AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une escale périlleuse [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Sam 13 Déc 2008 - 11:07

10ème semaine de l'an 835, Jour 1, Matin



Voila près d’une semaine que Silva marchait aussi vite qu’elle le pouvait pour fuir la capitale humaine. Elle n’avait pas une location exacte de sa position mais, si ses souvenirs de ces voyages passés n’étaient pas erronés, elle devait approcher des terres Amazones. Elle ne savait pas exactement ce qu’il sortirait de cette escale, et elle était consciente de prendre un risque, mais elle avait vraiment besoin d’atteindre un lieu de vie. Cette dernière semaine, la survie avait été difficile. Elle se nourrissait exclusivement de baies, de fruits ou d’autres choses qui poussaient sur terre ou dans les arbres. Cette fois, elle n’avait pas cherché à chasser. Elle savait que cette entreprise était totalement inutile.

Il lui fallait se procurer certaines fournitures essentielles à la suite de son périple, faute d’un mot plus adéquat puisqu’elle voyageait sans aucun but. Elle était toujours à la recherche d’une épée adaptée à son gabarit, et l’achat d’un arc était à envisager. Elle ne savait pas s’en servir, mais elle espérait trouver quelqu’un qui lui apprendrait les bases. Après tout les Amazones avait fait du maniement de l’arc un art dans lequel elles excellaient. Une fois cela fait, elle pensait pouvoir se débrouiller pour perfectionner ces compétences en la matière. En plus de cette liste, venait s’ajouter des habits chauds, et quelques autres bricoles qui l’aideraient à supporter le temps. Elle avait froid presque tout le temps. La température s’était considérablement refroidie depuis qu’elle s’était dirigée vers l’est. Mais, l’hiver approchant, elle ne doutait pas que ce constat fut le même dans d’autres régions du Gwendir.

Peut-être même pourrait-elle embarquer sur un navire qui l’emmènerait loin et dans un temps bien plus petit que si elle marchait. De toute façon, elle déciderait de la direction à suivre plus tard. Ou peut-être n’en déciderait-elle pas, si jamais on l’acceptait au bord d’un bateau, elle devra éventuellement embrasser une destination pour laquelle elle n’aurait pas son mot à dire. Elle garda cette préoccupation dans un recoin de son esprit, afin qu’elle y revienne quand le moment viendrait.

Cape par-dessus l’épaule, épée pendant sur sa droite, elle marchait inlassablement. Les crasses du voyage avaient eu raison de son aspect physique : ses habits étaient couverts de poussières, ses bottes maculées de terre, et son visage aussi impropre que le reste de sa personne. Une fois arrivée dans un village Amazone, elle espérait pouvoir trouver asile quelque part, si besoin est, contre rétribution. Elle n’avait pas d’argent, mais elle pouvait toujours travailler. Elle ne pensait pas qu’on reconnaîtrait en elle les traits d’une fugitive du fait qu’elle ne pensait pas que les informations à propos d’une fuite dans une prison humaine ne soient parvenues aux oreilles des Amazones. Et même si c’était le cas, on la prendrait pour une simple vagabonde. Mais si jamais on découvrait qui elle était, elle ne donnait pas cher de sa vie. Histoire de limiter les risques, elle ne comptait séjourner là-bas que très peu de temps.

Elle aperçut au loin des bâtiments qui semblaient surgir du plateau sur lequel elle était. Bon, elle serait bientôt arrivée. Restait le problème de rentrer dans le territoire. En effet, elle ne pensait pas que les frontières du pays Amazone restaient sans surveillance, ouvert à tout individu. Depuis l’avènement d’Ardiosis au pouvoir, la surveillance avait même du être plus intense qu’en des temps normaux, la méfiance des guerrières ayant du être exacerbée par cet évènement.

Enfin, elle ne saurait si elle pouvait pénétrer dans ce village (du moins, cela ressemblait à un village), qu’une fois qu’elle serait arrivée à ces portes. C’est pourquoi, elle poursuivit son chemin, avec semble-t-il plus de volonté. L’idée d’un gîte où crécher avait fait germer en elle l’espoir d’un long repos.

