AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Lun 24 Aoû 2009 - 14:28

Cinquième jour
Douzième semaine
Début de matinée

Erendil n'allait maintenant plus rester longtemps en terre humaine. Le procès de la veille avait été une perte de temps, surtout à cause de la présence envahissante de Calidra Van'Gil. Cette parasite avait réussit le tour de force, dont elle seule était capable, à son grand dam, à le mettre de mauvaise humeur. Mais la savoir ici, à Yswllyra, lui faisait apparaitre ce départ comme une opportunité de rentrer à Iboa et ne plus avoir à supporter sa présence. Erendil avait ainsi donc ordonné à ses gens de préparer le retour discret à la maison pour le lendemain.

Seulement, il avait encore quelque petite tâche à remplir ainsi que divers ordres à distribuer à qui de droit. Ainsi le monarque Orthodoxe avait-il convoqué l'espionne Solyanne M'angil ce matin même, tandis que sa ministre Fidicy Dionistra était prévue pour l'après-midi même. Sa soirée étant réservé à un repos de bon aloi avant une longue chevauchée pour retourner sur ses terres.

Aidé de son fidèle valet, Erendil avait passé la tenue appropriée pour recevoir ces dames. Contrairement à d'autre beaucoup moins bien lotie, Solyanne et Fidicy avaient la chance d'être plus ou moins bien traité par le souverain, qui mettait de côté sa mysoginie légendaire avec elles. Aucune d'elles n'avaient encore été source de problème comme l'était Calidra (s'il fallait un exemple de femme qui ne faisait qu'en apportait), ce qui pouvait l'expliquer. Ou alors, aucune n'avait cherché à le défier, ce qui pouvait être une autre explication.

La disparition de l'émissaire qu'il avait envoyé était en tout cas la véritable raison de la convocation de Solyanne. Quand bien même la confiance était quelque chose de très fragile, Erendil ne pouvait reconnaître que son émissaire ait prit la fuite malgré ses ordres. Donc, si l'on suivait la logique du souverain, il devait y avoir une autre raison à ce désistement. Et plus que tout, Erendil voulait savoir pourquoi et ce qu'il était advenu à celui-ci. Le nom de Solyanne était naturellement venue à son esprit quand la décision d'éclaircir cette histoire fut prise.

Espionne douée et talent reconnue avait suffit à Erendil pour s'attacher ses services. Tout autant que ses gardes ou son général, la jeune femme était une pièce maitresse dans l'exécution de ses missions et l'éclaircissement de quelconque mystère.

Mais l'heure continuait de tourner et vint le moment de recevoir l'espionne. Erendil prit place dans le salon rattaché aux appartements mis à sa disposition, attendant la convoquée en lisant les rapports qui arrivaient quotidiennement à la cité impériale. Où qu'il soit, Erendil n'était jamais coupé des affaires de son royaume.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Dim 20 Sep 2009 - 17:12

[HP : Au fait, est-ce que le post avec Fidicy est déjà fait ?
Désolée pour l’énorme retard … apparemment, je n’ai pas réussi à combiner RP et école. En plus de cela, je manque cruellement d’inspiration. Mais bon, j’arrête avec mes excuses qui ne servent à rien et qui ne peuvent excuser un tel retard … ]

Solyanne M'angil, levée depuis déjà quelques heures, avait profité de la tranquilité de la ville pour y faire un petite tour avec son cheval Golden Eyes. Ce dernier aurait préféré se promener sur un terrain moins dur, en compagnie de la nature. Mais sa propriétaire s'était montré ferme et s'était même fâché lorsqu'il avait tenté de faire demi tour - il avait, par la même occasion, failli vider sa cavalière... Depuis cet "incident", Solyanne le guidait plutôt sèchement, réagissant au moindre geste qu'elle jugeait être de travers. Cela ne fit qu'exaspérer sa monture qui tenta de tirer les rênes en avançant brutalement sa tête vers l'avant, puis vers le bas. La jeune femme resserra ses doigts et retint son mouvement pour bien lui montrer que ce n'était pas lui qui faisait la loi. Bien sûr qu'ils iraient faire une balade en forêt, mais pas tout de suite. Et il devait apprendre à attendre ...!

Bientôt, ils retourneraient dans les terres orthodoxes, ce qui ne pouvait que leur faire plaisir. Ils connaissaient tant d'endroits magnifiques où ils pourraient passer leur temps de repos...Cela, bien sûr, si Erendil n'avait plus rien à lui demander. Et en fait, elle préférait être en mission que ne pas en avoir. Elle aimait son métier, alors pourquoi vouloir des "vacances"?

