AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Mar 21 Juil 2009 - 14:28


Quatrième jour - Douzième Semaine
Milieu de matinée



Ce fut l’esprit encore occupé par la surprenante rencontre du seigneur Al’Nyr, l’intriguant noble humain venu aux Plaines pour acquérir des chevaux, qu’Idril pénétra dans l’immense salle du trône où l’attendaient déjà ses conseillers et ses ministres. A peine eut-elle franchi l’imposante porte dont les battants, une fois fermés, offraient à la vue de quiconque l’emblème du peuple cavalier, à savoir une tête de cheval casqué, que la jeune reine se remémora l’objet de cette réunion, oubliant pour un temps le singulier visiteur avec qui elle avait échangé quelques paroles. Les membres de l’assistance se levèrent quand le héraut qui accompagnait la jeune femme annonça son titre, tandis que les deux soldates se postaient aux coins opposés du mur d’entrée. Idril traversa la pièce pour rejoindre le trône qui était à présent le sien et à côté duquel était installée Elea Faldor, à la place que lui avait désigné quelques semaines auparavant Idril (à savoir à sa droite, ancienne place de la princesse, du temps du règne de sa mère). De l’autre côté se trouvait Liva Hódien, nouvellement placée auprès du trône, bien qu’elle ne fut jamais vraiment bien loin de la feu souveraine. Une longue table rectangulaire, faite de marbre, accueillait les autres membres du Conseil.

Lorsqu’Idril fut arrivée à destination, elle salua l’assemblée d’un signe de tête et invita ses conseillers à s’asseoir, tandis qu’elle s’installait elle-même sur son siège. Les visages étaient tendus, parfois anxieux, toujours graves et sérieux. Nul ne savait pourquoi la Reine avait convoqué ses ministres de toute urgence, et si certains se doutaient de l’annonce qui allait être faite, d’autres, en revanche ne savaient pas du tout pourquoi ils étaient réunis. Idril avait décidé de présider une rencontre pour parler de l’épidémie qui sévissait depuis quelques jours sur le territoire amazone. En effet, la nouvelle était de triste augure ; mais surtout, elle était annonciatrice de plusieurs problèmes. Il était inutile de patienter plus longtemps et c’est d’une voix forte que l’amazone de sang royal entama son discours :

« Je vous remercie d’être venus si nombreux à cette assemblée, non programmée initialement. Si je vous ai convié à vous réunir autour de cette table, c’est pour parlementer de l’épidémie qui sévit actuellement sur les Plaines. De nombreuses bêtes ont été retrouvées mortes, écumant de bave et recouvertes de plaies sur certaines parties du corps, expliqua-t-elle après un moment de silence durant lequel des regards surpris avaient été échangés dans l’assemblée. Visiblement, elle avait bien fait de réunir ses sujets car tous n’étaient pas au courant. Rien d’anormal jusque là, penserez vous certainement. Cependant, en quelques jours, l’infection s’est propagée à une vitesse alarmante. Est-ce bien cela, Dame Cordala ?

Tous les visages se tournèrent vers une femme au visage carré mais à la mine avenante, de grande taille et de carrure imposante ; la ministre de l’Elevage, en charge des affaires de bétails. Celle-ci toussota pour s’éclaircir la gorge et répondit calmement :

- C’est bien cela votre Altesse. Elle se leva et distribua à chacun un document, tout en expliquant l’affaire. Vous trouverez dans ce rapport des croquis de l’état des bêtes à leur mort, ainsi qu’une description des symptômes. Vous pourrez également voir que l’épidémie s’est propagée sur une grande partie du territoire, en très peu de temps. En outre, non seulement le virus se déplace vite mais il est également foudroyant ; les bêtes meurent en général soixante douze heures après les premiers signes de maladie.

Des regards anxieux furent cette fois échangés. La ministre se rassit tandis que la jeune reine regardait, inquiète, les divers dessins du rapport. D’aussi loin que sa mémoire lui permettait, elle ne se souvenait d’avoir vu pareille épidémie. Elle posa finalement le dossier sur la table et vit que tous les yeux étaient braqués vers elle, attendant une réaction de sa part. La lassitude se traduisait fiévreusement sur son visage en cet instant. Pourtant, elle tâcha de ne rien laissait paraître dans ses propos.

- Comme beaucoup d’entre vous l’auront compris, cette endémie risque de se propager à tout le royaume si nous ne faisons rien. Sans parler de la perte financière que la mort des chevaux du haras constituerait. A ce propos, quelqu’un sait-il à combien sont estimées les pertes pour le moment ? Devrons nous débloquer des fonds pour indemniser les populations ? Et surtout, devons nous craindre un risque de famine ? Nos bétails étant d’ordinaire suffisants pour couvrir nos besoins, devrions nous commencer à chercher à nous fournir auprès de nos voisins les Ombres ou les Druides ? »

Idril jeta un coup d’œil circulaire sur l’assemblée, se demandant comment réagiraient ses conseillers. Avaient-ils des informations sur ce qui se passait en ce moment ?

