AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Dim 9 Aoû 2009 - 18:46

Après-midi
Premier jour
Douzième semaine
L'an de Grâce 835



Berilius était parti depuis deux semaines pour une autre de ses missions. Il avait laissé dernière lui sa fille Cassya. Il ne s’était pas rendu compte de la fragilité de cette dernière puisque celle-ci conservait maintenant le masque de la cour devant lui, feignant l’intimité à la perfection. Le mensonge était un art que les Fin’lay cultivaient avec grand soin. Sans doute sa nature féminine la rendait plus sensible, mais Cassya avait toujours su déceler les mensonges de son père. L’inverse n’était pas nécessairement vrai, cependant. Voilà donc que le père était victime de l’éducation trop bien faite à sa fille. Parfois, elle avait l’impression d’être emmurée, enfermée dans ce tissu de faussetés. Tout cela l’avait épuisée bien avant l’âge adulte et la vie l’avait lassé de ses comédies incessantes si bien interprétées. Les gens n’inspiraient plus que du dégoût à la jeune femme qui se sentait devenir amère. L’araignée de la mélancolie s’était malicieusement immiscée dans sa vie et avait tissé autour de son cœur un voile de chagrin dont plus aucun battement enthousiasmé ne venait troubler l’existence. Cassya s’était longuement retirée de la cour, faisant de pâlottes apparitions à quelques bals où elle donnait l’illusion du fringant bonheur de son âge.

C’était donc dans l’optique de se changer les idées que la jouvencelle organisa une petite expédition dont elle limita les effectifs. Les serviteurs avaient protesté à grands cris, mais la colère noire qu’ils lurent dans les yeux de la jeune femme les firent taire rapidement. Accompagnée d’une dame de compagnie d’une quarantaine d’années, de deux servantes et de deux gardes du corps, Cassya quitta le castel de son père sur le dos de sa monture préférée. Aussitôt, ils entamèrent la route au grand galop. La route ne dura qu’une demi-journée avec une petite pause d’une heure. Cassya fut heureuse de voir l’une des demeures de vacance de son père se profiler à l’horizon. Elle fit immédiatement monter l’étendard de son père pour signaler aux gens des environs la présence d’un Fin’lay dans le manoir.

Les servantes s’empressèrent de retirer les nappes blanches de sur les meubles. Cassya, pour sa part, monta directement dans la haute tour qui abritait sa chambre. Elle ouvrit grand les rideaux et se heurta au spectacle de la forêt des nymphes. Là où sa vie avait commencé selon certain. La jeune femme demeura longuement songeuse devant le paysage. Tant qu’elle ne se rendit même pas compte que les servantes étaient là, en train de nettoyer rapidement. Cassya quitta la pièce si brusquement que les domestiques en demeurèrent ébahis. La jouvencelle dévala l’escalier rapidement et signala aux gardes qu’elle sortait.


« Sauf votre respect, maîtresse, vous ne devriez pas sortir seule… »
« Vous croyez que des nymphes vont m’attaquer peut-être? Non! Elles sont toujours à se cacher. Elles craignent jusqu’à leur propre ombre! »

Sur ces paroles, bien peu sages, Cassya quitta la demeure. Elle remonta sur sa monture sans même l’avoir sellé ; cela ne changeait pas grand-chose pour la jeune femme. Elle mena sa monture pendant une demi-heure dans le pré jusqu’à ce qu’elle atteigne l’orée de la forêt. Là, elle descendit de cheval et laissa la monture paître selon son bon plaisir. Cassya inspecta les arbres avec curiosité. Cet endroit avait guetté ses jeux d’enfants espiègles, avait connu des moments de sa vie dont nul autre n’avait été témoin. Son père lui avait toujours interdit l’accès à la forêt. Cassya avait toujours su que cela avait quelque chose à voir avec sa naissance. Cette sérénité qu’elle ressentait lorsqu’elle était là ne mentait pas. Elle y était chez elle. La noble jouvencelle entra dans les bois d’un pas assuré et agile. Sa robe légère, faite de soie verte pâle, facilitait grandement son déplacement. Ses chaussures n’étaient pas très adaptées cependant. Elle les retira en guettant les bruits environnants. Les gardant dans sa main droite, elle s’enfonça davantage jusqu’à ce qu’elle tombe face à face à une grande clairière au cœur de laquelle trônait un saule pleureur dont les feuilles se balançaient tristement, évoquant sa propre mélancolie. Cassya s’en approcha avec une étrange impression de déjà-vu. Cet arbre lui rappelait quelque chose. N’était-ce pas là qu’elle avait enterré les lettres? Oui, sans aucun doute! Les emportements des derniers jours lui avait fait presque oublié tout cela. Cassya ne s’empressa pas. Elle écarta délicatement les feuilles de l’arbre, chantonnant tout bas une chanson qu’elle fredonnait souvent lorsqu’elle se baladait avec le Prince dans les jardins royaux… Oh… Comme cela lui semblait lointain désormais. Il était parti. Il l’avait laissé derrière. Il n’avait pas tenu le rôle de la cour, n’avait pas su maîtriser le mensonge au point de s’en raconter à lui-même. Cassya ferma les yeux en s’agenouillant près d’une racine. Sa main effleura l’endroit où elle avait enterré ses plus douloureux secrets.

« Vous savez, ami
Que l’amour est le plus doux complice
Mais qu’il se fait cruel s’il est trahi…
»

Elle ouvrit les yeux après avoir ravalé les larmes qui tentaient d’affluer sur son visage. Elle avait prononcé à haute voix les dernières paroles de la mélodie avec une telle amertume qu’il semblait même y percer un soupçon de haine. Cassya s’assit à l’endroit où elle avait enfoui ce qu’elle tentait d’oublier. Ses doigts fins glissèrent sur l’herbe et ses paupières se fermèrent à nouveau. Enfin reposée, enfin à l’abri de la cour, des échos de couloirs. Enfin, elle relâchait sa garde. La jeune femme s’assoupit un court instant, des larmes de soulagement échappant de ses yeux clos.

C’est un doux bruissement qui l’éveilla. Combien de temps avait-elle sommeillé? Sans doute pas si longtemps. Quelques secondes? Quelques minutes? Le soleil ne semblait pas avoir bougé. Elle se redressa. Il y avait une présence tout près de là. Elle pouvait le sentir. Cassya se leva, nullement affolée. Elle savait que rien dans cette forêt ne pourrait lui faire du mal. Elle écarta à nouveau le feuillage du saule pour jeter un coup d’œil aux alentours de l’arbre. Ce qu’elle vit lui fit échapper ses chaussures qui tombèrent dans un son étouffé par l’herbe de la clairière. Ses genoux perdirent de leur tonus et elle failli s’effondrer, mais son regard ambré demeurait fixe et bien ancré avant qu'elle ne recule silencieusement jusqu'au tronc d'arbre que son dos heurta doucement.


[HRP : Ça te fait deux sujets au même endroit... Hahaha!]
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Mar 11 Aoû 2009 - 12:56

Siran avait profité de sa venue chez les nymphes pour relaxer. Il devait absolument penser à son prochain pas. Il était encore perturbé par les nouvelles qu’avaient amené son jeune ‘frère’. Il ne savait trop comment les interprété et il y avait travaillé pendant quelques jours. Mais cela ne lui rapporterait rien. Il lui faudrait essayer de se rendre à cet endroit maudit, mais il ne savait trop comment. Le vol lui semblait si inaccessible, qu’il se demandait fortement quelles étaient ses options. S’il devait s’y rendre, il dervait trouvé un moyen. Le prince s’était retrouvé devant un gros mur, quasi-infranchissable, et il ne savait que faire maintenant.

Cependant, il s’était dit que de s’accorder une journée à lui-même, pour penser et mettre ses idées en place, l’aiderait sûrement à gérer la situation. Il avait donc choisit de s’éloigner de la ville des nymphe, puisqu’il ne ressentait tout simplement plus le besoin d’y être, comme s’il avait atteint son objectif, ou fait tout ce qu’il avait à faire dans cet endroit. Il décida donc de s’occuper de sa personne et parti avec son large destrier blanc vers un endroit plus reculé dans la forêt des nymples. Passé une petite clairière, là où tombait une chute d’eau dans un petit escarpement. Il avait défait sa selle de sur son cheval et enlevé les quelques pièces d’armure et les sacs pour le laisser libre de gambader et manger l’herbe comme il le voulait pendant un moment. Siran de son côté s’était penché pour toucher doucement à l’eau du bout des doigts, question de sentir qu’elle était fraiche mais pas froide, et que cela lui ferait le plus grand bien.

