AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Griffes & l'Ombre du Roi. { Solyanne *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Les Griffes & l'Ombre du Roi. { Solyanne *   Lun 5 Avr 2010 - 17:25

An 835, Quatorzième Semaine.
Deuxième jour, dans la matinée.

  • La salle du Conseil était bruyante et agitée. Les conversations tournaient essentiellement autour des affaires du royaume et Erendil était occupé à dispenser ordres et jugements aux personnes en présence, sous les yeux attentifs du Général Bogrin. Ce dernier, appuyé contre un mur, dans un coin sombre de la salle, observait d’un air vague l’assemblée de petits politiciens corrompus. Habituellement, il somnolait dans le fond de la salle jusqu’à ce que le Monarque est fini ses petites affaires. Là, la longue nuit qu’il avait passée, et après un sommeil qu’il avait enfin pu apprécier, il se sentait d’attaque pour ne pas somnoler dans son coin et rechercher de petits détails distrayants chez les membres de l’Assemblée.
    Il regardait donc, d’un œil toujours aussi froid, le petit politicien dodu assit un peu plus loin. De grandes auréoles bariolaient sa tunique et Bogrin grimaça en imaginant l’odeur désagréable que l’homme dégageait. Il loucha ensuite sur la coiffure rocambolesque d’une magicienne assise plus à gauche. Jamais Bogrin n’avait vu pareil invention capillaire, s’en était effrayant. Les cheveux de la femme avaient été tirés en arrière, dressés, tressées de telle sorte qu’une véritable œuvre d’art ornait ses cheveux. Certaines coquetteries féminines échappaient à Bogrin qui y voyait une façon très peu discrète de gaspiller l’argent. Quittant alors des yeux la sculpture capillaire de la jeune femme, il se tourna de l’autre côté de l’assemblée. Rien de ce côté ci n’avait d’intérêt particulier, aussi Bogrin entreprit donc de revenir à des occupations plus habituelles.

    D’ordinaire, Bogrin était quasi-certain de s’infliger un ennui mortel en assistant aux affaires de l’après-midi, puisque le roi se consacrait essentiellement aux petites affaires et problèmes du royaume, et que rien de cela n’avait de quelconque rapport avec le Général Gilad et ses fonctions. Aussi, en bon garde du corps, Bogrin restait des heures dans un coin à surveiller son Monarque, veillant à son bien-être jusqu’à ordonner que l’on amène un autre coussin si le siège devenait douloureux ou encore que l’on apporte des rafraîchissements au Roi lorsque Bogrin le sentait mal à l’aise. Rien de tout ceci, étrangement, n’occupa la platitude de la matinée, consacrée « aux petites affaires ».

    Las, le regard froid de Bogrin parcourut une dernière fois l’assemblée à la recherche d’une quelconque excentricité distrayante, mais ce qu’il percuta du regard fut bien plus amusant qu’il ne le pensait : Face à lui, Solyanne M’angil, l’espionne du roi s’avançait dans sa direction d’une démarche chaloupée et silencieuse.

    La beauté de la jeune femme subjugua Bogrin. Le regard charbonneux, allié à la lueur de ses iris d’émeraude semblait traverser la chair lorsqu’elle posait les yeux sur quelqu’un. De longs cheveux d’ébène, attachés sensuellement intensifiait son regard perçant et ses lèvres gracieuses. Un corset soulevait sa poitrine plantureuse et une longue robe à la couleur indéfinissable glissait derrière elle. L’allure et l’attitude de l’espionne étaient incroyablement étrange, elle semblait glisser entre les mailles du temps et chacun de ses pas était feutré et inaudible. L’espionne était aussi discrète qu’un sleipnir à l’affût.

    Il était d’autant plus étrange qu’en réalité, bien qu’ils servaient tous deux le même Monarque avec autant de ferveur, qu’ils ne s’étaient jamais adressé un seul traître mot. L’espionne agissait dans l’ombre du roi, tandis que le général Gilad étalait et assurait la supériorité du Roi sur tout le reste. Leur caractère était différent, ils n’agissaient pas de la même façon et pourtant ils étaient tous les deux les plus redoutables serviteurs d’Erendil San’Veck, qui avait en eux une confiance quasi-absolue.

