AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Choc [PV Eowyr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Choc [PV Eowyr]   Sam 7 Mar 2009 - 20:31

Grande place de Kalye
4ème jour de la 11ème semaine
Fin de matinée


"Quelle journée débile"

Voila ce à quoi songeait Cyrion alors qu'il déambulait dans les rues de sa capitale. Son meilleur dresseur s'était cassé le bras à cause d'un gamin errant qui avait jeté un caillou sur on ne sait quoi. Quoi qu'il en soit, il avait fallu faire venir deux autres dresseurs avant de parvenir à calmer la bête effrayée, qui avait non seulement blessé l'homme, mais également casser un harnais de dressage.
Ce n'était certes pas les plus cher, mais ils étaient long à faire et également à réparer. Cyrion venait de quitter le tanneur. Son avis avait été sans appel, il lui faudrait au moins deux semaines pour le réparer, et il fallait pour cela qu'il trouve une pièce particulière. Autrement dit, ils n'étaient pas la de le revoir. Tout ça parce qu'un gamin avait balancé une pierre. Il allait falloir investir dans un système de fermeture du haras pour éviter que cela se reproduise. Rien que l'idée des débats qu'il allait falloir mener pour obtenir les fond, tout ça pour la protection de leur gens, et surtout des bêtes, le dresseur en avait déjà mal au crane. Il ne détestait rien moins que les discussion sans fin qu'il fallait supporter dés qu'on voulait demander quelque chose pour l'avancer de haras, surtout pour lui qui était encore considéré comme un bleu par ses comparses.
Le jeune homme n'osa penser à l'état de sleipnir, il était encore jeune et fougueux, les dresseurs n'avait pas été particulièrement doux pour le calmé, et la bête en garderait peut être des séquelles. Il allait falloir penser à un traitement particulier pour que son dressage puisse se poursuivre sans encombre.
Et maintenant il en était à parcourir les rues de Kalye, puant le sleipnir, n'ayant pas pris le temps de se changer avant d'aller chez le tanneur. On pouvait savoir d'où il venait à dix mètre à la ronde, sans le moindre doute.

Le jeune homme n'aimait pas particulièrement être entouré de gens quand il était dans cet état, et cela ne le rendait pas de meilleur humeur. Il avait l'impression que les gens s'écartaient à son passage, à cause de ses bottes crottées et de la touffe de poil qui s'était coincé dans une des attaches de sa veste en cuir.
C'est alors qu'il ruminait ces pensées, que Cyrion manqua de se faire renverser. Il fallait l'avouer, il n'avait pas le moins du monde regarder devant lui et il était surement en tort, mais tout de même, les autres pouvaient faire attention aussi non?

Cyrion dévisagea l'homme concernait, s'arrêtant sur son apparence peu commune, pour lui qui n'avait jamais connu que les nymphes, et les gens de passage qui lui demandait ses services. Aucun doute qu'il n'appartenait pas au peuple de Jord, mais Cyrion n'avait pas quitter Kalye depuis qu'il y était entré, et il ne connaissait presque rien au sujet des autres peuples. Il resta donc ébahi, immobile devant l'homme qu'il avait percuté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Choc [PV Eowyr]   Sam 7 Mar 2009 - 23:08

Eowyr passa la matinée dans l’auberge de la cité de Kalye. Son voyage en compagnie de la Reine Eluthiel Gil'Rea fût l’un des plus houleux qu’il est connut. Il réfléchit une nouvelle fois à sa position envers le peuple des Nymphes, le fait d’une neutralité ne le dérangeait pas, mais l’existence potentielle d’une force ayant le pouvoir de détruire leurs vies devait être à reconsidérer. Il espérait qu’Alphaïde Elwing puisse changer sa probation envers son apologie de la sauvegarde de la forêt d’Ellendwraï. Son point de vue ne pouvait de toute manière pas changer la donne, il devait rester concentrer sur la protection de la Dame et décida de se mettre en route pour le palais.

