AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Calidra-Van'Gil
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 32 ans
Clan : Terreur
Fonction : Conseillère du Roi
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]   Dim 13 Déc 2009 - 14:03

Troisième jour,
Treizième semaine de l'an 835,
Début d'après-midi.


L’air était glacial ce matin là. Sous les draps de coton et malgré l’épaisse fourrure qui recouvrait le lit de Calidra, celle-ci tremblait de tous ses membres. Le feu s’était éteint durant la nuit et la cendre grisâtre trônait dans l’âtre, attendant la naissance de nouvelles braises. La matinée était déjà bien entamée aux vues de la hauteur de l’astre rayonnant. Malgré les nombreux nuages, on pouvait apercevoir sa ronde silhouette. La conseillère orthodoxe n’avait pas envie de se lever. La veille, elle avait du travailler sur une affaire compliquée jusque tard dans la nuit. Elle s’était couchée avec un mal de tête insupportable qui avait résisté jusqu’à son réveil. La tête encore endolorie, Calidra était de mauvaise humeur. Posant un pied sur le sol froid, elle se dirigea vers sa coiffeuse et ouvrit un petit tiroir. Celui-ci contenait plusieurs herbes médicinales. Calidra en choisit quelques unes méticuleusement et appela une de ses servantes qui arriva quelques instants plus tard en s’inclinant respectueusement devant la jeune femme.

Bonjour Délissa, pourrais-tu me préparer une tisane avec ces herbes médicinales s’il-te-plaît ? Elles devraient me faire passer cette désagréable migraine. Je te remercie.

La servante prit les herbes et fila directement aux cuisines. Plusieurs minutes s’écoulèrent. Calidra en profita pour passer un peignoir rouge foncé brodé de motifs dorés. Elle ralluma le feu qui reprit vie rapidement et s’installa dans le fauteuil qui y faisait face. C’est alors qu’on toqua à la porte. C’était Délissa qui revenait avec la tisane. Calidra prit la tasse et remercia chaleureusement sa servante. Elle sirota tranquillement son jus laissant divaguer son esprit. Elle repensa alors aux derniers évènements du Gwendir : le procès de Lord Aziel’Da, son entrevue devant le palais avec Naomeïra et Erendil, l’annonce officielle de la promise du roi orthodoxe, la capture du prince elfique… et plus ancien, la mort de Gweon San’Veck.

En effet, la mort du feu roi avait bouleversé la conseillère orthodoxe. Un lien étrange s’était tissé entre eux, comme celui qui unissait un père à sa fille. Calidra avait pleuré des jours la mort de Gweon sans que personne ne le sache. Sa réputation de femme froide et impartiale n’en devait pas être affectée. C’était pour cela qu’elle préférait se cacher plutôt que d’afficher publiquement sa tristesse. Beaucoup d’infamies furent dites à ce sujet. Certains pensaient que Calidra se réjouissait de cette mort car elle pourrait ainsi se rapprocher du trône. D’autres disaient qu’elle ne possédait pas de cœur et que, bien que cette mort pût l’attrister, elle n’était pas assez bouleversante pour susciter le chagrin de la conseillère orthodoxe. Ainsi, en plus de la mort de Gweon, la jeune femme fût affectée par tous ces vilains commérages.

Calidra, ayant terminé sa tisane, se leva et se dirigea vers la salle de bain. Elle se glissa dans sa baignoire préalablement remplie d’eau et d’huiles aromatiques par ses servantes. Les effets de la tisane et des huiles lui ôtèrent sa migraine et la détendit. Ainsi, elle se replongea dans un profond sommeil qui fût interrompu par Délissa. En effet, la conseillère avait dormi jusqu’à l’heure du déjeuner. Elle se sécha, se vêtit rapidement puis avala une légère collation. La jeune femme n’étant pas d’humeur à travailler préféra aller flâner dans les ruelles d’Iboa. Son errance la mena alors jusqu’aux portes du temple de Thor. Calidra n’y était pas revenue depuis les obsèques de Gweon San’Veck. En orthodoxe pieuse, elle pensa que ce fût le tout-puissant Thor qui l’avait menée jusqu’ici. D’un pas décidé, elle entra dans le temple où régnait une odeur d’encens. Plusieurs cierges étaient allumés malgré une quasi-pénombre et des novices parcouraient par-ci par-là les allées du temple. La jeune femme se dirigea vers l’un d’entre eux.

