AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Erastide sanglant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Erastide sanglant   Mer 22 Avr 2009 - 15:49

Troisième jour de la onzième semaine

Début d'après-midi




Est cordialement invité à participer à ce post :
Toute personne susceptible d'être présente au Palais ce jour
(Alphaïde Elwing, Lliane Elwing,...)



Jour d'Erastide.

Le palais des Nymphes n'était certes pas vide mais nombre de ses occupants habituels était en ce moment même en train de fêter dignement ce jour en compagnie de leur famille et de leur compatriote en général. La bâtisse magnifiquement décorée par les novices du Temple respirait le calme et la sérénité et seul les bruits provenant de l'extérieur venaient troubler la quiétude des lieux.

Un bruit étrange attira l'attention d'une jeune Nymphe qui, en retard, courait à travers les couloirs du Palais pour rejoindre la sortie. Elle ralentit aussi vite qu'elle courait auparavant pour tendre l'oreille. Le bruit retentit une nouvelle fois, plus fort cette fois, la faisant frissonner d'appréhension. Serrant contre sa poitrine son châle, elle resta ainsi debout, aux aguets. Pour la troisième fois, le bruit recommença à retentir.

Plus de doutes cette fois. La jeune Nymphe oublia momentanément pourquoi elle devait se dépêcher pour s'approcher à pas de loup de la source des bruits. Cela semblait provenir de derrière la porte, à quelques mètres de l'endroit où elle se tenait. Le châle se plaça d'un geste fluide sur ses épaules alors qu'elle posait lentement une main sur la poignée de la porte. Inspirant bravement, la Nymphe ouvrit tout en grand la porte.

Un homme au regard noir d'encre se retourna sèchement vers l'intruse. Ses compagnons en firent de même, délaissant leur tâche pour se concentrer sur la Nymphe qui, surprise, avait porté une main devant sa bouche ouverte par l'ahurissement.

La pièce était retournée.
Les meubles avaient été éventrés, tout ce qu'ils contenaient avaient été éparpillés un peu partout, sans soucis de délicatesse. Les vases et autres babioles avaient été brisés sans scrupules, les tableaux sauvagement déchirés. Les décorations d'Erastide gisaient à terre, avec les branches de cerisier que les hommes en tunique noire avaient arraché et piétiné.

La Nymphe releva le regard de ce carnage pour observer, la peur au ventre, les instigateurs de cette barbarie. Inconsciemment, elle fit un pas en arrière alors que le premier homme -peut-être le chef de cette troupe ?- faisait lui un pas en avant, vers elle. Mais ce que n'avait pas vu la Nymphe, c'était que deux autres avaient commencé à avancer vers elle, à droite et à gauche. Prise en tenaille. Crier alors ? C'est ce qu'elle fit, mais pas longtemps. Un homme avait bondit vers elle pour mettre sa main devant sa bouche et dans geste sec, avec un art maintenant consommé, lui brisa la nuque.

Dans un froissement de tissu, la Nymphe glissa à terre, sans vie. L'inconnu se tourna vers le meneur, détaché. Froid.

- Partons, avant que quelqu'un ne vienne s'inquiéter de celle là.


Plus tard...

Le Palais tout entier bruissait du meurtre qui avait été commis. Qui avait fait cela ? Qui avait commandité cet acte ? Qui fallait-il punir ? Autant de questions qui attendaient des réponses de la part de quelqu'un, n'importe qui...

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Jeu 23 Avr 2009 - 18:33



Lliane Elwing, Grande Prêtresse de Jord

Le calme qui avait envahi le palais depuis la matinée avait cessé. Dorénavant les quelques nymphes encore présentes s’agglutinaient pour savoir exactement ce qu’il s’était passé, tandis que déjà les rumeurs avaient révélé le tragique évènement qui venait d’avoir lieu.

Dire que Lliane était choqué aurait été un euphémisme. Elle se trouvait là dans la pièce saccagée en compagnie de diverses personnes dont la reine pour tenter de comprendre ce qui avait pu se passer. Devant elle, se trouvait encore le corps de la jeune nymphe sans vie. Elle était là allongée sur le sol dans sa tenue du soir. Elle devait sûrement se rendre auprès des siens. Lliane se demandait comment cela avait-il pu se produire. Ici. Aujourd’hui. Et surtout pourquoi ? Et qui aussi. Que cherchait-on ? Que voulait-on qui puisse nécessiter la mort d’autrui ?

