AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Discussions entre alliés [PV Morzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Discussions entre alliés [PV Morzan]   Mer 6 Aoû 2008 - 11:20

Deuxième jour de la neuvième semaine,
Aux alentours de 11 heures du matin



Idril, pensive, écoutait d’une oreille distraite ses conseillers lui énumérer les demandes d’anoblissement qu’elle devrait traiter dans l’après-midi. Elle n’avait pas encore eu l’occasion de trouver un travail plus fastidieux que celui-là. Écouter les vantardises de ces citoyens qui voulaient à tout prix faire bonne figure pour obtenir le titre convoité, l’exaspérait. Elle se prêtait difficilement à l’exercice, trouvant toujours un tâche urgente à laquelle donner la priorité. Elle s’excusait souvent auprès de ses conseillers, les adoucissant en leur expliquant qu’elle faisait entièrement confiance à leurs jugements pour cette tâche qu’ils exécuteraient très bien sans elle. Mais cette fois, rien ne semblait l’empêcher d’accomplir l’anoblissement des citoyens. Jusqu’à ce que ...

Un messager fut introduit dans la salle du conseil pour qu’il puisse délivrer ce qu’il avait à dire à sa Reine. Idril ordonna à ses conseillers de se taire pour que l’émissaire puisse parler. Ce dernier expliqua que le Roi des Ombres était aux portes de la ville et qu’il venait demander audience à sa Majesté. Idril estima que son ami tombait au moment le plus opportun ! Elle lui revaudrait ça ! Elle se leva et tous l’imitèrent. Elle inclina légèrement la tête avant d’expliquer :

Je me vois à nouveau dans l’obligation de vous céder la tâche de l’anoblissement. Vous avez ma confiance absolue pour la réalisation de ce devoir.


Puis, la Reine ordonna que les conseillers se retirent. La salle se vida progressivement, tandis que la jeune femme donnait divers ordres aux domestiques : préparer une chambre dans la Tour Est, pour le souverain des Ombres; dresser une table pour les soldats qui l’accompagneraient; apporter un plateau repas dans la chambre du Roi; nettoyer des box pour leurs chevaux; avertir la commandante Faldor ... Une grande agitation régna dans le château. Idril, après s’être assurée que ses directives étaient bien suivies, se dirigea à grandes enjambées dans ses appartements. Quatre dames de chambre vinrent l’aider à se vêtir des apparats traditionnellement utilisés pour recevoir d’autres monarques. Si la jeune Reine n’était pas aussi attachée aux traditions, elle aurait aisément reçue son ami d’enfance dans les vêtements qu’elle avait porté quelques instants auparavant. En peu de temps, elle fut habillée d’une robe bleu nuit serrée jusqu’en dessous de la poitrine et légèrement plus ample pour le reste du corps. Un ruban doré séparait les deux parties de la robe. Deux autres rubans du même doré se retrouvaient sur le col du vêtement qui laissait apercevoir les épaules menues de la jeune femme et sur le cou de cette dernière. Malgré les protestations de ses dames, elle refusa qu’on retire le collier au pendentif d’émeraude qui lui ornait continuellement le cou. Un dernier ruban venait relever les cheveux blonds de la Reine. Et pour terminer le tout, les domestiques parèrent Idril d’une grande cape de fourrure, dont l‘extérieur était recouvert d‘un tissu du même bleu que sa robe, lui même encadré par une bande de tissu du même doré que les rubans de la tenue. La jeune Reine prit sa couronne d’or décorée de saphirs et la déposa elle même dans sa chevelure. Puis, enfin, elle congédia ses dames de chambre et regagna à grands pas la salle du trône. Elle s’installa sur le siège qui lui était destiné et attendit.

Ce n’est qu’à ce moment là qu’Idril put commencer à réfléchir sur l’objet de la visite de Morzan. Évidemment, elle pensa d’abord à l’invitation d’Ardiosis. Elle avait eu la grande surprise de recevoir un émissaire humain au sein de son palais, la veille. Il avait alors délivrer son message : une invitation à se rendre à Yswllyra pour renouveler son serment d’allégeance. Si devant le messager, Idril n’avait rien laissé paraître de son indignation, plus tard dans la journée, on évitait soigneusement la présence de la Reine pour ne pas subir la fureur qui habitait son esprit. La jeune femme était scandalisée par tant d’impudence. Ardiosis, non content d’avoir plongé les amazones dans la tourmente, semblait prêt à bafouer leur honneur. Elle supposa que Morzan avait dû également recevoir la visite d’un messager humain et qu’il voulait s’entretenir avec elle à son sujet. Puis, elle pensa également que son ami avait peut être des informations particulières à lui transmettre, notamment si ses espions étaient rentrés de leurs missions. En tout cas, Idril avait à son tour envoyer quelques uns de ses subordonnés en mission d’espionnage à travers tout le continent, suite à l’invitation du Seigneur Nordique.

