AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marcus Graybach
Chef des Armées incompris
avatar


Masculin Nombre de messages : 473
Age : 38 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Ancien Chef des Armées
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Dim 31 Jan 2010 - 0:17

An 835, Treizième semaine.
Deuxième Jour, Aube.

Le soleil se levait sur Yswllyra, magnifique cité humaine à présent illuminée par les rayons naissants de l’aube. Les humains s’agitaient, chacun s’apprêtant à remplir sa tâche, Marcus, lui, marchait le long des grandes allées, jouissant de la bonne condition de ceux qu’il protégeait, satisfait du bonheur d’Yswllyra. Sa démarche rapide le mena à l’écurie où son Sleipnir l’attendait, l’animal qui l’avait déjà guidé lors de longs voyages le soutiendrait encore une fois, un voyage jusqu’à Iboa ne le gênerait pas. Enfourchant son compagnon, Marcus le lança à pas léger jusqu’à la caserne, on l’y attendait.
Deux hommes, tous deux montant un cheval noir et puissant, aux armures scintillantes de leurs couleurs, bleu et blanc, affichaient fièrement leur blason gravé sur leurs poitrails de métal forgé, deux épées entrecroisées. Une ambiance de profond respect dicta la conduite des deux cavaliers qui saluèrent le Chef de l’armée humaine. Marcus les salua à son tour.

-Vous êtes tous deux prêts?

-Oui, Monseigneur, mais êtes-vous sûr de ne pas désirer plus d’hommes pour assurer votre protection? demanda l’un des deux gardes, même s’il ne se faisait pas d’illusions sur la réponse de son supérieur.

-Nous allons rencontrer nos alliés, nous n’avons aucune crainte à nous faire. Et il y aura toujours quelqu’un pour me succéder, allons-y!

Tous trois firent bondir leurs montures en direction des montagnes du peuple Orthodoxe, tout droit vers Iboa.
An 835, Treizième semaine.
Deuxième jour, Soir.



Les Montagnes Infernales se dressaient telles des épées géantes menaçant les visiteurs, le côté obscur des parois abruptes de la roche laissaient imaginer un être ténébreux, tapis dans le noir, se protégeant des rayons du soleil couchant et attendant la nuit pour fondre sur les ennemis du peuple occupant ces lieux peu enchanteurs, les Orthodoxes. Marcus en savait déjà assez sur ce peuple pour ne pas craindre d’offusquer quelque croyance ou norme sociale, il savait même précisément comment aborder les habitants des montagnes, ces êtres qui avaient accepté de se joindre à la force humaine, à l’ombre grandissante d’Ardiosis qui s’étendait sur tout le continent Gwendirien, et c’était là la principale raison de sa venue, confirmer les rapports entre Humains et Orthodoxes, être sûr qu’ils apporteraient leur soutien en cas de bataille. Car cette aide serait très utile si les Amazones se révoltaient subitement, ces grandes et puissantes guerrières pourraient très facilement causer de gros dommages aux forces de l’armée de Marcus, qui voulait à tout prix éviter les trop grosses pertes et assurer la victoire aux Hommes.
Le très fier Erild surplombait Marcus et ses hommes qui entreprirent l’escalade du mont à l’aide de leurs montures, une tâche difficile pour les chevaux, mais pas pour le Sleipnir. Le chef de l’armée Humaine attendait les deux cavaliers en peine, jamais ces deux hommes n’accepteraient de le laisser aller seul à Iboa, sauf s’il leur donnait l’ordre.

-Retournez donc à Yswllyra. Vous n’y arriverez jamais avec ces chevaux.

-Mais, mon Seigneur! Nous devons vous accompagner!

-Si vous ne voulez pas rentrer maintenant alors attendez-moi plus bas. Mais soyez patients! Je ne serai surement pas de retour avant un ou deux jour peut-être.

-Sans vouloir vous faire tord, mon Seigneur, c’est risqué. S’il vous arrivait quelque chose, nous ne nous le pardonnerions jamais.

-Attendez-moi ou partez, comme vous voulez mais je ne vous laisserai pas mettre en péril vos montures et vos vies dans cette escalade! Quant à moi, les Orthodoxes préfèreront me voir seul qu’accompagné d’humains armés, je ne risquerai rien à Iboa.

-Nous vous attendrons.

Marcus retourna sa monture face à la montée et entreprit l’ascension du mont, le Sleipnir bondissait, rapprochant toujours plus l’Humain de la capital des Orthodoxes.
An 835, Treizième semaine.
Troisième jour, Midi.


Marcus avait franchi la barrière rocheuse du mont Erild et assistait au spectacle grandiose du soleil illuminant de son zénith la merveilleuse Iboa, creusée par magie dans le roc. Son Sleipnir avait eu besoin de se reposer et ce léger contre temps l’avait mené avec un léger retard face aux portes de la capitale et la plus riche cité du monde Orthodoxe. Le palais de monarque apparaissait au loin, tout au nord de la ville, magnifique. Le visage fatiguée de Marcus passa des portes de la cité aux gardes qui le fixèrent, ils étaient tous deux grands et vêtus des capes qu’avaient les magiciens protecteurs d’Iboa. Aucun Orthodoxe ne pouvait espérer devenir un guerrier, tous possédant une indisposition à tenir correctement une arme, un détail qui avait amusé Marcus, lui, le seigneur des champs de bataille qui avait autant brillé de son génie tactique que de la maîtrise de sa grande et tranchante épée. L’un, possédant de petites cornes noir sur le devant du front, s’avança, imposant et plus large que Marcus, qui était pourtant grand et fort pour un humain.

-Un Sleipnir? Vous ne devez pas être un simple soldat humain, non?

-Je me nomme Marcus Graybach, Chef des armées humaines. Je viens ici m’entretenir avec votre Chef d’armée. Notre lutte nous unie et j’ai besoin de m’entretenir avec lui pour discuter affaires militaires.

-Oh! Eh bien… Oui! Mon camarade va voir ce qu’il peut faire, dit-il alors que son collègue aux mains trapues accourait prévenir ses supérieurs de son arrivée.


Dernière édition par Marcus Graybach le Dim 31 Jan 2010 - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/marcus-graybach-t950.h
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Dim 31 Jan 2010 - 10:45

An 835, Treizième Semaine.
Troisième jour, à Midi.


« Général Gilad, l’humain Marcus Graybach demande à s’entretenir avec vous. »

Levant ses yeux d’ambre du parchemin qu’il tenait, Bogrin examina l’espace d’un instant le garde qui se tenait devant lui, droit comme un i. Le garde, aussi large que grand, était vêtu d’une longue cape aux couleurs de la patrie et tenait un garde-à-vous excellent face à son supérieur.

« Que veut-il ? »

L‘air indéchiffrable de Bogrin Gilad semblait être à chaque fois une épreuve pour les gardes qui le côtoyaient, sans doute parce qu’ils craignaient constamment qu’il ne change de personnalité et d’humeur, et qu’il se mette à leur hurler dessus, ou pire encore.
Le soldat roula des yeux, et il sembla même à Bogrin qu’une goutte de sueur avait perlé de sa tempe jusqu’à son menton. Il n’en savait rien, évidemment.

