AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Situation d'urgence [*]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Situation d'urgence [*]   Lun 23 Nov 2009 - 19:01

|Situation d'urgence|

Fin d'après-midi, début de soirée
Deuxième jour


Sont cordialement invités à participer à ce post :
Eluthiel Gil'Rea, Eowyr Gilmandel,
Toute personne susceptible d'être présente lors du Conseil


Un jeune sergent elfique est venu informer sa Reine et son Conseil que des mercenaires, ressemblant à des Humains pour la plupart, ont traversé la forêt ce jour en pillant et saccageant plusieurs petits villages. Une escouade, sur place au moment des faits, a voulu les arrêter mais a été massacrée.

Après son intervention, les dirigeants du peuple de Baldr se réunissent pour parlementer de la situation.

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eluthiel GilRea
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 153 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Elfes
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Dim 27 Déc 2009 - 18:05

Comment Eluthiel aurait pu s’attendre à une telle nouvelle ? Jusqu’ici, aucun signe n’avait annoncé ce fait inquiétant : les oiseaux chantaient toujours, Baldr inondait de sa quiétude la capitale elfique et la grande prêtresse n’avait signalé aucun mauvais augure. Peut-être que la Reine des Elfes avait loupé quelque chose. Quoique qu’il en soit en cette matinée du deuxième jour, la jeune femme se leva d’une humeur habituellement bonne. Elle passa sa matinée à parlementer avec plusieurs ministres et riches agriculteurs afin de proposer des mesures au cas où l’épidémie venait à se répandre chez les élevages des Elfes. Après un repas léger mais succulent, la souveraine alla se promener vers le Temple accompagnée d’un petit groupe de courtisanes. Arrivée dans la demeure de Baldr, la jeune femme alla directement à l’autel et fit plusieurs offrandes et prières en l’honneur de son fils Haziel. Eluthiel ne savait ni où il était ni ce qu’il faisait. Néanmoins, elle l’espérait sain et sauf.

En fin d’après-midi, le ciel avait pris une couleur orangée. La pénombre commençait lentement à s’installer dans la Tour Céleste et les serviteurs allumèrent plusieurs lampions grâce à quelques formules magiques. Eluthiel, après être rentrée du Temple de Baldr, s’était installée en compagnie de sa Cour dans la Salle des Festivités où une exposition avait été organisée. En effet, il y avait plusieurs sculptures, tableaux et autre œuvres venant de différents royaumes. Les Elfes étaient de grands amateurs d’Art et la Reine aimait faire plaisir à ses sujets en organisant ces évènements. Cela permettait d’oublier les temps difficiles et de s’amuser tout en se cultivant.

Alors qu’Eluthiel allait commencer un discours pour féliciter les artistes, un sergent elfique pénétra dans la salle à bout de souffle et la mine grave. Tout le monde s’écarta et le silence s’instaura. Les bouches étaient béantes et les yeux écarquillés. Mais par Baldr ! Le royaume était-il envahi ? Le sergent arrivé face au trône s’inclina bien bas. Comme le voulait le protocole, le sergent s’apprêtait à s’adresser au conseiller de la Reine, Eowyr Gilmandel, mais face à la mine terrifiée du soldat Eluthiel l’invita à clamer sans plus tarder les causes de sa frayeur.

« Majesté, j’apporte de terribles nouvelles. Un groupe de mercenaires – sûrement des enfants de Loki - a pénétré dans nos bois et a tout pillé sur son passage. Nos valeureux soldats se trouvant sur leur route ont tenté de les stopper mais ils ont été massacrés dans une violence inimaginable ! Nous ne savons pas pourquoi ils sont ici mais nous craignons pour votre vie, Souveraine bien-aimée ».

Les visages étaient pâles de frayeur ou rouges de colère. Des menaces et des malédictions plurent à l’encontre des malotrus. Touss demandaient déjà leurs morts. La Reine des Elfes leva la main et tous se turent immédiatement. Eluthiel tentait de garder un visage impassible mais au creux de son âme la colère bouillonnait. Des hommes avaient osé s’en prendre à des innocents, voler les biens de son peuple et massacrer ses soldats. A cela, la jeune femme ne voyait qu’une punition : la mort. Son peuple se chargerait de les supprimer et Baldr s’occuperait de leur souffrance dans l’autre monde. Néanmoins, avant toute chose, la Reine devait réunir son Conseil.

Sergent, je salue ton courage et ta loyauté envers ton peuple. Tu seras dignement récompensé pour ta bravoure. (Eluthiel se tourna vers l’assemblée). Enfants de Baldr, la vengeance des Elfes saura être accomplie en temps voulu. Peu importe la race de ces vauriens, nous les punirons. Avant d’agir, nous devons réunir le Conseil et parlementer du plan à tenir. Je demande à mes conseillers et aux Anciens de se réunir dans la Salle du Conseil lorsque l’astre de feu aura disparu de l’horizon. Quant au reste de mes sujets, je vous interdis à tous d'agir pour le moment. Vous recevrez des instructions plus tard quand le Conseil aura délibéré. Pour le moment, continuer de vous divertir…

La Reine des Elfes se dirigea dans un froissement d’étoffe vers les grandes portes en bois. Prenant quatre à quatre les escaliers de marbre, elle partit se réfugier dans ses Appartements royaux. Elle convoqua alors immédiatement Eowyr et le pria de se renseigner auprès des sentinelles afin de collecter assez d’informations pour la réunion du Conseil le soir même. Sitôt ses ordres donnés, elle le congédia. La nuit tomba bien vite et le visage de Mani perçait le ciel de sa lumière blanche. Eluthiel se dirigea vers la salle du Conseil où l’attendait le reste du Conseil ainsi qu’Eowyr. Elle pénétra dans la pièce et s’installa à sa place autour de la grande table d’ivoire.

