AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entretien secret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Entretien secret   Mar 10 Juin 2008 - 12:44

Neuvième semaine de l'an 835, Jour 3, début de matinée

Le roi, accompagné de deux pages avançait d'un pas rapide dans les couloirs interminables du palais. Le rythme protocolaire n'avait pas cours ici, les affaires de l'état exigeant une rapidité d'action que ni la taille du palais ni la lenteur des processions officielles ne permettait d'atteindre. Il y avait toujours ce jeune homme qu'il avait pris à ses côtés peu après son couronnement ainsi qu'un autre vieux serviteur de la maison royal qui malgré son âge vénérable avait toujours les jambes solides. Il en était tellement fier qu'il n'était pas rare dans le quartier des laquais de le voir montrer ses mollets nus et conter avec fierté chacune de ses courses au service du souverain précédent.

Au terme d'un assez long trajet, parsemé d'oeuvres d'art exquises et d'autres ravissements des yeux ils arrivèrent dans une aile sombre et inhabitée qui dissimulait çà et là des gardes lourdement armés. Les alcôves dans lesquels ils se trouvaient empêchait à l'inconnu de les repérer, au mieux les eut il pris pour de simple statues. La pénombre favorisait cette configuration bizarre des lieux qui eut choqué n'importe qui d'autres. Aucune porte n'était ouverte et peu de serviteurs avaient la permission de pénétrer la zone, le maintien des feux et le ménage étaient assurés à minima. Pourtant ce n'était pas le lieu en lui même qui intéressait Erendil mais bien plutôt une immense tapisserie représentant la victoire d'Iboa lorsqu'il y a des temps immémoriaux elle fut assiégée. Comme dans le style ancien on y voyait le souverain orthodoxe sur une colline (probablement inexistante) ce qui permettait de l'avoir en premier plan, il était en train de déviser avec ses généraux et l'on devinait parmi eux l'exultation des vainqueurs. L'ennemi, une masse difforme et compacte fuyant vers le fond de ce décors idyllique ne pouvait être identifié.

Cette grande pièce de tissu aurait pu être parfaitement banale pour un palais pourtant quelque chose la différenciait de manière décisive de ses pairs. Elle était en effet composé de longs poils qui ondulait lentement du fait de l'arrivée de nouveaux visiteurs. Si une telle réalisation était possible le mélange de ces poils aurait rendu l'image indistincte mais ce n'était pas le cas. La magie orthodoxe y était pour quelque chose, ce qui n'avait pas l'air d'impressionner le moins du monde le roi des Orthodoxes qui murmura d'une voix gutturale un mot incompréhensible.

Il posa sa main sur l'épée qui pendait au baudrier de ce pair oublié et dont on était fondé à se demander s'il s'en était jamais servi, c'est alors qu'un pan entier de la tapisserie s'écarta. Et l'on pouvait s'apercevoir en avançant que les poils étaient totalement indépendants et se mouvaient seuls ! Nul doute qu'après leur passage ils reformeraient cette même scène... à moins que ...

Toujours est il qu'ils poursuivirent leur chemin dans un passage secret qui ne ressemblait pas à un passage secret ... Le couloir était large et bordé de gargouilles aux bouches béantes et aux regards haineux. Et comble du comble il était éclairé ! Heureusement pour le secret du passage ce n'étaient pas de simples torches qu'il aurait fallu changer régulièrement mais de curieuses pierres à l'aura lumineuse qui sans révéler les moindres détails des lieux permettaient de s'y diriger sans difficulté. Après un crochet brutal ils arrivèrent à une porte sans poignée. Le couloir continuait beaucoup plus loin dans l'obscurité seulement percée par les bulles de lumière produites par les pierres.

Les deux pages entrèrent en premier, aucun son de retentit et le roi les suivi. Ils se trouvaient dans une large pièce dont les murs semblaient formés par des étagères remplies de livres, au centre une longue table de facture assez simple. L'espionne était là, debout, comme l'exigeait le protocole, Erendil San'Veck s'approcha et s'assit sans faire le moindre signe pour qu'elle fasse de même.


