AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conversation et Jeu de Dupes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Masculin Nombre de messages : 139
Age : 23 ans
Clan : Résistance
Fonction : Roi des Ombres
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Conversation et Jeu de Dupes   Mar 27 Oct 2009 - 18:53

Douzième Semaine,
Septième Jour,
Fin d'après-midi.



Quel était donc le nom de cet illustre personnage, inventé par le Comte de Sandras au septième siècle après la Grande Guerre du Vent ? Le monarque Morzan, installé à son bureau, triturait l’une des innombrables plumes de cygne qui lui servaient habituellement à écrire ses missives ou ses rapports, ou même simplement quelques lettres plus intimes souvent destinée à sa voisine la Reine Amazone. Le nom du personnage, du philosophe contraint à se battre pour sauver ses idéaux, créé de toute pièce par l’écrivain orthodoxe, échappait au jeune homme. Il l’avait sur le bout de la langue et il n’arrivait pas à se le remémorer, ce qui le mettait dans un état de frustration intense. Comment pouvait-on ne pas se souvenir d’un personnage aussi important de la Littérature Classique ? C’était scandaleux tout de même ! Morzan se leva et se mit à arpenter de long en large la pièce qui lui servait d’office, agencée dans le vestibule de ses appartements personnels. Un peu plus loin, dans la pièce suivante – un petit salon – le bruit d’un feu crépitant était désormais étouffé par le remue du souverain. En réalité, s’il se mettait en tête de résoudre un problème aussi peu profond, aussi peu déterminant dans sa carrière de monarque, c’est parce qu’il en avait assez des sujets épineux. Il les avait évités avec beaucoup de soins depuis son retour de la Capitale. La Reine des Elfes, sa supposée alliée, avait blâmé son comportement devant son émissaire qui ne devait sa liberté qu’à une certaine clémence de la part de cette dernière. Mais si Morzan revendiquait pleinement son droit de se déplacer en dehors de ses frontières, il était beaucoup moins fier d’avoir à endurer les remontrances d’une personne dont il égalait le statut. Certes, depuis beaucoup moins longtemps que la Sage Eluthiel, mais tout de même ! Avec un peu de mauvaise foi, chose qui lui était d’ordinaire tout à fait étrangère, Morzan estimait qu’il n’avait aucune permission à demander à sa consœur, quand bien même elle serait Reine depuis 500 ans ! Il était un souverain du Gwendir, pas un gamin tout de même ! Ce qui le contrariait surtout et qui le poussait à réagir comme il le faisait, c’était la remise en cause de l’alliance que les Amazones et son peuple avaient conclu avec les Elfes. Apparemment, et c’est ce que Morzan en déduisait, les Elfes n’étaient peut être pas tout à fait aussi sûrs qu’ils ne l’avaient cru et leur Gardienne serait prête à rompre toute alliance pour une simple divergence d’opinion. Les ententes n’étaient donc pas tout à fait aussi claires qu’elles ne le laissaient paraître …

En attendant, il n’arrivait toujours pas à se rappeler le nom du personnage qui lui restait en travers de la gorge ! Il finit par quitter d’un pas déterminé ses appartements pour se rendre au deuxième étage de la Forteresse, afin d’aller trouver une réponse à ses interrogations en la Bibliothèque du Grand Salon. Lorsqu’il arriva, escorté par un garde attitré, on lui ouvrit la porte de la salle et il s’y engouffra, suivi par le soldat. Ce dernier resta aux abords de l’entrée, tandis que Morzan s’avançait d’un pas leste mais lent dans les allées recouvertes de somptueux tapis aux teintes carmins. L’ambiance était intimiste, en partie à cause du manque de luminosité. Des chandeliers trônaient sur les tables et étaient suspendus sur les murs de la pièce. Il s’arrêta deux ou trois fois avant d’atteindre la bibliothèque, pour échanger quelques propos mondains avec les nobles présents dans le Salon. Il savait précisément où chercher la réponse à sa question, car il se souvenait parfaitement du titre de l’œuvre du Comte Santras : « DesIllusions ». Il y avait eu pendant longtemps des conflits d’Erudits concernant l’intitulé exact de l’ouvrage ; les uns estimant que le titre était « Des Illusions », les autres affirmant que c’était plutôt « Désillusions » … Morzan trouva rapidement ce qu’il cherchait et se mit à feuilleter le manuscrit. Ezchiel Mornefil. Comment avait-il pu oublier un nom comme celui-là ? Il continua de tourner les pages de l’ouvrage et puis décida finalement de l’emporter avec lui. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas lu l’œuvre du Comte Santras ! Et pourtant, qu’il la trouvait plaisante ! Heureux de sa trouvaille, il reprit les allées qu’il avait empruntées en sens inverse et se retrouva bientôt dans le Salon. Venant à sa rencontre, une demoiselle qu’il crut reconnaître marchait d’un pas félin et confiant. Il s’avança vers elle et comprit qu’il s’était fourvoyé : celle qu’il avait prise pour Elianä Aziel’Da n’était autre que sa sœur aînée, Elönia. Arrivé à sa hauteur, il la salua courtoisement d’un signe de tête et prononça d’une voix douce :