« Général, il n’a rien dit de plus, il ne souhaite parler qu’à vous et…

« Au diable les humains et leurs habitudes de grands rois ! Mènes-moi à lui, ordonna t-il au pauvre soldat qui ne disait plus rien, et enlèves-moi cet air béat de ton visage je ne vais pas te faire fouetter parce que tu bégaye à la moindre question, misérable ! »

D’un geste gracieux, il envoya le soldat le guider et le suivi, broyant du noir tout seul en repensant à l’ombre qui était venu postuler dans son armée. Le soldat le mena d’un pas précipité vers l’entrée de la ville, où un individu vêtu d’une cape et chevauchant un magnifique Sleipnir attendait, aux côtés d’un autre garde.
A l’approche de l’entrée, Bogrin Gilad examina l’apparence de son égal, bien que ces deux chefs d’armée n’aient grand-chose en commun. L’homme était imposant, musclé et d’un âge certain. Son armure usée montrait qu’il avait depuis longtemps occupé ses fonctions et son air fatigué témoignait sans doute d’un voyage long. Le Général Gilad reconnu sur son plastron les armoiries des Hommes d’Yswllyra, leur capitale, où Bogrin avait accompagné le roi quelques jours avant. Il fit son habituel sourire de carnassier machiavélique et fit un petit geste effeminé de la main, faisant siffler ses longues griffes aiguisées.

« Général Graybach ! Quelle surprise ! Devrais-je être flatté de votre visite ? Ou vos obligations militaires vous ont-elles mené jusqu’ici, bien loin de vos terres ? »

Avec un signe poli, il invita le général humain à descendre de sa monture et à se tenir face à lui. Sachant pertinemment qu’une fois sur le sol, Marcus Garybach serait ridiculisé d’une tête par l’imposant Général Orthodoxe, bien que le Général Humain soit d’une taille respectable pour un simple humain. Enfermé dans son armure et ses deux longues lames aux flans, Bogrin différait des autres Orthodoxes car il avait une capacité à manier les armes aussi bien que la magie. Cela venait du sang-mêlé qui coulait dans ses veines.
D’un autre geste élégant, il congédia l’autre soldat aux cornes et fit signe à l’autre de s’occuper du Sleipnir. Avec un regard froid il lui fit comprendre qu’il ne devait rien y arriver à la créature. Se tournant vers Marcus, et perçant son regard du sien, le général Gilad lui tendit un bras amical et lança de ses yeux de fauve une invitation amicale à venir saluer son égal en bonne et due forme.

« Marcus Graybach, bienvenue à Iboa » murmura t-il d’un air plus ou moins amusé.


Dernière édition par Bogrin Gilad le Dim 31 Jan 2010 - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75
Marcus Graybach
Chef des Armées incompris
avatar


Masculin Nombre de messages : 473
Age : 38 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Ancien Chef des Armées
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Dim 31 Jan 2010 - 12:01

L'égal Orthodoxe de Marcus ne se fit pas attendre, accompagné du même soldat qui était parti l'avertir. L'individu était différent de ceux de sa race, non qu'il n'approche pas leur taille, loin de là! Mais il se déplaçait avec une certaine grâce et des traits terrifiants s'opposaient à la tranquilité de son regard. Il était très difficile de deviner ses pensées grâce son attitude, trop de contradictions empêchaient la moindre hypothèse. Même ses cheveux n'allaient pas avec le teint de sa peau, blonds, ils contrastaient beaucoup avec sa peau basanée. Ce genéral était sans nul doute le produit d'un union entre deux races, et il était certain qu'il ne possédait aucun gêne humain. Néanmoins il se comportait d'une façon tout à fait particulière, on aurait dit qu'il s'était approprié les attitudes de plusieurs races. Tout de suite il adopta un ton mielleux mais à la fois ironique, qui ne se voulait pourtant pas hostile, cet Orthodoxe avait surement l'habitude de taquiner ses semblables.

-Je suis ravi de faire la rencontre du Chef de l'armée Othodoxe, et ce sentiment peut être réciproque.Ma visite n'a pas lieu de vous inquièter, comme je l'ai dit à vos soldats, notre lutte nous unie, et je n'aurai aucune raison de vous en vouloir.

Le sourire carnassier de l'Orthodoxe surprit Marcus qui se questionna quelques instants sur la possible complexité des rapports qui allaient lier les deux armées. D'un geste poli, le général invita Marcus à descendre de son Sleipnir.Un des gardes s'occupa de la monture du général Humain, sans esquiver la menace de son supérieur. Ce chef reposait-il son autorité sur la crainte qu'il inspirait à ses hommes? C'était possible.

Murmurant presque et ricanant, l'Orthodoxe souhaita la bienvenue à Marcus. Un ton qui cachait encore certaines choses que l'Humain n'arrivait pas déceler, cette attitude était-elle naturelle chez ce général? Ou adoptait-il une manière de faire? Le mystère restait complet.

-Merci à vous, général. Je connais déjà votre cité, il m'est arrrivé de croiser, autrefois, les habitants de votre merveilleuse ville et je peux vous dire qu'elle n'a pas beaucoup changée, ce qui me ravit, commença Marcus, jouant le jeu du général et mêlant beaucoup de vérités à ses propos tandis que les deux pairs passaient les portes d'Iboa, le soleil tapant toujours aussi fort dans le ciel.

-Mais je ne suis pas ici pour évoquer mes souvenirs. Vous le savez, mon Souverain à déclaré la guerre aux Elfes, plus principalement, car ces derniers se sont montrés réticents face à son pouvoir. Voilà pourquoi je suis ici, j'ai besoin de m'assurer de votre participation à l'effort de mon Roi qui va instaurer le régime de la Terreur et bouter la Résistance qui nous fait bien piètrement face. J'ai également besoin de vous pour nous rendre compte de la volonté des Ombres et des Amazones, qui peuvent à tout moment agir de façon irréfléchie et suivre quelque chef s'étant mis en tête de nous nuir.

Si Marcus se souvenait bien des conclusions qu'il avait tiré de ses voyages autour du Gwendir, les Ombres entretenaient de bons rapports avec les Orthodoxes et se montraient assez neutre dans l'avancée d'Ardiosis. Mais étant également proche des instables guerrières Amazones, ils pourraient se retourner face au Seigneur Nordique. Un risque que ne désirait pas prendre Marcus.

-Si mes souvenirs sont bons, votre peuple maîtrise la magie comme aucune autre race dans le Gwendir, voilà pourquoi votre force armée peut être déterminante.

En effet, elle pouvait l'être! Une force magique considérable alliée à la force des Humains pouvait surement terrasser n'importe quel autre peuple! Voilà pourquoi l'union des Humains et des Orthodoxes était primordiale. Restait à savoir si ces derniers étaient prêts à se battre.


Dernière édition par Marcus Graybach le Dim 31 Jan 2010 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/marcus-graybach-t950.h
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Dim 31 Jan 2010 - 13:59

Visiblement, ce fameux Général Graybach était digne de sa réputation. Il semblait respectable, loyal et juste, du moins, c’est ce que son apparence laissait paraître et Bogrin se sentait très fier de pouvoir converser quelque peu avec le Général Humain si connu pour ses grandes valeurs. Il semblait sympathique et bavard aux premiers abords, mais sans doute était-il redoutable sur un champ de bataille.