Lliane était venue prendre le déjeuner en compagnie de sa sœur, ce midi afin de passer un peu de temps avec elle, avant que les obligations et les occasions de la fête quelques heures plus tard à la tombée de la nuit ne les accaparent. Elle avait donc voulue commencer à fêter cette fête en famille comme probablement la majorité des nymphes du royaume avant de la célébrer plus officiellement plus tard dans la soirée.
Mais voilà que vers la fin du déjeuner, en début d’après midi, un cri, aussi effrayant que bref, avait résonné en écho dans les couloirs vides du palais. D’abord surpris, les convives à la table de la reine, s’était levé surpris, avant qu’une poignée ne se décide à aller voir ce qui s’était passé. A ce moment Lliane avait pensé à un accident. La chute d’une nymphe un peu trop pressée dans un des nombreux escaliers du palais.

Tout le chemin qui la menait, elle et d’autre, au lieu d’où l’on pensait le crie partit, elle avait tenté de se calmer et de se dire que ce n’était rien de bien grave. Juste un accident. Bien sûr la première chose qu’elle avait vue en entrant dans la pièce avait été le saccage. Les meubles renversés, les tapis retournés, les vases brisées et les décorations détruites. Cependant lorsqu’elle avait aperçu le corps au sol, c’est un vertige et un sentiment de vide qui la prit. Quelqu’un de plus rapide, ou de plus courageux peut-être était déjà auprès de la nymphe au sol. Et déjà annoncer qu’elle ne respirait plus.

C’était là qu’en était maintenant Lliane. Tentant de rassembler ses idées. Reprenant un peu contenance, elle s’approchant du corps à son tour. Remerciant intérieurement celle qui avait fermée les yeux de l’assassinée. Un peu perdue, elle se demanda un instant qui était cette jeune nymphe. Elle ne la connaissait pas et ne lui disait rien. Peut-être une servante au palais. Que c’était affreux. Lliane imaginait déjà la détresse de la famille quand on leur annoncerait le décès. Ce jour de fête serait un jour de malheur pour eux…Dire que quelques minutes avant encore, tout le monde ne parlait que de la fête, du bonheur d’être enfin en famille. Pour la jeune nymphe au sol, cela n’arriverait plus.

La grande prêtresse s’agenouilla près de la défunte. D’une main un peu tremblante, elle la posa sur le front de la jeune femme. Elle n’était pas encore froide, un tressaillement parcouru Lliane. La jeune fille prononça alors quelques mots :

« Puisses Jord t’accueillir auprès d’elle dans la vie éternelle. Puisses-tu au delà des plus hautes cimes de Caledë vivre encore. »

Elle ne savait plus vraiment quoi dire. Un meurtre c’était si rare. Le reste des mots seraient dit lors des funérailles. La grande prêtresse se releva, attendant alors de voir comment les choses allaient évolués et les ordres de la Reine
Revenir en haut Aller en bas
Alphaïde
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 54
Age : 22 ans
Clan : Neutre
Fonction : Reine des Nymphes
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Dim 3 Mai 2009 - 12:52

Ces jours sanglants ont brisé mon cœur...*
Pourquoi réciter un vers en ce tragique moment ? Peut-être parce qu'aucune autre pensée ne lui venait à l'esprit. Elle avait murmuré ces mots dans un souffle, ne quittant pas des yeux le corps sans vie de la jeune nymphe qui gisait à terre. Comme dans un rêve, elle vit Lliane s'approchait et prononcer quelques phrases. Et comme s'il suffisait de ces quelques paroles pour mettre fin à la tension qui régnait en elle, c'est alors qu'Alphaïde reprit ses esprits.

Elle embrassa la pièce d'un regard pour constater que rien, rien, n'avait été épargné : plus un meuble n'était debout, plus un tableau n'était en l'état. Les décorations saccagées gisaient à terre au milieu d'une myriade de points lumineux : les éclats de verre des vases de toutes couleurs éclaboussaient la pièce d'une lumière joyeuse, mais si déplacée. Pour l'instant, un lourd silence plombait les lieux mais bientôt, l'agitation déferlerait sur tout le palais. Déjà, au loin, une rumeur commençait à gronder. Les gens auraient besoin de réponses à toutes les questions qu'on pouvait se poser, au risque de laisser place à toutes sortes d'affabulations. Mais ces réponses, elle ne les avait pas. Qui ? Comment ? Pourquoi ? Elle n'en savait rien.
Et pourtant, faire quelque chose, vite.

Lliane, fais-toi aider : emmène-là au temple. Que tout soit prêt au plus tôt pour les obsèques.
Qu'on boucle les issues du palais : on rentre, mais on ne sort plus.