Pour l'heure, elle se dirigeait désormais vers le lieu de rendez-vous. Elle était convoquée pour elle ne savait quelle mission par, bien entendu, Erendil San'Veck. Enfin, elle se doutait bien qu'il fût question de mission. Mais à vrai dire, elle n'en était pas totalement certaine car on ne lui avait encore rien dit.

Elle se dépécha d'atteindre l'étage voulu. Et enfin, elle frappa à la porte.

...

Lorsqu'il l'eût invité à entrer dans son salon, elle ouvrit la porte et entra pour la refermer derrière-elle. A l'aide de mouvements souples et silencieux, elle s'avança de quelques pas et déclara alors de son ton habituellement calme, surtout lorsqu'elle s'adressait à son roi:

-Vous m'avez demandée, votre Altesse...?

Elle attendit ensuite patiemment que son Souverain lui répondît. Elle n’avait rien à ajouter et elle ne devait rien ajouter avant qu’il eût pris la parole. Elle profita de cette attente pour observer la pièce du regard. Comme toutes personnes devaient très certainement s’y attendre en entrant dans une pièce destiné à un membre d’une famille royale, la pièce s’avérait être très vaste et richement décorée. La valeur de tout ce qui se trouvait dans cette pièce devait être extrêmement haute. Il aurait été anormal qu’il n’en fût guère ainsi.
Lorsque ses yeux eurent fini de s’émerveiller, malgré qu’elle vît souvent tant de richesse grâce à son service auprès du roi, de la beauté du lieu, elle dirigea ses yeux sur l’homme qui l’avait fait venir là. Somptueusement vêtu, comme toujours, il avait fier allure et inspirait le respect. Tout en lui démontrait son statut de roi. Il tenait, dans ses mains, les rapports quotidiens.
Et elle attendait patiemment sa réponse. Elle donnait l’impression, malgré sa tenue droite, d’être plutôt détendue. Elle n’avait de raison de se stresser ou encore d’être inquiète.

[HP: Je me suis permis de dire qu'il avait répondu pour faire avancer un peu le RP! Si ça te dérange, Mpise moi! ^^
Je corrigerai à l'occasion.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Dim 13 Déc 2009 - 17:01

D'un geste de la main, Erendil invita Solyanne à prendre ses aises :

- Asseyez-vous.

Cette disparition l'inquiétait et si cela ne se voyait pas extérieurement, Erendil prenait assez cette affaire au sérieux pour tenter de trouver une réponse à ses interrogations. Il n'en regrettait que plus ce maudis groupuscule qui avait précipité cette affaire, lui enlevant d'un coup un émissaire de confiance, un noble de sa Cour et l'avait mis dans l'embarras face à Bennefoy. Il était trop tard pour réparer cette erreur et empêcher cette disparition mais dès le retour à Iboa, il ferait du démantèlement de cette organisation sa priorité absolue. Cela faisait trop longtemps déjà qu'il supportait sans broncher leurs attaques et les menaces qu'ils faisaient pesaient sur son règne et si le monarque ne voulait pas que cette histoire ne devienne plus embarrassante et source de problèmes, il fallait l'éradiquer.

En attendant d'en arriver là, Erendil posa ses rapports sur la table basse à ses côtés et s'installa plus confortablement dans le fauteuil. Mieux valait, si il voulait que Solyanne comprenne toute l'importance de la mission qu'il allait lui confier, qu'elle connaisse les détails. Il lui faisait confiance, totalement, pour pouvoir lui divulguer certaine chose, sans que ces choses précises ne se retrouvent étaler sur la place publique, comme seule savait le faire habituellement les femmes.

- J'aurais une mission pour vous Solyanne et c'est là la raison de votre convocation d'aussi bon matin. Vous devez savoir qu'un groupe se faisant appeler les Ailes Noires font quelque ravages en terres Orthodoxe et cherche à saper mon pouvoir... Quelques unes de leurs exactions m'ont empêché de me rendre à la date convenue à la réception qu'organisait Ardiosis Bennefoy.

Régler comme une métronome, une petite servante humaine entra sur cet entrefaite pour poser entre les deux Orthodoxes une plateau couvert de deux tasses qu'elle remplit du breuvage amer par excellence. Après une courbette en sa direction, elle sortit, les laissant de nouveau. Les récipients exhalaient une odeur qui embaumait le salon.

- Cela ne vaut pas celui d'Iboa, soupira Erendil sans retenir sa remarque futile et sans intérêt pour ce qui les intéressait justement.

Il avala malgré tout une gorgée, laissant par la même l'occasion à l'espionne d'en faire de même, si elle le désirait, avant de reprendre ses explications.

