AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]   Lun 31 Aoû 2009 - 10:22

Matin du troisième jour de la douzième semaine de l'an 835.



Après deux jours et deux nuits de chevauchée, Aelin pénétra enfin dans la cité d'Eralo, coeur des plaines de Fazor. Elle devait se rendre au fameux haras qui était un point d'attraction fort pour tous les royaumes de Gwendir. Elle croisa de nombreux peuples, y compris des humains ce qui lui fit serrer les poings ses ongles mordants sa chair. Elle devait rester calme et professionnelle, elle était là pour vendre le cheval qu'elle avait fini de débourrer il y à de cela une semaine, un magnifique frison à la croupe puissante et au potrail imposant mais dont le caractère était plus proche de celui de l'agneau que du grand méchant loup. Une fois sa vente achevée, elle décida de visiter la ville, face au haras se trouvait le temple de Freyja, mère des Amazones. Le temple à la structure à la fois imposante et humble reflétait le caractère guerrier de la déesse. Tout dans l'architecture rappelait la droiture et la discipline militaire tout en restant simple et évitant le faste des temples habituels. Inspirant profondément, elle entra et la fraîcheur du lieu sans fenêtre lui fit du bien. Ici, elle sentait ses nerfs s'appaiser. Elle n'était plus obligée de faire bonne figure en se retenant d'étriper tous les humains qu'elle avait croiser sur son chemin. Elle avança encore, lentement, jusqu'à arriver au pied d'une immense statue représentant la déesse en armure, sabre à la main, l'air à la fois farouche et aimante. Autour d'elle, dissimulées dans les ombres et les niches du temple, les prêtresse de Freyja, vacquaient à leurs occupations sacrées, silencieuses et fervente. Aelin mit un genou à terre en baissant la tête, en un salut plein de respect. Puis elle la releva lentement, tout en restant à genou et pria à mi-voix Freyja de lui montrer le chemin.

- Grande déesse Freyja, toi qui sait tout, toi qui est juste, dis moi que dois-je faire? Mon coeur est emplit de haine depuis qu'un humain ota la vie de mon père adoré, me laissant seule et m'enlevant le seul être cher qui me restait sur Gwendir. Dis-moi déesse de la justice, celle qui nous accorde le passage au Walhalla, dois-je appaiser ma haine ou l'assouvir? Je ne sais plus quoi faire mon coeur est devenu noir de puis ce maudit jour que Loki les emporte!

Ces derniers mots elle les avaient dit à voix haute brisant le silence du temple, quelques fidèles de Freyja se retournèrent outrées puis revinrent à leur occupations. Les yeux embués mais s'interdisant de pleurer, Aelin reprit son diatribe.

- Pardonnez de l'offense Grande Freyja, vous voyez là mon désarroi, je ne sais plus où j'en suis, ni où aller. Comment me tourner vers le futur alors que chauque nuits les cauchemars me hantent, toujours plus insistants, toujours plus horribles. Je sais que je ferais une excellente éleveuse de chevaux mais comment avoir envie d'avancer alors que le passé chaque jour que Odin fait revient à l'assaut. Aidez-moi par pitié, Grande déesse sage et juste...

Sa voix se brisa, elle baissa de nouveau la tête et le silence retomba plus lourd encore sur le temple. Elle s'était exprimée avec sincérité et désespoir et souhaitait de tout son coeur que la grande déesse lui fasse un signe ou lui envoie un de ses serviteurs pour la guider dans le chemin sombre et sinueux de son coeur meurtrit afin d'être digne, lorsque l'heure sera venue, d'accéder au Walhalla.
Revenir en haut Aller en bas
Liva Hódien
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 28 ans
Clan : Résistance
Fonction : Femme à tout faire de la reine des Amazones
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]   Mer 2 Sep 2009 - 20:07