« Mes Hommages, Dame Elönia. »

Alors qu’il voulait poursuivre un semblant de conversation, il se rendit compte qu’il avait croisé à de nombreuses reprises la jeune femme mais que jamais il ne lui avait vraiment parlé. Faisant rouler sa chevalière entre ses doigts, signe de sa nervosité, Morzan se racla doucement la gorge comme pour reprendre contenance. Il poursuivit en ces termes :

« Comment se porte votre Mère ? Le retour de son mari et de sa fille a dû lui procurer grand soulagement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistants-f131/morzan-terinfiel-roi-
Elönia Aziel'Da
Administratrice Charmeuse
¤ Courtisane désabusée ¤

avatar


Féminin Nombre de messages : 2852
Age : 22 ans
Clan : Résistance
Fonction : Noble
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes   Ven 30 Oct 2009 - 14:33

Elönia Aziel'Da avait remporté une petite victoire aujourd'hui. Il fallait croire que sa mère, Marelie Aziel'Da, avait finalement capitulé face aux jérémiades interminables de sa fille ainée. Après tout, qui n'aurait pas craqué face à une tirade de cette qualité ? Ce récit d'une pauvre enfant, prisonnière, comme dans un couvent, à qui on avait ôté la joie de vivre ? Oui, Elönia avait un don pour se faire plaindre et elle en usait à tort ou à raison. Seulement, la demoiselle à la flamboyante robe rouge savait pertinemment que si sa mère l'avait autorisé à se rendre à la cour, non sans une escorte, ce n'était pas grâce à ses talents d'oratrice. Non, Marelie en avait simplement assez de ses migraines qui revenaient de manière plus virulentes à chaque fois qu'Elönia ouvrait la bouche pour essayer d'avoir raison. Marelie avait capitulé, mais non sans imposer ses conditions : Elönia devait se rendre à la cour et nul autre endroit que la cour, pour y récupérer un livre de la bibliothèque... L'aînée de ses filles se révolta face à cette demande, rétorquant qu'elle était une dame de sang noble et non pas une simple servante qui devait s'occuper de la mauvaise besogne. Seulement, elle accepta, consciente qu'une occasion comme celle-ci ne se reproduirait pas de si tôt.

De la demeure Aziel'Da, elle avait été escortée par des hommes fidèles et loyaux à sa famille. Jusque là, la jeune femme trouvait cette mesure acceptable, même naturelle. Mais l'espionne qui la suivait depuis son entrée dans la forteresse était une autre histoire. Par espionne, Elönia faisait référence à l'une de leur domestique à qui Marelie avait confié la lourde tâche de surveiller sa fille. Non pas pour contrôler si elle respectait bien les closes de leur contrat, mais pour s'assurer que personne à la cour n'intente à la vie de sa chère petite ! Il fallait le voir pour le croire, sa génitrice avait désormais une imagination débordante ! Les derniers évènements qui avaient frappé sa famille étaient traumatisants, Elönia en convenait. Seulement, il fallait maintenant ouvrir les yeux pour ne pas sombrer dans la théorie fictive d'un complot ! Personne n'allait tenter de l'assassiner ou de l'enlever et surtout pas ici... En attendant, la jeune femme devait faire avec cette suivante qui avait visiblement revêtu sa plus belle robe, mais qui continuait à faire tache dans le paysage. Se retournant une nouvelle fois vers cette pauvre femme, Elönia la foudroya du regard, lui rétorquant qu'elle n'était qu'une inutile chienne. Oui, l'ainée de la famille Aziel'Da pouvait être très dure parfois, mais il fallait se rendre à l'évidence : si un assassin sortait de derrière une tapisserie que pouvait faire cette empotée ? Sérieusement, sa génitrice était en train de perdre la tête...