La jeune femme n’eut tout de même pas beaucoup de temps pour se questionner. Un héraut annonça la venue du Roi des Ombres. Les portes s’ouvrèrent et Idril put voir Morzan entrer d’un pas décidé dans la salle du trône. Elle esquissa un sourire en le voyant. Il fallait avouer qu’elle le trouvait très séduisant dans ses habits de monarque. Pas étonnant que les jeunes dames de sa Cour ne cessaient de le regarder. La jeune Reine se leva, posa sa main droite sur son coeur et s’inclina. Le reste de l’assemblée l’imita. D’une voix calme, elle annonça :

Soyez le bienvenu en ces lieux, Roi des Ombres. Les serviteurs de Freyja sont à votre écoute. Que nous vaut l’honneur de votre visite ?

Le vouvoiement n'était pas habituel entre les deux amis. Mais lorsqu'ils s'entretenaient en tant que monarques, il était de leur devoir de ne montrer aucune familiarité. Leur crédibilité en aurait été rudement entachée. Une table circulaire était disposée devant le trône et autour de laquelle se trouvait des sièges. Idril invita Morzan à s’asseoir auprès d’elle, d’un signe du bras. Lorsqu’il fut installé, Idril se rassit et toute l’assemblée en fit de même. Elle demanda alors :

J’espère que votre voyage s’est passé sans incidents. Inutile de préciser que votre garde et vous même êtes mes hôtes durant tout votre séjour en terres amazones.

Elle remarqua une petite blessure au niveau de la lèvre supérieure de son ami, et elle ne douta pas instant qu’il était quelque peu nerveux. Elle lui adressa alors son plus beau sourire, comme pour le rassurer. Puis elle ajouta d’une voix douce :

Je vous ai fait préparer une chambre et un repas. Mais je suppose que ce qui vous amène est trop important pour que vous ne décidiez de vous reposer avant notre entrevue.

Elle savait que si Morzan venait lui rendre une petite visite surprise, c’était qu’il avait quelque chose d’important à lui dire. Surtout en ces temps de troubles. Et connaissant son ami, il n’allait pas se détourner de ce qu’il avait à dire avant de l’avoir expliqué.



[reprise de l'ancien post pour faciliter le début du RP! J'adapterai ensuite mon RP à tes réponses, no problem ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Discussions entre alliés [PV Morzan]   Mer 6 Aoû 2008 - 20:24

Morzan s'avança dans la grande salle après avoir traverser le Grand Hall du palais des Amazones. Tout était si beau ici, si étincellent de lumière. La cour des Ombres avait une beauté tout aussi grande, embellis par le mystère, la douceur du froid de la pénombre et de reflets de luxes provocants et séduisants. Ici dans le palais des Cavalières, c'étaient les cheveux dorés des femmes qui brillaient de feu maintenant trop éclatant pour les yeux de Morzan, mais il ne pouvait qu'apprécier et admirer le charme des courtisanes du palais et le décors fabuleux de ce dernier, marbre et cristal...comme les yeux cristallin d'Idril. Idril, ah mince alors il avait oublié de lui amener un cadeau ! Pendant un moment il paniqua, il se mordit la lèvre, il pensa sérieusement à rebrousser chemin dans l'embarras, mais elle était là bas tout au bout de la table, et Tous les regardaient, non LE regardait oui. Les étrangers attiraient l'attention. Bien que Morzan avait vécu longtemps dans ce pays et qu'il était sans doute fort connu, mais depuis qu'il était roi il n'était plus cet ami cordial, mais une figure royale donc tout les mouvements fascinaient les regards, ou du moins c'est ce que Morzan pensait... que la perception des autres étaient différente à son égard, alors que ce n'était peut-être pas le cas. Il revient à ce qui avait provoquer son trouble, ah oui le cadeau! Par les dieux infernaux c'était la catastrophe! Il ne pouvait plus reculer. Il pensa à son arsenal de sort...il devait bien y avoir un sort pour faire apparaître quelque chose d'approprié...

