AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   Mer 24 Fév 2010 - 15:33



Soirée du Septième Jour,
Treizième Semaine


L’heure était tardive et le ciel, bas et lourd. Les toits de la cité se teintaient de couleurs sombres, tandis que le sablier du temps s’égrenait au fil des minutes qui passaient. Devant l’une des fenêtres de l’observatoire, Ardiosis se tenait stoïque, observant la nuit colorer de ses teintes sinistres Yswllyra, la merveilleuse. L’humeur morose, d’apparence cela dit, le monarque semblait réfléchir, perdu dans les limbes de son propre esprit. Pensées fugaces et chimères illusoires. Le bruit de la pluie vint interrompre le silence morne et pesant qui régnait sur la pièce, emportant avec cette douce tranquillité la patience du jeune émissaire envoyé informer le Seigneur Nordique des derniers évènements. Sa voix, mal assurée, sortit de sa gorge difficilement. Ce n’était qu’un son plaintif.

« Votre Altesse … ? »


Le couinement exaspérant d’une créature terrorisée. Après quelques secondes sans réaction, Ardiosis consentit à pivoter d’un quart de tour pour gratifier le soldat d’un regard détaché. Il le jaugea avec peu d’intérêt, comme si sa seule présence était insignifiante, voire dérangeante. L’effacement et la discrétion auraient contenté davantage l’illustre monarque. Sa main gauche quitta son homologue de droite, postée dans son dos, pour venir brasser le vent, chasser une présence importune.

« Vos babillages m’ennuient. Sortez. »

Délivrance suprême. Le soldat se hâta de quitter cette pièce malsaine, cette atmosphère oppressante et ce monarque imprévisible, aux humeurs changeantes. Le regard vague du souverain se perdit à nouveau dans la contemplation de la ville dominée par sa grandeur. Il était las. Pourquoi chaque infime détail se devait de lui rappeler sa condition ? N’était-il pas Empereur ? Pourquoi avait-il l’obligation de régler les problèmes dont s’entouraient les siens ? Ne pouvait-on jamais se passer de sa magnificence et de son jugement ? Personne ne savait comment se comporter, et chacun se tournait vers lui, misérable jouet des Dieux. Le chef des armées s’était attiré les foudres des Amazones par son imprudence, ou par sa ferveur peut être. Mais fallait-il provoquer ces démones, ces indomptables et farouches guerrières ? Elles étaient si connaissables, si prévisibles. Et voilà que le peuple se tournait à présent vers lui pour qu’il évitât un sort funeste à son appui militaire, qu’il sortît le Général des griffes amazones ? Ne pouvait-il donc pas lui accorder un peu de répit ? Un grincement de charnières mal huilées le sortit de sa torpeur et sans se retourner, il reconnut l’aura de son mystérieux visiteur. Cet enfant du démon, sa déchéance et son orgueil. D’une voix doucereuse et fausse, sans lui accorder un regard toutefois, il l’invita à se joindre à lui.

« Approche Telak, ingrate progéniture. Referme la porte sur ton passage, que les oreilles indiscrètes nous épargnent la peine de devoir les faire couper. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telak Firdor
Poigne Dure
avatar


Masculin Nombre de messages : 98
Age : 17 ans
Clan : Terreur ?
Fonction : Page du Seigneur Nordique
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   Jeu 25 Fév 2010 - 11:28

Le ruissellement de la pluie sur les vitraux qui agrémentaient la tour que s’évertuait à grimper le jeune Telak, n’était pas sans rappeler la morosité du caractère de ce dernier. Il était revenu à la demeure impériale depuis quelques jours seulement, et déjà l’envie de repartir se faisait grandissante. Son voyage chez les Nymphes avait intensifié sa soif de découverte, et il désirait désormais visiter d’autres régions dont les images n’avaient pu être procurées que par les livres que le Seigneur Nordique lui avait fournis, afin de l’éduquer. Mais il n’était pas à l’ordre du jour de programmer une nouvelle escapade, l’entretien réclamé par Ardiosis et pour lequel Telak se rendait à l’Observatoire, allait sûrement confirmer cette impression. Le monarque n’avait jamais clairement interdit à sa pupille de sortir de la Tour Sombre, mais il était évident qu’il n’avait pas apprécié les « fugues » de son cher enfant.

