AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Masculin Nombre de messages : 139
Age : 23 ans
Clan : Résistance
Fonction : Roi des Ombres
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Jeu 12 Nov 2009 - 18:52

Douzième Semaine,
Septième Jour,
Fin d'après-midi
.




La réponse d’Elönia suscita un rire chaleureux et spontané de la part du monarque des Ombres qui lui tendait le bras à présent, afin qu’elle se laisse guider au travers des couloirs que ce dernier voulait lui faire emprunter jusqu’à ses appartements. Il ignorait jusqu’alors qu’il pouvait être le héros de livres et apparemment, son interlocutrice était mieux renseignée que lui à ce sujet. Il trouvait l’idée saugrenue, mais était toutefois intrigué par une telle littérature. Alors qu’il réitérait sa proposition en tendant davantage son bras courbé vers la jeune femme, il lui répondit le plus naturellement du monde, comme s’il avait oublié son trouble précédent :

« Par Snotra, j’ignorais que l’on pouvait déjà trouver des livres narrant mes exploits ! Cette idée me fait largement sourire et j’aimerais grandement que vous me racontiez vos découvertes en la matière. Je suis certain que mon double littéraire doit être incroyablement superficiel ! »

Il émit à nouveau un petit rire, tandis qu’Elönia s’était enfin décidée à accepter le bras qu’il lui tendait, répondant avec un sourire chaleureux à sa précédente invitation. Déjà, des curieux les regardaient avec insistance, pensant peut être assister à l’origine du meilleur ragot qu’ils pourraient raconter de toute leur vie : le roi des Ombres invitait personnellement l’aînée des filles Aziel’Da à l’accompagner. Cette proximité nouvelle allait enflammer l’imagination des courtisans présents qui voyaient déjà dans ce rapprochement la naissance d’un amour merveilleux qui mènerait les deux jeunes gens au mariage, inévitablement. Soudain conscient qu’on les observait, Morzan se sentit quelque peu gêné. Il se racla à nouveau la gorge, toussotant légèrement, mais ne parvint pas à se contenir assez pour éviter que ses pupilles ne changent de couleur, signe de son agitation. Il se pencha vers la demoiselle, posa sa main libre sur celle qui s’était appuyée sur son bras et murmura :

« Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, ma Dame, retirons-nous dès à présent. J’ai comme l’impression qu’on nous observe attentivement. »

Il se redressa et avança vers la sortie de la salle commune, pour rejoindre les couloirs de la Forteresse, bien plus froids et humides que l’atmosphère dégageait par la précédente pièce. Le trajet fut de courte durée et les deux jeunes gens n’échangèrent que quelques banalités, entre les salutations qu’ils offraient aux nobles qui les croisaient. Ils arrivèrent enfin devant les appartements du monarque et ce dernier pria la courtisane de bien vouloir entrer. Morzan traversa d’un pas leste le petit bureau qui faisait office d’antichambre et déposa sur son secrétaire le livre qu’il avait emprunté. Il invita la jeune femme à le suivre et l’amena dans une salle plutôt vaste, servant de salon où crépitait un feu qu’on avait visiblement ravivé pendant l’absence du monarque. Il se tourna vers Elönia et en montrant les fauteuils de la pièce d’un signe de main, il lui indiqua :

« Installez-vous, je vous prie. »

Et tandis qu’elle s’exécutait, Morzan revint dans le bureau où une domestique venait d’entrer. Il lui expliqua qu’il avait une invitée de marque et qu’il souhaitait qu’on leur apporte du thé et des pâtisseries diverses. Après s’être inclinée, la servante s’en alla exécuter les ordres de son roi et ce dernier revint finalement dans le salon, pour aller s’appuyer contre la cheminée. Il regarda Elönia et ne sut à nouveau pas quoi dire. Décidément, il n’était pas très doué quand il s’agissait de femme ! Si Idril le voyait, elle se serait gentiment moquée de ses piètres performances ! Après avoir trituré sa chevalière pendant quelques secondes, il se décida à nouveau à parler :