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Mancinia Neflyr
Cavalière Mélancolique
avatar


Féminin Nombre de messages : 329
Age : 25
Age : 23 ans.
Clan : Résistante pour la Fière Patrie Amazone.
Fonction : Sergente - Ancienne Capitaine Amazone des Cuirassiers / Cavalerie Lourde.
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Mar 21 Juil 2009 - 18:00

En ce début de matinée, le soleil dardait dans le ciel cyan parsemé de nuages à l'aspect sirupeux, coton astral. Profitant des premiers rayons que lui offrait l'astre flamboyant, Mancinia était là à observer le ciel aux couleurs variantes. Sous ses pieds s'étendait l'imposante capitale du Royaume. La ville n'était pas encore encombrée par les chariots et les attelages divers qui arpentaient ses rues la journée. Elle n'était pas non plus bruyante, les commerçants installaient tout juste leurs étales pour le marché du matin. On pouvait néanmoins deviner dans les ruelles des silhouettes qui se hâtaient de rentrer chez elle et surtout de quitter les lieux qu'elle n'auraient pas du fréquenter. La ville, tout comme le ciel, reprenait progressivement ses activités de jour et ce spectacle distrayait la jeune Capitaine.

Mancinia n'avait pas encore été mobilisée à la frontière, mais au lieu de se tourner les pousses ou d'agiter bêtement son épée dans une salle d'entraînement surcharger, elle avait décidée de mener une enquête concernant une épidémie s'attaquant aux bestiaux. Les bêtes sont retrouvées sans poils sur certaines parties du corps, couvertes de gerçures et de plaies et bavant à outrance. Elles décèdent mystérieusement soixante douze heures après la découverte des symptômes. Il était évident que l'inquiétude avait gagné la population, les fermiers pour leur finance et les citadins pour leur gosier. Cette maladie se propage à vive allure et pas seulement sur le territoire Amazone mais aussi sur celui des Druides. Mancinia pensait au départ que cette maladie avait été lancé par les Impériaux, histoire de faire mourir à petit feu leur ennemi, voir de les poussés à attaquer mais...Les territoires Druidiques étant touchés, il y avait également de quoi se faire du mourrons. Tournant au coin de la rue, elle entendit deux jeunes recrues au coin :

Elle a des jambes...Waouh !
Les girafes* aussi mais je n'ai pas envie de m'en faire une.

Mancinia pouffa de rire silencieusement et s'esquiva discrètement dans une rue adjacente pour se diriger à l'entrée de la ville d'Eralo, là où les fermiers tenaient leur commerce - terre, bête, famille -, elle allait visitée les fermes des alentours pour recueillir des témoignages de fermiers ayant subit les problèmes de cette épidémie et avoir leur avis sur le sujet, un jeune fermier de quinze ans l'accueillit dans une ferme assez moderne, équipée de moulins à eau et de nombreuses bêtes dont certaines avaient été victimes de la peste bestial tandis que les autres étaient isolées les unes des autres :

C'est assez étonnant, depuis que je suis arrivé quelque chose à changer. Bientôt deux ans que je suis fermier et je n'ai jamais entendu parler de maladie virulente. Quelques rumeurs circulent sur ça chez nous, apparemment, c'est un phénomène dû au changement de régime ou d'un quelconque truc géopolitique. Certaines vaches ne veulent pas quitter leur ferme et se suicide donc pour contester, vous voyez le genre ? Pour ma part, je trouve ça exagéré pour une simple passation de pouvoir, ça doit être une mode...

Autre ferme, où un fermier assez âgé et énerver de ces commérages sans queue ni tête s'empressa de lui répondre :

Je pense que ce sont les dieux qui nous envoient cette peste ! Par Freyja ! Si les vaches se suicident parce qu'une jeune Reine est au pouvoir, nous sommes mal barré ! Quel est l'abrutit qui vous à dit ça, madame ?

Bref, les commérages allaient bon train dans le milieu et en ville, cela n'allait guère mieux, les habitants étaient inquiets (tout les inquiètes en fait), qu'allait - il faire si les bestiaux décédaient ou contaminait les vaches saines qui finissaient dans leurs assiettes ? Mancinia ne pouvait s'empêcher de soupirer mais se sentait obliger de les rassurés pour éviter une émeute, une révolution citadine ou quand bien même une guerre civile. Ils n'avaient vraiment pas besoin de ça, la Reine Idril Calafas n'avait pas besoin de ça...Il était clair que s'était inquiétant mais pas dramatique, les options sanitaires étaient engagées. Peu être que d'ici la fin de cette nouvelle année, on n'en parlera comme "Une vague maladie animalière...". En soupirant une nouvelle fois, elle reprit sa route vers le centre de la citée embourbée de marchands et de citadins qui discutaient de ça et là et qui beuglait parfois une promotion...Et qui chuchotait que le continent allait être diviser encore plus profondément qu'actuellement. Que croire ? L'esprit tourmenter n'allait pas en sa faveur...Cela se vérifia rapidement lorsque cette dernière la convoqua inopinément dans la salle du trône pour une réunion grandiose !

