AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entraînement de soir [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Entraînement de soir [Libre]   Ven 25 Avr 2008 - 2:27

[J'envoie un MP au Spectre pour savoir où je devrais mettre le sujet. Au pire, j'utiliserai mes super-pouvoirs de modérateur pour le déplacer Xd

Suite de ce message.

Une fois de plus, j'ai écrit "libre" pour que qui désire s'incruster le puisse. La première réplique va néanmoins au maître du RP et machine à poster Loran Kellac =p]


Huitième semaine de l'an 835
Deuxième journée, 17h55


Charon Weir Cronus, après sa discussion avec le capitaine Loran Kellac, prit tout son temps pour finir son repas, composé d'un ragoût et d'un bon morceau de pain, qu'il avait déjà bien entamé au moment où il avait été interrompu. Trempant tranquillement ses morceaux de pain dans le ragoût de viande et de légumes, ce qui les ramollissait, leur donnant une texture que l'orthodoxe appréciait fort. Le manque de fermeté de ses aliments était en flagrant contraste avec la rigidité de son esprit, ce qui devait sembler intriguant aux yeux de ceux qui le connaissaient. Seulement, ces derniers étant rares, Charon était bien à l'abri, avec ses petites manies. Lorsqu'il eut fini de manger, il sirota très lentement le verre de vin qu'il s'était servi, et finalement, après qu'une heure se soit écoulée, il se décida à aller voir son supérieur immédiat, le sergent Meinard Ordo, pour lui annoncer qu'ils devaient se faire leurs adieux.

Il arpenta lentement les rues, jusqu'à ce qu'il trouve l'homme d'une trentaine d'années, qui le regarda d'un air suspicieux, devinant que quelque chose ne tournait pas rond. "Vous êtes presque en retard, Cronus. Ce n'est pas dans vos habitudes", lança-t-il prouvant qu'il ne s'était pas complètement désintéressé de Charon, et le connaissait quelque peu. "Je suis muté au service du capitaine Loran Kellac", lui répondit tout simplement l'orthodoxe, avant de lui tendre la main : "Travailler avec vous aura été un honneur et un plaisir, sergent." Les deux hommes se serrèrent l'avant-bras, à la manière des frères d'armes, puis se séparèrent sans guère plus de paroles. Le sergent était bien la seule personne qui lui avait vraiment témoigné beaucoup de respect et d'intérêt, et il allait lui manquer, songea le sang-mêlé, sans pour autant trop regretter son geste. Il s'en allait dans une unité d'élite, et cela seul avait de quoi gonfler son coeur d'orgueil, et emplir son esprit d'impatience.

Après avoir passé un bon moment assis sur son lit à méditer afin de calmer ses ardeurs, qui auraient nui à sa concentration, Charon décida de se préparer à l'entraînement. Il lui restait encore quelques heures, et il les passa, assis les jambes en tailleur, à reposer son esprit pour qu'il soit fin prêt. Puis, lorsqu'il ne resta plus qu'une vingtaine de minutes avant l'heure du rendez-vous, il décida de s'étirer un peu, parce que l'entraînement allait être physiquement intensif, il n'y avait pas de doute là-dessus. Sept minutes passées à s'échauffer lui parurent plus que suffisantes, et il partit en direction du terrain d'entraînement, l'esprit affuté et le corps échauffé. Il était prêt à tout, se dit-il en tripotant machinalement la couronne de métal terni et bosselé, ornée d'un morceau d'ambre, qui lui servait d'intermédiaire quand il voulait utiliser sa magie plus efficacement. Équippé de la cotte de mailles qui ne quittait jamais le dessous de son uniforme, il marcha d'un bon pas, quittant le dortoir pour se rendre au terrain d'entraînement. Le trajet ne lui prit guère de temps, et il se retrouva au lieu du rendez-vous avec un beau cinq minutes d'avance. Voilà qui lui semblait tout à fait acceptable, comme heure d'arrivée : pas trop d'avance, pas en retard.

Cependant, il n'y avait pas de signe du capitaine. Quelques autres hommes s'entraînaient seuls, il semblait y avoir tout un peloton qui faisait des exercices. Ils en étaient aux redressements assis, mais bien assez vite, les cris de leur sergent finirent par faire place à un silence mêlé de quelques respirations saccadées et de quelques grognements : le groupe de soldats en avait terminé de l'entraînement, et probablement allaient-ils maintenant souper. Leur journée devait être terminée, alors que celle de Charon ne commençait qu'à devenir intéressante. Il regardait régulièrement autour de lui, ne devant son air décontracté qu'à des années de pratiques pour contrôler son mental. Finalement, Loran était un peu en retard, songea-t-il une fois qu'il fut une minute passé dix-huit heures. D'un autre côté, c'était bien normal, il devait avoir une tonne de paperasse à remplir, et il fallait qu'il prépare l'entraînement. Quoiqu'il en soit, le sang-mêlé se surprit à penser à voix haute, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant. Décidément, le capitaine avait eu son petit effet...

"Mais que me réservez-vous donc, capitaine?"
Revenir en haut Aller en bas
Loran Kellac
| Personnage décédé |
avatar


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 24 ans
Clan : Terreur
Fonction : Capitaine de l'armée d'Ardiosis / section des fantassins
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   Ven 25 Avr 2008 - 20:23

[Maître du rp ? Machine à poster ? Que de compliments. C’est pour que je ne sois pas trop dur c’est ça ? Xd]

J’y serai à temps, capitaine, lui avait répondu Charon. Quand à lui, Loran était…très légèrement en retard. Bien plus que très légèrement, c’était vrai, mais bon, il faut reconnaître qu’il n’avait pas chômé. Soudoyer les supérieurs de Charon…enfin, les convaincre avait demandé plus de temps que prévu. Et Loran avait eu encore quelques petites déclarations à signer, et il avait été forcé de s’y atteler. Il avait encore du boulot, d’ailleurs, mais bon, un homme n’a pas besoin de dormir, si ?
Quoi qu’il en soit, le capitaine avait pour habitude de tester lui-même les capacités des nouvelles recrues. Puis il en parlait avec son sergent, et décidait avec lui des méthodes à appliquer. Loran avait la conviction que tester lui-même les nouveaux lui attirait une plus grande estime de ses subordonnés. Un capitaine qui s’investit était bien plus motivant qu’un homme qui se contentait de hurler des ordres.
Quand il était tout petit, malgré son statut de fils aîné du propriétaire, Loran n’avait jamais rechigné à mettre la main à la pâte, qu’il s’agisse de débourrer les poulains ou de pelleter le fumier. Enfin, à dire vrai, il râlait bien quelques fois, mais son père lui avait apprit que l’estime et le respect ne se gagnent que par les actes, et non par la position. Et le capitaine avait gardé cette vision des choses, voilà pourquoi il se dirigeai maintenant au pas de course vers le terrain d’entraînement.