« On devrait bientôt nous apporter le thé et les friandises. J’espère que cela sera à votre goût. Mais en attendant, il me semblait que vous aviez des choses à me raconter. »

Il s’éloigna de la cheminée et vint s’installer dans le fauteuil voisin de celui dans lequel Elönia était assise. Il lui adressa un sourire sympathique, quoique relativement timide, l’invitant à lui raconter tout ce qu’elle voudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistants-f131/morzan-terinfiel-roi-
Elönia Aziel'Da
Administratrice Charmeuse
¤ Courtisane désabusée ¤

avatar


Féminin Nombre de messages : 2852
Age : 22 ans
Clan : Résistance
Fonction : Noble
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Sam 14 Nov 2009 - 18:45

Elönia était ravie de ressentir la joie et la bonne humeur émaner des paroles de son souverain. Il n'était pourtant pas si étonnant, que des personnages importants fassent partis d'une œuvre littéraire, qu'il s'agisse d'une simple biographie ou d'une pure fiction. Une seule chose pouvait paraître atypique : le fait de trouver des ouvrages narrant des exploits exceptionnels, alors que le règne du souverain ne faisait que commencer. La littérature était simplement devenue un phénomène de mode.

Marchant fièrement au côté de sa plus grande convoitise, Elönia se sentait comme une reine avant l'heure, prenant les révérences offertes au Roi pour une marque de soumission envers sa personne. Elle faisait partie de ces femmes qui n'avaient pas peur de mener une vie publique et d'attirer les convoitises. Les doutes qui l'avaient perturbés à l'instant s'envolèrent en fumée pour laisser place à une femme sûre d'elle. La cour et le peuple des ombres devraient s'habituer à ce spectacle, car la jeune femme avait prévu de passer une bonne partie de sa vie pendue à ce bras...

Le monarque remarqua alors l'attitude, presque malsaine, des courtisans, qui les observaient du coin de l'œil...


« En effet, j'ai bien l'impression que nous sommes le sujet principal de certaines discussions. Mais que voulez-vous, un grand Roi ne peut passer inaperçu... »

Traversant les couloirs de la forteresse d'une démarche sereine, Elönia ne put s'empêcher de frémir face au changement de température. D'une nature frileuse, la jeune femme pouvait passer la majorité de son temps près d'un bon feu de cheminée. Ce désir de chaleur fut exaucé lors de son entrée dans les appartements royaux. Depuis son enfance, Elönia avait eu la chance de vivre dans le luxe et de connaître les plus belles choses, mais la présente pièce, lui offrait un échantillon de la luxure dans laquelle la royauté avait le droit de baigner. Pourtant, le Roi ne paraissait pas un brin matérialiste... Seulement, il restait Roi et devait être conforme aux attentes de la cour et des autres royaumes. Pourtant, Elönia sentait se dégager de sa personne une simplicité naturelle. Chose que l'aînée des Aziel'Da pratiquait peu. Admirant les tapisseries accrochées au mur du coin de l'oeil, elle prit place dans un fauteuil des plus confortables lorsque le Roi l'invita à s'asseoir, non sans le gratifier d'une révérence.

L'annonce des pâtisseries lui donna l'eau à la bouche, même si une grande dame ne devait jamais manger avec excès. Sa ligne étant l'une de ses plus grandes fiertés. Le Roi prit alors place à ses côtés, attendant les récits croustillants qu'Elönia avait à lui offrir. Seulement, la jeune femme ne savait pas vraiment par où commencer...

« Majesté, il faut savoir que le nombre d'ouvrage vous concernant reste quant même limité. A ma connaissance, il n'en existe que deux. Le premier étant un ouvrage plutôt guerrier, où le narrateur vous suit à travers la conquête des terres nordiques. Vous renversiez même le seigneur Bennefoy ! »

Posant son regard sur les braises crépitantes de la cheminée, Elönia se remémora les péripéties de ce récit...

