AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]   Mer 4 Mar 2009 - 10:16

Premier post réservé à Eluthiel mais n'importe qui peut y participer !

Premier jour de la onzième semaine
Le matin


La Cour des Ombres était sans dessus dessous depuis l’annonce de l’enlèvement de Lady Elianä et de l’emprisonnement de son père, le très influent Lord Aziel’Da. Les ministres réclamaient justice pour ce collègue qu’on avait osé jeter dans un cachot humide, la famille implorait qu’on lui ramène époux et fille sains et saufs, les domestiques colportaient partout avec ardeur l’étrange nouvelle et le roi lui-même arpentait les couloirs de la Forteresse royale avec une agitation qui ne lui ressemblait guère. En somme, la Cour ne parlait plus que d’une seule et même histoire : celle des Aziel’Da. Car qui ne les connaissait pas au sein du château ? On racontait que leur famille était si puissante que le jeune Morzan ne pourrait refuser longtemps un mariage avec la fille aînée, Eliöna. Mais pour l’heure, il s’agissait surtout de trouver un moyen pour éviter l’incident diplomatique. Le monarque, après avoir réuni conseillers, ministres, capitaines et autres personnes susceptibles d’être concernées, avait décidé de se rendre lui-même au royaume des Humains pour négocier la liberté du père et pour éviter que la fille n’aille rejoindre son père … Mais ce n’était pas sans risque. Et il le savait parfaitement. Il s’entretint longuement en privé avec son demi-frère, le chef des armées, Nuran. On dit qu’il lui a remis une lettre le nommant monarque s’il ne revenait pas de son voyage en terres humaines … En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’il écrivit deux missives identiques : l’une pour sa précieuse amie Idril et l’autre pour sa nouvelle alliée, la reine des Elfes. Il informa les deux dames de son intention de rencontrer le Seigneur Nordique pour éviter une guerre civile au sein de son royaume et peut être même pour éviter une guerre ouverte trop rapide. Il glissa cependant une lettre personnelle dans celle destinée à la Reine des Amazones. Il sourit en pensant à la mine courroucée de la jeune femme quand elle lirait la missive. Aussi, il préféra la rassurer par une lettre plus intime. Le monarque était serein. Il était bien le seul. Deux hommes de confiance furent dépêchés pour porter les courriers. Et c’est ainsi que Aldor Turan arriva le matin du premier jour à la Tour Céleste, illustre bâtiment elfique. L’importance de la nouvelle avait voulu qu’il empreinte le portail magique, accompagné par deux soldats. Heureusement pour lui, cette voie de passage n’avait pas encore été bloquée aux Ombres. Un harassant voyage aurait dû être effectué le cas échéant …

L’émissaire, vêtu d’apparats somptueux aux couleurs de son peuple et ornés du symbole de Snotra, fut accueilli par un elfe aux traits nobles. Un religieux en vue de sa tenue. Il l’informa de l’objet de sa visite, en précisant que c’était un cas d’extrême urgence. Le prêtre se hâta d’aller prévenir un supérieur et le Temple s’agita à sa manière. Une dizaine de minutes plus tard, Aldor et les deux soldats étaient installés dans une voiture qui filait à toute vitesse vers la demeure royale. Une fois arrivés au pieds de l’illustre Tour blanche, ils furent pris en charges par d’autres Elfes qui, visiblement prévenus d’avance, se dépêchèrent de le conduire à l’intérieur.

- La Reine a été prévenue de votre visite. Elle va vous recevoir dans les plus brefs délais.

On proposa à Aldor quelques victuailles pour le faire patienter, mais il déclina courtoisement l’offre. Son estomac le tiraillait férocement. Il allait bientôt rencontrer la reine des Elfes ! On racontait que sa beauté n’avait d’égale que sa douceur. Aldor ne l’avait jamais vu. D’ailleurs, c’était bien la première fois qu’il visitait le royaume des enfants de Baldr. Il ne s’en aperçut qu’à cet instant. Il avait été trop obnubilé par sa mission pour le réaliser avant. Il se décontracta un peu et observa l’architecture elfique qui l’entourait. Puis l’officier elfique revint à lui et lui précisa :

- La Reine vous attend. Venez.