Tout en courant, Loran songea que cette première passe d’armes serait un vrai délice. IL avait apprécié la conversation de l’Orthodoxe, apprécié son esprit et sa façon d’être. Nul doute que cette recrue là serait à part, et de toute manière, cela entrait dans les projets de Loran pour lui.
La guerre était proche, et cela, tous en étaient conscients. Pour les soldats, apprendre deviendrait vite une question de vie ou de mort. Si Charon était, comme le pensait le capitaine, capable d’apprendre rapidement, il serait un atout essentiel au sein de son unité. Loran projetait tout d’abord de le faire éclaireur, mais pour cela, il avait encore des choses à connaître : ses talents en matière de cavalerie notamment, et quelques points concernant l’utilisation de sa magie. En tout cas, si l’Orthodoxe était tel qu’il le pensait, une carrière dans l’armée semblait lui être promise. Si on oubliait sa façon de se tenir à l’écart, chose qu’il avait d’ailleurs promis de corriger, il ferait un excellent sergent : calme en toutes circonstances, intelligent, obéissant… bien sur, quelques points restaient mystérieux pour Loran, une autre raison pour laquelle il voulait s’occuper lui-même de son baptême du feu. Il avait des questions à lui poser, des choses à comprendre et à deviner.

Le doux carillon du temple de Loki, un peu plus loin, lui signala qu’il était plus en retard qu’il ne le pensait. Pourtant, d’habitude, il était plus ponctuel que ça, et d’ailleurs, il ne laissait pas à ses subordonnés le droit d’être en retard. Il aurait du mal à reprocher à Charon un quelconque retard, si jamais cela lui arrivait… quoique l’Orthodoxe n’était pas le genre à être en retard, songea-t-il avec amusement.
Loran arriva bientôt en vue du terrain d’entraînement, croisant quelques soldats qui le saluèrent avant de reprendre leur chemin vers, sans doute, les cuisines. Le jeune capitaine avait pensé à faire un détour pour demander qu’on leur garde, à Charon et à lui, quelque chose à se mettre sous la dent ce soir, une petite précaution qu’il avait appris à prendre à force d’aller se coucher le soir avec un quignon de pain dans l’estomac. Marchant d’un pas vif, il repéra la silhouette de l’Orthodoxe et se dirigea vers lui, surveillant son souffle. Pas question d’avoir l’air essoufflé devant son subordonné…. Arrivé à la hauteur de Charon, il s’expliqua tout de même.

Il m’a fallu plus de temps que je pensais pour convaincre les bonnes personnes, mais quoi qu’il en soit, bienvenu dans mon unité, Charon. Je passe sur les présentations : j’ai lu votre dossier, et vous aurez droit aux moindres détails de ma vie intime une fois que mes hommes sauront que vous êtes des nôtres. D’ailleurs, en passant, ne croyez pas un mot de ce que l’on vous racontera, sauf en ce qui concerne Leela.

Loran lui fit un clin d’œil amusé, avant de redevenir sérieux. Il n’ignorait pas que ses soldats allaient prendre un malin plaisir à raconter à Charon les moindres détails de sa vie, mais il n’y attachait pas vraiment d’importance, considérant cela comme un bizutage, et une manière de s’amuser aux dépens de leur capitaine.
Il constata avec satisfaction que Charon était en tenue, armé d’une bonne épée, ce qui n’était pas étonnant : le seigneur Ardiosis avait pour habitude de bien équiper ses hommes. L’épée personnelle de Loran, reçue lorsqu’il avait accédé au grade de capitaine, était elle d’un alliage plus fin et plus léger, ornementée sur la garde du symbole de l’Armée royale : deux épées entrecroisées, blanches sur fond bleu. Mais sa lame resta tranquillement dans son fourreau, tandis que le jeune capitaine reprenait la parole.

Ne vous inquiétez pas, les seules leçons que je vous donnerais personnellement seront soit des leçons de rattrapage, soit quelques explications qui devront demeurer entre nous deux.
Pour l’instant, j’ignore ce que vous valez, tout comme vous ignorez ce que je vaux. C’est pour ça que nous sommes ici tous les deux : je vais vous dire ce que j’attends. Je suis un capitaine exigeant, mais je ne demande jamais plus qu’on ne puisse me fournir. Peu importe que vous fassiez des erreurs, c’est de ses échecs que l’on apprend, autant que de ses victoires. Mais s’il y a quelque chose que je ne supporte pas, c’est la désobéissance. Suis-je clair ?


Ces quelques points, Loran considérait comme un devoir personnel de les énoncer. Une fois fait, au moins, les règles du jeu étaient claires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/humain-loran-kell
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   Ven 2 Mai 2008 - 2:31

[Meuh voyons u_u La basse flatterie, c'est l'arme de ton Yohann, pas la mienne x)]

Malgré qu'il soit arrivé d'avance, Charon n'avait pas chômé en attendant le capitaine. Il avait dégainé l'épée à une main qui lui avait été confiée et qu'il n'avait à vrai dire jamais utilisé, et l'avait manipulé doucement pour estimer son poids, de même que son centre de gravité. Après quelques minutes, cependant, il s'était lassé de frapper dans le vide, et avait décidé de conserver ses forces, car il voulait rester en pleine forme en vue de quand Loran Kellac arriverait. C'est pourquoi il finit par envisager de créer une épée formée de pure force mentale condensée, retournant l'éventualité sous tous ses sens. Ce ne serait pas impossible, seulement très difficile, alors mieux valait se concentrer sur d'autres types de magie plus efficaces en attendant de savoir se servir d'une épée, sans quoi il serait bien mal pris de mobiliseer toute sa concentration pour créer une arme dont il ne saurait pas se servir adéquatement. Bref, lorsque le capitaine finit par arriver, quelque peu en retard, son nouveau subordonné était toujours en train de contempler cette idée, qu'il décida de mettre en réserve pour quand il aurait du temps pour pratiquer. Ce ne serait pas le genre de chose qu'il réussirait en quelques jours à peine, alors rien ne pressait. En tant qu'habitué du contrôle de soi, cependant, Charon crut remarquer que son supérieur s'efforçait de bien paraître en régulant son souffle et en se tenant bien droit, mais peut-être était-il toujours ainsi lors des rencontres formelles. Seul l'avenir le lui dirait, et d'ici là, il aurait probablement classé ce genre de pensée bien loin dans ses souvenirs.