L’heure est grave. Nous sommes attaqués sur nos terres plus tôt que je le prévoyais. Il est de notre devoir de défendre le peuple et les biens que Baldr nous offre chaque jour. Je me tourne à présent vers vous Eowyr : auriez-vous quelques informations supplémentaires à nous apporter sur la situation ? Quels rapports vous ont remis nos sentinelles sur cette intrusion ?

Eluthiel considérait Eowyr comme ses yeux et ses oreilles. S’il y avait d’autres informations capitales à connaître, seul son Conseiller pouvait être au courant. Ainsi, de son discours dépendrait la suite des évènements…

_________________

« La Bienveillance est sur le chemin du Devoir ».


Dernière édition par Eluthiel Gil'Rea le Mar 16 Fév 2010 - 11:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/elfe-eluthiel-gil-rea
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Dim 3 Jan 2010 - 17:22



Eowyr Gilmandel

Le malheur n’avait pas épargné une fois de plus le peuple de Baldr, l’annonce d’une arrivée de mercenaires n’avait fait qu’empirer la morosité du conseiller. Depuis la mort de son roi bien aimé les événements s’étaient enchaînés avec une grande vitesse et l’homme autrefois si calme et posé était désormais agité par de nombreux tourments. Il avait oublié pour un temps les précédents malheurs et avait concentré toute son attention sur le crime qu’avaient commis les envahisseurs.
Après la convocation de la reine il se retira un instant pour réfléchir à la situation. Il savait que d’ici l’ouverture du conseil il n’avait que peu de temps pour se renseigner et il voulait faire son travail avec la plus grande efficacité. Il commença d’abord par calmer les agitations et la colère qui troublaient son esprit car interroger les témoins sans sa clairvoyance n’aurait servi à rien, il effaça en lui l’opinion qu’il avait sur les faits et sans sa colère il était sûr d’avoir une plus grande objectivité. Il nota sur un parchemin les faibles informations qu’on lui avait donné ainsi que toutes les interrogations qu’il se posait, il veilla à ne rien épargner et à examiner sous toutes les coutures le problème sans chercher les éventuelles solutions qui seraient la suite logique de sa réflexion.

Une fois son travail fait il convoqua le soldat qui avait annoncé la tragédie pour plus d’informations et fit amener les quelques autres témoins qui s’avérèrent très utiles. Les entretiens d’abord individuels puis collectifs lui prirent presque tout le temps qu’il avait tant il s’était montré pointilleux et avait éprouvé la mémoire des soldats, les blâmant d’avoir oublié un détail qui leur paraissait insignifiant. L’interrogatoire harassant et laborieux finit par prendre fin au grand soulagement des soldats et au grand malheur du conseiller qui ne voyait jamais assez d’informations dans ce qu’il avait récolté.
Le pire pour lui était de n’avoir pas été lui-même témoin, en se fiant au discours déformé des hommes il n’était pas certain de ses informations. Le doute et la peur de se tromper s’acharnaient pour bloquer sa réflexion mais pressé par le temps il fit comme si tout était sûr et ne prendrait en compte le risque d’erreur qu’à la fin de sa réflexion.

Le manque de temps ne lui avait pas permis d’avancer très loin et il espérait que l’avis du conseil et de la reine les pousse à prendre la meilleure décision pour tous les elfes.
Il arriva comme à son habitude à l’heure exacte où le conseil devait se réunir et s’installa à la place qui était la sienne, on pouvait voir ses traits creusés par le manque de sommeil causé par les derniers événements et son visage plongé dans la réflexion semblait étranger à ce qui se passait dans ce monde là. Profitant de l’arrivée tardive de la reine il prolongea ses réflexions, ne s’apercevant qu’elle était là que lorsqu’elle commença son discours.
Il ne répondit pas tout de suite à ses interrogations, réfléchissant cette fois sur la manière dont il parlerait de l’événement et de ce qu’il avait appris, ce n’était pas inhabituel car le sage conseiller en toutes circonstances prenait toujours son temps et pesait ses mots. Puis il se leva et se tourna vers la reine, s’inclinant légèrement pour la saluer, il observa un instant le conseil composé de personnes qu’il connaissait très bien avant de parler enfin.

« Ce matin à l’aube, peut être même avant des individus ont pénétré dans le bois blanc et ont attaqué et pillé plusieurs villages, ils ont tué un nombre conséquent d’enfants de Baldr dont plusieurs de nos soldats. Les témoins que j’ai interrogé ont estimé que les hommes étaient entre trente et cinquante de ce qu’ils ont vus, il s’agirait de chasseurs de primes ou de mercenaire, pour la plupart des enfants de Loki, dont un seul homme a été reconnu : l’elfe Dorian Llwendin. »

Il marqua une courte pause, conscient que chacun de ses mots était des plus douloureux pour tout le conseil. Sa mine était grave et sa voix calme et lente.

