AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les jardins [PV Eleade]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les jardins [PV Eleade]   Mar 24 Fév 2009 - 17:06

[Pour le moment, ce sujet est spécifiquement pour Eleade et moi. Toutefois, si vous voulez vous y greffez, vous pouvez m'envoyer un MP et je verrai si ça colle.]

Le soir
Premier jour
Onzième semaine
An 835


Cassya avait passé une bonne partie de la journée à jouer de la musique dans ses appartements au palais. Son père étant fort occupé, elle avait passé une autre journée toute seule. Il n'y avait pas si longtemps, elle aurait probablement profiter du soleil avec Siran. Dans ces instants de plus grande solitude, il lui arrivait de le haïr pour être parti ainsi en la laissant seule avec elle-même. La cour était une bête sauvage derrière un masque de civilité, et elle ne laissait que bien peu de place à la faiblesse. L'après-midi ne lui avait été d'aucun secours et elle s'était morfondue dans le salon Fin'lay avant de finalement observer le coucher du soleil à l'horizon.

L'heure du repas avait sonné et elle avait mangé seule dans ses appartements. Il était rare qu'elle soit conviée à la table royale, même si elle passait le plus clair de sa vie au palais. Son père par contre y était souvent, en sa qualité de conseillé du roi. Cassya mangea sans grand appétit et laissa plus de la moitié de son plat intact. Après quelques instants d'immobilité, la jeune noble descendit au jardin, comme elle le faisait souvent du temps que Siran était encore là. Chaque fois, elle avait espoir de l'y voir.

Les couloirs étaient silencieux. Cassya écoutait distraitement le bruit léger de ses pas sur la pierre puis elle passa sa mince cape sur ses épaules afin de se protéger de la petite brise nocturne. Les lanternes avaient été allumées, traçant un chemin à travers les bosquets, les arbres et les fleurs. La jeune fille sentit son coeur se serrer. Elle leva les yeux vers la lune.


" Oh Siran... " souffla-t-elle.

Cassya prit place sur le banc juste à côté. La brise nocturne souffla sur son visage pâle. Des larmes coulaient délicatement sur son visage fermé. Ses yeux dorés fixaient intensément la lune, comme elle l'avait si souvent fait quand le Prince était encore là. La jeune fille essuya ses larmes. Elle soupira longuement avant de baisser les yeux sur ses mains jointes sur ses cuisses. Un petit bruit lui fit relever la tête. Cassya se leva rapidement et fit une gracieuse révérence.


" Votre Majesté " dit-elle, surprise de voir la Reine dans les jardins.
Revenir en haut Aller en bas
Eleade-Bennefoy
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 71
Age : 23
Age : 38 ans
Fonction : Femme du roi Nordique
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Les jardins [PV Eleade]   Mar 24 Fév 2009 - 18:00

Eleade se sentait emplie d'une tristesse sans fin, fixant le magnifique miroir qui se présentait à ses yeux, devant elle, sans même le voir. Assise sur une humble chaise dans sa chambre, elle ne cessait de penser à Siran, son tendre fils qui la manquait énormément. Sans oublier Telak qui venait de disparaître, très certainement enlevé. Pourquoi tout cela devait-il lui arriver? Qu'avait-elle fait pour mériter cela? Plongée dans ses songes, elle ne remarqua même pas que l'heure du repas passait gentiment. Lorsqu'elle en émergea, il était trop tard: elle venait de faire faux bond à, non seulement tous les invités du repas, mais aussi son très cher époux, le Seigneur Nordique Ardiosis Bennefoy. L'amour qu'elle ressentait pour lui n'avait guère changé. Toujours aussi passionné, aussi tendre, il paraissait devoir rester ainsi infiniment. Et cela pour le plus grande plaisir de la reine. Elle ne se voyait point vivre sans cet homme qui représentait toute sa vie. Sans lui, elle n'était rien, tout simplement. Et comment vivre avec...rien? La faim ne se présentant pas, elle ne jugea pas utile de descendre en cuisine, ne serait-ce que pour piquer quelque chose à grignoter. A quoi bon manger sans en ressentir le besoin ? De toute manière, depuis que Telak, lui aussi, avait disparu, elle ne faisait que picorer ce qui se présentait dans son plat.