Les rues étaient assombries par l’ombre des arbres et des bâtiments. D’étranges personnages jonchaient les devants de leurs bicoques commerciales, ils essayaient de vendre leur étalage de nourriture et de potions de toute sorte. La facture des habitations reflétait exactement l’attitude de cette nation, la tonalité de l’architecture se trouvait être d’un pâle prononcé équivaut à leur couleur de peau, et les matériaux utilisés étaient quant à eux d’un gout altier démontrant l’aspect noble mais hautain de leurs décisions. L’odeur d’une écurie bouleversa le nez du conseiller, il se tourna en direction d’un attroupement de Sleipnirs et décida de se rendre à leur rencontre pour étudier la pratique du dressage. Il se rappela alors de la course qu’il devait faire pour son étalon molesté par les brigands lors du périple. Son exil sur le continent du Gwendir l’avait amené à côtoyer nombre de médecine différente en passant par la magie, l’aromathérapie et la phytothérapie. Il avait octroyé l’autorisation de sa Reine pour se rendre en la cité, et acheter les plantes nécessaires à la préparation qu’il devait appliquer sur la blessure de son compagnon. Il alla donc parler à un commerçant dont le présentoir laissait présager une grande expérience de l’herboristerie. Il était en pleine composition d’une potion lorsque le conseiller l’interpella.

« Bonjour mon ami, j’espère ne pas vous déranger en cet instant d’harmonie de votre élaboration. »

L’homme releva son visage et porta son regard fiévreux sur l’Elfe, il posa par la suite son pilon et s’essuya les mains sur son tablier.

« Non vous ne me dérangez pas du tout, j’étais juste en trin de préparer la commande quotidienne d’une cliente. Que puis-je pour vous mon bon monsieur ? »

Eowyr sourit à la bonne attention de son interlocuteur et regarda l’étalage de plantes présenté devant lui.

« Mon cheval souffre d’une lésion à l’abdomen, elle n’est pas très profonde et l’hémorragie put être stoppé rapidement. Malheureusement son état ne s’améliorera pas si je ne désinfecte pas correctement la plaie. Je viens donc vous quémander de la Quercus alba, trois feuilles de Trifolium ainsi qu’une racine de Consoude. Je vous donne cette bourse de 25 Tiwaz, gardé le trop comme encensement de votre gentillesse et de notre amitié nouvelle. »

L’herboriste sourit en regardant la poche d’or tomber au creux de sa main. Son air ébahi laissa place à une convulsion frénétique de ses bras pour préparer la commande du conseiller. Quelques minutes plus tard il lui tendit un sac de cuir brodé, il le remercia mille fois avant de partir à l’intérieur de son taudis la figure enjouée d’un sourire radieux.

Eowyr se tourna pour prendre la direction de l’écurie, il regarda son sachet et le balança de main en main. Un homme vînt alors à le percuter, il tomba au sol et dévisagea l’Elfe d’une étrange façon. Le Conseiller l’aida à se relever en lui tendant sa main droite, il regarda d’ailleurs autour de lui et récupéra sa besace laissée à terre lors de cette rencontre tout du moins rafraîchissante. Le Nymphe était d’un blond presque aussi pâle que les habitations, ses yeux étaient d’un céladon qui déstabiliserait quiconque voudrait plonger son regard dans le sien. Les bottes de cet étrange personnage étaient emplies d’excréments et le conseiller n’eut pas besoin de plus de réflexion pour deviner son métier. Il sourit et le salua d’une accolade.

« Veuillez m’excuser pour cette inattention, je me nomme Eowyr Gilmandel du peuple des Elfes de Amil-Gadia. Je pense d’après votre tenue que vous ne deviez pas venir de si loin que ça. Je me rendais à l’écurie mais je crois être tombé sur la perle qui me fera dons de quelques réponses. Enfin dites moi comment je pourrais me pardonner de vous avoir bousculé, avez-vous besoin d’une chose de spécial en ce jour ne notre rencontre ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Choc [PV Eowyr]   Dim 8 Mar 2009 - 15:26

L'homme lui tendit une main qu'il pris et se releva. Il continuait à le regarder l'air hagard alors que celui ci commença à lui parler. Lorsque le flot de parole se fut éteints, l'expression de Cyrion n'avait toujours pas changé. Il secoua brusquement la tête pour reprendre ses esprits, on avait pas idée d'avoir l'air d'un idiot en plus d'être maladroit.
Après encore quelques secondes de silence, le dresseur pris la parole.


En effet, je travaille seulement à quelques pâtés de maisons d'ici.