« Vous étiez un grand seigneur guerrier et n'aviez peur de rien ! Fier, à la tête de vos troupes vous aviez passé des journées entières à lutter contre la faim au milieu du froid ! Sans jamais, jamais abandonner ! A la différence du second ouvrage, ou l'accent était plus porté sur votre vie à la cour des ombres et ses sois-disant intrigues. Je crois même que l'on vous y a marié à la reine des amazones... Ou bien des fiançailles ? Je ne sais plus...  »

Souriant à son monarque, Elönia espérait ne pas le mettre mal à l'aise avec ces supposés aventures fictives, qui attentaient à sa vie privée. Après tout, le Roi était officiellement seul et aucune prétendante sérieuse, ne s'était encore présentée...

« Tout cela n'est évidemment que baliverne. Fruit certainement d'auteurs voulant entrer dans les bonnes grâces de sa majesté. J'espère seulement, ne pas vous ennuyer avec de telles histoires... Soyez juste certain, que votre double est toujours quelqu'un de charmant et sympathique... »

_________________

« Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/elonia-aziel-da-t685.htm


Masculin Nombre de messages : 139
Age : 23 ans
Clan : Résistance
Fonction : Roi des Ombres
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Ven 4 Déc 2009 - 9:12

L’attitude de l’ainée des filles Aziel’Da laissait supposer le monarque que cette dernière était ravie de se tenir à ses côtés et d’avoir le privilège de s’entretenir en privé avec lui, dans ses appartements. Elle semblait gratifier ses moindres faits et gestes, ses moindres paroles par un sourire éclatant. En outre, il avait bien remarqué la manière avec laquelle elle avait rayonné lorsqu’ils s’étaient déplacés. Assurément, elle ferait une reine populaire, confiante et au cœur des intrigues de la Cour. Car Morzan n’était pas sans ignorer les rumeurs qui circulaient bon train au sein de la noblesse. Les bals s’étaient succédés sans qu’il ne parvienne à se souvenir depuis quand précisément leur rythme s’était accéléré. On lui présentait de nombreuses jeunes filles, toutes plus jolies et plus fortunées les unes que les autres, sans doute pour qu’il puisse daigner choisir une épouse. Evidemment, Elönia les surpassait toutes et Morzan savait que son ministre le plus influent était le mieux placé pour espérer obtenir un mariage royal pour sa fille. Le peuple réclamerait bientôt un héritier, le jeune homme ne pourrait ignorer longtemps les réclamations de son Conseil. Pourtant, il n’avait aucune envie de précipiter son mariage, estimant qu’il était encore trop tôt … Mais bientôt, il devrait consentir à annoncer des fiançailles.

Alors qu’il s’installait aux côtés de la jeune femme qui le regardait avec insistance, cette dernière prit la parole, conformément aux souhaits de son monarque et lui raconta ce qu’elle savait de son rôle dans la nouvelle littérature. Il s’autorisa plusieurs sourires à certaines allusions, sans jamais oser couper son interlocutrice. Elle décrivait tout ceci avec un entrain particulier qui amusait le jeune homme. Il ne put refreiner le rire qui lui échappa lorsqu’elle mentionna son mariage avec la reine des Amazones. Idril lui manquait et il aurait donné n’importe quoi pour être à ses côtés. Sa spontanéité et son impulsivité lui manquaient. Un léger voile mélancolique se posa sur son regard, alors qu’il n’écoutait que d’une oreille distraite la fin du récit de la courtisane. L’arrivée d’un domestique le fit sortir de sa rêverie et il en profita pour reprendre contenance, souriant doucement à Elönia. L’ombre vint déposer le thé et les pâtisseries sur une table basse et se retira aussi silencieusement qu’il était entré. Morzan se pencha et déroba un chou à la crème, recouvert de miel. Les pâtisseries préférées de sa confidente amazone. Après quelques secondes, il reporta son attention sur la courtisane :

« Vous ne m’ennuyez nullement, ma Dame. Votre compagnie est plaisante. Servez-vous, je vous prie. »

Il se pencha à nouveau pour saisir cette fois une tasse de thé dont les arômes fruités lui chatouillaient les narines, mais sa main rencontra malencontreusement celle d’Elönia. Il laissa échapper un petit rire et s’excusa, avant de la laisser saisir ce qu’elle souhaitait, puis de se servir à son tour.