« Nous ne savons pas pourquoi ils sont là ni quelles sont leurs raisons d’attaquer notre peuple, j’ai longuement réfléchi sur le sujet et une seule chose m’est venue à l’esprit : que ces hommes soient des chasseurs de prime ou des mercenaires ne fait pas grande différence et nous connaissons tous Dorian Llwendin, s’il est là ce n’est que pour une chose, traquer quelqu’un. Il n’y a que des Impériaux pour avoir envoyé des hommes saccager nos terres et tuer nos frères de même que pour chercher quelqu’un par la violence. Par conséquent il m’est presque évident que des Résistants connus et très recherchés soient présents dans nos forêts ou bien qu’on l’ait fait croire aux Impériaux. La deuxième hypothèse me parait peu probable car nous aurions eu de grandes chances d’être prévenus, quant aux éventuels Résistants je ne citerais pas de noms puisque je n’ai aucune preuve mais il me semble que nous pensons tous au moins à une personne. Que font des Résistants en nos terres sans que nous le sachions ? Je ne peux vous répondre à cela et seul le futur nous apportera des réponses claires. Je vous rappelle toutefois que mes informations ne sont pas des plus sûres mais qu’elles sont très probables. »

Il salua à nouveau la reine et s’assit, attendant que quelqu’un, après avoir réfléchit à son discours, intervienne. Il avait gardé une objectivité qui lui était propre et n’avait pas souhaité donner son avis ni proposer les solutions auxquelles il pensait considérant qu’il n’en parlerait qu’après la reine et les autres membres du conseil.
Revenir en haut Aller en bas
Eluthiel GilRea
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 153 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Elfes
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Sam 16 Jan 2010 - 21:26

A son nom, le conseiller se leva, se tourna vers Eluthiel et s’inclina légèrement en signe de respect. La reine espérait que son discours ne fut pas trop court. Mais étant donné le peu de temps qu’elle lui avait laissé pour regrouper des informations solides, elle craignait que celui-ci ne détiennent qu’un maigre contenu des évènements qui se s’étaient déroulés dans le Bois Blanc. Eluthiel écouta attentivement chaque parole d’Eowyr, tentant de réfléchir à la situation en même temps. Elle devait prendre une décision rapidement et elle espérait que le discours de son fidèle conseiller illuminerait son esprit. C’est à ce moment là que la reine ressentit l’absence de mari. Elle avait besoin de lui à cet instant mais il n’était pas là… Il ne serait plus jamais là. Tentant de ravaler la boule qui enserrait sa gorge, elle reporta son attention sur Eowyr.

Le conseiller de la Reine détailla à l’assemblée les douloureux évènements qui s’étaient déroulés le matin même. Plusieurs témoins avaient vu des hommes massacrer et piller des villages n’épargnant aucune vie. Ils purent dénombrer une cinquantaine d’hommes tout au plus. Le nombre de pilleurs présents dans la forêt fit sursauter Eluthiel. Comment autant d’hommes malveillants avaient pu pénétrer dans la forêt et se déplacer jusqu’ici sans que personne ne le remarque ? Eowyr précisa immédiatement qu’il s’agissait, selon les témoins, de chasseurs de prime ou de mercenaires. Il cita d’ailleurs un nom qui n’était pas inconnu au royaume des Elfes : Dorian Llwendin, le fameux rôdeur et chasseur de prime ! Eluthiel fronça alors les sourcils à l’entente de ce nom et fut surprise de sa présence. En effet, celui-ci n’était pas le bienvenu sur les terres elfiques. Et pour cause : sa profession étant interdite par l’étique des Elfes, s’il était venu à apparaître au Bois Blanc, il aurait été directement jeté en prison. Elle ne manqua pas de le faire remarquer au Conseil.

Êtes-vous certain qu’il s’agit de Dorian Llwendin ? Ce vaurien sans moralité oserait venir narguer les hautes autorités de sa race ? Si son imprudence lui fait défaut, je jure devant Baldr que cet elfe, indigne de notre sang, ira croupir dans les abîmes ténébreux de la souffrance ! Comment peut-il trahir son peuple et laisser un tel massacre s’accomplir ? C’est intolérable…

Peinée et attristée par tant d’injustice, elle aurait aimé que Ledinborn fusse à ses côtés pour entendre la suite. Le visage blême, tout comme son conseiller et le reste de l’assemblée, elle pria Eowyr de continuer. Le jeune homme poursuivit son discours d’une voix faible. L’esprit alerte et lucide, il mit en évidence la profession de Dorian : chasseur de prime. Il semblait donc évident que son but était tout autre que le pillage et le massacre. Des hochements de tête approuvèrent le raisonnement de l’elfe et l’encouragèrent à continuer son discours. Il remarqua ensuite qu’il était évident que si une traque avait lieu, il ne pouvait s’agir que d’un plan orchestré par les Impériaux. En effet, aussi bien pour Eluthiel que pour les ministres, la culpabilité de chefs résistants était véritablement impossible.

On en vint alors à la question qui se dessinait petit à petit sur toutes les lèvres : qui était l’objet de cette traque ? Tout en continuant d’écouter Eowyr, l’esprit d’Eluthiel fit un bond en arrière. Elle se revoyait alors au bal qui avait succédé à l’alliance des Amazones, des Ombres et des Elfes. Là, elle vit alors se tenir dans un coin le fils du Parjure, Siran Bennefoy. Quelques temps après la cérémonie, celui-ci avait disparu sans donner signe de vie. Trop affairée par son propre royaume et la disparition de son fils, Eluthiel n’avait lancé aucune recherche à son encontre. Peut-être aurait-elle du finalement… A la suite du bal, il avait été demandé de ne pas ébruiter la présence du prince humain. Mais il semblait que certains n’avaient pas tenu leur langue. Néanmoins, quelques hommes de cette assemblée n’étaient pas au courant de sa présence il y a quelques semaines en ce palais dont Eowyr car celui-ci s’étonnait de la présence d’illustres résistants dans la forêt de l’Ellendwraï.

Je peux vous répondre Eowyr et donner une explication à la présence de Siran Bennefoy dans le Bois Blanc. Car c’est à lui que nous pensons tous, n’est-ce pas ? Le fils du Parjure était présent au bal organisé pour fêter notre alliance à la Résistance. Sur mes ordres, sa présence a été étouffée et n’est point sortie de la Salle des Festivités. Un grand nombre d’entre vous était absent, dont vous Eowyr. Par mesure de sécurité, j’ai du me taire moi aussi. J’espère que vous comprendrez bien que je n’en doute guère.