Quelqu'un devait bien avoir vu ou entendu quelque chose d'anormal... Non, bien sûr que non, tout le monde avait la tête à la fête et était occupé. La seule personne à avoir remarqué quelque chose était en train de pâlir sur le sol. Quand bien même : la question méritait d'être posé à tous.
Alphaïde respira lentement : elle n'était pas préparé à ça, personne ne l'était. Une mort aussi violente chez les Nymphes, en plein palais : ça ne s'était jamais vu.

Alors que la nymphe sans vie était portée au temple, les mêmes questions traversaient tous les esprits : qui avaient fait ça ? Que cherchaient-ils ? Les Nymphes n'avaient rien qui puisent attirer la convoitise des autres peuples : pas d'orbe invoquant de puissants guerriers, pas de pierre donnant la vision... Alors pourquoi venir ici saccager cette pièce ?
Car une évidence s'imposait à elle : on n'était pas venu éliminer la nymphe, on avait attendu l'Erastide, jour de fête où l'attention se relâchait, pour venir chercher quelque chose. Ou bien on avait voulu donner un avertissement. Dans tous les cas, la mort de cette nymphe n'était qu'un malheureux accident.

Alors que faire ? Continuer la journée comme si rien ne s'était passé ? Ne pas brandir le spectre de l'angoisse en ce jour de fête ? Impossible. Déjà dans tous les couloirs, les rumeurs passaient de bouche à oreille. A ce rythme, la nouvelle sera connu à Kalye en à peine une heure. Non, elle ne pouvait pas laisser son peuple dans cette angoisse qu'apporte l'absence d'informations. Tant pis si elle n'en savait pas plus qu'eux : il fallait qu'on la voit, qu'elle dise quelque chose.

Lliane, laisse Veliane s'occuper de cette pauvre petite, viens. Le discours de la fête des Cerises sera un peu différent cette année.



Que leur avait-elle dit ? Et bien rien. Pas plus que ce que tout le monde ne savait déjà : une jeune nymphe morte au milieu d'une pièce méconnaissable. Personne ne savait qui était à l'origine de ce drame mais bien sûr, on chercherait activement et c'est pourquoi personne n'était autorisé à quitter les lieux pour l'instant.

Quand Alphaïde était arrivé sur la terrasse du palais, accompagnée de Lliane, la foule était agitée, chacun s'étonnant, s'alarmant, allant de son petit avis sur le sujet. Le nom des Humains et en particulier celui d'Ardiosis courait sur toutes les lèvres. Mais vite, le silence se fit et quand Alphaïde se retira, la tristesse le disputait à la crainte : personne n'était plus en sécurité nulle part, même pas ici au palais. Le silence s'installa une demie-seconde, des souvenirs d'enterrement royal bien trop récents refirent surface. Puis bien vite, le brouhaha reprit.

*Thomas Wyatt (1503_1542)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/alphaide-elwing-t175.htm
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Mer 6 Mai 2009 - 16:07

Un pas léger mais précipité se fit entendre, qui se rapprochait de la reine et de la Prêtresse de Jord. Quand elle apparut enfin au détour du couloir, Alphaïde et Lliane purent voir que la Nymphe paraissait bouleversée de même qu'essoufflée par sa course. La reine et sa jeune sœur venait de quitter la terrasse d'où avait été prononcé le discours.

En contrebas, les commentaires ne cessaient pas. Ardiosis était bien sûr sur toutes les bouches, mais quelques uns ne semblaient pas exclure d'autres hypothèses. Pourquoi ne serait-ce pas un nouvel ennemi ? Ou un groupe isolé qui avait voulu faire un coup d'éclat lors de la fête du solstice ? Il faudrait surement n'en écarter aucune, si une enquête était menée plus tard, dès que la mort de la Nymphe ne pèserait plus sur les consciences...

La jeune Nymphe qui avait rejoint Alphaïde et Lliane s'inclina rapidement mais avec révérence face aux deux nobles personnes. Elle était porteuse de deux messages qui étaient chacun destinés à la reine, mais en tant que Grande Prêtresse, elle n'eut pas peur de les donner en présence de Lliane. Celle-ci était après tout concernée par au moins une des nouvelles.

- Majesté, des indices ont été trouvés dans la salle qui a été vandalisée. Le Conseil a aussi décidé de se réunir dans la grande salle de réunion et attend votre majesté ainsi que la Grande Prêtresse pour débuter.