- Pour en revenir à la raison de votre convocation, j'ai dépêché un émissaire pour prendre ma place et me représenter à cette réception. Mais j'ai appris à mon arrivée que cet émissaire en qui j'avais toute confiance n'est tout simplement jamais arrivé à Yswllyra. Bennefoy m'a assuré qu'aucun Orthodoxe n'est venu se présenter à la Tour Sombre. Vous devez alors maintenant comprendre ce que j'attends de vous...

Erendil darda un regard vers l'espionne, cherchant peut-être la confirmation implicite que oui, elle savait ce qu'il attendait d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Mar 29 Déc 2009 - 15:29


Comme son souverain l'invitait à prendre place, Solyanne s'assit une chaise confortable en face de lui. Pour ne rien changer, Erendil San'Veck ne laissait rien transparaître de ses émotions. Mais cette impassibilité ne dérangeait pas la jeune espionne qui pouvait se déclarer habituée à un tel manque d'expression. Et en général, un roi savait mieux que quiconque dissimuler ses émotions, sauf, bien sûr, lorsqu'il s'agissait de la colère...! Solyanne attendit patiemment qu'il lui exposa le problème. Car il y en avait, en général, toujours un lorsqu'il demandait à la voir. S'il le voulait, le roi Orthodoxe pouvait la faire attendre des minutes voire des heures s'il le désirait. Elle doutait fortement qu'il en eût l'envie, mais elle était consciente de son pouvoir et son respect pour lui l'obligeait à respecter le silence s'il l'imposait. Assise droite sur sa chaise, elle ne bougea pas. Rapidement, il prit la parole et elle l'écouta attentivement.

Qu'il la convoquât pour une mission n'était guère une surprise pour elle. Et cela lui faisait réellement plaisir. D'autant plus qu'ils se trouvaient en terrain étranger...! Elle aimait la profession qu'elle pratiquait et ne demandait qu'à pouvoir l'exercer. En plus, cela faisait longtemps qu'il ne lui avait plus attribué de mission.

Ainsi, les Ailes Noires lui étaient hostiles ? Solyanne M'angil aurait aimé en savoir plus sur eux. Mais s'il ne lui en parlait pas, c'est qu'ils n'étaient pas très importants dans l'histoire. Ou alors que les informations les concernant ne l’aideraient en rien dans sa mission. Quoi qu'il en fût, elle devait attendre qu'il eût fini de parler avant de poser une quelconque question.

Solyanne remercia, d'un bref mouvement de la tête, la servante qui venait de leur servir du thé. Elle attendit que le souverain des Orthodoxes eût bu une gorgée avant de boire à son tour. Il n'était pas mauvais, mais il était cependant vrai que celui d'Iboa était meilleur.

Les prochaines paroles furent celles qui concernaient le plus sa mission et l'espionne se fit un plaisir de la découvrir. Un mystère à résoudre...Bien évidemment, elle comprit ce qu'il attendait d'elle. Elle prit donc enfin la parole avec une question :

« Pensez-vous que les membres des Ailes Noires peuvent avoir un rapport avec cette ... disparition ? D’ailleurs, si je puis me permettre, serait-il possible de me divulguer plus d’informations sur ces derniers, histoire d’avoir une bonne base et de mieux vous servir, votre Majesté ? »

Elle avait peu d’informations en main. Et s’il voulait mettre toutes les chances de leur côté, plus ils étaient renseignés, mieux c’était. Mais ils ne pouvaient, bien évidemment, pas en inventer…

Serai-je seule pour accomplir cette mission ? Ou connaissez-vous une personne plus renseignée qui pourrait m’être d’une quelconque utilité ? »

Désormais songeuse, Solyanne ne savait pas par où elle pourrait bien commencer. Où donc chercher en premier ? Elle attendit alors que le roi lui répondît avant de réfléchir davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Jeu 7 Jan 2010 - 21:04

Erendil secoua la tête de dénégation, croisant les mains devant lui après avoir posé la tasse de café sur la petite table en face d'eux.

- Je ne sais si ce groupuscule est à l'origine de cette disparition, mais apprendre que oui ne m'étonnerait au fond pas. Les Ailes Noires se sont mis en tête de saper mon pouvoir, depuis la mort de mon père. Nous supposons que ses membres ne sont guère enchantés que je sois monté sur le trône, encore que je ne saurais dire exactement pour quelles raisons. Bien qu'avant de régner, je suivais les affaires politiques du royaume, je n'avais aucune implication sérieuse dans l'exercice du pouvoir. Ma magie me semblait plus importante que la politique.

Il ne parlait jamais autant d'habitude, moins encore de lui, de ce qu'il pensait ou ressentait, de ce qu'il avait vécu et de quelle manière il l'avait vécu. Mais pour le moment, il lui semblait important de transmettre le peu d'éléments qu'il avait en sa possession, bien qu'en y réfléchissant, il n'y avait à priori pas de risques que cela serve. Mais le passé lui avait appris qu'il valait mieux prévenir que guérir, savait-on jamais.