Alors qu’elle approchait des portes de la ville, la rumeur de la population se faisait de plus en plus distincte. De même que les quelques silhouettes qui gardaient précieusement l’entrée. Aiguisant sa détermination, elle se dirigea droit vers elles.
Revenir en haut Aller en bas
Elyon
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 21
Age : 23
Age : 25 ans
Clan : Amazones
Fonction : Commandantes des Armées
Date d'inscription : 06/03/2008

MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Mar 16 Déc 2008 - 17:13

Partie dès les premières lueurs de l'aube, Elea Faldor continuait sa patrouille près des frontières des plaines de Fazor. Malgré sa bonne condition physique, l'amazone ressentait de plus en plus le vent glacial qui soufflait sur les terres du Nord avec de plus en plus d'ardeur. Durant une bonne partie de la matinée, elle avait éternué à intervalles presque réguliers et sa monture avec qui elle pouvait communiquer grâce à son ascendance druide s'était amusée de la voir dans cet état. Trop peu couverte, la commandante des armées avait grelotté et ses doigts frigorifiés malgré les épais gants qu'elle portait. Lorsqu'elle arriva en vue d'Asela, elle se détendit. Avant de repartir en direction de la capitale où elle devait rejoindre une partie de ses troupes qui partiraient ensuite en patrouille vers Erelad, elle aurait au moins le temps d'entrer dans une caserne où elle pourrait se réchauffer avant de repartir.

Elea passa une main distraite sur l'encolure de son cheval. Si cela n'avait tenu qu'à elle, elle serait repartie dès qu'elle aurait vérifié qu'aucun intrus quel qu'il soit ne cherche à passer les frontières, au besoin après avoir interrogé elle-même un quelconque individu suspect. Mais la décision ne lui appartenait. Comme toute amazone, elle prenait grand-soin de sa monture, et puisque son cheval lui semblait être déjà fatigué d'avoir galopé dans les grandes plaines désertiques, il valait mieux faire une halte. Avec le temps, Cisco, l'étalon qui la conduisait d'un galop leste et rapide vers Asela, était devenue l'une des créatures qu'elle appréciait le plus. Sans doute pas de la même façon dont elle pouvait apprécier ses compatriotes amazones, mais il lui semblait qu'elle entretenait une relation bien particulière avec lui. Peut-être parce qu'il était le seul lien qu'elle ait pu conserver avec son père, haut conseiller druide qu'elle doutait revoir avant de bien nombreuses semaines.

Mais pour l’heure, il lui importait de se rendre dans le poste de garde de la ville qu’elle apercevait à l’horizon afin d’y prendre un peu de repos. Elle passa en bordure de la cité afin de rejoindre plus facilement le groupe d’amazones qui gardait l’entrée et parmi lesquels elle aperçu des visages familiers. Après avoir galopé toute la matinée avec pour seule compagnie son cheval, la commandante se sentait d’humeur tout à fait sociable et entendait bien engager la conversation en compagnie de l’une de ses consœurs qu’elle apercevait dans le petit groupe. Ce n’est qu’en s’approchant encore des gardes qu’elle aperçut que deux d’entre elles semblaient interroger une personne en bien mauvais état.

Oubliant toute idée de repos, Elea accéléra l’allure et mit pied à terre à côté des amazones qu’elle salua d’un bref signe de tête. Qui pouvait bien être cette silhouette inconnue à l’état pitoyable, couverte de boue et à l’aspect misérable ? Bien qu’elle vienne d’un milieu plutôt favorisé, Elea doutait qu’une amazone puisse un jour adopter une apparence semblable, si… pitoyable ! Mais la question ne se posait pas car l’amazone ne manqua pas de remarque les cheveux de jais de l’inconnue. Une étrangère. Ou une métisse. La question de l’origine de cette personne s’imposa comme une évidence aux yeux de l’amazone, bien qu’elle ne soit elle-même pas une amazone à part entière. Les cheveux sombres de cette jeune personne ne lui évoquaient aucun peuple dont elle aurait apprécié les visiteurs. Ombre, druide ou humaine. Peut-être une elfe. Mais ainsi maculée de terre, l’étrangère ne lui évoquait pas le moins du monde l’un des représentants du peuple de la nature et de la beauté.