Mancinia n'avait jamais pénétrée dans la salle du trône, seuls la Reine, ses conseilles, ministres ainsi que la chef des armées et ses capitaines étaient convoqués. Capitaine de la Cavalerie Lourde depuis peu - puisque la Reine lui avait laissée sa place - Mancinia découvrait tout cela d'un regard ébahi malgré son visage ferme. La jeune femme gardait également en mémoire sa première rencontre avec la Reine, s'était un peu troublant, car la dernière fois, ce n'était pas aussi important. Mancinia remarqua rapidement l'emblème Amazone, juste après, on annonça l'arrivée de la Reine Calafas [Et moi, je me met où >.< ?]. Mancinia était un peu en retrait à côté de la Chef des Armées, Elea Faldor. A la gauche de la Reine devait se trouvée Liva Hódien, une personne qu'elle voyait pour la première fois mais dont elle avait entendue parlé. Une longue table rectangulaire, faite de marbre, accueillait les autres membres du Conseil. La Reine salua l'assemblée d'un signe de tête et ses conseillers s'essayèrent. Mancinia garda son visage sérieux pour ne pas se déconcentrer, c'est vraiment perturbant, toute cette pression. Elle avait une idée de ce que la Reine désirait parlée, cela se vérifia une nouvelle fois. Une fois que la reine eue terminé son discours, une pensée traversa Mancinia.

"Quelle verve ! Sincèrement, elle est née pour être Reine".

La Ministre de l'Elevage, Dame Cordala, appuya ses dires. Mancinia qui avait plus ou moins interrogé ce bon peuple avait plus une idée de la situation dramatique, les fermiers étaient inquiets et la populace aussi, mais pas besoin de le répéter, si les conseillers étaient stupides, la Reine ne l'était pas. Elle ne prit pas vraiment conscience qu'elle fixait la Reine, aussi, elle détourna le regard en évitant de se frapper la tête contre la table. Cela dit, la Reine reprit de nouveau la parole devant le mutisme de ses conseillers. Elle alla directement au but : Débloquer des fonds pour indemniser la population, le risque de famine et surtout, un commerce avec leurs voisins. La dessus, il y avait un problème et son regard trahissait son objection...Et elle était persuadée qu'Idril Calafas l'avait remarquée.

[La jeune femme polie qui attend que sa Reine lui donne le droit de parole >.<, désolée de ce Rp, mais je devais faire dans le sujet].


* Il y à des girafes au Gwendir ?

_________________

Mancinia Neflyr - Sergente Amazone des Cuirassiers.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/mancinia-neflyr-t209.
Liva Hódien
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 28 ans
Clan : Résistance
Fonction : Femme à tout faire de la reine des Amazones
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Ven 24 Juil 2009 - 10:49

Liva avait eu fort à faire depuis son retour de la capitale humaine. Pour commencer, elle avait dû rattraper quelques retards en paperasserie et s'enquérir de ce qui s'était passé durant sa courte absence. Absence qui s'était, par ailleurs et fort heureusement, révélée bien inutile : le Parjure avait eu la sagesse de ne pas s'en prendre à un autre monarque, et le souverain Ombre avait donc pu rentrer chez lui sans encombre, bien que sans doute toujours inquiet pour son ministre. À ce propos, sans doute le procès de Lord Aziel'Da allait-il bientôt débuter, à moins que ce ne fut déjà fait. Mais peu importait, cela ne la concernait pas. Elle avait eu pour mission de veiller sur Morzan Terrinfiel et s'en était acquitté, certes sans trop d'efforts, et était revenue aux Plaines de Fazor soulagée de ne pas devoir accabler sa souveraine de la nouvelle d'une nouvelle perte d'un être cher.

Elle avait maintenant d'autres soucis, d'un ordre bien plus pragmatique : une épidémie s'était déclarée et décimait le bétail. Elle avait reçu quelques jours plus tôt une missive alarmante d'un capitaine posté à Asela, et s'y était rendue en personne, rapidement et discrètement, pour constater l'étendu des dégâts. Le soldat avait manifestement exagéré les choses dans son compte-rendu, mais la situation était effectivement grave, à tel point que la Reine avait décidé une réunion afin d'en discuter.

