AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée au Bois Blanc [Morzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Arrivée au Bois Blanc [Morzan]   Mar 21 Oct 2008 - 17:49

Troisième jour
Après-midi
Vers 15 heures


Idril se dressait sur sa monture dans une position altière naturelle chez tous les amazones qui se trouvaient sur le dos d'un cheval, et plus particulièrement chez la jeune femme. Simplement vêtue pour le voyage, elle était parée d'une tuniques aux couleurs de son peuple, frappée de leur symbole, une tête de cheval casquée, recouverte d'une cape de fourrure chaude. Sa prestance et sa noblesse n'en étaient pas moins apparentes. Nul ne pouvait ignorer ses origines sociales en la regardant. Non loin d'elle chevauchait le monarque des Ombres, Morzan, son ami le plus dévoué. Comme convenu, ils avaient emprunté les portails de leurs temples respectifs pour se rendre chez le peuple de Baldr. Leur unique allié. Du moins, ils l'espéraient. Personne ne pouvait prédire la réaction des Hauts Elfes dans ce conflit et Idril, même si elle ne le montrait pas, angoissait. Si la Reine Gil'Rea refusait de rallier les rangs de la résistance qui se formait petit à petit à l'Est du continent, l'amazone ne prédisait rien de favorable pour son peuple et celui de Morzan. Accepterait-elle de suivre de si jeunes monarques ? Accepterait-elle de lever une armée pour défendre les idéaux de l'ordre ancien ? Ou au contraire, se terrerait-elle comme les Nymphes dans sa forêt, préférant éviter l'affrontement direct ? Ses doutes la plongèrent dans un mutisme profond, inhabituel chez sa personne : elle ne dit mot depuis le départ du temple où plusieurs soldats et haut gradés les avaient attendus, Morzan et elle. La petite troupe composée des gardes d'Idril, ceux de son compagnon Ombre et ceux mis à leur disposition par leur hôte s'achemina sans encombres jusqu'à la capitale elfique : Amil-Gadia la Splendide.

Le temps en Ellendwraï était plus clément qu'aux plaines de Fazor ; ici, au moins, la neige n'avait pas encore recouvert le sol ce qui laissait les routes largement praticables. Les sabots des chevaux ne tardèrent pas à résonner sur un sol plus caillouteux, moins végétal. Et inexorablement, ils se rapprochaient de la Tour Céleste, fierté des architectes elfiques, qui se dressait de toute sa hauteur, surplombant toute la ville. Les souvenirs d'Idril concernant cette construction qu'elle n'avait pas eu beaucoup l'occasion de contemple, étaient intacts. Jamais il ne lui avait été donné d'observer pareille architecture dans tout le Gwendir. Aucun mot n'aurait pu traduire son émerveillement. La Tour royale était le fruit d'une association entre le raffinement, le goût de la beauté et le talent des elfes. On comprenait aisément pourquoi les Sept Compagnons avaient établi leur Conseil en ses murs...

La petite troupe traversa l'allée principale d'Amil-Gadia, pour se rendre au Palais où devait l'attendre la Reine Gil'Rea. Les Elfes laissèrent leurs occupations où elles étaient pour venir observer le cortège hétéroclite qui s'avançait lentement, si bien qu'une foule compacte se forma de chaque côté des compagnons. Idril sentit son enthousiasme laisser place à une nouvelle vague d'appréhension. C'était la première fois qu'elle se déplaçait en tant que souveraine, hors de son royaume. Bien sûr, elle était venue rendre visite à Morzan dans ses Montagnes, mais elle eut plus l'impression d'y aller comme elle l'avait toujours fait : en amie. Aujourd'hui, tout était différent. Les personnes amassées de chaque côté de la rue arboraient des expressions différentes : certaines affichaient des sourires radieux, saluant avec émerveillement les deux souverains. D'autres en revanche semblaient mécontents de voir des étrangers annonciateurs de mauvaises nouvelles fouler leurs terres. Idril jeta un petit coup d'oeil rapide vers Morzan qui chevauchait un peu à l'écart, devant elle. Pour lui aussi, c'était son premier voyage officiel en domaine "inconnu". Cette idée réconforta la jeune Reine qui talonna la monture qu'on lui avait confié pour se mettre à la hauteur de son ami. Elle chercha à capter son regard et lui adressa un sourire bienveillant, avant de lui faire part de ses impressions à demi-mot pour ne pas être entendue par quiconque :

Eh bien Morzan, n'est-ce pas étrange ? La vitesse à laquelle s'enchaînent les évènements ... Nous voilà proches de notre destination, prêts à parler ouvertement de notre franche opposition à la tyrannie du Parjure. Qui aurait cru que nous en serions déjà à lever une armée contre l'Empereur, à peine deux semaines après nos couronnements ?

Son visage s'embrunit, marquée par une mélancolie soudaine.

Certainement pas Mère ... Elle n'imaginait pas que les choses tourneraient ainsi.

