AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Annonce sur la porte du Temple de Freyja

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Spectre
¤ Puissance évanescente ¤
avatar


Nombre de messages : 2481
Date d'inscription : 09/02/2008

MessageSujet: Annonce sur la porte du Temple de Freyja   Dim 9 Mar 2008 - 16:18



Peuple Amazone,

Notre Reine, Ardentia Calafas, est tombée.
Ses obsèques auront lieu
à l’aube du sixième jour.

Le couronnement de notre nouvelle souveraine,
Idril Calafas, aura lieu après la cérémonie.




Sujet Libre où vos personnages peuvent réagir

_________________


Le Secret du Spectre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Freyja   Dim 16 Mar 2008 - 21:54

Au crépuscule
Cinquième Jour
Huitième Semaine
An 835


Spoiler:
 

Tandis que d'or et de rose se teintait l'azur, la Prêtresse aveugle était dans ses quartiers, silencieuse, seule, allongée sur son lit couvert de pétales. La méditation était le mot d'ordre en cette veille de célébration funèbre. La fenêtre laissait filtrer les derniers rayons du soleil qui venaient éclairer le corps inerte de Cerua, simplement vêtue d'une courte chemise de nuit en soie fuschia. Elle ne voit rien de cette lumière qui mettait ses courbes en valeur sans la moindre violence.

La décoration de la chambre était simple mais pas dénuée de beauté. Les murs étaient recouverts de tentures dont le magenta et le jaune offraient une réponse positive à la lumière qui osait pénétrer la pièce. En face du lit à baldaquins on pouvait voir, en grand, le symbole de l'Ordre Ecclesiastique de Freyja : Une Larme d'Or sur un fond d'un rouge tirant sur le lie-de-vin. C'était presque la seule chose que Cerua pouvait voir ici, grâce à son sixième sens. C'était tout bonnement un don de Freyja si la prêtresse pouvait voir, parfois, de cette manière. Cependant ce 'pouvoir' n'était pas maîtrisable et purement aléatoire, pour le moment du moins. Lorsque son âme est en paix, elle voit presque comme une voyante, mais les couleurs sont fades et les miroirs n'ont pas l'air de la refléter.

Les mains de Cerua parcouraient son ventre, découvert par sa chemise ouverte, dans un mouvement circulaire. Elle resongeait au fait qu'à quelques mois près, sa mère attendait déjà Kain alors qu'elle restait chaste. Mais en y repensant, c'était de cette façon qu'elle pouvait se consacrer à la Déesse, et aux plantes...

Le parfum des pétales disperés sur le lit eu vite fait d'endormir la jeune femme, qui venait de se coucher. Et les rêves de celle-ci furent peuplés par la reine, qui reposait dans sa bière, toujours ouverte. Le lendemain auraient lieu les rites mortuaires...

- - - - -


A l'Aurore
Sixième Jour
Huitième Semaine
An 835


Un visage, souriant, les cheveux blancs comme la neige, les yeux d'un bleu profond, c'est sa mère que voit Cerua. Puis ce visage se transforme, adoptant une beauté surnaturelle. Freyja montre ici à sa plus fidèle croyante son visage, afin que celle-ci se réveille. Mais avant de disparaître c'est le visage de l'ancienne reine que "voit" la jeune prêtresse.

Elle ouvre les yeux, pour ne rien voir de plus que la noirceur du monde, de son monde. Cette journée promettait d'être longue, plus encore que les autres. Mais à son terme, ce seraient cinq jours de fête qui seraient proclamés. Après s'être étirée en silence, elle remit sa robe, qui avait largement glissé au cours de la nuit, puis la ceignit d'une écharpe de coton jaune.

Elle se leva, et la porte s'ouvrit sur une Novice qui lui apportait ses robes de cérémonie, suivie par une qui lui apportait un petit déjeuner pour la faire tenir suffisamment longtemps au cours de la journée. A tâtons elle choisit une tranche de pain sur laquelle on avait mis de la confiture de fruit. Elle la mordit à pleines dents, affamées par une nuit de jeûn. Son visage rayonna de bonheur, tant l'explosion de saveur lui était agréable.

"Merci." Elle se masqua la bouche d'une main avant de s'incilner légèrement. "Bonjour au fait."

Elles lui répondirent aussitôt et elle sentit des ondes positives émaner d'elles, déduisant alors qu'elles souriaient. Elle engloutit rapidement sa tartine et prit les robes qu'on lui tendait. avant de les poser sur son lit un peu en désordre. Soupirant, elle défit sa ceinture...