L'homme, enfin l'elfe puisque c'est ce qu'il avait dit être n'était surement pas quelqu'un de commun. En tout cas pas ici, au cœur de Kalye. Certes, le jeune dresseur avait déjà rencontré des nobles ou des originaux, mais cet elfe semblait..différent. Peut être étaient-ils tous comme ça. Quoi qu'il en soit il n'avait en rien l'air hostile, et avait même parler de se faire pardonner de l'avoir percuté. Cyrion ne put s'empêcher de trouver l'idée stupide...Il aurait regardé devant lui, le problème ne se serait pas posé. Et de toute façon cette journée était mal partie, c'était simplement le mauvais sort qui s'acharnait. Mais qui sais, la journée se finirait peut être mieux qu'elle avait commencé, après tout, une femelle n'était pas loin de mettre bas, et peut être qu'avant le lever du jour prochain une portée rejoindrais leur troupe. La naissance d'un sleipnir était toujours un événement particulièrement heureux, car la gestation était longue et rendait les femelle nerveuse. La domestication ne leur avait pas enlever leur esprit de groupe, et les jeunes à naître était défendu de tous. La gestation s'était pour le moment produite sans ennui, et tout laissait présager que la portée serait bien fournie. Étant donné les événements actuels, il se pouvait bien qu'une affluence de demande se fasse sentir.
Cyrion finit de répondre à l'elfe, Eowyr s'il ne se trompait pas:


Il n'y a rien à pardonner, j'aurais pu regarder devant moi et vous éviter. Dites moi plutôt pourquoi vous pensez que je pourrais vous apporter mon aide.

Soudain mal à l'aise devant cet homme qui semblait vivre dans une grande aisance, il eut honte de son apparence négligée. Mais il pourrait raconter tout cela à sa sœur, ce n'était pas tout les jours qu'on rencontré un fils de Baldr, encore moins de sa condition.Gêné, il tenta de se débarrasser discrètement d'une touffe de poil de sleipnir accroché dans le système de fermeture de son sac.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Choc [PV Eowyr]   Dim 8 Mar 2009 - 18:52

Le jeune homme lui confirma donc son espérance vis-à-vis du travail qu’il réalisait. Il lui annonça par la même occasion que la bousculade n’avait aucunement besoin d’être rachetée ou pardonnée. Eowyr sourit à la conclusion de son compagnon et le saisit par les épaules pour le faire pivoter et prendre la direction de l’écurie. Il marcha d’un pas souple et ordonné comme pour essayer de se fondre dans la masse de cette populace. Il regarda son camarade et décida de lui expliquer la situation.

« Je crois que je dois clarifier le pourquoi de tout cet affairement. Je vous dirais juste que ma monture fût blessée voilà peu au combat et que j’ai le besoin même de la soigner. Je me suis rendue en ville pour acheter des plantes afin de préparer une potion capable de désinfecter la plaie, mon souci étant ma balourdise concernant l’ignorance de ne pas savoir comment remettre totalement sur pieds mon destrier. ».

Il posa les yeux sur la destination qu’il voulait prendre voilà peu de temps. La structure était très bien entretenue malgré les salissures des Sleipnirs. Les padoques quant à eux se trouvaient être très bien aménagés pour ces animaux. Il pensa à son étalon, il devait encore être en trin de se reposer de sa blessure, c’était un grand familier prêt à tout pour son maître. Ils avaient vécu d’innombrables aventures et le conseiller ne voulait pas que cette histoire se finisse de cette manière. Mais sa vieillesse n’aiderait pas la contusion à se refermer, c’était le cadeau de son Roi et surtout de son meilleur ami, il ne voulait pas le perdre aussi bêtement. Il regarda le jeune palefrenier et le supplia.

« Il s’appel Vorondil ce qui signifie Ami Véritable dans la langue des Elfes. Il n’est plus très jeune mais c’est un étalon qui me fut offert par un ami mémorable disparu depuis peu de temps. Je ne voudrais pas que mon compagnon meurt à son tour pour une chose si insignifiante qu’une blessure par le fer de la bataille. J’aimerais que vous m’expliquiez et que vous m’aidiez dans cette tache, je vous paierais abondamment donc ne vous inquiétez pas sur cette tare, mais j’ai besoin de vos services. »

Il inspecta une nouvelle fois les animaux, ils devaient être heureux dans cet établissement des plus notables de la cité. Il haussa un sourcil et se tourna vers l’homme.