Ayant appris que Lindra Naelind partait à Unae, Liva avait décidé de venir voir au Temple si tout était en ordre en l'absence de la Grande Prêtresse. Bien entendu, cela ne faisait pas partie de ses attributions en tant que Conseillère de la Reine. Et très certainement elle avait d'autres devoirs qui l'attendaient. Elle-même rentrait à peine de voyage, et avait donc des affaires à remettre en ordre. Sans compter cette inquiétante épidémie qui s'était déclarée, à propos de laquelle elle n'avait pas fini de se renseigner. Mais, durant ses longues années de service auprès d'Ardentia, elle avait toujours mis un point d'honneur à savoir, autant que possible, tout ce qui se passait dans le royaume, et surtout dans la capitale. Elle n'avait certes pas l'intention de changer maintenant. De plus, bien que très pieuse, son rôle ne lui laissait guère le temps de se rendre au Temple en dehors des cérémonies officielles, et elle se dit que cela lui ferait le plus grand bien. Et en effet, l'atmosphère du lieu sacré l'apaisa. Il y régnait un calme qu'elle avait du mal à trouver ailleurs, surtout en ces temps troublés. Ce ne fut qu'à ce moment là qu'elle se rendit compte de toute la tension qui l'habitait depuis ces dernières semaines. La douleur de la perte de sa Reine, qu'elle avait à peine eu le temps de pleurer, puis tout ce que cela avait déclenché. Le couronnement d'Idril, puis son apprentissage de son nouveau rôle -qu'elle tenait, d'après Liva, fort honorablement pour une jeune femme de son âge, d'ailleurs. Les manigances du Parjure, puis l'inquiétant départ de Morzan Terrinfiel en terres humaines. Et maintenant cette épidémie foudroyante. Il sembla à l'Amazone qu'il y avait maintenant des siècles qu'elle n'avait plus eu une seconde à elle, pour simplement profiter d'un bon livre, ou passer un bon moment avec sa chère Tirna. Mais de ceci, elle pouvait s'accommoder, c'était surtout dur émotionnellement. Alors, pour la première fois depuis bien longtemps, elle se permit de relâcher la pression. Après avoir minutieusement vérifié que tout se passait comme il se devait, elle prit place sur l'un des bancs -tous vides en cette heure- et ferma les yeux. Elle commença par adresser une prière à la Déesse, afin qu'elle veille sur la jeune souveraine et la guide sur la sombre et difficile voie qui s'annonçait devant elle. Puis la Conseillère laissa ses pensées vagabonder, et le calme et la plénitude du lieu l'envahir.

Calme qui fut toutefois troublé par une autre Amazone, que Liva n'avait pas entendu entrer ni s'approcher. La jeune femme semblait tout aussi troublée que sa congénère -à la différence qu'elle ne cachait rien de ses émotions, manifestement. Liva l'observa un moment, sans rien dire, la laissant terminer sa prière. Puis, en proie à une émotion pourtant fort rare chez elle, elle se leva, toujours silencieusement, et s'approcha de l'inconnue. L'atmosphère du Temple l'avait-elle attendrie ? Ou, simplement, les sentiments que la jeune femme laissaient transparaître faisaient-ils écho à ceux qu'elle-même avait enfoui au plus profond de son coeur ? Toujours est-il que lorsqu'elle prit la parole, sa voix était empreinte d'une douceur qui contrastait étonnamment avec sa froideur habituelle.

- J'ai peur que vous ne trouviez pas ce que vous cherchez ici. Notre Mère est bienveillante, mais ne possède pas le don d'apaisement de sa soeur Jord. Toutefois, il est une chose qu'elle peut vous apprendre : il ne faut pas confondre Justice et Vengeance. Mais nous dérangeons la quiétude de ce lieu. Si vous souhaitez parler, ou écouter, suivez-moi.

Puis, sans attendre de réponse, elle remonta l'allée centrale du Temple de son pas sûr, ne regardant pas une seule fois en arrière pour vérifier si l'inconnue la suivait. Cela ne regardait qu'elle, la décision lui appartenait. Une fois dehors, elle retrouva Tirna qui l'attendait, comme toujours. Elle flatta l'encolure de sa jument puis, enfin, se retourna afin de savoir si ses paroles avaient eu un effet quelconque sur la jeune femme.