Aldor se releva, réajusta sa tenue et emboîta le pas de l’Elfe. On ne faisait pas attendre une Reine !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eluthiel GilRea
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 153 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Elfes
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]   Mar 17 Mar 2009 - 21:33

Le Conseil tant attendu depuis la disparition des souverains et le début des hostilités avec Ardiosis avait enfin eut lieu. Dans l’ensemble, Eluthiel était plutôt satisfaite de son entretien avec les souverains Ombre et Amazone. Ses premiers pas en tant qu’unique souveraine étaient sûrs et déterminés. Elle avait conscience que quelques personnes de son entourage ne partageaient pas son avis sur l’aboutissement du Conseil, mais l’âme de la souveraine était saine et apaisée. Tel un murmure venant d’outre-tombe, elle souffla discrètement quelques mots pour elle-même.

J’ai pris la bonne décision.

Dans quelques jours, deux généraux, dont son loyal conseiller Eowyr Gilmandel, partiraient dans les royaumes ombre et amazone afin d’y contrôler les effectifs et la force armée. Les Elfes, altruistes de nature, s’intéressaient aussi beaucoup à l’avis des peuples. Pour eux, rien n’était plus important que la motivation et le soutien du peuple à son souverain. Si les volontés du monarque se trouvaient contestées par ses sujets, alors les Elfes prenaient automatiquement le parti des contestataires. Pour eux, bien que le souverain représentait la tête, l’âme d’un royaume résidait avant tout en ceux qui y vivaient et le faisaient vivre : le peuple. Bien que certaines races ne comprirent jamais ce système, les Elfes continuèrent à respecter ce principe et le firent même devenir une de leur propre valeur.

Ainsi, les Elfes s’entendaient à merveille sur ce point avec les Nymphes. D’ailleurs, un grand respect et une complicité s’établirent entre ces deux peuples tout au long des siècles. En plus de leurs principes communs, on pouvait dire que l’environnement qui les entourait ne pouvait qu’amplifier cette entente. En effet les deux peuples habitaient dans la légendaire forêt de l’Ellendwraï, royaume végétal et mystérieux.

Une nouvelle semaine s’entama dans l’ère gwendirienne. La marche vers la guerre devenait de plus en plus inévitable. Eluthiel se retrouvait face à plusieurs conflits simultanés : tout d’abord à l’échelle du continent mais aussi à l’échelle de son royaume. En effet, la circulation des marchandises elfiques était de plus en plus compliquée et dangereuse et de nombreux marchands se faisaient attaquer par des groupes de brigands dans la forêt de l’Ellendwraï. En plus de cela, les taxes de passage aux frontières avaient tendance à augmenter ce qui ce répercutait sur les prix des denrées. Le royaume elfique allait bientôt commencer à entrer dans une crise. Ce fut en donc en ce matin du premier jour de la Onzième semaine qu’Eluthiel convoqua son ministre chargé des Biens et Valeurs et son Conseiller afin de résoudre les problèmes pécuniaires du royaume elfique.

Mais alors que l’entretien eut à peine commencé, une certaine agitation se fit entendre dans les couloirs de la Tour Céleste. On toqua alors à là porte de la Salle du Trône du Conseil. Un garde vint annoncer l’arrivée imminente d’un messager ombre par la porte magique du temple de Baldr. La Reine des Elfes comprit que le message devait être d’une haute importance pour n’être prévenue qu’au dernier moment.

Garde, amenez-le rapidement ici sans perdre un instant… Veuillez m’excuser cher Ministre, mais notre entretien est repoussé à plus tard dans la journée. Restez disponible, j’enverrais un garde vous chercher. N’hésitez pas à vous installer dans l’une de nos suites et à demander que des victuailles vous soient apportées.

Après avoir congédié son ministre, Eluthiel s’entretint rapidement avec son Conseiller.

Je suis inquiète Seigneur Gilmandel. L’arrivée d’un messager soudainement ne présage jamais rien de bon. La dernière fois que ceci est arrivé, j’ai appris que mon époux avait disparu dans les terres d’au-delà… Prions Odin, père de Baldr, pour que cette nouvelle ne soit pas funeste.