« Je crois ne pas connaître votre nom… ais-je gain de cause sur ce sujet ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Choc [PV Eowyr]   Dim 8 Mar 2009 - 21:16

Cyrion se laissa guider, vers la ou de toute façon il avait prévu d'aller. Tant que l'inconnu, qui ne l'était plus vraiment d'ailleurs, ne lui faisait pas faire de détour, il acceptait de le suivre. Le dresseur devait ramener les informations que lui avait donné le tanneur, mais était surtout impatient de prendre des nouvelles de son collègue blessé. Il connaissait tout les dresseurs pour leur avoir apporter leur matériel ou panser leur sleeping une fois leur séance terminée, quand il n'était encore qu'un simple garçon d'écurie.
Quoi qu'il en soit, il écouta attentivement Eowyr, s'interrogeant sur la façon dont il pourrait l'aider, alors qu'il ne connaissait pas grand chose aux montures non félines.

le jeune homme capta les regards interrogatifs de ses comparses, et les écarta d'un geste discret, leur signifiant qu'ils auraient des explications plus tard. Il savait qu'il aurait le droit à un interrogatoire en règle, mais il ignorait encore si les questions porteraient plus sur l'homme qui l'accompagnait ou sur ce qu'il lui voulait. Par amour pour les animaux, bien que les félins aient son attention la plus particulière, Cyrion décida qu'il ferait ce qu'il peut pour aider cet homme, qui semblait peiné de la souffrance de sa monture. Un homme qui s'inquiète ainsi de la santé de son compagnon de route, même si c'est un équidé de pouvait être foncièrement mauvais.


Je me nomme Cyrion Finrod, et comme vous semblez déjà le savoir, je suis dresseur ici. Je dois vous avouer que les chevaux ne sont pas exactement de mon ressort, mais les sleipnirs et leurs rivaux équins sont en certains points semblables, je ferais donc mon possible pour vous aider. Sans voir ce qu'il en est exactement je ne peux rien pour vous, mais laisser moins chercher un nécessaire de soin, puis vous me conduirez à Vorondil.


A peine avait-il fini sa phrases que l'homme se dirigeait déjà vers l'un des bâtiments sur leur droite. Ce faisant, il jeta un regard inquiet vers l'enclos ou on avait transféré le sleipnirs qui avait causé l'agitation de la matinée. Il semblait nerveux et ses yeux roulait, premier signe que la confiance qu'il avait récemment acquis serait bientôt évanouie. Une grimace ombra son visage, mais il continua son chemin, il n'y avait pas grand chose a faire pour le moment, à part le laisser se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Choc [PV Eowyr]   Lun 9 Mar 2009 - 18:35

Vorondil se trouvait être un compagnon de grande ferveur et d’une ténacité à faire redouter celle des ses adversaires. Après la mésaventure vécue dans la forêt, le destrier du conseiller avait été placé à l’entrée de la cité dans un enclos réservé aux animaux de la milice. Il fallait que quelqu’un surveille ses faits et gestes pour ne pas qu’il se déchire une nouvelle fois sa peau cicatricielle ténue en comparaison de la blessure. Lorsqu’Eowyr avait réussi tant bien que mal à stopper l’hémorragie, elle reprit de plus belle lorsque l’étalon s’afféra à sa tache de monture. Il s’en était voulu de l’avoir mené ainsi dans cette cité, il n’avait même pas prévu le nécessaire pour soigner les blessures de fer. Son ami lui avait offert ce cheval, il y tenait d’ailleurs grandement car il l’avait vu grandir et se faire débourrer. Mais son entente fraternelle avec Eowyr avait été plus grande que des souvenirs de bien-être, le fait même de cette action reflétait la grande complicité des deux hommes. Depuis une bonne trentaine d’année Vorondil était là, présent à chaque passe de ces quelques années ainsi qu’à plusieurs reconnaissances à travers le Gwendir. L’homme qui avouera un jour n’être pas prit d’amitié pour son palefroi de combat dictera sans aucun doute l’opprobre face à celui qu’il sert.

Cyrion Finrod était parti vers l’un des bâtiments de l’établissement. Il était tout de même d’un grand cœur de vouloir l’accompagner pour voir de lui-même l’état de la bête. Dans le paddock un Sleiphir attira l’œil du nouveau compagnon d’Eowyr. Le conseiller chercha à connaître l’idée de se regard inquiet mais il n’y connaissait strictement rien en nature équestre. Il pourrait sans doute affirmer connaître la constitution d’un animal, mais loin de la, savoir leurs réactions ainsi que leur vie social. Il avait étudié pendant plus de cent-cinquante années pour atteindre un bon acquis d’expérience, mais malheureusement, cela ne suffisait pas à sauver un ami digne de se nom.