Comme toujours, Solyanne posait les questions pertinentes. Bien entendu, le souverain n'était pas resté inactif avant de donner cette mission à l'espionne. Si l'émissaire avait disparu sans laisser de traces, il n'en était pas de même pour les gardes qui l'avaient accompagné, et Erendil avait eu tout le loisir de les interroger pour leur soutirer tout ce qu'ils savaient. Et agir ensuite en conséquence, en convoquant Solyanne par exemple.

- Vous serez seule si vous le désirez. Mais je vous conseille de vous faire accompagner des gardes. Mon émissaire a disparus sur les routes et ces gardes pourraient vous escorter jusqu'à ce lieu et vous aider dans vos recherches, par la suite.

- Je les ai déjà questionné et l'émissaire a disparu en pleine nuit, ils n'ont rien entendu, rien vu. Aucune trace de lutte non plus aux alentours de l'auberge dans laquelle ils avaient fait halte. Cette disparition est proprement inexplicable.


Le monarque se redressa alors, signe s'il en fallait que ce qu'il allait ajouter n'était pas qu'un détail insignifiant. Son royaume et sa sécurité comptaient plus que tout, et les relations qu'il entretenait avec les autres monarchies tout autant, à commencer par les terres du seigneur Bennefoy.

- Il va sans dire que je veux la plus grande discrétion sur cette affaire. Elle a déjà bien assez créée de problèmes pour voir naître une polémique. Vous êtes libre de la manière dont vous voulez mener cette enquête, mais que ce soit limpide : je ne veux aucune vague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Jeu 21 Jan 2010 - 19:02

Solyanne était conscience de la difficulté de la mission. Avec le peu d'informations que pouvait lui fournir son roi, elle aurait beaucoup à chercher par elle-même. Ce qui ne mettait que plus de piment à cette aventure. L'espionne ne pouvait que s'en réjouir : elle qui aimait se donner de difficiles buts qu'il était parfois presque impossible d'atteindre ... Pourquoi pas se "contenter" d'une mission complexe qui lui était assignée ? Si en plus cela pouvait faire plaisir à son souverain...

Nulle surprise ne fut présente en elle lorsqu'Erendil San'Veck lui apprit qu'il ne connaissait pas vraiment l'origine de la disparition. Sinon, à quoi bon espionner s'il suffisait de rassembler une poignée de soldat qui n'avait guère besoin de la discrétion d'un espion pour parvenir au bout de leurs tâches ? La jeune femme savait que jamais le roi des Orthodoxes ne l'appellerait pour une futilité.
La réponse de l'homme royal, malgré qu'il ne pût lui fournir beaucoup d'informations, aidait tout de même Solyanne à se décider sur le commencement de la mission. Il lui faudrait, en premier lieu, se renseigner davantage sur les Ailes Noires et, dans le meilleur des cas, y trouver la réponse à "l'énigme".

L'espionne attendit qu'Erendil prît la parole une deuxième fois avant d'intervenir :

« Il me semble bon d'être accompagnée de quelques hommes. Nos ennemis sont certainement nombreux. Quelques soldats à mes côtés ne seraient de trop. Si telle demande m’est permise, pourrait-il y avoir certains de vos combattants qui se distinguent, plus encore que leurs compagnons, par leur habileté à manier l’épée ? Il ne faudrait bien évidemment pas qu’il n’y eût plus aucun de vos meilleurs soldats pour assurer votre sécurité. Ah et que ferai-je de l’émissaire disparu si je le retrouve vivant ? »

Solyanne avait, comme elle en avait l’habitude, parlé de façon assez rapide. Ce qui ne l’empêchait pas d’être parfaitement compréhensible.
Elle ne l’exprima pas à haute voix, mais elle ne pouvait s’empêcher de douter quant à la fidélité envers son roi de cet homme dit disparu. Il avait très bien pu déserter les siens intentionnellement. Dans ce cas-là, elle n’hésiterait pas à lui faire payer sa trahison de sa vie si tels étaient les désirs du roi. Aux dernières paroles de ce dernier, Solyanne se contenta de réponse d’une voix posée :


« Je ne vous décevrai pas, votre majesté. »

Puis elle se permit d’ajouter :

« Quand est-ce que je commence ? »

Plus les minutes passaient, plus le plan qu'elle échaufaudait au fur et à mesure que lui venaient les informations se dessinait avec clarté et précision dans son esprit. Un léger sourire se dessina alors sur ses lèvres, ce qui ne la rendait en rien moins sérieuse et respectueuse vis à vis de son roi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Lun 8 Fév 2010 - 20:29

- Le général Bogrin se chargera de vous faire accompagner de quelques magiciens parmi les plus habiles. Mon escorte restera bien assez conséquente pour ne pas souffrir d'en voir quelques uns vous accompagner. L'émissaire retrouvé, amenez le moi. Je ne compte pas m'éterniser trop longtemps loin d'Iboa, aussi, si votre mission dure plusieurs jours, revenez directement à la capitale.