Excusez-moi jeune servant de Thor. Pouvez-vous me mener au Grand Prêtre du temple je vous prie.

Le jeune garçon hocha la tête et lui demanda de la suivre. Calidra marchait dans l’ombre du novice ne sachant où il l’emmenait. Mais là où elle irait se trouverait la voix de Thor, Unader Ocilag, le Grand Prêtre orthodoxe.

_________________

« La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ».


Dernière édition par Calidra Van'Gil le Mar 9 Fév 2010 - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/impriaux-f132/orthodoxe-calidra-van-g
Unader-Ocilag
Gwendirien


Féminin Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]   Mer 23 Déc 2009 - 10:14



    • L'astre solaire fleurissait au-dessus des montagnes, illuminant les flancs déchiquetés du Mont Erild. Une poignée d'hommes aux vêtements bleu et blanc s'exerçaient dans une cour dégagée du Temple. Des faisceaux sifflaient, des sphères fusaient et s'écrasaient contre des cibles imaginaires ou se faisaient arrêter par un adversaire un peu trop chevronné dans la maîtrise des boucliers. L'air frais crépitait sous l'assaut des sortilèges. Unader suivait avec intérêt un duo de novices arrivés depuis peu qui tentaient mutuellement de se geler les pieds. Chacun brandissait son bâton, la mine farouche, essayant de détourner l'attention de son voisin en lui balançant des projectiles glacés. Le visage tendu dans une concentration inflexible, aucun ne semblait vouloir céder, et le combat s'éternisait sans jamais vouloir aboutir.
    On devait ce petit rassemblement à une idée du Grand Prêtre. Cette semaine passée à Yswllyra lui avait offert un précieux temps libre duquel il s'était départi en réflexions. Même loin du Temple, il n'en restait pas moins conscient. De plus, penser à autre chose que sa condition lui avait permis d'ignorer cette sournoise bienveillance qui avait semblé accompagner chacun de ses pas dans la capitale humaine. Sa méfiance avait grandi, sans pour autant que cela ne devienne de l'aversion. Sans doute aurait-il su apprécier la beauté de l'austère cité si elle ne paraissait pas être constamment le théâtre de sombres affaires.

    • Peu de temps après être revenu, le serviteur de Thor avait proposé à ceux qui le désiraient de se réunir quotidiennement afin d'exercer leur magie. À sa grande satisfaction, il y avait eu plusieurs volontaires à se présenter. Majoritairement c'était surtout de jeunes ascètes désireux de montrer leurs talents qui avaient répondu présent, cependant quelques prêtres d'âge plus mûr les avaient rejoints. Unader avait offert une seconde jeunesse à une cour intérieure, celle où il se tenait en ce moment même. Elle faisait usage d'un petit terrain d'entraînement, plusieurs impacts dans la pierre causés par un quelconque sortilège étaient là pour en témoigner. Jusqu'à ce jour, elle était utilisée plutôt rarement par quelques servants de Thor, quand ceux-ci trouvaient du temps à consacrer entre les prières, les confessions, la méditation et pour d'autres, les parchemins et les livres. Lui-même, il y a des années de cela, alors qu'il s'habituait à peine à marcher dans les longues allées du sanctuaire, préférait flâner dans la bibliothèque plutôt que de s'attarder à pratiquer sa magie. Il prenait ses pouvoirs pour acquis et suffisamment puissants pour daigner s'en soucier. Ce n'était qu'après avoir quitté les terres de Loki que le doute était venu s'insinuer. Ou peut-être était-ce la peur qui le poussait à trop se questionner. Tant d'évènements s'étaient succédé à une vitesse surprenante, comme si un démon farceur s'amusait à dérégler le sablier du temps. Si pour l'instant l'ordre ecclésiastique semblait écarté, Unader doutait que cela en soit toujours ainsi ; il ne pouvait que remettre ses préoccupations aux mains de son Père Céleste.