"Compte tenu des efforts que vous avez dû déployer, votre ponctualité est déjà fort remarquable. De plus, plus vous preniez votre temps, plus je pouvais me reposer, alors une partie de moi comptait sur un peu plus de retard de votre part. Mais tant pis pour l'économie d'effort, vous voilà. Tout compte fait, j'attendais quand même ce moment avec impatience."

L'orthodoxe devait bien s'avouer qu'il était très curieux de connaître son supérieur. On aurait pu croire que quelqu'un de si discipliné mentalement ne serait pas si curieux, mais c'était complètement faux : Charon aimait savoir tout, toujours plus. Cependant, il connaissait aussi les vertus de la patience, et savait garder sa place. Ainsi, il n'aurait pas cherché à savoir les petits secrets du seigneur Bennefoy, même s'il montrait un certain intérêt à cet égard. Bref, lorsqu'il se fit promettre des détails sur la personne de Loran, il en prit bien note. Pas question de laisser un aussi intéressant personnage se dérober à sa parole, même si ce n'était probablement pas son style. L'intérêt du sang-mêlé avait une source bien spéciale, cependant : n'ayant jamais connu de personnage comme lui, il n'arrivait pas à cerner Loran, ni même à le caser dans une catégorie de gens générale. Il y avait son mentor et son père, qui étaient tous deux sérieux et extrêmement exigeants, et sa mère, plus ésotérique, et jusqu'à présent, la plupart des gens qu'il avait vus rentraient dans une de ces deux catégories. Loran, lui, montrait des signes des deux côtés de la balance. Intriguant, très intriguant...

"Je ne suis pas habitué aux changements rapides, donc je prends généralement un peu de temps à m'habituer. Cependant, un capitaine qui exige l'obéissance n'est pas nouveau pour moi. Vous serez bien servi, j'aime ce qui est ordonné, alors les règles me sont chères. Je suis donc à vos ordres, et cela m'occasionne un grand plaisir. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour ne pas vous décevoir. Je tiens à vous avertir, cependant, au sujet de la magie que j'utilise, si nous allons nous entraîner ensemble. Vous avez bien dit que nous ne connaissons rien des capacités l'un de l'autre, j'estime donc qu'un combat à l'amiable est ce qui m'attend. Malgré la capture de ce matin, je ne suis pas doué pour utiliser ma magie de façon douce. Il suffit de dire que je suis plus utile sur un champ de bataille que lors d'une mission de capture, donc j'espère que vous n'aurez jamais à me voir utiliser mes pleins pouvoirs sans limite imposée."

La maîtrise vaut mille fois mieux que la force, c'était ce que son mentor avait toujours dit au sang-mêlé, qui avait choisi la voie la plus destructrice de la magie mentale. Par conséquent, il s'efforçait toujours de se contrôler en utilisant sa flamboyante magie, et il se doutait bien qu'il devrait se montrer très prudent en s'entraînant, pour ne pas occasionner de blessures graves. En l'admettant implicitement à son capitaine, Charon se sentait assez honnête. Il lui avait même admis s'adapter plutôt lentement, mais il y avait encore beaucoup à dire sur ses capacités. Cependant, mieux valait que son supérieur découvre le reste par lui-même : il se sentirait plus à l'aise ainsi que si le sang-mêlé lui exposait toutes ses forces et ses faiblesses en détail, et on croit toujours plus à ce que l'on découvre par soi-même qu'à ce que les autres nous disent. Mais un petit indice pour le guider, de temps en temps, ne serait pas de trop :

"C'est pourquoi je pense qu'un éventuel entraînement à l'épée me sera fort utile pour compléter mes compétences. Quoiqu'il en soit, je suis fort curieux de vous entendre dire ce qui m'attend ce soir..."
Revenir en haut Aller en bas
Loran Kellac
| Personnage décédé |
avatar


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 24 ans
Clan : Terreur
Fonction : Capitaine de l'armée d'Ardiosis / section des fantassins
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   Dim 4 Mai 2008 - 19:22

[Mais bien sûr^^
En relisant mon post, je viens de constater qu’on y ressent la patte de Feist, surtout pour la description de l’armée Xd
C’est ça, de bouquiner pendant les vacances^^]


Loran faisait de son mieux pour ne pas avoir l’air trop débraillé ou essoufflé par sa course, mais quelque chose lui soufflait que son subordonné n’en était pas dupe. Décidément, Charon était une recrue remarquable, et pas forcément parce qu’il était un puissant mage… le capitaine devrait peut-être revenir sur sa première idée. De toute façon, les idées étaient faites pour être modifiées, et le jeune capitaine ne tenait pas trop à juger ses soldats sur la première impression. Peut-être que Charon ferait un bon éclaireur, mais il serait sans doute encore meilleur dérouter un ennemi, et le prendre à revers.
Quelque chose en Loran lui soufflait que sa nouvelle recrue ferait un très bon sergent. Une fois bien intégré, et une fois capable de se battre, restait encore à démontrer son efficacité en tant que donneur d’ordres, mais le capitaine pressentait que le nom de Charon serait sûrement le premier lorsqu’il demanderait une élévation au grade de sergent.
Hors, il est vrai que Loran avait deseperement besoin d’officiers. Son unité était neuve, presque autant que son grade de capitaine, et Jadow, à lui seul, avait bien du mal à diriger la quarantaine d’hommes qui composait leur petit groupe assez spécial. Mais il avait encore le temps d’y penser, et pour l’instant, assez de travail à faire sans se projeter trop loin dans le futur. Son officier supérieur lui avait fait la remarque à maintes reprises, lorsqu’il était plus jeune : « à trop vouloir se concentrer sur le futur, on finit par en oublier le présent… et comment espérer avoir un futur si on est mort ? » Quoi qu’il en soit, il salua l’impatience de l’Orthodoxe d’un sourire approbateur, avant de l’écouter attentivement. Après tout, ils étaient là pour une seule raison : apprendre à se connaître, et cela passait aussi, du moins c’est ainsi que le voyait Loran, par tout ce que Charon aurait à dire.