On partait ici de l'hypothèse que l'émissaire était encore vivant. Mais y avait-il une chance pour que ce soit réellement le cas ? Erendil, bien qu'il conservait quelques espoirs, n'en pensait pas moins. Si ce groupe cherchait tant et si bien à l'atteindre lui au travers de ces gens, ce n'était pas pour les garder en vie après leur forfait. Les traits du souverain se durcirent à cette idée.

Si ils n'avaient aucun scrupule à s'attaquer à ses hommes proches de lui, qui était à l'abri de leur folie meurtrière ? Qui, dans son entourage, pouvait se dire protéger ? Être roi n'avait jamais été une sinécure, qu'importait l'époque, mais il semblait que tout était beaucoup plus compliqué aujourd'hui. Ou était-ce juste parce que lui était roi que tout cela lui semblait plus compliqué ? Il n'avait jamais eu besoin de s'inquiéter pour sa sécurité, auparavant, ou alors jamais autant. Et maintenant, il avait une garde personnelle et il ne pouvait pas faire un pas sans qu'on ne lui demande si il souhaitait quelque chose ou qu'il n'y ait un garde sur ses talons.

Il était dorénavant loin le temps où Erendil n'avait qu'à se soucier de perfectionner sa magie et apparaître de temps à autre à la Cour, limitant au maximum ses entrevues avec son géniteur ou tous ceux qui gravitaient autour de lui. Il était loin le temps où il pensait à autre chose que regarder par dessus son épaule pour y déceler les attaques éventuelles.

- S'il est mort, prenez soin du corps et ramenez le à Iboa. Sa famille voudra bien évidemment lui donner une sépulture décente.

Erendil se leva, marquant la fin prochaine de la discussion. Il hocha la tête sans répondre directement à Solyanne. Si il avait fait appel à elle, c'était bien parce qu'il était sûr de ne pas être déçu et d'avoir des réponses à ses questions. Et un corps, mort ou vivant.

- Vous partez dès cette après-midi. Préparez-vous d'ici là, je me charge de votre escorte. Il vous attendront aux écuries à 14h00. Ne soyez pas en retard.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Dim 28 Fév 2010 - 19:57

Cinquième jour
Douzième semaine
Début d'après-midi



Traynd - Kadaya - Ledrig

Il n'était pas encore quatorze heure, mais les trois soldats choisis étaient déjà parés à une virée à l'extérieur de la ville avec une mission bien précise. Tous les détails leur avaient été donnés par le général Bogrin et, plus rare était ce privilège, par Erendil San'Veck lui-même. Plus que de retrouver l'émissaire, le monarque orthodoxe tenait tout particulièrement au fait que les personnes qui allaient accompagner l'espionne connaissent son désir -pour ne pas dire ordre- d'une grande discrétion en la matière. Après cette entrevue expresse, les soldats s'étaient retirés pour préparer leurs affaires et leurs montures en prévision des quelques jours qui s'annonçaient.

Deux hommes, une femme. Tous les trois étaient des soldats doués dans leur art et qui avaient assez fait leur preuve auprès de leur supérieur pour que celui-ci les choisisse.

L'ainé, Traynd, était le plus taciturne des trois. Solidement charpenté, il faisait un peu office de grand frère pour ses deux cadets. Chose assez étrange pour un Orthodoxe, il maniait assez bien l'épée, bien qu'il privilégie bien plus la magie, comme tous ceux de leur peuple. Mais comme il le dit lui-même bien souvent, mieux valait avoir plusieurs cordes à son arc et sentir le poids de son arme dans son dos lui donnait l'impression de pouvoir maitriser n'importe quelle situation, en plus de décourager des téméraires plus idiot qu'autre chose.

La touche féminine de l'équipe se prénommait Kadaya. C'était un joli brin de fille, joviale et pétulante. D'une nature assez rêveuse, cette mission secrète l'enchantait, bien qu'elle sache parfaitement les risques encourus... comme celui de ne pas retrouver l'émissaire. Sous ses airs de petite fille se cachait une jeune femme qui cherchait à faire ses preuves dans le domaine qu'elle a choisi : l'armée. Si elle apprécie Traynd, elle ne peut pas s'empêcher de se rebeller contre la protection du jeune homme.