Lors de son ascension, il croisa un jeune soldat qui semblait revenir de l’endroit où il se rendait et dont l’expression lui indiqua que le Seigneur Nordique n’était visiblement pas dans de bonnes dispositions ce soir-là. Lorsque son regard identifia le garçon, il se troubla, baissa les yeux et accéléra la cadence de son pas. L’adolescent n’y prêta guère attention, car il arrivait devant la porte de la plus mystérieuses des pièces, celle qui attisait la curiosité et la crainte de bon nombre de personnes. L’Observatoire. Sans se soucier des rumeurs qui couraient sur cet endroit, trop habitué à s’y rendre, l’orphelin poussa la porte et un grincement sonore rompit le silence.

La luminosité de la salle était étrange, comme si la seule source de lumière en cette heure tardive était située en son centre. La pénombre enveloppait de son lourd manteau le monarque posté devant l’une des grandes fenêtres, lui conférant une allure lugubre et dérangeante. Sa voix mielleuse se fit rapidement entendre, ordonnant à Telak d’approcher. L’adolescent s’exécuta. Les propos du souverain trahissaient son état d’esprit et il fut aisé de savoir que la conversation serait houleuse. Relativement houleuse, car les mots échangés n’étaient jamais plus haut les uns que les autres. Arrêté au centre de la pièce, l’orphelin observa celui qui lui tournait le dos avant de s’enquérir des raisons qui l’avait poussé à le faire demander :

« Si l’indiscrétion de vos sujets vous préoccupe, je suppose que vous ne m’avez pas fait quérir pour parler de banalités, n’est-ce-pas ? »

Et il savait précisément de quoi voulait s’entretenir le Seigneur Nordique. Il était inutile de feindre la surprise ou l’ignorance avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/humain-telak-firdor-a-
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   Mer 3 Mar 2010 - 10:30



Le pas feutré de l’adolescent résonna aux oreilles du monarque ténébreux comme un bruit lointain, étouffé par les pensées qui assiégeaient son esprit torturé. La pluie se faisait plus violente, fouettant avec vigueur les vitres de la demeure. Folie que de croire qu’elle pouvait ébranler la Tour impériale, de ses fines gouttelettes. La même folie que celle qui habitait l’esprit des Peuples Libres qui pensaient pouvoir effriter un règne comme le sien. Un regard puissant lui brûlait le dos, et la conscience d’être observé le sortit à nouveau du chemin tortueux de ses pensées. Il jaugea le reflet de Telak sur la fenêtre, silencieux. Les paroles de cet infâme enfant résonnèrent enfin, troublant le silence qui s’était insinué entre eux. Il était vif et d’autant plus redoutable. Cet enfant des Enfers causerait sa perte, et celle des différents royaumes. Il était sa pathologie, l’abject objet de sa déloyauté envers son épouse et les siens. Un démon venu le tourmenter et lui rappeler sans cesse que ses péchés ne seraient pas pardonnés. Ardiosis ne pouvait lutter contre la clairvoyance aiguisé de son jeune interlocuteur, ni l’insolence que dégageait sa nonchalance et le masque d’indifférence qu’il revêtait si souvent. Il était le fruit du péché, l’incarnation de la punition divine. Ils allaient payer pour ce qu’ils avaient fait, ne le voyaient-ils donc pas ? Avec une lenteur démesurée, comme si chaque pivotement était étudié et calculé au préalable, le Seigneur Nordique se retourna pour faire face à l’ignoble vérité, à son traître d’enfant. Il était inutile de se perdre dans les méandres d’une conversation courtoise et hypocrite avec l’adolescent, Ardiosis ne s’y résoudrait pas. Il connaissait cet oiseau d’infortune et ses intentions méprisables. Il savait que contourner le problème n’avait aucun sens avec Telak. Ils se connaissaient si bien, se craignaient et se méprisaient avec autant d’ardeur que leur présence mutuelle leur était indispensable. Le monarque scruta plusieurs longues secondes sa pupille, faisant régner un malaise oppressant dans la salle. Ses lèvres se descellèrent et les mots finirent par envouter la pièce de leur sinistre mélodie.

« Le secret de mes intentions ne t’est jamais inconnu, mon enfant, et cela m’agace de constater qu’une fois de plus, je ne suis qu’un ouvrage ouvert que tes yeux lisent avec une maîtrise déconcertante.

