AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réunion décisive [pv Morzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Réunion décisive [pv Morzan]   Mer 26 Mar 2008 - 12:04

A l'aube du septième jour,
la huitième semaine.



La Reine Idril s'était réveillée tôt ce matin là, pour préparer les derniers détails de son voyage qui devait l'emmener dans les Montagnes Infernales, pour rendre visite au nouveau Roi des Ombres. Elle avait fait envoyé une lettre, deux jours auparavant, pour indiquer sa venue. Elle était restée très évasive, mais elle ne douta pas une seconde que le Roi connaissait l'objet de cette visite. Elle fit réunir ses conseillers pour leur donner ses dernières directives, et en aparté, elle expliqua à Elea Faldor, sa commandante des armées et amie dévouée, que son absence ne durerait qu'une journée. Deux tout au plus. Après s'être entretenue brièvement avec elle, Idril sortit du palais et alla directement aux écuries pour préparer Alzan au voyage.

Une petite heure plus tard, la Reine était aux portes de la Ville, accompagnée de trois nouvelles recrues qui avaient été sélectionnées par Elea. Les quatre amazones quittèrent Eralo, sous les premiers flocons de neige de la saison. Idril releva sa capuche, et tous se mirent en route. Le trajet ne devrait pas s'éterniser, les plaines de Fazor et le mont Eray à peine séparés par quelques 80 kilomètres. Le voyage fut paisible, et plutôt joyeux, les jeunes recrues étant ravies d'avoir pu accompagner leur nouvelle Reine dans son premier voyage officiel, et ne cessant de bavarder. La Reine, elle, fut plutôt taciturne, sans paraître distante ou préoccupée... Les quatre compagnons de route arrivèrent finalement au portes du domaine des Ombres, peu après quatorze heures. Des gardes les escortèrent jusqu'au Palais, et se chargèrent de mener leurs chevaux aux écuries tandis qu'Idril et ses suivantes entraient dans le château. D'autres gardes se chargèrent de les mener à la salle du trône, où le Roi les attendait. Idril jeta un rapide coup d'oeil vers ses suivantes, qui chuchotaient entre elles, visiblement émerveillée devant la beauté et le luxe de la demeure royale. La jeune Reine détourna son regard, tout en pensant que les trois jeunes filles n'avaient jamais dû quitter les plaines de Fazor. Ils arrivèrent enfin devant une grande porte en chêne massif, où le symbole des Ombres, un quart de lune, était dessiné en feuille d'argent. Un des gardes toqua légèrement et une petite fente s'ouvrit, où il chuchota quelques mots. L'ouverture se referma, et le garde recula. Les portes commencèrent à s'ouvrir, et on entendit le héraut claquer sa canne sur le sol trois fois, avant d'annoncer :

La Reine des Amazones, Idril Calafas.


La jeune Reine pénétra dans la salle du Conseil, suivie par sa garde personnelle. Au fond de la salle siégeait sur un trône magnifique et légèrement surélevé par une estrade, le nouveau Roi des Ombres : Morzan Terinfiel. Le jeune homme se leva pour accueillir Idril, et descendit de son piédestal en attendant qu'elle ait traversé la longue pièce. La jeune femme regarda son ami et le trouva particulièrement élégant en cet instant. Il se dégageait une aura de magnificence et de bonté de ce jeune roi, qu'Idril en fut troublée. En apercevant la couronne d'argent posée sur sa tête, l'amazone fut saisie d'une peur infondée, mais terrifiante : celle de perdre son ami le plus cher. Leurs nouveaux statuts respectifs les obligeraient sans doute à se voir moins souvent, et surtout beaucoup moins intimement. Tout en avançant à grande enjambée vers cet homme qu'elle aimait tant, Idril ne put s'empêcher de formuler de sinistres pensées. Mais lorsqu'elle fut arrivée à sa hauteur, il lui adressa son plus beau sourire, et toutes ses craintes reculèrent. Elle lui répondit par son sourire le plus sincère, sourire que seul Morzan connaissait. Puis, afin de répondre aux responsabilités qui les incombaient à tous deux désormais, Idril posa son genou droit sur le sol, inclina la tête, posa sa main droite sur son coeur et formula la salutation qui était coutumière chez les Ombres :

Roi des Ombres, je suis votre serviteur.