« Il y a tant de choses dont j’ignore l’existence, comme ces ouvrages dont vous venez de me parler. J’entrevois alors seulement l’étendue de mon ignorance. »

Il sourit avec maladresse. Il ignorait également comment converser avec son hôte et ne savait pas vraiment comment engager la discussion. Hésitant, il chercha quelques secondes avant d’entrouvrir la bouche pour poser une question à la jeune femme, mais se rétracta. Puis, il finit par la lui poser tout de même ; le silence qui s’était installé entre eux l’oppressant grandement.

« Vous montez à cheval ? »

Il se renfrogna intérieurement, maudissant sa maladresse. Il venait de poser une question totalement banale, sans grand intérêt et qui plus est, sans aucune logique avec les propos précédemment prononcés. Il savait parler de politique avec ses Conseillers, mais il ne savait même pas discuter avec une femme ! Il avait de sérieux progrès à faire en ce domaine …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistants-f131/morzan-terinfiel-roi-
Elönia Aziel'Da
Administratrice Charmeuse
¤ Courtisane désabusée ¤

avatar


Féminin Nombre de messages : 2852
Age : 22 ans
Clan : Résistance
Fonction : Noble
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Lun 7 Déc 2009 - 10:12

Étrangement, le discours d'Elönia se termina lors de l'arrivée des douces pâtisseries. Si des mauvaises langues étaient présentes dans la salle, celles-ci penseraient que c'était la gourmandise qui venait de faire taire Elönia. Observant du coin de l'œil son monarque fondre en direction d'un chou qui avait l'air des plus délicieux, la jeune Aziel'Da hésita un instant avant d'entreprendre la conquête de l'une de ces pâtisseries. Maladresse, hasard ou taquinerie, sa main vint à heurter celle de son souverain, chose loin d'être déplaisante qui amusa visiblement sa majesté. Pour toute réponse, Elönia lui sourie chaleureusement avant de se rabattra finalement sur la tasse de thé lui étant destinée. Les pâtisseries attendraient.

La modestie du Roi la surprit. Il était bien loin d'être un ignorant, seulement, il devait savoir faire la différence entre les choses utiles et celles qui ne l'étaient pas. Une fois encore, Elönia se rendit compte du gouffre qui les séparaient. Mais dès ce soir, elle chercherait à y remédier... La lecture de cet ouvrage « Des Illusions » ou « Désillusions », elle ne se souvenait plus exactement du titre entre-aperçu, lui ferait le plus grand bien. Sous entendu qu'elle retrouve un exemplaire autre que celui présent dans la pièce...


« Je ne pense pas qu'ignorant soit le terme qui convienne. Je vous vois plutôt comme un Roi qui doit accorder plus importance à certaines choses que d'autres...»

Un nouveau silence pesant s'installa alors et malgré les dires de son Roi, Elönia se demandait si elle ne l'ennuyait pas royalement ! Portant à ses lèves une gorgée de thé, elle observa son monarque puis se pencha en direction de ce joli chou qui lui avait échappé tout à l'heure. La question du souverain retarda encore un peu la communion entre le délice de la pâtisserie et les papilles d'Elönia. Cela n'était pas un mal, bien au contraire, car pour la jeune femme, cette question avait tout l'air d'une invitation à aller galoper...

« Bien évidemment Majesté. Mon père m'a permis d'apprendre cet art très jeune. Je ne suis peut-être pas la meilleure des cavalières, mais je sais tenir ma monture.»