« Tout le plaisir est pour moi Général, répondit Bogrin avec un sourire qu’il s’efforça de rendre moins inquiétant. Je suis heureux que vous ayez fait bon voyage, on dit que ces derniers temps les routes jusqu’à Iboa ne sont pas bonnes, même pour nous autres, habitués à la difficulté de la région. »

Alors que l’astre solaire chauffait leurs armures, ils s’avançaient d’un pas tranquille dans la rue principale, où une foule de gens tous différents se croisaient et participaient à la cohue qui retentissait dans l’avenue. On s’écartait bien sûr devant leur passage et certains petites-gens saluaient le Général Bogrin avec respect. D’autres osaient lorgner sur le second Général, qui n’avait rien d’un Orthodoxe. Puisque la plupart d’entre eux arboraient des tatouages magiques visibles sur leurs corps.
A l’évocation du souvenir de l’Humain, Bogrin eut un sourire. Il était vrai que Marcus Graybach n’en était pas à sa première venue, mais il était si rare de voir un humain seul sur leurs terres que l’Orthodoxe était déjà partit dans ses pensées lorsque son égal reprit :

« Je vois, la visite est donc plutôt officielle… marmonna t-il pour lui-même. Vous savez Général, j’apprécie que vous veniez m’entretenir des projets de votre souverain, mais hélas je ne suis pas certain de pouvoir donner suites à vos demandes puisque je suis sous l’autorité de Sa Majesté Erendil San’Veck. Ce serait à lui qu’il conviendrait de poser toutes vos interrogations, il saurait sans doute y répondre convenablement…

Ceci dit, reprit-il après avoir marqué une pause, je sais parfaitement ce que vous cherchez en venant ici, en plus de ces informations. Vous êtes à la recherche d’alliés depuis que votre Seigneur à entreprit de mettre la main sur le reste de Gwendir et nul doute que mon peuple est tout entier derrière vos desseins, hormis les opposants du roi, naturellement, qui soutiennent la Résistance. »

Passant devant un vendeur d’épices, Bogrin huma l’air avec douceur et envie, la conversation avec cet Humain était très complexe en vérité, parce qu’il savait que ce n’était pas à lui de promettre à son égal soutien et aide militaire, puisque cette décision appartenait au Roi.

« J’aimerai promettre l’aide que vous me demandez, Marcus, permettez que je vous appelle Marcus ? murmura t-il avant de reprendre. J’ai toutes les forces nécessaires et je suis prêt à aider notre allié, cependant, je ne suis pas libre de mes choix puisque je reste sous l’autorité de Sa Majesté. S’il s’engage à soutenir les Hommes, nous risquons fort d’être divisés sur plusieurs fronts. Comme vous le savez déjà, nous entretenons une paix relative avec les Ombres, même si jusqu’à présent ils restent passifs quant à l’avancée de votre Roi, je crains fort qu’ils réagissent plutôt mal si un conflit éclatent et que les Amazones se rangent aux côtés des Elfes. »

Posant une griffe acérée sur ses lèvres, il prit une expression d’intense réflexion et répondit avec concentration à son alter égo.

« Ma foi, votre polyvalence est un sérieux avantage, et combiné à notre puissance spirituelle, cela peut s’avérer être un sacré atout. Mais à deux contre cinq, il n’y aura pas de victoire, juste un immense chaos dans tout le continent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75
Marcus Graybach
Chef des Armées incompris
avatar


Masculin Nombre de messages : 473
Age : 38 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Ancien Chef des Armées
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Dim 31 Jan 2010 - 21:56

Les Orthodoxes, même s'ils étaient de par leur intelligence supérieurs à la plupart des espèces, succombaient à la curiosité sur le passage des généraux, tous deux grands et resplendissant dans leurs armures. Marcus distingua tout de même une certaine réticence dans le regard des habitants d'Iboa qu'il croisait, peut être intimidait-il plus qu'il intriguait?
Le général Orthodoxe fit part à l'Humain de son incapacité à l'aider dans sa requête, son souverain étant le seul capable de lui répondre convenablement. Marcus en tira beaucoup de conclusions, cet Orthodoxe agissait sur ordre de son roi et ne devait pas prendre beaucoup d'initiatives en temps normal. Marcus lui-même n'avait pas eu à demander à Ardiosis pour aller s'entretenir avec ce général, d'après lui, son souverain l'avait choisi pour son expérience et ses capacités à résoudre les problèmes, il devait donc agir comme bon lui semblait et du mieux qu'il pouvait.

-Si c'est nécessaire, j'irai voir votre Roi quand il pourra me recevoir.

Ils passèrent dans plusieurs rues ennivrantes de leurs parfums d'épices diverses, d'odeurs raffinées fouettant aussi bien les narines de l'Orthodoxe qu'elles surprirent Marcus de leur originalité.
Le dialogue reprit avec l'intervention de l'Othodoxe qui jura vouloir aider l'Humain, il l'appela même par son prénom pour se montrer amical, il lui fait part égalements des craintes qu'il avait quant à l'instabilité des relations qui liaient les peuples de Gwendir et à la tension qui pouvait à tout moment mener à la catastrophe.

-Vous pouvez m'appeler ainsi, à condition que je connaise votre nom, répondut en premier lieu Marcus, un sourire rare accompagnant ses paroles. Contrairement à ce que vous pouvez penser, général, notre posture n'est pas dramatique.Nous sommes déjà trois à servir le Seigneur Nordique ; les Druides nous craignent et se rangeront très vite à nos côtés dans le cas d'une bataille. En ce qui concerne les Amazones... j'ai l'intention de régler très rapidement ce problème. Je connais ce peuple, il sert avant tout son intérêt, et non des idéaux. Je vais leur faire comprendre qu'ils ont beaucoup plus à perdre en nous faisant face qu'en nous épaulant. Et, ma foi, les Elfes n'auront qu'à prier leurs dieux si les meilleures guerrières du Gwendir acceptent de se lier à nous. Et si le contraire arrive, les Orthodoxes sont les plus qualifiés pour contrer cette menace, votre magie les ridiculisera! Il suffira que nous les retenions sur le champ de bataille.

Tant d'assurance rassurerait le général Orthodoxe, peu confiant. Il est vrai que l'union de ces deux peuples était surement la meilleure au niveau stratégique, l'un agissant de loin, l'autre attaquant de près.

-Toutes les guerres amènent le chaos. Il n'en existe pas qui laisse des vies épargnées, des gens heureux, mais le chaos précède l'harmonie et la paix, général. Terminons rapidement cette lutte, et pour cela, j'ai besoin de l'aide de votre souverain. La seule chose que je puisse vous demander est de lui faire parvenir ce message, en retour le peuple Humain saura récompenser ceux qui le soutiennent. Notre alliance apportera prospérité aux Orthodoxes. Avant d'être les seigneurs de guerre, nous sommes les messagers de la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/marcus-graybach-t950.h
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Lun 1 Fév 2010 - 18:32

Si c'est nécessaire, j'irai voir votre Roi quand il pourra me recevoir.