En tout cas, l’autorité ne lui faisait pas peur, et il semblait prendre à cœur d’obéir aux ordres et de faire de son mieux. Un excellent point selon Loran, qui détestait devoir se répéter. Charon ajouta aussi quelque chose sur l’utilisation de sa magie, comme quoi il ne savait pas forcement l’utiliser de façon très douce. Etait-ce un moyen de mettre en garde son capitaine sur le fait que si Charon utilisait sa magie, il en résulterait quelque plaies et bosses pour celui qui se trouverait en face ? En tout cas, malgré cet avertissement, Loran était bien décidé à voir ce que sa nouvelle recrue savait faire, même s’il devait en résulter quelques dégâts pour lui. Le mage ajouta aussi qu’une petite formation à l’épée lui permettrait d’étendre ses capacités et que, quoi qu’il en soit, il avait hâte de savoir ce que Loran se proposait de lui faire subir.
Un petit discours qui fit plaisir au capitaine, et il décida de répondre aux attentes de son subordonnée. Mais malgré tout, il allait devoir passer par un exposé théorique, ennuyeux certes, mais néanmoins nécessaire.

Ne vous inquiétez pas, je vous laisserai du temps… si je peux me le permettre, parce que j’ignore quand notre unité sera appelée aux armes. Désolé de devoir passer par un petit exposé, mais il faut que vous compreniez bien ce que nous sommes chargé de faire.
Notre unité, Charon, est une unité mobile, ou volante, si vous préférez. Les hommes sont très jeunes, endurants et, surtout, polyvalents. Nous sommes chargés de faire un peu tout, et surtout, de nous mettre à la place de n’importe laquelle des unités de l’armée. Nous pouvons officier aussi bien comme messagers que comme première ligne, là où la pression ennemie devient plus forte.
En bref, nous sommes polyvalents, et aptes à toutes les missions. C’est pourquoi j’ai besoin de vous, et pourquoi vos supérieurs n’ont pas eu beaucoup d’autre choix que de vous faire transférer. UN mage, c’est ce qu’il manque à mon effectif.

Bref, ça, c’était la présentation. Maintenant, j’en arrive au cœur du sujet. Comme je vous l’ai dit, j’ai besoin de soldats qui puissent se plier à n’importe quel corps d’armée, et voilà pourquoi je dois faire de vous un bretteur honnête, ainsi qu’un cavalier. Mais ça viendra plus tard, parce que pour l’instant, j’ai besoin de vous connaître, afin de mieux adapter votre entraînement. Vous m’avez avoué votre faiblesse à l’épée, mais j’ai aussi besoin de savoir vos points forts, et il faudra bien que vous testiez votre magie sur moi. Et si vous ne pouvez pas y aller doucement, eh bien… j(‘ai besoin de vacances, de toutes façon.


Plaisanta-t-il avec un sourire.

Voilà ce que nous allons faire : quelques passes d’armes, afin que je puisse vous donnez quelques pistes. Ensuite, vous me montrerez ce que vous avez fait au prisonnier, ce matin. La balade à cheval devra attendre, il se trouve que ma monture n’aime pas vraiment galoper dans le noir, sans doute parce qu’il déteste ignorer où il met les sabots, et que ça ne me plaît pas plus qu’à lui.
Des questions ?


Demanda-t-il avant de sortir sa lame d’un geste souple, les pieds bien campés devant Charon. IL salua son adversaire d’un geste de sa lame, avant de déclarer.

Je vais commencer par attaquer, alors contentez vous de parer, et pas de contre-attaquer, d’accord ?

Cela dit, Loran tenta une attaque de taille (portée donc avec le tranchant de l’arme, merci Loran pour le vocabulaire XD) vers le flanc gauche de son adversaire, avec une lenteur étudiée. Si Charon disait vrai, il devait commencer doucement, n’est-ce pas ? Il n’était pas non plus une brute, et rouer de coups son adversaire n’avait jamais été une bonne pratique d’apprentissage.

_________________

Everything is a choice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/humain-loran-kell
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   Ven 9 Mai 2008 - 3:59

[Dieux O_O Je poste vraiment, terriblement lentement >__< Courage, je finis l'école mardi, alors j'aurais plus -prononcé "plusse" Xd- de temps pour moi après! ...Mais vu du bon côté, t'as trois places à répondre au minimum, maintenant XD]

Malgré tout son enthousiasme, Charon Weir Cronus n'était pas exubérant. Loin s'en faut, même, car il n'avait jamais été porté vers les effusions de sentiments. Mieux valait conversation ses pensées pour soi, et surtout garder ses sentiments sous contrôle, c'était une partie majeure de son entraînement. Cependant, éradiquer tout sentiment aurait été impossible à faire pour un humain, à moins d'avoir été entraîné à partir d'un âge terriblement jeune, et encore, ce serait comme s'il était mort de l'intérieur. Contrôler ses pensées et ne pas en avoir, c'était le jour et la nuit. Pour cette raison, l'orthodoxe semblait montrer tout juste assez de ce qu'il pensait pour amuser Loran. D'ailleurs, ce dernier semblait jauger sa recrue d'un oeil approbateur, et son regard laissait présager qu'il testerait minutieusement toutes les capacités de Charon pour déterminer dans quels domaines exactement il excellerait, et dans lesquels il vaudrait mieux le mettre de côté. S'il avait été interrogé à ce sujet, le sang-mêlé n'aurait pas pris de temps à répondre qu'il serait bon en diplomatie, comme messager, ou dans le feu de l'action, là où sa dévastatrice magie saurait être mise à bon escient. Jamais il n'aurait imaginé servir d'éclaireur, ou avoir un autre rôle qui lui paraissait si éloigné de ses forces, mais il n'y avait jamais réfléchi, non plus. Qui sait, peut-être serait-il à son meilleur en tant que commandant, même s'il se voyait toujours comme ayant principalement un rôle de support offensif, un peu comme les archers.