Mais ses pas le rapprochaient de plus en plus du trône ou était assise paisiblement et dans une position noble et charmante Idril Calafas. Elle portait une robe splendide. Il ne se rappelait pas de l'avoir vu aussi charmante. Peut-être qu'à l'époque qu'il ne portait pas attention à la robe qu'elle portait. Il lui semblait qu'elle ne portait des tuniques ou des ensembles léger afin d'être plus à l'aise au combat, à cheval ou lors de leurs autres jeux. Là elle était comme les statues des déesses...la peau et les yeux si éclatante par contre, que sa beauté aurait suffit à éclairer le palais... mais pas à repousser les ombres que Morzan traînait derrière son manteau... Déjà l'ensemble de la cour pouvait sentir la douce lumière du palais de la reine s'alourdir des ombres noirs que projetaient l'éclat des vêtements du roi des Ombres... les yeux mystérieux de ceux qui escortaient le roi se posaient sur ceux des Amazones, jetant une pénombre étrange dans leur coeur, car dans le fond des yeux des Ombres un étrange aura de leur pouvoir magiques résidait et leur calme froid et détaché mettait souvent les étrangers mal à l'aise. Les Amazones respiraient la liberté et la bataille...peut-être craignait-elle les ombres, mais les Ombres les craignaient aussi. Seul le Roi et la Reine n’avaient pas peur. Enfin Morzan avait peur de la décevoir...de ne pas être à la hauteur. Des doutes puérils qu'il avait conserver.

Elle portait une couronne brillante, la princesse était reine maintenant. Il porta discrètement sa main sur sa propre tête...pour ne rien y trouver! Argh! Heureusement il portait un petit bandeau argenté avec un quart de lune noir comme symbole au centre, signifiant son pouvoir. Tout ces gens autour d'eux, alors qu'il voulait être seul avec elle, s'enlacer comme des amis, mais on n'enlace pas une reine comme ça! Si il le faisait en public, tous penseraient que la Reine l'avait envoûtée, déjà de nombreuses rumeurs courraient à ce sujet au pays des Ombres permis ceux de la noblesse qui désapprouvait que le Roi soit si proche des farouches amazones. Où les guerrières qui protégeraient la Reine pourrait croire qu'il désire l'enlever, comme le veux la coutume lorsqu'une Ombre prend une femme pour épouse, ou qu'il veut s'en prendre à elle. Il savait les amazones vives et dangereuses, la main prompte à sortir l'épée...nul doute que si quelqu'un touchait à leur reine, il finirait découper en rondelle. Bien que Morzan était très habile à l'épée, face à une nuée de guerrières...

Idril salua à la façon des amazones, la main sur le coeur, solonnel, en le vouvoyant. Il ne répondit pas immédiatement. Morzan laissait le silence des ténèbres répondre d'abord...Ces yeux froids jetés sur Idril Calafas. Il fit quelques pas...contourna la table puisqu'elle l'invitait à venir près d'elle. Et lorsqu'il fut devant elle, le Roi s'inclina doucement, sans la permission d'Idril il prit sa main tranquillement, cette dernière était chaleureuse et douce, un éclat sombre entourait celle de Morzan qui posa alors ses lèvres froides mais douce sur les doigts de son amie dans un baise-main galant et courtois. Il parla alors, confiant et avec détermination:

-Permettez moi aussi de vous saluer... Votre Excellence. L'Hospitalité des Amazones reste la plus douce et la plus chaleureuse que ceux qui parcours les périlleux chemins, peuvent trouver. Les dieux ont bien voulu guider à nouveau mes pas jusqu'à vous et au pays des cavalières indomptables que j'apprécie de retrouver, encore plus beau que la dernière fois, puisque dans le Hall des guerrières trônent maintenant la plus magnifique et habile d'entre elle...Idril Calafas.