Dégustant son choux, Elönia se sentait rayonnante et une fois encore si des mauvaises langues étaient présentes dans la salle, elles insinueraient que plus que le Roi, c'était les grands banquets qu'elle espérait conquérir.


« Les livres vous dépeignent également comme un parfait cavalier. Je ne peux douter de cette affirmation.»

Marquant une nouvelle pose, Elönia chercha comment tourner parfaitement sa phrase sans vraiment y parvenir :

« Il y a tellement longtemps que je n'ai pas fait de sortie à cheval. Avec les récents évènements, je doute que quiconque chez moi accepte de m'accompagner... »

Posant sa tasse, Elönia se contenta de sourire.

_________________

« Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/elonia-aziel-da-t685.htm


Masculin Nombre de messages : 139
Age : 23 ans
Clan : Résistance
Fonction : Roi des Ombres
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Sam 26 Déc 2009 - 10:24

A sa remarque concernant l’étendue de son ignorance, Elönia répondit naïvement à son monarque qu’il avait d’autres affaires plus importantes à régler. Morzan pressentait que la courtisane n’avait eu que l’intention de le complimenter, mais il n’aimait pas ce point de vue. Pour lui, chaque chose avait son importance, bien que relative certes. Il estimait que tout élément de connaissance avait son pesant, aussi futile puisse-t-il être. Il croisa les bras et exposa calmement son point de vue à son interlocutrice qui dégustait avec un plaisir apparent le thé qu’on leur avait apporté.

« Malheureusement, l’opinion générale est de votre avis, gente Dame. Mais je crois plutôt qu’il est nulle chose qu’un monarque peut se permettre de mépriser. Tout est à considérer et il serait fort ennuyeux qu’un suzerain ne connaisse que les affaires politiques ou de haute importance. Je suis de ceux qui accordent de l’intérêt à tout. Peut être est-ce là mon tort. »

Il adressa un sourire timide mais bienveillant à celle qui lui faisait face et qui tentait cette fois de s’approprier une des pâtisseries posées sur la table. A nouveau, en l’observant, il se mit à penser à sa sœur cadette, Elianä. Que pouvait-elle bien faire en ce moment même ? Aurait-elle aimé, elle aussi, être conviée à un entretien privé, pour parlementer avec lui et déguster quelques douceurs ? Il refoula ses pensées dans un coin de son esprit et jugea qu’il convoquerait peut être la plus jeune des filles Aziel’Da à venir le voir. Soucieux de ne pas savoir comment engager la conversation, le jeune homme chercha quelques instants un sujet de discussion qui pourrait intéresser la demoiselle qui le regardait avec une mine rayonnante. Ne sachant que dire, il posa une question banale et totalement incongrue, à laquelle Elönia répondit par l’affirmative. Evidemment ! Comme si une jeune fille de son rang ne savait pas monter à cheval ! Surtout en connaissant son père ! Morzan se sentit gagner par la nervosité et tritura à nouveau sa chevalière. Il se sentait de plus en plus mal à l’aide dans cette conversation et tâchait de le montrer le moins possible, alors qu’en revanche, la courtisane semblait parfaitement à son aise. Elle indiqua à son suzerain que les livres dont elle avait précédemment parlé, le présentaient comme un excellent cavalier et ce dernier ne put que sourire à cette remarque.

« Je pense me débrouiller, en effet. »

Il se pencha à son tour pour attraper une pâtisserie, tandis que la jeune noble lui indiquait que cela faisait longtemps qu’elle n’était pas monté à cheval et que les récents évènements n’aideraient pas à remédier à cette situation. L’ombre repensa à sa dernière chevauchée et cela le ramena auprès d’Elianä. Il avait chevauché longuement pour la rejoindre à Yswllyra et lui porter son soutien. Malheureusement, elle était trop bouleversée à ce moment là pour saisir la main qu’il lui tendait. Après avoir croqué à pleines dents dans son gâteau, Morzan confia à son hôte :

« Je comprends l’inquiétude de vos parents, cela dit. Cette épreuve n’a pas été facile pour eux et je doute qu’ils apprécient de perdre à nouveau l’une de leur fille, même si certaines précautions ne sont sûrement pas nécessaires. A ce propos, comment se porte votre sœur ? »

Profitant des dires de la jeune femme, le monarque changea de sujet de conversation pour l’orienter vers quelque chose qui l’intéressait davantage, non conscient de ne pas avoir satisfait les attentes de la jeune femme qui était assise en face de lui.