Elle remercia Eowyr et lui fit signe de se rasseoir. D’une grâce naturelle, elle se leva à ton tour. Durant le discours du conseiller, Eluthiel avait eu le temps de réfléchir aux propositions qu’elle ferait au Conseil. Il fallait agir vite et elle n’avait pas le temps d’adresser de prière à Baldr ni de se procurer les conseils du Grand Prêtre. Son regard parcourut un à un les ministres regroupés autour de la grande table en ivoire. Les visages étaient pâles et fatigués. Dans quelques instants s’ensuivraient un vote. Si tout se passait bien, chacun pourrait aller rejoindre son lit douillet mais si le résultat était serré, s’ensuivrait alors de longues heures de délibération. Si au final aucune décision n’était prise, on s’en remettrait à Throndil, la fontaine de la sagesse.

Ministres et conseillers, hommes et femmes, il est de mon devoir à présent de vous proposer des solutions adéquates à la situation. J’ai beaucoup réfléchi et je pense qu’une évidence s’offre à nous et nous ne pouvons la nier : Siran Bennefoy a fait le choix d’aller contre son père et de rejoindre la Résistance tout comme nous avons choisi de nous allier avec les Amazones et les Ombres. Cette lutte contre Ardiosis Bennefoy, nous ne pourrons pas la gagner si nous nous battons seuls et si nous protégeons uniquement nos biens et notre peuple. Dans cette lutte, mes Frères et Sœurs, nous devons être solidaires les uns et les autres sans aucune distinction de race. Siran Bennefoy a risqué sa vie pour rejoindre la résistance et se battre pour ce qu’il croit juste. Aujourd’hui, il est traqué comme une bête par le traitre Dorian Llwendin. Ce traite qui en plus de laisser ses hommes piller et massacrer nos terres et notre peuple, s’en prend à l’un des nôtres un résistant ! Oui, mes Amis, aujourd’hui nous ne sommes plus Elfes, nous sommes des Résistants ! Et l’un des nôtres à besoin de nous.

Le vote sera donc simple : soit l’on porte secours à Siran Bennefoy et à notre peuple [POUR] soit nous refusons et donc nous portons uniquement secours à la population elfique [CONTRE]. Votez avec cœur et votre esprit. Que Baldr soit avec vous.


Un garde apporta alors une urne en bois d’ébène sculptée de plusieurs motifs en langage elfique. Eluthiel ne pouvait voter. Elle devait se plier au choix de l’assemblée. Chaque ministre et conseiller glissaient l’un après l’autre un bout de parchemin dans l’urne. Celle-ci faisait le tour de la table, revenant au fur et à mesure vers Eluthiel qui saurait dans quelques instants si son discours avait eu l’effet espéré.

_________________

« La Bienveillance est sur le chemin du Devoir ».


Dernière édition par Eluthiel Gil'Rea le Mar 16 Fév 2010 - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/elfe-eluthiel-gil-rea
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Mar 19 Jan 2010 - 19:06

Les membres de l'Assemblée, Conseillers, Ministres et Anciens, se regardèrent longuement, tandis que l'on apportait l'urne en bois d'ébène qui servait traditionnellement au Conseil pour trancher une décision importante. L'heure était grave et personne n'osait regardait la Reine, si belle, si forte, de peur que ses magnifiques yeux parviennent à sonder les moindres recoins des esprits qui s'agitaient. Des papiers et des plumes circulèrent autour de la table où siégeait l'Assemblée, afin que chaque ministre inscrive son choix. La tension qui avait rempli tout à coup la salle était palpable et aucun des membres du Conseil n'osait parler. Seul le grattement des plumes sur les morceaux de parchemin parvenait à rompre le silence qui s'était soudain imposé de lui-même. Le garde vint à la rencontre de chaque personne et recueillit au sein de l'urne les réponses de chacun. Lorsqu'il eut terminé son tour, il revint auprès de la Reine et ouvrit la boîte pour en sortir son contenu. A haute voix, il indiqua les réponses qu'il lisait sur chaque papier, tandis qu'un autre sujet comptabilisait chaque vote sur un carnet ...

Cinq minutes s'écoulèrent longuement. Chacun était suspendu aux lèvres du Garde qui indiquait les réponses. Lorsqu'il eut terminé, il rejoignit son collègue et regarda par dessus son épaule. Il se redressa et annonça à haute et intelligible voix :

« Le Conseil est défavorable à la proposition, à dix-huit voix contre quinze. Sept personnes se sont abstenues. »


    Consignes:

  • Si le dé indique un chiffre pair, le Conseil sera favorable à la proposition de la Reine, pour porter secours au Prince.

  • Si le dé indique un chiffre impair, le Conseil sera défavorable.

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...


Dernière édition par Ectoplasme le Mar 19 Jan 2010 - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Mar 19 Jan 2010 - 19:06

Le membre 'Ectoplasme' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'Odin' :

Résultat :

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Ven 22 Jan 2010 - 20:33

Rhaëg, les derniers souvenirs de son défunt frère enfin refoulés se renfonça dans son fauteuil en calmant les derniers soubresauts de sa colère, le calme retrouvé lui permis d'observer ses "collègues" Ancien du Conseil. Hormis la reine et son conseiller personnel l'assemblé n'était presque composé que de vieux dignitaires de maisons nobles. A la mort de Ledinborn le Conseil avait dut se replier sur lui-même pour assurer la protection des enfants de Baldr ce qui devait expliquer la réticence qu'ils avaient a venir en aide au fils de l'Assassin despote, le jeune prince ne pouvait que comprendre cet égoïsme dont-ils se paraient mais l'heure, comme l'avait si bien dit sa belle sœur n'était plus à l'égoïsme mais à la solidarité entre résistants.