Pendant sa diatribe, la petite triturait nerveusement sa robe. Elle était impressionnée d'être ainsi la messagère et de voir la reine d'aussi près. Quand elle eut finit, elle s'inclina une nouvelle fois devant elles et fit demi-tour, marchant plus posément mais pourtant rapidement, jusqu'à disparaître aux yeux des deux sœurs.

Like a Star @ heaven


Option 1 : vous décidez d'aller voir les indices qui ont été découverts par les Nymphes dans la pièce saccagée. Vos prochains posts devront donc se terminer par votre arrivée à cette salle.

Option 2 : Vous décidez de rejoindre la Conseil qui s'est réunit. Vos prochains posts devront donc se terminer par votre arrivée à la grande salle de réunion et par le début officiel de cette réunion par Alphaïde.

Choisir l'une des options de jeu annule l'autre option, choisissez bien Wink

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphaïde
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 54
Age : 22 ans
Clan : Neutre
Fonction : Reine des Nymphes
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Ven 15 Mai 2009 - 22:30

La pièce ou la Conseil ? Elle ne pouvait être partout à la fois et on l'appelait de toutes parts. Pourtant, la question ne fit pas long feu dans la tête d'Alphaïde : les ministres et conseillers grogneraient mais attendraient, non pas son bon vouloir mais les dernières nouvelles.
Elle ne voyaient pas l'intérêt de débattre sur ce qu'ils avaient alors, c'est-à-dire rien, puis d'aller aux nouvelles ensuite. Non. L'inverse lui semblait tellement plus logique. Sa curiosité aussi, certains auraient dit surtout, la poussait à retourner dans la pièce saccagée.

Lliane, je vais aller voir ce qu'on a trouvé dans la pièce. Mais si tu préfère rejoindre le Conseil, en tant que grande Prêtresse, ouvre la séance en mon nom.


Comme elle s'en doutait un peu, Lliane avait suivi elle aussi son raisonnement et voulu suivre sa sœur. Peut-être rechignait-elle aussi à ouvrir la séance et à devoir la première rendre compte de la situation devant ministres et conseillers.
Peut importe la raison, c'est ensemble que les deux sœurs se rendirent à pas pressés vers la salle entièrement retournée. Partout, le palais ne bruissait plus que des chuchotements et discutions qui s'y tenaient. Le froissement des étoffes des robes de cérémonie donnait à cette scène un aspect théâtrale : à la fois grave et surréaliste.

Elles avaient traversé les couloirs sans un mot, ni L'une ni l'autre. A peine avaient-elles franchi le pas de la porte que les personnes présentes se retournèrent vers les nouvelles venues. La reine s'enquit alors des avancées en un mot :

- Alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/alphaide-elwing-t175.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Sam 16 Mai 2009 - 6:42



Lliane Elwing, Grande Prêtresse de Jord

A peine le discours terminé, une jeune nymphe arriva de façon précipité. C’est tout essoufflée et tout aussi remuée que nouvelle venue fît sa révérence, et révéla ses messages. Un choix s’imposait maintenant aux deux femmes, mais plus particulièrement à la reine.

Aller voir les indices trouvé semblait être la meilleure solution pour Lliane. Un regard rapide par la fenêtre sur la foule dans les jardins lui révéla un grand nombre de nymphe en grande conversation. Elles devaient sans doute être en train de débattre de leur avis et surtout formuler des possibilités. Bientôt les rumeurs allaient courir. Aux yeux de Lliane, il était nécessaire de clarifier au plus vite la situation avant que les rumeurs ne poussent sur de fausses pistes.

Elle ne fût pas étonnée que la reine choisissent de se rendre dans la pièce saccagée prendre connaissance des indices trouvés. Quand au fait de se rendre seule devant le conseil, Lliane repoussa bien vite cette idée. D’abord car cela ne servirait pas à grand choses. Tout ce qu’ils ferait ce serait émettre des suppositions sans la moindre idée réelle des véritables réponses. Et aussi parce que Lliane doutait d’avoir les capacités de sa sœur à se tenir devant le conseil. Y assister était une chose, le diriger en était une autre.

La grande prêtresse emboîta donc le pas à Alphaïde et toute deux se dirigèrent vers la place où avait lieu peu de temps avant, la macabre découverte. Lliane se demanda un instant, si Véliane avait déjà pu connaître l’identité de la malheureuse et si elle avait pu prévenir la famille.

Une fois arrivée dans la salle, Lliane se tînt au côté de sa sœur, et attendit que quelqu’un réponde à la question de sa sœur, en espérant que ses indices les mettrait sur la voix, et surtout qu’ils les aiderait à comprendre la raison de ce cambriolage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Sam 16 Mai 2009 - 11:39

[Bon, euh, je vais m’incruster, hein !]

