AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au coeur de la basse ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au coeur de la basse ville   Jeu 5 Fév 2009 - 21:16

Deuxième jour de la onzième semaine,
Nuitée,

La soirée était fort avancée quand une ombre se glissa à l'intérieur du Marteau de Thor, gargotte confortable quoique mal famée enfoncée entre les plus obscures ruelles de la basse-ville. Autrefois lieu fameux tenu par quelques géants d'Iboa réunissant les bonnes gens de la race de Thor, l'auberge avait été reprise par quelques malandrins ayant profité, il y a de cela des années, de la disparition du gros des fils de la pierre et de la foudre. Le lieu autrefois dédié aux libations des Orthodoxes était à présent le terrier de malfrats et autres maquereaux venus se réfugier dans l'un des derniers lieux éclairés, se noyer dans l'une des dernières chopes de cette nuit déjà vieille.

La silhouette encapuchonnée captiva l'apathique attention des forbans pendant un instant aussi lourd que court. C'était un grand bonhomme, très grand. Et c'était une vieille cape rapiécée, très rapiécée. On recommença à fixer le fond de la chope, remuant avec son reste d'alcool ou grognant à quelque sornette crachée par son compagnon de biture : le jeu n'en valait pas la chandelle, et puis on avait déjà joué toute la nuit. Rien ne venait perturber la rumeur mourante des conversations à mi-voix, pas même l'inconnu qui avançait d'un pas lourd sur un plancher normalement grinçant, accompagné, sous la lumière chiche des braseros, par les regards torves des moins lucides ou des plus pauvres.

Le grand diable s'installa à une table non loin de l'escalier qui reliait la salle commune aux chambrées de l'étage. Protégé des flammes et de leurs indiscrétions par une lourde poutre obstruant tout clarté dans cette pièce qui agonisait déjà dans la fumée et la fragile lumière. Une femme alla prendre sa commande et lui amena après une poignée de mots une lourde chope en terre cuite. La mousse dégonflait doucement dans la pénombre où s'était réfugié le drôle de type. Il sirotait son hydromel d'un air distant, scrutant toute la salle avec son regard d'un bleu aussi gris que perçant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Jeu 5 Fév 2009 - 23:42

Méav faisait courir ses doigts fins le long d'un cou mal rasé et tremblant lorsque l'homme encapuchonné passa la porte. Son regard azuré glissa vers lui comme ceux de tant d'autre, mais contrairement à eux elle s'y risqua plus longtemps. Distraitement, elle continuait son petit jeu tandis que son compagnon lui faisait comprendre qu'il désirait son attention, toute son attention. Et cela se comprenait, il avait déboursé une bellefortune pour que la belle blonde reste à son bras. Mais son intérêt avait changé, il s'était porté sur ce nouveau venu. Peut-être parce qu'il était le seul nouveau venu depuis un moment, peut-être parce qu'une aura différente émanait de lui.

Assise sur les genoux de son compagnon, elle glissa le bout de son nez au creux de son cou, souffla sur sa peau son haleine chaude, puis y déposa un délicat baisé avant de remonter le long de sa mâchoire pour capturer ses lèvres dans une danse enflammé. Elle le laissa se perdre dans se baisé aussi longtemps que son souffle le lui permit, puis lorsque hors d'haleine il éloigna son visage du sien elle se leva. Mais loin d'être du même avis qu'elle, voulant prolonger cette torride découverte il agrippa son poignet pour la ramener à sa place.. Rapide et discrète, pour n'attirer aucune attention, l'elfe se pencha vers lui, son arme mortel plaqué contre sa gorge.


« Allons, tu en as eu pour t'es sous » Souffla-t-elle, glaciale.

Les yeux de l'homme captèrent le scintillement de la lame bleue et dans un hoquet de surprise, s'enfonça loin dans son siège. Sa réaction sembla satisfaire la petite femme qui re fit disparaître la lame, comme si elle n'avait été qu'une habile illusion. Elle remonta le tissu violet sur son épaule dénudée, un air amusé flottant sur ses lèvres, puis s'éloigna vers la table de l'homme qui avait un peu plus tôt attiré son attention. Elle demanda une bière au passage, puis pris place face à lui. Sans prononcer mot, elle enfonça ses doigts dans sa bourse d'où elle extirpa une petite poignée de tabac qu'elle plaça dans le fourneau de sa pipe argentée. Lorsqu'elle la porta à ses lèvres pour l'allumer, sa chope fut posé devant elle et ce ne fut qu'à cet instant que l'elfe croisa le regard de l'homme qui lui faisait face.

« A la votre » dit-elle en avalant une longue gorgée
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Ven 6 Fév 2009 - 17:21

Le nordique ne réagit pas à l'intrusion de la fille de joie à sa tablée et dans son champ de vision. Une intrusion toute relative, qui plus est : l'homme des Monts Infernaux devait dépasser la créature de deux têtes, trois si on négligeait la coiffure qui trônait majestueusement au sommet de la petite blonde. Il ne réagit pas non plus au toast qu'elle porta avant de laisser descendre une longue gorgée du nectar au fond de son gosier. Il se contenta de la fixer, comme on fixe quelqu'un dont le comportement manquait d'à propos pour le dissuader de persister dans cette voie, voire rebrousser chemin.

"Je ne suis pas ici pour la société des femmes de votre espèce,
" laissa-t-il tomber après un silence, avant d'abaisser le lourd foulard qui le recouvrait de la mâchoire jusqu'au nez. Un visage aux traits réguliers apparut, libérés de l'entrave du tissu. Des lèvres sensuelles (au premier sens du terme), une certaine douceur qui se révélait dans la moue rêveuse du grand diable vinrent confirmer le faciès affable, voire beau, que laissait présager son regard brumeux.

Sans égard pour la logique la plus simple que portait sa déclaration, il agit à l'inverse de ce qu'il avait dit. Il demanda d'un regard affable la pipe à la jeune femme puis la porta à ses lèvres. Ceci fait, il posa l'une de ses mains au niveau du foyer. Son auriculaire, glissant sur le cercle métallique du foyer, effleurait le tabac et semblait scintiller. Au bout de quelques secondes, de la fumée se dégagea de la pipe et des lèvres de l'homme, qui tendit galamment l'objet àsa propriétaire.