Et le troisième (et non le moindre, de son avis personnel), Ledrig, complétait le trio qui accompagnerait Solyanne. Véritable larron, il avait toujours le mot pour faire rire ou la bonne parole pour lancer la conversation. En fait, c'était plus un défaut qu'autre chose. C'est bien clair, il ne peut pas s'empêcher de parler, de se vanter ou de faire des tours de passe-passe pour s'occuper et se montrer. Car Ledrig aime qu'on le regarde et ne le cache pas. Il n'en restait pas moins sympathique et apprécier de ses camarades, sa facilité à se lier d'amitié avec les autres pouvant être parfois bien appréciable.

Les trois montures attendaient patiemment le signal du départ, tout comme les trois cavaliers. Ledring, nonchalamment installé sur une bannière, était occupé à sculpter par magie des flammes, pour la plaisir des yeux de Kadaya, qui battaient des mains pour encourager son camarade et flatter son égo. Traynd, un peu à l'écart, observer à intervalle régulier l'entrée des écuries et ses deux compagnons. Quand Solyanne apparut enfin, il se redressa, ordonnant aux deux autres de se tenir prêt.

- Bonjour, je suis Traynd. Voici Kadaya et Ledrig. Le général Bogrin nous a donné l'ordre de vous accompagner. Nous sommes à vos ordres le temps de la mission.

¤¤¤¤

Consigne :

Ton cheval est déjà prêt (tu l'as fait préparé ce matin). Des fontes avec de la nourriture et de l'eau ont été préparées et attachées aux quatre chevaux. Vous vous dirigez ensuite vers la sortie de la ville. Après être sortis, direction Nord, Ouest, Sud, Est, à toi de choisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Lun 1 Mar 2010 - 15:59

Solyanne vérifia une dernière fois qu'elle n'avait rien oublié et flatta sa monture avant de monter dessus. Golden Eyes, son étalon alezan, piaffait d'impatience à l'idée de partir à l'aventure. Il levait exagérément les membres à chaque pas ce qui donnait l'impression qu'il faisait de petits bonds sans pour autant vraiment sauter. Les écuyers avaient eu bien du mal à se faire obéir lorsqu’il avait fallu le préparer. Il n’avait pas arrêté de boquer et bouger dans tous les sens, souhaitant s'attarder sur tous les objets qui l'entouraient, ce qui avait bien failli décourager les personnes qui devaient s'occuper de lui. Ces dernières n’osaient pas le corriger, de peur que sa propriétaire se fâchât, jugeant qu’il s’occupait mal de sa monture. Mais en voyant l’espionne arriver, l’étalon s’était bien vite assagi. Il savait pertinemment que s’il n’obéissait pas, Solyanne, elle, n’hésiterait pas à le réprimander comme il se doit. Mais son calme apparent ne l’empêchait pas de bouillonner de l’intérieur. C’est pourquoi, il se montra quelque peu difficile à tenir une fois en selle. La jeune cavalière gardait les mains fermées sur les rênes, afin d'éviter qu'il partît au galop sans sa permission.

Ce fut d'un trop rythmé que Solyanne M’angil rejoignit les droits soldats. Elle n'était pas parvenu à obliger à sa monture de rester au pas...
Alors que Traynd parlait, elle les observa tous trois attentivement. Deux hommes et une femme certainement très compétents puisqu’ils avaient été choisis pour l’accompagner. Si le roi voulait mettre toutes les chances de leur côté, il était bien sûr préférable qu’il choisît bien les personnes qui se chargeraient de la mission. Une fois que l'homme qui avait pris la parole eut fini de parler, elle répondit d'une voix calme et posée :

- Bien le bonjour. Je vous propose de partir immédiatement, nous n’avons pas de temps à perdre.

Elle ne jugea pas utile de se présenter. Ils devaient très certainement savoir qui elle était et comme elle se nommait. Si Erendil San’Veck ne l’avait pas fait, Bogrin Gilad s’en était très certainement chargé. Elle avait beau n’avoir jamais rencontré le chef des armées, elle le connaissait de vue.

La jeune espionne garda le silence jusqu’à ce qu’ils quittèrent la ville. Ils se dirigeaient alors droit vers le nord. Le roi lui avait fait savoir que lors de sa disparition, l’émissaire devait très certainement se diriger vers Yswllyra puisque tel étaient les ordres qu’il avait reçus. En prenant en compte qu’il partait alors des terres orthodoxes qui se trouvaient, justement, au nord du domaine humain, il était logique de se rendre dans cette direction. Mais peut-être se trompait-elle. C’est pourquoi, elle chercha des informations auprès des trois personnes qui l’accompagnaient :

- Notre roi m'a dit que vous seriez en mesure de me mener jusqu'aux routes où à disparu l'émissaire. Le pouvez-vous ?