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée au Bois Blanc [Morzan]   Mar 21 Oct 2008 - 19:55

Morzan se redressa, la route avait été quelque peu longue, un premier passage dans le portail et des retrouvailles un peu froide avec Idril, un long périple à travers de divers paysages et les voilà arrivés. Une mince escorte les suivaient. Quelques hommes et quelques femmes, tous appartenant au clan des Ombres ou des Amazones. Et en tête de cette procession, se trouvaient Morzan et Idril, tous deux chefs ou plutôt roi et reine de ces deux clans depuis deux semaines. Jamais Morzan n'aurait pensé se retrouver dans une telle situation dès le départ. L'utilisation des portails, et un tel voyage dès le départ, ce n'étaient pas les espérances de Morzan. Lui se voyait plutôt dans son palais où il régirait les différents problèmes de son peuple. Mais en aucun cas se trouver ici en compagnie d'Idril dans de telles conditions.

Après une longue procession sur de la végétation, les claquements des sabots des chevaux commencèrent d'un coup à claquer. Après un passage sur le sol, celui-ci se changea très rapidement en pierre. Ils approchaient, leur but était proche. Mais quel était-il ? Rencontrer la personne en qui ils pouvaient avoir le plus confiance, la personne en qui leurs espoirs étaient entièrement fondés. Cette reine, remplie de sagesse qui pourrait surement les conseiller et pourtant, l'avenir était si incertain ... Eluthiel était une personne réfléchie, qui pesait chaque mot et chaque idée avant de les formuler, ne pouvant s'empêcher de remettre en question toutes les décisions. Si elle était si ouverte que cela aux divers sujets, elle devrait réellement ouvrir son cœur à leur appel. Mais il espérait qu'elle serait compréhensive envers eux ...

Le cortège arriva au niveau de la ville. Cela semblait immense et en même temps si beau. De toutes parts des objets brillaient, scintillaient, faisant de cet endroit un lieux ... magique. Il vit de toutes part des elfes s'arrêter de leurs occupations principales pour venir épier ces étrangers venus d'ailleurs. Ils étaient magnifiques, tous de grandes personnes, fines. Leurs déplacements semblaient calculés au geste près, d'un air gracieux et ample qui les faisaient se déplacer avec une grande prestance. Tous avaient la chevelure assez longue parsemant leur visage de multiples mèches. Puis Idril l'interrompit pendant qu'il rêvassait à tout cela.

Eh bien Morzan, n'est-ce pas étrange ? La vitesse à laquelle s'enchaînent les évènements ... Nous voilà proches de notre destination, prêts à parler ouvertement de notre franche opposition à la tyrannie du Parjure. Qui aurait cru que nous en serions déjà à lever une armée contre l'Empereur, à peine deux semaines après nos couronnements ?

Pour ainsi dire, je trouve cela même plus fort que étrange puisque nous ne sommes que de jeunes rois et reines, nous sommes lâchés comme cela dans une sorte de conflit, même si le mot est pu fort. Le destin, me semble-t-il, est bien présent dans cette histoire ... Déjà contre notre souverain à tous alors que nous sommes les représentants de nos peuples, des milliers de vies sont en main...
Je ne pense pas que nos prédécesseurs s'attendaient à cela ...
Revenir en haut Aller en bas
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Arrivée au Bois Blanc [Morzan]   Sam 25 Oct 2008 - 16:18

Idril s'était rapprochée de Morzan, après l'avoir observé du coin de l'oeil. Son visage était fermé et il semblait rêvasser, émerveillé par le spectacle qui s'offrait devant ses yeux. La civilisation elfique était de loin la plus complexe et la plus fascinante du Gwendir. En rien elle ne ressemblait à celles des autres peuples. Tout apparaissait comme le fruit d'une mûre réflexion, et l'on murmurait que le temps qui n'affectait pas leurs traits y était pour quelque chose. Une nonchalance inhérente à leur caractère se dégageait du décor environnant. La jeune Reine tira néanmoins de sa rêverie son compagnon, en lui adressant quelques paroles, après un sourire réconfortant. Leurs retrouvailles n'avait pas été des plus chaleureuses, leurs rangs les obligeant à conserver des distances raisonnables entre eux. Du moins, tant qu'ils étaient en public. Aucune familiarité ne pouvait être tolérée, leur crédibilité en serait entachée grandement. Même si tous connaissaient l'amour fraternel qu'ils se portaient mutuellement.

Morzan répondit à son interlocutrice et les dires qu'il proféra ne lui plurent guère. Elle se renfrogna quelque peu, affichant une mine grave. Son regard couleur émeraude s'assombrit lui aussi, tandis que ses mains se crispèrent sur les rennes qu'elle tenait entre ses doigts. Sa monture n'apprécia que peu et fit un petit écart, avant d'être remis sur le droit chemin en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Les Amazones étaient véritablement les meilleurs cavaliers du continent. Idril pesta intérieurement, aucune monture ne valait son fidèle Alzan. Faisant mine de rien, elle reporta son attention sur Morzan et se décida à lui répondre, toujours à demi-mot :

Ardiosis n'est plus notre souverain. Je te rappelle que si nous sommes ici, c'est justement parce que nous avons décidé de ne pas reformuler nos voeux d'allégeance. L'Ordre ancien a été brisé et sa traîtrise doit être punie.