Le regard de Bogrin dût se durcir légèrement tandis qu’il bloquait sur les propos de son interlocuteur. L’Humain avait vraisemblablement tiré des conséquences hâtives de la réponse du Général Gilad, et pensant que son alter égo n’était en rien capable de donner suites à ses demandes. Peut être légèrement touché dans sa fierté d’Orthodoxe, Bogrin s’était immédiatement crispé, bien que rien en lui ou sur lui ne semblait avoir bougé. Il répondit d’un air détaché en esquissant un sourire jaune :

« Vous m’avez mal compris général, je disais que je ne pouvais pas donner de réponse officielle à votre demande, c’est en revanche bien moi qui me charge des affaires militaires de notre peuple. Je suis ici pour m’assurer de la bonne marche des phases stratégiques et militaires, mais je reste cependant sous l’autorité de Sa Majesté par respect et loyauté, et non par manque d’expérience. Inutile donc d’aller l’importuner, je me chargerai de faire suivre les demandes, soyez-en sûr. »

Le ton fut peut être légèrement bref et sec, mais il fut si vite effacé par une autre expression indéchiffrable qu’il était presque impossible de distinguer une différence avec l’instant d’avant. L’orthodoxe reprit la parole comme pour éviter de laisser cet instant de flottement séparer nettement la conversation. Il fut surpris de voir Marcus fendre son visage d’un sourire aimable lorsqu’il demanda son prénom. Bien qu’il ne connaisse pas son interlocuteur intimement, Bogrin fut certain que l’individu en question ne souriait pas à n’importe qui et qu’il devait posséder un grand sens du devoir.

« Je suis Bogrin Gilad, Général et Garde personnel de Sa Majesté Erendil San’Veck. »

Un bras sur le torse, Bogrin fit un salut de la tête respectueux à Marcus, signe qu’il reconnaissait son égalité de fonction et d’importance, malgré leurs différentes origines. Il rendit le sourire d’avant avec un des siens, moins inquiétant et carnassier que de coutume. Il reprit l’habituelle expression froide lorsque Marcus reprit.

« Ah, les Druides, pardonnez-moi général, mais je n’ai jamais vraiment eut de rapport avec ce peuple, nous n’entretenons pas spécialement de relations qui ne nécessite pas qu’on y prête attention, si vous voyez ce que je veux dire…
Ma foi la principale difficulté reste de parvenir à convaincre les Amazones, qui selon nos sources, restent ceci dit en assez bons termes avec les Elfes. Et bien que vos compliments soient particulièrement flatteurs, il n’est pas dit que notre puissance spirituelle nous lave de tous risques. La stratégie employée devra être mûrement étudiée et réfléchie en cas de conflit, puisqu’aucune erreur ne pourra être acceptée. »


L’air grave, Bogrin se voyait déjà faire toutes les démarches auprès du roi pour annoncer un conflit sans précédent. Evidemment il allait falloir énormément d’argent, et l’actuelle prospérité financière n’était peut être pas forcément extraordinaire, du moins pas suffisamment pour l’érection d’une armée en peu de temps et bien entraînée. Soucieux de savoir s’il disposait de forces nécessaires au soutien des troupes Humaines, Bogrin s’arracha à ses pensées lorsque Marcus évoqua les affres de la guerre.

« Vous n’avez pas idée… Les Orthodoxes sont fiers de pouvoir se battre pour leurs terres et leur liberté aux côtés des Hommes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75
Marcus Graybach
Chef des Armées incompris
avatar


Masculin Nombre de messages : 473
Age : 38 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Ancien Chef des Armées
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Lun 1 Fév 2010 - 22:21

Leur liberté... que voulait-il dire par là? Comment les Orthodoxes pouvaient-ils se battre pour quelque chose qu'ils possédaient déjà? Marcus devait-il voir derrière les paroles de Bogrin quelque image? Laissant ce mystère derrière lui, le général réfléchit aux précédentes paroles de son interlocuteur. Les Amazones resteraient dures à convaincre, bien entendu, mais réussir à les relier à la cause humaine promettait pratiquement la victoire, car si elles se rapprochaient des humains, le peuple à la réputation neutre, les Ombres, finiraient rapidement par les suivre. Autant dire que les Elfes n'auraient plus aucune chance... mais ce jour n'était pas venu, loin de là! Marcus était prêt à mettre sa vie en danger pour aller converser avec les Amazones, un projet que son Roi pourrait ne pas accueillir avec la plus grande sérénité et même refuser. Et pourtant! Un messager ne suffirait pas! Les Amazones n'accepteraient pas une alliance par le seul intermédiaire d'un simple soldat envoyé, il fallait qu'elles conversent face au chef de l'armée humaine, face à Marcus même qui s'exposerait mais prouverait d'une façon certaine ses intentions de préserver le plus de vies possible. De plus il connaissait la plupart des coutûmes Amazones, de quoi ne pas les vexer, ce que pourrait très bien faire un messager, il fallait qu'il y aille.

-Inutile de vous dire quelle est ma satisfaction d'entendre ces bonnes paroles, surtout de votre part. A vrai dire, nous aurons à combattre ensemble, çela ne fait aucune doute! J'espère du moins que ce moment arrivera quand la situation sera en notre faveur.

Plus le temps passait et plus les ennemis de l'humanité se renforçaient! Marcus ignorait combien de temps attendraient les Elfes avant de les attaquer, voilà pourquoi il n'avait aucunement l'intention de patienter, si ces derniers ne se décidaient pas, il leur enverrait, avec accord d'Ardiosis, un ultimatum, qu'ils refuseraient forcemment, ensuite il donnerait l'assaut. Une stratégie qu'il avait établi consistait à attaquer directement les Elfes et les vaincre afin de prouver aux autres peuples la suprématie Humaine et les faire se rendre. Une tactique risquée qu'il ne préférait pas à celle qu'il était entrain de mettre en oeuvre ; petit à petit, condamner les Elfes à combattre seuls. Mettre feu à leur forêt, protectrice, restait la meilleure menace qu'il pouvait mettre à profit, il s'attirerait les foudres des Nymphes, mais qui craignait ces êtres léthargiques, incapables de combattre convenablement? Une idée naquit soudainement dans l'esprit de Marcus... Un peuple réagit quand il a peur, il suffit de lui désigner un ennemi, et il s'empressera de tout mettre en oeuvre pour lui nuire.

-Les Elfes espèrent rallier à leur résistance les Amazones et les peuples les entourant, uniquement parce qu'ils nous présentent comme une menace. Certes, mon souverain a pris le pouvoir de force, mais inversons les rôles et présentons-le comme un sauveur, et les peuples influençables se retourneront immédiatement contre les Elfes! Il est temps, je pense, de retourner les armes de nos ennemis contre eux. Je vais me présenter face aux Amazones, afin de leur faire comprendre que le peuple Humain ne leur veut aucun mal. Leur faire comprendre que leurs seuls ennemis sont ceux qui les dressent contre nous, qui ne désirons que la paix entre les peuples, voilà pourquoi Ardiosis s'est imposé, pour unifier les différentes races sous un unique règne, celui de la prospérité... J'ai conscience de ce que je fait, autant être sincère, mais ma loyauté m'empêche de me lier aux ennemis de mon Roi, tout comme elle me lie à ceux qui l'aident.