Dernière édition par Erendil San'Veck le Sam 7 Fév 2009 - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Ven 6 Fév 2009 - 20:01

L'elfe fit mine de ne pas comprendre le regard lourd de son interlocuteur mais marqua un intérêt plus poussé pour sa personne lorsqu'il découvrit un peu plus son visage. Elle fit glisser sa jambe droite sur sa jambe gauche, puis sa jambe gauche sur sa jambe droite, et lui céda sans broncher son précieux bien.

« Vous ne seriez pas ici si c'était le cas » Roucoula-t-elle, l'air amusé.

Ses paroles ne l'avaient pas ébranlés, elle s'était contentée de hausser un sourcil face au mot espèce mais ne fit aucune remarque. Les hommes venaient ici pour se perdre dans l'alcool et non dans les bras des dames. Celui qu'elle avait accompagné était une exception qu'elle avait ramassé plusieurs heures auparavant alors qu'il pouvait encore marcher droit et aligner quelques mots charmeurs. Maintenant il était vautré dans son siège, jouant mollement avec son verre comme si tout les malheurs du monde lui était destinés.

Elle prit délicatement sa pipe lorsque le géant la lui rendit et glissa son extrémité entre ses lèvres avant de souffler quelques cercles qui partirent se perdre dans le nuage qui planait aussi de leur tête.


« Êtes-vous venus pour vous perdre dans les méandres des doux breuvages de cette charmante petite auberge, monsieur le magicien? » Dit-elle d'une voix chantante qui laissé place à une ironie peu dissimulé.

La petite femme avala une nouvelle gorgée, puis reposa la chope à moitié vidé avant d'inhaler une nouvelle bouffée qu'elle envoya avec plaisir dans la direction de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Sam 7 Fév 2009 - 17:12

La fumée entoura le visage impavide de l'homme, qui se contenta de fixer encore et toujours le regard bleu de son vis-à-vis. Laissant planer un silence, il sirota un instant le liquide qui débordait de la chope avant de commencer à y mettre plus d'entrain. Reposant le contenant de terre cuite, il s'enfonça un peu plus dans sa chaise et prit un air préoccupé.

"C'est une bonne question. Qu'est-ce que je fais ici ? Il faut croire que mon insomnie m'a mené jusque là, et qu'elle avait pour but, en guidant mes pas dans cette gargotte, de me distraire un peu de cette nuit sans intérêt," il ponctua sa théorie en se gorgeant du nectar à trois sous.

"Et vous, que pouvez-vous bien faire dans un lieu pareil, à une heure pareille ? En voyant votre mise, on peut se demander qui pourrait bien vous courtiser séant. Je me demande même si tous les badauds qu'héberge cette auberge pourraient, eux tous réunis, s'offrir, même un instant, vos faveurs."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Mer 11 Fév 2009 - 10:00

La petite elfe suivi la prestation de son interlocuteur avec intérêt et sourit lorsqu'il repose sa chope, aussi vidé si se n'est plus que la sienne sur la table de bois qu'elle aurait qualifié de pourrit et peu adéquate à sa personne ,mais elle ne pipa mot et se contenta d'inhaler la douce fumée de son tabac. Elle balaya ensuite la pièce de son regard critique et fit une moue quelque peu dégouté avant de reprendre place dans les lagons qui lui faisaient face. Ce lieu était bien loin d'être l'endroit idéal pour la distraction. Il était plutôt un lieu sale où les basses gens pouvaient venir se retrouvaient en toute tranquillité pour se retourner la tête. Mais peut-être était-ce le but de cet homme?

« Et bien vous n'avez pas vraiment choisit votre ... lieu de distraction » Dit-elle en gloussant et en reprenant son verre.

Alors qu'elle la vidait un peu plus, elle s'arrêta et le reposa tout en regardant amusé son interlocuteur mystérieux.


« Je suppose que j'ai à prendre cela comme un compliment alors que plus tôt vous sembliez quelque peu contre celles de mon espèces » Roucoula-t-elle sournoisement en insistant sur le dernier mot.

Mais l'esprit de Méav était porté ailleurs. Les paroles de cet homme contrastaient bien trop avec son accoutrement. Elle plissa des yeux et tenta de trouver une réponse sur son visage et c'est la qu'elle aperçut le début d'un tatouage. Celui-ci était soigneusement recouvert par son propriétaire et la blonde ne l'avait pas aperçut aux premiers abords ,mais maintenant elle pouvait le voir, cette toute partie qui en cachait sûrement une bien plus impressionnante. Orthodoxe? Cette question silencieuse resta en suspend dans sa joli tête tandis que Méav essayait de faire le calcul simple de a + b pour en savoir plus, sans en demander trop, sur celui qui la fascinait de plus en plus.


« Vous seriez surpris des quantités de sous et de moyens que peuvent déployer ses hommes pour m'avoir à leur côté. Certains d'entre eux cachent bien leur jeu ... Voyez-vous celui-là ? » Dit-elle en montrant celui qu'elle avait accompagné plus tôt. « A le voir il n'est rien d'autre qu'un homme saoul, sale, sans une pièce autre que pour l'alcool qui lui ramollira le cerveau. Mais détrompez-vous il s'agit d'un riche seigneur humain ... » Dit-elle en laissant planer sa phrase, puis éclata d'un rire qui lui valu quelques regards mécontent dont elle se ficha royalement.

« L'habit ne fait pas le moine dit-on »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Jeu 12 Fév 2009 - 22:07

Une moue dédaigneuse se dessina sur le visage régulier du géant. Fixant un moment l'auberge puis l'homme abattu qu'elle montrait cyniquement d'un regard, comme un chasseur trop arrogant montrerait d'un signe de la tête l'une de ces bêtes sauvages qui, après avoit été harcelé par les dogues du maître, avait fini par se tuer, rendue folle par les assauts répétés, transformée en trophée, fierté d'une nuit vaine.

Tournant son regard brumeux sur le visage de la petite blonde, il constata d'une voix qui avait perdu le peu de chaleur qu'on aurait pu lui imaginer.
"Vous êtes habillée avec le soin et la maestria d'une courtisane, mais votre conversation...", il se tut, laissant planer un instant le silence. Lequel silence fut interrompu par deux hommes ne tenant même plus sur leurs pattes et s'épiant en chien de faïence. L'un baragouina quelques assertions dans l'argot de la basse-ville. Le vis-à-vis répondit à l'homme d'une insulte laconique qui provoqua chez son adversaire une explosion de cris et de menaces mêlées. Tandis qu'il continuait à jurer, il fonça sur l'autre ivrogne. La lame bleu d'un couteau apparut soudain, stoppant nette l'algarade.