L’agacement plus que la colère suintait du regard sombre de l’illustre monarque. Avec une indolence désinvolte, il fit quelque pas sur le côté, sans chercher à rejoindre celui qui l’observait et l’écoutait avec attention.

- Et comme si ce seul fait ne suffisait pas à ennuyer mon humeur, force est de constater que la réciproque n’est pas vraie.

Son pas s’arrêta et ses pupilles, accusatrices, se figèrent dans la direction de son « protégé ». Son regard était cette fois-ci empreint d’une gravité sans égale. Les intentions de cet enfant lui étaient inconnues et le souverain ne supportait pas le goût amer de sa trahison. Même la bassesse des agissements de son fils n’était pas aussi insupportable que la félonie dont faisait preuve l’adolescent. Reprenant ses allées et venues aussi lentes que maitrisées, l’Empereur ne laissa pas le temps à sa pupille de réagir.

- Il me semble que tes pas te mènent, ou plutôt t’ont mené, vers des endroits que même ma personne ne pourrait fouler sans hostilité notoire. Que cherches-tu à prouver en allant baiser les pieds de cette charmante Alphaïde ? Cela ne te ressemble guère de flatter l’orgueil des monarques que tu croises. Et l’idée que tu puisses m’abandonner à nouveau pour d'autres chimères m’est insupportable. »

La dernière sentence avait été prononcée d’une voix mielleuse, aussi doucereuse qu’hypocrite. Et Telak était assez attentif pour en décerner les sous-entendus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telak Firdor
Poigne Dure
avatar


Masculin Nombre de messages : 98
Age : 17 ans
Clan : Terreur ?
Fonction : Page du Seigneur Nordique
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   Mer 10 Mar 2010 - 17:21

Ardiosis sembla toiser le reflet de l’adolescent que produisait la vitre sombre, mais ce dernier ne s’en intimida pas, s’évertuant à garder son impassibilité en toutes circonstances. Il était aisé de comprendre ce que le monarque attendait de cet entretien, voulant sûrement mettre en lumière les récentes escapades de son jeune disciple. Il était aussi aisé de s’attendre à ce que l’empereur connaisse précisément les divers endroits où s’était rendue sa pupille, son œil inflexible parcourant les immenses étendues gwendiriennes par l’intermédiaire de ses espions, et le plus redoutable d’entre eux se nommait Söndra. Inutile de fuir l’emprise du Seigneur Nordique avec pareil atout divin et peu importaient les destinations, sa surveillance s’opérait toujours d’une quelconque façon. Telak ne broncha pas quand dans sa prestance surnaturelle, Ardiosis se retourna pour lui faire face, pour lui retourner son regard. L’enfant soutint les pupilles troublées du monarque un temps, mais se résigna à détourner son attention au bout de quelques instants. Cet homme n’était pas de ceux qu’on osait défier avec imprudence et désinvolture, même pour cet adolescent qui ne craignait personne. L’illustre souverain imposait le respect. Même ces plus redoutables détracteurs se trouveraient amoindris en sa présence, car ses prunelles dégageaient quelque chose qui vous laissait pantois, soucieux et sans ressources. Enfin, après un moment qui parut durer une éternité, ses lèvres blafardes remuèrent pour délivrer la sentence qu’elles avaient jusqu’alors contenu. Il esquissa un mouvement sur le côté, et le regard de Poigne Dure s’attarda sur sa traînée. Ardiosis prenait son temps, faisant monter la tension avec une maîtrise absolue. Son discours montait en gravité à mesure que les paroles retentissaient dans la petite pièce, tandis que Telak accusait le coup porté par chaque parole. Cet homme n’était pas non plus de ceux qui laissaient place à la diplomatie, se limitant pour ne pas effrayer leurs interlocuteurs. Chaque parole était cependant pesée, mesurée pour que son impact soit des plus retentissants. Enfin, le monarque s’arrêta et dévisagea sa pupille avec une sévérité qui ne lui ressemblait pas. Pour la première fois, l’adolescent tressaillit. Sans en tenir compte, le Seigneur Nordique termina sa diatribe, d’un ton faussement complaisant qui ne laissait place à aucune spéculation. Aucune tentative de se sortir de ses filets indemne. Le piège se refermait sur l’enfant.