Le vouvoiement n'était pas habituel entre les deux amis, mais Idril ne s'était pas permise d'être aussi familière qu'à l'ordinaire avec le Roi des Ombres devant ses Conseillers et sa Cour. Pour le moment, il s'agissait de la rencontre entre les nouveaux monarques des Amazones et des Ombres, et la politesse était de rigueur. Plus tard, lorsque la réunion serait terminée, si elle pouvait s'entretenir plus intimement avec son ami, elle cesserait d'être aussi informelle. Le jeune homme avait les traits tirés, et de sombres cernes se dessinaient sous ses yeux, ce qui préoccupa quelque peu la jeune fille. Elle brûlait d'envie qu'il lui raconte son couronnement et bien d'autre chose encore, mais pour l'instant, il était de son devoir de parler de la situation actuelle du Gwendir. Elle n'avait pas revu Morzan depuis qu'il était venu lui annoncer la chute des six monarques des peuples libres, et donc la disparition de sa mère. Après avoir consolée sa protégée, l'avoir bercée de ses bras et ses mots, il était reparti pour le Mont Eray, ayant mille et une choses à préparer. De nombreux évènements s'étaient produits en ce laps de temps, pourtant si court. La jeune Reine attendit patiemment, la tête toujours baissée, que son hôte l'invite à se relever, pour commencer à lui parler de ce pourquoi elle lui rendait visite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   Jeu 27 Mar 2008 - 20:10

Morzan avait reçu quelques temps auparavant un messager annonçant la venue d’Idril Calafas, Reine des Amazones. Reine… Le jeune homme devait s’avouer qu’il avait bien du mal à s’y faire. Non qu’Idril n’était pas compétente, loin de là même, mais Reine… Avec ce titre, une nouvelle page de leurs existences était tourné, une nouvelle vie commençait, faite plus sûrement de peine et de malheur que de joie. Mais en acceptant sa couronne, Morzan avait également accepté le fardeau qui pesait sur ses épaules.
Et voilà pourquoi il se trouvait dans la Salle du conseil, promenant un regard distrait sur la Cour réunie ici, et sur ses Conseillers qui, pour l’instant, chuchotait entre eux. Le trône n’était pas confortable, loin de là, mais le jeune Roi refusait de s’agiter comme un enfant capricieux. Promenant son regard sur les murs recouverts de tentures aux couleurs des Ombres, il se prit à songer à Idril. La petite princesse qu’il connaissait si bien devait s’effacer devant la Reine qu’elle était devenue, mais pourtant… Il lui tardait de la voir. Il ne l’avait pas revu depuis la mort de son oncle, et celle de sa mère, la quittant à regret pour aller s’occuper de son Peuple. Et voilà qu’il allait se revoir, mais dans un contexte tout autre.

La porte s’ouvrit, et le héraut entra. La princesse… la Reine, se corrigea Morzan, était là. Il avait donné des ordres pour qu’on la fasse entrer immédiatement dans la salle du conseil, espérant qu’elle n’en prendrait pas ombrage. Mais elle le connaissait parfaitement, et il savait qu’elle ne prendrait pas cela pour une façon déguisée de ne pas se retrouver en tête à tête, loin des formalités. Chacun d’eux avait un rôle à tenir…
Le jeune Roi se leva pour accueillir la Reine qui, entourée de sa Garde, avançait sans se presser vers lui. Il ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle se retrouva à quelques pas, un sourire doux et, si l’on observait bien, quelque peu soulagé. Idril était son rayon de soleil en ces temps de misère, et malgré le rang, malgré le protocole, Morzan ne pouvait s’empêcher de penser que, maintenant qu’elle était là, il se sentait réconforté. Pourquoi ? Sans doute que sa présence, si familière, le sortait des pensées sombres qui habitait jours et nuits son esprit. La Reine lui rendit son sourire, un sourire sincère et désarmant comme seule la jeune fille en possédait le secret.

Morzan la dominait de toute sa taille, parée de noir et d’argent comme l’exigeait son rang, une fine couronne d’argent encerclant son front, retenant quelques mèches noires. Mais malgré cette magnificence, malgré les conseillers qui l’entouraient, il ne put s’empêcher de chercher les yeux d’Idril, de cette façon enfantine qui le caractérisait parfois. Puis la jeune femme s’inclina devant lui, s’imposant de respecter la formulation millénaire de salutation.
Le jeune Roi la regarda s’incliner, et inclina légèrement la tête pour montrer qu’il approuvait et acceptait la proposition d’Idril, avant de prendre la parole, sa voix grave, et pourtant si douce, résonnant dans la salle silencieuse.


En ces temps troublé, nul souverain ne devrait s’incliner devant un autre. Relevez-vous, Reine des Amazones : vous êtes mon hôte à présent, et la puissance de mon Peuple est toute entière à votre service.

Si la seconde partie de la formule était rituelle, la première l’était beaucoup moins, et certains chuchotèrent sans même prendre la peine de se cacher. Morzan les ignora totalement : même s’il respectait les traditions, il n’était pas son oncle, et ceux qui voulaient faire de lui un deuxième Erin avait du pain sur la planche. L’heure n’était pas aux salutations qui duraient dans la longueur : ils avaient une guerre à préparer, des traités à édifier.
Il attendit qu’Idril se relève et désigna d’un geste de la main une table recouverte de nourriture, dressée pour un banquet. Il savait que la jeune femme avait fait une longue chevauchée, et donné des ordres en conséquence. Mais pour autant, ce qui amenait la Reine n’était pas mis de côté car, sitôt installé, Morzan demanda à sa vis-à-vis


Ne perdons pas de temps en palabres, voulez vous ? Je me doute de ce qui vous ammene, comme vous vous doutez, je l’espère, de ma réponse. J’ai fait envoyé des messagers aux quatre coins du Gwendir, mais pour l’instant, aucun ne m’est revenu. Pourtant, nous devons tirer au clair cette histoire : la guerre est ouverte contre le tyran Ardiosis, mais pour l’instant, peu ose encore déclarer où va leur fidélité.