Dernière édition par Liva Hódien le Ven 4 Sep 2009 - 5:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/liva-hodien-au-servic
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]   Mer 2 Sep 2009 - 20:50

La haute salle du temple était toujours aussi paisible, le demi-obscurité qui y régnait ainsi que les vagues chuchotis renforçait l'ambiance mystique du lieu. Aelin observa d'un air absent les colonnes qui s'élançaient vers le plafond et les frises entremêlées narrant l'histoire de la Grande Freyja. Puis, peu à peu, son chagrin la plongea dans une espèce de transe, tout autour d'elle semblait être dilué, étouffé comme par un brouillard qui atténuerait les bruits et rendrait les alentours flous. Elle perdit peu à peu pied et elle le savait. Aelin sortit de son hébétude lorsqu'une voix douce l'interpela. La jeune femme qui lui faisait face respirait l'autorité et inspirait le respect. Cette voix douce empreinte de compassion était surprenante venant d'une beauté froide tel que l'inconnue à ses côtés. Les mots qu'elle prononçait prenaient lentement sens dans son esprit à la fois réconfortants et encourageants. Lorsque cette dernière lui demanda de la suivre afin de ne pas troubler la quiétude du temple, elle comprit à peine et hésita, puis elle se leva, traversant les ragées silencieuses des bancs du temple déserté par le commun des mortels à cette heure-ci. Lorsqu'elle sortit du temple, ses yeux qui s'étaient accoutumés à l'obscurité subirent violemment l'assaut du soleil éclatant. Elle fini par apercevoir l'Amazone qui se tenait un peu à l'écart en caressant l'encolure d'une très belle jument en pleine santé. A la vue de l'animal, Aelin ne put s'empêcher de sourire et s'approcha doucement. Quelques minutes s'écoulèrent dans un silence embarrassé. Aelin se demandait pourquoi elle avait suivit l'inconnue sans poser de questions. Elle l'observa cette femme si élégante et charismatique, la jaugeant pour savoir si elle était digne de confiance.

- Comment s'appelle-t-elle? Elle semble très douce...


En disant cela, Aelin avait détaché son regard de l'inconnue pour le poser avec douceur sur la jument. La présence de l'animal l'apaisait car les animaux eux ne font pas semblant. L'humeur animée et joyeuse qui régnait à proximité lui fit crisper la mâchoire envahit par un sentiment d'injustice face à ce bonheur auquel elle n'avait pas le droit. Ses jointures devinrent blanches et une douleur vive envahit ses paumes lorsque, une fois encore, ses ongles avaient entamés sa chair. Elle essaya de se détendre un peu se concentrant sur chaque muscle de son corps. D'abord les doigts qu'elle déplia lentement ce qui lui arracha une grimace, puis son dos et sa nuque qui s'étaient raidis, et enfin elle put faire entendre à nouveau sa voix.

- Je m'appelle Aelin...

Elle baissa la tête timidement, cela ne lui ressemblait pas, loin de là, mais cette femme lui inspirait un tel respect qu'elle ne pouvait la regarder en face. Elle se sentait redevenir enfant, alors qu'elle était tellement petite, son père se redressait de toute sa hauteur et la grondait lorsqu'il la retrouvait au petit jour dans les écuries endormies avec les poulains de l'année. Elle attendit la réaction de la jeune femme avec curiosité, perplexe devant cette confusion qui semblait par instant traverser les prunelles de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Liva Hódien
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 28 ans
Clan : Résistance
Fonction : Femme à tout faire de la reine des Amazones
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]   Lun 28 Sep 2009 - 8:25

Ainsi, la jeune femme tourmentée avait choisi de la suivre. Une fois qu'elle se fut approché, Liva prit le temps de l'observer durant un long moment, sans penser une seule seconde que cela pourrait l'embarrasser ou la mettre mal à l'aise. Plutôt grande, musculeuse, son appartenance au peuple Amazone était visible au premier coup d'oeil. Malgré sa carrure impressionnante, la conseillère doutait qu'elle fut militaire. Son attitude, sa démarche, ses mains, ainsi que quelques autres détails, donnaient une impression différente. Puis Liva mit le doigt sur ce qui la chiffonnait : une odeur, légère mais tenace, qui émanait de l'inconnue. L'odeur des chevaux. Sans doute faisait-elle partie de ces éleveurs qui faisaient la renommée du Peuple des Plaines. D'ailleurs ses premières paroles, qui tirèrent brusquement la conseillère de ses pensées, furent pour la jument qui leur tenait compagnie. La réflexion tira l'un de ses rares sourires à l'Amazone lorqu'elle répondit.