    • Le Grand Prêtre n'observait plus le combat, ni rien d'autre d'ailleurs. Ce fut le regard perdu qu'il prit conscience qu'on le sollicitait. Le novice embarrassé qui se tenait à son côté rosit légèrement lorsque se posèrent sur lui deux prunelles pourpres entaillées de noir en leur milieu, et lui apprit qu'on désirait lui parler. Unader le remercia d'un geste avant qu'il ait pu glisser le nom de ce mystérieux demandeur. Chose bien inutile quand on y pensait, car celui-ci venait d'apparaître sous les traits de la Conseillère orthodoxe. Vaguement surpris de la voir dans le sanctuaire, il cacha néanmoins son étonnement et s'avança d'un pas leste, un mince sourire aux lèvres comme de coutume.

    « Dame Calidra, ce Temple est ici comme votre propre demeure. »

    • Le serviteur du dieu guerrier brûlait de savoir ce que souhaitait la conseillère, mais quelle que fut l'ardeur avec laquelle cette question désirait franchir ses lèvres, il n'en fit rien, préférant laisser la jeune femme l'aisance de lui expliquer sa requête. Il l'invita d'un geste à s'écarter des combattants et des sorts qui jaillissaient de-ci de -là en de sporadiques rayons de lumière.


_________________

- Unader Ocilag -
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calidra-Van'Gil
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 32 ans
Clan : Terreur
Fonction : Conseillère du Roi
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]   Sam 9 Jan 2010 - 13:48

L’air était légèrement frais. Un petit courant d’air chatouilla le cou de Calidra qui resserra la fourrure de bison autour de ses épaules. Ses pas résonnaient dans la grande nef du Temple de Thor. Ce dieu était aussi imposant par son physique que son élément, la foudre. Depuis sa plus tendre enfance, la jeune femme avait toujours admiré le dieu mais aussi toutes les histoires mythiques qui l’entouraient. Elle le considérait comme un des dieux les puissants après Odin, bien-sûr. Tout en suivant le novice, elle fit un rapide geste en direction de l’immense statut du dieu, saluant ainsi le Père de tous les Orthodoxes.

Le jeune homme l’amena dans une petite cour intérieure du temple. Là, il y avait plusieurs religieux qui semblaient combattre. On pouvait voir ainsi des lumières fuser dans tous les sens et s’écraser soudainement contre des boucliers invisibles. Les mines étaient concentrées et les regards emplis de défi. Tous les hommes étaient tellement imprégnés par leur combat, qu’aucun ne remarquèrent la présence de la conseillère du Roi. D’un côté, Calidra se rassurait ainsi de ne pas avoir à entretenir de conversation avec ces hommes-là mais d’un autre côté, elle aurait aimé qu’ils s’inclinent face à elle aux vues de son statut proche du roi.

La jeune femme n’eut pas le temps de méditer plus longtemps. Le novice l’avait amenée au Grand Prêtre qui se retourna vers elle. Le jeune novice, dont les joues avaient rosies depuis qu’il s’était adressé à Unader, décampa immédiatement, laissant le Grand Prêtre et la Conseillère seul à seul. Dans son étonnement, pas moins ravi et fier, la jeune orthodoxe remarqua que le serviteur de Thor se souvenait d’elle lorsqu’il lui souhaita la bienvenue au Temple. Répliquant immédiatement, Calidra était amusée de la situation : c’était la personne qu’elle avait vu le moins ces derniers temps qui se souvenait d’elle. D’ailleurs, elle n’hésita pas à le faire remarquer.

Grand Prêtre, je suis étonnée que vous vous souveniez de moi ! On ne peut pas dire que ces derniers temps j’ai été une fidèle remarquable… Je ne suis pas revenue ici depuis l’enterrement de sa Majesté Gweon. Que Thor me pardonne. J’espère que vous prierez en ma faveur son pardon ?