Le ton d'Idril était cinglant et sa remarque sans équivoque. Elle vouait une haine viscérale au Seigneur Nordique et dès qu'elle entendait parler de lui, son humeur s'altérait de façon redoutable. Quitte à oublier toute notion de prudence ou de raison. Mais Morzan n'avait pas tort, et c'était cela qui l'agaçait le plus. Non seulement ils étaient relativement jeunes, en comparaison des autres souverains gwendiriens, mais en plus ils étaient les investigateurs de la rébellion qui se tramait. De quoi faire jaser les populations. On ne tarderait pas à pointer du doigt leur promptitude à déclarer la guerre, sensiblement liée à l'impétuosité des jeunes gens. Et par dessus tout, c'était de savoir que des vies innocentes étaient en jeu qui effrayait la Reine Amazone. Dans un geste nerveux, elle se mordit la lèvre inférieure, avant de répliquer à nouveau :

Et je sais pertinemment quels sont les risques encourus par nos peuples !

Son ton était teinté d'agacement. Elle talonna sa monture pour dépasser Morzan et couper court la discussion. Son angoisse la rendait odieuse. Heureusement que le monarque la connaissait et possédait une patience inébranlable, sinon il aurait été légitime de le voir s'énerver contre elle. Mais il était peu favorable que les deux compagnons se disputent avant leur arrivée au Palais, où les attendait la Reine Gil'Rea. Ils se devaient de rester unis. A l'ordinaire, Idril n'aurait jamais parlé de la sorte à son ami. D'ailleurs, il était plus que probable qu'elle regretterait ses paroles et son comportement, mais pour le moment, elle était plus occupée à fulminer contre le Seigneur Bennefoy qu'à véritablement penser à ce qu'elle venait de faire ...



[un peu court, j'espère que ça ira quand même =) ]

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée au Bois Blanc [Morzan]   Lun 3 Nov 2008 - 13:02

Hum ... La discussion était plutôt tendue, teintée de cette inébranlable peur de ce qui les attendaient. La tension était palpable entre eux. Ils étaient les meilleurs amis du monde, ils se connaissaient depuis si longtemps mais lorsque cela n'allait pas fort dans leur situation, ils se retranchaient chacun dans leur monde, pour faire le point, comme ils l'avaient toujours fait. Néanmoins, après la réponse de Morzan, Idril parut prise à dépourvue et en même temps renfrognée puisqu'elle savait qu'une part de justesse se trouvait dans les phrases du souverain. Il était toujours comme cela, à prendre des sentiers déviés mais pour toujours faire comprendre son point de vue et le lâcher en pleine face sans que son interlocuteur puisse réprimander quelque chose mais avec Idril, cela était plus difficile car il ne pouvait pas lui dire de choses trop brusques sans penser lui faire mal au plus profond de son être. Idril savait pertinemment que faire front à des paroles juste, cela ne ferait qu'encore plus l'ébranler et à son habitude dans ces situations, elle s'écarta de son compagnon pour aller fulminer plus loin.

Il commença à visionner de plus près les constructions, les habitants de la ville elfique et se dit que ces gens semblaient vraiment heureux. Retranchés derrière leur forêt sans que quiconque ne vienne les déranger ... jusqu'à aujourd'hui. Les deux peuples, Ombre et Amazone, allait demander quelque chose, une sorte de service mais tellement plus grand que tout ce qu'aurait pût imaginer Morzan. Une faveur, une loyauté. Tout cela semblait irréel, les deux jeunes compagnons allant dans la forêt elfique que seuls les elfes semblaient pouvoir apercevoir les fins. Le temps était indéniablement arrêté dans ces lieux, la forêt démarrait d'une façon très sèche. La lisière traçait une sorte de ligne si droite qu'on aurait pût croire que cela était fait exprès et après la forêt, au coeur de celle ci, les villes elfiques.

Soldats, préparez-vous, nous arrivons à la résidence de la souveraine.

En effet, une grande bâtisse se déployait devant eux faisant toute la largeur de la ville. Sans nulle doute que se devait être le palais de la Reine. Le lieux mémorable d'où elle devait commander son peuple, enfin du moins car les elfes, pour beaucoup étaient en auto-gestion. Le peuple le plus antique de cette terre, celui qui était l'essence même de cette forêt, qui l'entretenait... Enfin, ils arrivaient à destination.
Ils s'arrêtèrent devant le palais et des nobles accompagnés de leurs servants virent à leur rencontre.

{C'est trop court ...}
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée au Bois Blanc [Morzan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée au Bois Blanc [Morzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Arrivée de la compagnie de bois doré et de ses compagnons
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Une fabrique de jouets en bois
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 3-