Il lui serra sa main qu'il n'avait toujours pas lâchée. Mais il la lâcha ensuite après l'avoir regarder dans le fond des yeux pendant un moment. Puis il cligna des yeux, reprenant un regard énigmatique et un ton plus approprié à une Ombre:

-J'ai bien peur Votre Grandeur que n'apportez avec moi de sinistres nouvelles, les ombres suivent les pas du premier serviteur de la divine Snotra (par là il entendait lui même )... le danger et la peur se sont joint à moi lorsque je voyageais, mais ils sont restés sur le pas de votre glorieux palais...puisqu'au coté d'une si belle femme il ne peut y avoir que beauté et courage, mais peur et danger vont gagner toutes les terres du Gwendir rapidement, les présages sont mauvais et les ombres des montagnes s'allongent... Les dieux ont accepté que je puisse traverser la neige pour gagner le privilège de tenir une nouvelle fois votre Auguste main... Mais je sens la poigne du seigneur d'Yswllyra derrière moi...Mais entre embrasser sa main et la sienne je choisirait toujours la vôtre...

Morzan parlait par énigme, révélant à demi certaines des raisons de son voyage à la Reine, ainsi parlait les Ombres, ils allaient rarement directement au but, préférant parler par subtilités, en y rajoutant l'élégance, la noirceur et la surprise. Morzan s'assit alors dans un geste aussi vif que surprenant. Agir ainsi dissimulait sa nervosité et l'émoi qu'avec provoquer le fait de revoir Idril. Il réalisa aussi qu'il était très déçu de la rencontre, car il souhaitait être seul avec elle, ne pas avoir à supporter le regard indiscret de toute la cour sur l'intimité de leur amitié, pouvoir parler librement et se réjouir d'être à nouveau ensemble. Tout ces gens autour d'eux, c'était trop! Et cette chaise si inconfortable! Pourquoi s'était-il assis? Bon Puisqu'il fallait agir en roi maintenant....il jouerait le rôle. Elle parla à nouveau..., lui parlant d'un repas et d'un lit, puis soulignant qu'il n'avais probablement pas besoin de ce reposer et que ce qu'il l'amenait était trop important pour autre chose...comment osait-elle! Il était roi également! il répondit donc irrité légèrement:

-Votre Altesse Sérénissime, le Roi des Ombres sait encore décider lui même si ce qui l'amène ici est si important pour qu'il se prive de repos ou qu'il agisse tout autrement...D'ailleurs ce que j'ai à vous dire est pour vous seulement....

Il se mordit les lèvres à nouveau. Ce n'est pas du tout ce qu'il voulait dire à Idril!! Elle allait le tuer! Et il n'avait de cadeau pour l'amadouer!! Il voulait lui parler de lui, d'elle. Des pensées agréables auquel il avait songé en venant jusqu'ici... Mais non c'est le protocole royal qui avait parlé, la fierté et le solonel de sa nature... Elle venait de lui sourire si gentiment, et lui il venait de tout gâcher dans un geste de fierté ridicule...Il ferma les yeux espérant se réveiller à un autre endroit... mais même les yeux fermé tout ce qu'il voyait était Idril! Damnées sois les amazones elles sont trop séduisante! Il prit une coupe de vin devant lui, sans ouvrir les yeux, il savait que la coupe était là sans regarder, il la but...délicieux... comme le vin calmait les sens et l'âme...Puis dans un murmure que seul une personne du peuple du roi aurait pu entendre, ou une personne dotés de dons attentifs privilégiés.

-Idril...
Revenir en haut Aller en bas
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Discussions entre alliés [PV Morzan]   Ven 8 Aoû 2008 - 11:25

Contre toute attente, lorsque Morzan vint s'installer aux côtés de la jeune Reine, il bafoua le protocole royal amazone en saisissant la petite main de cette dernière, après s'être incliné. Habitué de la cour du peuple de Freyja, son geste était purement volontaire. Il déposa élégamment un baiser courtois sur le membre de la jeune femme qui n'avait pas cherché à esquiver l'étreinte de son ami, de peur de le vexer devant les siens. Néanmoins, elle sentait l'indignation monter légèrement parmi les plus conservateurs de ses conseillers. Nul ne pouvait toucher la Reine aussi aisément, c'était la règle. Les paroles charmeuses du fils de Snotra apaisèrent néanmoins les tensions pour le moment. En définitive, il n'avait pas oublié les bonnes manières que lui avait inculqué Edin, ce qui arracha un petit sourire à Idril. Les deux amis se fixèrent droit dans les yeux, pendant quelques secondes. Puis, Morzan se redressa et parla à nouveau d'une voix douce et enchanteresse, pour annoncer de façon assez mystérieuse ce qui l'amenait aux plaines de Fazor. La jeune Reine comprit que son ami faisait allusion à l'invitation du Seigneur Bennefoy.