Enfin, Eleade Bennefoy observa attentivement son reflet dans le miroir. Ses longs cheveux bruns détachés retombaient galamment dans son dos. Elle se devait d'atténuer les légers cernes qui avaient pris place sous ses yeux verts animés par une lueur mélancolique et pleine de douleur. Car toutes ses craintes, ses soucis se répercutaient durement sur son sommeil, sur sa vie. D'ailleurs, elle passait la plupart de ses nuits allongée sur le côté, à observer le mur, son regard vide témoignant de son unique présence physique. Par conséquent, donc, de l'absence de son esprit, celui-ci vagabondant au loin. Décidée à se changer les idées, elle se maquilla et coiffa ses cheveux d'un simple chignon. Puis, elle se leva d'un mouvement. Elle passa sa fine main à plat sur sa robe verte qui s'accordait particulièrement bien à ses yeux, cela pour atténuer les plis.

Enfin, la reine sortit silencieusement de la pièce et laissa ses jambes la guider vers ce jardin qu'elle aimait tant. Voir toutes ces belles fleurs resplendissantes ne pouvait que lui faire du bien. Sans oublier que l'air y était frais, pur. Elle y parvint en peu de temps. Et une fois qu'elle y parvint, elle ferma les yeux et inspira une grande bouffée d'air. Elle se sentait déjà mieux. Lentement, elle marcha dans le jardin, s'arrêtant parfois pour caresser les pétales d'une fleur et sentir sa bonne odeur. Puis elle continuait son chemin. C'est alors qu'elle remarqua la présence d'une jeune femme qui paraissait bien triste. N'était-ce donc pas la ménestrelle favorite de son mari et elle-même? Elle se rapprocha un peu pour constater qu'elle avait juste. La musicienne s'inclina devant la reine qui ne put empêcher un pauvre sourire de s'étirer sur ses lèvres. Elle posa une main apaisante sur son épaule et déclara d'une voix extrêmement douce:

« Bien le bonjour, jeune barde. Relève-toi, je t’en prie. »

Elle s’efforça de sourire de manière plus convaincante une fois la jeune fille ayant relevé sa tête. D’un simple geste, elle l’invita alors à faire route avec elle. La jeune Cassya Fin’Lay avait été une amie de son très cher fils, Siran Bennfoy. Elle les avait, de nombreuses fois, surpris à marcher ensemble dans ce jardin. Ce dernier devait donc rappeler bien des souvenirs à la pauvre musicienne qui regrettait, très certainement, le départ de Siran. D’ailleurs, lui en avait-il parlé avant de s’en aller ? Cela, Eleade l’ignorait. Car elle n’avait eu l’occasion de reparler à la ravissante Cassya depuis. Peut-être allait-elle être quelque plus éclairée en cette belle soirée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les jardins [PV Eleade]   Mar 24 Fév 2009 - 18:27

Cassya frissonna lorsque la reine posa sa main sur son épaule. Cette femme était si gentille et si douce. Parfois, la jeune noble se demandait comment la Reine faisait pour être aussi... parfaite. Elles n'avaient eu que peu de temps pour discuter, mais c'était une femme qui savait se faire aimer de tous. Elle était belle et intelligente et avait mis au monde un garçon au moins aussi extraordinaire qu'elle. La ménestrelle chassa cette dernière pensée en sentant que même son orgueil suait sang et eau pour contenir tout le souvenir que l'endroit évoquait pour elle. Surtout, elle ne pouvait pas céder devant la Reine.

Cassya obéit promptement à la reine et se redressa en tentant de maîtriser le flot d'émotions qui venait se buter au barrage de son orgueil. Un pâle sourire répondit à celui d'Eleade. Elles étaient là, toutes les deux à se sourirent même si aucune d'elles n'avaient la force d'être heureuses en ces temps troubles. La jeune femme suivit le mouvement de la Reine des yeux, comprenant qu'elle l'invitait à marcher avec elle. Un poignard s'enfonça sauvagement dans le coeur de Cassya qui avait une envie folle de pleurer toutes les larmes de son corps. Mais comme son père le lui avait appris, de gré, mais surtout de force, elle ne pouvait se permettre de céder pour quelques raisons que ce soit.