Une suivante de la Reine était venue le prévenir d’un drame au Palais, et, depuis, Altays parcourait sans cesse le couloir pour comprendre ce qui avait bien pu se passer. Il avait passé la matinée à réfléchir sur la possible mise en place d’une armée, tandis que les autres fêtaient Erastide et la fête des Cerises. Lui-même était donc resté enfermé dans ses appartements au Palais et n’avait rien entendu.

A présent, il se maudissait. La Nymphe qui avait été assassinée avait eu la nuque brisée. Aucune Nymphe n’aurait pu faire ça, elles n’en avaient pas la force. La menace était extérieure, et le jeune général, à présent, s’était juré de ne pas quitter la Reine. Si cette mort était un avertissement, comme l’avait songé la souveraine, alors le Demi-Sang ne pouvait plus la laisser seule, de peur que quelque chose d’horrible arrive à nouveau, quelque chose qui aurait bien plus d’impact que la simple mort d’une servante, dont la mort mettait pourtant le Palais en la plus totale effervescence.

Sur les noms des convives du Palais, il avait lu maintes fois le nom d’Ardiosis, et cette menace voilée lui tordait encore plus l’estomac que quelques heures auparavant. La pièce avait été saccagée, ce qui laissait entendre que tout ceci avait eu pour mobile la recherche d’un objet particulier et son vol.

*A moins que tout ceci ne soit une mise en scène…* songea-t-il, se torturant les méninges. *Quelque chose qui cacherait un autre objectif, une diversion qui détournerait leur attention…*

Il grogna à nouveau, tandis que, plus loin, la Reine discutait avec sa sœur. L’arrivée d’un messager attira son attention, mais il resta à quelque distance, pour ne pas entendre ce qui se dirait. Ce n’était pas dans ses attributions. Il devina cependant que la Reine, à l’expression de son visage, était tiraillée entre deux choix.

Enfin, la Reine demanda à sa sœur d’aller ouvrir, en tant que grande prêtresse de Jord, le Conseil. Lliane, cependant, préféra suivre sa souveraine, et le jeune Général leur emboîta le pas.

« Je vous suis, Madame. », dit-il d’une voix ferme en saluant tour à tour la Reine et la Princesse, d’une inclinaison de la tête.

Ce n’était pas une question mais une affirmation. Il était peu probable que les meurtriers fussent restés au Palais, mais il préférait ne pas courir le risque de voir la Reine et l’héritière de son trône rester seules dans les couloirs de la demeure royale. Le Général n’avait pas l’intention de leur imposer sa présence, mais il savait que la sécurité de la Reine était peut-être au prix de sa présence.

Il eut cependant la grâce de rester à quelque distance des deux femmes, pour ne pas les indisposer au cas où elles auraient souhaité parler, et entra à leur suite dans la pièce où le drame avait eu lieu. Le corps avait été enlevé, et Altays, même s’il n’avait pu saisir les précédentes paroles de la petite messagère, comprit que l’on avait peut-être trouvé des indices. Il attendit donc patiemment, deux pas derrière la souveraine et la princesse, que quelqu’un daignât répondre à la question posée.
Revenir en haut Aller en bas
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Dim 17 Mai 2009 - 20:06

Les têtes se levèrent de concerts à l'entrée de la reine, sa sœur et du général sans armée du peuple des Nymphes. Toutes celles présentes dans la salle s'abimèrent dans des révérences pour les plus jeunes, saluant gravement leur reine d'un signe de tête pour les anciennes.

La salle avait été débarrassée du plus gros des objets brisés. Les tableaux étaient posés contre les murs, attendant le lendemain pour être envoyés chez des experts qui seraient chargés de les remettre en état pour qu'ils puissent ainsi réintégré la place qu'ils n'auraient jamais dû quitter. Les meubles brisés avaient eux aussi été mis dans un coin pour être jetés, irrécupérables. Pour ce qui en était des petits objets, tels vases et babioles précieuses, celles qui tenaient encore debout avaient été mises en sureté tandis que les autres avaient suivis le même chemin que tout le reste.

La pièce était dorénavant nu et sans plus cette forme de splendeur du temps où elle était encore habitable. Car ni Alphaïde, ni Lliane, ni Altays ne pouvaient si tromper : ce lieu ne recouvrerait plus jamais sa beauté d'antan. C'était un fait ancré dans leurs esprits tandis qu'ils contemplaient ce qu'il restait de l'œuvre de destruction des vandales encore inconnus.