Lorsque Cyrion revînt vers sa position, le conseiller n’émis aucun mot et se précipita sur la route en direction de la sortie de la cité. Il accéléra le pas d’impatience et de nervosité, chose qui lui arrivait rarement dans cette vie de calme et de sagesse. Il cherchait à droite à gauche une raison de se changer les idées mais rien n’y faisait. En évitant avec grâce la populace se dirigeant dans le sens inverse il attirait quelques regards inquisiteurs à son égard.

Après une vingtaine de minutes de marche ils arrivèrent chez la milice. Eowyr toqua à la porte du bâtiment et rentra sans prêter attention ni à son compagnon, ni aux gardes se trouvant dans la pièce qu’il venait de traverser en toute hâte. Il se dirigea dans le bureau du recteur et conversa sur le sujet de Vorondil.

« Bonjour cher ami, comment va mon compagnon en ce jour d’un présage encore incertain ? »

L’homme le regarda interloqué et lui répondit tout en se levant de sa chaise.

« Il ne va pas très bien, nous avons essayé d’arrêter une nouvelle fois l’hémorragie qui avait repris de toute rage, mais il a perdu beaucoup de sang et même pour un cheval de sa trempe je ne suis pas sûr du résultat d’une guérison. Enfin suivez-moi… »

Il leur indiqua le chemin pour atterrir dans l’enclos de la bête, il était couché sur son flan gauche permettant d’apercevoir la blessure recouverte d’un bandage rougeoyant de souffrance. L’Elfe se précipita sur l’encolure de l’animal et la caressa de mille feux en lui murmurant des mots doux d’amitié. Il tourna sa tête et regarda Cyrion d'un air désemparer, comme-ci une part de lui même se volatilisait.

« J’ai vraiment besoin de votre aide, j’ai la sensation qu’il se meurt… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Choc [PV Eowyr]   Lun 20 Avr 2009 - 14:10

[J'ai eu beaucoup de mal a répondre, mais me voila enfin.]

Il avait été dur pour Cyrion de suivre Eowyr, tout d'abord parce qu'il avait déjà passé le reste de sa journée a courir un peu partout, et ensuite car la foule dans Kalye était dense et qu'il aurait été malaisé pour n'importe qui de la traverser. Heureusement pour lui, Eowyr était grand et ses cheveux blancs était facilement repérables. Une fois arrivée, il prit quelques instants pour reprendre son souffle avant de s'approcher de l'animal, qui semblait en piteux état.
La prière de l'elfe l'ému beaucoup, rares étaient les hommes qui se préoccupaient autant de leur monture, pour nombre d'entre eux, ce n'était qu'un moyen de transport, avant un être vivant.

Le dresseur s'agenouilla entre les pattes de l'animal, afin de l'examiner de plus prés. l'équin avait l'air terrorisé, mais semblait trop faible pour le montrer. Cyrion le flatta le plus loin possible de la blessure afin de le rassénerer et entreprit d'enlever le bandage, dont l'utilité était devenue douteuse au vu de sa couleur. Les membres arrière de Vorondil eurent un sursaut, et ses yeux roulèrent dans leur orbites, preuve de sa souffrance.
Cyrion ne put reprouver une grimace à la vue de la blessure. Il se lava et demanda à l'homme qui les avait guidés jusqu'ici une bassine d'eau et des linges propres, puisque la plaie s'était quelque peu infectée. Cherchant dans son sac il en sortit des herbes, et se tourna vers Eowyr.

"Je peux sans problème endormir la douleur d'un Sleipnir, mais je ne connais pas le dosage approprié pour un équin, peut-être pourrez vous m'aider?"


Le dresseur craignait d'assomer completement la bête, ce qui ne jouerait en rien en sa faveur. Il devait prendre des pincettes, mais pas trop sinon l'animal en souffrirait. Avisant l'homme qui revenait avec ce qu'il avait demandé, il entreprit de nettoyer la plaie, le plus precautionesement afin de ne pas le faire souffrir.

"Tu as de la chance mon beau, ton maître n'aurait pas pu mieux faire, il a bien veillé sur toi, maintenant il faut juste refermer cette vilaine plaie."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Choc [PV Eowyr]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Choc [PV Eowyr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Peste et Tempête, tandem de choc...
» Un duo de choc pour une mission de choc ? [Rang C | Genzö]
» Chasseur MANURHIN (Collectif du Bataillon de Choc)
» Duo de Choc
» Event (Rempart est) : Le choc des titans
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 3-