AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au commencement [*]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au commencement [*]   Lun 27 Juil 2009 - 18:58

Semaine 12 de l'an 835
Premier jour, dans la matinée


La cité Himiria se profilait devant lui, enfin après plusieurs jours de marche il allait trouver de la civilisation, peut être aussi un but à sa vie. Il n’avait aucune ambition mais l’ennui était vite arrivé dans cette marche infinie vers quelque chose d’inconnu, un espoir nouveau. Son esprit était préoccupé depuis plusieurs heures et il commençait à sentir cette fatigue qui alourdissait les membres lorsqu’on avait trop marché et qui engourdissait l’esprit lorsqu’on avait trop réfléchi. Pourtant il ne pouvait s’empêcher d’y penser : pourquoi, pourquoi son père lui manquait ? Il n’était pas l’un de ces masochistes qui aimaient leur tortionnaire mais il se rendait compte peu à peu que Lhèt n’était pas que cet homme colérique et violent. Il était tout ce qu’il avait, après tout il l’avait nourri et logé pendant des années et peu importait s’il n’était pas son vrai père, si celui-ci avait été déçu par son incompétence et le fait qu’il ne soit pas Orthodoxe. Machinalement, comme à chaque fois qu’il pensait à lui, il porta sa main sur son œil droit, caressant sa cicatrice – tatouage. Non malgré tous ses défauts, Lhèt n’en était pas moins homme et maintenant qu’il avait trouvé la paix intérieure dans la mort Ydriss ne le haïssait plus, il était temps de lui pardonner. Leur relation ambiguë était terminée pour toujours et jamais il ne saurait si son père l’avait aimé un jour, il aurait tant voulu qu’il soit fier de lui… mais il ne fallait plus y penser.

Il accéléra le rythme malgré sa fatigue naissante, désirant arriver rapidement en ville pour trouver un but, une activité, n’importe quoi pour occuper son esprit, à trop ruminer ses pensées il en deviendrait fou ! Etait-ce ça la solitude ? Comment son père avait-il pu faire avant qu’il ne le trouve ? Ce serait toujours un mystère.
Une heure passa et il arriva enfin devant les portes, heureux de pouvoir se reposer de sa trop longue marche.

Il n’était dans une ville qui appartenait à sa race, il était parti au hasard et avait fini par se retrouver dans le territoire Orthodoxe mais c’était peut être mieux, jamais il n’avait fréquenté d’Ombres et ne savait pas vraiment à quoi s’attendre avec eux. D’après ce qu’il avait compris de la situation politique du Gwendir il devrait rencontrer plus d’impériaux que de résistants par ici mais il ne savait lesquels étaient les plus dangereux pour lui. Son père aurait aimé qu’il rejoigne les impériaux, il l’aurait fait lui-même si la maladie avait cessé de ronger tout son être, mais comme une bête infâme qui attire la mort elle avait joué avec le pauvre homme, le rendant sec, blafard. Il avait vieilli si vite, quelle avait été sa surprise quand un matin il avait découvert ses cheveux grisonnants puis blanchissants. Et puis la mort était venue jusqu’à lui, emportant son âme tourmentée et faible, ne laissant plus qu’un cadavre qui attirait les mouches, charognards assoiffés de chair et de sang.

Mais lui, que voulait-il ? Devait-il résister, croire que le Bien gagne toujours, aider les autres à rétablir l’ordre qui avait été rompu ? Ou bien fallait-il suivre le chemin de son père, se laisser tenter par cette facilité et laisser la tyrannie régner en ces terres ? Mais la notion de Bien et de Mal existait-elle vraiment ? N’était-ce pas une lutte de pouvoir où chacun montrait l’autre comme un calomnieur corrompu par la soif de pouvoir ? Comment avoir confiance ? Il se sentait perdu et puis après tout ce combat était-il le sien ?
Tant de questions en lui, tant d’instabilité. Il aurait aimé avoir un compagnon fidèle, un ami, un confident, n’importe qui qui puisse le guider. Il était si seul, si jeune…

Prit par ses pensées il avait laissé ses pas le guider au hasard et se trouvait dans la quartier commerçant, à cette heure là il ne devait pas y avoir le plus gros de la foule mais il était assez rempli. Il regarda autour de lui, d’un regard perdu qui cherche quelque chose de familier auquel se raccrocher. Tous ces hommes et toutes ces femmes lui étaient inconnus, certains de races qu’il n’avait jamais vu, la plupart des Orthodoxes, il croisait aussi quelques Ombres mais après quelques regards curieux, il finit par se demander s’ils avaient bien un point commun…
Après tout à quoi bon ? Il n’avait qu’à laisser le hasard le guider vers le chemin qu’il devait prendre.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 23
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Mar 28 Juil 2009 - 9:52

Solyanne ne s'était, pour l'instant, pas encore vu acquittée d'une quelconque tâche cette semaine. Ca n'allait sûrement pas tarder : le roi avait toujours quelque chose à lui demander. Et cela pour son plus grand plaisir. Après avoir servi l'ancien roi, un homme qu'elle respectait et auquel elle rendait volontiers service, elle s'était désormais mise au service de celui qui s'avérait être l'héritier du royaume des Orthodoxes. Elle l'appréciait tout autant que le précédent. Et puis, en plus, il se trouvait être plus jeune. La jeune espionne n'avait de contact avec la famille royal : le seul qu'elle connaissait, donc, était Erendil San'Veck. Il lui avait été présenté par le roi defunt. Mais sans plus. Ce ne fut que lorsqu'elle se mit à son service qu'elle apprit à mieux le connaître. De toute manière, elle n'avait besoin de cela pour s'acquitter correctement de ses tâches...! Et là était son seul but. En tout cas pour l'instant.

Alors qu'elle chevauchait son bel étalon alezan portant le nom de Golden Eyes dans une calme forêt, Solyanne se demandait encore si elle allait rendre visite à son père adoptif. Elle n'avait jamais cessé d'aimer Till, cela même lorsqu'elle avait dû le partager avec le fils qu'il avait eu de sa femme Saraska. Tilian, le petit garçon de quatre ans, était vraiment mignon. Mais Solyanne le trouvait quelque peu capricieux. Et puis, elle ne supportait que très mal les enfants qui crisaient...Elle qui aimait le calme - cela dépendait, bien évidemment, des circonstances - ne supportait pas qu'il fût troublé par les cris d'un enfant, fut-ce son frère. Elle n'avait pu s'empêcher, plus encore à sa naissance, d'être jalouse de lui. Possessive surtout lorsqu'il s'agissait de son père, elle avait dû apprendre à partager. Cela l'avait empêché d'instaurer un lien affectif avec son demi-frère. Et elle ne savait comment s'y prendre lorsqu'elle se trouvait en sa compagnie. Saraska, qui l'aimait malgré qu'elle ne fût point sa fille, tentait de l'aider à surmonter son sentiment négatif et son non savoir auprès des enfants. Elle était un peu, pour Solyanne, comme une mère qu'elle ne connaissait, par contre, par très bien. Elle s'entendait bien avec elle car elle avait su rendre Till plus heureux encore qu'il ne l'était lorsqu'il vivait seul avec sa fille adoptive. Elle ne lui en voulait pas, ou très peu peut-être parce qu'elle se trouvait être la mère du fils de son père, sa génitrice.

Un sourire moqueur naquit sur les lèvres de l'espionne : elle était ridicule. Ses pensées n'étaient pas dignes d'une adulte, elle le savait pertinemment. Mais elle ne pouvait s'empêcher de ressentir de tels sentiments - bien qu'elle avait quand même pris plus du recul avec l'âge.
Elle se rendit vite compte que la forêt était maintenant loin derrière elle et qu'elle se trouvait dans la ville où vivaient son père, l'épouse de ce dernier et leur jeune fils. Elle ne savait toujours pas si elle allait leur rendre visite...C'est pourquoi, elle décida de faire un petit tour dans la ville. Elle mit pied à terre et se rendit vers le quartier commerçant, histoire de voir s'il y avait du nouveau. Quelques regards se tournèrent vers elle, mais Solyanne n'y fit pas attention. Il était vrai qu'elle avait été gratifiée de moins de tatouages que la plupart des Orthodoxes. Et sa corpulence s'avérait plus fine, moins baraque que la leur. Ils pouvaient donc, peut-être, se demander si elle était vraiment des leurs. Ils avaient raison de se poser cette question car elle était n'était totalement Orthodoxe. Du sang humain coulait aussi dans ses veines, cela étant dû au fait que son père biologique était un humain.