Les deux hommes se fixèrent à nouveau, et bientôt leurs compagnons, reprenant leurs esprits, se levèrent à leur tour pour soutenir leur ami. Une ambiance lourde, électrique fit un instant vibrer le reste de la salle, puis les deux coteries s'en allèrent chacun dans leur coin, sans même que l'aubergiste et ses gens n'aient à s'en mêler.

Profitant de cette étrange situation pour changer de sujet, l'inconnu engagea sur un ton plus chaleureux qu'auparavant.
"Je ne comprends pas pourquoi vous pensez cette joyeuse auberge d'une aussi mauvaise réputation. L'atmosphère a l'air plus chaude que dans mon pays, et vos hommes ont l'air d'aimer à se donner en spectable. Par les dieux, quelle couardise !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Jeu 12 Fév 2009 - 22:48

La courtisane, comme elle venait d'être nommée, enroula l'une de ses boucles d'ors autour de son index et s'amusa avec quelques instants tout en jouant de sa langue sur le bout du tuyau. Une provocation ouverte. Un amusement outrageux. L'elfe ne laissa pas non plus échapper le ton diffèrent de son interlocuteur, mais comme lui elle fut attirée par le bruit qui venait de s'élever. Se retournant sur sa chaise, croisant ses jambes nues à la vue de tous, la petite blonde contempla la scène de ses grands yeux bleus.

« Et bien et bien, ils sont en formes ... » Dit-elle tout en soufflant un cercle de fumer, puis une deuxième qui traversa le premier.

Une scène banale. Une scène ridicule qui tira un sourire méprisant des lèvres de la maligne qui s'en détourna au moment même ou la lame fit son apparition. Elle haussa les épaules et secoua la tête l'air désolé.


« C'est bien l'une des raisons pour laquelle je n'aime que très peu les Hommes. Ils sont trop impulsifs et dès qu'ils ont bu se lancent dans des querelles inutiles. » Dit-elle en buvant la dernière gorgée de son breuvage amer.

Celui-ci lui arracha une grimace de contentement et un soupir d'aise tandis qu'elle le reposait avec délicatesse, faisant courir son doigt sur son bord. L'alcool ici n'était certes pas son préféré, mais il lui suffirait pour ce soir. Avec ce qu'elle avait gagné plus tôt elle ferait en sorte de s'offrir quelque chose qui lui correspondait mieux la prochaine fois. De belles bulles sûrement ...


« Je ne sais pas d'où vous venez monsieur mais ... » Elle marqua une pause puis repris gaiement « Et je ne sais même pas comment vous vous nommez » Dit-elle en riant « voilà qui est intéressant ... Seriez-vous assez bon pour me donner un nom afin que nous puissions continuer notre agréable conversation dans une ambiance plus amicale pourrait-on dire? »

Méav était de ces gens qui n'aimaient pas ne pas tout savoir de ceux qu'ils avaient en face d'eux. A vrai dire, ce genre de situation lui était rarement donné puisqu'elle savait tout, du moins essayait-elle. Cela lui donnait au moins l'avantage d'exceller dans sa profession première.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Ven 13 Fév 2009 - 22:26


"Appelez-moi Athicus, pour cette nuit. Je suis un fils de Thor, venant des montagnes infernales avec la suite du roi d'Ilboa, mais cela, vous n'avez pas besoin de la savoir."

Il aspergea un instant sa gorge déjà desséchée avec une gorgée de son nectar, fixa sa vis-à-vis puis jeta son regard vers les silhouettes inquiétantes ou simple sinistres que hébergeait la salle commune de l'auberge. Ce rade n'avait rien à envier à une autre bâtisse de la vieille ville, où se réfugiaient les forbans.

"Saviez-vous que cette taverne avait autrefois la propriété du roi d'Ilboa ? On raconte qu'il y a de cela plusieurs siècles, l'un de nos princes s'était épris d'une princesse des Hommes. La guerre grondait, c'était l'âge des batailles entre les races, quand la lumière du Seigneur du Nord n'éclairait pas le Gwendir. On raconte que le prince, rendu aveugle par son amour, se mettait dans des situations toujours plus dangereuses pour ne serait-ce qu'apercevoir sa muse. Des nombreux contes sont racontés sur comment il se fait passer pour un mendiant, un barde, un charlatan, j'en passe et des meilleurs. Bref, le roi son père apprenant la triste passion qui a capturé son fils tente tout pour lever le charme. Les meilleurs ensorcelleurs, les pires menaces, la vigiliance de cent soldats, rien n'y fait. Alors le roi décide d'acheter un tel lieu pour favoriser les rencontres des deux amants, le faisant garder par des dizaines d'hommes de sa garde. Son meilleur capitaine est assigné à l'ignoble tâche de tenancier ; alors qu'il faisait couler le sang des ennemis de son roi, le voilà à faire couler le vin pour les amis du prince."

Il but à nouveau, embrassant d'un regard la salle, comme si, témoin de cette époque révolue, il pouvait revoir la scène, situer les protagonistes et saisir tout le cocasse de cette scène. Lorsqu'il reposa sa chope, un léger sourire habitait son visage. Son regard quant à lui semblait distant, rêveur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Dim 15 Fév 2009 - 18:47

Méav sourit poliment mais tiqua tout de même. Elle avait vu juste, un orthodoxe. Rien d'étonnant se dit-elle, humain et orthodoxe s'entendait merveilleusement bien disait-on. Et ce garçon était venu avec le roi lui même. Rien que ça. Quelle délicieuse petite information. Les deux rois allaient se rencontrés? Le cerveau de la belle travaillait à tout allure, elle voulait en savoir plus, elle voulait toujours en savoir plus, avoir toutes les informations, même les plus futiles. Mais voilà déjà que le charmant Athicus lui contait une histoire de son peuple. En parfaite comédienne qu'elle était, la petite femme l'écouta avec le masque de l'attention et lorsqu'il eu finit elle haussa un sourcil bien haut.

« La lumière du Seigneur du Nord? » Dit-elle avec douceur mais sans insister plus lourdement.

La lumière disait-il ... Méav ne penchait pour aucun camp en particulier. Seul celui qui lui était le plus avantageux l'attirai. Mais de la à aller jusqu'à parler d'une lumière ... La joli dame était bien trop maligne pour faire une quelconque autre remarque et dériva rapidement sur le conte de son interlocuteur.