Le regard soupçonneux de l’amazone détailla quelques secondes encore l’inconnue, une main sur l’encolure de sa monture. Puis, la commandante des armées sembla se détendre quelque peu. Bien que fatiguée par le voyage, elle doutait avoir quelque chose à craindre de cette jeune personne, et quand bien même cela arrivait, la jeune femme ne pourrait rien contre la garde amazone.

-Eh bien, demoiselle, que nous vaut votre présence en territoire amazone?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Ven 19 Déc 2008 - 17:41

Arya courait, elle venait de se faire repérer et elle avait interêt à ne pas se faire rattraper. Se faire repérer pourquoi ? Pour avoir reprit son si fameux collier à des voleurs qui avaient profité de son sommeil pour lui arracher son bien. Furieuse elle s'était alors mit à leur recherche. Ils n'étaient que des amateurs (la jeune elfe s'y connaissait beaucoup) et elle n'avait eu aucun mal à les suivre. Malheureusement en reprenant son collier elle s'était fait prendre la main dans le sac... Et c'est pour cette raison qu'elle n'en menait pas large. Non seulement c'était une honte de la part d'une elfe aussi jeune et agile qu'elle de se faire prendre mais en plus même pas à proximité de son territoire !!!

Arya se passa rapidement la main sur le front tout en gardant sa vitesse. Ses poursuivants n'étaient pas très rapide mais ils étaient armés. L'espoir se montra alors. La forêt s'arrêtait sur un sentier. La jeune elfe sauta agilement du talus qui s'ouvrit brusquement devant elle et atterit sur le chemin terreux. Elle avait failli percuter quelqu'un et s'excusa rapidement avant de regarder sur les côtés. Si un sentier coupait la forêt ici, c'était sûrement parce que le territoire amazone était à proximité. Un sourire en coin se dessina sur le visage d'Arya. Elle venait d'apercevoir l'entrée du territoire. D'un pas rapide elle se dirigea droit vers la porte mais se retrouva devant une amazone qui avait l'air plus importante que les autres. Celle-ci posa une question :

-Eh bien, demoiselle, que nous vaut votre présence en territoire amazone?

Surprise qu'on lui adresse la parole, l'elfe freina brusquement. Elle haussa les sourcils, resta un moment silencieuse et entendit des pas derrière elle. Apparement les paroles de l'amazone ne s'adressaient pas à elle. L'elfe décida donc de hausser les épaules et de dire :

>> Je ne sais pas si c'est à moi que vous posez la question mais je ne passe par ici que pour traverser vos terres en paix !!

Elle ajouta un sourire à ses paroles, inutile de raconter l'épisode des brigans, d'autant plus que ceux-cis, la voyant quitter l'espace couvert d'arbres, avaient comprit que cela ne servait plus à rien de la poursuivre.

L'elfe sortit sa gourde et, devant le silence qui s'était installé but deux ou trois gorgées le temps que les deux autres parlent.

[Désolée pour le retard >< J'avais trop de boulot !!!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Mar 23 Déc 2008 - 10:25

Silva, arrivée aux portes du village, se stoppa devant les sentinelles. L’une d’entre elle lui demanda de décliner son identité et la raison de sa venue. Elle s’apprêtait à répondre quand des bruits de sabots claquant sur le terrain caillouteux se firent entendre au loin. La cavalière s’arrêta devant elle, avant de descendre de sa monture. Elle la toisa d’un air circonspect, avant de relâcher légèrement la pression de ses muscles pour lui poser la même question à laquelle Silva avait eu droit auparavant.

La jeune femme ouvrit à nouveau la bouche pour satisfaire à la demande de l’Amazone, quand quelqu’un d’autre prit la parole, à sa grande surprise. Celle-ci était plus éloignée, sur le point de pénétrer dans le village. Une Elfe sans aucun doute, si l’on en jugeait sur son physique altier et ses oreilles si caractéristiques. Elle semblait témoigner une confiance peut-être trop exagérée au milieu de ces soldats. Bien le contraire de Silva, qui devait mesurer chacun de ses mots et gestes. La fugitive prit une inspiration, se racla la gorge, et déclara :

- Jeune demoiselle, il semblerait que cette question ne fut posée à mon intention.

Elle avait la voix rauque, semblant se réveiller d’un long sommeil. Il était étrange qu’une semaine sans aucune conversation ait un tel effet sur le timbre de sa voix, mais pas si étonnant au final.