Elle marqua un temps d’arrêt avant de reprendre :

-Et serait-il également possible de me conter ce qu’il s’est passé, vous qui êtes les derniers à avoir vu l’émissaire avant sa disparition ?

Solyanne opta ensuite pour le silence, dans l’attente d’une réponse. Ils n’allaient très certainement pas lui en apprendre beaucoup plus que ce que lui avait dit Erendil San’Veck. L’homme recherché se serait volatilisé en pleine nuit sans laisser de traces, ce qui est tout de même surprenant. Plusieurs hypothèses pouvaient être émises à partir de ce peu d’informations. Soit l’émissaire était tout simplement un traître. Soit il s’était fait enlevé, sûrement dans son sommeil – ce qui expliquerait qu’il n’y eût aucune trace de lutte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Jeu 4 Mar 2010 - 21:19


Traynd - Kadaya - Ledrig

Les trois soldats se contentèrent d'acquiescer à l'ordre qui leur était donné. Chacun d'entre eux rejoignit sa monture en silence, réajustant les fontes par ici, une sangle par là-bas, avant de suivre au pas le destrier de la cheffe d'expédition. En cours de route, jugeant surement que l'ambiance était beaucoup trop morose pour lui, Ledrig se chargea de faire la conversation, quand bien même personne ne lui répondait, sauf peut-être Kadaya qui se permettait de temps à autre un sourire pour son compagnon d'armes dont la conversation futile détendait l'atmosphère.

Si le drôle d'équipage qui traversa la capitale attira les regards, le babillage sans fin de Ledrig rassura les yeux interrogateurs qui se posaient sur eux, se désintéressant tout aussi vite des quatre montures et de leurs cavaliers.

A la question de Solyanne, Traynd, devenu porte-parole des trois soldats, prit le temps de répondre :

- Oui, j'accompagnais moi-même l'émissaire lors de sa venue en terre Humaine. Il y a peu de choses à raconter. Nous nous sommes arrêtés dans une auberge qui se trouvait sur notre route. Elle n'avait rien de spécial, elle n'était pas luxueuse, mais chaleureuse. Quelques marchands et négociants s'y trouvaient déjà, rien qui n'attire particulièrement l'attention. Nous n'avons remarqué que le lendemain sa disparition. Nous n'avions plus trop d'espoir de le retrouver, mais par acquis de conscience, nous avons fouillé les alentours. Mais nous n'avons rien trouvé, aussi nous avons rejoint Yswllyra sans plus nous attarder.

Il était bien sûr évident que, si cette histoire était incompréhensible pour Erendil San'Veck, il en était de même pour les quelques soldats qui accompagnaient l'émissaire à ce moment là. Il n'était pas dans les habitudes de tisser des sorts autour d'un émissaire pour prévenir de tout enlèvement, mais sur le coup, cela aurait été drôlement pertinent. Non content de mettre le royaume orthodoxe dans l'embarras face au seigneur Nordique, cela travailler les gardes qui restaient perplexe et dont l'orgueil prenait un sacré coup.

Traynd resserra sa prise sur les rênes de sa monture, avant d'ajouter, pour information :

- Si nous gardons une allure modérée, nous devrions pouvoir rejoindre l'auberge en fin d'après-midi ou en début de soirée.

Puis, comme son intervention n'était pour le moment plus nécessaire, il replongea dans le silence, seulement coupé par Ledrig qui reprit le flambeau de la conversation, pour le plaisir d'entendre sa propre voix et d'en apprendre plus sur leur cheffe improvisée.

- Et ça vous plaît d'être une espionne ? Parce qu'on ne va pas vraiment espionner là, vous cherchez peut-être à vous reconvertir dans les services de renseignement de sa majesté ? demanda-t-il, souriant comme jamais auparavant, bien heureux de pouvoir discuter avec une véritable espionne !

¤¤¤¤

Sans fioriture, et comme l'a bien expliqué Traynd, l'auberge est plus fonctionnelle qu'autre chose et se tient en bordure d'une route animée. En fin de journée, nombreux sont les convois à la parcourir, certains s'arrêtant pour profiter de la chaleur de l'auberge, d'autres en repartant pour reprendre la route et faire un bout de chemin avant la tombée de la nuit. Des écuries sont contiguës au bâtiment principal, un jeune garçon s'occupant des montures qu'on lui présentait, surement le fils du tenancier ?
L'intérieur est aussi animé que l'extérieur. On entre directement dans une salle commune garnie de tables et de chaises, beaucoup d'entre elles étant occupées par des marchands attablés devant un verre et discutant haut et fort du commerce actuel. Derrière le bar se tenait un homme replet, le tenancier. Deux jeunes filles faisaient des allers et venues entre les tables pour déposer les commandes. On remarque un air de famille entre les demoiselles et le gros bonhomme.
Pour compléter le tableau qui attendait chaque nouvel arrivant, des escaliers menant vers les étages supérieurs se trouvaient au fond à droite. Surement que les chambres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   Ven 12 Mar 2010 - 22:03

La jeune espionne, bien qu'elle semblait ne pas s'intéresser à ce qui l'entourait, ne put réprimer un léger sourire à l'écoute de certaines phrases que prononça Ledrig. Ce jeune homme ne comptait apparemment pas le silence parmi ses amis. Tant qu'il ne l'empêchait pas de réfléchir, elle ne voyait pas d'objection à ce qu'il parlât si tel était son souhait ...