Alors que son regard était attiré par un stand qui, apparemment, venait d’être installé, elle percuta une personne sans le faire exprès. Elle se retourna brusquement, surprise. Et la personne qu’elle venait de heurter se trouvait être un charmant jeune homme doté seulement d’une seule marque seulement sur le visage. Solyanne esquissa une légère pression sur la reine de sa monture pour que cette dernière s’arrêtât. Elle observa ensuite le jeune homme avec attention. Il ne pouvait être Orthodoxe…à moins qu’il n’y eut un quelconque problème qui le priva de tout autres tatouages. A première vu, il paraissait quelque peu perdu. Mais qui pouvait-il bien être ? A quel peuple appartenait-il donc ? La jeune femme se rendit alors compte qu’elle n’avait encore rien dit. Elle s’empressa de se rattraper et, tout sourire dépourvu de son visage comme le voulait l’habitude, elle déclara d’un ton posé :


« Excusez-moi, je ne vous avais pas vu… »

Ce furent ses seules paroles. Car elle s’empressa, bien vite, de le détailler à nouveau, bien plus intriguée qu’elle ne l’aurait dû.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Mar 28 Juil 2009 - 19:48

Il flânait parmi les étalages des marchands, ne faisant guère attention à ce qui l’entourait, pas vraiment habitué à se méfier des gens qui passaient près de lui. Ce fut un coup brutal qui le tira de ses réflexions, le faisant reculer de plusieurs pas. Bien que légèrement étourdit, il leva rapidement les yeux, cherchant celui qui l’avait percuté.

A sa plus grande surprise il ne s’agissait pas d’une grosse brute dont il avait bloqué le passage mais d’une jeune femme à cheval. Pendant un instant de silence il se mit à observer cette inconnue qu’il finit par trouver ravissante. Les traits de son visage surtout étaient séduisants par leur finesse et leur régularité ainsi que les tatouages qui servaient de maquillage à la cavalière. C’était en fait la première fois qu’il regardait vraiment une femme et, déjà peu habitué à fréquenter le monde il n’avait jamais parlé à l’une d’elle aussi loin que ses souvenirs remontaient. Son regard ingénu parcourait le visage de la jeune femme, la courbe de ses cheveux noirs attachés sans aucune autre pensée que celle de l’émerveillement envers quelque chose de nouveau et de fascinant.
Il plongea ses yeux dans les siens lorsque ceux-ci se croisèrent, perdant toute notion de la réalité et entrant peu à peu dans un rêve éveillé. Il ne réfléchissait plus vraiment et sombrait dans une sorte d’hébétude laissant une foule de pensées, de mots, de sentiments passer dans sa tête dans le plus grand désordre, quelque chose d’incompréhensible.

Il lui semblait que ce qu’il faisait il y a quelques minutes à peine était si loin qu’il avait été transporté dans un autre monde. Ce fut les excuses de la jeune inconnue qui le ramenèrent à la réalité. Conscient alors de sa grossièreté, peut être impolitesse – après tout il ne connaissait guère l’étiquette – son visage se teinta de rouge. Il se sentait à la fois honteux et intimidé par cette personne au regard examinateur et aurait aimé pouvoir se cacher à mille lieues sous terre. Il était sans voix et les mots se bousculaient dans sa tête, à nouveau sans aucun sens, laissant un long silence avant qu’il ne réponde enfin.


« Je… excusez moi… enfin je veux dire ce n’est pas grave… »

Il baissa la tête, comme subitement intéressé par un petit caillou à ses pieds qui jonchait le sol. Le jeune homme sentait grandir en lui sa timidité et il avait l’impression qu’il était devenu si rouge qu’il aurait aimé le cacher entre ses mains.

« Je ne me suis pas présenté… je m’appelle Ydriss… enfin non… Ydriss est mon nom… je me nomme Xantha… enfin appelez moi comme vous le voulez… »

Il se sentit si bête qu’il n’osa même pas jeter un regard sur son interlocutrice. Etait-ce ainsi qu’il s’attendait à faire sa première rencontre ? Il était confus et aurait du savoir se comporter avec des inconnus comme tous les jeunes gens de son âge mais il ne s’était jamais retrouvé seul, personne n’était là pour l’aider. Après tout que savait-il du monde à part sa propre histoire ?
Il laissa à la cavalière le temps de répondre, se jurant que la prochaine fois il choisirait mieux ses mots et ne montrerait plus à quel point il se sentait intimidé. Mais sans doute que son visage montrait bien plus ce qu’il pensait que ses paroles, il lui sembla alors qu’il avait énormément à apprendre.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 23
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Mer 29 Juil 2009 - 17:51

Solyanne M'angil, d'abord quelque peu surprise par la réaction du jeune homme, finit par laisser place à un léger sourire sur ses lèvres décorées de vert. Il était vrai qu’elle ne ressemblait pas qu’aux Orthodoxes et que sa totale appartenance à ces derniers pouvait être mise en doute. Mais mis à part cela, ce qui pouvait d’ailleurs peut-être être suffisant, elle ne voyait de raison pour laquelle il adoptait une telle réaction.
Solyanne se permit à nouveau, même si elle l’avait déjà fait, d’observer encore davantage et dans les détails l’inconnu qu’elle avait bousculé. L’unique marque dont était décoré son visage l’intriguait plus que tout autre détail de son corps. Ses yeux s’y fixèrent pour ne plus s’en détacher avant un moment…Elle ne pouvait s’empêcher de se poser maintes questions. Mais d’où venait-il réellement ? Etait-il ne serait-ce qu’à moitié Orthodoxe ? Si ce n’était point le cas, comment expliquer son tatouage sur le visage ? La jeune espionne se força à émerger bien vite de toutes ces pensées qui visitaient son esprit, fut-ce pour une courte durée. Lui poser la question aussi directement sans même avoir entamé ne serait-ce que le début d’une conversation ne pourrait que le mettre davantage mal à l’aise. Mais elle doutait, en plus, de pouvoir converser avec ce jeune homme qui paraissait si timide.

Golden Eyes l’aida à sortir entièrement de ses songes en posant sa tête sur l’épaule de sa cavalière. Un nouveau sourire étira les lèvres de Solyanne qui posa sa main sur ses naseaux. Lentement, elle le caressa. Puis, enfin, son attention se reporta sur celui qui s’était présenté en tant que Xantha Ydriss. Il semblait plus perdu encore qu’à première vue, se trompant sur son prénom et son nom, donnant plutôt l’un que l’autre pour se détromper et donner finalement le bon. Peut-être que si, à son tour, elle se présentait, elle parviendrait à le mettre plus à l’aise… ? Elle n’avait, de toute manière, rien à y perdre. Elle déclara donc :

« Enchantée de faire votre connaissance, Xantha Ydriss. Je me nomme, quant à moi, Solyanne M’angil. Appelez-moi Solyanne, ça suffira. »

Elle jugea inutile de signaler qu’elle se trouvait être l’espionne du roi des Orthodoxes. En général, elle évitait même de le dire, préférant ne pas avertir certaines personnes qu’elle ne saurait pas indésirables, mais qui le seraient bel et bien.
Ne sachant ni que faire, ni que dire et préférant éviter un silence pesant et intimidant qui s’installerait si personne ne prenait l’initiative de prendre une nouvelle fois la parole, elle invita Xantha à marcher à ses côtés. Son étalon alezan la suivit docilement sans même qu’elle le lui demande : elle ne le tenait qu’à l’aide d’un doigt, cela juste parce qu’il y avait bon nombre de personne en cette partie où le commerce faisait rage de la ville. Solyanne rentama la discussion par une phrase qu’elle jugeait on ne peut plus basique. Mais elle ne savait que dire d’autre.