Silva prit un air humble et poursuivit :

- Je suis Silva, humaine, et herboriste. Je parcours le Gwendir dans le but de vendre mes produits. Néanmoins, ma réserve s’est considérablement amenuisée, et c’est pourquoi je fais une halte dans votre territoire, dames Amazones, afin de reproduire une partie de mon stock, et peut-être de vendre ce qu’il me reste. Je cherche aussi un asile où loger, où manger, et peut-être me laver des impuretés du voyage.

Elle avait prévu son scénario, c’est pourquoi elle avait effectivement à sa disposition certaines herbes dont les vertus pourraient éventuellement intéresser les Amazones. C’étaient des herbes médicinales essentiellement. Un silence suivit ses paroles.

- Peut-être pourriez-vous m’indiquer une auberge qui pourrait m’accueillir ? Je suis prête à offrir un peu de mon temps pour mériter ma place, ou peut-être puis-je obtenir une chambre en échange de quelques herbes ?

Silva attendait une quelconque réponse de la part de ses interlocutrices tout en guettant un signe de méfiance. Les gardes se consultèrent du regard, avant de le reporter sur la cavalière qui lui faisait face. Apparemment, c’était elle la figure d’autorité, ici, et sa présence obligeait les autres à s’en remettre à elle. Il ne faudrait peut-être pas trop forcer sa chance. Elle devait être en charge d’une fonction importante, vu le respect que l’on lui témoignait. En même temps, sa position pouvait peut-être l’aider à pénétrer dans la cité et lui ouvrir certaines portes. C’était une possibilité, bien que Silva ne se reposa pas dessus : un haut gradé avait sûrement mieux à faire que de s’occuper des visiteurs étrangers qui faisaient une halte dans le territoire Amazone.

Dos vouté, tête baissée, elle espérait que l’apparence qu’elle donnait n’éveillerait pas trop d’interrogations. Silva ne sentait pas à l’aise au milieu de ces quelques regards qui la scrutaient et qui tentaient de percer une éventuelle menace. Elle luttait contre l’envie de porter la main à la garde de son épée, de relever le menton et de dévisager plus amplement la femme qui l’interrogeait.


Dernière édition par Silva As'Yara le Dim 28 Déc 2008 - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elyon
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 21
Age : 23
Age : 25 ans
Clan : Amazones
Fonction : Commandantes des Armées
Date d'inscription : 06/03/2008

MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Sam 27 Déc 2008 - 15:44

La Commandante amazone n'eut guère le temps de faire le lien entre cette inconnue boueuse et le fugitif dont un capitaine humain lui avait parlé il y a quelques jours. Une seconde personne, une cavalière se présenta devant le poste de garde, achevant ainsi de mettre tout à fait Elea Faldor sur ses gardes. Une intruse, c'était aisé à diriger. Deux, c'était plus rare et suffisant pour lui mettre la puce à l'oreille. D'où venaient ces deux personnes? Elle aurait juré les voir venir du territoire humain, mais le poste n'était orienté qu'en direction des fidèles d'Odin... Ou de Loki. Par conséquent, l'amazone se retrouvait bien à mal de savoir d'où provenaient les fugitives. Elle jugea néanmoins inutile de poser la question à laquelle il aurait été trop facile de mentir.

Les bras croisés, Elea Faldor détailla du regard la nouvelle arrivée. Ses oreilles pointues lui apprirent sans tarder de quel peuple elle provenait, c'était une elfe et le doute n'était pas permis. Néanmoins, que cette personne vienne d'un peuple auquel l'amazone était attachée pour des raisons personnelles, son père était après tout un Druide, ne changeait rien au problème de la commandante. Deux inconnues en territoire amazone, c'était tout à fait incongru dans ce début de semaine. D'autant qu'elles paraissaient venir du territoire humain et le peuple amazone n'était plus en excellents termes avec le peuple qui y vivait depuis le décès d'Ardentia, paix à son âme, causé par le Parjure. Car il n'y avait aux yeux d'un esprit tel que celui d'Elea que ce terme pour désigner le monarque humain. Un parjure, parce qu'il avait osé assassiner sa reine bien aimée. Autant que des intrus provenant des termes de Loki étaient des personnes qu'Elea se devait de soupçonner tout particulièrement.