Son entrée dans le grand salon rouge carmin ne passa pas inaperçue. Elönia était persuadée d'être indispensable à la vie de la cour et de voir certain noble accourir pour venir la saluer la conforta un peu plus dans son idée. La jeune femme allait alors entamer une longue discussion dans laquelle elle allait exposer la souffrance qu'elle avait ressenti ces derniers jours, mais cette chance ne se présenta pas au profit d'une autre, bien plus alléchante : le Roi était présent ici même ! La jeune ombre n'eut pas besoin de demander confirmation, la vue de Morzan Terinfiel sortant de la bibliothèque lui suffit amplement comme justification. S'excusant poliment auprès de son interlocuteur, avant d'ordonner à cette suivante de ne pas bouger du coin de la pièce, Elönia Aziel'Da s'avança en direction de sa majesté le Roi, affichant son plus beau sourire. Finalement, cette sortie n'était pas une petite victoire mais l'une de ses plus grandes réussites. S'avançant fièrement, la jeune ombre fut surprise que ce soit le roi, lui-même, qui la salua en premier. Légèrement surprise, Elönia cacha ce malaise en le gratifiant de sa plus belle révérence.


« Majesté »

Jubilation. Enfin, le monarque des ombres l'avait remarqué. La jeune Aziel'Da n'oubliait pas pour autant, le rôle que son souverain avait joué dans les négociations pour la libération de son père. Même si cette histoire avait pris fin au tribunal, elle était consciente que Morzan avait remué ciel et terre pour les aider. Du moins, c'était la version de sa mère. Sortant de sa stupeur, Elönia resta accrochée aux lèvres de son monarque lorsque celui-ci fit référence à Marelie. Elle ne put s'empêcher de sourire, ce sourire figé, dont Elönia avait le secret, ce sourire de façade qu'elle réussissait à afficher quelle que soit la situation, même si celle en présence était des plus agréables.

« Majesté, ma mère va beaucoup mieux en effet. Pour le moment, elle se remet de ses émotions, cette épreuve fut tellement douloureuse... pour nous tous !  »

Posant son regard sur l'ouvrage que le monarque tenait dans sa main, Elönia se remémora certaine des recommandations de sa génitrice. Une femme doit-être instruite ou du moins le paraitre...

« J'ai l'impression que nous partageons une passion commune. La lecture de grand auteur, quoi de plus relaxant. »

_________________

« Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/elonia-aziel-da-t685.htm


Masculin Nombre de messages : 139
Age : 23 ans
Clan : Résistance
Fonction : Roi des Ombres
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes   Lun 2 Nov 2009 - 18:47

La jeune femme qui lui faisait face et qui n’était autre que l’aînée des filles de son ministre le plus influent, Lord Aziel’Da, s’inclina respectueusement dans une révérence profonde, élégante et gracieuse. Trop concentré sur le fait qu’il ne savait pas réellement quoi dire à la courtisane qu’il venait de saluer, Morzan ne remarqua pas tout de suite la beauté qui émanait de la jeune femme. Ce ne fut que lorsqu’elle répondit d’une voix cristalline qu’il l’observa attentivement. Elle était vêtue d’une robe aux teintes carmin, lui seyant agréablement et épousant ses formes généreuses à la perfection. L’étoffe était de riche facture, et sûrement très douce au toucher. La toilette de la jeune femme était vraiment des plus élaborées, et voilà pourquoi la Cour ne cessait de dire que la famille Aziel’Da était la plus susceptible de se rapprocher des faveurs du Roi, en vu d’un éventuel mariage. Elönia n’était pas une simple courtisane comme il en existait des dizaines dans l’entourage du monarque. Elle était belle et riche. Plus belle et plus riche que n’importe qu’elle autre femme du royaume, c’était évident. Mais peut être pas pour le jeune homme qui la regardait avec un timide sourire, ne sachant que faire, ni que dire face à cette intrigante beauté. Un sourire radieux vint illuminer le visage de l’aînée des Aziel’Da, comme si elle eut répétée toute sa vie pour donner cet effet à ses traits, ce qui continua de mettre mal à l’aise le souverain, dont les pupilles commencèrent à changer de couleur. Il sourit à son tour, de façon un peu plus gauche et répondit avec la même douceur que précédemment :