"Faire partie d'une unité adaptable, voilà qui promet d'être tout un défi. Heureusement pour vous, j'aime les défis, ils me permettent de me dépasser. D'ailleurs, je trouvais que ma capacité d'adaptation manquait cruellement de tonus. Ce sera le moment de m'améliorer dans ce sens. J'ai beaucoup à apprendre, semble-t-il, mais laissez-moi vous rassurer : j'ai déjà de l'expérience, aussi faible soit-elle, en cavalerie. Il faut croire que c'est là une partie de l'héritage de ma mère. Bien sûr, ma dernière randonnée remonte à plus d'une dizaine d'années, et il s'agissait d'un poney plutôt que d'un cheval, mais au moins j'aurai saisi les bases. Il ne me resterait qu'à m'adapter... et apprendre comment ne pas tomber de selle quand la monture est au galop."

Voyant que le capitaine dégainait son arme, Charon fit de même, d'un geste beaucoup plus maladroit, et examina une fois de plus la lame, rapidement. La garde était assez large pour lui permettre de parer sans craindre que la lame adverse glisse et lui tranche la main, et la lame d'acier trempé semblait être assez solide pour frapper dans le roc. Certes, elle aurait perdu son fil, mais... De toute façon, l'orthodoxe avait légèrement négligé son épée, qui s'était quelque peu émoussée avec le temps. Il faudrait qu'il l'affute avec une pierre à aiguiser, ou peut-être pourrait-il le confier à un forgeron. Sans aucun doute, il devait y en avoir plusieurs au service de l'armée. Enfin, il verrait bien le soir-même, s'il n'était pas trop fatigué. Et puisqu'il était en pleine forme, il y avait de bonnes chances que ce soit le cas. D'un autre côté, il s'épuisait assez rapidement... Mais un détail l'arracha à ses pensées : Loran allait l'affronter avec une lame dégainée. Certes, il ferait attention, mais... Mieux valait prendre des précautions. Fouillant dans le petit sac attaché à sa ceinture, il en sortit sa bonne vieille couronne de métal presque rouillée, toute cabossée, et la posa sur sa tête, où elle prit place sans vouloir faire signe de tomber ou de glisser.

"Si je ne parviens pas à parer une des vos attaques, vous ne tarderez pas à découvrir ce qui est arrivé à l'homme de ce matin... Vous n'aurez qu'à vous imaginer le résultat s'il y avait eu un mur derrière vous, comme c'était le cas pour cet évadé. Ah, et pardonnez-moi pour la couronne... Ce n'est pas une démonstration d'humour tordu de ma part à l'égard de la royauté, croyez-moi. Ce n'est peut-être qu'un morceau de métal cabossé pour vous, tout comme votre arc n'est qu'un bout de bois inutile entre mes mains, mais dans mon cas, il s'agit d'un outil qui me permet de mieux contrôler ma magie. Sans elle, je doute que je vaudrais grand chose..."

C'était là un mensonge, mais Charon avait gardé un visage parfaitement impassible, réussissant un coup de bluff grâce à des années de pratique. Une de ses forces était l'humilité, et une autre était la désinformation. Sans sa couronne, il serait parfaitement capable d'utiliser sa formidable magie mentale, mais il aurait simplement de la misère à mesurer sa force. Cependant, personne hormis son mentor ne le savait : les parents de l'orthodoxe eux-mêmes croyaient que sans ce cerceau de métal, il ne valait rien en tant que mage. Le premier qui le croirait désarmé en le voyant tête nue commettrait une formidable erreur, qui lui vaudrait certainement de survivre au moins un peu plus longtemps. Déjà, c'était suffisant pour motiver un petit mensonge de rien...

Tentant d'imiter la position de son capitaine, Charon finit par se résigner à adopter sa propre position de combat. Il abaissa son centre de gravité, puis rapprocha son épée, qu'il tenait à deux mains, de son corps, tout en se positionnant légèrement de côté par rapport à son adversaire, pour présenter une cible moins large. Ses mains touchaient presque à ses côtes, et sa posture aurait plus convenu à un paysan qu'à un noble, mais il n'eut pas le temps de se repositionner avant que le premier coup n'arrive. Il s'agissait d'une attaque vers le flanc, assez large, et très facile à parer, d'autant plus qu'elle était lente : Loran commençait en douceur. Pour se défendre, le soldat eut recours à ce qu'il y avait de plus simple : il abattit tout simplement son arme sur celle de son supérieur, comptant sur la garde pour ne pas que l'épée adverse continue jusqu'à sa jambe. Et, en tant qu'être peu habitué au combat, l'idée de contre-attaquer ne lui vint même pas en tête. En fait, l'impact dans ses bras monopolisa toute son attention pendant un instant, et lorsqu'il reprit ses esprits, il recula d'un pas pour garder une distance raisonnable avec le capitaine, qui lança quelques nouvelles attaques un peu plus rapides, mais encore très douces. Se demandant ce qui arriverait si son adversaire se décidait pour un coup d'estoc (porté avec la pointe de la lame, parce que t'es pas le seul à avoir du vocabulaire Xd), Charon lança, entre deux attaques parées très maladroitement, un bref :

"Vous êtes certain de vouloir utiliser une lame nue contre un novice? Certes, j'ai un chandail en mailles, mais..."

[T'as tout à fait le droit de désarmer Charon aisément, il se sert de son épée un peu comme d'une massue x)]
Revenir en haut Aller en bas
Loran Kellac
| Personnage décédé |
avatar


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 24 ans
Clan : Terreur
Fonction : Capitaine de l'armée d'Ardiosis / section des fantassins
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   Lun 12 Mai 2008 - 19:52

[Remarque, je ne suis pas plus rapide^^]

Charon semblait assez enthousiasmé à l’idée d’apprendre, et Loran lui en fut gré. Ils n’avaient pas beaucoup de temps pour apprendre à se connaître, et quelqu’un de motivé apprenait toujours plus rapidement. De plus, il avait déjà monté, bien qu’il ne s’agisse que d’un poney, il y a quelques années. Comme le soldat le disait si bien, il avait déjà acquis les bases et, de toute manière, le jeune capitaine ne cherchait pas à en faire un excellent cavalier, seulement quelqu’un capable de tenir en selle sans ralentir tout un groupe. L’expérience ne venait qu’avec la pratique, il l’avait compris alors qu’il était bien plus jeune, et Charon finirait par devenir un cavalier potable, il en était certain.
Les deux adversaires d’un soir dégainèrent leur lame, Loran observant avec attention la façon de faire de son élève : guère brillante. Mais il fallait lui laisser le temps, au moins tenait-il à peu près correctement son épée. Loran lui fit légèrement modifier la position de ses mains sur la poignet, avant de reculer de quelques pas, observant avec curiosité le manège du soldat.