Après un temps de silence que chacun utilisa à reprendre contenance, une Nymphe d'un certain âge s'approcha du trio, s'inclinant une nouvelle fois devant la reine. Bien qu'elle maitrisait ses émotions, Alphaïde put constater que la Nymphe était moralement très fragile et que la façade qu'elle conservait vaille que vaille ne tiendrait certainement plus très longtemps. Mais c'est tout de même d'une voix maitrisée et posée que la Nymphe prit la parole, pour exposer les travaux qui avaient déjà été menés ici et de ce qui avait été découvert.

- Ma dame. Nous avons commencé à débarrasser en votre absence. Le corps de Noama a été retournée à ces parents et ceux-ci ont demandé à ce que la Prêtresse de Jord préside les funérailles, continuait-elle, regardant Lliane avant de les englober tous les trois. C'est Erilda qui a trouvé le tissu en déplaçant une planche d'un meuble.

La dénommée Erilda s'avança à l'injonction de la Nymphe. Elle tenait entre ses doigts le bout de tissu dont il avait été question. Erilda le tendit avec déférence à Alphaïde. D'un bleu indéterminé (peut-être délavé), il était d'une teinte pourtant assez claire et si la reine poursuivait son inspection un peu plus loin, elle pourrait voir une forme noire en superposition. Il était impossible de déterminer avec précision ce dont il s'agissait. Le bout d'une aile ? Ou peut-être était-ce une flamme ? Mais qu'est-ce qui était important dans ce bout de tissu, quelle couleur ? Le bleu, le noir ou le dessin ?

Like a Star @ heaven


En ville...

En catimini, une troupe de soldat en noir passa aux abords d'une rue animée de la citée Nymphe, en contrebas du palais. L'agitation n'était pas encore retombée sur le peuple et personne ne prêta attention à ce groupe étrange qui continua sa route jusqu'à quitter la cité, sans que personne ne les importune. Libéré de la présence des Nymphes, le chef de cette troupe signala à ses hommes qu'ils pouvaient tous se mettre au galop. L'un d'eux avait un trou visible sur le devant de son surcot de couleur bleue.

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Mer 3 Juin 2009 - 18:35




Lliane Elwing, Grande Prêtresse de Jord

Une fois arrivée dans la salle, les yeux de la grande prêtresse se dirigèrent instinctivement vers la place où avait été découvert le corps sans vie de la jeune nymphe peu avant. Ce dernier avait disparu. Enfin disparu était un mot mal choisi. Le corps avait été tout simplement a déplacé. Sûrement amené auprès de la famille de la défunte, si cette dernière avait été identifiée, comme le souhaitait la coutume, ou alors emmené au temple, le temps que la jeune nymphe soit reconnue. La première hypothèse était la plus envisageable, après tout, tout le monde se connaissait plus ou moins au palais. Alphaïde et Lliane voyaient simplement trop de monde tous les jours pour se permettre le luxe de retenir tout les visages et tous les noms. Elles se remémoraient de beaucoup, c’était déjà bien.

Lliane promena son regard sur la salle. Les nymphes en œuvre dans la salle avaient déblayés le gros des dégâts, mais personne n’était dupe. Cette salle ne serait plus jamais comme avant. Ni aussi belle, ni même aussi sereine, savoir qu’un crime avait été commis dans cette pièce, ne permettrait plus vraiment l’insouciance tranquille. Les nymphes n’étaient pas habituait à la violence, et un acte comme il venait d’en être commis, n’avait jamais même était envisageable. Bien sûre, il y avait la mort de Nereya, la précédente reine, cependant ce crime là avait été commis en dehors du territoire neutre. Aujourd’hui on les avait frappées chez elles. Peut être pour leur rappeler leur manque de force et leur cruelle faiblesse.