Le sous-entendu était clair, pourtant, Morzan ne l’exprima pas à haute voix. Idril était venu le trouver, c’était donc à elle d’exposer les raisons de sa venue.
Revenir en haut Aller en bas
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   Ven 28 Mar 2008 - 21:16

Lorsque Morzan se montra distant vis à vis du protocole, abrégeant ainsi les salutations, des murmures parcoururent la salle du Conseil. Idril se releva en silence et ne put s’empêcher de capter le regard complice de son ami qui lui indiquait désormais une table dressée en l’honneur de sa visite. Elle lui adressa un petit sourire malicieux en inclinant la tête, puis se dirigea vers le banquet, Morzan lui emboîtant le pas. Les chuchotements cessèrent dans les rangs des Conseillers, mais redoublèrent chez les courtisanes. Toutes les jeunes beautés constituant la Cour du Roi ne rêvaient que de plaire à Morzan, et elles auraient apprécié ne serait ce que le quart de l’attention qu’il portait à Idril. De nombreuses rumeurs circulaient sur leur relation particulièrement proche, mais personne ne pouvait prétendre connaître réellement la nature du lien qui unissait les deux jeunes gens.

Lorsque le Roi se plaça en bout de table, Idril vint se mettre à sa droite, et attendit qu’il fût assis pour s’installer à son tour. Une fois les deux monarques installés, la Cour prit place à la grande table. Voyant les trois jeunes recrues amazones hésiter, la Reine leur adressa un signe de tête pour leur faire comprendre de s’installer également. La table était magnifiquement décorée, et l’argenterie qui avait été mise à la disposition des convives était d’une incroyable finition. Les Ombres étaient réputés pour leur talent de forgeron et d'orfèvre, et le service royal était à la hauteur de cette réputation.

Morzan prit enfin la parole pour demander des précisions sur l‘objet de la visite d‘Idril, coupant court aux tergiversations éventuelles. La douceur de sa voix contrastait avec le ton qu’il employait pour parler des tensions qui meurtrissaient le continent nordique, et Idril, même si elle n’en avait jamais douté, eut la confirmation que le peuple des Ombres ne laisserait pas impunis les actes du Parjure. En observant de plus près son ami, elle le vit plus mélancolique que jamais. Toute son attitude cherchait à prouver le contraire, mais Idril lut dans son regard toute la tristesse qu’il pouvait éprouver, face à la perte de son oncle. La jeune Reine ne douta pas un seul instant que la disparition d’Edin fut une épreuve bien difficile pour Morzan, autant que celle d’Ardentia pour elle même ... Il n’avait rien laissé paraître lorsqu’il était venu au Palais Amazone, mais ses traits tirés prouvaient qu’il avait dû passer de bien mauvaises nuits ces derniers jours ...

En effet, c’est bien la traîtrise du Seigneur Bennefoy qui m’amène en vos murs, et plus particulièrement la position des peuples libres. Vous comme moi, nous savons que nos deux peuples ne laisseront pas ses actes impunis. Justice doit être faite, en mémoire de nos souverains tombés. Je crains cependant que tous n’acceptent pas de tenir tête ouvertement au Seigneur Nordique ... Pire encore, que certains ne se soumettent à la volonté de Bennefoy pour éviter des représailles trop lourdes pour leurs peuples.

Une jeune servante vint verser de l’hydromel dans les coupes des deux monarques. Idril but une gorgée du délicieux nectar, et elle sentit couler en elle le liquide chaud. Morzan arborait un air songeur, et Idril se tut un instant, regardant les invités qui se délectaient des mets raffinés que des domestiques leur servaient. La plupart bavardaient entre eux, ne prêtant plus guère attention à la discussion des deux souverains. Idril chercha des yeux le demi-frère de son ami, Nuran, mais ne le vit pas. Redonnant son attention au Roi, elle poursuivit :

Je suggère de reformer le Grand Conseil, afin de réunir chaque souverain, comme autrefois. Nous devons connaître nos alliés et nos ennemis véritables : nous ne pouvons pas nous fier aux rumeurs. J’ai préparé des missives qui sont prêtes à partir dès que je l’ordonnerai, pour informer chaque nouveau monarque d’une éventuelle réunion. J’attends votre avis sur la question.