Il s’était déshabillé sans la moindre gêne; il n’était plus à la court maintenant, il pouvait faire preuve d’un peu moins de retenu, surtout quand il était seul, et il avait plongé dans l’Eau fraiche pour se raffraichir mais aussi pour se laver. Il utilisa le savon dans son sac et s’occupa de ses cheveux aussi, qui avait roussit sous le poids de le poussière et de la saleté. Il disparut dans l’eau un bon moment, le temps exact pour que la jeune femme arrive, mais lorsqu’elle avait les yeux fixé sur la scène, appuyée contre un arbe, il sortit de l’eau, dos à elle pour aller chercher une serviette, mais lorsqu’il entendit le son des souliers qui tombent sur le sol il releva la tête et il se retourna, une serviette dans une main pour le cacher et son épée dans l’autre, en garde et prêt à bondir si besoin était.

Mais lorsqu’il la vit, il s’arrêta et prit un pas de recul. Il revit des moments passés au château en sa compagnie, cette jeune femme qui lui avait fait preuve d’une amitié sans limite à l’époque. Et si pendant un instant, il se demanda qu’est-ce qu’elle faisait là, il ne pu s’empêcher de sourire, un sourire franc et doux qu’il n’avait pas montré depuis si longtemps.

« Cassya! » Sa voix était aussi douce que son sourire, mais ses pomettes devinrent rapidement rouges, sous l’émotion et aussi parce qu’il venait d’échap^per sa serviette., Il était bien content de la revoir, mais il aurait bien certainement mieux aimé ne pas être nu. Il se retourna donc en vitesse vers ses vêtements pour enfiler ses sous-vêtements et ses pantalons avant de venir la voir, sans un mot de plus. Même sur sa peau maintenant légèrement bronzée, Cassya pouvait lire sa gêne. « Est-ce que ça va? Qu’est-ce que tu fais ici? »

Soudainement, toute la gêne était partie, il ne restait plus que la joie de revoir une vieille amie. Dans sa voix, il n’y avait aucune accusation, simplement ce bonheur presque enfantin, de voir un visage connu et de ne pas se sentir seul, même si c’était pendant un court instant.

_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Mar 11 Aoû 2009 - 16:01

Cassya se figea en l'entendant appeler son nom. C'était comme avant. Rien n'avait changé, semblait-il. Elle se sentait si faible de ne pouvoir lui en vouloir, d'être incapable de lui dire combien elle avait pu le haïr par moment. La jeune femme détourna pudiquement les yeux, attendant qu'il se rhabille. Lorsqu'elle le vit approcher en périphérie de son regard, elle releva la tête. Elle déglutit difficilement, luttant pour reprendre sur elle. Elle glissa contre le tronc du saule, gardant ses yeux ambrés fixés sur lui. Le malaise se lisait en évidence sur ses traits.

" NON!" s'écria-t-elle. "N'approchez pas. S'il fallait que nous soyons surpris, je ne survivrais pas assez longtemps pour me justifier. Et vous seriez sans aucun doute tuer aussi..."

La jeune femme fit, contradictoirement, un pas vers lui en tendant une main malgré la distance. Cassya avait envie de le toucher, ne serait-ce que pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas. Elle laissa tranquillement son bras retomber contre son flanc. Elle semblait terriblement bouleversée, ce qui ne lui ressemblait pas. Elle qui était toujours en parfaite maîtrise d'elle-même.

"De Cassya à Siran, non pas d'un titre à un autre..." murmura-t-elle.

Cette phrase, elle l'avait dite chaque fois qu'ils s'étaient vus ailleurs que dans les réceptions. C'était une manière d'indiquer que cela n'avait rien à voir avec les remous de la cour. C'était dans un cadre plus intime que les liens nobliaux ; par amitié. Cassya eût un sourire grandement troublé par sa crainte apparente. Son regard scruta les alentours.


"Vaut-il la peine de risquer ma vie?"

Elle fit un autre pas vers lui. Puis un deuxième. Elle avait, selon toute vraisemblance, ignoré ses questions. Elle scrutait la forêt autour. Cassya s'arrêta. Seul le bruissement de la brise dans les feuilles se faisaient entendre. La jeune fille s'approcha des derniers pas qui la séparaient encore du prince. Son regard plongea dans le sien alors qu'elle avait un sourire sincère. Son bonheur semblait illuminé chacun de ses traits. Il était si rassurant de le voir en pleine santé, vivant. Il avait encore cette énergie qui lui donnait l'impression d'être à l'abri même du pire s'il était là. À n'en pas douter, les gens voudraient le suivre pour ça. Elle devrait faire un effort surhumain pour échapper au piège qu'il représentait.


"Votre absence à causer tant de larmes. Celles de votre mère, les miennes. Tant de jours sans savoir ce qu'il advenait de vous... mais ce qui me tourmentait le plus c'était le pourquoi. Jamais personne ne s'était permis de me trahir aussi ouvertement. Ce fut comme un coup de poignard et j'en reçu un de plus chaque fois que j'entendais dans les couloirs que vous étiez désormais contre le Royaume. Je me demandais ce que j'avais bien pu faire pour que vous me laissiez derrière de cette façon, vous... le seul être à qui j'ai accordé toute ma confiance. Je n'aurais pourtant pas eu une seule seconde d'hésitation."

La jouvencelle effleura très brièvement sa joue avant de s'éloigner rapidement, comme si elle réalisait dans quel danger elle se mettait. Comme si son contact l'avait brûlé vivement. Cassya lui jeta un regard blessé. Si seulement il n'était pas parti! La jeune femme dut rassembler ses esprits afin de ne pas trop en dévoiler. Elle avait omis toutes ces lettres qu'elle avait écrites et envoyées au hasard des vents, les mots peu tendres à son égard dans les salons. Elle avait minimisé le plus possible sa profonde souffrance. Tout cela était si dramatique que Cassya se trouvait elle-même complètement pathétique de perdre tout ses moyens quand il était question du Prince Siran. Elle était presque parvenue à se mentir à elle-même en niant tout attachement émotif quelconque à son égard. Et pourtant, maintenant qu'il était devant elle, elle avait l'impression de n'être qu'une faible femme à l'émoi à fleur de peau. Quelle honte!

"On ne peut me voir en votre compagnie. Sa Majesté votre père nourrit déjà tant de soupçons à mon égard qu'il me suffirait d'un seul mot mal placé pour me retrouver sur l'échafaud. Il croit que je vous ai encouragé à fuir, que j'ai tout orchestré... Votre mère, par contre, a compris que c'était un non-sens..."

Cassya se tut définitivement. Elle venait de passer près d'en révéler trop. La jouvencelle espérait que le prince se laisse distraire pas la mention de sa bien-aimée mère et qu'il réclame de ses nouvelles plutôt que de préoccuper du sens cacher de sa dernière phrase. La jouvencelle joignit les mains, baissant les yeux. C'était une manifestation de son insécurité face à la situation. Elle était encore jeune et, même si la vie de la cour lui pesait, elle n'avait nullement envie de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Sam 15 Aoû 2009 - 23:19

Siran s’était figé en l’entendant crier. Son sang s’était glacé dans ses veines, car, jamais auparavant il n’avait entendu son amie l’arrêter ainsi, l’interpeller comme s’il avait fait quelque chose de mal, alors que, comme toujours, il ne faisait que ce que son cœur lui dictait de faire. Il cligna lentement de ses grands yeux verts, mais s’arrêta, comme elle l’avait demander, sans vraiment comprendre les raisons de ses propres actes. Sa confusion ne fit qu’qugmenter lorsqu’elle fit un pas vers lui, et encore plus lorsqu’il vit toutes ces émotions se mélanger sur le visage de Cassya. Il ne la connaissait pas comme ça, et, malgré lui, il ne savait trop que faire. Il aurait voulu pouvoir la serrer dans ses bras pour la réconforter, comme il l’avait fait avant, mais une partie de lui savait que ce ne serait pas appropriée, et il ne désirait en rien la froisser de nouveau. Il resta où il était, calmement. Il pouvait comprendre les peurs de son amie, car elle aussi avait des obligations envers sa famille, elle aussi devait souffrir de son départ, mais il ne saviat comment les aborder.

Sans bouger, il la regarda pensivement s’approcher de lui ; il voulait la laisser agir à son propre rythme et ne voulait brusquer aucunement les choses. Une tristesse inexplicable l’envahit. Il aurait voulut se dire que c’était passager, que c’était à cause des traits tirés de la jeune femme devant lui, mais il savait que rien ne servait de se mentir, il savait très bien qui il était et comment il était : il s’inquiétait pour elle, et même s’il ne l’aviat jamais dit lors de ses voyages, c’était une des rares personnes qu’il avait peu de voir tournée contre lui. Siran se doutait bien l’avoir blessée en partant de cette façon, mais il n’avait que voulu la protéger de la foudre de son père, encore une idée folle, car visiblement, rien n’arrêterait la colère de cet homme sombre.