- Elle s'appelle Tirna. C'est la meilleure compagne qui puisse exister. Mais ne vous fiez pas trop à sa douceur, elle sait se montrer d'une humeur terrible.

La remarque avait été lancée sur un ton facétieux, comme une plaisanterie destinée à mettre son interlocutrice à l'aise. Ce qui fut sans grand effet puisqu'elle retomba dans son mutisme puis, observant l'agitation qui régnait alentours, se crispa totalement. Que de colère elle devait avoir en elle ! De nouveau, Liva en fut troublée. Elle-même n'était pas sujette à ce genre d'émotion. Sa colère restait froide et calculée, et jamais ne la dirigeait. Elle sut soudainement ce qui avait déclenché cet élan de compassion à l'égard de l'inconnue, cette affection, presque, qu'elle éprouvait. Elle lui rappelait Idril, tout simplement. Impétueuse Idril, qui pouvait passer de la plus exquise douceur à la plus terrible des colères.

Satisfaite d'avoir trouvé une explication à ses inhabituels sentiments, la conseillère put se concentre de nouveau sur son interlocutrice, qui avait finalement réussit à se détendre. Elle s'était présentée et baissait maintenant la tête, à la manière d'un enfant pris en faute. Liva avait l'habitude de ce genre de comportement, même certains des ministres et conseillers les plus haut-placés et aguerris pouvaient avoir cette réaction face à elle.

Une étrange tristesse emplissait ses yeux d'azur lorsqu'elle reprit la parole, sans prendre la peine de se présenter à son tour. Elle ne jugeait pas nécessaire que son interlocutrice sût à qui elle avait affaire. Sa voix, toujours assez douce, se faisait lointaine, perdue.

- La colère et la haine sont mauvaises conseillères, Aelin. Elles vous consumeront si vous n'y prenez pas garde. Dites-moi, si vous le voulez bien, ce qui a pu obscurcir à ce point un coeur si jeune ?



[HRP : Pardon, mille fois pardon pour cet odieux délai de réponse T_T]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/liva-hodien-au-servic
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]   Mer 30 Sep 2009 - 21:54

[HRP: Pas de problème, mon post est un peu pitoyable désolée, panne d'inspiration...]

Aelin avait bien noté que la jeune femme ne s'était pas présentée à son tour. Mais après tout c'était son choix, pourquoi donnerait-elle son nom à une étrangère? Surtout qu'elle semblait appartenir à la noblesse, elle n'avait pas à se soucier d'une personne comme Aelin après tout, le fait qu'elle puisse lui accorder un quelconque intérêt était déjà énorme. Cherchant ses mots, la jeune Amazone se balançait de façon à peine perceptible d'un pied sur l'autre. Et si la question n'avait été que pure politesse? Mais Aelin n'y croyait pas. Le sourire fugitif, la sympathie et par la suite le regard triste qui émanait tour à tour de son interlocutrice ne pouvait que la réconforter et la pousser à raconter son histoire. Elle avait peur d'ennuyer cette charmante femme, mais d'autre part, se livrer enfin à quelqu'un, se délivrer de cette solitude pourrait être salvateur. Elle entrouvrit la bouche puis la referma. Elle ferma les yeux, ses long cils caressant ses joues. Les rouvrant lentement, elle posa une regard vague et lointain sur l'inconnue qui attendait une éventuelle réponse.

- Avez-vous déjà eu l'impression que votre cœur s'enfonce tellement dans la noirceur que jamais plus vous ne pourrais refaire surface? Je suis prisonnière de ce sentiment... A vrai dire, cela remonte à bientôt 10 ans. Mon père était maréchal ferrant, c'est moi qui tiens aujourd'hui la maréchalerie. Ma mère est morte en couche. Ne trouvez-vous pas ironique qu'une femme perde la vie en mettant au monde son enfant? Bref, c'est donc mon père qui m'a élevée, il m'a transmit son savoir et j'ai également suivi quelques enseignements chez les Amazones. Alors qu'il se rendait à Amirisha pour vendre un poulain qu'il venait de débourrer, il a été assassiné par un Humain qui lui a volé tout ce qu'il possédait et l'a laisser se vider de son sang sur le chemin...C'est par miracle qu'une Amazone de mon village natale l'ait reconnu sur le bord de la route et ainsi ait pu le ramener chez lui afin que je puisse m'apaiser. Hélas, bien au contraire, la haine à surgit en moi. Une haine contre ces Humains si fourbes mais aussi contre moi-même car je voulais l'accompagner dans ce voyage, si j'avais un peu plus insister je suis certaine qu'il ne serait pas mort, j'aurais pu le protéger j'en suis certaine!