De nombreuses informations officieuses semblaient annoncer le ralliement des Druides au peuple de Loki. La jeune Reine amazone craignait cette rumeur, sachant que sa commandante des armées était une métisse liée au peuple de Mani. Idril savait que le choix entre sa patrie et son unique parent, à savoir son père, serait cruellement difficile pour Elea. La jeune Reine avait cependant une entière confiance en sa subordonnée et amie, et elle ne douta pas du sens des responsabilités de la commandante amazone. On murmurait également que les Orthodoxes allaient rejoindre les rangs humains ... La guerre commençait et elle se manifestait déjà par l’éclatement des peuples nordiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   Dim 30 Mar 2008 - 19:20

Après s’être installé à la place que lui revenait, Idril à sa droite, Morzan ne put s’empêcher de regarder avec une curiosité assez bien dissimulée les nouvelles recrues de la jeune Reine. Nouvelles car, jusqu’à maintenant, leurs visages ne lui disaient rien, pas plus que leur attitude ne démontrait une grande connaissance des cours royales. Il eut un pincement au coeur en les voyant si jeunes, si… naïves, bien mal préparées à ce qui les attendait. Qui y étaient préparés, de toute manière ? Quelques heures auparavant, il était allé inspecter ses propres soldats, et leur jeunesse l’avait surpris.

Le jeune homme essaya de secouer la mélancolie qui l’habitait. Pour l’instant, il parvenait à donner le change, même s’il ne se sentait pas prêt pour cette tâche, mais après… une fois que la fatigue aurait eu raison de lui, qu’il aurait enfin pût dormir une nuit entière, se sentirait-il moins perdu, moins abandonné ? Bien malin celui qui saurait répondre à cette question. Un instant, Morzan envisagea de noyer son chagrin dans un plein verre d’hydromel, mais cette réflexion fit naître un doux sourire sur son visage. Mais la présence d’Idril, à ses côtés, faisait renaître cette sensation de sécurité qu’il avait cru brisée à la mort d’Erin… cette sensation de, somme toute, se retrouver en territoire familier. IL avait pris la parole, et la réponse de la Reine des Amazones ne se fit pas attendre.
Morzan soupira doucement, tandis qu’une jeune servante venait remplir leurs verres. Il profita de l’inattention de la cour pour se pencher vers sa sœur de cœur, prétextant de la servir, pour lui adresser un sourire éclatant, destiné à la rassurer. Il avait surpris son regard, et connaissait assez bien la jeune femme pour savoir qu’elle semblait s’inquiéter pour lui. Puis il prit la parole, captant l’attention du Conseil.


Malheureusement, nous ne pouvons les en blâmer véritablement… l’intérêt de leurs peuples passent avant ceux du continent Gwendirien, et la peur est souvent mauvaises conseillère.
Mais je ne serais pas digne de cette couronne si je ne prenais pas les armes contre le tyran.
Seulement…réunir le Grand Conseil, est-ce sage ? Pour l’instant, Ardiosis Bennefoy est autant dans l’impasse que nous : à moins d’avoir de meilleurs espions, il ne sait qui va se rallier à son camp. Or, réunir le conseil contribuera à non seulement le lui indiquer, mais aussi à lui faire connaître que les hostilités sont déclenchées. Cela, mon Peuple peut se le permettre, car les armées de l’Ombre sont d’or et déjà sur le pied de guerre. Mais… qu’en est-il de nos alliés ?

Vous avez raison, tenez-vous prête à réunir le Conseil. Seulement, auparavant, sachons qui sont nos alliés, et qui penchera en faveur du tyran. J’ai envoyé des espions, ils seront bientôt de retour. Dès lors, nous pourrons envoyer les missives : certes, Ardiosis sera au courant, mais nous auront une longueur d’avance sur lui.


Savoir sur quels peuples compter serait un avantage infime, qui ne durerait pas longtemps, Morzan en était conscient. Mais tous les peuples du Gwendir, excepté les humains, avaient à leur tête de trop nouveaux souverains, tous trop inexpérimentés. Et même si l’avantage était infime, du moins, il fallait jouer avec. Car tout ce qui leur permettrait de dominer le tyran était bon à prendre.
Morzan ne pouvait se leurrer : ils n’avaient pas, aucun d’entre eux, l’expérience dont jouissant Ardiosis Bennefoy. Ce n’était pas pour rien qu’il avait été nommé Empereur du Gwendir, tout de même. Et cette réflexion ferait pencher plus d’un peuple en sa faveur. Les Ombres et les Amazones étaient des guerriers courageux et fiers, mais cela suffirait-il à remporter la guerre ?

Au risque de paraître trop prudent, Morzan préférait d’abord se renseigner sur les forces en présence. Le Conseil ne serait plus qu’un subterfuge pour, effectivement, annoncer cette guerre, mais mieux valait qu’il ait un atout dans la manche. Du moins, c’était son avis.

Il capta le regard d’Idril, lui adressant une légère grimace. Qu’en penserait-elle ? Comme toutes les amazones, Idril était fougueuse, et prompte à la réaction. Morzan, lui, se montrait plus circonspect, sans pour autant hésiter à intervenir si le besoin s’en faisait ressentir. Ce qu’il proposait était une façon de différer le grand plongeon de quelques jours, mais…était-ce la bonne solution ?



[Désolé, complètement nul, mais je me rattraperais au prochain]
Revenir en haut Aller en bas
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   Lun 31 Mar 2008 - 12:51

[meuh non, meuh non!]


