux confitures de ma mère, je n’aurais pas pu être à la hauteur de leurs espérances en prenant la relève ! Et puis, la capitale m’avait toujours grandement attirée ! »

Elle se tut un instant, pour souffler sur son thé, encore très chaud, et en boire une gorgée. Le goût était exquis !

« Kalye est une jolie ville, vous ne trouvez pas ? Je suppose qu’elle doit vous paraître bien différente de la capitale humaine ! Je ne l’ai personnellement jamais vu, mais j’en ai entendu beaucoup de choses merveilleuses ! »

Elle réfléchit un instant, avant d’ajouter :

« Pour ce qui est du commerce des fleurs, vous devriez vous rendre au Palais et essayez de prendre contact avec les jardinières qui s’occupent de l’extérieur ! Et si vous ne l’avez pas encore fait, il faut aller visiter les jardins de la Reine ! C’est une visite incontournable ! »

Ces parcs étaient magnifiques et les Nymphes en étaient fières, car ils permettaient d’attirer les étrangers, désireux de voir ce qu’on nommait parfois les Jardins des Dieux. Saliäa s’y rendait régulièrement, et rien que pour ce spectacle, elle ne regrettait pas d’être venue s’établir à la capitale…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 33
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   Jeu 16 Sep 2010 - 18:15

Saliäa sourit à la mention qu’elle mangerait ici, ajoutant qu'elle les aiderait au maximum. Les nymphes étaient en plus « insouciantes » si on pouvait dire les choses comme cela dans la mesure où elles prenaient et vivaient les choses comme elles venaient sans ambition autre que de mener leur vie, alors que les hommes ne faisaient rien sans but ou intérêt. Cela était beaucoup plus plaisant comme ambiance, plus saine. D'ailleurs la jeune nymphe l'avait regardé avec interrogation quand il avait parlé du désir d'avoir toujours plus de richesse chez les hommes. Les nymphes ne comprenaient pas cela et elles avaient raisons car après tout quand on y pensait, toutes ces richesse ne servaient à rien une fois dans la tombe. Donc autant profiter de la vie au lieu de perdre du temps pour accumuler ce dont on avait pas besoin. Pour un peuple qui était habitué à vivre comme cela, le comportement des hommes pouvait paraître bien étrange. Quoiqu'en y pensant Sheena le matin même ne semblait pas être quelqu'un de si désintéressée que ça de certaines choses.

Arawn écouta l'histoire de Saliäa lui expliquant qu'elle avait quitté son village pour venir ici car elle ne se sentait pas de reprendre l'activité de sa mère là-bas. Le poids des héritages, il connaissait cela, avec son père qu'on le baissait avec le fait qu'il devrait se montre à la hauteur.

- Je connais plus ou moins cela aussi, bien que cela était différent. La pression venait des autres et j'avoue que cela ne manque pas qu'on me répète sans cesse que je dois me montrer à la hauteur des attentes, blablabla.

Salïaa resta silencieuse quelques secondes buvant de son thé puis lui demanda son avis de Kalye, pensant qu'elle était très différente des cités humaines d'après ce qu'on lui avait raconté.

- C'est très différent en effet de là-bas. Une très belle cité mais dans un autre genre. Beaucoup plus de maisons en pierre, les façades côté rues sont très différentes alors qu'ici seulement une fois l'entrée passée on peut voir si la différence entre les maisons. Tout est plus ordonné, bien cadré droit alors qu'ici les choses semblent plus naturelles. A Kalye la ville se bâtit selon le relief alors qu'à Yswllyra, une colline qui gène est rasée ou un arbre gênant aussi vieux soit-il est coupé de suite pour faire place nette. Disons que les hommes modèles le paysage selon leur volonté alors que les nymphes s'adaptent au relief et les villes de chacun le témoigne bien. Mais cela reste à voir, c'est une beauté autre.


Saliäa le conseilla ensuite pour ses fleurs et à visiter les jardins de la Reine. Choses qui étaient déjà faites mais la jeune femme ne pouvait le savoir. Arawn but de son thé avant de lui répondre, thé qui était encore trop chaud pour lui.

- Elle a envoyé des courriers je ne sais où déjà donc je pense que cela doit être fait pour le palais. Elle est si active qu'elle s'est occupée de toute cela à peine arrivée et elle arrête pas de courir dans tous les sens. Hier soir quand elle m'a sortit la liste de ce qu'elle avait fait je me suis presque demandé si chez elle les minutes n'étaient pas plus longues pour faire autant de choses dit-il finissant en souriant.

Il fallait dire que les cinq filles qu'il avait recruté étaient plus ou moins toutes comme cela, débordant d'énergie. Saliäa ne semblait pas en manquer non plus d'ailleurs. Peut-être une caractéristique des nymphes de plus qu'il découvrait.

Il fit une pause et rebut de son thé.

- J'ai visité les jardins il y a deux jours, du moins une partie. Ils sont en effet splendides et immenses au point que je pense en avoir vu à peine un tiers. Ceux à Yswllyra sont très différents. Puis il n'y a pas là-bas d'arbre aussi beau que Caledë, c'est incomparable.

Rien qu'en repensant à la vision de l'arbre, cela lui prenait jusque dans les tripes, mais tout son côté nymphe semblait se sentir chez lui quand il s'était trouvé là-bas. Arawn tourna la tête alors que Sellina, Nesta et Idy passaient les bras chargé de choses qu'elles avait du trouver dans une pièce et il poussa un soupir rien qu'à l'idée de tout ce qui restait encore à regarder...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renaissance de la maison Trakhan *   

Revenir en haut Aller en bas
 

Renaissance de la maison Trakhan *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Maison de Nara
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» Maison de retraite
» Cherchons une bonne "maison" pour un bouc nain
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-