« Cette belle histoire semble vous affecter ... Vous qui n'aviez aucune expression sur votre visage de marbre semblait avoir gagné un peu d'humanité. Mais pourquoi donc est-ce le meilleur capitaine du roi qui a prit en charge le rôle de tavernier?! N'est-ce pas insultant pour un homme d'un tel rang?! Et qui donc pouvait bien diriger les armées de votre bon roi et ces temps obscures? Et je suis étonné de la réaction de Sa Majesté, offrir une auberge à ces deux amants ... » Elle haussa les épaules et secoua la tête avec une mine désolé, comme si elle aurait aimé mieux comprendre « Je ne comprend vraiment rien à la logique orthodoxe » Dit-elle en laissant couler un petit rire.

« Mon très cher Athicus, laissez moi vous offrir une nouvelle tournée! Voyez ceci comme une manière de vous remercier de m'avoir raconté une si joli histoire, mais aussi un moyen de vous garder un peu plus longtemps à mes côtés »

Il n'y avait la aucune insinuation, juste un petit sourire mignon avant qu'elle ne détourne la tête pour attirer l'attention du tavernier. Mais les intentions premières de la belle était d'approfondir les premières paroles de son compagnon.

« Pardonnez moi si je me montre indiscrète mais pourquoi m'avez vous parlé d'une chose que je n'avais pas à savoir, tout en précisant que cela était une chose dont je n'avais rien à savoir? » Elle s'arrêta et hoqueta en portant ses mains à ses lèvres « Oh mais me voilà qui ramène le sujet sur le tapis .... Pardonnez mon impolitesse »

Et leur verre arrivèrent. Quel meilleur moyen y avait-il pour faire parler les gens que les conséquences de l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Dim 15 Fév 2009 - 19:16

Lorsque la catin brisa le silence qui était né après l'histoire d'Athicus, ce dernier sembla sortir de ses rêveries. Interrompus au milieu de quelque songe aussi bizarre que la logique des orthodoxes, ses yeux revinrent se poser sur le visage bien réel de Méav tandis qu'elle s'empressait de commander une nouvelle tournée. Le grand diable ne se douta pas des intentions de la prostituée, bien qu'il devait probablement entretenir une certaine méfiance vis-à-vis de tout individu fréquentant un lieu si mal famé. A vrai dire, le plan de la demi-elfe, s'il aurait pu extorquer un flot de confidences chez un homme ou un autre membre des tribus, la réussite était loin d'être assurée sur un Orthodoxe. Ces géants-ci, dotés d'une constitution imposante et robuste, résistaient bien mieux à l'alcool que des races moins fortes.

"Si je vous ai dit que j'étais arrivé avec la suite du roi d'Ilboa, c'est simplement parce que cela n'a rien de secret. Je fais partie de sa garde, en tant qu'écuyer de messire Ercyl d'Este, mage de guerre et proche du roi. Et je vous demande de taire une telle information, car il ne serait pas bien vu qu'un serviteur de la famille San'Veck soit vu dans un tel lieu de perdition. Oh, cela ne provoquera aucun remou, rassurez-vous, mais je risque d'être sèchement tancé par mon seigneur."

On déposa de nouvelles chopes sur leur table. Le grand diable sourit à nouveau.

"Je ne suis pas sûr de pouvoir accepter un verre d'une inconnue dont je ne connais que son état, à défaut de connaître son nom."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Dim 15 Fév 2009 - 20:04

Hochant la tête, Méav faisait mine d'approuver et comprendre les craintes du soit disant écuyer. Elle n'avait nullement l'intention d'aller répéter ce qu'elle avait entendu. Ce n'était pas dans ses habitudes ... A cette simple pensée, un rire intérieur déferla en elle bien que celui-ci ne se retranscrit sur son apparence extérieure que par ses yeux scintillants de malice. Et pour prouver ô combien elle ne lui voulait aucun mal elle prit ses grandes mains entre les siennes qui paraissaient ridiculement petite.

« Vous pouvez me faire confiance. Je suis une tombe »

Mais ses yeux se rivèrent sur ses mains. Sur ses doigts. Se fut bref, mais assez pour la courtisane qui les lui rendit en tapotant doucement dessus. Elle n'en appris rien. Lisses, soignés, rien d'anormal qui aurait pu traduire son statu. Mais le temps n'était pas à la suspicion. Si elle voulait garder ce compagnon à ses côtés elle allait devoir le charmer un peu plus, lui prouver qu'elle était d'agréable compagnie. Par charmer il n'est nullement question de l'amener dans son lit, bien que cette idée traversa l'instant d'un battement d'oeil son petit esprit tordu. Non, elle voulait juste le mettre un peu plus en confiance. Et si l'alcool aidait, le meilleur moyen de faire baisser sa garder à quelqu'un est de faire mine que la sienne n'est déjà pas bien haute.

Elle s'éventa de la main et posa la pipe fumante sur la table.


« Ne vous inquiétez pas de mon état, il fait juste un peu plus chaud. Mais mis à part cela je vais très bien. Je n'aurais pas pris la peine de recommander si le cas était contraire » Dit-elle pour lui prouver sa bonne foi. Elle avait beau être une catin, une fille de joie qui comblait les désirs les plus fous de ces messieurs, elle savait encore être responsable. « Et pour ce qui est de mon nom, vous pouvez m'appeler Méav » glissa-t-elle.

Elle lui avait donné son vrai nom. Mais elle ne se faisait aucun soucis, comment pourrait-il savoir s'il était faux, ou vrai? Elle préférait lui laisser le loisir de choisir de la croire ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Dim 15 Fév 2009 - 21:11

Le jeune fils de la foudre eut une expression étrange sur son visage, le temps d'un battement d'aile. Cela se produisit au moment où la femme faisait allusion à la chaleur de la pièce, qui l'aurait obligé à commander une nouvelle tournée. L'écuyer ne répartit aucune réplique, bien que son regard brillait d'une lueur bizarre et son visage d'un sourire ironique. Tout cela disparut, et le grand diable prit sa chope d'une main assurée, la levant au niveau de leurs visages.

"Je lève ce nectar que vous m'offrez en demandant aux dieux santé et... prospérité pour Méav d'Yswllyra," déclara-t-il avant de laisser la boisson envahir sa bouche puis sa gorge.

Loin de chercher à informer sa compagne d'une tournée, il dirigea la covnersation sur elle. Il savourait tranquillement le verre tandis que le reste de l'assemblée cuvait le vin aigre bu en début de soirée. A présent, la nuitée était bien avancée, les hommes n'étaient plus capables de rien sinon se remémorer les souvenirs maussades d'une vie autrefois plus colorée. Les torches flamboyaient faiblement, dévorant les dernières minutes que pouvaient leur offrir leurs hampes déjà fort entamées.