« Qu’est-ce qui vous amène ici, en ce quartier commerçant ? Y cherchez-vous quelque chose de particulier ? »

La jeune Solyanne avait tourné sa tête vers le jeune homme alors qu’elle lui parlait. Son regard se dirigea ensuite à nouveau vers l’avant, se perdant au loin. Elle se rendit compte que grâce à cette rencontre, elle n’avait à faire ce choix qu’elle s’imposait il y a un petit instant de cela : rendre visite à son père, en comptant dans le lot sa femme et, surtout, leur fils à eux deux, ou alors ne pas lui rendre visite. Tant que Xantha était en sa compagnie, elle n’irait pas les voir. Ce qui n’était, finalement, peut-être pas plus mal. L’espionne s’en voulait de ne point désirer revoir demi-frère. Mais elle ne pouvait empêcher cette antipathie qu’elle ressentait à son égard de vivre en elle…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Sam 1 Aoû 2009 - 19:17

Malgré qu’il ait baissé la tête et que ses cheveux mi longs masquaient une bonne partie de son visage, le regard de la jeune femme n’avait pas bougé et il le sentait sans avoir besoin de le croiser ne serait-ce qu’un instant. Il était certain que quelque chose devait la préoccuper pour qu’elle le fixe longuement, son regard arrêté sur une partie de son visage, il lui semblait que c’était son tatouage car celui-ci le brûlait légèrement ou peut être n’était-ce que le fruit de son imagination.
Xantha n’arrivait pas à penser à autre chose et il fut soulagé lorsque la jeune femme rompit le silence pour se présenter puis pour lui proposer de marcher un moment en sa compagnie. Enfin il fut libéré de ce regard qui l’obsédait plus que tout. Que voulait-elle ? Solyanne lui avait parut pleine d’assurance et il n’y avait aucun doute que si elle souhaitait faire sa connaissance c’était pour une bonne raison. Il n’avait ici aucune réputation et personne dans ce monde n’avait dû un jour soupçonner son existence, il devait donc beaucoup l’intriguer pour qu’elle puisse perdre son temps avec un parfait inconnu.

Il laissa le silence s’installer à nouveau, déterminé à ne plus montrer autant de sa personnalité et fermement convaincu que s’il avait un but il pourrait prendre plus d’assurance. Il lui fallut donc un moment pour que son teint redevienne normal et qu’aucune expression n’apparaisse involontairement sur son visage. Lorsqu’il eut retrouvé sa tranquillité habituelle, bien que toujours très concentré sur son attitude, il frôla légèrement la poignée de son épée sans toutefois montrer des signes d’agressivité. Savoir son arme à ses côtés était rassurant, si jamais elle s’avérait être une ennemie il savait qu’il pourrait compter sur Thôr. Il était sans aucun doute très timide et socialement inexpérimenté mais il savait qu’il pouvait se défendre plus que convenablement en cas d’attaque, le travail à l’arme blanche était l’une des activités à laquelle il était le plus doué, travail qu’il poursuivait sans relâche, de jour comme de nuit.
Il se sentit enfin prêt à répondre, ayant formé et répété dans sa tête des phrases complètes et sensées.


« Je ne faisais que flâner, je viens d’arriver il y a peu. Ma marche était bien longue et je préférais me détendre avant de trouver une activité convenable pour les prochains jours. »

Ayant retrouvé ses esprits il commençait à se poser des questions sur la jeune femme, autres que le sujet de son intérêt pour lui. Le jeune homme tourna la tête pour observer à nouveau les traits de Solyanne mais en se concentrant cette fois pour s’empêcher de divaguer à nouveau sur sa beauté, ce qui n’aurait fait que le perturber encore plus. Elle était en réalité bien différente de son père et des hommes qu’il avait aperçus et rencontrés en plusieurs années, il fut bientôt persuadé qu’elle n’était pas de sang pur.
Son regard se dirigea à nouveau sur le sol, il ne voulait pas qu’elle remarque à nouveau son intérêt pour elle. Il préférait garder la plus grande discrétion et pensait qu’il valait mieux en dire et en montrer le moins sur lui, satisfaire la curiosité de la jeune femme ne se tournerait peut être pas à son avantage.


« Vous êtes du côté du seigneur Bennefoy n’est-ce pas ? »

Il avait veillé à ce que son ton reste naturel et calme, n’ayant pas la moindre intention de se faire des ennemis dès le premier jour. Il était pourtant de mauvaise humeur, énervé par sa stupidité. Au moins avait-il réussi un instant à dépasser sa timidité, ce n’était peut être pas dans le fond une émotion persistante puisqu’il se sentait plus à l’aise que lorsqu’il lui avait jeté son premier regard.

Xantha s’était fixé un objectif, il fallait qu’il récolte autant d’informations qu’il le pourrait sur le monde et sa situation politique actuelle sans paraître trop ignorant. C’était l’occasion rêvée, Solyanne paraissait plutôt amicale et disposée à la conversation. D’ailleurs elle ne semblait pas le juger comme un ennemi potentiel et il était fort possible qu’il ne fasse pas souvent des rencontres agréables. Il savait de plus qu’il aurait à choisir un clan car il avait envie de prendre part à cette guerre et de se sentir utile aux yeux des autres. Ce serait aussi plus facile pour lui, même s’il se ferait des ennemis il aurait des alliés qui pourraient l’aider dans de nombreux domaines. Mais devait-il suivre la volonté de son père et renier sa race ou bien le contraire ? Une autre idée lui vint, celle d’aller dans le clan qui l’arrangeait et changer en fonction de ses intérêts. Fallait-il devenir un mercenaire pour conserver cette liberté qu’il commençait à peine à goûter ?

Il mit un terme à ses interrogations, sachant pertinemment qu’il serait stupide de choisir de quel côté il irait dès ses premiers jours. S’il voulait rester fidèle à ses idées il devait bien connaître chacun des clans et avoir des raisons sûres pour le rejoindre et y demeurer. Il pensait cependant qu’il lui serait d’un grand intérêt de commencer à s’exercer au mensonge et peut être plus tard, lorsqu’il serait plus expérimenté, à la manipulation. Son père avait été très doué en la matière, dommage qu’il se soit buté à lui apprendre cette stupide magie, Lhèt aurait pu lui apprendre tant d’autres choses.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 23
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Mer 26 Aoû 2009 - 17:46

Alors comme ça, il n'avait pas de but précis ? Voilà qui allait faciliter la tâche à Solyanne qui avait encore quelques questions à lui poser : elle n'aurait à trouver d'excuses pour qu'il ne s'en allât pas vaquer à ses occupations ou encore accomplir son devoir, une tâche qui lui aurait été donnée ou alors qu’il se serait donné. Elle pourrait donc assouvir sa curiosité sans devoir se presser. Du moins, elle l'espérait. La pression faisait déjà assez parti de son travail pour qu’elle se permît d’en avoir durant son temps libre. Mais quoi qu’il en soit, elle pouvait espérer d’avoir des réponses à ses interrogations uniquement si Xantha Ydriss approuvait de continuer à converser avec elle.
Laisser partir ce jeune homme sans en connaître un peu plus sur ses origines et l'unique tatouage qu'il possédait aurait,il fallait l'avouer, quelque peu dérangé la jeune espionne. Etait-ce parce qu'elle-même n'était pas de sang Orthodoxe pur qu'elle s'intéressait tant à lui? Elle ne le savait pas elle-même. Mais ce devait en tout cas être l'une des raisons.
Le regard de son interlocuteur était dirigé vers le sol. Était-ce, encore une fois, par timidité ? Peut-être bien. Mais cela n’était pas important pour la demi-humaine. Elle pouvait toujours tenter de le mettre plus à l’aise…

C'est alors que le jeune homme lui demanda si elle était du côté impérial. Le ton qu’il employa se fit plus sûr qu’auparavant. Il paraissait décidé à vaincre la timidité qui l’habitait depuis sa rencontre avec Solyanne.
La réponse à sa question pouvait, pour qui savait qu'elle était l'espionne du roi San'Veck, s'avérer évidente. Mais le jeune homme Xantha Ydriss, que connaissait-il du monde Orthodoxe? Et puis, même s'il le connaissait bien, elle ne lui avait pas dit qu'elle était au service d'Erendil. Il ne pouvait donc pas deviner de quel côté elle était. Après réflexion, elle déclara finalement d'un ton posé:

-Je suis ce qu’est mon maître, Erendil San’Veck, roi des Orthodoxes. Ce qui veut dire que je suis bien du côté du seigneur des contrées nordiques.