Dernière édition par Erendil San'Veck le Mer 11 Juin 2008 - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Entretien secret   Dim 22 Juin 2008 - 13:09

Ce matin-là, l'espionne se réveilla en sursaut, prise dans un cauchemar mouvementé. Elle ne comptait plus les années passées depuis ce dernier événement qui venait de se répéter. Désormais assise dans son lit, la couverture ne couvrant que ses jambes longilignes, elle reprenait gentiment ses esprits, sa tête entre ses mains. Lentement, elle ouvrit ses yeux, dévoilant leur couleur d'émeraude. Ses cheveux noirs de jais aux mèches noires retombaient nonchalamment devant elle. Ne supportant point leur présence sur son visage, elle les chassa d'un geste précis dans son dos et se leva d'un simple mouvement souple. Elle commença sa journée par se laver pour se réveiller complètement. Puis elle laissa aller à ses exercices quotidiens, ces derniers préservant sa souplesse et sa finesse. Ils devenaient presque agréables et amusants, contrairement aux premières. Elle avait souffert, bien sûr, pour pouvoir détenir de bonnes capacités physiques et ainsi servir son roi comme il le fallait. Ce jour-là, elle avait d'ailleurs un entretien secret. N'en connaissant guère le motif, Solyanne s'impatientait déjà.

Machinalement, elle s'empara de son élastique fétiche après avoir démêlé ses longs cheveux lisses et se noua les cheveux comme tous les jours. Se sentant plus fraîche pour débuter cette nouvelle journée pleines de surprises, elle en était sûre, elle s'étira tel un félin sortant d'un sommeil profond et se dirigea dehors de son pas souple. Elle se permit une petite balade avant de se diriger vers les sous-sols. Là, elle observa, malgré l'obscurité, tout ce qui l'entourait. Cet art discret et royal. Encore en avance, elle pouvait se permettre de prendre son temps. Si bien qu'elle s'arrêta même plusieurs fois. Elle connaissait le chemin par coeur et, tant elle l'avait parcouru, pourrait même le faire les yeux fermés. Mais pour ce jour-là, elle ne souhaitait guère aiguisé son sens de l'orientation, mais plutôt celui de la perception des moindres petits détails. Les tableaux accrochés aux murs étaient emplis de détails. Solyanne en découvrait chaque fois qu'elle les regardait un peu plus. Elle ne se lassait point d'observer la courbe des formes qu'avait adopté le pinceau du peintre pour sûr talentueux.

Elle passa le large couloir qui la mènerait au lieu de rendez-vous, effleurant délicatement les murs l'entourant de son index. Elle parvint enfin à la salle qu'elle connaissait bien et dont les parfums particuliers faisaient, à tous les coups, frémirent ses narines. Lentement, elle esquissa les derniers pas qui la firent vraiment entrer dans la salle. Cette dernières se trouvait être la bibliothèque, emplie de livres tous plus intéressants que les autres. Grâce à elle, Solyanna M'angil en avait beaucoup appris sur le monde qui l'entourait. Elle en savait bien plus sur les autres clans que ce qu'on pouvait croire. Mais le thème qui l'avait le plus intéressé, sans compter le règle orthodoxe, se trouvait être celui du Seigneur Nordique, un sanguinaire sans coeur. Il était, dit-on, marié à une femme qu'il semblait aimer. La jeune orthodoxe en avait bien ri, au départ. Elle ne connaissait guère ce qu'était réellement l'amour, n'y ayant jamais goûté. Elle préférait passer son temps à espionner et à servir son roi, le très cher Erendil San'Veck. En songeant à lui, elle ne put empêcher un sourire taquin se peindre sur ses lèvres.