Lorsque la jeune servante vint servir les deux monarques, Morzan en profita pour se pencher vers son amie et lui adresser un sourire bienveillant. Idril fixa le jeune Roi sans un sourire, mais son regard émeraude était teinté de douceur et de tendresse. Ils se comportaient tous deux comme des adolescents ravis de se retrouver, mais qui devaient éviter de le montrer. Idril se remémora leur rencontre. Ils s'étaient tout de suite aimés, comme un frère et une soeur. Ils n'étaient, à l'époque, encore que des enfants insouciants. Ils avaient bien vite été propulsés sur le devant de la scène. Trop vite. Ils étaient désormais les deux plus jeunes souverains du Royaume, et ce défaut d'âge en faisait jacasser plus d'un. Ils avaient pourtant été les premiers à réagir face aux actes du Seigneur Nordique ... Mais cela n'empêchait pas les mauvaises rumeurs de prétendre que leur jeune âge les rendait fougueux, ce qui les conduirait certainement à leur perte. Des deux monarques, Idril était certainement la moins disposée à patienter sur son trône, ce qui ne la rendait pour autant pas irréfléchie ou dangereuse. Les Amazones étaient généralement des personnes réactives et déterminées. Leur Reine n'était pas une exception, et elle était déjà prête à remuer tout le continent gwendirien. Le calme et la prudence que préconisait le Roi des Ombres ne lui plaisaient guère, mais elle écouta attentivement ses conseils, s'efforçant d'adopter l'attitude qu'aurait affiché sa défunte mère. Ardentia avait été une Reine qui avait su tirer profit de l'expérience et des conseils des autres, et Idril s'était juré de toujours faire en sorte de lui ressembler. Elle prit son verre et fit tourner légèrement le liquide qui s'y trouvait, d'un air distrait. Elle en but une gorgée, avant de répondre avec un air presque méprisant, orgueilleux :

Certes, nous ne pouvons blâmer ceux dont les sujets ne veulent pas défendre la mémoire de leurs souverains tombés. La fierté de mon peuple ne pourrait accepter un tel déshonneur en tout cas, et mes sujets réclament justice.

Idril plongea ses yeux brillants dans ceux de Morzan. Ils se fixèrent ainsi de longues secondes, sans qu'aucun d'eux ne cherchent à briser cet échange silencieux. Ils étaient si proches, et pourtant si différents. Les lèvres de la jeune Reine remuèrent à nouveau pour défendre son point de vue. Son intonation de voix redevint douce, sans mépris aucun. Elle prit de nombreuses précautions verbales pour ne pas offenser le peuple des Ombres. Idril savait que Morzan ne verrait aucune insulte dans ces propos, mais ses Conseillers n'étaient peut être pas tous aussi bienveillants.

Je crains malheureusement que le Seigneur Nordique sache rapidement quels peuples il peut compter parmi ses alliés. Le Conseil serait le moyen le plus sûr de ne pas avoir de mauvaises surprises. Non pas que les espions Ombres soient peu efficaces, mais bien parce que je pense que les souverains qui souhaitent éviter les représailles, se hâterons de faire savoir qu'ils se soumettent à la volonté du Seigneur Nordique. Néanmoins, je dois bien reconnaître que réunir le Grand Conseil serait une façon peu accommodante d'annoncer que la Guerre est déclarée ... Suggérez vous donc d'attendre que vos espions reviennent, et suite à leur découverte, de n'envoyer une lettre qu'aux monarques qui ne souhaitent pas se rallier aux rangs du Seigneur Bennefoy ?

Idril se rappela soudain sa rencontre avec le fils du Parjure, Siran Bennefoy. Elle en parlerait plus tard à Morzan, en privé, cette information étant pour le moment bien trop officieuse pour être entendue par n'importe qui. Les rumeurs allaient bon train ces derniers temps, et il n'était pas nécessaire que le prince Siran en devienne la cible. Moins le peuple gwendirien entendrait parler de lui, mieux le prince s'en porterait. Il n'était cependant pas question pour Idril d'oublier cette précieuse information, qui aurait sans doute une importance capitale pour l'avenir du continent nordique.

Le repas était bien entamé, et les bavardages ne cessaient d'enfler. C'est avec un regard amusé que la Reine amazone observa ses soldats qui bavardaient avec entrain avec des soldats Ombres. Puis, elle observa les courtisanes qui se pavanaient aux côtés des Ministres ou qui cherchaient à attirer le regard de Morzan en le fixant intensément de leurs jolis yeux délicatement maquillés. Idril détourna son regard pour fixer elle aussi le Roi, dont elle attendait la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   Lun 31 Mar 2008 - 13:56

[Mais si, mais si^. Celui là est sans doute un peu mieux Very Happy ]


Morzan savait que sa proposition ne plairait pas à Idril. Il le savait pertinemment bien, d’ailleurs, et de toute façon, elle ne lui plaisait pas plus. Il fallait réagir, il fallait montrer leur détermination, mais réunir le Conseil, était-ce un choix judicieux ? Certes, Idril Calafas était maintenant la Reine légitime du Peuple Amazone. Certes aussi, chacun des Peuples avaient désormais un nouveau souverain. Mais une telle promptitude ne risquait-elle pas d’effrayer certains, quitte à les pousser à se rallier du mauvais côté ?
La Reine semblait persuadée que les autres souverains avaient déjà pris leurs décisions, mais lui, Morzan, n’en était pas encore convaincu. Il attendait les rapports de ses espions avant de se décider, mais n’attendrait-il pas jusqu’à ce qu’il soit trop tard ? Réunir le Conseil, un conseil restreint du moins, ne devait-il pas se faire avec la plus grande hâte ?