Le côté duquel elle était lui importait en peu, en réalité. Elle se contentait de suivre Erendil San’Veck. Ce dernier deviendrait neutre qu’elle le suivrait sans hésitation. Ce qui se trouvait être plutôt normal puisqu’elle le servait. Et elle lui faisait confiance…Mais elle savait que si elle avait eu le choix, elle serait très certainement devenue neutre. En fait, elle ne connaissait du conflit que ce qui était utile pour son statut d’espionne. Elle ne voyait aucun intérêt à faire parti des plus informations des contrées nordiques. A quoi bon ? Cela pourrait-il changer sa vie ? Elle en doutait vraiment.

Puisqu’apparemment, le jeune homme avec lequel elle parlait n’était pas décidé à lui reposer une question, elle décida de reprendre la parole et d’aller directement au but :

-Dis-moi, à quel clan appartiens-tu et qui es-tu, Xantha Ydriss ? Tout en toi me dit que tu es autre qu’Ortodoxe. Et pourtant, tu as ce tatouage sur le visage qui m’intrigue et qui semble vouloir démentir ce que je pense.

Loin d’elle l’idée de le mettre mal à l’aise. Elle souhaitait juste savoir.
Solyanne ne lui en voudrait évidememnt pas de refuser de lui répondre : il la connaissait à peine, il ne voulait peut-être pas divulguer des informations personnelles à une personne qui lui était presque totalement inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Jeu 27 Aoû 2009 - 21:39

Le jeune homme commençait à prendre de l’assurance, comme tout bon timide c’était les premiers pas les plus difficiles et une confrontation avec une seule personne s’avérait bien plus facile qu’avec un groupe.
Il fut content d’avoir le regard fixé sur le sol, ainsi elle ne pouvait pas voir son expression, attitude qu’il espérait qu’elle prenne pour de la timidité. Mais Xantha Ydriss évoluait plutôt vite et savait qu’il était dans le monde des adultes et qu’ici il n’avait pas le droit à l’erreur. Il avait la chance d’apparaître sans aucune réputation et ainsi le regard des autres était neutre sur lui, il savait aussi que c’était un inconvénient, ses accès étaient plutôt restreints.

Xantha fut surpris par la réponse de son interlocutrice, ses mots faisaient preuve d’une grande allégeance envers son roi alors qu’il avait toujours pensé qu’il fallait se méfier de n’importe quel monarque et que les fidélités sans nom envers eux n’étaient dignes que des romans. Il crut comprendre que son alignement ne lui importait pas tant que ça et se demanda qui elle pouvait bien être. Il laissa le silence revenir, ne sachant que trop répondre s’il voulait garder un calme et une neutralité impassible.

Il se sentait confiant, peut être un peu trop, assuré d’être capable de répondre à toutes ses questions il s’avéra qu’il fallait qu’elle lui pose les seules qu’il voulait éviter à tout prix. Il maudissait son inexpérience, comment arriver à mentir face à quelqu’un qui pouvait connaître à merveille le monde dans lequel ils vivaient ? Et il était fervemment convaincu que la vérité ne lui serait pas d’une grande aide, il ne pouvait lui faire confiance, après tout ils n’avaient rien en commun.
Ses questions lui permirent pourtant de déduire plusieurs choses : elle semblait l’intéresser plus qu’il n’aurait pu le croire et avait attisé sa curiosité sur sa race. Il cherchait une manière de tourner ça à son avantage mais était plus qu’à court d’inspiration. Il sentait ses mains trembler légèrement et ferma les poings avant de reprendre une tranquillité jouée, elle ne devait pas percevoir qu’il était tendu et constamment de mauvaise humeur.

Plusieurs minutes s’étaient écoulées et il ne devait pas s’enfoncer dans ce silence pesant, cela n’attirerait que plus sa curiosité et peut être qu’elle chercherait à découvrir les mensonges glissés dans ses réponses. Il n’y avait qu’une seule chose dont il était sûr : il ne devait pas lui répondre avant de savoir qui elle était vraiment, ainsi il n’avait préparé aucune réponse et n’avait aucunement l’intention de répondre à ses interrogations.

Ses lèvres esquissèrent un sourire.


« Je remarque dans vos paroles un vif intérêt pour moi et cette soudaine familiarité… Serions nous devenu des amis si rapidement ? »

Il n’était pas froid et laissait apparaître dans ses paroles de l’amusement. Il voulait, sans perdre de trop sa sympathie, la déstabiliser pour prendre le contrôle de la situation et mener leur conversation. Il se surprit lui-même à voir la facilité à laquelle il arrivait à jouer avec ses sentiments et à contrôler peu à peu ses gestes et paroles. Il sentit alors que Lhèt ne l’avait pas abandonné sans héritage et qu’il avait appris plus qu’il ne le pensait, cette pensée l’ébranla. Il ressentit le besoin de s’isoler mais n’en fit rien.

« Je ne répondrais pas à vos questions et vous devez vous douter des raisons. Je pourrais le faire, mais dans ce cas il faudrait me dire quel rôle vous occupez auprès du roi San’Veck. Vos paroles me montrent une grande proximité avec lui, sinon jamais vous ne lui seriez autant fidèle car voyez-vous je ne crois pas à ces histoires où un sujet éloigné de son monarque ait une fidélité sans borne envers lui. »

Il avait répondu rapidement après ses premières paroles, cachant le trouble qui l’avait pris. Il avait levé la tête et son regard scrutait son visage, il voulait voir chaque réaction qu’elle aurait face à ses paroles. Il fallait que ça marche, sa fierté l’empêchait de croire qu’il pouvait agir comme un débutant.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 23
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Ven 28 Aoû 2009 - 19:17

Solyanne doutait de recevoir une réponse de son interlocuteur. Ou alors ce qu'il dirait s'avérerait mensonger. Il était tout à fait compréhensible qu'il ne voulût point partager un fait personnel avec la jeune espionne qu'il ne connaissait que très peu, voire pas du tout. Il venait à peine de se rencontrer qu'elle lui posait déjà une question on ne peut plus personnelle. Beaucoup de personnes ayant vécu un passé particulier ne le révélait qu'aux personnes auxquelles ils avaient une confiance aveugle. Et encore ... ! Mais peut-être n'était-ce pas le cas de Xantha Ydriss. Peut-être lui révélerait-il qu'il était réellement. Peut-être pourrait-elle assouvir sa curiosité ... Elle adorait la phrase qui disait : qui ne tente rien à n'a rien. Elle était la première à tout tenter pour parvenir à ses fins. C'était très certainement une qualité pour une espionne. Elle ne reculait pas devant le danger : le courage faisait donc parti de sa personne. Mais elle n'allait pas jusque dans la témérité. Elle restait prudente, ce qui était très important lorsqu'elle était en mission. Sans la prudence, elle risquait à tout moment de se faire repérer si elle ne faisait pas extrêmement attention. Elle devait absolument rester discrète. De toute manière, si elle ne faisait pas correctement son boulot, pas sûr que le roi Erendil San’Veck la gardât à son service.