Avant de continuer à deviser plus longuement, elle l'informa que ses hommes et lui même étaient ses invités pour toute la durée de leur séjour. Elle expliqua également qu'une chambre et un repas attendaient le Roi des Ombres. Elle supposa que leur entretien passait avant tout repos, mais étonnement, Morzan s'offusqua. Idril le regarda d'un air curieux, ne sachant pas s'il plaisantait ou non. En privé, elle ne se serait pas gênée pour lui lancer une petite pique sur cette étrange susceptibilité qui n'était pas inhérente à son caractère. Etait-ce une façon pour lui de rappeler à tous qu'il était désormais le Roi et non plus le petit prince qui avait parcouru de long en large le château pour s'amuser avec la princesse ? Par tendresse envers lui et pour évier que ses conseillers ne sortent de leurs retranchements, Idril ravala sa fierté légendaire et préféra jouer la carte de l'apaisement :

Que votre Grandeur ne prenne pas ombrage de mes paroles. J'estimais simplement que votre royale présence en ces terres était le fruit d'une quelconque mauvaise nouvelle et que votre caractère prompt à la prudence vous indiquait de me prévenir sans plus attendre. Si votre Altesse désire se reposer avant notre entretien, nous serons disposés à le mener dans ses appartements sans plus attendre.

Néanmoins, pas question qu'elle laisse passer l'affaire. Il entendrait parler de ça quand ils se retrouveraient en privé. Malgré sa décision de calmer l'entretien qui pourrait prendre un tournant peu recommandable, quelques mots malheureux furent prononcés par le roi des Ombres. Sans réellement le vouloir (enfin, c'est ce que supposait Idril), Morzan venait d'évincer peu courtoisement le Conseil de la jeune Reine. Des marques d'indignation fusèrent, percutant les murs de la salle, produisant chacune un écho et emplissant la salle d'un véritable vacarme. La jeune femme ne comprenait pas vraiment ce que cherchait son ami qui s'était calé dans son siège et buvait une gorgée du vin mis à la disposition des convives. Elle fronça un sourcil, tout en regardant Morzan. Cette fois-ci, le moment n'était pas propice à se soucier de leur amitié et même si le Roi des Ombres était la personne la plus précieuse à ses yeux depuis qu'elle avait perdu sa mère, Idril ne pouvait laisser passer un tel affront. Question d'honneur. Et puis, il ne fallait pas se voiler la face. Si elle acceptait les dires du jeune homme, on ne tarderait pas à lui faire de reproches et sa cour se diviserait tout comme sa réputation s'ébranlerait. Quelque peu exaspérée, elle leva sa main droite et prononça bien fort un "Silence". Le calme revint aussitôt dans la salle du Conseil. Avec une mine sérieuse, elle reporta son attention sur Morzan. C'est sans se départir de son froncement de sourcil qu'elle répliqua d'une voix ferme :

Je n'ai point de secret pour les personnes qui me servent fidèlement. Les Amazones réunies ici sont des gens de confiance. Vous pouvez parler sans craintes, Sir Terinfiel.

Il était important pour la jeune femme de rassurer ses citoyens sur sa perception de leur loyauté. Inutile d'envenimer les choses. Elle regarda du coin de l'oeil ses conseillers afficher un air désormais satisfait et quelque peu présomptueux. Puis elle regarda à nouveau Morzan de son regard d'émeraude, cherchant à déceler quelque chose sur son visage qui lui permettrait de mieux cerner ses attentes. Elle espérait qu'il ne lui tiendrait pas rigueur pour cet écart dans leur amitié, mais le jeune homme devait bien comprendre la chose : à ce moment là, ils n'étaient plus des amis, mais bien les souverains de deux peuples qui s'entretenaient au sujet de leurs positions vis-à-vis du Seigneur Nordique. Idril resterait intransigeante sur ce point là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussions entre alliés [PV Morzan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Discussions entre alliés [PV Morzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Echange entre alliés
» Discussions entre les éprouvettes (Rogue)
» Discussions entre synthétique et semi-organique [PV Syneos et Edgar]
» Une discussions entre gardien de la Terre du Milieu [Luthien & Thranduil]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 2-