« Je suis si désolé, Cassya… je ne voulais pas m’enfuir de la sorte, comme un couard dans la nuit, laissant des gens que j’aime derrière moi, mais tu dois bien savoir que je ne pouvais pas non plus continuer à vivre avec Ardiosis. »

Le prince soupira doucement. Il ne savait que dire de plus. Sa haine envers son père, non, envers le roi des humains avait grandit depuis son départ. Il n’arrivait plus à ressentir les liens d’appartenance qu’il avait jadis eu avec cet homme, il n’arrivait plus à le voir comme son père, c’était juste un autre homme. Un autre homme qu’il détestait profondément de sa manière d’agir, et de penser. Il avait changé, c’était sûr, et Siran aussi probablement. Il pouvait facilement voir pourquoi son amie lui parlait ainsi, peut-être lui était-il devenu étranger, quoi qu’il n’était parti il y avait un mois environ.

« Je ne voulais pas vous faire pleurer, je te l’assure, je suis juste… je suis parti sur un coup de tête, je n’en ai pas parlé avant, car ce n’était pas prévu à la base, mais on dirait que ma rage était si près d’exploser que seul m’éloigner de lui » Ardiosis. « pouvait la contenir… c’est pour ca que je suis parti, pas pour vous abandonner toi et ma mère et mes amis… et encore moins de briser ta confiance. Je pensais que tu comprendrais… »

Siran, dans sa toute innocence, ne comprenait pas facilement les reproches qu’aurait pu lui faire Cassya pour ses actions. Certes, il savait qu’elle serait ébranlée et peut-être triste, mais ses intentions étaient nobles, il n’était pas parti simplement pour accomplir quelque égoïste acte. Il était là à tenter de convaincre les autres peuples que tous les humains n’étaient pas comme son père et il cherchait encore quoi faire pour ces pauvres humains.

Il hésita une fraction de seconde avant de prendre dans sa main celle qui avait effleurée sa joue. Il passa ses doigts sur la main de Cassya, laissant échapper un soupir retrouvant pendant un instant le bonheur qu’il avait jadis connu, dans la simplicité de sa vie.

« Crois-moi, je n’aurais jamais voulu te trahir, mais je devais partir, c’était tout simplement plus fort que moi. » Il soupira à nouveau mais finalement il lâcha la petite main qui se trouvait dans la sienne. C’était un contact très doux et prude, on aurait dit que Siran ne comprenait pas toutes les implications de ses paroles. « J’espère que tu te sentiras mieux maintenant que tu sais que je suis en vie. Et je suis sûre que ma mère va comprendre, un jour… pourquoi je suis parti. »

_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Dim 16 Aoû 2009 - 2:58

Cassya sentie son coeur rater un battement lorsque les doigts du prince effleurèrent sa main. Elle captura quelques secondes ses doigts entre les siens, mais les relâcha rapidement en un geste presque fataliste. Comme si elle lui signifiait inconsciemment le besoin de le garder auprès d'elle, mais qu'au plus profond d'elle, elle savait qu'elle ne pouvait le maintenir loin de sa liberté. Elle baissa son regard ambré, troublée par son geste pourtant si anodin. La fille du Marquis resserra également ses doigts, lui démontrant ainsi qu'elle partageait ses sentiments amicaux. Son regard demeurait baissé et une légère teinte rose vint troubler la blancheur de ses joues de nacre. Elle s'abreuva de ses excuses, même si elle l'avait pardonné depuis longtemps. Elle savait ce qu'il ressentait. Il s'était autrefois confié à elle sans crainte. Cassya, en échange, lui avait déclaré qu'elle se sentait parfois si mal d'être le gentil pion de son père. Elle détestait les jeux de cours même si elle s'y débrouillait merveilleusement bien. Elle lui avait révélé qu'elle aussi voulait fuir, mais qu'elle craignait les conséquences. Son père l'adorait, certes. Mais si elle avait le malheur de le trahir, il la fustigerait jusqu'à ce que mort s'en suive.

Sa main se trouvait dans les siennes. Son coeur battait la chamade et sa respiration avait légèrement augmentée. Elle refoulait encore les larmes qui affluaient à ses yeux, avalant difficile sa salive au travers de sa gorge nouée par l'émotion. Cassya posa son autre main sur la sienne, l'emprisonnant avec légèreté. Ses yeux ambrés trouvèrent le courage d'aller se noyer dans l'onde émeraude des siens. Un sourire pâlot et triste effleura sa bouche.


"Au fond, je crois que je t'ai pardonné dès le jour de ton départ. J'ai été incapable de réellement t'en vouloir. Je sais ce que tu ressentais et ressens. Je me rappelle de tes confessions sous le ciel étoilé. Il faisait froid, mais le jardin était le seul endroit qui ne semblait pas encore corrompu. Si j'avais eu ton courage, moi aussi je serais partie. Malheureusement, je crains le courroux de mon père. Je sais qu'il ne me pardonnerais jamais de lui tourner le dos après tous les soins et les moyens qu'il a mis à m'éduquer. Je l'aime, tu sais. Je sais mieux que lui-même qui il est véritablement. Je connais sa vraie nature. Cela ne m'empêche pas de regretter de ne pas t'avoir suivi."


Cassya laissa doucement échapper sa main la passant d'une de ses mains à l'autre avec la même délicatesse tout en couvant son petit manège d'un oeil fasciné et tendre. Elle lui sourit à nouveau. Cette fois, une larme lui échappa malgré sa lutte.

"J'étouffe à la cour"
avoua-t-elle d'une voix assourdie par l'émotion.

Son masque se brisa. La larme qui venait de tomber avait fendu la barrière de sa résistance. D'autres petites gouttes cristallines se mirent à couler en silence. Une à une. Ses yeux ambrés se noyèrent dans le torrent de son chagrin qu'elle n'était pas habituée à exposer.

"Tout cela me tue lentement, mais aussi sûrement qu'une lame que l'on m'aurait planté en plein coeur. J'ai l'impression que je fais une erreur en restant, pourtant la crainte m'y incite. J'ai si peur depuis tu as quitté le château. Tout autour de moi n'est que mensonge ou fourberie. Les uns marchent sur les autres. Les loups s'entredévorent. Et c'est de pire en pire à chaque jour."

Elle prit la main de Siran entre les siennes et l'amena à sa joue. Ses larmes avaient cessés de couler. Il n'en subsistait que de minces sillons humides sur ses joues. Pendant quelques secondes, elle resta immobile. Puis dans un geste lent, ponctué d'hésitation, Cassya s'approcha davantage et posa son front contre l'épaule du Prince fugueur. Elle ferma les paupières. Un court silence s'en suivit.

"Tout cela est si dramatique. Je me sens ridicule."

Elle leva les yeux et réalisa à quel point son visage était près de celui du prince. Non sans piquer un fard, elle fit un demi pas en arrière pour rester à proximité, mais un peu moins. Cassya sourit encore, les yeux troublés par quelque chose autre que de la tristesse, mais d'aussi profond. Sa main se posa sur sa joue que son pouce caressa lentement.


"Il est bon de te retrouver" souffla-t-elle avec une sincérité qui sembla la plonger dans l'innocence la plus complète. "Oublions toute cette histoire pour cette après-midi et profitons de ce rare moment."
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Mer 19 Aoû 2009 - 17:01

Siran s’était figé lorsqu’elle parla de son propre père. Son cœur s’était arrêté de battre, non pas à cause de la proximité de la jeune femme, ou des marques très douces d’affection dont ils faisaient preuve, mais bien parce qu’ils parlaient d’un sujet difficile à ses yeux. Il repensa à son propre père et ne put s’empêcher de se poser la question qu’il se posait déjà depuis des mois. L’aimait-il encore? Une partie de lui ne gardait-il pas espoir que tout redevienne comme avant? Peut-être, mais il essayait tant bien que mal de repousser ses pensées, se concentrant toujours sur les tâches qu’il avait a effectuer, aux gens qui avaient besoin de lui.