- - - - -


Une ou deux heures plus tard
Sixième Jour
Huitième Semaine
An 835


Spoiler:
 

"Que Freyja accueille en son palais l'âme de celle qui se battait par elle."

Le soleil éclairait son visage sans pour autant lui brûler alors qu'elle faisait face à l'assemblée réunie pour célébrer la mort de la Reine. A sa droite, l'aînée des Hautes-Initiées et à sa gauche la future reine, dont l'avènement officiel ne tarderait plus trop. La Haute-Initiée lui tendit un panier rempli de pétales de roses rouges. La Servante de Freyja retourna et en saisit une poignée qu'elle lança aussitôt sur le bûcher funéraire. Puis ce fut au tour de la Princesse Idril d'en faire autant, avant que Cyradis, l'assistante de Cerua, ne lance à son tour des pétales. Peu à peu, les pétales se flétrirent, puis ils prirent feu, comme la Prêtresse en avait décidé, allumant ainsi dans la paix ce qui serait le paroxysme de l'ancienne Reine.

Le bûcher brûlait en sillence, observé par toutes les Amazones réunies pour célébrer le deuil d'une dirigeante éclairée. Une autre Initiée prit la place de Cyradis, elle portait Glyrin et le Bouclier de Freyja, attributs destinés à la Reine en faction. Cerua fit à nouveau face à l'assistance, Idril lui fit face et la troisième femme était à droite de celle-ci. Un court discours fut prononcé, et les mots les plus audibles, et les plus beaux furent sans doute :

"Puissent ton front briller de la Sagesse de Freyja,
Ton glaive s'élever contre l'Ennemi qui te nia,
Ton bouclier protéger ce peuple devant lequel tu jure
De l'aimer, de le chérir, dans le respect de la Nature.
"


[ HJ : Court mais allez trouver quelque chose à dire. >< ]
Revenir en haut Aller en bas
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Freyja   Lun 17 Mar 2008 - 14:07

[non, je le trouve très bien ton post ^^]


Le soleil n’avait pas encore percé le ciel de ses rayons lorsqu’Idril quitta la douceur des draps chauds de son lit, pour aller se contempler dans un miroir fixé au mur faisant face à la porte de sa chambre. Cette dernière était incroyablement luxueuse, Ardentia ayant toujours veillé à ce que sa fille unique soit confortablement installée dans ses appartements. Les tentures qui recouvraient le haut des murs prenaient des teintes pourpres, celles qui recouvraient le bas, des teintes blanches. Les deux couleurs étaient nettement séparées par une petite frise rouge, aux motifs blanc cassé. Un imposant lit fait d’ébène occupait le centre de la pièce. A sa gauche se trouvait un magnifique clavecin couleur crème, orné de fleurs dessinées avec des paillettes d’or. Près de la porte se trouvait une grande armoire, taillée dans l’ébène, et joliment sculptée. A droite du lit, plusieurs fauteuils aux teintes crémeuses et une petite table étaient disposés près d’une grande fenêtre, donnant sur un balcon d’où on pouvait observer les jardins royaux. Une bibliothèque était également à la disposition de la princesse.

Lorsqu’elle vit son reflet, Idril ne put que soupirer. Les traits tirés par le chagrin et la fatigue, elle dégageait une impression étrange, comme si elle avait pris cinq ans en une nuit. Elle n’avait réussi à trouver le sommeil que tard dans la nuit, trop secouée par ses sanglots pour trouver la paix intérieure. Elle entendit la porte s’ouvrir derrière elle, et dans le miroir vit trois courtisanes entrer en amenant avec elles un plateau repas, des accessoires pour la toilette et une longue robe de velours. La future Reine se tourna vers elles, et les rejoignit d’un pas las. Les courtisanes la lavèrent, la coiffèrent, la maquillèrent pour lui redonner un joli teint, la parfumèrent, puis enfin l’habillèrent de la robe couleur ivoire qu’elles avaient amené. Idril se serait trouvée très jolie si elle n’avait pas eu la gorge nouée par l’appréhension et le chagrin. Elle sortit de ses appartements, suivies de ses courtisanes, et se dirigea vers l’entrée du Palais, pour rejoindre la voiture qui avait été attelée et préparée pour l’emmener au temple. Le coeur lourd, la princesse à la chevelure argentée s’installa et le cortège démarra.