" Je ne m'attendais pas à vous voir. Si j'avais su... "

La jeune noble replaça une mèche de cheveux. Sa longue chevelure chocolaté avait été laissée libre, sous-entendant clairement qu'elle se trouvait mal préparée... Ce qui faisait ressortir un certain trouble chez elle puisque Cassya était réputée pour être une jeune fille toujours prête à tout. Elle avait fait sa renommée en étant parmi les filles de nobles les mieux éduquées. Son père, Irodarius, avait fait des pieds et des mains pour son éducation. Il avait une réputation à tenir en tant que Capitaine de la cavalerie lourde et conseillé du roi. Il avait parfois des mots durs pour sa fille, mais se vantait à la fois d'avoir dompté cette enfant qui serait devenue sauvage selon lui. Il faisait bien sûr référence au sang de nymphe qui coulait dans les veines de sa fille.

Parmi la cour, nombreux étaient ceux qui qualifiaient de militaire l'éducation de l'enfant Fin'lay, mais le résultat était spectaculaire et les prétendants affluaient. Mais encore sur ce point, Irodarius était inflexible. Il voulait un homme qui soit de rang égal ou supérieur au sien et les nobles présents sur cette liste étaient peu nombreux. C'était pour cette raison qu'Irodarius avait longtemps fait pression, par d'habiles sous-entendus et discours, pour que le prince Siran et sa fille s'épousent un jour. Malheureusement, son projet était tombé en miette quand le prince était parti. Les rumeurs allaient bon train et les nobles ne se gênaient pas pour déverser leur fiel sur le nom de Fin'lay.

Une rumeur particulièrement persistante prétendait que l'étrange maladie dont avait été victime Cassya, à peine deux jours après le départ de Siran, n'était ni plus ni moins qu'une tentative ratée de suicide, par amour pour le prince. Dans la noblesse, les sentiments amoureux étaient à proscrire ; cela rendait les histoires de mariage compliquées et menaçaient l'équilibre des choses. Fort heureusement, Cassya s'était remise sur pied depuis même si elle semblait encore un peu faible. Son père et elle avaient tout mis en oeuvre pour étouffer la fausse rumeur et elle avait fini par être oubliée.

La jeune noble caressait du bout des doigts les feuilles et les fleurs. Elle n'osait parler la première de crainte de dire quelque chose qui aurait pu blesser la reine, car le seul sujet qui lui venait en tête était, bien sûr, Siran. Cassya réfléchit à toute vitesse puis mis le doigt sur un sujet de conversation qui détournerait son attention de cette douleur cuisante dans sa poitrine.


" Les prêtres m'ont demandé de jouer au temple pour l'Erastide. J'ai ouïe que Sa Majesté y serait avec son époux. Est-ce bien vrai? "
Revenir en haut Aller en bas
Eleade-Bennefoy
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 71
Age : 23
Age : 38 ans
Fonction : Femme du roi Nordique
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Les jardins [PV Eleade]   Dim 8 Mar 2009 - 16:02

[Bon et bien premièrement, je m'excuse du retard ... semaine chargée, manque de temps et d'inspiration, j'avoue. Bien que mon taux d'inspiration ne soit pas au mieux, je vais tenter une réponse au pire satisfaisante... En espérant que lire mon texte ne sera pas désagréable...x)]

Eleade, bien souvent, se perdait dans ses pensées profondes. Son caractère voulait que la mélancolie fasse partie de sa personne. Et tous les évènements qui s'étaient déroulés dans sa vie l'empêchaient d'être pleinement heureuse. Comment oser parler de bonheur si son mari avait tant changé, s'était fait tant d'ennemi et si son propre fils s'était évadé pour se retourner contre son père? Bien que les agissements du Seigneur Nordique ne fussent des plus correctes, jamais la reine ne l'abandonnerait. Jamais une telle possibilité ne s'était initiée dans son cœur. L'amour qu'elle éprouvait pour lui était bien trop fort, bien trop solide pour qu'il se détruisît à cause du changement de la personne aimée. Peut-être Ardiosis souffrait-il. Quoi qu'il arrive, elle serait toujours là pour lui, comme il avait toujours été là pour elle. Elle avait autant besoin de lui qu'il avait besoin d'elle. Ils se complétaient, s'aimaient: se trouvait là la seule chose qui comptait aux yeux de la femme du souverain.