Ce qui l'inquiétait plus que le renfermement du Conseil était les informations que venait de livrer Eowyr Gilmandel. Avec le temps il avait appris à ne plus s'étonner de l'efficacité que montrait ce dernier à rassembler le plus d'informations en un minimum de temps mais il restait toujours impressionné et méfiant de ce talent. Même sa cavalerie n'avait relayé l'information que quelques minutes avant la réunion du Conseil, avec donc un sérieux retard sur le compétant Conseiller.

-Dorian Llwendin

Le nom avait échappé à sa gorge sèche. Ne pouvant s'arrêter maintenant que la parole avait était prise Rhaëg fut contraint de continuer sur sa lancé, son allégeance au couple royal devait prendre le dessus sur l'instinct de vengeance qu'habitait son cœur. Conformément à l'usage Rhaëg se leva pour se placer au centre de l'assemblé, avant de prendre parole d'une voix qu'il rendit moins glacial qu'à son habitude.

- Cependant je me permettrais d'ajouter aux gracieuses paroles de notre noble reine un petit commentaire en espérant qu'il change votre vote pour la protection de nos terres.
Dorian Llwendin est, pour vous et moi, une menace des plus sérieuses. En effet cet elfe détient informations et savoir de notre peuple qui, si ce n'est pas encore le cas peuvent être vendu au despote. Il est de notre devoir de protéger les enfants de Baldr de ce parjure. Si vous ne voulaient le faire pour Siran Bennefoy faite le pour notre royaume. Chassons ce parjure de nos terres et montrons à l'assassin de mon frère ce que les Elfes font des usurpateurs et des envahisseurs.


"Pourvu que ce petit discourt ai réveillé le peu de feu qui brule encore en eux et en espérant ne pas avoir mit le feu aux poudres."

Éteignant le feu de sa voix et reprenant son calme glacial habituel Rhaëg reprit la parole.

- Si le Conseil vote ceci je n'aurai de cesse que de remplir l'honorable mission de protection que vous m'auriez confiée.

Pour ponctuer ses paroles d'un feint respect Rhaëg s'inclina pour retourner à son siège non sans chercher le regard de la reine. Avait-il put aider la triste veuve ? Pourrait-il lui ramener le soutien des Conseillers ? Tellement de questions sans réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Eluthiel GilRea
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 153 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Elfes
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Mar 16 Fév 2010 - 11:17

L’attente semblait interminable. Eluthiel pouvait entendre le grattement des plumes sur les petits bouts de parchemin qui avaient été distribués précédemment à l’assemblée. C’était une torture aussi bien pour ses oreilles que pour son cœur. Ce cœur qui tambourinait tellement fort qu’une oreille attentive aurait pu l’entendre. La Reine des Elfes balayait de son regard les visages de chacun de ses sujets tentant de sonder leur esprit. Mais aucun n’osait la regarder en face… Eluthiel devrait attendre la fin des délibérations. Dans son esprit, elle essayait tout de même de précéder les résultats et la façon dont elle réagirait. Le plus simple aurait été un vote positif. Ainsi, elle n’aurait qu’à féliciter ses sujets pour tant de clairvoyance. Mais si le vote était négatif, oserait-elle aller contre l’opinion du Conseil. Ô mon amour, que ferais-tu à ma place… inspire moi de ta sagesse, je t’en prie ! pria-t-elle intérieurement.

Le vote était à présent clôt. Les deux gardes épluchaient un à un les votes. Tandis que l’un prononçait à voix haute le pour ou le contre, l’autre comptabilisait les voix. Au final, le garde révéla que le résultat était négatif. Cette annonce cingla l’esprit d’Eluthiel comme une violente claque. Elle avait véritablement échoué et son discours n’avait finalement pas réussi à convaincre ses sujets. Elle avait espéré que les temps difficiles transformeraient le mode de pensée des Elfes. Mais, on ne pouvait lutter contre la tradition. Les Elfes les plus anciens restaient enfermés sur leur propre intérêt sans se soucier des royaumes extérieurs.

La rage fulminait dans le cœur d’Eluthiel. Son visage était rouge et ses yeux lançaient des éclairs. Elle envoya un regard de détresse vers son beau-frère Rhaëg et son conseiller Eowyr. Mais elle devait se rendre à l’évidence : la suite des évènements ne dépendait que d’elle et des décisions qu’elle prendrait. Toujours debout, la Reine des Elfes s’écroula dans son fauteuil. Accoudée sur la magnifique table en ivoire, ses doigts fins soutenaient sa tête et son visage exprimait la méditation. Elle essayait de réfléchir aux diverses solutions. Il était clair pour elle qu’elle ne laisserait pas tomber le jeune Siran Bennefoy. Si Ledinborn était là, il ferait tout son possible pour aider ce jeune garçon et protéger son territoire. Même au risque d’aller contre son Conseil…, pensa Eluthiel.

La Reine des Elfes devait à présent prendre une décision. Son conseil s’impatientait et certains commençaient à se disputer accusant l’autre de mener le royaume elfique à sa perte. Un brouhaha s’intensifia dans la Salle du Conseil perturbant ainsi le calme, maître des lieux habituellement. Eowyr semblait impassible comme si l’homme ne savait plus quoi faire. Eluthiel tourna alors son visage vers le prince Gil’Rea. Elle lui fit signe de s’approcher. Rhaëg était le frère cadet de Ledinborn. Tous deux avaient un caractère fort opposé mais un physique ressemblant. Une fois le jeune homme à sa hauteur, Eluthiel lui murmura quelques mots à l’oreille.