"D'où venez-vous, dame Méav, et que faites-vous dans cette ville, plus particulièrement aussi bas dans cette ville ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Lun 16 Fév 2009 - 0:44

Il avait accepté son humble présent. C'était un pas de plus pour la rusée qui leva son verre pour trinquer en même temps que son compagnon. Méav d'Yswllyra ... Ça sonnait bien aux oreilles de la demi-sang.

« Et j'en fais de même pour vous, Athicus, l'écuyer qui transgresse les règles »

Mais il lui coupa l'herbe sous le pied. La conversation se dirigea sur elle. L'elfe n'avait pas l'habitude de voir la situation glisser d'entre ses doigts. Mais elle ne s'inquiéta pas, ne s'alarma pas. Elle reposa la chope et caressa son épaule de ses doigts fins. Ses doigts experts qui pouvaient soutirer tout se qu'elle désirait.

« Dame? Voilà que vous m'appelez Dame maintenant. » Roucoula-t-elle en faisant claquer sa langue contre son palais pour marquer l'ironie de la situation.

« Je ne viens de nul part doux écuyer, je suis une nomade qui vagabonde au gré du vent pour vendre de beaux bijoux à ces belles dames, et pour vendre des plaisirs interdis à ces messieurs » Dit-elle tout en enroulant mollement son doigt autour de l'une de ses boucles d'ors.

Un homme racla sa gorge et cracha sans discrétion quelques part derrière elle lui arrachant une grimace de dégout. Elle se retourna et le chercha du regard. Quand elle le trouva qu'elle ne fut pas sa surprise de voir qu'il s'agissait de celui avec qui elle était venu. Ce pauvre garçon était encore là à miroiter son triste présent. Méav eu un pincement au coeur en le voyant ainsi, mais il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Elle soupira et revint à son interlocuteur avec qui elle poursuivit sa conversation laissé en plein milieu.


« Et si je suis venu ici c'est pour extorquer quelques pièces à quelques pauvres âmes solitaires. Comme je vous le disais mon bon monsieur ne parlons pas de moi, il n'y a rien de bien glorieux à mes récits, il n'y a rien de magique ou n'intriguant au contraire de vous »

Mais si elle était ici c'était à la base pour accomplir une mission qui lui avait été confié par un homme peu scrupuleux qui voulait exercer sa vengeance sans se salir les mains ... Elle avait accepté car elle le connaissait depuis longtemps, mais avait refusé son souhait premier. Le meurtre. Méav n'avait pas considéré sa raison assez justifié et la somme bien mince pour un tel acte. Et de fil en aiguille elle c'était retrouvé au bras de cet homme affalé là-bas, et maintenant face à cet étranger. Si elle était encore là, c'était pour déchiffrer cet homme. Son nez n'aurait pas frémit d'un intérêt soudain s'il n'avait rien d'intéressant, n'est-ce pas?

« Oh j'y pensais, êtes-vous en ville pour longtemps? »

Il était temps d'ouvrir un peu plus le bal, laisser le bel homme tomber dans ses filets. Celui-ci ne lui échapperait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Lun 16 Fév 2009 - 12:04

Le grand diable regarda la jeune demi-elfe se tourner vers ce compagnon avec lequel elle roucoulait antérieurement. Un pauvre homme abattu, se noyant dans quelques gouttes de bière de houblon ou d'il ne savait quelle boisson encore servie à une telle heure. La jeune catin se retourna et plongea ses yeux dans les siens, interrompant cette contemplation de la tristesse incarné par le malheureux en relançant la conversation.

"Je ne suis ici que pour une poignée de jours, je pense
, proféra le soi disant écuyer sur un ton naturel, un peu plus bas qu'auparavant, comme si l'information était l'un de ces renseignements qu'on n'aimait pas trop répandre dans des auberges malfamées aux heures de pointe de la pègre locale. Mais sachez, reprit-il, que ma vie n'a rien de bien intéressante. Je ne suis qu'un écuyer. Un homme qui a des yeux."

Il tourna de nouveau son regard vers le malheureux de l'autre table et questionna la courtisane sur un ton nullement ému.
"Qu'avez-vous fait à ce pauvre homme pour qu'il ait des yeux si battus ?"
Il attendit la réponse en plongea ses lèvres dans la boisson alcoolisée grâcieusement offerte par cette jeune femme qui avait l'air de vouloir l'entretenir, levant les yeux pour admirer les poutres qui soutenaient tout l'édifice. C'était là de belles poutres, à n'en pas douter, seulement éclairées par une poignée de torches à la lumière mourante, ce qui leur donnait un aspect encore plus sombre qu'elles ne devaient l'être à grand jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Lun 16 Fév 2009 - 18:16

La belle haussa les épaules, esquivant ainsi la question de l'orthodoxe. Elle ne lui avait rien fait de particulier si ce n'est lui susurrer à l'oreille ce qu'il avait envie d'entendre, l'étreindre de ses bras si chaleureux et le couvrir de doux baisers. Oh elle lui avait aussi refusé ses avances un peu plus poussé, mais cela s'expliqué par quelques petites choses très simples. Premierement il n'était pas assez fortuné pour se payer plus que sa simple compagnie. Et deuxièmement passer la nuit dans ses draps ne lui aurait servit à rien, il n'avait aucune information valable à lui confier, et la raison la plus simple sûrement était qu'il ne lui plaisait pas. Bref toutes ces petites choses étaient sans importances maintenant. Peut-être était-il en train de se morfondre à cause d'elle, peut-être pas. Et à vrai dire, son moment de pitié passé, elle s'en moquait royalement. S'il y avait bien une chose que Méav avait appris au cour de ces longues années c'était bien qu'il ne fallait surtout pas s'attacher aux autres puisque cela finissait toujours douloureusement. Il fallait blinder son coeur pour que celui-ci soit intouchable et jusqu'à présent cette façon de penser s'était avéré bien vrai.

Avalant une nouvelle gorgée, la demi-sang reposa la chope avec un peu plus de force que précédement et se levant un peu sur sa chaise se pencha en avant. Elle prit entre ses doigts délicats le menton de son compagnon et approcha son visage du sien. Ses yeux d'azurs plongés dans les siens elle lui dédia un sourire des plus éblouissant.