Marcus avait été sincère, il espérait que le peuple Orthodoxe comprenne au travers de son chef d'armée la bonne foi des Humains et soit renforcé dans ses convictions. Instaurer la confiance, désigner des ennemis, contrôler la peur du peuple, autant de stratégies qui avaient déjà fait leurs preuves et pouvaient maintenant aider le général Humain à mener cette guerre à bien! Marcus était prêt à n'importe quoi pour rendre victorieux son souverain, faire honneur à sa femme et à sa fille qui chaque jour l'accompagnaient dans sa tâche ardue, proclamer la puissance Humaine.

-Je pense que nous nous sommes tout dit, général. Je vais rentrer à Yswllyra et rendre compte à mon souverain de votre fidélité, et croyez-moi, il sera heureux d'entendre de bonnes nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/marcus-graybach-t950.h
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Mer 3 Fév 2010 - 20:09

Le visage de Bogrin ne bougea plus d’un pouce, il écoutait très attentivement tous les mots que son interlocuteur articulait. Liberté n’avait pas tout à fait le même sens dans l’esprit de Bogrin, et il était prêt à parier que son peuple pensait exactement la même chose. La liberté pour lui prenait une toute autre forme que celle déjà bien imaginer par les Humains. Pour lui, liberté rimait avec expansion, liberté d’agissements, d’opinion et avant tout une suprématie de sa race. En fait, liberté aurait été un monde sans alliances ou besoins venant d’autres races, mais plutôt un immense rêve d’égoïsme, où seuls les Orthodoxes pourront décider de ce qu’ils devront faire. Il sortit de ses pensées lorsque Marcus expliqua son plan stratégique quant aux Elfes et la menace qu’ils étaient censés représenter. Malgré la bonne foi du Général Humain, il restait sur ses positions en ce qui concernait les Amazones, mais il se garda bien de relancer son égal sur le sujet et se contenta d’acquiescer. Il tapa deux fois dans ses mains et conclut d’un air froid :

« Très beau discours. Si, si je vous assure. Voilà un plan qui me paraît extrêmement machiavélique, mais qui, s’il réussit peut être une formidable opération de corruption de nos ennemis. Vous venez de prouver que les Humains ont bel et bien mérités le titre d’excellents stratèges qu’on leur prête. Général Graybach, je vous donne ma parole que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour soutenir vos efforts. J’irai de ce pas informer Seigneur Erendil de notre conversation, s’il me fait part d’autres directives concernant notre accord, je vous le ferai savoir aussi rapidement que faire ce peut. »

Un bref signe de tête appuya le discours bref de Bogrin. Le général l’invita à mettre fin à leur conversation, il semblait pressé de rentrer chez lui informer son roi qu’il s’était vu obtenir le soutien des Orthodoxes, et qui plus est, de se précipiter vers les peuples dont il avait projet d’endiguer. Le Général Gilad s’avança d’un pas et reprit d’un ton plus bas :

« Général, j’aurai souhaité vous accompagné lors de votre démarche, histoire de prouver aux peuples que vous visiterez que nous serons à vos côtés et que le peuple Orthodoxe s’est rangé du bon côté. Cependant, reprit-il après un bref silence, je ne puis venir avec vous car le voyage serait bien trop long et je dois assister dans deux jours au Conseil Supérieur des Orthodoxes pour y avancer nos petites affaires d’alliance. Mais si je ne puis me déplacer, je souhaiterai vous faire suivre d’un représentant de mon peuple, un magicien de haut niveau faisant partie de la cour du Roi et qui sera chargé, en plus de votre protection, de nous faire un rapport détaillé de l’avancée des négociations entre les différents peuples du continent. »

La demande du général était un peu brusque et surtout, certainement peu intéressante pour l’Humain, qui devait sans doute ne pas aimer l’idée qu’un Orthodoxe puisse venir s’incruster dans son équipe et ses plans, mais entre alliés, les compromis ou embêtements étaient parfois de mise. Bogrin planta son regard d’acier dans celui de son interlocuteur, bien que dure, le regard de Marcus traduisait une foule de sentiments différents, bien qu’il semblait en proie à une certaine réflexion. L’Orthodoxe laissa le silence s’épaissir et reposa une griffe aiguisée sur ses lèvres. Les méandres de ses tatouages magiques renforçaient l’éclat de ses yeux d’un jaune d’ambre.

« Général Graybach ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75
Marcus Graybach
Chef des Armées incompris
avatar


Masculin Nombre de messages : 473
Age : 38 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Ancien Chef des Armées
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Jeu 4 Fév 2010 - 20:25

Un magicien? Marcus n'appréciait guère la magie, il s'agissait là d'une force instable, mais parfois dévastatrice. Il se souvint de tempêtes de feu brûlant chaque homme sur leurs passage, la pire fournaise qu'il ait jamais connu. Etre accompagné d'un de ces faiseurs de sort ne l'enthousiasmait que très peu, mais accepter pareille compagnie permettrait une totale confiance des Orthodoxes. ll fallait néanmoins que Marcus ait l'accord de son Roi pour qu'un magicien le suive dans sa mission, et soit au fait de chacun des gestes du général Humain. Bolgrin était très intelligent lui aussi, d'où son statut, il avait trouvé le moyen de placer dans un certain embarras Marcus qui, s'il refusait, se plaçait dans les mauvaises grâces du général Orthodoxe. Fixant de nouveau les yeux de prédateur de Bolgrin, Marcus répondit.

-Je serai heureux d'être accompagné de votre magicien, général, j'ai néanmoins besoin de l'accord de mon Roi pour être suivi dans mes déplacements, vous comprendrez aisément, je suppose, que j'ai besoin de son approuvement ?

Une discussion d'apparence amicale peut cacher une multitude de sarcasmes que même l'un des interlocuteurs ne peut comprendre, une des spécialités du génie que mettait en place Marcus dans chacun de ses échanges. Le général humain connaissait assez bien les différentes espèces du Gwendir pour savoir que les Orthodoxes étaient surements les créatures les plus inteligentes qui le peuplaient, de ce fait il comptait sur Bolgrin pour déceler le léger sarcasme qu'il s'était appliqué de dissimuler dans sa réponse, une façon pour le général de prouver sa force intellectuelle et de faire comprendre à son interlocuteur qu'il était maître de la situation. On pouvait reprocher aux humains d'être machiavéliques, stratéges, mais Marcus l'était pour le bien de sa mission, ce n'était surement pas un trait de caractère à la base présent chez lui. Quand un homme a subi quelques expériences assez marquantes, il peut changer pour devenir celui qu'il n'était pas, ce n'était pas le cas du général, qui gardait son honneur et le caractère qu'il avait eu à la naissance, inébranlable, juste et loyal.
Les deux généraux arrivant aux écuries, Marcus prit de nouveau la parole.