Celui-ci venait de sortir une sorte de couronne de métal toute cabossée, et qui avait visiblement pas mal servi, avant de l’ajuster avec précaution sur sa tête. Le jeune capitaine ne dit rien : il avait vu des rituels beaucoup plus étranges, certains soldats se livrant à tout un tas de gestes bizarre avant d’entamer un combat. Enfiler une couronne équivalait bien une prière, non ?
Mais Charon le détrompa : ce n’était pas un geste si anodin pour lui, parce que cela lui permettait de mieux contrôler sa magie. Le soldat lui indiqua avec calme ce qui risquait d’arriver s’il n’arrivait pas à parer, mais le capitaine haussa les épaules : il connaissait les risques, et avait toujours été quelque peu tête brûlée.
Par contre, il ne parvenait pas à croire que sans cette chose, Charon était aussi peu doué qu’il le prétendait. Il n’y connaissait pas grand-chose en magie, c’est vrai, mais il lui semblait que cela était un don, non une force issue d’un objet quelconque. Peut-être se trompait-il, mais il n’était pas certain du tout que Charon, sans elle, soit sans défense. Enfin, si le soldat voulait lui dissimuler quelques informations, il ne dirait rien, tant que cela ne remettait en cause si son obéissance, ni sa loyauté. D’ailleurs, l’Orthodoxe précisa bien que ce n’était en aucune façon un moyen de se moquer de la royauté. Loran le rassura d’ailleurs d’une voix tranquille.

Ne vous en faites pas, j’imagine bien que ce n’est pas destiné à railler notre Roi. Et si vous devez utiliser votre magie, et bien… j’imagine que cela me guérira de ma curiosité, car j’avoue regretter de ne pas avoir vu de mes propres yeux ce qui est arrivé. Au moins, j’en aurai un aperçu en direct. Peut-être même devrais-je me sentir flatté.

Ajouta-t-il, amusé, avant de se remettre en garde. L’Orthodoxe en fit de même, adoptant une position pour le moins originale, que Loran ne lui fit pas rectifier, cette fois. Chaque combattant avait sa propre façon d’engager le combat, et le capitaine ne croyait pas en la cœrcition. Si Charon se sentait à l’aise ainsi, très bien. S’il avait besoin d’aide, Loran serait là, mais dans le cas contraire, il préférait le laisser trouver lui-même une position qui ne le ferait pas tuer en cas de combat. Il voulait des combattants vivants, pas des soldats uniquement capables de parader.
Loran attaqua en douceur, et Charon para de façon maladroite. Le jeune homme recula de quelques pas, prodiguant ses conseils.

Tu tiens ton épée trop près de ton corps et, du coup, cela handicape ta façon de parer. Abattre ton épée sur la lame de ton adversaire, ce n’est jamais une bonne idée, car du coup, dégager sa lame sera bien plus facile, et tu n’auras pas le temps de te remettre en position avant une autre attaque.
Allonge les bras : cela semble difficile au début, mais à force, tu verras que tu dispose d’un plus grand champ de manœuvre. Et essaye de ne pas te concentrer uniquement sur ce coup, mais aussi sur le suivant… cela t’évitera de devoir reculer, car en prévoyant un autre coup, tu te remettras sans y penser en position de défense. J’y retourne, prêt ?


Loran avait, sans le vouloir vraiment, tutoyé le jeune soldat. C’était une habitude qu’il avait prise avec ses propres hommes, et il lui était difficile de s’en débarrasser. Il considérait ces hommes, ces élèves comme des jeunes gens dont il était le professeur, et du coup, le vouvoiement disparaissait sans même qu’il ne le note. Cela pouvait en déstabiliser quelques uns, il le savait, mais ce n’était pas intentionnel.
Loran accéléra un peu le rythme, observant avec attention son élève. Certes, ses parades étaient très maladroites, mais le capitaine Kellac se doutait qu’il ne résoudrait pas le problème en une leçon. Alors qu’il enchaîna deux attaques successives, que Charon parvint maladroitement à parer, sans faire attention qu’il se découvrait beaucoup trop, l’Orthodoxe prit la parole. Le capitaine lui répondit avec un sourire.

Quand j’étais petit, mon instructeur m’a appris qu’on apprenait plus rapidement à parer les coups si on savait que cela faisait mal. Alors oui, j’en suis certain : je ne frappe pas assez fort pour te blesser, Charon, seulement pour que tu es quelques bleus et entailles si tu ne pares pas correctement. Fais moi confiance, je ne cherche pas à tuer mes soldats à l’entraînement, ce serait un véritable gâchis.
Essaye de couvrir un peu plus ton côté gauche, tu as tendance à porter ta défense un peu trop sur la droite.


Sur ce, Loran s’avança et enchaîna une série de coups un peu plus rapide, obligeant son apprenti à parer avec plus de rapidité. Finalement, la lame se glissa à travers la défense du mage, la pointe d’acier émettant un son clair en touchant l’armure qui protégeait le torse du soldat. Pas de quoi occasionner une coupure, mais un joli bleu.
Loran recula de quelques pas, épongeant son front, avant de faire remarquer à son élève.

Tu te concentres trop sur le coup à parer, et pas à l’attaque qui suivra. Mais c’est une question d’habitude. Pas trop fatigué ? Manier une épée est assez lourd, lorsque l’on n’en a pas l’habitude.

Après tout, le but n’était pas d’épuiser son adversaire, seulement de savoir ce qu’il valait. L’épuisement, il gardait ça pour l’entraînement.