Comme à son habitude, Liva fut l'une des premières à entrer dans l'imposante salle du trône pour s'y installer. Il lui fallut toutefois quelques instants pour se rappeler la nouvelle place qu'elle y occupait : directement à gauche de la Reine, place attribuée par celle-ci à son plus loyal subordonnée. Du temps d'Ardentia, cette place avait été occupée par Elea Faldor -maintenant assise à la droite d'Idril- et Liva, bien qu'étant la plus proche conseillère de la monarque, avait toujours adopté une position plus discrète. Elle éprouvait une sensation étrange à cet endroit, dominant, d'une certaine façon, l'assemblée, si loin de son effacement habituel, mais elle avait été si honorée de cette marque d'estime et de confiance et de la part d'Idril qu'il ne lui serait jamais venu à l'esprit de refuser. De plus, elle tenait à montrer son appui à la nouvelle reine à tous ceux qui oseraient douter de ses capacités.

Rapidement, les personnes conviées à participer à cette réunion arrivèrent à leur tour, puis la souveraine elle-même, et ils purent commencer. Idril commença par résumer sommairement la situation, puis céda la parole à la ministre de l'élevage. Cette dernière donna plus de détails, tout en distribuant à chacun un document fort bien renseigné. Puis la reine reprit la parole, cherchant cette fois l'avis de ces conseillers. À la surprise générale, ce fut le moment que Liva choisit pour se lever afin de prendre la parole, le regard toujours perdu dans le document qu'elle connaissait pourtant par coeur. Elle avait en effet pour habitude de laisser s'exprimer tout le monde avant de donner son avis, quand elle ne le gardait pas pour quand elle se retrouverait en privé avec Ardentia. Toutefois, elle occupait maintenant officiellement la position de conseillère principale de la Reine, et estimait qu'elle devait s'en montrer digne. Relevant les yeux sur l'assemblée, elle s'exprima d'une voix claire, prenant soin d'inclure chaque personne présente, bien que s'adressant principalement à sa souveraine.

- Les derniers rapports font état de la mort de plus d'un millier de bêtes, mais la maladie progresse rapidement, aussi cela a-t-il certainement déjà augmenté. En revanche aucun de nos chevaux ne semble avoir été touché pour le moment, malgré certaines nouvelles qui ont pu nous parvenir. Je pense que le plus urgent est de contenir l'épidémie du mieux possible. Certaines mesures ont déjà été prises, mais elles ne sont manifestement pas suffisantes. Pour les dédommagements, ils seront effectivement nécessaires mais devront hélas sans doute attendre. Il ne sert à rien de payer au peuple ce qu'il a perdu si nous n'empêchons pas qu'il perde encore d'avantage. Pour l'heure, nous n'avons pas encore à craindre de famine, mais je pense qu'il serait plus prudent d'entrer d'ores et déjà en contact avec les Ombres, afin de les prévenir que nous pourrions avoir besoin de faire appel à eux si la situation ne s'améliore pas. Inutile, à mon avis, de faire appel aux Druides, je doute qu'ils nous viennent en aide.

Ces derniers mots créèrent quelques remous par l'assemblée. Beaucoup, en effet, n'avaient toujours pas digéré l'alliance du peuple de Mani avec les humains mais Liva n'en faisait pas partie. Les Druides n'étaient pas un peuple guerrier, elle le savait, et elle se doutait que c'était la peur plus que la conviction qui les avaient fait rejoindre le Parjure. Toutefois, ses préoccupations étaient d'un tout autre ordre. Après avoir intimé le silence d'un regard glacial, elle précisa sa pensée.

- Non pas en raison des tensions qui pourraient régner entre nos peuples, mais parce qu'eux aussi sont touchés par cette maladie.

Cette fois, sa déclaration déclencha un florilège d'exclamations dans la salle. Apparemment, elle était la seule présente à avoir été au courant de ce fait, en dehors peut-être d'Elea Faldor, et les réactions étaient variées et indécises. La conseillère se rassit, attendant que le calme revînt dans la salle, puis interrogea du regard la souveraine et ses conseillers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/liva-hodien-au-servic
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Dim 2 Aoû 2009 - 8:54

Liva se leva. Idril fit mine de ne pas s’étonner, mais si on l’avait interrogé, elle aurait sûrement avoué que cela ne ressemblait pas à Liva. Du moins, cela ne ressemblait pas à la Liva qui officiait sous le règne de sa mère. Mais les choses avaient changé. Précipitamment peut être, mais plus rien n’était comme avant. La montée sur le trône de la princesse orpheline avait modifié quelque peu la hiérarchie mise en place sous le règne d’Ardentia. L’ancienne Capitaine de la Cavalerie Lourde et Première conseillère était devenue Reine, libérant deux postes importants. Idril n’avait eu aucune difficulté à trouver ses successeurs. Et aujourd’hui, Liva agissait comme son nouveau grade l’exigeait. Elle parla d’une voix forte et distincte, sans pour autant montrer la moindre agitation. Ses paroles étaient fluides et son timbre, distinct. Plus Idril côtoyait Liva dans l’exercice de ses fonctions, plus elle comprenait pourquoi sa défunte mère accordait autant de crédit aux dires de cette dernière. Bon nombre de personne savait que la feu Reine estimait beaucoup Liva, mais seule Idril devait savoir à quel point. Elle se souvenait de discussions échangées avec sa mère au sujet de cette jeune femme à la langue vive et au caractère impétueux. Elles étaient toujours en faveur de Liva et Idril se demanda si cette dernière connaissait l’étendu de l’estime que lui avait porté Ardentia.