Il eut néanmoins un sourire quand Idril parla, avec une voix méprisante, de ceux qui nne voudraient pas défendre la mémoire de leur souverain. Il s’efforça de ne pas mettre trop de remontrance dans sa voix quand il lui répondit, ses yeux sombres plongés dans les prunelles de la Reine :


Justice, ou vengeance ?
Jusqu’à preuve du contraire, et si l’on se soumet strictement à la loi, nous sommes les Rebelles. Nous défions l’autorité de celui que, tous, nos souverains ont désignés à l’unanimité. Nous sommes du mauvais côté de la barrière, il faut prendre garde à ne pas l’oublier.
Certes, nos épées réclament du sang, nos peuples justice pour leurs souverains tombés. Mais si nous agissons, ce ne pourra être sous le couvert de la loi. Reine Calafas, que vous le vouliez ou non, les Parjures, jusqu’à preuve du contraire… c’est nous.


Un long silence suivit cette déclaration, tandis que chacun semblait réfléchir sur le bien-fondé de ces paroles. Morzan, lui, y avait réfléchi longuement. Les anciens souverains avaient désignés Ardiosis Bennefoy comme l’Empereur du Gwendir et, malgré les événements, cette décision était toujours d’actualité. Qu’il ait assassiné lesdits souverains ne changeaient, hélas, pas grand-chose à l’affaire. Pour prouver son implication dans ces meurtres, il faudrait une enquête, les souverains du Gwendir ne pouvait faire justice eux-mêmes… il y avait des lois, et s’opposer au tyran Bennefoy était, malheureusement, s’opposer à ces lois. Les Dieux et les hommes étaient de leur côté, mais la justice, elle, semblait être dans le camp d’Ardiosis.

La race humaine avait jeté de l’huile sur le feu avec cet assassinat mais la guerre, elle serait déclenchée par les peuples libres. Et c’est cette différence qui pouvait pousser certains souverains à se ranger du côté du tyran. Du côté de la justice, aussi antinomique que soit les termes tyran et justice.

Morzan observa la jeune Reine à ses côtés : ils étaient semblables par bien des côtés, mais si différents par bien d’autres… Au temps de leur jeunesse, il n’était pas rare qu’ils se chamaillent, comme le font les frères et sœurs de toutes époques. Mais maintenant, aussi proches qu’ils soient, il leur fallait réagir en souverain, et non en tant qu’individus. Il fallait l’avouer, Morzan n’aimait pas se heurter aux décisions de la Reine des Amazones, mais ainsi lui commandait son devoir. Idril avait repris la parole, veillant, Morzan lui en fut gré, à ne pas faire de reproche au peuple des Ombres. Il savait pertinemment que tell n’était pas son intention, mais certains conseillers auraient pu mal le prendre, et d’ailleurs, le jeune Roi constata du coin de l’œil que certains se montraient outrés des paroles de la Reine. Comme si une guerre ne suffisait pas, il fallait aussi que Morzan veuille à ménager les susceptibilités de chacun.

Néanmoins, il lui fallait répondre à la question, ou plutôt, au défi d’Idril. Le jeune homme sentait la colère et l’impatience flamboyer dans les veines de la jeune Reine, aussi réfléchit-il à une réponse pleine de tact. Après tout, ses conseillers viendraient sûrement se plaindre, et pour l’instant, mieux valait s’attirer la faveur des amazones.
Le regard sombre de Morzan fut soudain attiré par la fille d’un de ces Ministres, une jeune dame délicate qui, il le savait, avait pour but de se marier avec un futur Roi. Si elle l’accablait déjà d’attention avant même qu’il ne soit choisi pour porter la couronne, c’était bien pire dorénavant. Le roi des Ombres fit un effort pour l’ignorer, sentant le regard d’Idril posé sur lui, et prit la parole.


Nous devons réunir ceux qui veulent lutter à nos côtés, bien sûr. Mais une réunion… le mieux ne serait-il pas de nous réunir clandestinement ? Tant qu’Ardiosis ne s’est pas assuré de notre soutien, et même s’il a des doutes, il ne bougera pas. Comme vous, ajouta-t-il rapidement pour couper court aux récriminations, je déteste ces méthodes de traîtres, seulement, nous ne devons pas perdre de vue que nous allons manquer à la parole de nos souverains tombés. Nous avons juré fidélité à Ardiosis, mais maintenant, pour la sûreté du continent Gwendirien, nous avons le devoir de nous soulever contre lui.