« Vous m’en voyez ravi. Il est fort agréable de savoir les siens en sécurité. »

Le regard d’Elönia s’attarda sur l’ouvrage que le suzerain avait emprunté quelques secondes auparavant et Morzan estima qu’elle voulait changer de sujet de conversation. Peut être que parler des évènements récents était difficile pour la jeune femme, même s’ils avaient connu une issue plus que favorable. Le neveu d’Edin se remémora la détresse d’Elianä lorsqu’elle l’avait supplié de l’emmener avec lui à la Tour Sombre et la déception qui s’était lue dans ses yeux quand il lui avait annoncé qu’elle ne viendrait pas … Il n’avait pas encore eu l’occasion de s’entretenir avec elle, depuis son retour à la Forteresse. Peut être qu’elle lui en voulait encore. Cette pensée lui pinça le cœur.. Puis se rendant soudain compte qu’il pensait à une autre femme que celle qui lui faisait face, il cligna plusieurs fois les yeux comme pour revenir à la réalité. Il regarda Elönia qui attendait une réponse à sa remarque et il espéra qu’elle n’avait pas deviné son trouble. Il baissa les yeux pour regarder à nouveau le livre qu’il tenait entre ses mains et conclut d’une voix calme :

« La Littérature est l’essence même de notre savoir. Elle est notre passé, notre présent et notre avenir. Elle est des passe-temps les plus intéressants et les plus nobles. Ainsi donc, vous lisez les Grands auteurs ? Que lisez vous donc en particulier, chère Elönia ? »

Il décida alors de se montrer un peu plus courtois qu’il ne l’avait été avec la jeune femme et lui proposa son bras, afin qu’elle prenne appui durant la petite marche qu’il voulait lui faire faire. Un sourire sincère et naturel s’était à présent dessiné sur les lèvres du jeune homme, qui invita son hôte d’une voix très douce :

« Peut être voudriez-vous me décrire votre passion de la lecture devant une tasse de thé et quelques pâtisseries ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistants-f131/morzan-terinfiel-roi-
Elönia Aziel'Da
Administratrice Charmeuse
¤ Courtisane désabusée ¤

avatar


Féminin Nombre de messages : 2852
Age : 22 ans
Clan : Résistance
Fonction : Noble
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes   Sam 7 Nov 2009 - 17:42

Elönia faisait face à son souverain, mais celui-ci avait l'air ailleurs. La jeune femme était bien consciente que les affaires du Roi la dépassaient amplement, mais elle avait espéré pouvoir marquer une trêve dans toute l'anxiété qui devait hanter le monarque des ombres. Quoi de mieux qu'une femme et de nombreuses discussions futiles pour oublier, l'espace d'un instant, les nombreux soucis de la vie et rire de bon cœur ? Là était le rôle essentiel des courtisanes. Le silence qu'imposa le Monarque durant quelques secondes, la conforta dans son idée... Était-elle ennuyeuse au point qu'il était incapable de trouver les mots exacts pour s'en débarrasser le plus vite possible ? Ou bien, avait-il remarqué cette suivante qui la déshonorait ? Posant son regard sur la chevalière de son souverain, Elönia reconnut la marque de Snotra. Fermant les yeux un instant, elle adressa une petite prière à cette dernière pour qu'elle lui vienne en aide, car cette situation lui échappait avant même qu'elle ne devienne intéressante.