Son regard suspicieux sembla enfin se radoucir, comme rasséréné par la présence des autres amazones à quelques pas d'elles. La gradée écouta patiemment l'une des deux personnes, celle dont elle ne parvenait pas à déterminer l'origine et qui se serait prénommée Silva. Silva, c'était juste un prénom, et Elea Faldor entendait bien connaître son identité complète. Une herboriste était, pour n'importe quel représentant du peuple amazone peu enclin à la magie, un être étrange que l'on toisait avec une admiration mêlée d'un peu de crainte. Pas de quoi impressionnait sérieusement une demi-druide mais, étant plus influencée par son sang amazone puisqu'elle avait choisi de vivre sur ces terres et jurer fidélité à la nouvelle Reine, Elea toisa avec un peu plus de considération la jeune personne face à elle. Puis, d'une voix étrangement douce pour son impressionnante carrure, elle s'adressa aux deux intruses en choisissant avec soin ces mots.

- Pour traverser nos terres en paix ou n'y faire qu'une halte pour ravitailler une réserve d'herbes médicinales, il vous faudra toutefois remplir quelques papiers. Vous n'avez rien à craindre, uniquement quelques formalités. Mais toutefois, elles nous sont nécessaires pour surveiller les voyageurs qui s'égarent sur nos terres à desseins. Si vous voulez bien vous donner la peine...

Sur ces quelques paroles, non sans remarquer un peu tardivement que l'explication de l'herboriste lui semblait plutôt bancale, puisque les terres amazones ne regorgeaient pas d'une flore variée quoique le Commandante n'était pas vraiment renseignée sur les propriétés curatives des herbes qui poussaient dans son patrie. Elea noua la bride de son cheval à l'emplacement prévu à cet effet, sans retenir toutefois un geste affectif envers sa monture dont elle caressa la crinière avant de rentrer dans le poste de garde pour y remplir les "quelques formalités" qu'elle avait évoquées aux deux arrivantes.

La bâtisse était plus petite. Un seul étage, assez haut d'ailleurs car les amazones étaient de grande taille, et quelques salles où s'organisaient la vie des amazones qui veillaient à cette partie là de la frontière avec le territoire humain. La pièce dans laquelle elles penétrèrent, à supposer que deux arrivantes la suivent, était assez grande et seulement meublée de quelques chaises et bureaux sur lesquels étaient posées plumes, encriers et papiers. Tout ce qui était nécessaire pour notifier l'arrivée de nouvelles personnes sur les plaines de Fazor, et rien d'autre. Elea s'assit à l'un des bureaux, ôta ses gants et souffla doucement sur ses mains glacées. Enfin, d'ici quelques heures, il ferait plus chaud et l'amazone regagnerait la capitale. Mais Elea Faldor n'était pas du genre à rêvasser, surtout durant son service et elle se munit sans plus tard de deux feuillets où elle inscrirait l'identité des deux arrivantes, non sans leur faire signe de s'asseoir de l'autre côté du bureau où les deux sièges disposés étaient toujours vacants.

- Je vais avoir besoin de quelques informations. Nom, prénom, âge et origine. Egalement la durée et le motif du séjour. Laquelle de vous deux souhaite-t-elle commencer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Mer 31 Déc 2008 - 22:39

Arya, qui avait suivi toute la conversation sans beaucoup de mal la conversation fut confuse en voyant que les deux autres ne paraissaient pas vraiment l'apprécier... Elle baissa les épaules et s'excusa auprès de la femme qui se tenait le dos vouté et l'air apeurée. L'elfe l'examina, ses yeux en forme d'amendes fixés sur elle. L'autre avait l'air de savoir quelque chose qui faisait peur... Arya frissona et lorsque l'autre s'adressa à elle, elle rougit et s'excusa :

>> Oh pardon... Je n'avais pas vu que... Enfin, excusez-moi....

Elle recula de quelques pas et écouta la suite avec attention, apparement celle qu'elle venait d'essayer de doubler en vain était humaine et herboriste, qui passait par là pour remplir sa réserve. Etrangement Arya n'en crut pas un mot, pour ce qui était de venir chercher des plantes, si elle était vraiment venue faire cela Silva ne serait pas couverte de boue et n'aurait pas une allure maladive qui indiquait qu'elle n'avait sûrement pas mangé souvent ces jours-cis, mais comme l'amazone ne réagissait pas elle préféra se taire, on verrait bien par la suite...