Alors que les minutes de silence défilaient, chaque fois plus nombreuses, Solyanne caressait tranquillement les naseaux de Golden Eyes : un geste qui tranquillisait toujours son jeune cheval. En temps normal, il n’aimait guère qu’on lui touchât la tête. Seule sa propriétaire y avait en fait droit. Elle avait, elle aussi, quand même dû l’habituer au début. Et finalement, cette caresse, surtout lorsqu’elle se situait sur les naseaux, avait fini par l’apaiser, le détendre. D’ailleurs, en ce moment-là, il se trouvait être quelque peu nerveux et méfiant. Lorsqu’il rencontrait une nouvelle personne et surtout lorsque sa cavalière se mettait à converser avec elle, il se montrait toute de suite très méfiant et mettait du temps à s’habituer à l’inconnu. Il se montrait bien sûr plus tranquille lorsque l’espionne lui faisait savoir, par son attitude, qu’il n’y avait nulle raison de s’inquiéter et que son interlocuteur n’était pas un ennemi.

Enfin, Xantha Ydriss donna sa réponse. Solyanne M’angil ne put s’empêcher d’éclater de rire lorsqu’il parla d’amitié. Sa réponse fut on ne peut plus sincère :

« Il faudrait qu’il me fût arrivé quelque chose de très fâcheux pour que je me liât d’amitié avec le premier venu. »

La jeune espionne n’avait pas réellement d’ami. En premier lieu, elle n’avait pas vraiment le temps de s’en faire. Et puis, elle était la plupart du temps seule avec sa monture. Pour « mériter » ce titre, il fallait qu’elle connût bien la personne en question…et qu’elle lui fît confiance, bien évidemment. Et Solyanne n’accordait pas sa confiance facilement. Bien au contraire : il était très difficile de l’avoir.
Elle continua ensuite, sur un ton au moins autant enjoué que celui qu’avait pris le jeune homme pour lui répondre :

« Je dois avouer que l’unique tatouage sur ton visage m’intrigue. Mais jusqu’à parler d’un vif intérêt…c’est à voir. »

Après analyse, la jeune Orthodoxe avait pu remarquer que Xantha était plus jeune qu’elle. Et le tutoiement était venu sans qu’elle s’en rendît compte. Un sourire s’étira sur les lèvres de Solyanne lorsqu’il reprit la parole : ainsi, il voulait savoir quel rôle elle occupait auprès du roi ? Ce n’était pas un secret pour elle et elle ne voyait pas ce qu’elle avait à perdre à le lui dire. Pourtant, elle se montrait quelque peu réticente à lui révéler son post. Une espionne, ne devait-elle pas se montrer discrète et plutôt que de se faire remarquer se cacher ? Elle finit par lâcher :

« Je te révélerai avec exactitude le post que j’occupe auprès de mon roi uniquement lorsque je serai sûre que je pourrai te faire confiance que tu ne seras pas source de problèmes par la suite. Par contre, je ne peux te cacher que je suis plutôt proche d’Erendil San’Veck, comme tu l’avais deviné. »

Alors qu’ils marchaient, ils commençaient peu à peu à quitter la ville. Ils se dirigeaient vers un endroit où le risque que les propriétaires d’oreilles indiscrètes se mêlent à leur conversation devenait moindre. Ils pourraient parler en toute tranquillité sans être dérangé. Voilà qui ne pouvait que plaire à Solyanne M’angil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Sam 29 Aoû 2009 - 19:14

Ils marchaient tranquillement, si bien qu’il ne remarquât même pas qu’ils s’étaient déjà éloignés du centre ville. Mais la direction qu’ils prenaient ne l’importait pas plus que ça, après tout il n’avait nulle part où aller et n’était pas décidé à fausser compagnie à Solyanne pour le moment.

Sa réponse ne l’étonna guère et il n’avait d’ailleurs nullement l’intention de se lier d’amitié avec la jeune femme. Il savait qu’il fallait s’entourer et se faire connaître pour parvenir dans le monde mais il ne ferait rien d’une grande proximité avec quelqu’un à moins qu’il en découvre soudainement l’utilité. Il avait toujours été seul et n’avait jamais éprouvé le besoin de se confier sans doute qu’il était trop introverti mais il préférait que le mystère qui l’entourait reste entier. Il aurait apprécié d’avoir quelqu’un pour le conseiller et lui dire quoi faire mais si les dieux le laissaient se débrouiller seul il devait bien y avoir une raison. Après tout il apprenait beaucoup mieux ainsi, mais la moindre erreur pouvait lui être fatale.

Il avait soudainement détourné son regard du visage de la jeune femme et regardait vaguement au loin. N’avoir aucun but accentuait de plus en plus sa mauvaise humeur, de même que cette conversation qui ne lui faisait que perdre son temps. Elle ne lui apprenait rien et il se demandait si elle finirait par lui dire quelque chose d’utile. Fallait-il passer à des confessions pour cela ? Il n’avait que de vagues idées des derniers événements et ne pourrait lui en parler sans dévoiler sa profonde ignorance. La complexité de la situation le poussait à réfléchir plus que d’ordinaire et il se maudissait de ne trouver aucune solution. Etre confronté à quelque chose qu’il ne connaissait pas ne le dérangeait pas mais il sentait à chaque mot, à chaque pensée qu’il s’enfonçait dans une impasse dont il serait difficile de sortir.

Son sourire n’avait pourtant pas quitté son visage et il s’efforçait de paraître de bonne humeur, satisfait du temps qu’il passait avec la cavalière. Cela lui permettait aussi de travailler le contrôle qu’il avait de ses sentiments et de son image, autant s’entraîner sans relâche dès le début, ce serait sans aucun doute bien utile pour la suite.


« Eh bien voilà une situation pour le moins amusante où chacun reste campé sur ses positions ».

Il avait beau se creuser la tête il lui semblait impossible de deviner la fonction de Solyanne auprès du roi. Jamais il n’avait entendu son nom sortir de la bouche de son père et des rares personnes qu’il avait fréquenté et il doutait qu’elle soit une courtisane. Et il y avait tant de métiers, après tout peut être qu’elle n’était qu’une amie d’enfance ou une personne dont il s’était rapproché récemment… Mais non il ne pouvait y croire.

« Je vais donc tâcher de répondre à quelques unes de vos interrogations : qui suis-je vous le savez déjà, je suis Xantha Ydriss et si ma réputation ne vous dit rien il ne faut pas vous en étonner. Je vous laisse le loisir de deviner mon clan car je suis curieux de savoir ce que vous pensez de moi. Quant à mon tatouage la réponse est bien facile, je ne suis Orthodoxe qu’à demi, comme vous n’est-ce pas ? Mais si vous êtes observatrice quelque chose aurait déjà pu vous indiquer d’où vient l’autre moitié de mon sang. »

Il fit une courte pause avant de reprendre, ne lui laissant pas le temps de répondre.

« Vous remarquerez d’ailleurs que j’aime beaucoup jouer aux devinettes. Je m’efforce de deviner votre fonction auprès du roi et je pense que vous ne pouvez être ni l’un de ses ministres ou conseillers ni une personne haut gradée dans l’armée car j’aurais déjà entendu votre nom. Je n’ai pas non plus l’impression que vous soyez une courtisane, alors peut être êtes-vous une personne que le roi préfère garder secrète, ai-je tord ? »

Il ne savait pas réellement si ce qu’il avançait était vrai, il n’avait entendu parler que d’Orthodoxes très connus et elle pouvait bien faire partie des moins connus mais sa réponse lui laissait présager le contraire. Il priait intérieurement qu’elle ne soit pas trop connue des Orthodoxes sinon il serait complètement ridicule et elle comprendrait à quel point il était ignorant. Il ne connaissait d’ailleurs rien de la vie et s’étonnait qu’elle ne se rende compte de rien, après tout peut être n’était-il pas un mauvais comédien.