Ses doigts étaient doux, sa main calme contre celle de son amie. Il voulait se faire rassurant. Il savait qu’il était un pilier et malgré sa disparition, les choses n’avaient pas changé entre ces deux êtres vivants d’idéaux. Un doux soupire quitta ses lèvres, frôlant leurs mains mais il réussit à lui sourire très doucement. Même si ça aurait pu sembler forcer, Cassya savait pertinemment qu’il ne souriait que lorsqu’il ressentait le besoin de le faire, qu’il ne se pliait plus à ces jeux de court depuis l’âge de douze ans.

Son visage montrait une douceur que Cassya n’avait pas vue depuis si longtemps, c’était comme si le temps s’arrêtait, et, même si les dernières semaines avaient été dures, il restait bien le même Siran. Ses cheveux de blé étaient attachés maintenant, formant une toute petite couette, son visage émacié par le temps passé sur la route, il restait le même Siran, au regard d’émeraude doux qui pouvait apaiser les esprits troubler et au sourire qui ferait fondre n’importe quelle jeune fille, mais tout son être était centré sur son amie, et il passa son pouce sur sa joue en un mouvement délicat et calculé, mais en rien froid, pour lui faire comprendre que rien ne changerait.

Lorsqu’elle appuya sa tête contre son épaule, il ne pu refouler un clignement d’yeux, mais finalement, il passa simplement ses bras autour d’elle pour l’enlacer, pour la réconforter. Il voulait lui donner un peu de sa chaleur, de sa force, même s’il savait qu’il avait lui aussi besoin de support, et que de revoir son amie lui rappellerait pourquoi il se battait chaque jour contre les gens qui disaient du mal de lui, contre la folie de son père. Elle pouvait entendre son cœur battre, calmement, mais lourdement et il posa une main sur son épaule, rien d’osé. Ses gestes étaient toujours aussi chastes envers elle, comme si elle était une poupée délicate qu’il aurait pu briser en soufflant dessus, mais il connaissait la force de Cassya.

Sa respiration se fit courte, sa gorge se noua. Parler était difficile quand il se perdait dans ses pensées, mais il finit par dire de sa voix la plus douce, sans reproche :

« Tu sais que je crains sa colère aussi. Il avait envoyé un de ses hommes me chercher et comme il est rentré bredouille je ne doute pas que d’autres sont à ma recherche. Il ne s’arrêtera plus au fait que je sois son fils, je me suis opposé ouvertement à lui à plusieurs reprises… j’ai l’impression d’avoir perdu mon père il y a si longtemps, mais je ne sais pas si je l’aime encore… une partie de moi veut l’aimer, tu sais, mais le reste veut simplement crier sa haine contre lui. Mais je en suis pas là pour parler de ça, je comprends que tu ne veuilles pas t’attirer d’ennuies ou des représailles mais moi je ne peux pas retourner. »

Il passa ses doigts doucement dans ses cheveux. Il n’avait pas les doigts d’un rustre paysan ou guerrier, mais ceux d’un jeune prince, dignes de lui, ils étaient doux et agiles et surtout effilé. Il se demandait parfois comment il avait atteint son rang dans l’armée, il ne l’aurait jamais atteint s’il n’avait pas été le fils d’Ardiosis.

« D’accord, on peut oublier tout ça pendant quelques heures, je suppose. »

_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Jeu 20 Aoû 2009 - 13:39

Cassya fut heureuse et apparemment grandement soulagée de voir un sourire s'afficher sur ses traits. Elle savait désormais le trouble qui occupait son coeur et, même si elle ne pouvait répondre avec certitude à ses interrogations, elle pouvait néanmoins le rassurer. Elle choisit d'attendre, cependant, que ce rendez-vous impromptue prenne fin d'abord. Pour l'heure, il avait besoin de se détendre et d'oublier les soucis qui avaient fait tant de tort à sa santé.

La réponse qu'il lui fit lui semblait légèrement à contre-coeur, mais Cassya ne s'en soucia pas. Elle saisit délicatement son poignet et, avec un sourire, l'entraîna sous le saule. Elle le fit asseoir en face d'elle tout près du tronc. Ses jambes légèrement repliés sur le côté, elle lissa sa robe de soie verte qui avait laissé jaillir ses petits pieds nus. Son regard ambré parcourut à nouveau les traits du prince, une lueur étrangère au fond de ses prunelles. C'était quelque chose entre la douceur et la violence, tendre, mais réservée. Surtout intense malgré le secret qu'elle semblait en garder.


"Tu as changé, Siran. Je le vois dans tes traits et dans tes yeux..."


Cassya pinça les lèvres comme si elle était gênée de ce qu'elle venait de dire. Elle tendit la main vers son visage et son index suivit la ligne de sa mâchoire tranquillement. Même si ses aventures avaient laissé leurs traces, la jouvencelle le trouvait toujours aussi beau qu'avant. À croire qu'il était ce prince charmant dont rêve toutes les petites filles... et les grandes aussi, parfois. Tout en lui inspirait sa royauté. Il ne pouvait mentir à quiconque, ni à lui-même. Il était né avec du sang bleu. Ses doigts fins, ses traits délicatement tracés, ses cheveux d'or, ses yeux d'un vert qui chavirait son coeur à chaque fois. Cassya coupa ses brèves réflexions là afin d'ajouter rapidement à sa précédente phrase :

"Mais cela ne t'enlèves en rien ce charme inné que tu as toujours eu."


Son doigt quitta son visage et la jeune femme s'adossa contre l'arbre en s'étirant comme un chat. Dans ce décor enchanteur, Cassya semblait absolument à son aise. Son sang de nymphe y était pour quelque chose. Avec ses traits plus sylvestres qu'humains et son corps menu, elle aurait pu être prise pour l'une des nymphes de la forêt. Or, son sang d'humaine l'avait pourvu de courbes délicatement délicieuse. Cassya tourna la tête vers Siran avec un petit sourire malicieux. Sa main caressa l'espace entre elle et lui. La jouvencelle se mit à chantonner tout bas, reportant son attention sur le sol. Ses doigts saisirent l'herbe et souleva un carré en entier, dévoilant la terre en-dessous. Elle se mit à l'écarter doucement de la main, prolongeant le suspense.


Au bout d'une minute se dévoila un petit coffre en bois qu'elle sortie du trou peu profond. Elle le posa à côté d'elle et s'agenouilla. Le coffret avait été scellé avec de la cire. La jouvencelle avala difficilement sa salive. C'était son petit secret, ce coffret. Cassya brisa les scellés et ouvrit la boîte. À l'intérieur, il y avait un sac en velours qu'elle ouvrit également. Elle y plongea la main et en ressortie une petite liasse de lettres tenues ensemble par un ruban rouge. Elle les montra au prince.


"Je te les avais envoyé, mais... puisque je ne savais pas où tu étais, elles me sont revenues. Je les avais enterré ici afin que personne jamais autre que toi ou moi ne pose les yeux sur ces missives. J'aimerais que tu les gardes, et que tu les lises. Une par une. Dans l'ordre. Il y a les dates sur le coin de chaque enveloppe."


Elle sourit et remit les lettres dans le sac, et le sac dans le coffre qu'elle poussa dans sa direction avant de refermer le trou et de remettre l'herbe par-dessus. Cassya brisa le peu de distance entre eux et prit la main de Siran dans la sienne, sans entrecroisé ses doigts aux siens. Cela aurait voulu en dire beaucoup plus long qu'elle ne le voulait. Sa tête alla s'appuyer sur son épaule. Elle soupira longuement.


"Tu es venu apprécié la beauté des nymphes? Je ne te connaissais pas ainsi..." dit-elle avec un petit rire malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Ven 28 Aoû 2009 - 5:34

Heureusement, Siran avait l’habitude d’être touché de la sorte, par quelques filles de la cour, certes, mais aussi par Cassya, qui ne se gênait que très rarement avec lui. Ils étaient des amis très proches, et cela, personne n’aurait dit le contraire, cela expliquait probablement la position dans laquelle se trouvait maintenant la jeune femme. Les yeux verts du prince se fermèrent à demi, pendant le court instant où les doigts fins de son amie. La douceur, la chaleur, l’amitié étaient de ces choses qui lui avaient cruellement manqué au court du dernier mois. Il prenait cette douce marque d’affection pour ce qu’elle était, et sur sa peau de porcelaine, la tête rosée ne parut que de plus belle. Pour un prince, il connaissait l’humilité aussi bien que qui que ce soit, il était doux, et vrai.

Un doux soupir quitta ses lèvres alors que Cassya s’éloigna de lui. Même si elle n’allait pas bien lui, cela lui sembla comme la fin du monde, comme si elle se retrouvait encore une fois inaccessible. Ses yeux perçurent cependant ce sourire malin, oh non, son amie n’allait aller nulle part, elle avait quelque idée derrière la tête et il savait pertinemment qu’il ne s’en sauverait pas, mais si c’était son ‘funeste’ destin, alors il l’accepterait les bras ouvert. Car pour un moment, dans cet après-midi frais, où il sentait les doux rayons de soleil réchauffer sa pâle peau, il se sentait comme un enfant, loin des guerres, loin de la misère, il ne restait plus que son amitié pour Cassya.