Ce dernier ne montra rien de son trouble, car il aurait été aisé d’alimenter les humeurs déjà inamicales de son tuteur. Il prit appui sur une jambe et croisa les bras avec une légèreté qui lui était propre. Il s’octroya le droit de supporter le regard du monarque qui le fixait avec une attention malsaine. Il attendait une réponse. Plus, une promesse. Il n’avait que faire de ce qu’était allait faire son fils d’adoption. Ce qui lui importait, c’est qu’il ne recommence pas.

« J’ignorais que votre volonté de me garder près de vous englobait l’interdiction de sortir des murs de votre demeure. Car ce qui vous ennuie vraisemblablement, ce n’est pas ma visite de courtoisie à sa majesté Alphaïde, mais bien mon éloignement temporaire de votre imminente personne. Pourtant, il me semble bien que pareil traitement n’est guère conventionnel.

Un éclat nerveux fit briller les prunelles sombres de l’adolescent. Ardiosis irait-il jusqu’à formuler une interdiction formelle de sortir de l’enceinte de la Tour Royale ? Il en était peu probable, mais la fourberie de cet homme était sans commune mesure. Ce qu’il désirait, il l’obtenait.

- Mais assurément, votre Suprématie n’a aucun besoin d’être légitimée. Cela dit, puis-je vous demander de clairement formuler une réponse à ma présente interrogation : m’interdisez-vous de quitter votre Tour ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/humain-telak-firdor-a-
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   Lun 15 Mar 2010 - 18:04




« Assurément non, ténébreuse engeance. Insinuerais-tu que je sois ton geôlier ? Pareille ingratitude me déçoit, Telak.

Le ton employé n’était plus mièvre comme précédemment, mais toujours aussi sournois. Les limites de l’hypocrisie étaient si peu discernables dans ce discours qu’il était difficile de s’opposer aux propos du Seigneur Nordique. Seulement, il était face à cet enfant démoniaque, venu des cieux pour le tourmenter et il était ridicule de prétendre pouvoir le berner. Poigne Dure, sobriquet dont il avait hérité, n’était pas un adolescent comme les autres. Dans son comportement et son attitude suintaient la désinvolture et la négligence de ceux qui savent ce que les autres ne savent pas. Il n’avait pas peur du monarque. Du moins, pas comme les autres le redoutaient. Et le manque d’emprise sur cet enfant intriguant affligeait Ardiosis, habitué à être plus craint que respecté. Cette infâme progéniture le défiait perpétuellement, s’abrogeant le droit d’ignorer les menaces qu’il pouvait proférer. Ou les convoitises qu’il pouvait lui offrir. Rien ne semblait altérer l’humeur de ce garçon, au grand désarroi du Seigneur Nordique.

Mais l’esprit était changeant. Et assurément, Telak n’était pas une exception. Son tempérament s’était laissé distraire par quelques passions nouvelles, dont le souverain avait eu vent. Il n’était plus certain désormais que le jeune homme résistât aux menaces qui avaient germé dans l’esprit du monarque. Il devait rester auprès de sa personne, et tous les moyens étaient bons pour y parvenir. Tous. Sans exception aucune. Ardiosis ne tolérerait pas de devoir partager sa pupille avec un autre souverain, avec une autre personne. Il était sien et il le resterait, coûte que coûte.

Le sombre Seigneur, toujours enveloppé dans un manteau d’obscurité et de froideur, se déplaça à nouveau d’une démarche retenue, mystérieuse. Il s’avança cette fois jusqu’à l’extrémité du cercle de lumière diffusée fébrilement dans la pièce par la magie de la pierre de vision, cet objet répugnant qui s’emparait de la raison de ceux qui voulaient voir. Le regard d’Ardiosis ne s’attarda pas plus d’une demi-seconde sur la relique, feignant l’indifférence et l’ignorance. Il n’était pas question qu’il se perde dans la contemplation de pareil pouvoir, car il n’en reviendrait pas. Ses pupilles se focalisèrent sur l’étrange garçon qui le regardait avec une intensité redoublée. Et si le monarque jubilait, il n’en montra rien. Peu à peu, le masque de l’adolescent s’effritait pour laisser transparaître ses émotions. La nervosité avait déjà assiégé partiellement son état d’esprit. Plus qu’un infime détail, et il sortirait de ses gonds. Et assurément, il le ferait.