Une nymphe d’un âge avancé s’avança vers le trio que formaient la Reine, le chef des armées et la grande prêtresse. Elle confirma la première idée de Lliane concernant la jeune Noama et en vînt ensuite au fameux indice dont avait parlé la messagère. La nymphe nommée Erilda apporta alors le morceau de tissu trouvé et le montra aux nouveaux arrivants. Lliane observa ce dernier avec attention, mais le morceau de tissu ne lui donna que peu d’idées. Il ne semblait pas provenir de la pièce, en fait cela était même certains car sinon cela n’aurait pas été un indice. C’était donc bien les cambrioleurs et assassins qui avaient amené avec eux ce petit bout de tissus. S’agissait-il de leur tenue ? Ou simplement d’un bout d’une sacoche ou d’un sac ? Cela semblait moins probable mais restait possible. Cependant s’il s’agissait d’un morceau de vêtement, l’indice restait vague. Peut-être le dessin pourrait-il aider à la reconnaissance de son propriétaire car il semblait être le signe le plus distinctif de la tenue. Ou peut-être pas. En fait tout était possible. De plus le dessin n’était pas entier et laisser supposer moult possibilités de formes. Il faudrait donc associer les formes aux couleurs pour avoir un indice utile et encore. Il faudrait partir du principe que la tenue était un vêtement particulier et non banal que l’on pouvait trouver chez le premier venu. Lliane se dit qu’il faudrait sûrement beaucoup de chance pour retrouver les coupables à partir de ce simple indice. Mais c’était sûrement mieux que rien et une des deux autres personnes aurait peut-être une idée.

Lliane quitta le bout de tissu des yeux et fît face à sa sœur, se trouvant de profil face à Altays restait un peu en retrait.

« Qu’en pensez-vous ? Croyez vous que cela pourrait nous être utiles ? Peut-être qu’en le montrant à un professionnel nous aurions plus de renseignement dessus ? »

C’était une idée qui venait de traverser l’esprit de la prêtresse. Après tout si l’on partait du point de vue que ce tissu avait constitué une tenue spéciale. Peut-être que le tissu employé était inhabituel, bien qu’il n’en est pas l’air, ou peut-être même que le mode de tissage laissait penser à une coutume particulière. Si cela était le cas, ce serait une chance, mais Lliane était prête à s’en remettre à cette facette du destin pour les aider à résoudre cette énigme. Mais elle savait aussi que dès ses obligations exécutées autant auprès de sa sœur, de Noama, et envers la fête de L’Erastide, elle irait se recueillir près de Caledë dans l’espoir de s’adresser à la déesse.
Revenir en haut Aller en bas
Alphaïde
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 54
Age : 22 ans
Clan : Neutre
Fonction : Reine des Nymphes
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Mer 10 Juin 2009 - 18:21

Alors ?

A l'entrée de la salle, Alphaïde attendit les explications en jetant un coup d'œil autour d'elle.
La pièce avait été débarrassée de tous ses parements abimés, autant dire qu'elle était aussi nue qu'une Nymphe au bain.
Et peu importe qu'on redécore cette pièce ou qu'on la laisse en l'état, se dit-elle. Qui donc prendrait encore plaisir à l'avenir à venir ici ?

D'une voix ferme mais l'âme surement effondrée, une Nymphe d'un âge déjà avancé prit sur elle de rendre compte à la reine des dernières découvertes.
Noama. Son corps avait été rendu à la famille et, bien évidemment, Lliane s'occuperait des funérailles. Alphaïde nota dans un coin de sa mémoire qu'il faudrait qu'elle reçoive ses parents.
Vint ensuite le tour du tissu. Ce morceau d'étoffe qu'Erilda lui avait tendu plongea Alphaïde dans des réflexions aussi dispersées que stériles.

D'abord, seule la couleur bleu sauta à ses yeux. Le bleu, que tout un chacun savait être la couleur des uniformes du roi des Hommes. Mais les soldats d'Ardiosis qu'elle avait pu croisé pendant son séjour dans la Capitale arboraient de pied en cap un bleu roi des plus franc.
Puis une image floue d'un uniforme net lui passa par la tête : un instant, Alphaïde se demanda si le bleu pâle qui vêtait ce soldat imaginaire pouvait être celui qu'elle tenait entre ses mains. Mais l'idée que ses voisins, ses amis, Elfes soient responsable de ce meurtre lui parut si ridicule qu'elle y renonçât.
Elle fit de même en pensant à l'azur foncé qui habillait les Amazones.

En regardant le tissu de plus près, on apercevait quelque chose d'autre. Au temps où l'habit d'où provenait ce fragment était encore fais et pimpant, une forme noire devait se découpait sur ce fond. Elle s'évanouissait maintenant dans les mailles d'un bleu qui lui-même tendait à disparaître. Mais que représentait-elle ?
Une flamme comme le symbole des armées orthodoxes ? Quelque chose d'ailé comme... peut-être un faucon ?
Bleu pâle, faucon... Toujours cette image de soldat Elfe dans la tête. Et pourtant, si stupide. Eluthiel était une amie, une voisine de toujours. Les différents, quand ils se faisaient jour, elles les réglaient toutes les deux autour d'un thé. Aucune raison, aucune, qu'elle agisse ainsi.
Bien plus probable était l'hypothèse orthodoxe, ou humaine. Même si Alphaïde n'aurait su dire ce qui aurait pu pousser à crime si affreux à ses yeux.