Depuis qu'elle le servait, elle lui en avait fait voir de toutes les couleurs. Son fort caractère lui avait joué bien des tours, mais le respect persistait. Car Solyanne, bien que cela puisse paraître surprenant pour une femme aussi entêtée, gardait une grande estime de son roi. Grand, fort et bien bâti, il dirigeait son peuple avec savoir. Elle ne connaissait point vraiment son statut personnel. Etait-il seulement marié? Même cela, l'espionne l'ignorait. Elle savait qu'un jour, elle ne se gênerait pas pour le lui demander...! Ensuite, le roi n'aurait plus qu'à lui lancer un regard sévère pour la réprimander, ou encore lui répondre calmement. Solyanne se retrouva tous ses sens aux aguets de manière subite: le bruit de pas rapides se faisaient entendre. L'orthodoxe devina la présence de trois personnes. Le roi, escorté de deux autres personnes, devait sûrement se pointer désormais. Elle ne l'attendait que depuis peu de temps, plongée dans ses pensées. La patience faisait partie de son métier, ce qu'elle ne respectait guère toujours. Elle resta face à la porte, debout, affichant une expression sérieuse, comme l'exigeait le protocole.

Le roi s'assit sans lui proposer de faire de même: elle avait l'habitude de ce genre de réaction. Ne souhaitant point le froisser pour cette journée, elle se tourna face à lui et l'observa d'un oeil scrutateur. Toujours aussi beau dans son vêtement royal, il affichait son expression imposante mais simple. L'espionne attendit quelques minutes, silencieuses. Puis elle se permit une faveur: Celle de briser le silence qui la pesait:

" Vous m'avez mandée, mon cher roi? "

Droite mais gardant une attitude souple et détendue, elle attendit sa réponse, une lueur malicieuse éclatant dans son regard. Elle s'attendait à tout, ayant appris qu'avec le souverain San'Veck, tout était possible.

[Désolée je n'ai pas plus d'inspiration que ça. Si tu as une objection ou une quelconque chose à me dire, je suis ouverte. Ah et si tu veux que j'allonge mon texte aussi. Ce dernier ne doit pas de donner vraiment beaucoup d'inspiration! X'D Alors si t'as une idée pour que j'ajoute plus d'action...!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entretien secret   Dim 20 Juil 2008 - 15:47

Digarl était en retard. Il s’était quelque peu occupé de son oiseau, Lunette, une perruche, qui le distrayait entre deux dossiers dont il devait s’occuper. Absorbé dans les soins qu’il apportait à l’oiseau, il ne voyait pas le temps filer.
Le roi l’avait convoqué à la bibliothèque. Drôle de lieux pour ce genre de réunion… Digarl ne comprenait pas toujours les décisions du nouveau roi, voir les désapprouvait ou était mitigé, sauf en ce qui concernait le ralliement à l'empereur. Il leva en sourcil tout en changeant la nourriture de Lunette. L’oiseau émit un faible Merci, de sa petite voie aiguë.
Digarl se perdit dans ses pensées sur ce qui s’était déroulé depuis la prise de pouvoir d’Ardiosis. Il devrait un jour le rencontrer, même si la discussion qu’il avait eu avec les personnes envoyées par lui avait été enrichissante [Hrp : Ecrit par rapport à la venue de la reine et dont le rp a pas encore été fait. Je supprimerai cette remarque, et modifierai peut-être un peu la phrase qui précède par après.]. Il voulait influencer son roi, le roi des orthodoxes, qu’il ne prenne pas de décision déraisonnable. Car après tout, il ne le connaissait pas bien, au contraire de son père avec qui il avait travaillé. Il avait bien évidemment eu des échos de sa manière de diriger le village de Himiria. Des espions lui fournissaient régulièrement des rapports à ce sujet, lorsqu’il s’occupait de ceux-ci, jusque tout récemment en fait, puisqu’il n’avait pris le statut de conseiller que depuis que le nouveau roi était au pouvoir, abandonnant à d'autres ses anciennes charges. Mais cela ne faisait qu’officialiser un rôle que j’occupais déjà du temps de l’ancien roi…
Il en revint au présent. On lui demandait de nouveau de s’occuper d’une espionne. Décidemment, il semblait que son ancien poste vienne déjà le rattraper.
Il se releva, réalisa qu’il avait pris trop de temps à rêvasser, vérifia sa mise et se dépêcha de rejoindre la Bibliothèque. Au revoir !