« Mon bel Athicus, ne m'insultez pas en vous occupant des poutres qui nous couvrent. Ne suis-je pas assez bien pour votre regard? »

Et elle gratifia la fin de sa phrase en déposant ses lèvres sur celle du jeune homme. Aussi léger que le vent, aussi doux qu'une plume. Elle l'avait effleuré puis s'était rassise. La belle pouvait supporter bien des choses, mais pas qu'on l'ignore en s'intéressant à d'autres choses aussi futiles que ... des poutres!

« Je suis heureuse d'apprendre que vous serez ici pour quelques jours encore. Serez-vous occupé durant tout ce temps? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Lun 16 Fév 2009 - 20:00

La jeune semi-elfe avait ponctué la conversation d'une bien étrange façon. S'il s'était attendu à un baiser la part d'une courtisane, ç'aurait été quelque chose de plus langoureux et entreprenant. Elle lui avait ici offert un gentil baiser, un baiser chaste de petite vierge. A croire qu'elle cherchait à brouiller les pistes, à se faire passer pour la vertueuse servante de l'auberge. Quelque peu surpris, le grand diable jeta un regard interrogateur à sa compagne de tournée, puis sourit un peu gauchement. Il prit sa chope, qui cacha son visage, et, lorsqu'il la reposa lourdement sur la table de bois usée, il décocha une saillie à l'endroit de sa vis-à-vis.

"Si c'est ainsi que vous punissez mon attrait pour les poutres, je risque de passer le reste de la nuit à les fixer obstinément, espérant subir une nouvelle fois votre cruel châtiment."

Il ne lâcha cependant pas la créature du regard, songeant à on ne sait quel songe lointain. Malgré ses rêvasseries, ses yeux brumeux brillaient d'un éclat intense.

"Je suis certes ici pour quelques jours, mais mon roi pourrait requérir ma présence pendant de longues nuits de garde, ou se déplacer je ne sais où. Hélas, madame, il se pourrait bien que cette nuitée soit la seule que je puisse passer ici, à Yswllyra, en votre compagnie."

Et comme pour faire passer cette nouvelle, il absorba une nouvelle gorgée du nectar contenu par sa chope, les yeux toujours plantés dans le visage de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Lun 16 Fév 2009 - 20:38

La tournure des évènements plaisaient tout particulièrement à la petite elfe. Une étrange conversation qui partait d'une banalité exaspérante vers des insinuations nullement dissimulées. Et si les choses continuaient ainsi la pauvre table, qui servait de support à leurs verres, n'allait pas tenir bien longtemps. Mais l'elfe ne ria pas comme à son habitude face aux paroles prononçaient par l'écuyer, elle se contenta de sourire. Un sourire étrange, indéfinissable. Il cherchait à la provoquer, mais ses actions le contredisait. Il semblait ne plus pouvoir détacher ses yeux d'elle. Et elle ne semblait plus pouvoir quitter les mers qui la capturaient. Ou peut-être ne voulait-elle simplement pas les quitter de peur de voir se rendormir ce qu'elle avait mis un temps à éveiller.

« Voilà qui est intéressant à savoir » Dit-elle, une subtile et charmante menace planant dans sa voix. Elle ne lui laisserait plus l'occasion de se perdre dans des contemplations inutiles. Il ne verrait plus qu'elle.

Et tandis qu'il s'hydratait le gosier, la petite reine se leva de son trône. Fit le tour de la table et se pencha par-dessus les épaules de son compagnon, enroulant ses bras fins autour de son cou.


« Une seule nuitée dîtes vous ... J'en suis attristée d'avance. » Souffla-t-elle dans le creux de son oreille « Moi qui commençait tout juste à vous apprécier vraiment ».

Une part de vérité, une part de mensonge. Comme toujours. Mais où était le vrai du faux dans ce qu'elle venait de dire. En cette nuit, la reine avait décidé d'accorder ces faveurs à ce preux chevalier si celui-ci s'en montrait digne. Encore fallait-il qu'il les accepte. Mais Méav n'accepterait aucun refus. On ne refusait rien à une reine ... Si seulement la joli petite elfe savait à qui elle avait à faire.


Sans attendre, elle s'éloigna laissant planer son parfum derrière elle comme un chemin qu'il fallait suivre pour atteindre des lieux interdis et reprit sa place en faisant signe au tavernier de les resservir et sans plus attendre elle finit son breuvage. Elle évalua de son oeil expert la condition de son compagnon et s'amusa de voir qu'il était toujours aussi ... sobre. Peut-être aurait-elle un peu plus de mal à saouler ce bel orthodoxe. Mais qu'importe, elle n'aurait peut-être pas besoin de procéder comme avec les autres.

« Je devrais peut-être demander la permission à votre roi de vous emprunter quelques temps » Dit-elle en riant. Comme si cela risquait d'arriver. La scène lui apparut clairement et elle manqua presque de s'étouffer elle-même tant elle s'imaginait le visage du roi face à sa demande.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Lun 16 Fév 2009 - 21:59

Lorsqu'elle vint capturer sa nuque de ses mains fines, l'écuyer avait l'air de chercher son bâteau. Être ici flatté par les doigts de cette créature, dans un tel lieu, cela devait rompre la routine. Il ne sut relâcher son regard, comme mal à l'aise devant la déclaration de la catin. Il repti cependant ses aises, la regarda s'asseoir en face de lui et sourit presque. Il s'adossa pesamment sur le mur en bois, qui gémit légèrement, pour avoir une meilleure vue de la scène. Il frotta son cou d'un geste absent, ingurgita une nouvelle gorgée du liquide qu'on lui servait en espérant que la petite elfe tenait assez l'alcool. Quant à lui, ses joues avaient rosi, sous l'effet du nectar, sûrement.

"Mon roi, j'en suis persuadé, m'accorderait sa bénédiction sur-le-champ. Cependant, pardonnez mon esprit retors, mais j'ai l'impression que vous me draguez dans vos filets, jusqu'à votre lit... Cela ne me serait pas désagréable, bien au contraire, soyez-en sûre, toutefois, je crains que tout l'or que je possède cette nuit ne suffira point à vous sustenter, sourit-il, feintant le désespoir."

Il baissa les yeux, l'air faussement résigné. Pour oublier sa déveine, il plongea son nez dans sa chope, emportant une longue rasade du jus alcoolisé au fond de son ventre. Le parfum entêtant de la fille de joie occupait toujours l'atmosphère enfermée de l'auberge, espérant quelque grâce de la part de la courtisane.