La jeune femme qui parlait avec calme et prestance abordait à présent l’idée du commerce accru avec les voisins du Royaume. Idril fut intérieurement soulagée de constater que Liva était d’accord avec son propre point de vue. Cependant, ses sourcils s’arquèrent quand la Conseillère évoqua l’impossibilité de négocier avec les Druides. Les enfants de Mani avaient certes renouvelé leurs serments d’allégeance mais la jeune reine doutait fort qu’ils décident de couper court à toutes relations avec les Amazones. Des protestations s’élevèrent dans l’assemblée et Idril profita de cet instant pour jeter un coup d’œil interrogateur à Liva. L’échange dura quelques secondes avant que cette dernière ne reprenne la parole, non pas sans avoir au préalable ramené le silence d’un simple regard. L’annonce tomba comme une épée de Damoclès. Idril fronça les sourcils tandis que de nouvelles protestations s’élevaient de part et d’autre de la table. Elle profita de ce temps d’agitation pour réfléchir. Elle avait une idée mais elle ne plairait pas au Conseil. Oh non ! Liva se posa à nouveau dans son siège et interrogea la salle du regard. Idril remarqua que celle qui l’avait remplacé dans son poste de Capitaine affichait une mine renfrognée, comme si elle n’avait pas été d’accord avec ce qui avait été dit. Elle l’interrogerait par la suite, mais pour l’heure, la nouvelle prenait une autre dimension.

« Voilà qui change la donne. Si l’épidémie a réussi à se propager sur deux royaumes, les moyens mis en place devront être bien plus radicaux. Le virus doit être plus fort que nous l’avions imaginé. La solution serait-elle d’abattre tous les troupeaux des zones contaminées ?

Le regard inquiet, Idril chercha du soutien dans l’assemblée. Elle savait que si cette décision était prise, sa popularité en prendrait un sacré coup. Une telle mesure serait accueillie avec beaucoup de mécontentement par les fermiers et les paysans. Il serait impossible de dédommager suffisamment chaque personne ayant perdu des bêtes. Bon nombres d’Amazones se sentiraient lésés. Mais pouvait-il y avoir une autre solution ?

- Capitaine Neflyr, à votre air, je crois comprendre que vous semblez avoir une idée arrêtée sur la question. Serais-je dans l’erreur ? »

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Mancinia Neflyr
Cavalière Mélancolique
avatar


Féminin Nombre de messages : 329
Age : 25
Age : 23 ans.
Clan : Résistante pour la Fière Patrie Amazone.
Fonction : Sergente - Ancienne Capitaine Amazone des Cuirassiers / Cavalerie Lourde.
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Sam 8 Aoû 2009 - 13:10

La Première Conseillère, Liva Hódien, se redressa et commença à énoncer les problèmes actuels, une voix qui se distinguait des autres par sa clarté et sa force. Une agitation avait parcourut l'assemblée quand la Conseillère avait clairement fait comprendre l'impossibilité de négocier avec les Druides, eux - mêmes touchés par la mystérieuse peste. Elle avait également "proposer" de faire appel aux Ombres, ce qui pourrait effectivement marcher au niveau commercial, même si on ne parlait pas encore de famine sur les plaines de Fazor et dans le reste du Royaume...Que ce passerait - il si le territoire des Ombres était lui aussi toucher par cette maladie aussi virulente que mortelle ? En écoutant Liva, Mancinia réfléchit un peu tandis que la Reine suivit le geste de sa Conseillère et poursuivit le débat :

Voilà qui change la done. Si l'épidémie a réussi à se propager sur deux royaumes, les moyens mis en place devront être bien plus radicaux. Le virus doit être plus fort que nous l'avions imaginé. La solution serait - elle d’abattre tous les troupeaux des zones contaminées ?