Rhaëg, pourrais-tu me rendre un service ? Préviens les gardes que le Conseil s’apprête à quitter la Salle du Conseil. Nous allons nous rendre dans la Salle des Reliques.

La Salle des Reliques était une petite pièce jouxtant la Salle du Conseil. C’était ici qu’était renfermée Throndil, la fontaine de la sagesse. Selon la légende, celle-ci avait été offerte par le dieu Baldr à sa création afin de garder contact avec elle et de la conseiller. Les Elfes étant très pieux, tous croyaient en son pouvoir. Certains affirmaient entendre la voix de Baldr lorsqu’ils se tenaient à côté de la vasque. On pensait même qu’elle reflétait la vraie nature des gens. Pour Eluthiel, son pouvoir était certain. D’ailleurs, elle se disait que si on avait maintenu la tradition durant laquelle on faisait refléter l’âme des Seigneurs Nordiques, peut-être aurait-on pu éviter les mésaventures entamées par Ardiosis Bennefoy…

Eluthiel se leva de son fauteuil, lançant un regard impérieux à chacun. Les visages étaient pâles et interrogateurs. Un éclair de frayeur passa dans les yeux des membres du Conseil. Chacun craignait la réaction de la souveraine pourtant réputée calme, sage et bienveillante. Néanmoins, il fallait se méfier de l’eau qui dormait. Elle pouvait se transformer soudainement en torrent et être aussi dévastatrice qu’une tornade. Le silence régnait à présent. Tous les yeux étaient braqués sur Eluthiel. Celle-ci s’exprima alors d’une voix froide et éloquente.

Ainsi, le Conseil a voté contre ma proposition. Nous sommes tous d’accord pour affirmer que les résultats sont serrés. Dix-huit personnes sont contre, quinze personnes sont pour. Quant au reste, je lui attribue l’excuse d’un avis mitigé. Je prétends donc que la discorde règne au sein du conseil et que ce résultat n’est pas né de la sagesse mais plutôt de la hâte et de la précipitation. Je pense qu’aucun de nous n’est apte à prendre la bonne décision. Ce conseil précipité, les faits qui nous ont conduits à nous réunir ici obscurcissent nos pensées. Je ne peux valider la décision et décide d’y apporter mon veto.

Un immense écho de protestation s’éleva dans la Salle du Conseil. Le visage de la reine devint alors écarlate. Eluthiel leva soudainement les bras et prononça quelques paroles en ancien elfe. Soudain, une bourrasque s’engouffra dans la salle et se mit à soulever les chaises des membres du Conseil seulement de quelques centimètres au-dessus du sol. Aussitôt quelques instants après, les chaises retombèrent lourdement sur le sol. Les membres étaient légèrement sonnés, se demandant ce qui venait de leur arriver. La Reine des Elfes tapa alors violement sur la table ce qui eut pour effet de faire sursauter l’assemblée. Eluthiel était dans une rage terrible. Sa voix était sèche et cinglante.

ASSEZ !!! Je ne permettrai à quiconque de me couper la parole ! Puisqu’il en est ainsi, je déclare ce conseil clôt. Le sort du royaume n’est plus entre vos mains. Vos esprits sont trop tourmentés et brouillés par vos sentiments et vos idéaux. Le destin de notre peuple dépend à présent de notre puissant dieu, Baldr. Nous allons tous à présent nous diriger dans la Salle des Reliques et questionner la fontaine. Peu importe sa réponse, elle sera appliquée immédiatement !

Sans un mot de plus, la Reine tourna les talons et se rendit en grande hâte dans la salle qui abritait la fontaine. Les membres du Conseil la rejoignirent prestement. Agenouillée au-dessus de la fontaine, Eluthiel était penchée au-dessus de l’eau limpide et calme. Respirant calmement, elle concentra les dernières forces qui lui restaient. D’une voix douce et apaisante, elle questionna alors la fontaine.

Ô Throndil, nos âmes courroucées
N’ont su sagement délibérer.
Eclaire nous de ta sagesse,
Pour que ces disputes cessent.
Ta réponse en toute hâte appliquée,
Permettra à notre destin d’être celé.


Eluthiel ferma alors les yeux et formula la question dans son esprit. Elle toucha du bout du doigt l’eau de la fontaine. Aussitôt que le doigt fut en contact avec la surface liquide, des petits cercles naquirent pour s’agrandir et disparaître. La Reine des Elfes retira son doigt et reposa ses mains au bord de la vasque. Gardant les yeux fermés, elle attendait la réponse de Throndil, la fontaine de la sagesse.

_________________

« La Bienveillance est sur le chemin du Devoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/elfe-eluthiel-gil-rea
Ectoplasme
¤ Incarnation du Destin ¤
avatar


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Jeu 18 Fév 2010 - 13:41

Plusieurs minutes s’écoulèrent. Un silence de plomb s’était imposé sur l’assemblée dont les regards étaient rivés sur la Reine agenouillée près de la Fontaine Divine. Les plus suspicieux commencèrent à douter de la véracité des dons divins que l’on octroyait à cette relique. Lorsque les chuchotis brisèrent la tranquillité de la cérémonie improvisée, le Grand Prêtre Nómin Aldaron les fit cesser instantanément, avec sévérité. Puis, les évènements basculèrent. La Reine se releva avec une lenteur démesurée, tremblante de la tête aux pieds. Son regard était vitreux et tous eurent un mouvement d’effroi. Le Conseiller Eowyr voulut se hâter de la rejoindre pour lui prêter soutien, mais le bras de Nómin le retint fermement. Dans un murmure, il expliqua :

« Non, restez à votre place. Elle est touchée par la grâce de Baldr. »


La Reine resta quelques secondes, prostrée et tremblante. Puis son agitation cessa et elle se dressa sur la pointe des pieds. Ses prunelles étaient toujours dépourvues de couleur. Ses lèvres remuèrent alors et d’une voix qui n’était pas la sienne, mélange de plusieurs sonorités, graves et aigus, masculines et féminines, elle énonça :

Esprit Tourmenté mais Cœur Vaillant,
Tel est le tempérament du Prince Siran.
Le Chant mélancolique de l’Oiseau
Ne saurez porter le lourd Fardeau
De la perte d’un illustre allié
En ces temps sinistres et troublés.
Ecoutez tous l’appel de votre Reine,
Car vers la lumière, c’est elle qui vous mène.