L’Orthodoxe avait pris une mine inquiète. Bien qu’elle restât confiante en Unader et en ces prières, elle craignait tout de même la réaction de Thor. Même s’il existait des péchés plus graves, un écart de conduite pouvait être facilement puni, ne serait-ce pour donner une leçon. Ainsi, elle souhaitait activement que le Grand Prêtre mit tout en son pouvoir pour éviter à la conseillère du Roi une quelconque punition. Elle invita alors le serviteur de Thor à faire une petite promenade dans le temple, afin de se réchauffer. Soucieuse de la punition qui l’attendait pour n’avoir pénétré dans le temple ni fait d’offrande depuis plusieurs semaines, elle s’empressa de supplier encore Unader pour sa clémence.

Permettez-moi d’insister… Je n’ai pas été vraiment une fervente fille de Thor ces derniers temps. Et je crains véritablement que Thor ne m’accorde pas son pardon. Je n’ai pas assisté aux dernières cérémonies, je ne me suis pas confessée et je n’ai pas fait d’offrande. Mais je vous avoue que depuis la mort de Gweon, venir ici m’est pénible… Un si bon et honnête roi nous a quittés ! Et que dire de son misérable fils… Pourquoi Thor permet-il à ce misogyne de régner ? Pourquoi Thor laisse-t-il faire, tout simplement ?

_________________

« La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ».


Dernière édition par Calidra Van'Gil le Mar 9 Fév 2010 - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/impriaux-f132/orthodoxe-calidra-van-g
Unader-Ocilag
Gwendirien


Féminin Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]   Sam 16 Jan 2010 - 20:32


    • Les bras croisés, ses doigts effilés cachés sous ses amples manches, une lueur amusée passa dans les yeux du clerc. La rhétorique de la jeune femme n'avait pas de quoi l'étonner -après tout, avec la fonction qu'elle exerçait, il était de mise d'être spontané. De plus, les oppositions courantes qui opposaient Erendil et sa conseillère n'échappaient pas aux oreilles indiscrètes, fussent-elle cabalistiques. Jusqu'à présent, Unader n'avait jamais vraiment parlé à la jeune orthodoxe, et les souvenirs qu'il conservait d'elle étaient vagues et remontaient à plusieurs semaines. Pourtant, il n'avait pas hésité une seule seconde quand elle s'était approchée. Il l'avait tout de suite reconnue, grâce au pendentif qui se balançait mollement à son cou. Un collier d'une simple beauté dont le jade brillait d'un éclat vert. Le prêtre avait toujours eut le don d'accrocher sa mémoire aux détails insignifiants, surtout aux pièces d'orfèvrerie auquel il portait une immense admiration. Elles avaient l'exquise nature d'être uniques et d'avoir une valeur différente selon les yeux qui les observaient...

    • Nombreux étaient les fidèles qui se rendaient chaque jour au Temple pour y demander rédemption, conseil ou protection au Grande Père des Orthodoxes, surtout en ces temps. Les demandes étaient aussi diverses et variées que le nombre d'individus qui peuplaient ces terres. Thor faisant figure d'une extrême sévérité, c'était prioritairement la crainte de représailles qui poussait les gens à venir se confesser. Personne n'avait réellement envie de voir la foudre lui tomber dessus, et même si les seules histoires qui contaient ce genre de châtiment relevaient du domaine imaginaire, cela restait persuasif.

    « Je prierai pour chaque âme qui usera de son courage pour avouer ses fautes, car c'est dans cet optique que Thor a façonné ses enfants. Néanmoins, je ne puis que vous conseiller d'être plus assidue à l'avenir. Votre pardon dépendra de votre repentir. »

    • Le prêtre avait volontairement adopté un ton ferme mais rassurant. La mention du feu Roi avait comme éveillé en son interlocutrice un soupçon de tristesse et l'intonation du prêtre avait été, sans trop le vouloir, plus douce que d'ordinaire. La mort du bien-aimé souverain Gweon, restait encore fraîchement présente dans les esprits pour n’être qu’un sujet banal. On en parlait par murmures, souvent emprunts de respect et de regret. Et pourtant, la grandeur fanée du précédant monarque d'Iboa subsistait toujours au sein des esprits.