Je pense que nous réunir en secret serait sans doute la solution la plus sage, en attendant de déterminer comment déclarer la guerre à l’assassin de nos prédécesseurs.

La solution la plus sage, sans doute, mais pas la plus noble, et cela faisait enrager Morzan.


Dernière édition par Morzan Terinfiel le Mer 2 Avr 2008 - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   Lun 31 Mar 2008 - 20:04

Le sourire qu'arborait Morzan en demandant si c'était la Justice ou la Vengeance qui animait le peuple amazone, calma l'impétuosité d'Idril. Elle se surprit à baisser les yeux et à rougir un tantinet, comme une petite fille qu'on aurait prise en faute. La jeune femme avait toujours été fougueuse, voire impétueuse, ce qui lui avait valu de nombreuses remontrances de la part d'Ardentia. Morzan aimait autrefois la taquiner sur ce sujet, sachant pertinemment qu'elle s'emporterait. Ils se chamaillaient pendant de longues minutes, le prince des Ombres reprochant à sa petite protégée d'être trop excessive, et cette dernière lui reprochant d'être trop réservé. Aujourd'hui, elle savait que son ami le plus dévoué avait raison. La colère animait la jeune femme d'une nouvelle fougue, et celle-ci pouvait se révéler dangereuse. Après tout, Morzan n'était-il pas le plus réfléchi et le plus sage des deux amis?

Quand ce dernier expliqua qu'ils se trouvaient désormais dans le camp des rebelles, Idril leva les yeux vers son ami, en réprimant un mouvement de surprise. La jeune Reine n'avait pas pris en compte cette donnée dans ses réflexions. S'évertuant à diaboliser à outrance le Seigneur Nordique, l'amazone avait trouvé légitime de s'opposer à la Terreur. Légitime, oui, légal, un peu moins. Un silence pesant s'installa entre les deux souverains, malgré le bruit continu que faisaient les convives. La jeune Reine, qu'elle le veuille ou non, devait admettre que Morzan avait raison. Mais ces révélations la rendaient morose et taciturne. Lorsque enfin, elle reprit la parole pour exposer son point de vue, elle le fit avec parcimonie afin d'éviter d'offenser les Conseillers et Ministres. Il n'était évidemment pas dans son intention de brusquer le peuple des Ombres, pour qui elle avait une grande estime, avec une phrase mal formulée. Puis fixant son ami avec insistance, Idril attendit sa réponse. Elle ne douta pas un instant que le silence qui précéda sa réponse eut pour objet de formuler ses paroles avec tact et compréhension. Lorsque Morzan expliqua que théoriquement, ils devaient encore fidélité à l'Empereur, Idril afficha une expression mêlant ahurissement et dégoût. Elle répliqua pourtant avec une douceur peu commune, afin de rassurer son ami sur ses positions. Il n'était pas question qu'elle soit en colère ou vexée par ses propos.

En effet, il me semble juste de penser que le Seigneur Nordique ne tentera rien, en l'absence de résistance réellement exprimée. En effet, nous devons prendre en compte le fait que des soldats impériaux ont été envoyés sur nos Terres pour réprimer toute forme d'opposition. Bennefoy s'attend certainement à une rébellion. Il est sans doute plus sage, comme vous le suggérez, d'attendre encore un peu pour dévoiler nos positions. Quant à une éventuelle réunion secrète, je partage votre point de vue, même s'il n'est pas des plus nobles ... Nous devons cependant penser à la protection de nos peuples. Une Guerre n'est jamais ce qu'il y a de plus glorifiant, après tout.

Visiblement, Idril venait de se soumettre à la volonté du Roi des Ombres. Parvenus sur un terrain d'entente, il serait plus aisé de rester unifiés. Et même si cette décision l'obligeait à rester assez passive pour le moment, la jeune femme esquissa un sourire de satisfaction. Elle pensa que sa mère aurait également opté pour la prudence, et qu'elle serait sans doute plus heureuse de voir sa fille se soumettre à un avis plus sage que de la voir foncer tête baissée, comme elle en avait l'habitude. Idril avala quelques bouchées du succulent repas qui avait été cuisiné en l'honneur de sa visite, mais la faim n'y était pas vraiment. Elle avait en fait perdu l'appétit depuis quelques jours, rien d'alarmant toutefois. Elle en avait désormais assez de bavarder avec le Roi des Ombres, et elle aurait nettement préféré s'entretenir avec Morzan, en tant qu'ami. Elle ignorait s'il serait disposé à lui accorder un peu de son temps, et la perspective de repartir sans avoir pu lui parler plus intimement ne plaisait guère à la jeune femme. Cependant, elle savait que la tâche qui leur était dévolue en tant que monarque n'était pas reposante.
Elle attendit patiemment que Morzan dise ou fasse quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   Mer 2 Avr 2008 - 13:28

La soudaine rougeur qui teinta les joues de la jeune Reine mit Morzan légèrement mal à l’aise. Il s’en voulait de la réprimander comme une enfant, mais le fait était là, et qu’il mit le plus de douceur possible dans sa voix ne changeait rien aux choses : il venait de lui donner tort, qui plus est, devant ses soldats. Soldats amazones qui n’étaient que trois, mais Morzan espéra que cette discussion ne franchirait pas la porte de la Forteresse, sans pour autant y croire vraiment.