[Désolé du retard et de la réponse un peu nulle x_X]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistants-f131/morzan-terinfiel-roi-
Elönia Aziel'Da
Administratrice Charmeuse
¤ Courtisane désabusée ¤

avatar


Féminin Nombre de messages : 2852
Age : 22 ans
Clan : Résistance
Fonction : Noble
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Sam 9 Jan 2010 - 10:09

Les illusions d'Elönia volèrent subitement en éclat et elle ne put cacher son désarroi. Elle n'arrivait pas non plus à savoir ce qui la blessait le plus : l'invitation pour une ballade à cheval qui venait de sombrer aux oubliettes ou l'évocation de sa sœur cadette. Elianä lui volait de plus en plus la vedette ces temps-ci. L'ainée avait dû se faire une raison : sa sœur avait vécu des choses terribles et il était donc normal qu'elle soit au centre de toutes les attentions. Soupirant légèrement, elle se résigna une fois encore à la faire passer avant elle :

« Elianä ? Oui elle va bien... »

Étrangement, Elönia avait l'impression que cette réponse simplette ne contenterait pas le souverain. Que pouvait-il bien avoir à faire de l'état de sa sœur ? Surement la politesse. Après tout, elle était un sujet de discussion comme un autre, mais la jeune femme restait persuadée qu'il y avait beaucoup de sujets plus intéressants que sa sœur dans un moment intime comme celui-ci.

«Je crois qu'elle s'est replongée dans ses lectures. Elle rattrape également le temps perdu avec nos parents... Et avec moi-même, du moins, nous essayons... »

Un lourd silence s'installa une fois encore. Quand il s'agissait de parler d'une autre personne qu'elle, Elönia était beaucoup moins inspirée pour alimenter une discussion...


« Elle sera certainement ravie d'apprendre que vous vous souciez de son bien être. Seulement, veuillez excuser son absence à la cour. Elle est... souvent mal à l'aise en public... Elianä préfère plutôt le calme aux intrigues de la cour...»

Consciente que l'heure tournait, Elönia ne voyait pas l'intérêt de poursuivre cette discussion. Elle avait l'impression de ne pas réussir à cerner les attentes de son monarque. Là où d'autres hommes lui mangeaient dans la main, Morzan Terinfiel restait distant. Il ne fallait pas oublier qu'il était le Roi et que contrairement à la majorité des hommes de la cour, il n'allait pas se jeter à ses pieds... Il avait été charmant tout au long de la soirée, attentionné, souriant et gentil, mais il manquait un petit quelque chose... Le petit déclic qu'Elönia aurait voulu voir renaître dans ses yeux, histoire d'être sûre qu'elle avait une chance de porter la couronne un jour. Mais le déclic ne vint pas. Peut importe, il fallait laisser faire le temps et ce genre d'occasion se représenterait mainte et mainte fois, laissant sa magie envoutante opérer...