Citation :
- Pour traverser nos terres en paix ou n'y faire qu'une halte pour ravitailler une réserve d'herbes médicinales, il vous faudra toutefois remplir quelques papiers. Vous n'avez rien à craindre, uniquement quelques formalités. Mais toutefois, elles nous sont nécessaires pour surveiller les voyageurs qui s'égarent sur nos terres à desseins. Si vous voulez bien vous donner la peine...

L'elfe écouta attentivement et répondit qu'il y avait aucun problème afin de remplir ces papiers. Ils n'avaient pas l'air bien compliqués et cela ne prendrait pas beaucoup de temps. Aussi, elle s'avança une nouvelle fois lorsque l'amazone posa la question suivante :

Citation :
Je vais avoir besoin de quelques informations. Nom, prénom, âge et origine. Egalement la durée et le motif du séjour. Laquelle de vous deux souhaite-t-elle commencer?

>> Moi je veux bien commencer si ça ne vous dérange pas...

Elle s'adressait evidement à Silva, qui en l'espace de quelques minutes, s'était voutée d'une façon qui devenait maintenant assez bizarre. On aurait dit qu'elle avait peur de tout ce qui l'entourait. C'était tout le contraire de l'amazone qui exprimait la volonté même et qui les fixait avec des yeux méfiants. Et elle avait raison, ce n'était sûrement pas très souvent que deux étrangères telles que Silva et Arya pénétraient dans la terre des amazones. L'elfe secoua la tête, essayant de chasser toutes ses pensées, qui de plus en plus nombreuses se bousculaient dans son crâne comme un essain d'abeilles affolées. Elle prit un papier dans son sac, qu'elle portait en bandoulière et une plume, puis après avoir trempée celle-ci dans l'encre écrivit :

Nom : Dar Faël
Prénom : Arya
Age : 20 ans
Origine : Territoire des Elfes
Durée du séjour : De une à deux semaine
Motif du séjour : Voyage


Elle finit rapidement, puis, elle tendit la feuille à Silva et avec un sourire lui dit :

>> C'est à vous !!

D'un air satisfait et joyeux elle se retourna pour jeter un oeil à l'amazone, qui pour l'instant n'avait rien dit, et recommença à examiner l'humaine. C'était le moment de vérité, si elle s'en sortait en remplissant tous les espaces c'était que soit elle était honnête, mais Arya se méfiait trop pour accepter cette solution, soit qu'elle avait tout préparé et qu'elle avait emprunté l'identité de quelqu'un d'autre. Mais en même temps elle avait donné un nom tout é l'heure... Hum... Et evidement si elle ne le remplissait pas, cela poserait un problème. Mais elle pourrait toujours inventer un malaise ou autre chose comme ça... Les petites cellules grises d'Arya marchaient à plein tube, c'est alors qu'elle eut une idée, si elle réussissait à découvrir l'identité de Silva, la vraie, alors elle pourrait la menacer de la livrer ou que l'autre accepte de devenir son associée pendant quelques temps, Arya la cacherait bien sûr, mais en échange de quoi, Silva lui apprendrait bien quelque chose. Après tout, elle avait l'air de savoir beaucoup plus de choses qu'elle n'en laissait paraître...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Lun 12 Jan 2009 - 20:35

Silencieuse et feignant une attitude humble et inoffensive, Silva attendit patiemment la réaction de la commandante Amazone. Elle ne put empêcher une légère anxiété de se manifester à elle quand on lui demanda de remplir certains papiers d’identité ; et ce, malgré le fait qu’elle s’était préparée à ce qu’on ne la laisse pas entrer dans le village Amazone sans interrogations. Néanmoins, c’est d’une voix neutre où ne perçait aucune peur que la jeune humaine répondit :

- Je m’en remets à vous.