Le souffle de la jeune femme se fit plus heurté, les larmes commencer à embuer son regard. Elle détourna la tête et se concentra sur Tirna afin de dissimuler tant bien que mal son désarrois.

- Vous savez j'ai toujours été douée avec les chevaux, c'est pour cela que mon père à refuser que je l'accompagne, il voulait que je m'occupe de l'échoppe. Ce que je fais maintenant depuis 10 ans. Je voudrais avancer, faire des choses plus grandes toujours dans ce domaine...Mais me détacher de ce lieu est tellement difficile pour moi, tout dans la maréchalerie me rappelle mon père... Et cette haine qui m'habite, je ne peux l'ignorer, je ne peux avancer tant qu'elle est là, en moi.

Sa voix avait changé, elle avait perdu son timbre originel et n'exprimait rien de plus que le vide et la solitude qui la hantait. Elle se tut, caressant tendrement l'encolure de la jument. Les animaux avaient le don de s'apaiser, eux ne savait pas blesser le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Liva Hódien
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 28 ans
Clan : Résistance
Fonction : Femme à tout faire de la reine des Amazones
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]   Jeu 22 Oct 2009 - 6:42

Après que la conseillère eut posé sa question, la jeune femme sembla hésiter avant de répondre. Liva lui laissa le temps dont elle avait besoin sans faire un geste. Enfin, après avoir fermé les yeux, Aelin se lança. Comme si les vannes avaient été subitement ouvertes, elle lui raconta sa vie, ses sentiments... A la fin de sa tirade, l'émotion l'avait gagné et elle se détourna vers Tirna afin de masquer son trouble. Liva n'en tint pas compte. Le sentiment si familier de vouloir comprendre -avec un certain détachement- la personne qui lui faisait face avait repris sa place en elle, sans toutefois totalement la compassion et la sympathie qu'elle ressentait envers cette inconnue.

D'un air légèrement lointain, comme plongée dans ses pensées, l'Amazone commença par répondre à la question que sa consoeur lui avait posée lorsqu'elle avait repris la parole, nonobstant le fait que la dite question avait de fortes chances de n'être que purement rhétorique.

- Non, je n'ai jamais eu cette impression. Pourtant je pense comprendre ce que vous pouvez ressentir, ayant moi aussi perdu ceux qui m'étaient chers. Je sais la haine puissante, et difficile à combattre, toutefois, j'aimerais que vous vous posiez au moins une question : si votre père avait tué par un Amazone, comment auriez-vous réagi ? Auriez-vous renié votre peuple, et détesté l'ensemble de votre race, comme vous semblez le faire envers les humains ? [b]

Tandis qu'elle parlait, ses yeux étaient restés perdus dans le vague, fixés sur rien de particulier. Une fois sa question posée, elle les ramena sur Aelin, fichant le glacier de son regard dans celui de sa compatriote.

[b]- Vous pouvez haïr le meurtrier de votre père, mais lui seul. Le peuple humain, pas plus que vous, n'êtes responsable de ce qui est arrivé. Si vous aviez été avec lui ce jour, vous seriez très probablement morte aussi. Certes, vous n'auriez alors pas souffert comme vous le faites maintenant. Mais c'est là le seul avantage que vous auriez pu en tirer.


Après avoir continué de regarder son interlocutrice, afin qu'elle s'imprègne bien de ses paroles, Liva se tourna et flatta l'encolure de Tirna. Sans plus dire un mot, elle laissa Aelin réfléchir sur ce qui venait d'être dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/liva-hodien-au-servic
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Appel à la déesse [PV Liva Hodien *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» Loominëi , la déesse du destin.
» Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 5-