    • Empruntant une allée qui conduisait en intérieur, le clerc sentait l'air se réchauffer progressivement à mesure qu'une odeur d'encens flottait plus distinctement. Une tapisserie représentant une quelconque scène mythologique où la genèse de la race orthodoxe venait de temps en temps ajouter une touche colorée éparse aux murs lisses et froids, mais dans l'ensemble, l'architecture restait sobre comme le visage des religieux qui arpentaient les couloirs. Unader regardait devant lui, le son des pas à ses côté l'assurant de la présence de la conseillère. Leur échange tourna bien vite vers l'inévitable sujet du monarque orthodoxe. Unader avait pris le temps de réfléchir à la question avec le recul qu'il réservait aux confessions ; car lieu n'était pas de se fier aux vis-à-vis, mais bien d'observer et de penser avec neutralité.

    « Je ne crains pouvoir vous promettre l'immunité que vous recherchez, ou tout au moins, il serait prétentieux de ma part de vous offrir la rédemption sûre de vos péchés alors que je ne serai jamais qu'un pieux serviteur de Thor. Mais soyez assurée que je recommanderai votre pardon et ferait brûler de l'encens pour que notre Père Sacré vous accorde ses auspices. Le prêtre tourna la tête vers Calidra, essayant de discerner ce qui pouvait traverser son esprit. Quant à vos interrogations, il me semble que vous doutez de Thor ; que vous dit votre foi ? »

_________________

- Unader Ocilag -
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calidra-Van'Gil
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 27
Age : 32 ans
Clan : Terreur
Fonction : Conseillère du Roi
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]   Mar 9 Fév 2010 - 16:20

Au fil de leur discussion, les deux protagonistes avaient emprunté un couloir du temple, où une agréable chaleur se faisait ressentir. La peau glacée de Calidra semblait fondre au fur et à mesure qu’elle s’enfonçait dans les dédales du temple. Bientôt, sa cape imposante surmontée de fourrure d’hermine lui tenait trop chaud. Elle la retira donc et la posa sur son avant-bras, la serrant contre sa poitrine afin qu’elle ne trainât pas par terre. La conseillère ne savait si se déshabiller de la sorte se faisait devant un Grand Prêtre. Néanmoins ceci était fait et elle ne ressentit aucun malaise de la part d’Unader. Toutefois, celui-ci était connu pour dissimuler parfaitement ses pensées. Lorsque Calidra fixait son regard, celui-ci demeurait insondable.

Une odeur d’encens flottait dans l’air. Cette senteur si particulière lui rappelait les cérémonies religieuses de son enfance. Dès qu’elle sentait cette odeur, aussitôt l’immense statue de Thor apparaissait dans son esprit, fier et imposant. Ramenant ses pensées à l’instant présent, elle aperçut au détour d’un couloir une tapisserie magnifique accrochée au mur. C’était une scène mythologique. Calidra n’aurait su dire à quoi elle faisait référence. Il fallait bien dire qu’elle n’avait pas remis le nez dans les anciens livres religieux depuis son enfance. Dès qu’elle eut l’âge d’accéder aux grandes bibliothèques, l’orthodoxe s’était plutôt tournée vers des livres de droit et des parchemins relatant les droits et devoirs du peuple de Thor. Sa lecture n’avait guère changé depuis cette époque… Gênée, elle n’osa pas demander au Grand Prêtre ce que cette scène représentait et préféra attendre la réponse à ses précédentes questions dans le plus grand des silences.

Unader prenait toujours le temps de répondre aux questions. Mais en général, ses réponses étaient toujours grandement appréciées. Chaque orthodoxe y voyait l’allégorie de la sagesse que seuls les plus puissants du royaume du Mont Erild pouvaient posséder. Avec impatience, Calidra se délecta des paroles du Grand Prêtre. Néanmoins, une pointe de déception se lisait sur son visage. Bien qu’Unader lui assura de prier pour elle et de faire brûler de l’encens, il la questionna à son tour sur ces propres interrogations. Que lui disait sa foi ? Calidra n’avait jamais vraiment pris le temps l’écouter. Elle écoutait uniquement son instinct. Peut-être était-il temps qu’elle questionnât sa croyance et les cieux…