Malgré tout, Eleade ne pouvait s'empêcher de souffrir. Et, alors qu'elle se promenait dans le jardin, elle croisa la talentueuse musicienne que son mari et elle aimaient tant. La reine ressentit un certain soulagement à la vue de Cassya, cette ravissante jeune femme qui lui rappelait son fils. Parler avec elle ne pouvait que lui faire du bien. Rien que la présence d'une autre personne pouvait l'apaiser. Car la solitude ne s'avérait guère être un bon remède pour la reine. Et, en plus de cela, cette même demoiselle paraissait bien triste, elle aussi. Eleade lui avait remarqué un certain attachement pour Siran. Etait-ce cela qui lui privait de son charmant sourire? Y avait-il autre chose, un fait grave? La triste mère ne voulait s'incruster dans la vie privée de son actuelle interlocutrice. Mais son instinct maternel la poussait à vouloir l'aider, à la consoler, l'apaiser. Aider avait toujours été une grande envie pour Eleade Bennefoy qui ne parvenait à supporter la malheur des autres. Elle tenta de rassurer la jeune femme:

" Nous ne sommes que nous deux, ne t'en fais pas pour cela... Considère-moi comme une simple noble conversant avec toi. Je ne suis ni plus ni moins que toi. Je n'ai qu'eux la chance de tomber amoureuse d'un homme qui s'avérait être de sang royal, jeune demoiselle.
Je ne peux t'en vouloir d'adopter un comportement entièrement humain. L'homme n'est pas parfait, c'est ce qui fait son charme."


Elle ponctua sa phrase d'un nouveau sourire qu'elle espéra convainquant. La reine n'avait qu'entendu de bons échos quant à l'éducation que la fille Fin'lay avait reçu de son père. Ce dernier n'avait, parait-il, rien laissé passé. Et le résultat était là, encourageant. Pourtant, la jeune fille n'était encore mariée... Eleade n'en connaissait guère beaucoup sur la vie de la barde, si ce n'est quelques banalités. De nombreuses rumeurs avaient couru à son regard, à ce jour oubliées pour la plupart. La reine, elle, n'avait octroyé une grande attention à ses bruits, jugeant inutile de se baser sur ceux-ci bien souvent faux.

" Je dois t'avouer que je ne peux répondre à ta question, n'en ayant encore guère parlé avec mon époux. Mais rater une occasion de t'entendre jouer ne pourrait que m'attrister. C'est pourquoi, j'espère pouvoir être présente. "Puis, un instant, Eleade Bennefoy laissa le silence s'installer. Seul le bruit de leurs pas dans l'herbe se faisait entendre. Le léger vent qui venait de se lever parcourait les traits de son visage détendu. Et aussi subitement qu'elle était venue vers Cassya Fin'lay, elle lui demanda alors:

" Si je puis me permettre une telle question, que t'a-t-il amené dans ce beau jardin? "Elle n'attendait pas forcément une longue réponse, ne posant cette question que par pure curiosité.

[Affreux ... je suis vraiment désolée je ne suis vraiment pas du tout fière de mon texte -_-'' Je tenterai de me rattraper au prochain post. En espérant que cela ne t'empêchera pas de répondre sans difficulté apparente!]