Son esprit se perdait en conjecture alors même qu'elle n'était pas certaine que ce morceau de tissu permette de distinguer qui, à travers le Gwendir, avait pris la peine de s'introduire en son palais pour saccager une pièce, qui avait tué Noama. D'ailleurs, celui qui serait venu ici, avec des motivations somme toute très éloignées de l'esprit de fête de l'Erastide, en portant l'uniforme de son pays, aurait été un imbécile. Ce morceau de tissu, si intrigant qu'il était, n'apporterait surement rien.


Elle en était là de ses réflexions lorsque sa sœur émit l'idée de montrer cette pièce à un tisserand, à un marchand, à quiconque aurait pu reconnaître un signe original au tissu.

Moui, même si ça me semble être une étoffe des plus banales, peut-être que quelqu'un de plus habitué que nous y trouvera quelque chose. Mais avant, je la prend. Le Conseil sera surement intéressé de la voir.

Elle allait partir, déjà ses talons avaient esquissé un quart de cercle, mais elle s'arrêta. Le regard qu'elle balaya sur l'assistance la peina. Les Nymphes présentes semblaient tendues comme des arcs, prêtes à craquer. Elles avaient encaissé comme tous le choc de l'évènement, mais s'étaient en plus occupé de Noama, avaient débarrassé la pièce. Elle étaient, sans aucun doute, très éprouvées.

Je tenais à remercier chacune d'entre vous, pour l'aide apportée. Si vous avez fini, rentrez chez vous. Allez retrouver ceux qui vous sont chers. Après tout, c'était jour de fête...

C'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/alphaide-elwing-t175.htm
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Erastide sanglant   Mar 30 Juin 2009 - 6:57

Le silence qui s'était installé alors que les royales personnes réfléchissaient, était d'une habituelle pesanteur. Toutes les nymphes présentes étaient comme suspendues au souffle même de la reine et de la prêtresse de Jord, comme si de leur bouche allait couler les réponses aux questions qu'elles se posaient sur les raisons de ce meurtre, comme si elles trouveraient dans ce misérable indice les responsables de ce sacage et pouvoir ainsi les châtier comme il convenait... en plus de connaître les commenditaires de tout cela.

Car si il y avait une chose de sûre, c'était que dans leur coeur brûlait la flamme de la vengeance. Non pas meurtrière, car une nymphe ne pouvait avoir de telle pensée, la macabre découverte de l'après-midi et les sentiments que cela avaient suscité en tous en étaient la preuve concrète. Seulement, elles ne pouvaient non plus laisser des meurtriers en liberté. Pour la porte-parole, aucune piste ne pouvait être écartée, aucun ennemi libre de tout soupçon, comme les alliés. Ils étaient neutre dans la configuration politique qui se déssinait, cela voulait donc dire seul... Ni dans un camp, ni dans l'autre, pouvaient-elles faire confiance à quiconque qu'elles-mêmes ?

La royauté était connue pour leur duplicité quand il était question de protéger leurs intérêts, beau parleur quand l'on poserait des questions. Voisin ou non, amie ou non, elles ne pouvaient dorénavant ne faire confiance en personne, tant, du moins, que personne ne saurait avec certitude qui était la tête pensante de cette affaire.

En ce sens, aucun doute que le conseil imposerait la prudence à sa jeune reine, tout autant que la circonspection. Une surveillance accrue des entrées d'étrangers serait peut-être même à envisager, pareille pour les sorties. S'y prendre tôt, c'était avoir une chance -même infime- d'attraper les meutriers à leur frontière et les maitriser.

Aux remerciements de la reine furent répondues plusieurs révérences et hochements de tête. Plus personne n'avait le coeur à la fête, quand bien même on leur ordonnerait de fêter dignement cet Erastide. Il était de fait certain que pour les années à venir, cet Erastide resterait dans les esprits comme l'Erastide le plus sanglant de leur Histoire...

Like a Star @ heaven


HJ : Fin du MJitage et donc du sujet pour Ectoplasme. Mesdames, vous pouvez discuter entre vous et à bientôt pour de nouvelles aventures Wink

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erastide sanglant   

Revenir en haut Aller en bas
 

Erastide sanglant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» prédateur sanglant "justice sauvage"
» Griffe et aura. Combat sanglant...
» [Mission de rang B] Un mariage sanglant. Duexième partie. (PV: Jisetsu Sei)
» Pelage Sanglant [Fini]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 4-