_________________

« La Bienveillance est sur le chemin du Devoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/elfe-eluthiel-gil-rea


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]   Lun 23 Mar 2009 - 21:08


Le trajet ne fut guère long et Aldor eut l’impression qu’il ne dura pas plus qu’une dizaine de secondes. Son esprit était si occupé à répéter le discours qu’il avait appris durant le trajet qu’il ne réalisa qu’une fois que le domestique elfique le lui eût dit, qu’ils étaient arrivés à destination. L’émissaire s’ébroua volontairement afin de reprendre sa contenance ! Fichtre ! Il était habitué au jeu de la Cour pour avoir servi Edin fidèlement pendant des années, une mission de plus n’avait pas l’effrayer ! Pourtant, le peuple de Baldr l’avait toujours fasciné et se retrouver à présent si proche de leur souveraine semblait l’intimider. Il acquiesça d’un hochement de tête quand son hôte lui demanda s’il était prêt à entrer dans la salle du Conseil et les lourdes portes s’ouvrirent progressivement. Aldor inspira profondément, garda la tête haute et entra d’un pas vif et assuré. A l’autre bout de la pièce, il put apercevoir la Reine Eluthiel et un Elfe imposant qui se tenait à ses côtés. Les légendes disaient donc vrai : Aldor n’avait jamais vu aussi belle femme. Lorsqu’il fût à une hauteur raisonnable, il s’inclina, salua et se perdit en révérences pompeuses.

« Votre majesté »

Lorsqu’il fût invité à se redresser et à annoncer l’objet de sa visite, l’émissaire Ombre ouvrit sa veste et y chercha la missive que lui avait confié son monarque. Il l’avait précieusement gardé dans sa poche intérieure, afin d’éviter tout ennui qu’aurait pu causer sa perte. Il la sortit délicatement et la tendit du bout des doigts comme s’il eût peur de l’abîmer à l’elfe qui accompagnait la Reine. Aldor s’était quelque peu renseigné sur les coutumes du peuple de Baldr, et il avait cru comprendre qu’un étranger ne pouvait pas avoir un contact direct avec les souverains elfiques. Il espérait ne pas avoir commis d’impair en remettant la lettre à celui qui semblait être un Conseiller et l’idée d’avoir offensé la Reine le saisit soudainement d’effroi. Une petit goutte de sueur froide glissa dans son échine.

La lettre était brève et tournée de manière très officielle. Aldor n’en avait pas eu connaissance, comme personne à la Forteresse. Le roi Morzan s’était isolé pour écrire à ses deux alliées et lorsqu’il était revenu, les deux lettres étaient scellées par un cachet de cire où l’insigne royal avait été frappé.

    « Votre Excellence,

    Je prends aujourd’hui ma plume pour vous annoncer officiellement l’emprisonnement d’un ministre Ombre, Lord Aziel’Da, à la cité impériale, sous l’ordre du Seigneur Bennefoy. Il est de mon devoir de me rendre à la Capitale humaine pour comprendre les raisons d’un tel comportement vis-à-vis d’un membre de mon Conseil. J’ignore si le Seigneur Nordique sera disposé à me rencontrer dans des conditions pacifistes. Je me permets donc de vous informer de mon déplacement afin que vous puissiez vous préparer au mieux à un éventuel incident diplomatique.

    Que la grâce de Snotra vous éclaire et protège les vôtres.

    Votre dévoué Seigneur Terinfiel. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eluthiel GilRea
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 153 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Elfes
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]   Dim 17 Mai 2009 - 14:02

[HRP : Désolée pour le temps d'attente =S]

Eowyr Gilmandel tenta de rassurer la Reine du mieux qu’il put. S’il était arrivé quelque chose à un des souverains du Gwendir, Eluthiel l’aurait su autrement et non par la simple venue d’un messager. En effet, pour la mort de Ledinborn, tout un cortège était venu lui annoncer. Ils étaient tous parés de noir, et les femmes présentes dans cet attroupement portaient un voile sombre, fin et délicat sur leur visage torturé de douleur. De douloureux souvenirs remontèrent à la surface mais d’un long soupir, Eluthiel les chassa au lointain, tentant de se tourner vers l’avenir qui l’attendait. Droite et fière, son visage serein et empreint de sagesse était tourné vers les portes de la Salle du Conseil, attendant avec une certaine impatience la venue du messager ombre.