Elle tourna alors la tête vers le Grand Prêtre qui la fixait. L’allure étrange de celui-ci faisait émaner une certaine peur chez certains enfants de Thor et Calidra en faisait parti. Elle ne pouvait soutenir son regard, se sentant intimidée par cette force supérieure et mystérieuse. Le mystérieux, porte vers l’inconnu, était la crainte de tous. Et Unader en était l’allégorie pour la conseillère orthodoxe… Arrivant dans la grande nef, la jeune femme s’installa sur un des bancs en bois installés sur les côtés du temple. Son regard fixait le sol. Elle tourna alors ses yeux sombres vers la statue de Thor comme si celle-ci allait répondre à son questionnement. Pouvait-on douter d’un dieu si puissant ? Sa voix, certes basse, s’éleva dans les immenses voûtes du temple.

Ma foi me dit de ne pas douter. Toute chose détient une explication. Et si Thor a permis au fils de Gweon San’Veck de monter sur le trône, c’est qu’il doit en être ainsi… Après tout, nous avons tous une face cachée, un jardin secret au creux de notre cœur… Peut-être que le monarque n’a-t-il pu encore nous démontrer ses talents politiques…

Elle releva le visage vers Unader. Calidra semblait avoir eu une illumination, comme si ses pensées étaient devenues limpides.

Et puis après tout, je détiens toujours mon poste de conseillère du roi. Gweon San’Veck a chuté mais je suis toujours debout ! J’ai su faire confiance à Gweon… Pourquoi son fils serait différent ? Le même sang coule dans leurs veines. L’ancien monarque m’a accordée ma chance alors que je n’étais qu’une jeune femme dans un monde masculin impitoyable ! Il est de mon devoir d’en faire de même pour son fils…

Calidra se leva et se tint debout face au Grand Prêtre. Une seule question avait suffi à répondre aux doutes de l’orthodoxe et d’éclaircir son esprit. Unader était vraiment incroyable. Sur le point de remercier le fils de Thor, un garde, au visage rouge et affolé, vint lui tapoter dans le dos et lui glissa quelques mots à l’oreille. D’un hochement tête, elle le congédia. Une affaire urgente demandait sa présence.

Ô puissant Grand Prêtre, veuillez excuser mon départ précipité mais des affaires urgentes au Palais m’attendent. Je vous remercie pour votre précieuse clarté. Puisse Thor vous protéger !

Tournant les talons, Calidra remit sa cape sur ses épaules et retrouva le froid glacial de l’extérieur. Son étalon, nommé prétentieusement Thor, l’attendait. Elle l’enfourcha et galopa à vive allure jusqu’au Palais, manquant de justesse de renverser un homme dont le visage était encapuchonné. Si la conseillère orthodoxe avait fait plus attention, peut-être aurait-elle remarqué que celui-ci dissimulait d’étranges choses sous sa cape…

_________________

« La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/impriaux-f132/orthodoxe-calidra-van-g
Unader-Ocilag
Gwendirien


Féminin Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]   Jeu 18 Fév 2010 - 17:37


    • Sa question porta son hôte à réfléchir, même si la déception se dessinait sur son beau visage. S'il n'avait pas apporté plus de réponse, ce fut moins pour pousser la jeune femme à se remettre en cause que parce que le prêtre ne savait point que trop en penser non plus. En effet, il n'avait jamais réellement remis en cause l'opinion de son monarque, sans pour autant la cautionner. Sans être fataliste, il se surprenait à rien n'y trouver de surprenant. Sa logique prenait sa source dans la genèse que lui contaient les écrits du Temple. Lors sa création, Thor décida de créer une race exclusivement masculine, à l'instar de sa soeur céleste dont le peuple était quant à lui majoritairement féminin. Comment alors blâmer l'étroitesse d'esprit d'un de ces descendants ? Certes, Unader doutât que la Reine Amazone entretienne une vision aussi radicale que leur monarque, mais il n'en restait pas moins que les femmes composaient essentiellement leur corps politique. Mais était-ce chercher des excuses que se baser sur des parchemins rédigés il y a de cela une éternité ? Le Grand Prêtre connaissait la triste histoire de leur suzerain, soumis trop jeune à une dure réalité. Mais entre ce que les langues colportent et ce que la vérité sait, le fossé est incommensurablement profond. Néanmoins, il ne pouvait s'empêcher d'admirer cette femme qui se battait à tout instant pour conserver son rôle et servir un Roi pour qui elle n'éprouvait que de l'aversion, juste dans l'idéal de servir son peuple.