« Je ne voudrais pas paraître impolie majesté, mais je pense qu'il est l'heure pour moi de me retirer... Ma famille doit s'inquiéter. Mais je veux que vous sachiez que je suis touchée par votre compassion à notre égard et par cette invitation qui fut des plus plaisantes !  »

_________________

« Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/elonia-aziel-da-t685.htm


Masculin Nombre de messages : 139
Age : 23 ans
Clan : Résistance
Fonction : Roi des Ombres
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Jeu 14 Jan 2010 - 21:41

La jeune femme qui faisait face au souverain ne put masquer sa déception lorsqu’il mentionna sa sœur cadette, bien qu’elle tâcha de ne rien faire paraître. Dans son attitude soudainement plus réservée, plus tendue, on devinait qu’elle n’était pas très à l’aise. Se rendant compte de son erreur, les joues de Morzan s’empourprèrent légèrement et ses pupilles changèrent de couleur. Des reflets pourpres vinrent se perdre dans sa chevelure de jais. Toutefois, il n’aurait su dire si c’était d’avoir peiné Elönia ou de s’être maladroitement vendu, exprimant son intérêt pour la plus jeune des filles Aziel’Da, qui le perturbait le plus. En réalité, il n’y avait aucun mal à demander des nouvelles d’Elianä, au regard des évènements passés mais les intentions du monarque n’étaient peut être pas aussi innocentes qu’il l’aurait voulu. Du moins, il eut l’impression de se faire prendre en faute et la soudaine froideur qui s’associait aux propos de la courtisane ne firent que le conforter dans son soudain malaise. Il ne parvenait pas à se comporter normalement quand il évoquait la cadette de celle-ci et il ne parvenait pas à en connaître la raison. Tout ceci le laissa perplexe. Mais il écouta avec une avidité certaine les paroles concernant la douce Elianä, acquiesçant par des hochements de tête. Il lui tardait de la revoir, vraiment. Il fut à la fois étonné et pris de court lorsque son hôte lui annonça son souhait de se retirer. Etait-il déjà si tard ? Il n’avait pas vu le temps passer. Il se leva prestement et sourit avec douceur à Elönia, lui tendant une main pour l’aider à se relever.

« Le temps file à une allure trop rapide à mon goût. J’espère ne pas vous faire fuir, ma Dame. Revenez me voir une prochaine fois. Enfin, si ma compagnie ne vous est pas trop difficile. Je suis parfois maladroit. »

Un rire sincère et spontané s’échappa de la gorge du monarque. Il espérait ne pas avoir été de mauvaise compagnie pour la jeune femme. Elle semblait si mondaine, toujours entourée de nobles personnes adorant faire la conversation et toujours parée des plus beaux atouts. Elle était véritablement une dame de la Cour et Morzan ignorait comment s’y prendre avec une telle personne. Lui, préférait les choses simples. Un bon feu, un bon livre et le silence pour seul complice. Il aimait la quiétude et le calme, depuis qu’il était tout enfant. Il raccompagna la jeune femme jusque dans le couloir et fit encore quelques pas avec elle.

« Puis-je vous faire raccompagner ?
demanda-t-il, soucieux de savoir comment son hôte parviendrait à rentrer chez elle. Puis au détour d’un couloir, son regard se posa sur la vieille femme qui avait accompagné Elönia jusqu’à ce qu’elle soit entrée dans ses appartements. Mais si je ne m’abuse, vos parents ont déjà fait le nécessaire pour ne pas perdre une autre de leur fille. »

Il émit un nouveau rire, tout aussi sincère et libéré que le précédent. Leur conversation touchant à sa fin, la tension qui avait habité le monarque se relâchait peu à peu, lui permettant de parler avec plus d’aisance, plus de naturel. Puis, il s’arrêta à une certaine distance du chaperon d’Elönia et observa cette dernière avec soin. Il était facile de comprendre pourquoi on disait qu’elle était la fine fleur de la Cour ; elle était physiquement parfaite. Baldr lui-même n’aurait pas pu donner plus de beauté à ses traits, tant ils étaient gracieux, délicats. Tout en elle inspirait le désir, le charme et la sensualité. A nouveau, il lui sourit avec douceur.