Alors qu’il ruminait ses idées noires en regardant le chemin il se demanda finalement où ils allaient. Il s’était contenté de suivre ses pas pendant leur discussion mais ne savait que penser : voulait-elle l’emmener quelque part ou se contentait-elle de le suivre elle aussi ? Il brûlait de lui poser cette question mais préféra attendre sa réponse, il verrait ce point plus tard si elle avait quelque chose d’intéressant à lui dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 23
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Mer 21 Oct 2009 - 19:18

L'humeur du jeune homme parut se dégrader lorsque, à un moment, il laissa son regard se perdre au loin. Il semblait réfléchir. Le sujet ne devait pas être des plus agréables. Il valait très certainement mieux qu'elle ne le dérangeât pas et ne voulût point connaître le fond de ses pensées. Elle respecta cette envie visible de ce calme permettant la réflexion. Une pointe d’agacement pouvait se lire sur son visage masculin. Car, bien évidemment, alors qu’il se taisait, Solyanne en profita pour l’observer discrètement. Elle tenait de s’enrichir d’un maximum d’informations pour en connaître plus sur son interlocuteur qu’il n’en connaissait sur elle. Cela s’avérait très utile pour une espionne. Et puis, qui sait ? Peut-être cette rencontre lui servirait-elle pour l’espionnage ? Peut-être, même si cela l’étonnerait fortement, Xantha Ydriss n’était autre qu’un ennemi de son roi Erendil San’Veck ? Elle devait, elle le savait pertinemment, se méfier. Jamais, au grand jamais, la jeune femme ne devait baisser sa garde. La moindre erreur pouvait s’avérer fatale. Et loin d’elle l’envie de décevoir son souverain. Au contraire, si elle pouvait le contenter, elle ne dirait pas non.

Enfin, l’inconnu, car elle ne se voyait point le définir autrement, daigna sortir de ses songes. Il avait raison. Mais la situation était on ne peut plus normale. Aucun espion n’hurle sur tous les toits sa profession. Elle n’allait tout de même pas la révéler à un passant, à une personne qu’elle ne connaissait guère. Et même s’il avait répondu à sa question, elle ne lui aurait rien révélé d’important sur sa personne. Recevoir des informations, elle était d’accord. Elle se montrait par contre quelque peu plus réticente lorsqu’il s’agissait d’en divulguer.
Il serait peu probable que sans qu’elle le lui eût dit, Xantha connût le métier qu’elle exerçait. Et puis, tant qu’elle n’avait rien confirmé, il ne pouvait être sûr de ses suppositions. Lorsqu’il reprit encore une fois la parole, cela alors que Solyanne avait opté pour le silence, cette dernière esquissa un léger sourire. Qu’elle sût son nom ne voulait pas dire qu’elle savait qui il était. Elle ne connaissait que son appellation, pas ce qu’il était réellement.
Elle apprit tout de même, ce qui n’était tout de même pas une surprise, qu’il était à moitié Orthodoxe. Son tatouage le révélait. Mais par contre, le fait qu’il n’y en eût qu’une restait étrange. Son clan ? Elle n’en avait aucune idée. Il n’était assurément pas un elfe, ni amazone, nymphe. Il restait humain, druide et ombre. Elle hésitait plutôt entre humain et ombre mais il ne lui ressemblait pas … et il pouvait très bien être druide. Elle ne parvenait pas à se décider.

Xantha Ydriss se montrait très perspicace. Il avait déjà deviné que son post auprès du roi devait être gardé secret. Elle prit enfin la parole, après tant de temps de silence :

« Je dois t’avouer que je n’aime pas trop les devinettes. C’est pourquoi, je ne vais pas fixer mon choix sur un clan, mais plusieurs. Tu pourrais être à moitié druide, même si cela m’étonnerait. Mais tu pourrais aussi être à moitié humain ou ombre. Mis à part ça, peut-être bien qu’Erendil San’Veck désire garder mon post secret. Mais peu importe, je ne t’en dirai pas plus. »

De la malice brillait dans son regard vert. Elle aimait dissimuler des choses à son adversaire. D’ailleurs, elle y était entrainée. Et elle devait souvent faire usage de cette qualité. Solyanne se rendit soudainement compte qu’ils se dirigeaient vers une forêt dans laquelle elle s’était souvent promenée avec son étalon. D’ailleurs, ce dernier peinait à contenir son envie de partir au galop, chevauchée par sa cavalière. Il était content de quitter la ville. Par contre, il ne souhaitait désormais qu’une chose : qu’elle quittât ce jeune étranger pour se balader avec lui. Malheureusement, cela ne semblait pas arriver, pour son plus grand désespoir.

« Au fait, souhaitais-tu aller à un endroit en particulier ? Car nous avons quitté la ville pour une forêt dans laquelle j’aime passer du temps. Un endroit certes agréable et paisible, mais pas si proche de la ville. Souhaiterais-tu retourner sur nos pas ? »

[Je me relirai à l'occasion]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Mer 21 Oct 2009 - 20:41

La tête haute, le visage et le corps parfaitement détendu il se sentait dans son élément tout en conservant une grande prudence dans son attitude, il savait qu’il était en territoire inconnu. Il avait fini par se débarrasser de sa timidité de jeune homme et en avait conclut qu’il ne s’agissait que d’une lacune dont il n’avait pu se défaire auparavant tant il n’avait pas de relations sociales.
Depuis qu’il s’était détaché un instant de la jeune femme il avait trouvé judicieux de ne lui porter qu’une faible attention et il avait accentué la distance qu’il prenait vis-à-vis d’elle, comme si elle ne l’intéressait plus vraiment. Il semblait divaguer dans d’obscures pensées et pour renforcer cette impression il prit le masque du rêveur, laissant le silence s’imposer naturellement entre eux.

Bien sûr il avait écouté ses paroles et s’y était intéressé avec beaucoup d’attention. L’information la plus importante pour lui fut qu’elle confirma ses impressions et s’il ne savait pas exactement son métier il savait maintenant qu’il avait visé juste. D’ailleurs de connaître les raisons pour lesquelles elle devait garder sa fonction secrète ne l’intéressait pas, il en déduisait seulement qu’elle avait son importance auprès du roi et que s’il ne devait pas s’en faire une amie il ne devait pas non plus s’en faire une ennemie.
Il porta soudainement attention au lieu où ils se trouvaient lorsqu’elle lui évoqua la familiarité qu’il avait à ses yeux. Il n’y avait aucun doute que pour elle ce lieu lui correspondait beaucoup et qu’il pourrait en tirer des informations sur sa personnalité. Peut être qu’il pourrait améliorer son comportement vis-à-vis d’elle et s’il n’avait pas à la faire parler pour le moment il lui serait quand même utile de s’exercer. Il n’oubliait pas cependant qu’elle devait être entraînée à ce genre de chose et redoubla de prudence dans le contrôle de son comportement.

Ainsi son visage n’avait pas changé et il pensa qu’il valait mieux lui donner l’image d’un jeune homme rêveur mais perspicace que lui en montrer d’avantage sur sa personnalité.
Comme s’il s’était subitement rappelé qu’elle lui avait parlé il s’arrêta brusquement et se plaça de façon à ce qu’il n’y ait aucun obstacle entre leurs regards. Plantant alors ses yeux dans les siens il sourit de manière évasive et comme d’un rien lui répondit :


« Vous savez la moindre de vos paroles m’en apprend plus que vous ne pouvez le penser. »

Puis il reprit son chemin avec toujours l’air songeur qu’il s’était approprié, attendant qu’elle le rejoigne pour reprendre leur conversation.

« Cet endroit me convient très bien et il me plairait beaucoup que vous m’en montriez plus. »

Il porta son attention le paysage, admirant cet « endroit agréable et paisible » qui lui rappelait son lieu de vie, autrefois.