    • Le prêtre n'osa point perturber les réflexions celle-ci. Leur chemin les conduisit finalement dans un lieu familier. Les vitraux diluaient une faible lumière, presque intime, adoucissant l'austérité du Temple, tandis que Thor surveillait d'un oeil bienveillant les offrandes que des milliers de fidèles venaient chaque jour déposer à ses pieds. Le Grand Prêtre prit place à côté de la conseillère, qui après de longues secondes lourdes de silence, lui dévoila enfin ses pensées. Ainsi il avait suffi d'une seule interrogation, pour ne pas dire quelques mots, pour que la jeune orthodoxe se penche au-delà de son antipathie pour le souverain alors que tant de gens s'effarouchent et s'ancrent sur leurs avis sans se remettre en cause, sans se dire peut-être... Ce que l'on prend trop souvent pour un gage de confiance en soi n'est que la simple peur de changer de vision. Quelquefois peu de choses était nécessaire pour simplement porter un regard différent sur un monde parfois cruel ou inversement, les idées mettaient plusieurs siècles pour éclore et se faire entendre... D'un ample mouvement de cape le serviteur de Thor se leva et porta ses prunelles mauves sur Calidra.

    « Ma Dame, je ne peux que m'incliner devant votre ouverture d'esprit. Je ne puis me mettre à votre fonction, je ne puis qu'en imaginer les charges. Cependant, même s'il semble que Sa Majesté le Seigneur San'Veck ait sa propre perception des femmes, je répondrais que tous, nous portons nos valeurs et nos défauts, dépendamment de nos convictions. Et Thor alors ne peut que nous guider, parfois moins vite que les évènements, car il serait odieux de façonner l'esprit de ses Enfants et impossible d'arrêter la course du Temps.

    Ainsi tant de gens s'accrochent à leurs certitudes de peur de choir, mais peut-être la seule conviction est de savoir s'en écarter quand vient le temps de l'erreur ou du doute. En cela Thor nous laisse apprendre et comprendre nous-mêmes.
    »

    • Alors que le clerc acheva ses paroles, un éclair fugace sembla scintiller un instant dans les yeux de son interlocutrice dont soudain, tout doute s'était envolé. Une fière assurance anima ses paroles et Unader pensa que c'était avec cette même fougue que la conseillère affrontait chaque jour le monde qui était sien, tenait tête aux hauts dirigeants du pays et au Roi en personne... Un mince sourire naquit sur les lèvres du religieux. Toutefois, sans qu'il ait pu ajouter quoi que ce soit, on vint les interrompre. On requérait la conseillère pour une urgence au palais... Ah ! N'y avait-il que les âmes les plus dévouées à Thor pour prendre le temps de méditer ? Le temps seul semblait ne pas avoir d'emprise dans le sanctuaire, mais lorsque venait l'appel de l'extérieur il reprenait sa course effrénée sans offrir nul repos. Le Grand Prêtre hocha la tête avec résignation, mais ne manqua pas de réitérer sa remarque.

    « Je ne saurais vous rappeler de prier pour votre pardon, puisqu'il en est ainsi. Que notre Vénérable Père Céleste veille sur vous, Ma Dame. »

    • Il observa la conseillère quitter promptement l'enceinte du Temple. Unader avait perdu le goût de retourner voir le déroulement des combats… Au lieu de cela il s’approcha de la statue du Dieu Guerrier et murmura une prière.
    La journée était encore longue avant que les rayons de l’astre diurne ne cessent de baigner Iboa de leur belle lumière.


RP terminé

_________________

- Unader Ocilag -
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La piété au féminin [PV Unader Ocilag *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'orgasme féminin".
» ne pas confondre masculin avec féminin.
» Commissariat de police féminin pour protéger les femmes.
» Manipulation au féminin...
» Avatar Féminin Original
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 6-