La princesse Idril se tenait aux côtés de la prêtresse Cerua qui récitait des psaumes à la gloire de Freyja et des versets en l’honneur d’Ardentia. La princesse ne l’écoutait que d’une oreille distraite, observant l’immense foule qui s’était rassemblée au sein de la maison de Freyja pour rendre hommage à leur Reine disparue. Tout le monde n’avait pas pu entrer, et certains citoyens étaient restés dehors, ce qui affligea la jeune femme. Les Amazones affichaient des mines graves, sombres, certains versaient même de nombreuses larmes. Idril, elle, ne pleurait pas. Elle avait versé ses dernières larmes la nuit précédente, se jurant de ne pas afficher sa tristesse en public. Une unique perle d’eau salée roula sur sa joue lorsqu’elle jeta une poignée de pétales de roses sur le lit funéraire de sa chère mère. Le lit funéraire était bien évidemment vide, les corps des six monarques n’ayant pas été retrouvés et c’est ce qui déchira le coeur d’Idril. Une robe de la Reine ainsi que divers objets lui appartenant avaient été déposé sur le bûcher, en guise de corps. Un tombeau avec une statue de la Reine avait été construit, et il irait rejoindre après la cérémonie celui de ses ancêtres, dans les sous-sols du temple.

Le bûcher funéraire n’avait pas encore fini de brûler que la Cérémonie de couronnement d’Idril commença, ce qui révulsa la jeune princesse. Elle avait toujours imaginé que son couronnement se ferait avec sa mère, quand celle-ci aurait jugé que sa fille était prête à lui succéder. Au lieu de ça, elle avait l’impression de se trouver à une place qui ne lui convenait pas encore, le spectre d’Ardentia planant au dessus d’elle comme une épée de Damoclès. Cerua commença à réciter un antique poème destiné à donner la force et la sagesse de Freyja la bienveillante à la future Reine. Idril s’était tournée vers elle, tandis qu’une initiée apportait Glyrin, le glaive des premières Amazones, et le Bouclier portant la Larme doré de Freyja. Elea, la commandante des Armées, qui se trouvait non loin de l’autel fut appelée, pour qu’elle confie les Armes Divines à sa Reine. La tradition voulait que la Prêtresse couronne la future Reine, pour symboliser son dévouement à la déesse Freyja, tandis que la Commandante lui remettait les Armes sacrées, pour symboliser son dévouement au peuple Amazone.

Lorsque la couronne fut déposée sur sa tête, que Glyrin et le Bouclier lui furent transmis, Idril se tourna vers le peuple amazone. Tous les regards étaient tournés vers elle, attendant un signe de leur nouvelle Reine. Idril inspira profondément avant de parler d’une voix forte et distincte, pour qu’elle soit parfaitement entendue :

Peuple Amazone, le chagrin et la douleur nous accablent aujourd’hui, face à la perte de notre Reine bien aimée. C’est dans la tourmente que je reçois la Couronne Divine et les Armes Sacrées de Freyja, la déesse au coeur pur, pour les mettre à votre service. Amazones, ensemble, conservons l’honneur de notre peuple que notre Reine avait longtemps cherchait à gagner. Ensemble, continuons d’avancer dans la prospérité et la fraternité. En la mémoire d’Ardentia Calafas.

Puis, Idril brandit Glyrin, comme le voulait la tradition, et récita le psaume que Cerua avait entamé avant de la couronner :

Puissent mon front briller de la Sagesse de Freyja,
Mon glaive s'élever contre l'Ennemi qui me nia,
Mon bouclier protéger ce peuple devant lequel je jure
De l'aimer, de le chérir, dans le respect de la Nature.

Gloire à Freyja, la déesse au Coeur Vaillant !
Que son Glaive et son Esprit bienveillant
M’accompagnent tout au long de mon règne.


Idril marqua une pause, pour regarder les Amazones qui avaient tous braqué leurs yeux sur elle. Puis brandissant plus haut Glyrin, elle cria : Pour mon peuple ! , signification des runes anciennes gravées sur la lame du glaive. Ces dernières se mirent à briller, comme pour donner une sorte d’approbation et les applaudissements du peuple amazone retentirent alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Elyon
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 21
Age : 23
Age : 25 ans
Clan : Amazones
Fonction : Commandantes des Armées
Date d'inscription : 06/03/2008

MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Freyja   Ven 25 Avr 2008 - 8:18

[Mon dieu, que de temps pour répondre! x____x Désolée de l'attente, mesdemoiselles!]