    Ouvrant un grand sourire carnassier habituel, le Général Gilad fit une révérence polie à l’espionne et lui susurra d’un ton courtois :

    « Mademoiselle M’angil ! C’est un véritable honneur de pouvoir enfin vous rencontrer. J’ai ouïe dire bien des choses à votre sujet, mais l’on avait omis de me dire combien votre beauté était exceptionnelle. Si je ne vous avais pas déjà entrevue, j’aurai pensé que la Déesse s’était invitée à l’Assemblée ! »

    Gourmande d’éloges ? Peut être pas, mais au moins les mots de Bogrin étaient sincères et pleins d’entrain. Il était on ne plus ravi d’avoir une distraction aussi inattendu. Elle et lui avaient sans doute de nombreux points communs qu’il avait hâte de découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75


Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Age : 22 ans
Clan : Celui de son maître, Erendil San'Veck...
Fonction : Espionne du roi des orthodoxes ... Yeah!
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Les Griffes & l'Ombre du Roi. { Solyanne *   Lun 26 Avr 2010 - 18:50

Le soleil ne s'était pas levé depuis bien longtemps que la salle du Conseil était déjà noir de monde et ne laissait au roi des orthodoxes le temps de souffler. Ce dernier avait demandé à ce que Solyanne soit présente ce jour-là pour y retrouver Bogrin et discuter travail. Car une nouvelle mission leur serait assigné, à tous les deux. Les deux personnes très certainement les plus proches du roi côté travail n'avaient encore jamais agi ensemble. L'espionne ne pouvait que le regretter. Mais savoir qu'elle allait enfin le rencontrer et pouvoir parler mission avec lui ne pouvait que la réjouir. D'autant plus qu'elle connaissait la bonne réputation de cet excellent soldat. Elle ne pouvait demander mieux que de se rendre compte de son talent elle-même, de ses propres yeux. Mais pour l'heure, elle ne l'avait pas encore trouvé parmi les nombreuses personnes présentes dans la salle. Pas qu'elle eût vraiment commencé à chercher ... Elle préférait d'abord trouver ses repaires, se familiariser un peu à ces lieux que, étonnamment, elle ne connaissait que très mal pour ne pas y être venir souvent. Le roi Erendil la convoquait de préférence en d'autres lieux plus discrets.

La dernière mission ne datant pas de la veille, Solyanne avait pu passer une longue nuit reposante. Elle s'était exceptionnellement couchée tôt pour se lever tôt également. En général, elle ne se permettait - et n'avait besoin - que de peu d'heures de sommeil. Ce qui s'avérait être un atout, voire une qualité indispensable en tant qu'espionne. Elle ne pouvait pas se permettre de passer de longues nuits à dormir lors de mission. Elle se devait donc d'avoir quelque peu entraîné son corps à un tel régime pour éviter d'être épuisée alors qu'elle devait être en forme pour ne pas faillir à la tâche qui lui était donnée.

En ce deuxième jour de la semaine, Solyanne M'angil portait, comme d'habitude, des vêtements d'une couleur qui rappelait la forêt et elle avait coiffé, comme tous les matins, ses longs cheveux noirs d'un chignon qui laissait quelques mèches rebelles se glisser le long de son visage. Ce fut ainsi vêtue qu'elle se dirigea souplement et discrètement vers Bogrin Gilad qu'elle n'avait plus tardé à trouver.

Le jeune homme était comme elle se l'était imaginé : imposant non seulement grâce à sa grande taille, mais aussi grâce à sa fière allure. Et il était, en plus, vraiment charmant. L'espionne, qui appréciait le mélange de race que l'on pouvait ressentir chez lui, le trouvait vraiment beau. Il faut aussi dire qu'elle aimait bien les guerriers ...

Ce fut un sourire mystérieux tout en étant chaleureux qu'elle rejoignit le soldat. N'étant de loin pas aussi grande que lui, elle évita de se tenir trop près, histoire de ne pas avoir à se dévisser le coup pour pouvoir le voir dans les yeux. Car la jeune espionne regardait toujours les gens dans les yeux lorsqu'elle leur parlait, toujours ... Elle jugeait qu’ainsi, il lui serait plus facile de détenir la vérité de la part de son interlocuteur. Pas qu’elle pensât que Bogrin avait une quelconque raison de lui mentir. Mais elle aimait la franchise que lui offrait le fait de communiquer non seulement avec les mots, mais aussi avec le regard.

Le sourire de la jeune femme s’intensifia à l’accueil des Griffes du roi. Elle ne pouvait qu’être satisfaite de rencontrer un homme qui, en plus d’être beau, savait parler aux femmes. Elle s’inclina, à son tour, respectueusement devant lui et lui répondit en se permettant un clin d’œil à la fin :

« Bien le bonjour, cher Monsieur Gilad ! Le plaisir est pour moi. Je dois vous avouer que, parmi les nombreuses choses que l’on m’a dite à votre sujet, on a également omis de mentionner que vous étiez un homme charmant qui plus est charmant. »

Elle avait parlé d’une voix douce et posée. Et elle reprit bien vite :

« Quant à parler de Déesse, je ne suis pas sûre de mériter un tel compliment. Mais je ne peux que vous remercier pour vos compliments qui ne peuvent que m’inciter à me réjouir davantage encore à travailler avec vous. Car j’avais, je tiens à vous le dire, avant cela déjà hâte de m’allier à vous pour accomplir une mission. »