« Mais pour revenir à notre conversation j’avoue que ces trois races là peuvent se ressembler autant dans le physique que dans le comportement. Je pensais pourtant qu’une femme telle que vous se devait être observatrice et reconnaître ses ennemis comme ses alliés ce qui inclut de savoir la race des personnes que l’on fréquente… Je ne répondrais pas à votre question, pas parce que vous ne m’avez pas donné avec exactitude la fonction que vous occupez car en réalité je sais et j’ai deviné tout ce dont j’ai besoin de savoir, seulement par jeu… »

Il laissa sa phrase en suspens. Il avait adopté ce ton léger, joyeux mais aussi mystérieux qui donnait de l’ambiguïté à son discours et s’il ne trouvait pas de vanité à se rendre mystérieux auprès d’elle leur conversation finissait par l’amuser beaucoup. Entre eux tout n’était que jeu, il voulait voir jusqu’où elle irait.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 23
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Dim 1 Nov 2009 - 21:03

Solyanne M'angil, quelque peu lunatique, commençait gentiment à se lasser de la conversation qu'elle menait avec le jeune homme. Elle en venait presque à désirer prendre congé de lui pour s'en aller faire une balade avec Golden Eyes, son étalon qui n'attendait d'ailleurs que ça. Ce dernier tenta même d’ailleurs, malgré la grande patience dont il avait fait preuve jusque là, de défier sa maîtresse en la dépassant tout en changeant d’allure. D'un mouvement sec et précis, elle le dissuada de continuer et le fit repasser au pas. Ce fut irrité que le cheval cédât. Mais elle savait qu'il ne tiendrait plus très longtemps. D'ailleurs, il commença à chauffer et à devenir de plus en plus insupportable. Elle l’avait déjà fait beaucoup attendre, c’était compréhensible. Si elle ne voulait pas aller jusqu'à l'importuner, car un étalon en restait un et leur dangerosité persistait malgré leur docilité, lorsqu'ils étaient dressé, elle ne devait plus d'attarder. Pourtant, l'espionne refusa tout de même de planter le jeune Xantha Ydriss là. Ils étaient tous à l'arrêt, Xantha s'étant brusquement arrêté pour s'adresser à elle. A quoi jouait-il donc? Elle savait ce qu'elle disait. Et l'expérience qu'elle avait acquise lui avait appris à ne pas toujours croire son interlocuteur. Peut-être ne faisait-il que feindre la connaissance alors qu'il se trouvait dans l'ignorance? Sa méfiance était peut-être un peu exagérée, mais ce n’était pas plus mal pour le métier qu’elle exerçait. Elle ne pouvait faire confiance à personne.
Xantha, lui, ne pouvait en tout cas pas avoir deviné son post, elle en restait persuadée. Et puis, en cherchant à en savoir plus, il se mettait lui-même en danger. Erendil San'Veck ne serait guère heureux d'apprendre qu'un étranger en connût ne serait-ce qu'un peu sur lui et les personnes qui le servaient. Et il était à coup mieux pour lui si ses ennemis, voire même ses alliés, ne connaissaient pas la personne qui se cachait sous son espionne.

Solyanne marchait à nouveau aux côtés du demi-orthodoxe. Ils avaient beau avoir un point en commun, cela ne faisait d'eux ni des ennemis, ni des alliés. Suspicieuse, la jeune femme cherchait à connaître le pourquoi de certaines réactions de Xantha. Peut-être n'y avait-il rien à trouver. Mais sa naturelle méfiance l'obligeait à passer par là. C'est pourquoi, lorsqu'il évoqua la désir d'avoir une visite de l'endroit, elle ne sut si elle devait accepter ou refuser. Ce ne pouvait guère être cela qui lui serait néfaste. Et pourtant...

Lorsqu'il reprit la parole, l'espionne passa une main dans ses cheveux, songeuse. Au bout d'un certain moment, elle déclara d'un ton un peu moins chaleureux qu'auparavant.

-Jouer n’est pas mon désir, jeune homme. Dis-moi simplement qui tu es, ou tu risques alors d’avoir quelques problèmes. Si tu es un ennemi, déguerpi, et rapidement, car tu es en grand danger. Dans le cas contraire, cesse simplement ce jeu. Je n’ai plus aucun plaisir à y participer, si plaisir il y a eu.

Elle ne savait que penser de Xantha Ydriss. Il lui avait d’abord paru un jeune homme inoffensif, n’étant pas du genre à chercher querelles. Mais, après tout, elle ne pouvait être sûre de rien. Elle ne le connaissait pas, il était un parfait inconnu à ses yeux. Et elle ne connaissait pas non plus son but, le pourquoi de sa présence en terres orthodoxes. Il ne souhaitait, apparemment, pas lui révéler quelle était sa deuxième moitié. Et elle ne savait pas s’il était né dans les terres où ils se trouvaient à l’instant ou bien s’il venait d’ailleurs. En aucun cas elle ne devait le sous-estimer.

[Je corrigerai davantage et complèterai à l'occasion]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Lun 2 Nov 2009 - 21:10

L’attitude de l’étalon avait attiré à plusieurs reprises le regard scrupuleux du jeune homme, les gestes de Solyanne à son égard lui permettaient de comprendre qu’elle n’était pas résolue à mettre un terme à leur conversation. Ses paroles, prononcées un moment après les siennes n’étaient pour lui que de petites menaces, il savait bien se battre mais il était certain qu’il n’aurait pas besoin de cela, il serait fou de se déclarer ouvertement son ennemi alors qu’il ne pouvait l’être. Tant qu’il n’aurait choisi de camp il n’aurait rien en commun avec le combat que menaient tous ceux qui s’étaient déjà engagés avant lui.
Néanmoins il était attentif et prudent et prenait peu à peu conscience que le flou qui restait entre eux était dangereux pour lui comme pour elle, mais à quelle échelle ? Ce n’était dans le fond pas très important, s’il prenait garde à ne pas trop se fier à son intuition, il ne voyait pas la rencontre se terminer en un quelconque combat.

Peu après ses paroles son rire éclata dans l’air qui s’était fait lourd sous le ton de son interlocutrice. Si elle n’abattait pas ses cartes, elle se retranchait bien trop vite sous ses défenses, des menaces vagues qui ne lui faisaient pas très peur. Bien sûr elle pouvait parler de lui auprès de son roi, elle avait un rang assez élevé pour cela, mais que ferait donc le misogyne Erendil San’Veck ? Enverrait-il son armée contre un gamin d’à peine seize ans qui n’avait peut être rien deviné sur elle ou quelque secret d’état ? Si seulement elle savait qu’il n’avait pas la moindre goutte de sang Orthodoxe… Et puis une race pouvait passer au second plan lorsque l’on sait bien jouer.

Sa stratégie avait été plus efficace qu’il ne l’avait prévu et elle avait agi de manière brusque, irréfléchie, recourant trop rapidement à des menaces dont elle ne connaissait même pas l’efficacité. Nul doute qu’elle craignait qu’il ne cherche à découvrir ses fonctions et des secrets importants qui en découlaient. Cela n’était à la vérité d’aucun intérêt pour le jeune homme, il n’avait pas besoin de ce savoir pour aller vers le but qu’il se fixerait, il devait avancer le long de son chemin sans perdre de temps avec les secrets aux alentours qui ne le concernaient pas. D’autre part il était presque sûr qu’elle ne savait rien sur lui, avantage qu’il tirait de son insignifiance totale dans ce monde auquel il n’appartenait pas encore. Elle voyait même en lui un danger qu’elle n’aurait jamais dû trouver et cela lui permit de comprendre que son masque était bien ajusté. Il en tirait de la confiance car si ce masque ne tromperait pas certains il marchait bien avec elle, peut être trop méfiante elle voyait des secrets où il n’y en avait pas.

Il n’avait pourtant pas atteint son objectif premier et se révélait tout autant ignorant qu’avant leur rencontre. Il était frustré et cela le mettait en colère.
Mais il laissait son irritation pour plus tard, seul le calme impassible était de rigueur.

Son rire avait retentit longtemps dans la forêt et même le sourire qui restait sur son visage était la preuve de son réjouissement.