« Je ne vous retiens pas davantage, belle Elönia. Mais promettez-moi de revenir me faire la conversation. Transmettez mes hommages à vos parents et mes pensées à votre sœur. Dîtes lui également qu’elle est la bienvenue en mon palais. »

Sur ces mots, il se pencha doucement et attrapa avec une douceur infinie la main de la jeune femme pour y déposer un baisemain aussi subtil que délicat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistants-f131/morzan-terinfiel-roi-
Elönia Aziel'Da
Administratrice Charmeuse
¤ Courtisane désabusée ¤

avatar


Féminin Nombre de messages : 2852
Age : 22 ans
Clan : Résistance
Fonction : Noble
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   Lun 18 Jan 2010 - 15:52

Malgré ce sentiment de déception qui ne la quittait pas, Elönia se leva, avant de sourire doucement au souverain et de lui affirmer qu'il était loin d'être ennuyeux. Bien au contraire, cet entretien avait été charmant, agréable et presque parfait. Les choses ne s'étaient malheureusement pas concrétisée, contrairement aux souhaits les plus profonds de la jeune noble, et la conversation fut aromatisée de quelques maladresses. Seulement, Elönia décida de se souvenir des meilleurs moments, uniquement des meilleurs et de garder confiance en l'avenir. Son petit rire la séduisit un peu plus avant de la conforter dans l'idée que rien n'était perdu... Elle était tombée sous le charme de ce monarque atypique et par conséquent, elle était triste de devoir le quitter. Bien plus que le désir de porter la couronne, Elönia se voyait reine, accompagnée d'un époux des plus agréables bien que maladroit, selon ses propres dires... Les intérêts passaient avant tout, mais la jeune femme était certaine qu'un amour sincère pouvait naitre entre elle et lui...

Sortant de la pièce, si agréablement chauffée, pour retourner dans le couloir glacé, l'ainée des Aziel'Da frémit face au changement brutal de température. Un bon bain, un bon lit et des rêves parfaits, voilà le programme de sa soirée. Elle rêverait de sa vie ici, en tant que Reine des ombres, de sa robe de mariée, sans oublier de penser aux prénoms de ses enfants... La proposition de son souverain, qui se dévouait pour la raccompagner, l'émoustilla davantage, mais elle fit une nouvelle fois pale figure lorsque celui-ci lui rappela la présence à sa suivante. Elönia posa un regard vide sur cette femme qui ne faisait finalement que son travail et qui avait attendu son retour. La jeune noble aurait pourtant aimé demander à cet homme si délicat de venir et de la raccompagner... Mais cette requête serait déplacée. Alors, une fois encore, Elönia sourit. Le meilleur, il ne fallait garder rien que le meilleur, le reste n'avait aucune importance.

Rougissant légèrement lors de l'évocation de sa beauté, Elönia plongea dans une profonde révérence avant de se redresser lentement.


« Je reviendrais avec plaisir majesté, je vous le promets. J'en profiterai pour vous raconter de nouvelles histoires vous mettant en scène... »

Un tendre baisemain clôtura cet entrevu avant qu'Elönia ne tourne les talons suivit de près par son escorte. Elle ne garderait que le meilleur de cet entrevu, c'était certain. Il lui faudra juste prendre le temps de transmettre les salutations à sa famille avant de faire étalage de ce doux moment passé. Elönia avait finalement hâte de rentrer chez elle pour tout raconter à ses parents.

Alors peut être son père serait plus motivé pour rejoindre à nouveau l'entourage du jeune Roi et ainsi faire avancer ses pions et ceux de sa fille. Après les épreuves que sa famille venait de traverser, Elönia voyait mal le souverain refuser une proposition de mariage venant de son cher père. Ce serait offenser leur lignée et le monarque en était bien incapable... Souriante, Elönia Aziel'Da espérait que la prochaine dégustation de pâtisseries serait pour bientôt, oubliant définitivement le livre qu'elle devait ramener...


_________________

« Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/elonia-aziel-da-t685.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Conversation et Jeu de Dupes [Suite - Ne pas Archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» urgent caniche de 12ans à placer suite décés ADOPTE
» Petite conversation =) [PV Takeji et Ren]
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]
» Pas de suite pour Spirit of the Sun
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 5-