-Le Seigneur Nordique risque fort d'accepter votre demande, surtout si je lui fais part de mes sentiments à l'égard du peuple Orthodoxe. Voilà pourquoi il vaudrait mieux pour votre magicien de me rejoindre dans quelques jours à Yswllyra, si la réponse de mon roi est négative, je vous enverrai très vite une missive pour empêcher un déplacement inutile. Comptez bien sur moi pour vous soutenir, général, je dois vous avouer que j'ai eu une très bonne impression.

Marcus monta sur la selle de son Sleipnir, apparemment impatient de se dégourdir, il caressa le poil soyeux de la bête, fidèle et magnifique. Se dressant de toute sa hauteur, le général humain salua l'Orthodoxe.

-N'ayez vrainte! Nous vaincrons! Que Thor vous guide, général!

Marcus savait faire des sarcasmes aussi bien qu'il pouvait ravir par quelque léger clin d'oeil, ainsi en citant Thor, une divinité propre au peuple Orthodoxe, il faisait part de ses connaissances et laissait de lui le souvenir d'un homme respectueux des coutumes étrangères. D'un coup de talon dans les flancs de sa monture, le général surgit des écuries pour quitter Iboa, laissant derrière lui un général qui, Marcus l'espérait, portait un peu plus de confiance en l'espèce humaine.

Les deux gardes portaient toujours leurs armures brillantes et montaient leurs superbes montures noires. Ils furent rassurés en voyant apparaître en haut de la pente leur général, et leur soulagement se fit sentir par le souffle rassuré que chacun lâcha. Marcus fit bondir son félin de rochers en rochers jusqu'a atteindre ses deux gardes.

-Je vous avais prévenu, les Orthodoxes ne sont pas nos ennemis mais bel et bien nos alliés.

-Nous avons tout de même eu peur pour vous, mon Seigneur. Ils vont nous soutenir?

-Cela ne saurait tarder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/marcus-graybach-t950.h
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Jeu 4 Fév 2010 - 21:57

Le sarcasme fit mouche. Déjà Bogrin sentait ses doigts se tendre et son regard se durcir rien qu’en comprenant que le Général Graybach venait de prendre un malin plaisir à prouver qu’il était le Chef de l’Opération, et ce, même si le Général Gilad se sentait bien supérieur du haut de son trône d’orgueil et de fierté. Gardant son calme, mais saisissant combien l’Humain était vif d’esprit, Bogrin Gilad eut à nouveau un sourire poli, bien qu’il savait que ses canines aiguisées rendaient son sourire un peu plus froid. Souriant gauchement ainsi, il devait ressembler à une hyène enragée.

« Bien sûr Général, bien sûr... » dit-il simplement.

En raccompagnant son homologue en direction des écuries, Bogrin ravala sa fierté non sans difficultés et parvint à comprendre que l’avenir de tout Gwendir se jouait peut être sur cette alliance et qu’il y avait un temps pour tout. Sa fierté attendrait donc et il s’efforça de paraître aussi insondable qu’au début de leur rencontre.

« Vous m’en voyez ravis, Général. J’attendrai votre signal pour envoyer notre Magicien jusqu’à vous, comme convenu. Ceci dit, j’ai toute confiance en vous en ce qui concerne vos petites affaires et suis certain que vous trouverez accord avec votre Souverain. Faites bonne route, Général Graybach, puisse Thor suivre vos pas et vous accorder sa protection jusqu’à l’aboutissement de cette mission. »

Sur ces mots, Bogrin leva sa main effilée et fit signe au Général, qui s’éloigna sur le dos de son Sleipnir. Lorsqu’il fut hors de vue, Bogrin daigna enfin se détourner et se diriger vers les ruelles plus en arrière des écuries. Là, il bifurqua dans plusieurs autres directions avant de parvenir à une ruelle plus étroite, bordée de hauts murs de pierres, cernant les fortifications de la ville à la manière d’une ceinture. Tapant à une petite porte de chêne, il pénétra bientôt dans une pièce en veillant avec attention à ce que personne ne le voit entrer.
Là, un long escalier de pierres descendait à ses pieds, rejoignant un couloir long et large, où, à égale distance flambaient des torches qui jetaient un peu de lumière sur les murs livides de la bâtisse. Enfin au bout de ce hall, une autre porte se trouvait là.
Frappant deux coups, Bogrin glissa sous l’encadrement.

« Monseigneur » fit-il en s’inclinant légèrement devant Erendil San’Veck, qui se tenait sur un vaste fauteuil de bois face à l’immense âtre d’une cheminée où crépitait un feu pâle et faible. Un bureau séparait le Général du Monarque.

« J’ai de bonnes nouvelles Votre Majesté. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Jeu 11 Fév 2010 - 19:43

Il avait bien fallu une nuit complète à Erendil pour se remettre de l'événement de la veille. Quand il y pensait, il se demandait encore ce qui était le plus dur à avaler : le fait d'être fiancé avec une dinde insipide bien que non dénuée d'un certain charme ou apprendre qu'elle avait failli aussi vite aux ordres qu'il avait donné, l'après-midi même. Tout se savait, mieux encore, tout finissait par tomber dans l'oreille du monarque. Il n'avait peut-être pas été assez clair avec elle, il aurait peut-être fallu qu'il se montre plus... convaincant, à sa manière. Mais il ne ferait pas deux fois la même erreur.

Après cela, qu'elle ne pense plus un seul instant pouvoir échapper à une surveillance vigilante. Si Linnel savait ce qu'était la vie dans une prison dorée, elle allait goûter à une prison royale, à la hauteur du titre qu'elle briguait. Un garde, relayé de jour comme de nuit, se chargeait dorénavant de rester planter devant sa porte ou de la suivre dès qu'elle daignait bouger de ses appartements. Ses déplacements étaient sévèrement limités et contrôlés. Erendil espérait bien que quelques semaines de ce régime drastique lui mettrait un peu de plomb dans la tête, ce qu'elle ne semblait pas avoir pour le moment. Pour bien ficeler le tout, un précepteur trié sur le volet se chargeait maintenant de faire d'elle une reine, si ce n'était parfaite, du moins acceptable. Cela l'occuperait.

Quant au fauve, il ne goûterait pas avant longtemps aux joies des escapades en pleine ville, poursuivit par sa maîtresse, Erendil s'en était assuré.

Après avoir donné ses consignes, la journée s'était déroulée normalement, enfin. Le monarque avait vaqué à ses obligations habituelles depuis ses semaines dernières, recevant porte-parole ou nobles, avait rendu des jugements sur les litiges aussi courants qu'insipides, puis midi venu, s'était isolé dans son bureau, avec pour seule compagnie le feu dans l'âtre. Une collation légère avait été déposée à son intention, de même qu'une petite pile de dossiers en tout genre qui attendaient d'être lus et paraphés par ses soins.

Il s'attabla, goûtant le calme et le silence comme un naufragé goûtait enfin la sensation du sol ferme sous ses pieds, préférant se concentrer sur ses dossiers plutôt que sur cette idée saugrenue de se nourrir. Son attention volatile à ce moment de la journée ne lui permit pas longtemps de s'occuper de la lecture qui l'attendait et il releva la tête, assez soulagé de la distraction qui arrivait, annoncée par les coups donnés contre la porte en bois qui l'isolait du reste du monde.