Quelques secondes après, ses yeux reprirent leurs teintes habituelles et la Reine chancela. Eowyr accourut la soutenir et lui proposa de s’asseoir. Le Grand Prêtre quitta le troupeau formé par l’Assemblée dont les voix résonnaient à présent dans un brouhaha infernal, pour aller regarder dans la Fontaine. Ses doigts glissèrent jusqu’au fond de la vasque, baignant dans l’eau sacrée ses mains fripées par le temps. Il se tourna alors vers l’Assemblée et leva ses deux bras vers le ciel, faisant couler quelques gouttes jusqu’au sol par la même occasion. Sa voix, encore puissante malgré son âge, imposa le calme instantanément.

« Ecoutez tous ! Notre Dieu nous a éclairés de sa grande sagesse et dans sa bonté, il nous a offert réponse à nos doutes. Le Chant divin nous conseille de suivre notre Reine, d’écouter sa parole et de nous reposer sur son jugement. Il se tourna vers Eluthiel et s’inclina respectueusement. Votre Majesté, la Fontaine a tranché. Vous êtes notre Gardienne et seule votre décision nous mènera vers les chemins les moins ténébreux. »

Le Grand Prêtre s’en retourna au cœur de l’assemblée, qui n’avait pas bronché depuis la fin de son discours. Il se mit aux côtés de Rhaëg et lui fit un petit clin d’œil. Tous les yeux étaient désormais tournés vers la Reine, aux côtés de laquelle se tenait son Conseiller le plus dévoué. Il se pencha vers elle, et chuchota quelques mots que seule cette dernière pouvait entendre.

« Quelque soit votre décision ma Reine, mon soutien sera le vôtre. Votre beau-frère semble prêt à mener ses troupes contre l’envahisseur et si tel est votre choix, je l’accompagnerai pour m’assurer de la sureté du prince Siran. »

_________________

Je suis votre passé, votre présent, votre futur.
Je suis le seul maître de votre Destin.
Vous ne pourrez pas m'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Ven 19 Fév 2010 - 10:58

La rage qu'avait contenu à grande peine la reine s'échappé à présent de tous son corps, retrouvant son siège elle méditait, le petit discourt pourtant convaincu de Rhaëg c'était vue relégué au rang de simple bavardage, parmi les chuchotements de plus en plus bruyant des conseillers. Une chose était sur, si la reine ne l'avait pas entendu le conseil ne pouvait l'ignorait et maintenant engagé Rhaëg ne pouvait guère changer d'avis.

Alors qu'il attendait la réaction de sa reine le prince croisa son regard, un regard déterminé s'il avait gardé ne serai-ce qu'un peu de sa connaissance de la politique. D'un geste elle lui intima de s'approcher et d'un pas mesuré il obéit, comme toujours... La voix chantante de la reine ne put pourtant pas cacher toute la lassitude qu'elle éprouvé sans arrêt depuis la mort de Ledinborn. L'ordre murmuré était implacable et Rhaëg après le tressaillement qu'il ressentit en prince toujours obéissant se dirigea lentement en slalomant entre les quelques conseiller sur son passage.

Ayant repris son visage composait les hauts-dignitaire elfes ne l'approchèrent pas, étrange habilité mais pourtant quelques fois pratique qu'il avait. La petite pièce (pour un palais..) construite en cercle autour d'un piédestal qui supporté sans grande peine le poids de cette large vasque qu'était la fontaine de la sagesse, la mythique Throndil.

Seul deux gardes, protégeaient la petite pièce surement un ministre ayant décidé de faire quelque économie en avait réduit le nombre en sachant surement que pour atteindre l'endroit il fallait traverser la moitié de palais. Les gardes reconnaissant le général et le prince qu'il était s'inclinèrent avec empressement.

-Le conseil va maintenant se rassembler dans cette salle, allaient tous les deux prévenir vos camarades et faite venir un remontant et prévenait les servantes de sa majesté qu'elle sera exténuait.

La seul autre fois où Rhaëg avait vue Throndil en action il avait put constater le résultat sur la santé immédiate de son père, qui avait était pris de fatigue. Son hypothèse était que la vasque devait puiser dans les réserves énergétiques du sujet.

Voila qui est fait !

La voix de la reine se fit plus forte dans son dos en même temps que les derniers chuchotements des conseillers s'éteignaient, dès que la voix se tut le brouhaha repris de plus belle à nouveau supprimé par la monarque. Quand pour la troisième fois la reine se tut, ses pas bientôt suivit de tous les autres se firent entendre. S'écartant du chemin Rhaëg se mit à côté de Throndil face à l'entré.

Quand le rituel eu lieu Grand Prêtre, Eowyr et lui furent les seul à rester à peu près calme tout en ayant des réactions différentes. Nómin Aldaron le Grand Prêtre s'empressa d'apporter son sage soutien à la reine entrainant avec lui bon nombre des autres elfes. Le conseiller lui ne dit rien mais se pressa de soutenir sa reine. Rhaëg, sachant déjà ses position bien claires, se contenta de renvoyer le clin d’œil du vieux sage d'agrémenter d'un bref sourire les chuchotements de se dernier et de réitérer à haute-voix sa proposition de conduire les soldats chargés de ramener le jeune prince Siran.