Il ne répondit pas à ses doux compliments autrement que par un simplement hochement de la tête, un hochement bien bas, comme quoi il les recevait, mais il ne daignait répondre, trop gêné, peut-être, ou perdu dans ces lourdes pensées, et dans l’air que lui chantait le vent.

Siran l’observa. Il ne savait ce qu’elle préparait, mais il était curieux. Cette curiosité presque enfantine qui l’avait toujours habitée ne s’était pas envolée avec les menaces de guerres, avec les assassinats, et le prince restait un enfant dans son cœur, un enfant curieux qui cherchait à se faire aimer de tous. Il se pencha vers l’avant en voyant ce qu’avait sortit la jeune fille, ne pouvant s’empêcher de croire, même pendant un instant au destin. Car ils s’étaient tout deux retrouvés à cet endroit précis, et il ne sut quoi dire ou faire, mais il déglutit péniblement en tendant sa main vers elle.

Il posa sa main sur le petit coffre en le tirant vers lui, mais il sentit la présence de Cassya encore très près de lui et il ne pu s’empêcher de sourire doucement. Il passa un bras autour de ses épaules, de façon tout à fait réconfortante. Siran n’était peut-être pas une montagne de muscle, mais il savait que ses enlaces avait sur ses proches un effet réconfortant, c’était peut-être à cause de sa chaleur et de tout ce en quoi il croyait, la grosseur de son cœur. Il sourit doucement contre les cheveux roux de la tête qui se trouvait maintenant sur son torse et il passa un second bras autour de Cassya pour la tirer doucement contre lui, protecteur et doux, il la berça. En silence. Pendant un bon moment. Il n’eut pas le temps de répondre, mais se contenta de soupirer, avant de parler enfin, plusieurs longues minutes plus tard.

« Tu sais bien que j’ai toujours apprécier la beauté des nymphes. » Cette phrase aurait pu avoir un tout autre sens venant d’un autre homme, mais c’était la pureté de Siran qui faisait son charme. Il resta silencieux un bon moment, avant de se mettre à chanter doucement un air qu’ils avaient souvent chanter avant de se faire séparer de force, un air doux et réconfortant, qui voulait dire milles choses et aucune a la fois.

Sa voix était douce mais grave, son chant juste, tout dans cette scène lui semblait parfait, si parfait…

[HRP: Pour la peine voici la chanson, désolé pour le vidéo, on fait avec ce qu'on a. http://www.youtube.com/watch?v=v60MXZbffWY. J'espère qu'elle te plaira.]

_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Ven 28 Aoû 2009 - 14:19

[HRP : OMG! Tu me ramènes en arrière avec cette chanson-là. Je la chantais comme berceuse aux enfants que je gardais et à mon petit frère. Ma mère adorait l'entendre. ^^]

Cassya se laissa attirer vers lui, malgré sa flagrante surprise. Le contact de Siran était doux, délicat, chaud et rassurant. Le peu de lourdeur qui restait sur ses épaules disparu en un seul instant. Ses bras autour d'elle, le rythme de son coeur qu'elle percevait sans peine. Il était calme, reposé. La jeune femme était si profondément troublée par ce geste. Ses joues étaient devenues d'un rose vif, mais elle n'en avait cure. Il était près d'elle et la serrait contre lui. Rien n'aurait pu rendre ce moment plus tendre et paisible. Elle sentait son propre coeur qui battait la chamade, affolé par la proximité du prince. Cassya savait qu'elle ne pouvait rien pour l'apaiser ; il s'emballait toujours ainsi lorsque Siran se trouvait près. Par ailleurs, à chaque fois, l'héritière Fin'lay n'arrivait pas à croire qu'il ne se soit jamais aperçu de rien. C'était tout à son avantage, car s'il l'avait su, elle n'aurait sans doute plus dormi jusqu'à ce qu'elle le revoit encore et encore. Toutes les tentations, tous les gestes contre lesquels elle s'était fait violence resurgiraient en force et elle n'aurait sans doute plus l'envie ni la volonté de les retenir. Ce serait malheureux, car la petite voix au fond d'elle lui murmurait que Siran l'aimait, oui, mais comme une amie uniquement.

Cassya poussa un soupir de soulagement, balayant de son souffle doux tous ses tourments. Elle ferma les yeux, sa main caressant machinalement, dans un geste lent, le tissus de la chemise du prince. Il la berçait contre lui, comme une enfant. Il ne se doutait même pas que c'est ce qu'elle aurait voulu redevenir ; une enfant, afin de courir à nouveau avec lui dans les jardins. Afin qu'elle croit encore que ses sentiments plus qu'affectueux lui passeraient. Cassya eût un sourire en redressant légèrement la tête lorsqu'elle entendit sa réponse fuser dans le calme de cet après-midi. Elle eût un faible rire. La jouvencelle avait appris avec le temps à ne pas toujours considérer les paroles de Siran comme elle le désirait. Il avait une façon de répondre qui portait parfois à confusion et dans ces temps-là, il fallait prendre sa réplique comme celle d'un enfant.

La jeune femme entendit la chanson vibrer dans le torse du prince. Sa voix rassurante l'enveloppa toute entière, comme s'il venait d'enrouler une couverture épaisse autour d'elle alors que l'hiver mordait sa chair. Cassya l'écouta un moment, des larmes silencieuses échappant à ses yeux pour rouler sur ses joues pâles puis tomber sur la chemise du prince. Son regard doré se promena sur son bras puis aperçut sa main. La jouvencelle glissa ses doigts entre les siens en une étreinte un peu plus intime qu'elle ne s'était permise qu'une fois jusqu'à maintenant. Sa voix de soprano s'entremêla à la sienne en des harmonies qui s'envolèrent vers le ciel d'azur avec la grâce des anges.

La jeune femme laissa leurs chants retomber avec douceur dans la candeur de la clairière à la fin de la chanson. Ses doigts serrèrent les siens. Cassya leva les yeux vers lui à nouveau. Ils étaient noyés de larmes. La jouvencelle posa son front dans son cou. Comme il lui avait manqué. Elle aurait voulu tout quitté. Elle aurait voulu tout laisser derrière et partir avec lui, mais elle ne le pouvait pas. Cela détruirait assurément son père si elle devait l'abandonner. La jeune femme sacrifiait donc ce possible bonheur afin de demeurer sagement auprès de son père. Sa main libre se leva et vint s'accrocher à sa nuque. Ses doigts fins glissèrent dans ses cheveux avec une tendresse évidente, mais dont il ne connaissait aucunement l'étendue selon tout vraisemblance.

"Tu m'as tant manqué Siran... Je..."

Sa phrase se termina par un soupir. Il lui avait déjà tout fallu pour lui lancer la première, elle n'arriverait pas à terminer la deuxième, n'oserait pas. Qu'est-ce qu'elle avait bien failli dire! Ce moment de paix se devait de demeurer intact et elle avait passé très près de le briser par cette parole qu'il ne voulait pas entendre.


*Mais quelle idiote je fais!* songea-t-elle. *Cassy, tu perds la tête.*

Cassya enfouit davantage son visage dans son cou, espérant qu'il mette sa réaction sur le compte d'un trop grand sentiment de joie de le retrouver plutôt que sur celui d'un sentiment amoureux qu'elle étouffait depuis des années déjà et qui cherchait à se jouer d'elle dans ce moment où elle s'abandonnait à la vulnérabilité à laquelle elle n'avait pas droit à la cour.
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Sam 29 Aoû 2009 - 1:10

Siran avait pour habitude l’attitude de Cassya. Il la connaissait bien, peut-être pas autant qu’il ne l’aurait voulu, mais il pouvait dire qu’il la connaissait à tout le moins bien. Ainsi il ne fut pas surpris de sentir son visage contre son cou, ou sa main contre sa nuque, dans le bas de ses cheveux de blé. Ils n’avaient que très rarement été aussi proches, mais c’était un peu ce que demandait cette situation, qu’ils soient bien ensembles, avant qu’ils ne se séparent à nouveau, car seul le destin savait quand ils se recroiseraient à nouveau.