_________________

Everything is a choice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/humain-loran-kell
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   Lun 19 Mai 2008 - 4:33

[...oui, tu l'es XD Faut dire, RP avec la même personne pendant un bout, ça fait bizarre... Mais bon, maintenant, c'est les vacances. Je me donne droit à 36 heures maximum pour te répondre après chacun de tes posts.]

En tant que mage, Charon n'avait jamais pris le temps d'entraîner son corps, préférant se concentrer sur son esprit. Alors, bien qu'on aurait pu dire qu'au niveau mental, il avait la même force qu'un maître d'armes, il restait que physiquement, il ne valait strictement rien. L'endurance dont pouvaient se vanter les orthodoxes n'était pas partie intégrante de son physique, et sa force était à proprement dire ridicule, tandis qu'en termes de motricité rapide, il était un peu comme une grosse tortue. Jusqu'à présent, cependant, il avait réussi à compenser pour tous ces problèmes grâce à un talent magique incroyable et à un esprit vif, qui l'aidait à rester hors de danger, autant que possible. Bref, il avait fait en sorte que ses forces compensent pour ses faiblesses, afin de pouvoir utiliser les unes au lieu des autres. De cette façon, il avait toujours été un adversaire redoutable, pour le très peu de gens qu'il avait eu à affronter. Imprévisible, vif d'esprit, employant une magie à proprement dire inconnue de tous et dont il ne se vantait pas, il employait pleinement l'élément de surprise dont il dépendant tant. Mais en escrime, il n'avait pas cet avantage, et était ralenti par son physique peu développé, ce qui le rendait une cible facile. C'était là son bilan de sa capacité à tenir une épée : mieux valait savoir comment, mais éviter de l'utiliser autant que possible. Un savoir que l'on garde pour soi est un atout de plus en poche.

Lorsque Loran déclara implicitement qu'il n'avait aucun problème à se faire lancer une décharge magique s'il donnait un coup trop vif, Charon connaissait déjà la synthèse de ses avantages et désavantages en combat rapproché, ainsi ne manqua-t-il pas de hocher la tête en retenant qu'il n'aurait pas besoin d'y aller plus doucement sur le capitaine que sur l'homme du matin. De plus, il serait probablement content d'être la cible d'une démonstration du genre, et se féliciterait d'autant plus de son choix, c'était prévisible. Voilà qui s'annonçait fort bien comme soirée...

"Contrairement à ce que certains pensent, la curiosité n'est pas un si vil défaut, tant qu'elle n'est pas déplacée. Et dans votre cas, chercher à connaître ma magie est tout à fait raisonnable. Mais vous êtes chanceux, en quelque sorte : vous serez bientôt l'un des rares à avoir fait les frais de ma magie sans avoir à affronter en plus des conséquences comme l'emprisonnement."

"La modération est la maître vertu.", disait le mentor de Charon, qui avait bien retenu sa leçon : ne jamais employer la force s'il y a moyen de faire autrement, ne jamais dévoiler ses cartes lorsqu'il n'y en a nul besoin. C'est pourquoi le capitaine serait en effet une des seules personnes au monde qui pourrait subir un assaut magique de la part de l'orthodoxe sans avoir à redouter pire encore. Il ne savait vraiment pas à quel point il était privilégié... De son côté, le sang-mêlé se comptait très privilégié d'être entraîné pour l'instant par nul autre qu'un très haut-gradé. Alors qu'il bloquait maladroitement, il apprenait toujours un peu plus comment se servir de l'épée qu'il serrait à deux mains, et il finit par adopter la position dont il ne dérogerait plus, à l'avenir : l'épée tenue à deux mains, pointée vers l'avant à quarante degrés environ, et le corps tourné de côté pour offrir uen cible aussi petite que possible. En bien des points, cette posture était inspirée par celle de Loran, ce qui était tout à fait naturel : on apprend principalement par imitation.

"C'est surprenant, la nombre de possibilités qu'offre une épée. J'ai toujours cru que c'était une arme très simple, et qu'on ne pouvait l'utiliser que d'une certaine façon, mais de toute évidence, la vérité est tout autre. C'est un arme certes bien moins versatile que la magie, mais elle reste quand même fort intéressante. Il ne s'agit pas d'une masse d'armes, mais bien d'une arme infiniment plus... peut-être pas plus redoutable, mais plus sophistiquée, du moins."

D'ailleurs, parenthèse, bien que le soldat se soit totalement concentré sur son adversaire et sa propre posture afin de ne pas manquer une goutte du combat, il avait continué à analyser ses paroles, et même si ce n'était que de justesse, il avait remarqué que le capitaine le tutoyait désormais. Cependant, il n'avait pas remarqué à quel moment la transition s'était produite, mais une chose était certaine : le capitaine n'avait certainement pas tardé à se rapprocher de son subordonné, qui ne s'en formalisait pas le moins du monde. D'ailleurs, Charon ne fit que grimacer brièvement lorsque l'offensive rapide de son supérieur perça sa défense comme si de rien n'était, et le toucha au torse, à un endroit qui présenterait bientôt un joli bleu. Les mailles s'entrechoquèrent et crissèrent contre le métal, comme pour souligner le fait qu'il y avait eu une touche. Mais désormais, l'orthodoxe était averti : bien qu'il n'y penserait certainement pas à chaque fois, il devait tout simplement dévier la lame adverse, et toujours rester à une position respectable. Et d'ailleurs, pour confondre Loran, il décida de changer de sa position de droitier à une autre de gaucher, puisqu'avec assez d'entraînement, il était parvenu à se débarasser en majeure partie de la dominance de sa main droite. Désormais, il était presque ambidextre, mais étant donné sa pauvre dextérité, il n'utilisait jamais qu'une main à la fois...

"Je ne m'attends pas à faire un grand dueliste avant bien longtemps, alors je me demande ce qu'un bouclier, combiné à une épée courte, m'apporterait. Tout compte fait, une option purement défensive du genre mettrait plus en emphase mes talents déja acquis en matière de magie. Qu'en pensez-vous, capitaine?"