Elle suivit donc la jeune femme d’un pas régulier. Elle les mena à une bâtisse située non loin de là, dont la structure était tout à fait simple et sans faste. Aussitôt entrée dans le bâtiment, Silva sentit la chaleur qui s’en dégageait. Il ne semblait pas avoir de feu brûlant sur quelques bûches mais pourtant, la température était bien plus agréable qu’à l’extérieur. La fugitive retint un soupir d’aise. Après tous ces jours passés dehors, pénétrer dans un endroit fermé était tout de même plaisant. Quand elle y pensait, elle trouvait ça assez ironique. On aurait pu croire qu’en tant qu’échappée de prison, elle jouirait de la liberté de circuler dans le monde extérieur, et il est vrai qu’elle en avait apprécié toute l’ampleur depuis son évasion, mais les conditions climatiques avaient eu raison de ce sentiment, du moins pour le moment ; et elle se surprit presque à se satisfaire de se retrouver entre ces quatre murs.

Suivant le geste d’Elea, elle s’installa sur le siège que celle-ci lui avait désigné. Acquiescant, elle céda sa place à la jeune elfe qui se proposa pour commencer à remplir les papiers. Et c’est dans un silence trop pesant à son goût que la voyageuse trempa sa plume dans l’encre et gratta les quelques informations sur le papier. Etait-elle la seule à sentir ce poids ? Probablement. Elle devait aussi se faire du souci pour rien, puisqu’il lui suffisait de donner les dites informations. Pourtant, elle ne pouvait empêcher des sueurs froides de couler dans et son dos et des frissons désagréables de lui parcourir son échine. Maintenant, la pièce close dont elle avait tant appréciée la chaleur l’étouffait. Il lui semblait que les murs étaient une forteresse dont elle ne pourrait s’échapper, et le regard scrutateur de l’Amazone lui faisait l’effet d’un condamné en attente de sa sentence. Sa raison lui disait qu’elle faisait preuve de paranoïa mais son esprit la contredisait et lui soufflait la présence d’un danger.

Toutefois, l’aspect extérieur de la jeune fille ne montrait en rien ses déboires intérieurs, et c’est d’une main exempte de tout tremblement qu’elle saisit la plume que l’elfe avait lâché, et commença à écrire. Son visage impassible ne laissait rien paraître de l’angoisse qui lui étreignait le cœur et paraissait se répandre à tout son être.

Nom : Yara
Prénom : Silva
Age : 24 ans
Origine : Humaine
Durée du séjour : Indéterminée, mais probablement pas plus d’une semaine.
Motif du séjour : Récupérer certaines plantes afin de remplir mon stock d’herboriste. Acheter certaines fournitures de voyage.

Durant tout le temps qu’il leur avait fallu pour parvenir au bâtiment, et ce qui en suivit, Silva avait tout de même eut le temps de réfléchir à ce qu’elle pourrait bien mettre sur sa fiche d’information. En guise de nom, Silva avait pensé à en utiliser un faux, mais avait finalement opté pour le sien quelque peu modifié. Il lui serait ainsi plus facile de le retenir, et pour tout dire, même si elle avait donné son véritable patronyme, elle ne pensait pas courir un risque qu’on la reconnaisse. Mais tout de même, un peu de prudence ne faisait pas de mal. Pour le reste, elle n’avait fait que retranscrire l’histoire qu’elle avait déjà desservie à l’Amazone. De plus, elle n’avait pas jugé utile de mentir sur son âge et son origine. Qui pourrait la croire autre chose qu’humaine ?

Elle avait tout de même été satisfaite de voir qu’elle était encore capable d’écrire correctement. Bien que son écriture ne soit pas tout à fait assurée, elle était lisible et dénotait tout de même une certaine éducation. Elle pourrait mettre le manque de fluidité de ses caractères sur un long voyage et un manque de pratique ; bien qu’elle doute que cela puisse être un détail dont s’intéresserait l’Amazone.

Posant délicatement la plume sur la table, elle glissa la feuille en face de la commandante. Elle releva la tête et la regarda dans les yeux :

- Eh bien, je crois que cela suffit ? Ou bien aurais-je omis une information ?

Elle espérait que cela suffirait. Elle n’avait plus qu’à attendre que la jeune femme lui donne l’autorisation de pénétrer dans le village. Elle ne doutait pas que la méfiance envers les humains en cette période troublée pourrait lui mettre des bâtons dans les roues.