Dernière édition par Eleade Bennefoy le Mar 10 Mar 2009 - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les jardins [PV Eleade]   Lun 9 Mar 2009 - 14:09

Cassya acquiesça doucement à la réponse de la Reine, un sourire léger flottant sur ses lèvres. Elle s'efforçait au moins de ne pas laisser paraître cette douleur qu'elle portait comme un fer dans son coeur depuis le départ de Siran. L'idiot! Elle s'était faite la sotte promesse de lui dire ce que son orgueil lui faisait taire depuis tant de temps si elle le revoyait un jour. Même s'il y avait peu d'espoir qu'elle puisse lui reparler, elle s'était accrochée à cette mince chance. Pourtant, elle savait au tréfonds d'elle-même que ce serait un aveu fort difficile à faire. La jeune fille se sentie flatter que la Reine aime l'écouter jouer et chanter. C'était quelque chose qu'elle adorait faire, mais en plus cela plaisait à la femme qu'elle admirait le plus et qu'elle prenait parfois comme modèle. Comme Cassya n'avait pas eu de mère, elle avait prit la souveraine comme icône féminine dans sa vie et même si elle n'avait été que très peu de fois aussi près d'elle, la jouvencelle l'avait observée de loin et écoutée.

Le silence qui suivit permis à Cassya de suivre tranquillement le cours de ses pensées, absorbée dans ses réflexions. Elle sentie la brise soufflée en toute quiétude dans ce jardin de calme. Puis elle fut brutalement ramenée à la réalité lorsque la question d'Eleade fusa de nulle part. La jouvencelle posa rapidement une main sur son coeur qui avait bondi dans sa poitrine à la simple idée de la réponse. Cela faisait si mal de venir ici et d'évoquer un passé pas très lointain où elle s'était cru dans un cocon indissoluble. Quelle sotte! Cassya s'arrêta, observant la Reine avec stupéfaction. Après quelques secondes, elle baissa enfin le regard et sa main retomba le long de son flanc. La jouvencelle se détourna un peu, de profil à son interlocutrice pour répondre :


" Prince Siran et moi venions souvent ici. Nous nous étalions dans l'herbe pour observer les nuages ou les étoiles. Je savais que si je n'allais pas, je pourrais sûrement le trouver ici... et il chasserait mes sombres pensées. Il était... Il comptait tant pour moi, et il a disparu si subitement que je n'arrive toujours pas à y croire. C'est comme si tout cela n'était qu'un horrible cauchemar. Je cherche encore sa trace ici, j'imagine. Ou bien peut-être que je veux rendre encore plus vive cette douleur qu'il m'a laissé... Pour ne pas le perdre, en quelque sorte. "

Cassya leva les yeux vers le ciel. Son regard brillait de larmes, mais il était clair qu'elle les contenait de peine et de misère. Elle avala difficilement sa salive au travers de sa gorge serrée d'appréhension. La jeune fille pinça les lèvres un bref moment puis tourna son visage vers la Reine en réalisant à quel point cet aveu pouvait être compromettant pour elle. La jouvencelle s'inclina rapidement devant sa souveraine.

" Je suis navrée. Je n'aurais pas dû vous en parlez... "

La noble jeune femme savait que ce sujet était sûrement au moins aussi douloureux pour elle que pour sa Reine. Elle n'osait qu'espérer que ses paroles ne ferait pas de mal à Eleade. Elle s'en voudrait tant d'avoir ouvert une plaie encore toute fraîche. Cassya garda l'échine courbée, repentante de sa parole trop facile et du peu de retenue dont elle avait fait preuve.

[HRP : Ton poste était très bon, voyons!]
Revenir en haut Aller en bas
Eleade-Bennefoy
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 71
Age : 23
Age : 38 ans
Fonction : Femme du roi Nordique
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Les jardins [PV Eleade]   Dim 15 Mar 2009 - 14:38

En premier lieu, à la réponse et à la réaction de la jeune Cassya, la surprise frappa la reine Bennefoy de plein fouet. Que la jeune fille lui parle avec tant de franchise, de sincérité, la touchait énormément. Elle ne s'attendait guère à entendre la vérité, ni même à ce qu'elle lui dévoile l'attachement qu'elle éprouvait pour Siran, bien que ce fait eût été la source de certaines rumeurs peu sympathiques. Peut-être était-ce parce qu'elle savait pertinemment que l'épouse royale n'était dupe et avait deviné une partie de ce qui les reliait? Cela si Siran ne lui avait rien dit, bien évidemment. Ou peut-être était-ce tout simplement parce qu'elle se devait de ne point mentir à un membre de la famille royal? Ou peut-être encore était-ce parce qu'elle n'avait pris pour habitude le mensonge et que, même si cela devait lui faire révéler des faits qui lui procuraient un énorme mal, ses paroles ne seraient que vérité ... ? Quoi qu'il en soit, la reine savait que sa question n'avait fait que lui rappeler de doux souvenirs qu'elle regrettait de ne pouvoir revivre à ce jour. Et elle s'en voulait de n'avoir posé une autre question plus anodine.