Rapidement, les portes s’ouvrirent dans un grincement sonore. Tous les visages étaient tournés vers la frêle silhouette qui se trouvait à l’entrée. L’homme, d’apparence la trentaine, avait une longue chevelure noire jais et les yeux d’un bleu aussi profond que les eaux qui encerclaient le continent. Son visage était fin, pâle et raffiné. Son uniforme portait les couleurs du peuple des Ombres, noir et argent. L’Ombre s’avança d’un déterminé et assuré vers le trône. Le silence de la Salle était seulement rompu par le froissement de la cape du messager qui virevoltait à chaque fois que son possesseur faisait un pas. Après avoir salué pompeusement la Reine comme le voulait les règles de la Cour, il prononça ses paroles de politesse.

Bienvenue sur les terres des grands Elfes Nordiques, Messager. Je suis étonnée d’apprendre la venue soudaine d’un officier du roi des Ombres. Votre monarque se complaît à inquiéter ses alliés, et en particulier dans ce contexte de guerre… Quel est le motif de votre visite, fils de Snotra ?

Le jeune homme se releva alors et tendit une lettre à Eowyr. Il était en effet de coutume qu’un étranger ne s’adresse pas directement à la personne royale. Eluthiel apprécia cette attention et ne put qu’admirer encore une fois toute l’intelligence et la culture que possédait le peuple des Ombres. Bien d’autres peuples ne respectaient que peu les traditions de chacun. Mais les enfants de Snotra ont toujours eu ce don altruiste. Le Conseiller tendit à son tour la lettre à Eluthiel qui la décacheta rapidement. La lettre du Seigneur Morzan était plutôt brève et bien écrite. Les courbes de son écriture étaient plaisantes à admirer et reflétaient une maîtrise parfaite de la calligraphie.

Bien que succincte, la lettre demeurait pour le moins inquiétante. En effet, suite à l’arrestation d’un des membres de son Conseil, le roi comptait se rendre chez Ardiosis Bennefoy afin de comprendre les motifs d’emprisonnement. Il demandait alors à la Reine de se préparer à un éventuel incident diplomatique. Après la lecture de la lettre à voix haute, la Reine resta abasourdie.

Quelle inconscience… N’y-a-t-il pas assez de problème comme ça pour en plus provoquer le Seigneur Nordique ? Soit, je comprends son geste. Mais en tant qu’allié, j’aurais préféré que nous discutions ensemble, avec la jeune souveraine Calafas de cette visite à Ardiosis. Morzan Terinfiel n’a-t-il donc pas compris qu’à présent, les problèmes de chacun étaient les problèmes de tous. Comme il l’écrit dans la lettre, sa visite peut avoir un incident diplomatique. Je suppose qu’il a donc conscience que son attitude personnelle aura un impact pour tout le monde…

La reine s’adossa contre son siège. Elle tentait de réfléchir à une quelconque solution mais une légère pointe de déception l’empêchait de se concentrer totalement. Elle replaça les quelques mèches qui lui balayaient le visage, se redressa et quitta son trône pour aller se poster devant une fenêtre, les mains croisées dans le dos, tenant toujours la lettre.

Ma visite chez le peuple des Nymphes prévue pour le troisième jour de l’an 835 m’empêche tout déplacement dans le Nord du continent. De plus, cette annonce est si soudaine qu’elle ne me permet pas d’envoyer une quelconque aide à votre souverain… Je ne puis donc que me résoudre à suivre les directives de votre monarque, bien que cela ne m’enchante guère d’être prise au dépourvu. La jeunesse peut excuser certains comportements mais…

Eluthiel ne termina pas sa phrase. En tant que souveraine, elle se devait d’apprendre aux jeunes souverains la dure réalité des enjeux diplomatiques. Consciente d’être sévère sur ce point, elle décida d’opter pour la menace.

Messager, transmettez à votre souverain le message suivant : « Je préparerais comme convenu des troupes au cas où un impair se produit. Mais à présent, le peuple des Elfes souhaite être consulté pour toute démarche envers le Seigneur Nordique pouvant avoir des répercussions pour le reste du continent. Auquel cas, nous serions contraint de revoir les conditions de notre alliance ».