Tout était si compliqué depuis qu’il était monté sur ce trône : il fallait flatter, pratiquer la langue de bois, réfléchir, réfléchir encore et toujours sur ce qu’il fallait faire, ou sur ce qui convenait de faire mais qui ne devait pas être fait. Néanmoins, le jeune Roi y était prêt, et si désormais sa vie devait se résumer à cela, et bien, il ferait avec. Une soudaine poussée contre sa jambe le fit baisser les yeux, pour découvrir Vent-Gris, son chien loup, à ses pieds. Le jeune monarque esquissa un sourire : il avait fait enfermer l’animal dans les appartements royaux, pour lui éviter le contact avec les inconnus qui, invariablement, composerait la Garde de la Reine, mais apparemment, le coquin avait trouvé un moyen de s’échapper. Il lui flatta les oreilles, tandis que le jeune chien posait son museau sur le genou de son maître, et observa Idril.

Fidèle à elle-même, elle esquissa une grimace de dégoût à la mention du fait que selon la loi, ils devaient, encore et toujours obéissance et fidélité à Ardiosis (je sais pas pourquoi, j’allais écrire Apophis XD). Mais l’expression disparut aussi vite qu’elle était apparue, et Morzan douta même d’être la seule personne à l’avoir vu. Puis la Reine prit la parole, et le souverain des Ombres retint de justesse un soupir de satisfaction. Elle se rangeait à son avis, tout en lui démontrant qu’elle ne lui tenait pas rigueur de ses propos. Craignait-elle de l’offenser ? Sans doute, car si Morzan savait faire preuve d’un caractère très doux, elle le connaissait assez pour savoir que lorsqu’un sujet lui tenait vraiment à cœur, il pouvait se montrer têtu… autant qu’elle, d’ailleurs.

D’un franc sourire, pourtant, Morzan lui montra à quel point il la remerciai. La Guerre approchait, et la dernière chose qu’ils avaient besoin, c’était d’être désuni. Idril avait fait des concessions, il en était pleinement conscient. Elle était plus du genre à agir qu’à attendre, habituellement, et le fait de se plier à ses arguments démontrait que le choix de son Peuple, à savoir lui transmettre la couronne d’Ardentia, était un excellent choix. Il se sentait fière de son amie, comme un frère se sent fier de voir sa petite sœur grandir, et soudain, l’atmosphère qui alourdissait la salle sembla un peu plus légère. Gratifiant Vent-Gris d’une nouvelle caresse sur les oreilles, le jeune homme resta quelques instants silencieux, à peine conscient du tapage autour de lui.

Il réfléchissait à la tournure que devrait bientôt prendre les événements. Pour l’instant, tant que ses espions ne seraient pas rentrés, où ne lui auraient pas communiqué leurs rapports, il ne pourrait pas bouger. Mais dès que la situation serait débloquée, une affaire de quelques jours, Idril ferait le nécessaire pour convoquer les peuples encore libres de la coupe d’Ardiosis Bennefoy, pour réunir un conseil de guerre… un conseil de Parjure, autant appeler un chat un chat.
Mais maintenant que cette décision était prise, il lui fallait s’entretenir avec la Reine des Amazones en privé. Tout d’abord car les détails de la réunion secrète ne devraient être communiqué qu’aux souverains, et ensuite… parce qu’il ne pouvait se cacher qu’il en avait marre de cette comédie. L’envie de serrer la jeune femme dans ses bras, de rire avec elle, bref, d’oublier pour un moment cette lourde responsabilité qui pesait sur ses épaules et sur celles de la jeune Reine.

Se levant, tout en repoussant gentiment son chien, le jeune monarque prit la parole, captant sans effort apparent l’attention de son auditoire. Morzan, malgré sa gentillesse et sa bonté, était un être charismatique, et le silence se fit presque naturellement.


Gentes Dames et Messires, je vous laisse faire honneur à ce délicieux repas sans moi. La Reine Calafas ne peut laisser son Peuple seul bien longtemps, et nous devons encore nous entretenir de quelques affaires privées. Bon appétit.

Sur ces mots, le jeune Roi se leva, faisant signe à son amie de le suivre. Il la dirigea vers la partie Nord de la Forteresse, Vent-Gris sur les talons.



[Je fais la suite > Dans les Appartements Royaux]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réunion décisive [pv Morzan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réunion décisive [pv Morzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Réunion familiale { PV les 5 autres qui se reconnaitront }
» Comment régaler pour la prochaine réunion ?
» réunion rp...
» Famille, Amitié, Sang, bataille, réunion ... [PV mon Canard ( Titigre)]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 1-