Un jeune serviteur se pressa entre les conseilles portant sur un plateau d'argent une cruche de lai ainsi que quelques biscuits destiné à la reine. Rhaëg ayant finit de parler prit un des petits gâteaux par reflex. Se rendant compte de sa réaction d'un autre temps où il en était destinataire il souri faiblement, le rouge aux joues.
Revenir en haut Aller en bas
Eluthiel GilRea
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 153 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Elfes
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   Dim 21 Fév 2010 - 15:51

Cela faisait seulement quelques secondes qu’Eluthiel avait touché l’eau sacrée qu’elle se sentit alors défaillir. Une chose était certaine, elle n’était plus maître de son corps. D’ailleurs, la Reine des Elfes n’était même plus dans son corps. Elle avait l’impression que son âme s’était envolée au loin. Une sensation de douce chaleur bouillonnait dans son cœur attendri. Le sourire aux lèvres, elle éprouvait à nouveau ce sentiment de béatitude si ancien. C’était cette sensation qu’elle ressentait lorsque Ledinborn était toujours en vie. Son esprit flottait dans des vapeurs épaisses. Soudain, ces vapeurs se matérialisèrent en un jardin très coquet. Elle le reconnut aussitôt, c’était le parc du palais. Là au loin, une silhouette était assise sur un banc en pierre blanche. Eluthiel se rapprocha alors de la personne. Plus elle s’avançait et plus son cœur battait à la chamade. Elle avait l’impression de reconnaitre cette taille fine, ces cheveux argentés et ce dos si élégant. C’est impossible, je rêve…, se dit-elle. Elle contourna l’individu et soudain son souffle fut coupé. Des larmes perlèrent au coin de ses yeux pour glisser le long de ses joues douces et pâles.

Ledinborn, comment est-ce possible ? Suis-je morte ?

Son époux la regardait droit dans les yeux et lui souriait. Il semblait heureux et calme. Ses yeux exprimaient la sérénité et eurent pour effet d’apaiser l’âme d’Eluthiel. Celle-ci tendit sa main pour caresser la joue de son bien-aimé mais il était déjà trop tard. La silhouette s’éloignait d’Eluthiel, disparaissant alors dans ce jardin redevenu vapeur. La Reine resta de marbre, les larmes embuant ses yeux aussi bleus que les océans lointains. Soudain, elle se mit à chanceler manquant de s’écrouler au sol…

Eowyr était intervenu pour la soutenir. La reine reprit alors conscience des alentours. Elle se trouvait dans la Salle des Reliques, au milieu de son Conseil. Assise aux côtés de son Conseiller, la Reine ne pouvait expliquer ce qui venait de lui arriver. Elle avait la tête qui tournait et se sentait étrangement affaiblie. Levant le regard vers Eowyr, elle lui demanda ce qui avait bien pu se passer. Mais avant que le jeune elfe ne lui réponde, le Grand Prêtre Nómin Aldaron apporta la réponse. Le dieu Baldr s’était exprimé au travers de son être…

Les souvenirs de cette transe restaient flous. Eluthiel dut rassembler toute sa force et sa concentration pour répondre aux attentes du Grand Prêtre et d’Eowyr. Ce dernier lui souffla qu’il fût prêt à partir avec Rhaëg ainsi les troupes de celui-ci au secours du jeune Siran Bennefoy. La Reine des Elfes acquiesça. Elle devait compter sur des personnes de valeur sûre pour mener à bien cette mission. Elle-même ne pouvait s’y rendre malheureusement. Les risques d’accident ou de mort étaient trop grands pour qu’elle parte contrer les attaques des mercenaires. Le royaume avait besoin d’elle. Même si elle était une cavalière et un archer émérite, elle serait plus utile sur son trône. Elle se leva, soutenue par son Conseiller et déclara d’une voix ferme les ordres à accomplir.

Assemblée, notre Grande Prêtre Nómin Aldaron a su déchiffrer les paroles de notre bienveillant père créateur Baldr. Suite à l’avis de Throndil, je déclare officiel le sauvetage de Siran Bennefoy, le fils du Parjure. Avec l’avis de mon Conseiller, je demande à Rhaëg Gil’Rea, Prince et Capitaine, de mener à bien cette mission. Eowyr Gilmandel se propose de l’accompagner, ce que j’apprécie et accepte également. Ainsi et sans plus tarder, je vous prie, à tous deux, de partir le plus tôt possible. Que la grâce de Baldr vous accompagne dans votre quête.

Eluthiel en avait fini avec ce Conseil qui s’éternisait. Elle était ravie que la force divine se fût jointe à elle. Avant de quitter la Salle des Reliques, elle déposa un baiser sur le front d’Eowyr et de Rhaëg. Elle leur souhaita à nouveau bonne chance et disparut, loin de la foule de ministres et conseillers. Eluthiel gagna rapidement ses appartements privés et se glissa dans ses draps. Elle n’avait qu’une envie, s’était de s’endormir et retrouver cet état de léthargie dans lequel elle s’était sentie si bien auparavant…



[Rp terminé]

_________________

« La Bienveillance est sur le chemin du Devoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/resistance-f131/elfe-eluthiel-gil-rea
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Situation d'urgence [*]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Situation d'urgence [*]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Haiti à l'heure d'un renouveau :situation socio-économique
» REPORTAGE PHOTOGRAHIQUE SUR LA SITUATION DES BRACEROS HAITIENS EN DOMINICANIE
» Haïti/ La situation socioéconomique désastreuse pourrait être uti
» Jeune Afrique autour de la situation geopolitique mondiale
» La situation en Bolivie tourne à la crise régionale.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 6-