« Les jeux fonctionnent souvent de la même manière et votre attitude est très révélatrice. Je n’ai pas peur mais je ne cherche pas le conflit. C’est drôle comme vous m’attachez de l’importance, et si je n’étais qu’un pauvre gamin, extérieur à votre monde ? Ou bien au contraire peut être étais-je là pour dévoiler les secrets que votre place vous impose de garder ? Alors vous avez raison de vous méfier. Où se trouve la vérité ? »

Il était devenu sérieux, plongeant ses yeux dans les siens et son ton totalement indifférent ne montrait aucune appartenance dans les choix qu’il lui proposait.

« Mais nous ne sommes plus sur le même ton, même votre étalon est impatient à l’idée que nous nous séparions. Craignez ou non les conséquences de notre conversation, peut être qu’un jour nous nous recroiserons et à ce moment là nous serons ennemis ou alliés. »

Il n’attachait pas de grande importance à leurs éventuelles retrouvailles, que lui apporterait-elle d’autre que le néant d’une conversation futile ? D’ici qu’ils se revoient il aurait sans doute progressé dans l’art de la dissimulation, peut être que leur avenir serait tout autre, il fallait seulement se concentrer sur le présent.
Il continuait de marcher, lui laissant la possibilité de se défendre si cela l’amusait.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 23
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Ven 6 Nov 2009 - 10:36

Fidèle à cette caractéristique qu'elle possédait et qui se trouvait être le fait qu'elle était lunatique, Solyanne redevint soudainement calme. Elle qui avait cherché une conversation agréable et qui pensait pouvoir en tirer une du jeune homme censé être inoffensif...Elle se retrouvait avec un jeune homme qui parvenait à l'agacer et qu'elle aurait préféré ne pas rencontrer. Pas qu'elle ressentît un semblant de peur envers lui. Non, au contraire! Elle se félicitait par contre de ne rien lui avoir divulgué qu'elle jugeât important. Il voulait jouer? Qu'il jouât, si tel était son désir. Il devait juste prendre garde à ne pas aller trop loin. Car elle risquait fort de s'énerver et son caractère quelque peu changeant pouvait toujours faire mal tourner la situation. Elle avait beau être une femme, elle ne devait en aucun cas être sous-estimé, ayant reçu un entraînement spécial. Elle savait se battre et, il fallait l'avouer, il lui arrivait d'y trouver un certain plaisir, surtout lorsque c'était contre des gens qu'elle n'appréciait guère. Il suffisait que ce fussent non seulement l'ennemi de son roi, mais aussi le sien pour qu'elle se battît avec davantage de vigueur encore.

Elle avait beau avoir confiance en son niveau de combat, jamais au grand jamais elle ne se permettrait de sous-estimer un adversaire. Ce point qui pourrait paraître futile avait causé la perte de bien de bons combattants. Elle ne devait en aucun cas l'oublier. Les erreurs fatales, comme bien des gens, elle préférait les éviter.
Lorsque Xantha Ydriss éclata de rire, il fut clair que Solyanne n'apprécia pas énormément. Pourtant, elle ne réagit point. Rire ne faisait guère partie de ses envies. Sourire non plus. Encore moins l'octroyer le plaisir de la voir s'énerver, si tel était ce qu'il souhaitait voir.

« Si mon attitude te semble très révélatrice, tant mieux pour toi. Cela ne change rien au fait que je ne désire pas jouer. Si tu étais un pauvre gamin, comme tu le dis, je signalerai à mes parents que leur éducation n'était pas des meilleurs et qu'ils ont oublié de m'apprendre la politesse, jeune homme. »

Elle ne devait pas s’emporter. Cela n’aurait d’ailleurs servi à rien, si ce n’est qu’à l’enfoncer. Et puis, il n’y avait pas de réelles raisons de se fâcher, tout de même. Si elle s’énervait pour si peu, son cœur ne tiendrai plus très longtemps. Et mourir jeune ne faisait pas partie de ses projets.
Solyanne M’angil sentait qu’elle n’allait pas tarder à contenter Golden Eyes qui se faisait de plus en plus pressant. Elle apprécia le fait que Xantha redevînt sérieux. Elle le préférait ainsi. Et ce fut comme s’il avait lu dans ses pensées : il ne fit qu’exposer ce qu’elle pensait de la situation.

« Bien, je partage ton opinion. Ne t’inquiètes surtout pas pour cela, la peur ne m’a guère effleurée. Je pense qu’il en est de même pour moi et dans le cas contraire, ce qui serait très étonnant, tel n’était pas mon but. »

Elle esquissa un simple signe de la tête en signe d’au revoir et monta souplement sur sa monture.

« Je ne te quitte pas fâchée. J’espère pour toi que tu auras trouvé ta voie. Et, comme tu l’as si bien dit, peut-être nous reverrons-nous, ennemis ou alliés. »

La jeune femme lui accorda un dernier sourire avant de presser les flancs de son cheval qui n’attendait que cela pour partir au galop. Il se permit quelques petits bonds joyeux qui faillirent désarçonner sa cavalière. Solyanne, comprenant son impatience, sourit davantage encore et ne broncha point.

[Serait-ce possible de supprimer le post que j'ai écrit pas erreur, s.v.p? Et aussi les posts qui suivent .. merci]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au commencement [*]   Dim 8 Nov 2009 - 19:56

Il continuait d’avancer, l’écoutant à peine répondre à ses dernières paroles, est-ce qu’un au revoir leur importait vraiment ? Pas à lui en tout cas.
Il la regarda partir sans répondre à aucun de ses gestes amicaux, sans même prononcer le moindre mot, le visage complètement indifférent à tout ce qui se passait.

Il était autant content qu’elle de leur séparation, ce long moment de tension se terminait enfin et il pouvait ainsi retomber dans de profondes réflexions. Retourner à ses habitudes lui permettait de retrouver des repères, il s’était perdu et enfoncé dans ce monde auquel il était étranger. Son père l’avait exilé loin de lui et ce n’était ni meilleur ni pire.
Il pouvait enfin ôter le masque qu’il avait installé au fil de leur rencontre, redevenir le jeune homme doux et agréable qu’il était.
Il réalisa à quel point il se sentait tout petit sur l’immensité de ces terres, il se retourna, ne reconnaissant absolument rien, il ne savait ni que faire ni où aller. Il sentait le poids de son ignorance sans que celui-ci ne l’écrase, il avait vécu tellement longtemps avec que cela ne le dérangeait que lors d’une rencontre. Il ne savait même pas à quoi réfléchir, il n’avait ni peine à adoucir ni douleur à guérir.

Les temps avaient changé, plus jamais il ne vivrait comme avant et pourtant il avait l’impression que sa vie ne changeait pas plus que ça.

Soudain il se rappela de ce qu’il avait oublié : sa colère, sa haine, rage.
Sa colère contre son père, sa haine de l’ignorance, sa rage contre lui.

Non, plus jamais il ne serait le petit Xantha Ydriss, plus jamais on ne se servirait de lui. Il ne savait pas ce qu’il allait devenir, il fallait qu’il parte, loin d’ici, retourner en territoire Ombre.
Il marcherait, il courait jusqu’à ce qu’il ait trouvé un but à sa vie et ne s’arrêterait pas avant. Et ce jour là il poursuivra son chemin, jusqu’à atteindre son but sans jamais s’en écarter, quiconque se trouvera sur son passage sera écrasé, ce jour là rien ne personne ne pourra l’arrêter.

Il savait ce qu’il avait à faire, s’entraîner jusqu’à devenir aussi dur que le métal et chaque coup porté sera comme la fabrication d’une épée, un coup qui lui donne forme, qui fait d’une épée une arme tranchante et meurtrière.
Il faut vaincre ou périr.

Il fixa son regard sur le chemin qu’ils avaient emprunté pour arriver jusqu’ici, cette forêt ne lui plaisait pas, elle lui rappelait sa trop longue enfance chez son père, qui se détachait comme une comète dans le ciel obscur.
Aujourd’hui il n’avait plus peur et il était prêt alors il s’élança, courant vers son destin.

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au commencement [*]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au commencement [*]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 5-