Solyanne ne s'attendait pas à obtenir réellement de nouvelles informations à l'écoute du récit narré cette fois par Traynd et non pas Erendil qui, contrairement au soldat, n'était pas sur les lieux de la disparition. Lorsqu'il s'arrêta de parler, Solyanne se contenta de le remercier d'un bref mouvement de la tête, songeuse. Elle ne put que se réjouir de pouvoir atteindre l'auberge le jour-même. Elle déclara alors d'une voix posée :

« Bien, c’est parfait. Nous nous y reposerons afin de reprendre notre mission en forme. »

Sans la présence du soldat Ledrig, le silence se serait sans doute installé parmi les voyageurs. Il avait tout de même un don pour détendre l’atmosphère … ce qui n’était pas de trop. Malgré les apparences, Solyanne était, comme à chaque mission, quelque peu tendue. Rien que l’idée de faillir à sa mission la répugnait. Elle ne parvenait tout simplement pas à accepter l’échec, surtout au sein de sa profession. Ce fut Ledrig qui lui changea les idées en lui adressant la parole. Un léger sourire sur les lèvres, l’espionne, toujours confortablement assise sur sa monture qui avait gagné en docilité depuis leur départ, tourna la tête vers lui :

« Si ma profession ne me plaisait pas, je l’aurais depuis bien longtemps changée. Donc pour répondre à ta question, j’ai beaucoup de plaisir à être l’espionne qui plus est de notre roi Erendil San’Veck. »

Elle se permit une courte pause pour enchaîner avec une question :

« Et vous, vous plaisez-vous en tant que soldat ? Vous êtes bien au service de Bogrin Gilad, je me trompe ? Maintenant que j’y pense, je ne l’ai jamais rencontré ! Il me faudra y remédier dès notre retour sur nos terres. »

¤¤¤¤



Tous les quatre n’étaient finalement arrivés qu’en début de soirée et non pas en fin d’après-midi comme l’aurait espéré l’espionne. Elle avait l’habitude d’intervenir seule et de ne se permettre que de courtes pauses en cours d’une mission. Mais elle ne pouvait en faire de même puisqu’il se trouvait qu’elle était accompagné et qu’elle ne pouvait pas que se baser sur ses désirs. Dès leur arrivée, Solyanne les libéra pour les quelques heures qui venaient. Elle leur recommanda de se coucher assez tôt car ils risquaient de se réveiller de bonne heure le lendemain matin.

La jeune femme quitta les trois soldats pour se diriger vers les écuries. Elle s’y occupa longuement de son cheval et, après une dernière caresse, le quitta pour inspecter les lieux. Contrairement aux personnes qui l’accompagnaient, cet endroit ne lui était pas familier. Elle n’y était même jamais venue. Et il semblait tout à fait logique qu’elle commençât par se renseigner …

Solyanne n’avait dormi que quelques courtes heures cette nuit. Les trois combattants n’avaient très certainement pas eu beaucoup plus d’heures de sommeil qu’elle. Elle s’était chargé de les réveiller avant même que le soleil se fût levé. Et, après avoir inspecté l’auberge entière sans rien trouver – si ce n’est un passage souterrain dans lequel ils se trouvaient en ce moment-même – ils avaient continué à s’enfoncer sous terre, dans l’espoir de retrouver ne serait-ce qu’un indice. La jeune femme n’était pas très rassurée avec, pour seul lumière, une lanterne qu’ils avaient gentiment « empruntée » à l’aubergiste. C’est alors qu’un bout de tissu sur le sol, très certainement le fragment d’un vêtement, attira l’attention de l’espionne. Elle s’arrêta et, montrant le tissu à la lumière, demanda aux trois soldats :« Ce bout de tissu vous dit-il quelque chose ? »


[HRP : J'ai écrit tout ça rapidement sans vraiment me relire car je n'en ai pas le temps, il se fait tard je suis donc fatiguée ... mais nous devons faire vite. Je suis désolée pour la qualité du texte. Si quelque chose ne convient pas, il suffit de me faire signe et je changerai sans aucun problème ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche de l'émissaire disparu [*] [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 6-