La Reine réfléchissait à ce qui devait être fait, dans l'urgence actuelle se n'était pas plus mal...Le peuple et les mesures sanitaires étaient prioritaires. La Capitaine observa l'assemblée de son regard, son oeil scrutait les visages pas vraiment rassurer des conseillers et ministres qui discutaient de choses sans queue ni tête, elle affichait une mine renfrognée, un peu en désaccord parce malgré tout, il fallait penser également en long terme...Elle vit l'air inquiet de sa Reine, en tant que Capitaine, elle comprit que la décision d'abattre les bêtes ne seraient pas bien vue...Mais que préféraient - t - il, ces paysans ? Quelques bêtes mortes ou tout leur troupeau entier ? Puis, doucement, la Reine Calafas prit la parole :

Capitaine Neflyr, à votre air, je crois comprendre que vous semblez avoir une idée arrêtée sur la question. Serais - je dans l'erreur ?

Mancinia soupira dans son esprit, sa Reine avait vraiment un oeil partout...Et elle prit la parole, calmement, sans panique, d'une voix grave et claire :

Nullement, Votre Masjesté. J'appuis les dires de votre Conseillère et les vôtres, mais un problème se pose lorsque nous discutons commerce. Cet épidémie touche deux territoires actuellement, que se passera - t - il si elle venait à progresser sur les autres ? Je ne cherche pas à lancer des spéculations, mais, pensons à long terme si elle continue...Imaginons un instant que cela se produise...Que se passera - t - il si nous sommes coupés de vivre, ainsi que nos alliés ? Ma reine, vous parlez de commerce, mais si il s'agit d'une importante maladie, je ne vous apprends rien. Si elle continue à être aussi virulente, elle va s'étendre sur le continent, faire commerce sans bétails serait un problème. Je pense...Et ce n'est qu'un avis, que nous devrions sans plus attendre protéger les bêtes encore saines sans contacts extérieur, uniquement quelques personnes pourront les soignés et les nourries. Je parle particulièrement pour nos chevaux, même si ils ne sont pas, pour l'instant, touchés. Les bêtes contaminées devraient être abattues sans plus attendre et brûlés loin de la cité, les fermiers devront se contenter de ça, préfèreraient - t - il quelques bêtes abattues à tout leur troupeau ? La réponse me semble évidente. Ensuite, nous devront apprendre comment cette maladie avance...Par de l'eau contaminé ou autre chose...Mais il se peut tout aussi bien qu'elle vienne à s'arrêter aussi vite qu'elle est apparue, ne prenons pas ce risque qui pourrait coûter cher...

Mancinia resta un peu stoïque en retenant son souffle et attendit une réponse positive même négative...

_________________

Mancinia Neflyr - Sergente Amazone des Cuirassiers.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/mancinia-neflyr-t209.
Liva Hódien
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 28 ans
Clan : Résistance
Fonction : Femme à tout faire de la reine des Amazones
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Mar 11 Aoû 2009 - 19:32

Le calme revint étonnamment rapidement après que Liva eut annoncé l'inquiétante nouvelle concernant le royaume des Druides. Toutefois, il était manifeste qu'à part elle, bien peu dans cette salle avaient été au courant. L'Amazone aurait aimé en avoir au moins informé sa Reine avant le début de la réunion, afin de ne pas la prendre au dépourvu, mais elle-même ne l'avait apprit que très peu de temps auparavant, et le temps avait manqué. Toutefois, elle nota avec satisfaction, bien que sans réelle surprise, qu'Idril ne s'était pas laissée démonter par l'annonce. Elle alla même jusqu'à proposer une solution aussi radicale qu'efficace, que certainement bien peu de souverains auraient osé offrir d'eux-même en raison de l'impopularité que cela risquait d'amener. Le regard que la jeune reine lança à l'assemblée montrait assez bien l'inquiétude que cela lui causait, mais elle avait tout de même eu le cran de faire. Oui, décidément, Idril était la digne fille de sa mère, et possédait manifestement la force de caractère nécessaire à la gestion d'un royaume. Toutefois, Liva estima que la décision d'abattre l'ensemble des troupeaux ne s'avérait fort heureusement pas nécessaire vu la situation actuelle. Pas encore, en tout cas.

Elle garda cependant son avis pour elle, préférant d'abord prendre l'avis des autres conseillers présents, comme elle le faisait habituellement. Lorsque Mancinia Neflyr, la Conseillère écouta avec une attention accrue. La jeune femme avait été tout récemment promue Capitaine de la Cavalerie Lourde, remplaçant Idril, et Liva n'avait pas encore eu l'occasion de la voir en action. Elle avait pris ses renseignements, bien évidemment, et elle la pensait fort capable de remplir son rôle, mais elle aimait à se faire elle-même une idée des personnes. En effet, la jeune Capitaine fit montre d'un esprit aiguisé et d'une bonne capacité de réflexion. Elle se montrait certes un peu extrême dans certaines opinions, mais dans cette situation mieux valait se montrer trop alarmiste que pas assez. De plus, elle avait affiché un calme et une assurance parfaits, malgré la tension que ne devait pas manquer de créer chez elle sa première participation au Conseil. Nul doute qu'elle saurait se montrer précieuse à l'avenir. La gratifiant de l'un de ses si rares sourires, Liva se permit de reprendre la parole pour donner son avis sur les dires de la Capitaine, tout en en profitant pour apporter des précisions qui semblaient lui manquer.