[HRP : J’ai mentionné la méfiance envers les humains à la fin, mais je ne sais pas si Elea, ou Arya, vous allez en prendre compte ? Si non, j’éditerai selon vos posts ^^ et pardon pour la longue attente!]
Revenir en haut Aller en bas
Elyon
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 21
Age : 23
Age : 25 ans
Clan : Amazones
Fonction : Commandantes des Armées
Date d'inscription : 06/03/2008

MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   Jeu 29 Jan 2009 - 17:09

Tandis que les deux inconnues remplissaient le formulaire qu’elle leur avait tendu, le regard d’Elea Faldor se posait tour à tour sur l’une et sur l’autre, indiquant une longue contemplation muette. Les deux inconnues ne se ressemblaient absolument. Elles s’étaient retrouvées là par hasard, au même endroit et au même moment. La situation était tout à fait normale, elle rempliraient le formulaire et pourraient s’en aller. Rien d’autre. Pourtant, l’amazone avait l’impression que quelque chose clochait. Quoi, elle ne le savait pas, mais tout n’allait pas comme elle l’aurait souhaité. Peut-être faudrait-il demander aux autres gardes amazones, présentes à quelques mètres de la pièce, d’intervenir et interroger les deux jeunes femmes ? Mais non, même en des temps incertains, on n’interrogeait pas les gens sans raisons valables de le faire. Et quelles raisons aurait-elle pu trouver pour justifier la méfiance qu’elle ressentait à leur égard.

Tout d’abord, il y avait cette petite elfe au caractère apparemment impétueux. Mais cela, Elea s’en moquait. Elle n’avait pas de raisons valables de s’en prendre à elle, même s’il lui semblait… même s’il lui semblait que la jeune fille cachait quelque chose. Semblait, car elle n’était sûr de rien. En revanche, l’autre femme, l’herboriste, l’amazone ne la voyait pas d’un bon œil, ce qui expliquait justement le long regard inquisiteur qu’elle lui portait depuis quelques secondes déjà. Quelque chose ne collait pas. Et c’était en rapport avec cette inconnue là que cela n’allait pas. Qu’avait-elle de plus ou de moins, cette Silva pour justifier une telle méfiance ?

Les mains croisées sur le bureau, elle ne remarqua même pas qu’elle avait gardés ses gants, la commandante observa de nouveau les deux jeunes femmes, avec cette même insistance gênante pour finalement se détendre. Il n’y avait rien d’anormal. Elle devenait un peu paranoïaque, c’était sûrement ça. La pression accumulée depuis les derniers évènements lui faisait voir le mal partout, rien de plus. Les deux jeunes femmes lui remirent les papiers qu’elle s’empressa de regarder. Arya Dar Faël et Silva Yara. Venues pour un voyage et le ravitaillement d’un stock d’herbes médicinales. Soit. Le moment était mal choisi, mais l’amazone préféra se garder d’en faire part à ses interlocutrices. Pourtant, malgré tout, elle ne pouvait s’empêcher de penser que quelque chose n’allait pas, un détail qu’elle aurait du remarquer depuis longtemps.

Enfin, il lui fallait faire confiance à ces deux femmes. En revanche, si elle les croisait durant leur séjour, elle était presque certaine de parvenir à se remémorer ce qui la tracassait tant, et elle ne les louperait pas. Ni l’une, ni l’autre.

- Ce n’est point le cas, vos fiches sont… dûment remplies…

L’amazone aurait au moins fait l’effort d’être aimable, même si son ton laissait transparaître toute sa méfiance. Tant pis. Elle ne s’était pas enrôlée dans l’armée pour se montrer courtoise avec quiconque pénétrerait sur les terres du peuple amazone. Le moment n’était absolument pas approprié, mais la commandante ne put s’empêcher une légère pointe d’ironie, sans doute le seul humour qu’elle connaissait tandis qu’elle raccompagnait les deux femmes vers la porte pour repartir aussitôt.

- Je pense qu’il ne me reste qu’à vous laisser partir, en espérant que vous puissiez pas un bon séjour en territoire amazone.



[Sujet fini! =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une escale périlleuse [Ne pas archiver]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une escale périlleuse [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Archiver vos Rps
» Escale de la mort
» MJC AUBAGNE
» [Brigandage] Taiwen (11/08/57) à archiver
» RPs à archiver ou à abandonner.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 3-