Il chanta doucement avec elle, sans s’interrompe, jusqu’à ce que la courte ballade prenne fin. Leurs voix s’agençaient parfaitement, pour faire un son qui les faisait vibrer ensemble, comme un seul être. Siran sourit en repensant à la situation. Même s’il ne comprenait pas l’étendue des sentiments de son amie, le prince savait que plusieurs hommes seraient jaloux de cette proximité avec une des plus belles femmes du château. Il était conscient de sa chance, mais il voyait Cassya d’abord et avant tout comme une amie et une confidente, il ne voyait pas en elle une femme ou une femme potentielle. Elle était Cassya, tout simplement.

Une de ses mains remonta doucement le dos de la jeune femme très chastement pour venir s’entrelacer dans ses cheveux de feu, et même si ça chanson était finie, il continua de la bercer doucement, presque amoureusement. Il avait les yeux fermés et il savourait ce moment.

« Tu quoi? » Il n’y avait aucune agressivité dans sa voix, il n’avait pas reconnu l’appel de la jeune femme esseulée, cependant, il avait peur pour son amie, il avait peur que tant de choses la tracassent et qu’il n’aidait en rien.

Il se pencha pour relever sa tête en posant ses doigts sur son menton, pour la regarder dans les yeux pensivement. Ses yeux verts étaient profonds et doux, et même s’il avait tenté de retenir ses larmes, eux aussi se retrouvaient un peu mouillés. Il n’aimait pas pleurer, il était fier, même si ce n’était pas le genre d’homme à tenter de ne laisser paraître aucune émotion, cependant il n’aimait pas pleurer devant ses amis, il y avait beaucoup de pression sur ses épaules.

Ainsi il l’observa un instant avant de lever une main et d’essuyer ses joues avec un pan de sa chemise encore ouverte. Il ne voulait pas la voir pleurer ainsi.

« Tu m’as manquée aussi, ma jolie Cassya. » Il rit doucement et haussa des épaules. « Alors, tu quoi? » Il avait un sourire enfantin.

_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Sam 29 Aoû 2009 - 2:18

*Oh là là. Ça va mal.*

Effectivement, ça allait très mal. Non seulement Siran avait posé la question qu'elle ne voulait pas entendre, mais en plus il avait laissé transparaître de la tristesse, ce qui brisa le coeur de la jouvencelle encore plus. Elle tendit ses doigts vers le visage du prince, lissant chaque trait tendrement. Ses yeux ambrés suivaient le parcours de son tracer avec attention, une flamme vivace dansant au fond de ses prunelles fascinées. Cassya eût un doux sourire. Elle haïssait lui mentir, mais elle devrait lui mentir d'une certaine façon.

"Je suis si bien lorsque tu es auprès de moi. C'est comme si le monde avait cessé de tourner, que... Que rien n'importait plus."


C'était entièrement vrai, mais c'était très différent de ce qu'elle avait failli dire en premier lieu. Cassya se détestait. Elle avait caché la vérité à Siran. Elle lui avait toujours tout dit, sauf cela. Elle savait qu'il ne savait pas. Elle le sentait dans sa façon d'agir avec elle. S'il l'avait su, il ne l'aurait pas serré. Il serait demeuré un peu plus distant sous un prétexte qu'elle aurait trouvé bidon. Cassya glissa ses doigts sur les yeux du Prince, l'incitant à les refermer. Ses doigts terminèrent leurs parcours en longeant la ligne de sa mâchoire.

Un frisson secoua doucement la demi-nymphe. Il s'éloignerait à nouveau d'elle. Il partirait à nouveau. Elle ne saurait pas le trouver. Elle ignorait quand elle le reverrait.... si seulement elle le reverrait même un jour. Cassya se sentait bien sotte d'avoir succombé à un amour qui ne serait jamais possible de toute façon. Elle baissa les yeux sur sa main dont les doigts enlaçaient amoureusement ceux de Siran. Elle les serra légèrement plus. La brise joua dans les branches des arbres.


"J'aimerais tant pouvoir te revoir."


Malgré tout ses efforts, sa voix tremblait d'émotion. Cassya se tut un long moment afin de reprendre la maîtrise d'elle-même. Elle haïssait lorsqu'elle perdait le contrôle. La jouvencelle reprit d'un timbre plus serein.

"Qui sait ce qui pourrait se produire? Tu pourrais être pris par des brigands ou attaqué par nos ennemis."

Erreur, elle ne devait pas s'impliquer dans ses affaires malgré l'envie qui la tenaillait de lui tendre la main. Elle ferma les yeux forts, ravalant ses paroles et corrigeant rapidement ;

"Tes ennemis."

Cassya ne pouvait se permettre de prendre position de la sorte. La jeune femme soupira longuement et leva les yeux vers les branches du saule qui dansait sous la brise calme. L'héritière Fin'lay reposa sa tête au creux de l'épaule de Siran, effleurant volontairement la peau de son cou du bout des lèvres. C'était une torture qu'elle venait de s'infliger à elle-même. Si le geste pouvait parfaitement paraître anodin ou involontaire, Cassya ne s'en mordait pas moins les dents. Il fallait à tout prix qu'elle bride ses sentiments. Leur proximité devenait dangereuse, mais elle voulait prolonger ce contact, en faire des réserves pour ses moments de solitude.


"Et moi... Je pourrais aussi bien être mariée demain et tu sais ce que cela impliquerait. Mon père escomptait m'offrir au roi des Orthodoxes. Ce dernier n'a, heureusement, pas l'air d'apprécier la gente féminine. Pour mon plus grand bonheur, plus je tentais de lui être agréable plus il grinçait des dents."

Cassya émit un rire léger et musical qui se mêla parfaitement aux bruits de la forêt. La jeune femme inspira puis soupira. L'odeur de Siran embruma son esprit pendant un moment, mais elle n'en demeura pas moins alerte à sa réaction à la mention qu'elle pourrait être contrainte à épouser un homme autre... La jouvencelle se doutait qu'il ne réagirait pas comme elle le voulait. Il rirait peut-être, dirait qu'elle avait trop de caractère, que son père était sa marionnette et que si elle épousait quelqu'un s'était parce qu'elle le voulait ou pire, parce que son père savait ce qui était le mieux pour elle. Mais il ne s'y opposerait pas comme elle l'aurait voulu. Cassya n'en serait pas vraiment déçue puisqu'elle appréhendait sa réaction. C'était sans doute juste une autre façon de se prouver à elle-même qu'elle se berçait d'illusions en se disant qu'un jour peut-être l'aimerait-il comme elle l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Dim 30 Aoû 2009 - 16:24

Siran ne pu réprimer un petit sourire. Il savait bien que Cassya aimait être en sa présence, amis c’était peut-être la première fois qu’elle le disait aussi ouvertement. Ils avaient été très près par le passer et probablement que la distance entre eux du dernier mois, de savoir qu’ils ne pourraient peut-être plus jamais se voir avait pesé dans leurs jeunes esprits. Son sourire était doux et sincère et il la regardait pensivement en passant ses doigts dans ses cheveux, une partie de lui était peut-être trop heureuse de ce simple contact, mais cette partie de lui, il l’avait étouffée des années auparavant. Il connaissait bien les faits de la cour humains : aucun amour avant le mariage. Alors, cela faisait de lui l’être innocent et fragile qu’il semblait être à ce jour, à passer ses doigts dans les somptueux cheveux roux d’une amie d’enfance, sans la moindre arrière-pensée, sans le moindre doute.

Il lui offrit un semble baiser, très chaste, sur le dessus de al tête, comme ceux qu’on faisait à des enfants sur le point de s’endormir. Il soupira doucement et se replaça, mais cette fois pour pouvoir la regarder en lui parlant. Mais lorsqu’elle ferma ses yeux, il le fit sans la moindre gêne. Il n’avait rien à cacher à Cassya, ainsi il la laissa faire, se demandant si ce n’était pas plus qu’elle ne voulait pas qu’il la voie ainsi. Il l’écouta attentivement, sans mot dire, et calme, une main posée dans l’herbe.

« Oui, il est possible que mes ennemis en veuille à ma vie. » Il ne s’arrêta pas sur les mots précédents de la jeune femme, comme s’il comprenait la torture qu’elle subissait à être prise au palais. Peut-être était-ce elle l’oiseau en cage. « Écoute… peu importe ce qui se passe, tu sais que j’ai pleins de ressource, je suis débrouillard et je sais me défendre. Je n’ai pas été dans l’armée pour n’avoir rien appris, c’est juste que je préfère la raison aux batailles sanglantes et inutiles. Alors essaie de ne pas t’inquiéter pour moi. »

Malgré lui, et ce vraiment malgré lui, il frissonna au contact des lèvres de la jeune femme contre son cou. Il était vrai qu’il ne l’avait jamais vue ainsi, mais elle avait toujours été si douce avec lui que certains de ses gestes l’étonnaient. Cependant, Siran n’aurait jamais pu se vanter de pouvoir lire en elle comme on lit dans un livre, elle était si complexe, et si féminine, qu’il ne savait pas toujours comment se comporter.