La journée s'annonçait longue. Elea se réveilla aux aurores, fidèle à ses habitudes spartiates. Pourtant, elle resta plus longtemps dans sa chambre. Sans s'en rendre compte, elle eut besoin de faire le point sur sa situation. Malgré son poste de commandante des armées, elle profitait peu du luxe qui était offert à son rang. Pour commencer, elle passait peu de temps avec les courtisanes ayant jugé que de telles personnes n'avaient pas un grand intérêt militaire ou intellectuel. Ensuite, elle profitait peu du luxe de sa chambre, ayant entreposé quelques affaires sur la coiffeuse qu'elle utilisait peu. En effet, à part pour coiffer ses longs cheveux blonds, ce dont elle était parfaitement capable sans miroir gigantesque, elle n'utilisait pas souvent les fioles posées sur le rebord de sa coiffeuse. Le parfum passait encore bien que son odeur se soit effacée deux heures d'entraînements plus tard, mais franchement, les ustensiles de maquillage, était-ce si important que cela? Enfin, aujourd'hui oui. Parce qu'elle n'avait pas le choix.

Les mains posées sur le rebord de la coiffeuse, Elea saisit un produit s'y trouvant, quelque part entre le fourreau de son épée et les flèces qu'elle avait commencé à tailler. Elle inspecta rapidement le flacon et du se retenir de le lancer négligemment derrière elle. Pour ce qu'elle s'en servait ça n'aurait rien changé. Naturellement jolie et peu préoccupée par son apparence, la commandante hésita encore quelques instants. Puis elle le reposa et s'habilla. Elle se préparerait plus tard, quand l'heure du couronnement approcherait. Elle remit son épée dans son fourreau d'un geste qui démontrait une grande habitude. La jeune femme descendit prendre son premier repas en compagnie de ses plus jeunes recrues. Partager un moment de complicité avec elles lui faisait plaisir, de plus il s'agissait d'un excellent moyen de resserer les liens et décéler d'éventuels problèmes. Mais visiblement, il n'y en avait pas. Elea ne s'empêcher de se dire que de toute manière elle n'aurait sans doute rien pu faire aujourd'hui. Elle avait bien assez à réfler aujourd'hui avec le couronnement de la princesse.

Après avoir organisé les tours de garde et soigneusement expliqué qu'une fois la cérémonie terminée, la pause qu'elle leur accordait pour y assister prendrait fin. Après un petit entraînement, Elea retourna dans sa chambre se préparer pour la cérémonie. Elle enfila les habits officiels. La dernière fois qu'elle avait touché à la tenue qu'elle mettait habituellement durant les cérémonies c'était lors d'une visite d'un monarque voisin, quand elle avait du se plier aux règles de bon usage avant de trouver une excuse pour partir en patrouille. Et aujourd'hui, Idril était couronnée. La pensée qu'elle soit officiellement sur le trône à la fin de la journée arracha un petit sourire à Elea. Idril n'était pas prête pour cette fonction, et elle non plus n'avait pas la préparation nécesaire pour la seconder. C'était dans ses moments que la sagesse d'Ardentia lui manquait.

Elle se rendit ensuite aux écuries. Idril se rendrait à la cérémonie en cortège, pour sa part, Elea se satisferait sans problème d'une courte chevauchée jusqu'au temple. Songeuse, elle passa sa main sur l'encolure de son cheval sans prêter attention à ce mouvement familier. Pour toute réponse, Cisco hénit doucement afin de la tirer de ses pensées. L'amazone monta sur son destrier et quitta le palais. Quand elle fut à proximité du temple elle descendit de cheval et laissa Cisco près d'une fontaine. Une fois de plus elle se plia aux règles de bienséance. Elle passa le début de la cérémonie sans bouger, surveillant Idril du regard sans vraiment la voir. Elle n'avait pas la tête à ça. Le décès d'Ardentia était encore trop frais, elle avait l'impression de voir planer le spectre de la défunte au dessus de sa fille. Mais elle n'avait pas le droit de laisser ses sentiments s'exprimer. C'était son rang, ne jamais se laisser aller en public lui était obligatoire.

Arriva enfin le moment où elle remit les armes à Idril. Elea adressa un regard confiant à la future reine. Elle lui faisait confiance. Malgré son jeune âge, Idril était on ne peut plus apte à régner. Bien sûr, elle commmettrait des erreurs, c'était certain. Mais elle arriverait parfaitement à diriger le pays dans la guerre qui se préparait. La Commandante retounra ensutie à sa place, sans un mot. Elle ne prêta pas attention au discours de son amie, son regard se perdit lentement dans les runes de Glyrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Freyja   

Revenir en haut Aller en bas
 

Annonce sur la porte du Temple de Freyja

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» La Porte fractionnée....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 1-