Mais, et bien plus qu'elle ne l'aurait cru, entendre parler de son très cher fils provoquait d'atroces douleurs à Eleade. Elle sentait son coeur se serrer un peu plus à chaque battement. Sa gorge devint sèche, elle serrait ses fines et douces mains tant et si fort que ses ongles risquaient de pénétrer la chair. Elle s'efforça tout de même, pour ne point provoquer de mal aise à son interlocutrice, de paraître calme et détendue. L'expression de son visage ne trahissait aucune peine, si ce n'est leurs traits qui s'étaient durcis. La reine savait que si elle laissait ses muscles se relâcher, elle ne pourrait retenir longtemps les larmes qui souhaitaient se glisser sur ses joues. Malgré que ses muscles fussent extrêmement tendus, elle respira calmement et adopta une démarche qu'elle espérait un minimum souple et gracieuse. La démarche qu'elle adoptait en temps normal tout naturellement.

Puis vint un sentiment d'amour profond envers cette jeune demoiselle qui s'était tant attaché à son fils et qui lui avait, elle en était sûre, avait fait passé de si bons moments lorsqu'il se trouvait encore au château. Il ne manquait pas qu'à sa mère, cela s'avérait être plus qu'une certitude. Cette dernière pouvait partager sa peine avec plusieurs personnes qui regrettait ce jeune et charmant prince, comme cette talentueuse musicienne. Parler ne pourrait que lui faire du bien. Et que Cassya se soit lancé dans la conversation, encouragée involontairement par la question de la reine, n'était peut-être finlament pas si mauvais que cela. Toutes deux avaient besoin de laisser parler leur coeur. Et ce n'était guère avec Ardiosis qu'Eleade pourrait le faire. Son épouse le comprenait: comment ne pas en vouloir à un fils qui venait de vous trahir pour se positionner contre vous, dans le camp qui vous est ennemi? Surtout venant du Seigneur Nordique, sa réaction ne l'étonnait pas du tout. Et, malgré qu'il ait énormément changé ces dernières années, Eleade Bennefoy restait persuadé qu'il n'avait mérité cela.

Ses pensées revinrent pour Cassya Fin'lay, cette pauvre jeune femme profondément blessée par une absence qu'elle n'avait souhaité, bien au contraire.

" Cassya ... je comprends ta peine et tes regrets. Nous voilà nous deux, nous promenant tranquillement dans ce beau jardin et partageant la même douleur. Peut-être est-ce une occasion pour en parler toutes les deux. Car, j'en suis sûre, cela ne pourrait que nous être bénéfique. C'est pourquoi, je te somme de te relever. Tu as bien fait d'en parler. Je suis touchée par ta franchise. Heureuse que tu m'aies dit la vérité. Je t'invite, si tu le désires, à continuer sur notre lancée. Je souhaite tout de même que tu saches que tu n'es obligée de rien. Sens-toi libre de t'en aller si c'est ce que tu souhaites. Parler de Siran ne sera facile ni pour toi, ni pour moi. "Elle posa une main tendre et chaleureuse sur l'épaule de la barde et exerça une douce pression encourageante. Son sourire ne la quitta.

[HRP : Contente qu'il ne t'ait pas déplu =) Le manque d'inspiration pèse sur moi ces derniers jours. xD Désolée de toujours répondre tant de jours après ... J'espère retrouver cette si grande inspiration que j'avais auparavant pour les prochaines réponses que j'écrirai ... ! Je dois dire que la qualité de tes posts m'aide tout de même un peu =D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les jardins [PV Eleade]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les jardins [PV Eleade]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» DES JARDINS A VISITER
» JDR "Nains et Jardins"
» [UploadHero] Effroyables jardins [DVDRiP]
» Association Jardins du Monde
» Les jardins japonais.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 4-