Eluthiel ne sut si elle avait réagi raisonnablement. En effet, elle avait l’impression que son instinct maternelle l’avait poussé à punir l’impulsivité du souverain dans le but de le protéger. Etant la plus expérimentée et âgée, elle avait pris inconsciemment Idril et Morzan sous son aile protectrice. Savoir l’un des deux en danger la paniquait et pouvait la pousser à l’excès… Néanmoins, elle choisit de cautionner son message tout en sachant qu’elle n’appliquerait sûrement jamais ces menaces.
La reine des Elfes congédia le messager ombre ainsi qu’Eowyr, son conseiller. Elle souhaitait rester seule afin de méditer sur son entrevue avec Alphaïde. En effet, l’arrivée de cette lettre modifiait la conversation qu’elle tiendrait à la reine des Nymphes…

_________________

« La Bienveillance est sur le chemin du Devoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/elfe-eluthiel-gil-rea


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]   Dim 17 Mai 2009 - 14:42


Aldor s’était incliné doucement et ne se permit pas de lever un regard vers la très belle suzeraine durant sa lecture de la missive. Pourtant, sa curiosité le torturait comme jamais. Conscient que la lettre de son propre monarque impliquait beaucoup de choses qui le dépassaient, il aurait tout de même aimé connaître le contenu de ce précieux morceau de papier qu’il avait porté avec tant de zèle. Lorsque Dame Gil’Rea prit à nouveau la parole, ses propos glacèrent l’échine du messager. Elle semblait furieuse, bien que son ton calme laissait présager une colère froide. La perplexité luisait dans ses yeux qu’Aldor essayait d’éviter pour ne pas paraître impoli. Pourtant, ils étaient si beaux qu’il aurait aimé les contempler pleinement. La Reine se leva et se dirigea vers la fenêtre, tandis qu’Aldor en profitait pour jeter un regard plus qu’interrogateur au Conseiller dont le visage dissimulait parfaitement les pensées. La Reine expliqua qu’elle ne pouvait se rendre au Nord du continent, et encore moins envoyer de l’aide au souverain. Le message qu’elle demanda de transmettre était menaçant, inquiétant. Les Hauts-Elfes étaient réputés sévères, et Aldor en eut la confirmation. Cependant, il supposa que la menace était juste. Mais son patriotisme exacerbé l’empêcha de se taire. Il ne pouvait refouler le sentiment d’injustice qui s’était immiscé violemment dans son esprit :

« Votre Souveraineté, il sera fait comme vous l’exigez. Cependant, avec tout le respect que je puis vous démontrer, sachez que la sécurité interne de la Cour de notre peuple a été rudement affectée par cette tragédie. L’influente famille Aziel’Da a menacé de lever sa propre armée pour marcher sur Yswllyra si on ne lui rendait pas son membre. Et Snotra elle seule sait qu’ils en auraient été capables. Et … il hésita un instant, se demandant si son audace serait punie. Et j’ose penser que notre monarque s’est vu contraint d’agir pour la sécurité interne de son royaume et celle de ses alliés. Jamais il n’aurait agi sans votre avis s’il ne s’était pas vu dans l’obligation de le faire. »

Aldor s’était incliné du plus bas qu’il pouvait, conscient que ses paroles n’avaient pas leur place dans cet entretien. Cependant, il n’aurait pas pu supporter de laisser son monarque passer pour un imprudent ou un égoïste. Non, certainement pas après l’avoir vu s’arracher les cheveux pendant des heures pour trouver la solution la moins compromettante, après l’avoir vu tout organiser pour que son éventuel non retour ne soit pas une catastrophe, après l’avoir entendu dire que même s’il ne pensait pas revenir, tout se passerait bien pour les Ombres et leur alliés … Aldor, finalement se redressa, fit les quelques révérences qu’il avait apprises avant son départ et prit congé respectueusement :

« L’hospitalité des enfants de Baldr est à la hauteur de leur réputation et je remercie pleinement Snotra de m’avoir permis de contempler si illustre monarque. Mes hommages, votre Excellence. »

Il se redressa haut et fier, se retournant vivement et quittant la salle à vive allure. Il espérait que la Reine Eluthiel n’allait pas le rappeler pour punir son impudence et de grosses gouttes de sueur froide perlèrent dans son dos …


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eluthiel GilRea
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 153 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Elfes
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]   Jeu 18 Juin 2009 - 11:01

Bien qu’Eluthiel eusse congédié le messager, celui-ci ne put partir sans défendre son royaume et son souverain. Il informa alors la Reine des Elfes qu’une puissante famille ombre, les Aziel’Da, était prête à lever une armée si le Conseiller ombre emprisonné, un membre de leur famille, ne revenait pas. Cette famille semblait si influente qu’elle pouvait lever à elle seule toute une armée. Le messager ombre continua son discours en prônant l’extrême et l’unique solution qui s’offrait à son roi : celle d’agir seul et rapidement.