Les yeux du souverain s'attardèrent un instant sur son général avant qu'il ne repose le dossier sur le bureau et n'invite Bogrin à s'installer.

- Asseyez-vous.

De bonnes nouvelles ? De quoi égayait sa fade journée ? Au fond, Erendil se demandait ce qu'un humain aurait pu avoir de bons à lui apporter, mais garda cette pensée pour lui. Il faisait peu de cas de ce que voulait ce général étranger, sans douter de la nécessité de savoir de quoi retourner cette étrange visite sur leur terre. Mieux valait être au courant que d'être surpris.

- Que nous veut donc cet homme ? Son nom... Graybach c'est cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Lun 15 Mar 2010 - 12:56

En pénétrant dans la petite pièce où le feu, dansant dans l’âtre de la cheminée projetait des ombres inquiétantes sur les murs de pierres, Bogrin avait salué respectueusement son Roi et avait d’emblée annoncé la bonne nouvelle qui allait permettre au puissant Monarque de se dérider un peu. Comme il l’invitait à s’assoir, Bogrin tira le siège clouté devant lui et s’y assis, dans un grand bruit métallique. Son expression habituellement impassible s’était changée en un sourire machiavélique que son roi et lui partageaient lorsqu’ils projetaient diverses choses. Ouvrant la conversation d’un air bienheureux qui lui ressemblait peu, le général Gilad dit :

« Ah Monseigneur, qui aurait cru qu’un si petit être puisse nous être si utile ? Ni vous, ni moi… Sans vouloir vous manquer de respect ! Commença t-il. J’ai eu une petite entrevue avec ce général, Marcus Graybach, qui s’occupe des petites affaires du Seigneur Nordique depuis quelques temps déjà. Il s’avère que cet homme a beaucoup de ressources qui nous seraient profitables, Seigneur Erendil. »

Croisant ses jambes d’une façon tout à fait féminine, et croisa ses longs doigts effilés, Bogrin reprit :

« Le « petit homme » s’en va d’ici quelques jours en terres amazones, dans l’espoir d’amadouer les farouches femelles de l’Est. Je suppose que, comme moi, vous trouvez cette idée particulièrement stupide lorsqu’on a conscience de la haine féroce qu’entretiennent les Amazones envers Ardiosis. J’ai donc glissé l’idée que nous allions soutenir le général… »

Levant un doigt en l’air comme pour rajouter quelque chose, Bogrin reprit :

« Mais je n’ai pas agis n’importe comment, Votre Majesté, soyez sans craintes… Je pense qu’une grande opportunité s’ouvre à nous autres, puissants Orthodoxes, si nous jouons le jeu… »

Se penchant en avant, et tentant de coller avec tout ce que son souverain aimait à savoir, il continua alors son discours, articulant sa stratégie sans faille autour de tout ce qui allait contenir le plan. Le résumé, bien qu’emplit de détails, allait sans doute ravir le Roi, qui ne regrettait jamais les qualités stratégiques et viles du général Gilad.

« Je compte faire suivre le Général Graybach par Kael, un de nos magicien les plus hauts placés, qui passera sans doute bientôt lieutenant, afin de représenter notre peuple à la suite de Marcus Graybach. Bien qu’alliés des Humains, profiter de leur petite escapade en terres Amazones peut s’avérer utile. Je m’explique…

Le Général Humain désire proposer à la jeune reine Idril de ne pas agir si les Elfes déclarent la guerre aux Humains. Vous savez sans doute comme moi qu’il est hors de question pour elle de se laisser faire… Voilà pourquoi notre représentant sera avec lui. Il supervisera l’entrevue, et puisqu’il est fort probable que cette dernière ne se passe pas exactement comme prévue, il profitera d’une occasion pour glisser nos intérêts à la reine Idril. Soyez certain que Kael ne lancera pas cela de façons maladroites, puisqu’il est un fin orateur et sa langue de vipère est connue pour être particulièrement convaincante.. »


Un nouveau sourire fendit son visage, une griffe passa sur ses lèvres, et le regard d’ambre du Général pénétra celui du Roi. La loyauté qu’on pouvait deviner dans les yeux de Bogrin aurait fait frémir n’importe qui…

« Nous voudrions duper les Amazones à leur insu, en prétextant un chantage perpétré par les Humains. Bien que vil, ce petit plan peut nous permettre de se rapprocher suffisamment de la reine Idril pour lui glisser quelques idées. Soutenant les Humains, bien sûr, pour l’intérêt qu’ils nous apportent, et pour la gloire que saura reconnaître Ardiosis à Votre Majesté, dans l’aide apporté à sa victoire. Mais en dupant les Amazones, pour profiter d’un effet de surprise si elles tentent de venir en aide au petit peuple des Elfes… »

Stoppant son explication, il s’enquit de l’accord d’Erendil.

« Votre Majesté ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Jeu 1 Avr 2010 - 9:05

Erendil, concentré et attentif, écouta sans mot dire le pourquoi de la venue du Général Graybach. L'orgueil et l'importance que se donnait les Orthodoxes étaient proverbiaux, mais à l'énoncé des intentions de l'Humain -oserait-il dire la stupidité ?- le souverain eut ce qui ressemblait le plus à un sourire chez les lui. Ses lèvres frémirent et il se permit même de hausser vaguement les épaules.

- S'il n'a que cela à faire...

Cela laissait penser que ce Général n'avait pas une once de discernement. La combattivité des Amazones ne se calmerait surement pas grâce à de belles paroles d'un homme qui, à première vue, n'avait aucune compétence dans ce domaine. Car n'importe quelle personne saine d'esprit ne se risquerait à un tel projet, pas avec le peuple choisit par Graybach.

Mais la suite et toutes les possibilités qui s'offraient, cela, méritait l'attention du monarque. Il agréa à l'exposé de Bogrin d'un mouvement de tête appréciateur, tandis qu'une flamme s'allumait dans ses yeux. Les Amazones ne seraient pas facilement convaincues, il était, après tout, de notoriété publique que les Orthodoxes avaient pris le camp du seigneur Nordique, mais ce genre de choses méritaient d'être dites. Ne serait-ce que pour le fait de mettre un pied sur le territoire de ses femmes, quand bien même cela ne servirait peut-être à rien. On ne basait pas toujours ses décisions sur des certitudes, échafauder des hypothèses se révélait parfois obligatoires.

Il ne se posait maintenant plus de questions sur les raisons pour lesquelles il avait donné ce titre de Général à Bogrin Gilad. Il avait l'intelligence affutée, l'esprit retors et il ne s'embarrassait pas de scrupules de mauvais goûts. Il n'hésitait pas à se servir de ceux qui pouvaient lui apporter quelque chose... que ce soit pour lui ou celui qu'il servait, Erendil. Le souverain faisait assez confiance à ses prises de position et ses avis pour en tenir compte.