Evitant le regard de sa vis-à-vis tout en faisant une référence ironique à cette chose qui avait donné envie à la jeune elfe de lui offrir un baiser, il recommença à fixer les poutres apparentes de l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Mar 17 Fév 2009 - 11:27

Méav prit un air faussement vexée tandis qu'elle jouait avec sa chope pleine. Plus d'une fois, celle-ci manqua de se renverser, ou du moins donna cette impression.

« Allons, je ne vois vraiment pas de quoi vous parlez ... Mais puisque vous évoquez le sujet c'est que celui-ci à du traverser votre esprit et si vous ne vous jugez pas assez fortuné pour vous offrir mes faveurs alors ... »

Elle haussa les épaules et les mains, un air désolé peint sur son joli minois. Elle l'avait bien dit, ce joli garçon devait mériter ses faveurs, même si elle était prête à les lui accorder à n'importe quels instants. Courtisane oui, prostituée non. Son corps, elle était seule maitre d'en décider ce qu'il lui adviendrait. Et puisque cette situation sortait du domaine de son travail et qu'a priori elle ne serait pas payée, le galant allait devoir se montrer digne d'elle. Et une idée germa dans sa tête. La demi-sang se pencha une fois de plus en avant, laissant le champ libre à son compagnon de balader ses yeux sur sa poitrine largement exposé par le peu de tissu qui la dissimulée et agrippa l'avant de ses vêtements d'une poignet ferme pour l'attirer vers elle.

« Ne me poussez pas à bout. Ne regardez que moi » Roucoula-t-elle en glissant sa langue sur ses lèvres, un sourire malicieux, un regard pétillant.


« J'ai une idée » Dit-elle sans le lâcher, garder son visage prêt du sien. « Si vous souhaitez passer la nuitée avec moi et je comprendrais que oui, mais pas que non, faisons un échange. Je vous laisse trouver ce que vous pourriez m'offrir cela va de soit ... »

Puis elle se pencha un peu plus en avant, décollant de son siège pour approcher ses lèvres de son oreille lui laissant ainsi l'occasion de se plonger dans les effluves de son parfum. Comme si ce qu'elle avait à dire ne devait être entendue de personne d'autre.

« Et de vous à moi j'espère que vous trouverez du premier coup quelque chose digne de moi ... »

Il avait un essai, et un seul. La Dame était sévère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Mar 17 Fév 2009 - 18:38

La jeune femme faisait preuve d'une force pour le moins étonnante de la part d'une douce créature de la nuit. Elle faisait également montre de beaucoup de volonté quant à la petite affaire qui l'occupait. Pouvait-on d'ailleurs décemment parler d'affaire alors qu'on est en présence d'une traque ? Que faisait donc la demi-elfe sinon chasser le nordique sauvage, au milieu de ce bouge ? Ne s'offrait-elle pas un peu de chair fraiche ?

Cobmle de la vanité, elle voulait à présent qu'il lui offre quelque présent. Elle qui s'était métamorphosée en proie, voilà qu'elle venait demander le dû du prédateur. Amusé par de telles manières, le grand diable sourit.

"Arrêtez... vous allez me faire mal, dame, plaisanta-t-il en jeta un regard à cette main si fine qui empoignait sa manche d'une manière si autoritaire. Et puis si vous persistez à entraver mes mouvements, comment voulez-vous que je vous offre mon cadeau ?"

La courtisane se rapprocha encore un peu plus, forçant son regard (d'homme, après tout) à constater que sa tenue était dangereusement échancrée, obligeant ses poumons à respirer les fragrances agressives de son parfum capiteux. Etait-ce donc le parfum seul enivrait ses sens ? Faisant retraite doucement, il écarta son nez de l'odeur attractive qui envahissait son cerveau, plongea sa main dans l'une des grandes poches de son manteau encapuchonné et en ressortit son poing fermé, dont s'échapper une étrange lueur azurée.

Prolongeant son geste lent à hauteur de la poitrine irrévérencieuse de sa vis-à-vis, il baissa son regard jusqu'à la paume de sa main, qui s'épanouit doucement, laissant entrevoir une pierre d'un bleu lumineux. Le bijou était certainement magique, car jamais les pauvres torches de l'auberge aurait pu faire luir d'un tel éclat cette pierre précieuse transpercé par un collier fin et dont l'argent pourtant clair semblait ternir par rapport au bleu hivernal qui battait dans la main du grand diable. Elle était de la même couleur que le regard clair de la courtisane, semblait-il.

Sans relever la tête, l'écuyer chuchota, à l'oreille toute proche de sa compagne de chope.
"Quelle coïncidence et quelle chance pour moi, vous ne trouvez pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Sam 21 Fév 2009 - 18:12

Méav se contenta d'un drôle de sourire lorsque l'écuyer lui annonça qu'elle risquait de lui faire mal. Au vu de sa corpulence il lui faudrait bien plus qu'une petite empoignade. Et d'ailleurs comment s'en sortirait-il si leurs lames venaient à se croiser? La petite elfe manqua de rougir face à cette pensée. Sa serait sûrement fantastique. Après évaluation de ses bras, de son équilibre, ces petites choses qu'elle voyait rapidement après un bref regard Méav sentit comme l'envie de danser quelques pas mortel ... L'ombre en elle bouillonnait tellement il en avait assez d'être enfermé dans ce corps mis à seul profit d'éveiller les désirs des hommes. Elle laissa Athicus s'éloigner d'elle, de seulement quelques centimètres, ses yeux braqués sur sa main. Et ceux-ci s'agrandirent quand il découvrit le contenu de sur sa paume.

" Oh "

Méav fit une petite erreur. Elle se pencha d'avantage sur la pierre laissant sa nuque en évidence, vulnerable au moindre coup. Si cet homme avait des intentions malveillantes, n'était pas intimidé par la proximité de leur corps, et était assez rapide il aurait pu facilement faire rouler sa joli tête blonde sur le sol. Mais l'elfe était trop absorbé par sa contemplation pour s'en rendre compte. C'était sûrement l'une des plus jolis pierres qui avaient été donnés de voir. Et elle frissonna à la voix de son compagnon, toute proche de son oreille.