Après ce patriotique plaidoyer, Eluthiel ne sut que répondre immédiatement. Elle fut dans un premier temps surprise qu’un jeune messager montre autant de zèle face à la couronne elfique. Il lui semblait alors que les nouvelles générations ne réfléchissaient plus avant d’agir et préféraient plutôt parler directement avec leur cœur plutôt que de peser leur parole et leur action. Elle vit alors que son conseiller était prêt à rabrouer le jeune ombre pour son impudence. Elle connaissait bien Eowyr et savait qu’il suivait le protocole à la lettre et pouvait se montrer sévère dans ses méthodes punitives. Aussi, avant toute décision de la part de son fidèle conseiller, elle lui fit signe de se taire, lequel homme obtempéra sans broncher.

La situation actuelle du Gwendir était déjà assez critique et Eluthiel ne souhaitait pas voir un messager ombre dans ses cachots. Mais elle ne pouvait pas laisser passer cet affront, qui mettait en péril son autorité et sa dignité en tant que souveraine. La Couronne elfique avait ses règles, elle devait s’y plier.

Le jeune messager, sitôt son discours terminé, s’était incliné en remerciant les enfants de Baldr avant de se diriger vers les grandes portes de la Salle du Conseil qui s’ouvraient pour le laisser sortir. Mais alors qu’il n’avait pas atteint le seuil, une voix claire et autoritaire s’éleva dans la pièce en langage elfique. C’est alors qu’un violent courant d’air frôla le messager ombre et vint claquer les portes qui se refermèrent d’un coup sec. Eluthiel vint alors se poster derrière le jeune homme et se pencha pour lui murmurer à l’oreille. En effet, elle était beaucoup plus grande que lui, ce qui lui offrait un air supérieur et majestueux.

Vous avez beaucoup de zèle, jeune fils de Snotra… Oser s’adresser de la sorte à une souveraine elfique qui plus est… Si mes Conseillers avaient été présents, à l’heure qui l’est, vous seriez déjà aux cachots. Votre discours était inapproprié et n’est venu que confirmer mes dires en réalité. Votre peuple est réputé intelligent et cultivé. Ainsi, vous pensez pouvoir résoudre seul vos problèmes. Mais la véritable grandeur de l’Esprit est de savoir partager son savoir et d’accepter l’avis et l’aide d’autrui.

De plus, cette noble famille peut être certes influente, elle doit savoir obéir à son souverain. Si votre monarque ne sait se faire écouter, ce que je doute, alors il n’est pas digne de son trône… à moins que cette famille lui tienne plus à cœur qu’une autre et qu’il souhaite lui venir en aide personnellement. Mais dans ce cas, il agirait par ses sentiments et non par Devoir…

Je vous laisse méditer sur les véritables intentions de votre souverain. Je vous conseille de repartir immédiatement et rapidement et de ne plus dire un mot. Ma clémence a ses limites…


La Reine des Elfes se redressa, se tourna vers son Conseiller et le pria de veiller à ce qu’on ne vienne pas la déranger dans son Appartement royal. Et sans un regard pour le messager, elle quitta la Salle du Conseil laissant seuls les deux hommes.

Spoiler:
 

_________________

« La Bienveillance est sur le chemin du Devoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/elfe-eluthiel-gil-rea
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une lettre pour la Reine ! [PV Eluthiel + Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une lettre pour sa cousine...
» Lettre pour demander l'autorisation de la slack dans un lieu public
» Lettre pour M. Gilderoy Lockhart
» Lettre pour Rudy[PV RUDY]
» [ARC PERSO part.2] Lettre à Miku [ MIKU ]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 4-