- J’ai cru comprendre que ton intérêt pour mon épouse était grandissant, mon jeune ami. Et étonnamment, il semblerait que ma Reine se soit elle aussi éprise de ta personne. N’as-tu donc pas l’intention de l’épargner, elle qui a déjà perdu son premier enfant ? Elle qui est si fragile, si désemparée. Tu ne voudrais pas qui lui arrive quoi que ce soit, n’est-ce pas ?

Le visage de son interlocuteur se décomposa. Ardiosis avait gagné.

- Un accident est si vite arrivé, parfois. Ne trouves-tu pas, cher enfant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telak Firdor
Poigne Dure
avatar


Masculin Nombre de messages : 98
Age : 17 ans
Clan : Terreur ?
Fonction : Page du Seigneur Nordique
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   Sam 20 Mar 2010 - 11:26

Le visage de Telak se décomposa. Ardiosis avait gagné. Comment avait-il eu vent de l’affection qui liait l’adolescent à sa fragile épouse ? Avait-elle pu montrer quelconque signe d’intérêt à sa personne quand il avait disparu, et ce, devant le Seigneur Nordique ? La bile monta à la gorge de l’enfant. L’infâme Seigneur n’irait tout de même pas jusqu’à brutaliser son épouse ? Il n’oserait pas s’en prendre à cette femme si douce, si fragile pour le forcer à rester à ses côtés ? Poigne Dure lança un regard désespéré à son interlocuteur, conscient d’être une proie facile sans son masque d’indifférence. Il observa quelques secondes le monarque qui s’était rapproché, à la frontière de lumière séparant les deux âmes de la pièce. Ses prunelles s’écarquillèrent et il comprit. Il comprit que le Seigneur Nordique ne mentait pas. Il n’hésiterait pas à se servir de son épouse pour le contraindre à se soumettre à sa volonté. Ses sourcils s’affaissèrent sous l’effet de la colère. Ses prunelles virèrent au rouge et il réalisa. Il réalisa que personne ne le croirait s’il cherchait à protéger la Reine de la folie du Roi. Il n’avait plus d’autre choix que celui de se soumettre. Il serra ses poings si violemment que ses articulations blanchirent. Jamais il ne s’était retrouvé dans une colère aussi noire et il se jura intérieurement qu’il ferait payer cet affront à Ardiosis.

Quand l’heure serait venue, il le tuerait de ses propres mains.

Ses poings se relâchèrent, son visage perdit toute trace de fureur et il redevint l’adolescent nonchalant qu’il était naturellement. La flamme dans ses pupilles mourut, et les ténèbres envahirent à nouveau son regard. Dans une caricature saisissante des nobliaux de la Cour, il fléchit le genou. Cet acte le plaçait pour la première fois de son existence dans une position de faiblesse vis-à-vis du monarque, qui jubilait ouvertement à présent. La soumission avait un arrière goût d’amertume et de défaite, mais plus que tout, elle portait le goût de la future vengeance. D’une voix placide, mais néanmoins glaciale, l’adolescent scella son destin.

« Il sera fait comme bon vous semble, Votre Grandeur. »

Amer, il se releva et n’adressa plus un regard au bourreau qui venait de le condamner à défier l’autorité de son véritable maître, pour l’illusoire chimère de sauver la seule personne qui comptait à ses yeux. Ardiosis paierait cet affront de sa vie. Telak se retourna et regagna lentement la porte de la salle. Il laissa derrière lui le Seigneur Nordique, et l’impression d’avoir échouer. Lorsque la porte se referma sur son passage, la flamme se ralluma dans son regard, irradiant ses iris d’une couleur effrayante.


La Prophétie se réaliserait.
Et Ardiosis mourrait pour avoir défié l’engeance du Dieu des dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/humain-telak-firdor-a-
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   Sam 20 Mar 2010 - 16:20



{RP Terminé}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Affres de la Jalousie * [Ne pas archiver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [ Amour, Jalousie, et autres Péripéties ] -PV-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Les affres de la guerre
» [PV] Jalousie & Amitié
» [Quête] Caramels, Sucres d'orges et jalousie.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-