- Voila qui me semble intéressant en effet. Bien qu'inutile, cette rencontre aurait au moins eu un intérêt, finalement. Envoyez votre représentant pour accompagner Marcus Graybach, si vous le pensez en mesure de défendre nos intérêts face à Idril Calafas. J’espère que son talent est à la hauteur de ce vous en dites, aucune erreur ne pourra être tolérée. Nous ne sommes liés au seigneur Nordique que par notre parole, mais il ne peut être question de le contrarier pour le moment. Tant qu’il nous est profitable de rester sous allégeance, nous devons nous y tenir et ne prendre aucun risque.

Erendil croisa les doigts devant lui après ses conseils, déjà tourné vers les avantages qu’ils pourraient tirer à terme de cette alliance officieuse, si elle se concrétisait. Les occasions ne devraient pas manquer d’éprouver ces liens, à commencer par l’épidémie qui sévissait depuis quelques jours sur les terres Amazones et Druides. Il y avait là une idée à creuser, quand ils sauraient si le soldat choisit par Bogrin avait ou non faillit à sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Dim 11 Avr 2010 - 18:39

« Que votre Majesté se rassure ! Kael Endrolendil a été l’un de mes suivants lors de quelques impératifs. Je ne confierai pas cette délicate mission à n’importe qui, soyez sans crainte. Vous pouvez me faire confiance, comme il se doit. Je ne compte plus ses qualités orales et ses capacités magiques Monseigneur ! Et je veillerai personnellement au succès du Général Graybach si cela peut nous promettre un peu d’or sur le blason. »

Même s’il s’agissait que d’une expression, Bogrin était on ne peut plus sérieux, et Erendil le savait sans doute mieux que personne. Si un quelconque intérêt pouvait être trouvé et qu’il devenait un avantage, aussi petit soit-il, Bogrin était toujours méticuleux. Les intérêts de son roi et de son peuple étaient des priorités absolues et jamais, O grand jamais Bogrin aurait laissé quelque chose lui entraver la route. Fusse t-il une horde d’Amazones farouches ou une garnison entière de soldats Humains.

« Comme Votre Eminence l’a fait remarquer, il est certain que tant que nous sommes sous la bannière du plus puissant, nous serons certains d’obtenir gloire et récompenses en échange de notre pseudo loyauté. Comme vous l’avez brillamment suggérer, nous ferons tout pour profiter de ces petits conflits de clans et minimiser les dégâts sur notre peuple. »

S’appuyant sur le dossier de son siège, Bogrin fit un sourire machiavélique à son Roi.

« Ne nous embarrassons pas d’alliés inutiles, rejoignons chaque causes qui nous semblera profitable pour nos intérêts. Puisse Thor nous accorder son soutien Monseigneur, afin que nous puissions bâtir Votre empire et l’étendre. Eradiquer ces maudites femelles d’Amazones, repousser les Elfes… »

Il fut clair que Bogrin s’emportait. Aussi stoppa t-il immédiatement tout son et se racla la gorge. Il débordait d’idée pour monter son Souverain sur le trône du Gwendir. Il l’admirait, avait envie de lui offrir la gloire qu’il méritait. Et ce, même s’il avait à égorger tous les gens du peuple de ses propres mains. Reprenant donc son discours -en même temps que ses esprits- Bogrin dit :

« Pardonnez mon enthousiasme Monseigneur. Je souhaite simplement offrir un futur resplendissant pour les Orthodoxes… »

C’était drôle, le Roi était difficilement impressionnable, mais l’élan de Bogrin dû quelque part l’intriguer, car les facettes de la personnalité du Garde du Corps étaient totalement invisibles lorsqu’il exerçait ses fonctions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75


Masculin Nombre de messages : 172
Age : 37 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Roi Orthodoxe
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   Jeu 29 Avr 2010 - 19:40

La description que lui fournit Bogrin aurait été à même de convaincre n'importe qui, mais Erendil n'était pas du genre à accorder sa confiance aussi facilement. Il s'en remettait à la décision de son Général quant à l'émissaire choisit, il ne connaissait pas personnellement ce Kael tant vanté, sans se départir pourtant d'une certaine méfiance, importante d'après le souverain, surtout dans les affaires de la royauté. La politique était un art difficile à maîtriser, quelles que soient les qualités supposées d'une personne et une erreur était très vite arrivée. Erendil préférait s'attendre à tout, même au pire, comme retrouver, au trousse de l'homme, une garnison de femmes Amazones, prêtes à tout pour lui faire la peau.

Un semblant de sourire répondit aux discours de Bogrin. Les deux hommes se trouvaient sur la même longueur d'ondes et comprenaient parfaitement l'intérêt de cultiver plusieurs alliances, certaines officielles (comme celle avec le seigneur Nordique), d'autres moins officielles, mais tout autant intéressantes. Seule la mention des elfes tira Erendil de son mutisme passager :

- Les elfes ne sont plus un problème pour le moment, plus depuis que nous avons ici même, à Erild, notre petit otage princier, capturé par cette gamine Garish'tar. Il faudra par ailleurs convenir de ce que nous allons faire de lui et combien de temps encore il pourra profiter de notre... hospitalité.

Non pas que le prince Haziel soit maltraité, mais les appartements qui lui avaient été donnés ressemblaient maintenant plus à une prison dorée telle qu'il n'en avait jamais connu. Le moindre de ses besoins étaient pourvus dans l'heure, il avait à son service tout ce qui faisait la vie d'un prince, mais aussi le confort, l'opulence, de quoi occuper ses journées... mais tout était encadré et il ne pouvait sortir des appartements, à moins d'être capable d'en supporter les conséquences. Et pour le moment, on pouvait dire que le séjour de son altesse le prince Haziel Gil'Rea se passait à merveille et dans le meilleur des mondes, quoi qu'en dirait le dit prince ou sa mère, quand elle aurait vent que sa précieuse progéniture était, comme dirait de mauvaises langues, prisonnier des Orthodoxes.

Il balaya les excuses de Bogrin d'un geste de la main. Parfois, il avait l'impression que sa cour et ses ministres, son Général maintenant, tenaient plus que lui à étendre l'influence de leur peuple au reste du monde. Les désirs d'expansion étaient presque normaux dans un monde fait de royaume monarchique, mais Erendil préférait concentrer ses efforts à diriger les terres que sa naissance lui avait légué de droit, avant de se tourner vers le reste du monde. La couronne sur sa tête était déjà assez contestée pour qu'il disperse ses forces. En dehors, bien sûr, du fait qu'il cherchait présentement à duper tout le monde, à commencer par les Humains.

- Et nous arriverons à ce futur que nous voulons, vous et moi. Il suffit simplement d'être... patient et de mener correctement certaines affaires, à commencer par celle-ci, les Amazones. Le reste ne pourra venir que naturellement et un jour, nous pourrons jouir de notre supériorité sur les autres peuples comme il se doit.

Erendil se redressa pour attraper le premier dossier de la pile, qu'il ouvrit face à lui, sur le bureau, signifiant par là qu'à moins d'autres nouvelles à lui annoncer, d'autres choses à dire, il avait du travail qui l'attendait, une très grande pile de travail, quand on y pensait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/erendil-san-veck-t626.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La rencontre de deux Chefs. [PV Bogrin *] [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un,deux,trois...Soleil ![Pv Odin]A archiver
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 6-