Il rit avec elle, très doucement, mais sans plus. Il savait que lui aussi, un jour, et probablement un jour très proche, il devrait penser au mariage. Cela l’effrayait un peu, car il ne savait pas véritablement comment bien traiter une femme, o il n’était pas un rustre guerrier, mais il savait que cette situation serait fort probablement désagréable et qu’elle cacherait des intentions autres et des intérêts qui n’étaient probablement pas ce qu’il voulait.

« Écoute… c’est vraiment triste de devoir se marier comme ça… mais tu dois me promettre de prendre quelqu’un qui te respectera et que tu trouveras le moyen d’être heureuse. Je ne veux pas te laisser entre les mains de n’importe qui! » Il rit à ce commentaire, mais c’était la vérité. Siran avait rarement un comportement princier, mais en ce moment c’était peut-être un peu le cas, ou peut-être était-il seulement un gentleman à sa façon.


_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Dim 30 Aoû 2009 - 19:36

*Et si je voulais me retrouver entre tes mains?* songea-t-elle en contemplant son visage détendu.

Cassya soupira d'aise, mais se détacha du prince à regret. Elle céderait si elle restait près de lui. La jeune femme espéra en elle-même qu'il ne chercherait pas à la rattraper, alors qu'au plus profond de son coeur, elle priait pour qu'il la saisisse doucement par le poignet pour la ramener contre lui. Elle se releva, lissant sa robe de soie verte avec un air nonchalant alors que son coeur semblait vouloir jaillir de sa poitrine. Cassya pouvait sentir son odeur partout autour d'elle. Ses vêtements, ses cheveux s'en étaient imprégnés... comme pour le retenir encore un peu plus auprès d'elle. Pourtant, la jouvencelle savait qu'il glissait irrémédiablement entre ses doigts qui ne cherchaient qu'à le garder égoïstement. Elle remit en place ses cheveux à peine défait, lui tournant le dos afin de calmer le trouble houleux qui venait hanter son coeur encore une fois et nouer sa gorge de l'appréhension de devoir le perdre à nouveau. Cassya fit lentement volteface, affichant un sourire où pointait un peu de tristesse. Son regard doré chercha le sien, le trouva et s'y noya en silence, heureux de mourir dans l'onde verte de ses iris.

Puis elle baissa les yeux, l'air un peu plus sérieuse ou mélancolique. Il était difficile de savoir lequel des deux prédominaient vraiment en elle. Ses traits réguliers semblaient vouloir se voiler de mystères. Peut-être tentait-elle simplement de le préserver de ce chagrin qui empoignait tout son être dans une étreinte de fer glacée.


"S'il n'en tenait qu'à moi, nul ne poserait jamais la main sur moi..."

*Hormis toi...*

"Mais je n'aurai plus le choix bientôt. Il me faudra me décider avant de devenir une vieille fille et de faire honte au nom de mon père. Il n'apprécierait sans doute pas que je ne prenne pas époux. Et puis, en ces temps de guerre je pourrais être le pion d'une alliance militaire. Mais..."

Elle soupira, tournant son regard vers l'eau cristalline dont l'éclat filtrait au travers du feuillage paresseux du saule pleureur. Cassya baissa rapidement les yeux sur le sol avant de les reporter sur Siran en poursuivant sa phrase :

"Tu sais déjà tout cela. Tu le sais autant sinon plus que moi. S'il est triste d'épouser quelqu'un ainsi, il l'est encore plus lorsque le coeur n'y est pas et n'a aucune chance d'y être jamais."

*Parce qu'il est déjà détenu par quelqu'un qui ne se sait même pas geôlier. Quelle torture!*

La jeune femme s'approcha de ses chaussures qu'elle se pencha pour les ramasser d'un geste de la main. Puis, tout en restant debout, elle les remit à ses pieds. Cassya revint vers Siran, s'assoyant près de lui sans le toucher toutefois. Elle gardait une mine basse. Elle était dévorée intérieurement.

"Au moins en étant libre, tu auras ce choix. Soit prudent. Les gens ne sont pas toujours ce qu'ils semblent être. N'oublie pas que le mariage est l'histoire de toute une vie. Il serait triste que tu te lasses de ton épouse au bout de quelques temps parce qu'elle n'était pas celle que tu croyais."


*J'aurais aimé être ton choix. Pourquoi a-t-il fallu que je ne vois que toi? Même lorsque mon regard se porte sur un autre, je réalise que je fais le décompte de tout ce qu'il n'a pas de toi, tout ce qui ne te ressemble pas chez lui.*

Cassya songea ensuite à sa mère. Son père lui avait interdit l'accès à la forêt des nymphes et elle s'était bien rendue compte pourquoi. On l'avait souvent comparé à ce peuple, et elle avait l'intuition qu'elle en avait sûrement quelques gouttes dans son sang. Elle le sentait également dans ce bien-être qu'elle éprouvait à être dans la nature. La jouvencelle tourna son visage vers Siran, posant sa tempe contre le tronc de l'arbre. Il était beau. Il avait été sa source de lumière et d'espoir dans l'austérité d'Yswllyra. Elle réalisa que même dans les plus beaux endroits, il apportait un peu plus de splendeur. Cassya sourit brièvement puis ferma les yeux, certaine qu'elle le verrait rayonner tel un soleil même derrière ses paupières closes.


[HRP] :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Mar 1 Sep 2009 - 17:43

« Je n’aurai pas plus le choix et je ne compte pas vraiment m’arrêter à ces considération avant qu’un certain calme soit rétabli dans le monde. Et ce n’est pas pour de suite, cependant, je ne pense pas avoir plus de choix ou de liberté à ce point dans ma vie. Je ne vais pas me marier dans le simple but de réduire les tensions entre deux peuples mais présentement je ne suis pas exactement un bon parti de toute façon. Je verrai bien une fois que les choses se seront tassées. »

Il parlait doucement, mais il y avait une certaine tristesse dans sa voix, une tristesse qui n’aurait pas du y être car Siran ne parlait pas de ces choses. Il n’en parlait jamais, même avec Cassya. Le amriage, ses devoirs et tout ça c’était un sujet hors-limite même avec elle, car à l’époque, il n’aurait jamais pu remettre en cause le jugement de son père, et aujourd’hui il ressentait un peu de liberté. Cette liberté ne durerait pas et il le savait, une partie de lui savait pertinemment que son père mourrait bientôt et qu’il y avait des chances qu’il doive s’occuper du territoire. Tant de personnes voulaient activement sa mort, après tout…

Siran ne bougea pas, il l’attendit patiemment. Il savait qu’elle reviendrait. Il la regarda faire de ses grands yeux curieux, un sourire très doux sur les lèvres. Ses doigts se promenaient maintenant dans l’herbe et il était indéniable qu’il était beau, avec sa chemise ouverte, sa position décontracté et son sourire presque enfantin. Il semblait sortir d’un autre monde, peut-être que c’était le cas, personne n’aurait eu son courage, sa gentillesse, peu importe la situation. Penser aux autres avant eux-mêmes? N’était-ce pas inverse à toutes les croyances des nobles, du moins chez les humains?

Le jeune prince ferma les yeux un instant, un doux sourire à ses lèvres qui semblaient si douces et il soupira. Un simple soupire. Il savait que bientôt il devrait partir et il voulait encore profiter de ce moment et de cette douceur. Ses yeux vagabondèrent sur le corps de Cassya, mais ce n’était pas un regard avide de chair, seulement le prince ne réalisait pas toujours que cette jeune femme était une femme justement.

« De toute façon, je préfère ne pas parler de futur de ce côté, on verra les développements plus tard, mais pour l’instant ce n’est pas dans mes intentions. J’aime ma vie comme elle est… même si c’est un fouilli total, je suis bien comme ça… sauf pour les guerres, les morts et la douleur. »

Il aimait sa liberté. C’était un sentiment qu’il n’avait jamais connu avant et il aimait ça. Il aurait préféré rester sur les routes mais il savait que ses devoirs étaient envers ses peuples et qu’il ne pouvait se permettre de continuer ce qu’il avait à faire, trop de gens souffraient pour qu’il les laisse tomber tout simplement.