Elle releva doucement son visage vers lui, muette. C'était bien la première fois que quelqu'un, un homme qui plus est, la prenait au dépourvu. Elle ne s'était pas attendue à une telle chose. Aussi rapidement. Et que faisait un écuyer avec une telle pierre? L'avait-il trouvé? Gagné? Volé? Et celle-ci ne semblait pas être une pierre précieuse de tout les jours, elle semblait posséder des vertus magiques... La main autoritaire de la petite courtisane remonta le long du cou d'Athicus jusqu'à sa mâchoire, et du doigt elle s'amusa à en tracer les traits.


" Quelle chance en effet " Dit-elle en marquant une pause " Comment pourrais-je vous refuser quoi que se soit en pareille circonstance " Chuchota-t-elle, proche, si proche de cet homme qu'elle ne connaissait pas. Son petit nez frémissait de plaisir, et d'impatience. Puis elle pencha son visage sur le coté et reprit prêt d'elle sa main pour pouvoir s'emparer de sa choppe.

" Où l'avez-vous ... trouvé ? " Susurra-t-elle, intéressée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Dim 22 Fév 2009 - 19:32

La courtisane avait transformé l'entrave de ses serres en caresses, flottant tranquillement sur le cou et le bas du visage du grand diable, qui s'opiniâtra dans son rôle passif, impavide. L'écuyer et son éphémère compagne se fixèrent dans le silence sombre que déployaient les lumières mourantes des torches et des braseros du rade. Et puis elle prit de nouveau la parole ; le présent était acceptable. Il semblait même plaire. Etonnant. Mais la fille de joie brisa de nouveau l'instant et se mit en tête de questionner le fils de la foudre.

Elle ne semblait jamais repue, dotée d'une curiosité dévorante et maudite qui la forçait à cracher ses questions et recevoir les réponses qu'elle quêtait. Le grand diable ne fut pourtant pas déboussolé par le laps de temps (si court) qu'il fallut à la semi-elfe pour reprendre ses esprits, pour dissiper les vapeurs d'émerveillements qu'avaient dégagé les couleurs irisées de la pierre magique. Au contraire, tandis qu'elle contemplait encore le joyau, il profita de ce léger temps de flottement pour se saisir de sa main et la tirer jusqu'à lui. Jusqu'à son épaule, où il la posa presque d'autorité sans pour autant la lâcher.

La capture de la main avait entraîné tout le corps de la jeune femme un peu plus près du fils de la pierre, et son visage, de nouveau, pouvait percevoir la respiration longue et lente de l'écuyer.
"Cela n'est pas dans notre accord. Et alors que je remplis ma part du marché avec un certain zèle, voilà que vous esquivez vos obligations, comme s'il vous était devenu difficile de les observer. Ce que vous m'avez promis serait donc un si lourd fardeau pour vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Dim 22 Fév 2009 - 20:28

Alors qu'un nouveau rire naissait de sa gorge, ses épaules se mirent à trembloter sous les secousses. La réaction de l'écuyer amusait la joli petite elfe. Avait-elle touché un point sensible en évocant sa dernière question? Etait-ce là un sujet qu'Athicus voulait éviter.

" Vous me faites mal ... "

Souffla-t-elle au visage de celui qui capturait son regard. Avec autorité, il empoignait son fin poignet, mais c'était un mensonge que de dire qu'elle avait mal. Elle avait subit bien pire qu'un homme peu délicat dans ses manières. Mais comment allait-il deceler le mensonge? Elle souriait pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de sourire d'émerveillement devant cet homme qui ne tombait pas bêtement dans ses charmes. Une petite difficulté mise sur son chemin si tranquille.

" Allons allons, je suis une Dame de parole " Susurra-t-elle " Vous aurez votre dû " Continua-t-elle sans s'éloigner de celui qui la tenait comme prisonnière contre son corps. La posture elle même qu'adoptait les deux protagonistes amusait la demi-sang. Quelques regards s'étaient tournés vers eux puisque dans son geste, Athicus avait obligé Méav à lâcher la chope qu'elle tenait, et qui était allé se briser sur le sol. De plus elle avait cogné la table en étant tiré vers l'avant.

Elle posa sa joli tête blonde sur l'épaule de son compagnon et glissa son bras valide derrière son cou.

" Je voulais juste être sur que vous n'aviez pas pris ce joli joyaux dans les coffres de votre bon roi ... " Roucoula-t-elle à son oreille " Je serais en bien fâcheuse position s'il venait à être découvert dans mes affaires alors qu'il n'avait rien à faire là ... N'est-ce pas? "

L'ombre se glissait dans un jeu dangereux. Celui qui payait réclamé son dû, mais la maligne en voulait plus. Comme si elle ne savait pas quand s'arrêter. Pousser les limites jusqu'au bout pour voir jusqu'où elle pouvait avancer sur la fine corde. Elle déposa un baisé tendre, et chaud dans le cou de son compagnon d'un soir.

" Je serais votre plus beau songe, pour une nuit " Dit-elle, la paume de sa main valide en évidence pour recevoir la joli pierre brillante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   Lun 23 Fév 2009 - 19:00

Le grand diable sourit un peu après la dernière prétention de la courtisane qui l'enlaçait doucement, mais toujours un peu plus. Son odeur s'était faite encore plus entêtante, presque insupportable lorsque la semi-elfe vint caresser son cou de ses lèvres chaudes, approchant toujours un peu plus sa chevelure d'or de son nez et de ses yeux. L'homme relâcha lentement le fin poignet qu'il avait jusque là maintenu avec constance, tandis que son regard fixait la paume ouverte de sa vis-à-vis.

"Mon plus beau songe ? Je vous trouve bien présomptueuse," chuchota-t-il en tendant la pierre précieuse vers la main valide.
Mais au lieu de lui donner le joyau, sa main continua sa course, descendant jusqu'aux hanches de Méav. L'autre bras de l'écuyer en fit de même, et bientôt les grandes mains de l'homme vinrent se plaquer dans le dos de la courtisane. Musclés, ils la tirèrent vers leur maître avec facilité et calme, ramenant Méav sur les genoux de son compagnon, ne relâchant pas leur emprise, qui se transforma lentement en étreinte.

Comme pour faire taire toute rébellion, le grand diable approcha ses lèvres de la fille de joie et l'embrassa. Le baiser languide se prolongea un long instant, puis l'écuyer, fixant du bleu de ses yeux la femme qu'il avait capturé, dit.

"Malgré les apparences, je suis un honnête homme, dame. Le joyau que je vous offre, personne ne vous le réclamera jamais."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au coeur de la basse ville   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au coeur de la basse ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le Nomade et la Lamia, auberge perdue dans la basse ville
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 4-