Après avoir passé les différents couloirs qu’il connaissait bien sans y prêter attention, se dirigeant machinalement, plongé dans ses pensées, remarquant à peine les quelques personnes qu’il croisait et qui le saluaient, il arriva à l’entrevue. Il adressa un signe de tête au roi, négligeant le reste de l’assistance.
Comme il ne savait pas où ils en étaient, il ne dit rien dans un premier temps. Comme personne n’avait l’air de parler, il se reprit après quelques secondes et se dit que les présentation et politesses d’usages devaient avoir été effectuées et que c’était sans doute à lui de parler.

« Bien…, commença-t-il, vous êtes Solyanne je suppose ? » Sa bouche se tordit en un très léger sourire railleur. Il se souvenait lorsqu’elle avait été engagée. Plus une faveur du vieux roi qu’autre chose… Mais elle pourrait être utile…
« Vous connaissez les circonstances actuelles… Vous savez que nous auront de nombreux ennemis, même parmi nos alliés… Mais avant d’aller plus loin, je dois vous poser une question : Etes vous prête à servir notre cause sans faillir ? Car votre tâche ne sera pas toujours aisée, et nous devons pouvoir compter sur votre entier dévouement… »
Il la fixa droit dans les yeux de son regard perçant et pénétrant.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Entretien secret   Ven 25 Juil 2008 - 12:13

Solyanne ne savait pourquoi le roi l'avait convoqué. La bibliothèque s'avérait être un bon lieu pour une entretient secret, surtout cette dernière. Dépourvue de toutes oreilles indiscrètes qui auraient voulu se renseigner sur les faits et gestes du personnel du roi, elle n'était guère accessible à tout le monde. En plus de cela, elle se trouvait être agréable et accueillante. La jeune espionne pouvait se détendre et s'installer à son aise. Elle se permit une observation constante de l'homme qui avait pris possession du trône. Il gouvernait les orthodoxes. Et bien que ses manières ne soient point des plus courantes, il méritait sa place. Solyanne M'angil savait se satisfaire d'un bon maître un minimum compétant et ferme. Surtout lorsqu'il lui transmettait diverses missions toutes plus passionnantes que les autres. Elle savait jouer avec sa souplesse et sa discrétion, faire de son sang humain un atout. Et ainsi ne point décevoir son maître. C'est alors qu'elle fut tirée de ses pensées par un bruit de pas. Erendil San'Veck ne l'avait guère avertie d'une nouvelle venue quelconque. Qui d'autre pouvait-il bien être mêlé à une affaire qui concernait la jeune espionne? Curieuse et quelque peu froissée de n'avoir reçu de la part du roi aucune information qui aurait pu lui faire deviner cette autre présence du reste encore inconnue de sa personne, elle attendit sagement en se construisant une expression on ne peut plus impassible.

Sans avoir pris connaissance de cette nouvelle identité, elle ne voulait laisser passer aucune émotion, si basique soit-elle. C'est alors qu'un homme ayant déjà atteint un certain âge fit irruption dans la pièce...Directement, il eut droit à une description de la part de la jeune orthodoxe qui ne supportait déjà pas sa présence. Il paraissait hautain et méprisant. Tout ce qu'elle détestait, en l'occurrence. Mais elle savait, à le voir, qu'il possédait un haut statut et qu'elle se devait de lui témoigner du respect et de l'obéissance. Il prononça alors ses premières paroles... Solyanne espérait terminer cet entretien au plus vite. Mais elle n'en laissa rien paraître. Affichant une expression docile, elle resta debout, les mains sur les hanches. Aucun sentiment de nervosité l'habitait, à son plus grand bonheur. Rien ne pouvait trahir son ennui et son agacement envers les paroles du vieil homme. Elle savait pertinemment ce qu'elle avait à faire. Et si, vraiment, elle ne portait guère les orthodoxes dans son coeur, elle aurait refusé le poste d'espionne. Elle lui alors répondit d'un ton sec:

"Je ne suis guère devenue espionne par simple facilité et je ne compte pas batifoler ou traîner dans les bars jusqu’à en oublier ma propre identité. Non, je préfère de loin prendre garde à ne pas faillir à la tâche qui m’a été donnée. Je servirai les miens avec dévouement et force, je ne compte point faillir non plus. Je les servirai jusqu'à ma mort, comme je l'ai promis à notre roi. Tout en restant consciente du danger et de la difficulté dont optera ma tâche par la suite, je me suis engagée et je m'engage à nouveau à servir notre roi avec fidélité et docilité. Êtes vous dorénavant rassuré, Monsieur dont je ne connais ni le statut ni le nom...? "

Car elle ne s'était pas attardée à retenir toutes les têtes et noms des personnes qui servaient son roi... Ce dernier, bien qu'ayant sûrement déjà servi leur ancien roi défunt depuis bien longtemps, faisait partie des personnes avec lesquelles elle n'avait jamais parlé ni échangé un simple regard. Elle ne le croisait guère dans les couloirs, n'y passant pas au même moment que lui. Peut-être cela était-il mieux ainsi ? Car ils ne semblaient pas s’apprécier au plus au point. Ils ne se connaissaient guère et, pourtant, servait la même personne. Qui sait, peut-être finiraient-ils par s’apprécier davantage ? Quoi qu’il en soit, pour le moment, ce n’était point le cas. Et elle espérait ne pas être amené à travailler avec lui par la suite. Bien qu’elle se plierait à cette volonté venant du roi comme toutes les autres.

[Désolée, j'ai pas écrit beaucoup...je ne savais pas vraiment quoi dire.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entretien secret   Sam 6 Sep 2008 - 23:48

La dernière remarque de l'espionne ne fut pas pour lui plaire, mais comme le Roi était présent, et que Digarl ne connaissait pas encore bien ses réactions, il se contint en fronçant les sourcils. Mais il ne se laisserait pas parler de cette manière continuellement...
Il était sans doute quelque peu vexé aussi qu'elle ne connaisse pas, mais après tout, elle n'avait jamais eu aucune raison de le rencontrer. Et lui-même n'avait reçu le poste de conseiller il n'y avait qu'une semaine.
Il répondit donc de manière nonchalante, comme s'il accordait une faveur à l'espionne, dans une froide indifférence.


Effectivement nous n'avons pas encore été formellement présentés. Je m'appelle Digarl Olken, et ait été nommé au poste de conseiller il y a peu. Suite aux évènements récents que vous connaissez sans doute... Avant cela j'ai dirigé des espions pour le compte du roi. Vous voyez, je m'y connais dans ce domaine... Ajouta-t-il avec une grimace de mépris.

Toujours est-il que nous aurons besoin de vous, comme de tout Orthodoxe respectueux de son souverain, car les traîtres seront chatiés...
Le roi m'avait invité à assister à cette entrevue, vu mes anciennes fonctions, je suis bien placé dans ce domaine.
Nous voulions avant tout vous voir et pouvoir vérifier de nos yeux votre motivation. Vous pouvez y aller à présent. Attendez vous à partir en mission la semaine prochaine, le temps de voir où en sont les positions de chacun. Vous serez alors envoyée là où vous serez la plus utile. Bien... Vous pouvez disposer...


Puis il ajouta, regardant en direction du roi, Si sa seigneurie n'a rien à ajouter bien sûr.

Puis Digarl sortit de la pièce sans plus prêter attention à Solyanne, avec un révérence à destination du roi.



[Tout d'abord désolé pour le temps mis à répondre, mais j'ai été beaucoup absent pour cause de vacances. J'essaye de clore ici de manière assez brève pour reprendre éventuellement un RP pendant la semaine 10. Je pense que c'est le mieux vu les différent changement qu'il y a eu et que je ne connais pas vraiment les intentions de l'ancien joueur du roi, et que moi-même je n'ai pas été la au début de la semaine 9 et qu'il faut cloturer pour le 15 (je pars demain jusqu'au 15)]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entretien secret   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien secret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» Signal FM le 7 février 2011 Entretien de Jean-Claude Duvalier
» De l'entretien des armes et pièces et d'armures
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 2-