- L'abattage des bêtes contaminées a déjà été mis en place. Et des emplacements ont été spécialement été aménagés aux abords de chaque cité afin de brûler les cadavres. Quant à votre proposition de mettre en quarantaine les troupeaux, cela me semble effectivement la meilleure chose à faire. Et, comme vous l'avez dit, veiller particulièrement sur nos chevaux me semble impératif. Elle marqua une pause de quelques secondes puis se tourna vers sa souveraine avant de continuer. En revanche, abattre systématiquement les troupeaux me semble une mesure exagérée pour l'heure, je ne pense pas que nous ayons besoin d'en arriver là. Toutefois, nous ne ne devons pas écarter cette possibilité, si jamais la situation devait continuer à empirer. Puis elle reporta son attention sur les autres conseillers, englobant toute la salle du regard. Qu'en pensez-vous ?

Elle n'avait adressé sa question à personne en particulier, ou plutôt à tout le monde, espérant déclencher des réactions de la part de ceux qui n'avaient pas encore pris la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/liva-hodien-au-servic
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Sam 29 Aoû 2009 - 11:56

Idril resta les yeux rivés sur la table quelques secondes après que Mancinia eut pris la parole, puis rejointe par Liva. Elle sentait que la situation lui échappait, qu’elle n’était en l’instant pas maîtresse de ce qui serait décidé. La jeune femme avait eu affaire à beaucoup de situations, du temps où elle officiait comme Capitaine et Conseillère de sa mère, ce qui lui avait permis de gagner en maturité, mais cela n’avait pas suffi et son inexpérience dans certains domaines était encore trop flagrante. Pour l’heure, elle ne savait pas vraiment quoi faire et elle se rendait compte que ses propositions n’étaient pas très utiles. Son air se renfrogna et elle continua d’écouter attentivement les avis du Conseil. Elle se surprit à envier Liva qui semblait parfaitement à l’aise, proposant divers plan d’action. Mancinia, son successeur, avait aussi quelques idées pertinentes qui valaient la peine d’être mises à l’épreuve. Alors que la jeune reine réfléchissait à tout ce qui venait d’être énoncé, la ministre de l’Elevage s’autorisa à répondre la première à la question de Liva. D’une voix posée et maîtrisée, elle déclara :

« Je crois estimer à juste titre que nous devrions effectivement abattre les bêtes contaminées, mettre en quarantaine les troupeaux ayant abrité des individus malades mais aussi proposer un arrêté interdisant tout commerce et transport de bétail sur nos terres. Bien entendu, je crois qu’il serait préférable de suspendre tous les transferts de bêtes vers nos pays voisins également, pour éviter que le virus ne se propage plus vite. Et comme l’a intelligemment fait remarquer la Capitaine Mancinia, nous ne devons pas nous contenter de l’isolement des troupeaux. Pour endiguer la pandémie, nous devons trouver l’origine de la transmission. Je suggère donc que des fonds soient débloqués pour effectuer des recherches en amont du problème.

Plusieurs conseillers hochèrent la tête, approuvant les solutions apportées par Dame Cordala. Le regard pensif, Idril acquiesça également d’un signe de tête. Tout cela était fort vrai, mais un détail la chagrinait. Aussi, elle se résolut à faire part de son idée première, celle que le Conseil n’approuverait peut être pas mais qu’elle devait annoncer coûte que coûte. Se redressant, elle jeta un coup d’œil circulaire à l’assemblée. Puis, elle prit une profonde inspiration et se décida à parler de nouveau :

- Je suis résolument de vos avis, Dame Neflyr et Dame Cordala. Nous nous devons de trouver l’origine du virus si nous voulons être efficace dans notre lutte contre la maladie. Je crois qu’il nous faut affronter le problème sur ces deux fronts. L’un sans l’autre, ils seraient vains. Cependant, je pense que cela ne sera pas suffisant pour limiter la propagation du virus. Il nous faut agir de paire avec nos voisins les Druides. Aussi, je suggère que nous invitions le monarque Galdor Fenril à se joindre à nous.

Des cris de mécontentement fusèrent de part et d’autre de la salle. Idril s’y était attendue, sachant pertinemment que certains membres de son Conseil étaient des conservateurs intransigeants qui ne pouvaient supporter la « trahison » des Druides. Pourtant, à l’heure actuelle, la souveraine estimait que le peuple amazone devait refouler sa rancœur et agir de paire avec le peuple druidique, s’il voulait avoir une chance d’endiguer la maladie rapidement et efficacement. Lorsque le calme revint doucement, Idril reprit la parole d’une voix forte pour couvrir les derniers chuchotements sonores.