Seulement le malaise persista lorsque son souverain insista sur la littérature. Elönia l'avait bien cherché après tout, plutôt que de parler d'un sujet dont elle ne connaissait que peu de chose, elle aurait dû essayer d'orienter la conversation sur un terrain qu'elle maîtrisait amplement... Si seulement Elianä était là... Elle l'aurait sorti de cette situation en citant un nom d'auteur... Précisant que sa grande sœur pouvait passer des heures à lire des ouvrages sans en perdre une miette. Elianä était vraiment quelqu'un de dévouée, toujours prête à aider. Peut-être qu'Elönia se mettait le doigt dans l'œil en pensant que sa cadette l'aurait aidé dans un moment comme celui là, mais pour l'instant, elle n'avait d'autre solution que de visualiser les livres en possession d'Elianä et de ressortir un auteur, voir même un titre. Durant son éducation, elle avait pourtant beaucoup lu. Son précepteur, avait bien insisté sur le fait qu'il fallait lire encore et toujours. Mais il était difficile pour la jeune femme de trouver un titre à la fois intéressant et qui irait dans le sens de l'idéologie de son monarque.

La situation lui échappait... Horsmis des romans d'aventures épiques, rien ne lui venait à l'esprit, susceptible d'interpeller son monarque. Non, la situation tournait mal et Elönia en était chagrinée. Elle ne pouvait pas échouer comme ça, là, maintenant. Chagrinée, plus qu'elle ne l'aurait jamais cru, elle se maudit. Se sentant idiote et inutile. Elle réalisa peut-être pour la première fois qu'Elönia Aziel'Da n'était finalement qu'une façade, pleine de sentiments refoulés qui pouvaient la déstabiliser dans des moments importants comme celui-ci. Ses doutes durent s'envoler lorsque son Roi lui donna son bras... Il fallait réagir !


« Ma culture littéraire doit bien être inférieur à la votre majesté. Je commence à m'intéresser de près à la philosophie... Mais ce genre d'ouvrage n'est pas toujours accessible à une première lecture, je dois vous l'avouer. Pour la détente, je préfère me plonger dans des aventures romanesques, dont vous êtes parfois le héros...  »

Il était vrai que certains ouvrages relatés des aventures fictives des différents souverains du Gwendir. Parfois, les souverains étaient simplement nommés, sans réel rôle, mais le plus souvent, ils prenaient entièrement part à l'histoire... Elle se souvenait d'un ouvrage qui mettait en scène la reine des amazones, ayant pour objectif la conquête du royaume des ombres.... Ou était-ce une pièce de théâtre ? Peu importe, cela restait de la fiction.
Prenant le bras de son monarque, Elönia lui adressa un chaleureux sourire :

« Je ne suis pas contre des pâtisseries. Je pourrais ainsi vous raconter ce que l'on dit de vous dans la littérature... Ou bien parler d'autre chose... »

Combien de fois avait-elle eu la chance de lui parler ? En vérité, Elönia ne le connaissait que peu. Les seules informations qu'elle avait lui venaient de ses parents, des choses qu'elle entendait et de ses lectures. Lectures qui lui avaient dépeint un personnage qui changeait d'un ouvrage à un autre... En réalité, seul deux ouvrages relatés les aventures de son souverain, mais combien de fois les avait-elle lu ? Ce personnage qui devenait réalité, ce personnage qui l'intriguait tant...

Elönia sourit de nouveau, mais d'un sourire plein de sincérité qu'elle avait du mal à expliquer. Elle était flattée et le laissa paraitre, adressant un regard à sa suivante qui comprenait visiblement qu'elle devait les laisser tranquille.


_________________

« Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/elonia-aziel-da-t685.htm


Masculin Nombre de messages : 139
Age : 23 ans
Clan : Résistance
Fonction : Roi des Ombres
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes   Jeu 12 Nov 2009 - 18:56

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistants-f131/morzan-terinfiel-roi-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Conversation et Jeu de Dupes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Petite conversation =) [PV Takeji et Ren]
» Conversation au clair de Lune
» THÈME: Quand les fleurs emmène de la conversation...
» Nous n'avons pas fini notre conversation [PV Léa]
» Une petite conversation s'impose [Ryu]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 5-