Solyanne n’avait pas pu s’empêcher de déjà parler travail. Mais cela n’empêchait bien évidemment pas du tout Bogrin de dériver sur d’autres sujets si l’envie lui prenait. L’espionne ne se gênait pas pour profiter de l’observer attentivement alors qu’ils parlaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/solyanne-m-angil-t245.
Bogrin Gilad
Gwendirien
avatar


Masculin Nombre de messages : 135
Age : 29 ans
Clan : Orthodoxes
Fonction : Chef d'Armée / Garde personnel du Roi
Date d'inscription : 31/05/2009

MessageSujet: Re: Les Griffes & l'Ombre du Roi. { Solyanne *   Dim 27 Juin 2010 - 16:18

  • Les pupilles sombres du Général se resserrèrent en deux fentes et toute son attention fut soudain comme attirée par l'espionne. Ses yeux de fauve semblaient glisser sur toute la silhouette de Solyanne M'angil et noter toute une série de petits détails. A l'affût de la personne, Bogrin consentit a détourner le regard pour le planter dans celui de son interlocutrice seulement lorsqu'elle évoqua la mission qui allait leur être commune. La perspective d'avoir à "cohabiter" avec la femelle effrayait et intéressait grandement le Général Gilad. Non qu'il craignait pour sa vie ou que la terrible espionne lui faisait une quelconque peur, mais plutôt parce qu'il redoutait d'être capable partager le secret du métier avec sa collègue. Evidemment, la mission commune promettait d'être très instructive et c'est sur cet aspect ci que Bogrin préféra se concentrer. Il avait entendu dire de l'espionne qu'elle était la meilleure dans son domaine et qu'on faisait l'éloge de sa discrétion et de sa force de persuasion. Intérieurement, Bogrin se sentait même assez fier de pouvoir rivaliser de ruse et de scrupules avec cette délicieuse jeune femme.
    D'un geste vif et féminin, il l'invita à le suivre dans un coin légèrement plus à gauche de la salle, de sorte qu'ils puissent être a quelque distance d'éventuelles oreilles indiscrètes. En ces temps durs, il convenait d'être le plus méfiant possible. Elle semblait conserver une quelconque distance avec lui, non par crainte, peut être plus par respect ou par volonté de disposer d'un espace autour d'elle. Il sauta aux yeux du Général à ce moment précis qu'elle était beaucoup plus petite que lui et être trop proche de son immense carcasse encagée dans du métal n'était pas forcément très confortable.

    « Puis-je vous proposer de vous asseoir, ou préférez vous rester debout durant notre entrevue ? Je me dois de vous retourner le compliment puisque j’ai moi aussi grande hâte à partager cette mission avec votre talent, dont on m’a fait, par ailleurs, l’éloge a plusieurs reprises… »

    Un autre sourire carnassier fendit le visage blafard de Bogrin, il avait envie de mieux connaître l’espionne chérit du Monarque, mais il valait mieux garder sa curiosité pour plus tard et tirer ses petites conclusions personnelles par la suite, lorsque la mission serait lancée. L’important, pour le moment, était de préparer et d’évoquer tous les détails de mission, qui étaient sûrement pour Solyanne, assez vagues. Aussi désirait-il lui fournir plus amples détails sur ce qu’il convenait de faire.

    « Seigneur Erendil m’a chargé de rappeler que la mission est d’ordre prioritaire, et le plus absolu qui soit ! Comme vous le savez surement, alors qu’on vous avait envoyée en mission avec quelques uns de mes hommes, le Conseil a connu une violente agression de la part d’un mouvement de résistance. Les actes graves méritant punition, il nous est incombé de retrouver l’organisateur de cet outrage et tenter d’en tirer un maximum d’informations. Lors de l’attentat, et ce malgré les forces déployées aux recherches, quelques uns des traîtres sont parvenus à quitter les lieux sans dommages…
    Il est important, voyez-vous, que nous puissions mettre un nom sur cet acte et rétablir ce qui doit être rétablit. Il est vital pour la sécurité de notre Bien-aimé Roi de pouvoir corriger cette injustice. Ayant perdu une partie de la confiance qu’il plaçait en ses troupes, Seigneur Erendil nous a chargé de cet honneur… »


    Tout au long de son discours, Bogrin Gilad avait employé un ton ferme et froid qui lui était devenu habituel. Cependant, dans son regard, la blessure provoquée par l’acte terroriste lui avait meurtrit le cœur, puisqu’il était responsable de la sécurité ce soir là, le trahissait. Tout son être semblait en appeler à la vengeance et il s’était déjà défoulé en partie sur les pauvres prisonniers qu’il avait pu torturer et ses hommes, qui avaient subis ses foudres durant les heures qui avaient suivies la tentative d’assassinat.
    La respiration forte du Général ondulait sur son plastron d’acier tandis qu’il attendait la réaction de l’espionne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/bogrin-gilad-finie-t75
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Griffes & l'Ombre du Roi. { Solyanne *   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Griffes & l'Ombre du Roi. { Solyanne *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-