« J’espère qu’on se reverra bientôt, et si tu restes au palais je pourrai t’envoyer des lettres, vagues et non signées, mais des lettres quand même. Je suis désolé de en pas t’avoir écrit j’ai été assez occupé… »

_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Mar 1 Sep 2009 - 23:12

Cassya soupira longuement et rouvrit les yeux. Elle remit sa tête droite et fixa droit devant elle. La jeune femme baissa ensuite les yeux, songeuse. Siran était différent et cette distance entre eux la tuait lentement. La demie-nymphe secoua doucement la tête. Un frisson courut sur sa peau sous la caresse du vent qu'elle s'imagina être celle du prince près d'elle. Puis, à nouveau, son visage se tourna vers lui. Ses yeux scrutèrent ses traits avec inquiétude et mélancolie. Elle tendit ses doigts et cajola sa joue tendrement avant de hocher la tête négativement en fermant ses paupières, un peu comme si elle ressentait une sensation désagréable. Elle ne devait pas céder. Elle ne pouvait pas se le permettre.

"Il y a tant de choses que tu ignores, Siran. Tant de secrets que tu n'effleures pas même. Tu en donnes parfois l'illusion, mais tu ne saisis pas au fond."

L'héritière Fin'lay sourit tristement alors que des larmes envahissaient son regard pourtant brillant de joie. Elle échappa même un petit rire.

"Je ne sais pas si c'est un bien ou un mal que tu l'ignores, mais il est là quelque chose que je ne peux changer, car, hélas, les blessures qui en résulteraient seraient incurables."

Ses doigts se posèrent sur ses lèvres délicatement. Elle ferma les yeux un bref moment.

"Chuutt. Ne dit rien. Je ne pourrai pas entendre tes questions ni y répondre. Je n'en ai aucune envie. Si tu as à savoir, tu l'apprendras. Sinon, il ne restera plus qu'à me féliciter de mon silence."

L'ambiguïté de ses paroles étaient parfaitement volontaire. Elle pouvait parlé d'une catastrophe en Yswllyra ou de la mort de quelqu'un alors que le véritable sujet était tout autre. Cassya se doutait fort qu'il ne regarderait pas même dans cette direction. Il chercherait partout, sauf là. C'était beaucoup trop évident. La jeune femme laissa sa main retomber pour saisir la sienne, puis elle se releva en le tirant.

"Viens..."


Elle laissa sa main pour se diriger vers la petite étendue d'eau. Cassya retira ses chaussures, les abandonnant sur l'herbe puis elle entra doucement dans l'eau. Elle était froide, mais c'était ce qu'il fallait pour ramener ses pensées vers quelque chose de plus raisonnable. Quand elle eût de l'eau jusqu'aux hanches, elle se retourna, cherchant Siran des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Siran B.
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 59
Age : 22
Clan : Résistance
Fonction : Prince fugitif
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Mar 6 Oct 2009 - 0:38

Siran la regarda faire, de ses grands yeux vers, perplexe et triste à la fois, il n’aimait pas vivre dans la noirceur et si quelque chose d’importance n’effleurait pas son esprit il aurait voulu être mis au courant, mais il avait bien compris aux paroles de son amie qu’elle n’en soufflerait mot. Elle avait droit à ses secrets et il avait droit aux siens, mais il n’en avait pas. La vie de Siran était pour Cassya un grand livre ouvert, son cœur, elle pouvait le sonder d’un seul regard alors que lui restait plus perplexe à ses paroles, il ne savait pas toujours comment la comprendre, lui qui n’avait côtoyé qu’un nombre limité de femme, outre celle qui se trouvait devant lui.

Il entrouvrit les lèvres pour formuler une réponse qui finalement ne sortit jamais. Même si les doigts sur ses lèvres ne l’empêchaient pas vraiment de parler, il comprit le message et choisit la seule solution logique : il se tut tout simplement, la regardant un instant dans les yeux, soutenant son regard profond. Dans un silence intense qui les envahit tous deux un court instant, rien que le temps d’un regard. Il s’inquiétait, pour elle, pour sa famille, pour tout ce qui entourait les secrets de la cour, mais il se dit que s’il avait à le savoir, il le saurait, d’une façon ou d’une autre, il trouverait.

Il se laissa tirer, clignant lentement des yeux mais sourit très doucement en se faisant tirer vers l’étendue d’eau froide. La saison était un peu trop avancée pour se baigner de la sorte dans une étendue naturelle, mais c’était très étrange de la voir ainsi, en robe dans l’eau, si belle, comme une jeune vierge sur des peintures des plus grands artistes du monde. Et Siran e put que sourire, presque bêtement, face à cette scène.

Lorsqu’elle tourna les yeux vers lui, elle le vit sur la rive, un sourire aux lèvres et l’air presque enfantin, dans l’idée de se baigner avec elle. Il se regarda, il venait tout juste de s’habiller en vitesse après son arrivée, mais il haussa des épaules et enleva sa chemise qui était encore ouverte pour la peine, puis ses pantalons avant de venir la rejoindre dans l’eau, seulement dans ses sous-vêtements de coton, déjà mouillé.

« J’arrive. » Il rougit mais entra dans l’eau pour se rendre à sa hauteur, de sa grandeur, il avait de l’eau quelque peu sous la taille. « Elle est froide, hein? »

_________________



Siran Bennefoy. The softer side of anger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   Lun 12 Oct 2009 - 18:57

Cassya l'observa un long moment, l'invitant du regard malgré le froid de l'eau qui transperçait sa chair fragile. Lentement, elle se détourna lorsqu'il se dévêtit. La jeune femme sourit en l'entendant entrer dans l'eau. Elle se retourna pour le regarder approcher. Son regard était soudé au sien tandis que son expression se faisait un peu plus sérieuse. Il s'arrêta à sa hauteur. Cassya sourit à sa question puis rit un peu.

"Glaciale est le mot juste, monsieur le Prince."

La jeune femme rit encore avant de reculer de quelques pas, lui faisant toujours face. Elle se laissa glisser dans l'eau. Elle resta quelques secondes dans l'onde glacée avant de ressortir jusqu'aux épaules. Ses cheveux chocolatés était rejetés vers l'arrière et des gouttes d'eau perlaient sur la peau pâle de son visage. Cassya se releva lentement et s'approcha de Siran. Ses vêtements collaient à son corps. Heureusement qu'elle portait un corset, ce qui empêchait de trop voir ses formes. Disons que sa silhouette était suggérée sous sa robe détrempée. Cassya prit les mains de Siran et le força à la suivre dans l'eau jusqu'à ce qu'elle vacille subitement et que son pied glisse. La jeune noble chuta sous l'eau, arrosant partout autour et brouillant l'étendue d'eau. La jouvencelle creva la surface deux mètres plus loin. Elle chassa les gouttelettes de ses yeux et parut un peu surprise.


"Le fond devient profond d'un seul coup."

Elle nagea vers lui. Sa robe semblait effectuer un ballet lent sous l'eau, suivant ses mouvements fluides. Cassya reprit pied juste à côté de Siran. Elle sourit avant de se blottir contre lui en grelottant. La jouvencelle leva son visage vers le sien après quelques secondes d'immobilité. Elle aurait eu envie qu'il se penche vers elle, que son souffle se mêle au sien. Mais cela n'arriva pas. La jeune noble s'éloigna d'un pas en secouant tout doucement la tête pour se ramener à des idées plus sages.

"Cassya!" appela une voix féminine lointaine.

L'interpellée se retourna vivement, comme si on venait de la prendre en plein délit... ce qui était le cas, en fait. Cassya regarda partout autour du petit étang. La jouvencelle cligna des yeux. Sans se retourner, elle demanda tout bas :


"Tu as entendu, Siran ou je deviens folle?"

Plus rien. Plus de voix. La jeune femme soupira avec un frisson puis se retourna vers Siran avec un faible sourire. Elle caressa sa joue pendant un moment qui semblait s'étirer sur la tendresse de son geste. Le silence les entourait comme une bulle protectrice. Cassya aurait pu tout abandonné là, s'échapper avec lui. Elle posa son autre main sur l'autre joue, saisissait ainsi son visage en une douce étreinte.

"Oh... Siran. Il me faut partir, beau prince. Je n'en ai pourtant pas envie."

La jouvencelle laissa ses mains descendre doucement. Ses bras entourèrent son cou et elle l'étreignit doucement, savourant les battements de son coeur qu'elle ressentait contre sa poitrine. Des larmes s'échappèrent de ses yeux. Il lui manquerait tant. Elle serait tant inquiète à chaque seconde pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des retrouvailles inattendue [Pv Siran *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Des Retrouvailles inattendu...[PV Reve du passé]
» Des Retrouvailles inattendues ! Investigation au cœur des révolutionnaires !
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 5-