[C'est rare, les personnages qui se battent avec un bouclier. J'veux détonner Xd]
Revenir en haut Aller en bas
Loran Kellac
| Personnage décédé |
avatar


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 24 ans
Clan : Terreur
Fonction : Capitaine de l'armée d'Ardiosis / section des fantassins
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   Mar 20 Mai 2008 - 13:51

[Tu peux prendre plus de temps va, je serais magnanime^^]

Loran regardait d’un œil appréciateur son jeune élève commencer à trouver une position adéquate, au fur et à mesure qu’il commençait à apprivoiser l’arme qu’il tenait à la main. Ce n’était pas évident d’appréhender une épée, surtout pour un débutant, mais il constata que Charon ne semblait pas dépasser par l’étrangeté de l’exercice. Certes, comme il le disait, il ne ferait sans doute pas un escrimeur de renommée, mais au moins saurait-il se défendre le moment venu, et ne pas trahir dès la première seconde son manque d’expérience.
Le capitaine recula de quelques pas, observant son apprenti d’un air songeur. Rares étaient les recrues de son âge à n’avoir jamais manié d’épée, et Charon n’avait pourtant pas à rougir. Quand à lui, petit fils de soldat, son grand père avait veillé à son apprentissage des armes, et la vocation de Loran était bien trop tenace pour qu’il ne fasse que s’y exercer quelques heures. Et puis, dès huit ans, les armes avaient fait rapidement parti de son quotidien… Mais quoi qu’il en soit, il devinait en l’Orthodoxe cette envie d’apprendre, cet acharnement à maîtriser quelque chose qui ne lui était pas familier. Etait-ce en partie parce qu’il avait su lire cela qu’il avait insisté pour le transférer dans sa section ? Soldat de la Garde n’était pas à proprement parler un poste permettant d’affronter les nouveautés, mais malgré cela, Charon semblait s’accommoder de ce que Loran lui faisait faire. Espérons que cela durera…

Il esquissa un sourire à la réponse de son subordonné. Heureusement que la curiosité n’était pas un si grand défaut que cela, sinon, Loran aurait de sérieuses confessions à faire. En réalité, il était curieux, il le savait, mais pensait que justement, cela lui permettait d’avancer, de ne pas se reposer sur ses acquis. A quoi servirait de vivre, si l’on ne cherchait pas à voir au delà de son quartier, puis de sa ville, puis de son pays tout entier ? Le jeune capitaine, lui, avait besoin d’aller au-delà de ce qu’il connaissait, au risque de végéter.
Charon reprit la parole, commentant d’un ton que Loran jugea prometteur le nombre de possibilités qu’offrait l’arme qu’il tenait en main. Il est vrai que combinée à une magie puissante, et utilisée seulement en cas d’appui, elle lui serait utile, surtout s’il continuait à s’entraîner. C’est d’ailleurs ce que lui fit remarquer son capitaine, enchaînant quelques bottes plus rapide. Il avait remarqué que Charon semblait avoir finalement trouvé la position qui lui convenait le mieux, une garde basse, avec un centre de gravité proche du sol. Une position idéale pour un combattant possédant une rapide contre-attaque, mais elle risquait de s’avérer fatigante si Charon ne faisait que parer. En effet, un adversaire plus grand risquait de se servir de son champ de gravité pour assener des coups féroces, mais pour l’instant du moins, Loran ne s’en inquiéta pas. Il voulait d’abord que son élève apprenne à apprivoiser son arme, avant de se corriger par lui-même. A l’usage, il verrait si cette position lui convenait.

Pour manier la masse d’armes, il faut une grande capacité physique. L’épée est plus polyvalente, elle s’adapte à son porteur sans pour autant trop le fatiguer. Et elle assez longue pour permettre une certaine allonge, que l’on aurait pas avec d’autres armes. C’est vrai que c’est une arme impressionnante, qui a de multiples qualités. Raison de plus pour ne pas se laisser désarmer.

Ajouta-t-il avec amusement tandis que sa propre lame, décrivant une courbe latérale, venait se heurter avec fracas sur la lame de l’orthodoxe, faisant vibrer les deux épées dans les mains de leurs propriétaires. L’attaque suivante de Loran toucha, transperçant la garde du soldat pour finir sa course sur la cotte de maille. Le capitaine recula de quelques pas, tandis que Charon faisait basculer sa lame du coté gauche, espérant sans doute le surprendre. Mais, bien que le capitaine ne soit pas lui-même ambidextre, il avait appris à combattre contre un adversaire qui, lui l’était. Un détail de sa formation qui avait son importance. Il ne fit donc pas mine de s’émouvoir au changement de main du soldat, se contentant de l’observer en silence. Ce fut finalement Charon qui lui posa une question, à laquelle il répondit avec joie.

Tu vas vite en besogne, parce que je n’envisageais pas ça tout de suite. Mais pourquoi pas ? L’inconvénient d’un bouclier, pour un débutant, c’est qu’il faut songer à le maintenir de façon à parer, et ce n’est pas simple, surtout lorsqu’on apprend, en même temps, à attaquer. Mais si tu t’en sens capable, pourquoi pas ? Demain, va faire un tour à l’armurerie, demande Rügen, un géant roux, il t’en fournira un.
De toute façon, cela risque de faire partie de ta formation. Bon, maintenant que tu sais à peu près tenir une épée correctement, on va passer à autre chose. Ne te contente plus de bloquer, essaye de contre-attaquer. C’est assez simple, en réalité, il suffit de détourner la lame de ton adversaire, de façon à pouvoir lui lancer une attaque. Le secret, c’est de la lancer assez rapidement pour qu’il n’ait pas le temps de se remettre en garde, mais aussi de pouvoir continuer à te couvrir.
On y va ?


Ce que Loran ne précisa pas, c’était que c’est précisément à ce stade de l’entraînement que les coups pleuvaient, et que le risque d’être amoché était le plus grand. Naturellement, en attaquant, le risque de se découvrir était grand. Mais pas la peine de déstabiliser son apprenti, non ?
Le capitaine s’avança à nouveau, feinta en direction de la jambe du soldat avant de dévier brusquement sa lame, faisant porter le coup au niveau de son épaule gauche. Il savait Charon protégé par la maille, mais si le coup portait, l’impact risquait d’être assez douloureux. Tout en faisant cela, il exposa volontairement son bras droit, attendant avec curiosité la réaction de l’Orthodoxe.

_________________

Everything is a choice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/humain-loran-kell
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entraînement de soir [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entraînement de soir [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 1-