- Que ceux qui sont opposés à cette proposition nous fournissent des arguments valables et que ceux qui y sont favorables exposent leurs opinions, afin de convaincre les autres.»

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Mancinia Neflyr
Cavalière Mélancolique
avatar


Féminin Nombre de messages : 329
Age : 25
Age : 23 ans.
Clan : Résistante pour la Fière Patrie Amazone.
Fonction : Sergente - Ancienne Capitaine Amazone des Cuirassiers / Cavalerie Lourde.
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   Ven 30 Oct 2009 - 19:22

L'air de la Reine de renfrogna, Mancinia ignora véritablement à quoi cela était dû, mais sans nulle doute à cause de cette vaste épidémie qui continuait à faire des ravages sur le Territoire Amazone...La jeune femme ce concentra à fixer la table sans lever les yeux vers l'assembler, trop concentrer sur ce problème d'épidémie pour comprendre quoique ce soit d'autre. La jeune femme était mal à l'aise tout d'un coup. Mais rapidement, le visage de sa fille se mit à flotter devant son regard et son sourire raviva en elle un drôle de lueur dans ses prunelles...Elle se sentait apaisée mais aussi furieusement en colère, contre quoi ? Contre qui ? Mancinia ne savait le dire. Elle releva alors la tête pour regarder droit devant elle avec un air inflexible, tandis que la Ministre de l'Elevage se leva de nouveau pour prendre la parole et admit qu'ils devaient abattre les troupeaux contaminés, mettre en quarantaine les troupeaux d'individus malades et proposé un Arrêté sur le commerce entre les différentes parties du territoire. Mais quand elle marqua fort son discours en posant la question d'où venait l'épidémie, Mancinia conserva une remarque pour elle - même jusqu'à la fin de la discussion. Plusieurs conseillers approuvèrent cet état de fait et la Reine demeura muette pour un temps avant de se redresser et s'adresser de nouveau à l'assemblée. Mancinia fût surprise quand la Reine proposa d'agir avec Galdor Fenril, le Roi des Druides. Mancinia se demanda durant un instant si elle n'avait pas perdue la tête mais regretta automatiquement cette idée, non, elle avait raison. Car le principe de la guerre, ce n'est pas uniquement de guerroyer...La Reine l'avait compris, tout ne se joue pas sur un champs de bataille ou sur une table politique...Bien que la trahison des Druides est eut un impact sur le moral des troupes et que l'hostilité des Amazones étaient à son comble, le moment était justement venu de faire un compromis...Et lorsque la Reine les invita à s'exprimer avec des arguments solides, irréfutables et convaincantes, même les conseillers les plus matérialistes n'osait pas se lever pour exprimer leur mécontentement de façon à ce que la Reine puisse avoir raison, mais Mancinia devait absolument s'exprimer :

La transmission, Dame Cordala ? Ma Reine, les spéculations indiqueraient le Territoire Humain. Mais iraient - ils jusqu'à utiliser leurs alliés pour se couvrir ? C'est l'hiver, le moment des nouvelles pandémies...Serait - ce aussi dû à une trahison interne, voir externe de notre chaîne de commandement ? Qui peut répondre à cela ? Personne. Je joins mes forces à sa Majesté pour dire qu'il faut le faire. Il faut demander au Roi des Druides de nous venir en aide.

De nouveaux braillement agitèrent la salle et la jeune femme se retint à grand peine de soupirer et de leur demander de se taire quelques temps, histoire de laisser leur Reine penser au lieu d'écouter des absurdités. Ignorant son tempérament impétueux, elle frappa de ses deux mains la table de bois massif et les conseillers se turent, elle fronça les sourcils et poursuivit :

La guerre, ce n'est pas uniquement de se taper dessus mais également de savoir faire des compromis pour le bien de son peuple, c'est ce que la Reine à compris. Et si Galdor Fenril est un bon dirigeant, il sera d'accord sur ce point. Qui sait ? Aurons - nous peut - être une chance de faire comprendre aux Druides leur erreur ? Celle de se rallier au Parjure...Mais Dame Liva à exprimer une réserve concernant cette possible négociation, mais de ma recommandation, je pense que nous devrions discuter avec un peuple déjà toucher que prendre le risque de contaminé à son tour le Territoire Ombre.

_________________

Mancinia Neflyr - Sergente Amazone des Cuirassiers.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/mancinia-neflyr-t209.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une inquiétante épidémie [Liva - Mancinia *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'inquiétante hausse des disparitions
» Une discussion inquiétante (Etoile de Nuit et Nuage d’Éclair)
» Une découverte pour Sylvie [pv sa mère et sa tante]
» Il ne fallait pas s'inquiéter pour moi, c'est trop gentil. [PV Le seigneur fou]
» Disparition, inquiétude et retrouvailles...[PV Heïan]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 5-