AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Planification d'un voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleade-Bennefoy
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 71
Age : 24
Age : 38 ans
Fonction : Femme du roi Nordique
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Planification d'un voyage   Dim 25 Mai 2008 - 12:11

7ème jour de la 2ème semaine
En fin de soirée


Eleade se tenait debout, juste devant sa fenêtre, tenant le rideau bordau qui, en tant normal, cachait l'intérieur de la pièce à toute personne vivant à l'extérieur. Ce jour-là, elle portait une de ses nombreuses robes habituelles, pour ce jour blanche et jaune pâle. Comme les autres, elle était étroite dans la partie haute du corps de la reine et ample à partir des hanche, cachant ses jambes longilignes. Ses pieds recouverts de fines chaussures dorées restaient cachés sous ce magnifique vêtement. Le même ruban qui nouait ses longs cheveux bruns en une queue de cheval parfaite ceignait sa fine taille de femme. Perdue dans ses pensées, elle n'entendait rien ni ne voyait quelque chose, coupée du monde. La splendide vue qui s'étendait à l'infini devant elle restait invisible à ses yeux bruns en amande d'habitude si attentifs même aux moindres petits détails qui échappaient à la plupart de la population.

Ses pensées virevoltaient, passant à son mari jusqu'à son fils, puis au jeune orphelin accueilli par le Seigneur Nordique lui-même, Telak. Cette semaine-là, Eleade avait eu le privilège d'apprendre énormément de choses...bien que peu réjouissantes. Son mari avait failli à ses promesses, à celles qu'il avait prononcé avec force et sincérité le jour de leurs noces. Elle avait, bien sûr, remarqué un changement de comportement de son côté. Mais jamais elle n'aurait pu rien que simplement songer au fait qu'une autre femme ait pu combler ses désirs ne serait que pour une nuit. Et pourtant, la vérité l'avait percutée de plein fouet, lui procurant de la peine et de la douleur. Cela faisait quelques jours révolus que cela avait eu lieu. Eleade Bennefoy s'en était à peu près remise, sortie encore plus forte de cette chute vertigineuse.

Elle chassa ces mauvais souvenirs pour penser à Siran Bennefoy et Telak, le jeune orphelin. Le premier, son fils de sang, s'était enfui la semaine passée, trahissant son père et changeant de camp. Eleade n'en savait pas beaucoup plus. Mais elle espérait que, à ce jour, il se portait bien, épargné de toutes blessures physiques ou morales. Et qu'il ne regrettait pas son choix difficile ... Car tromper son père ainsi, qu'il soit bon ou mauvais, restait un acte difficile. Eleade ne doutait pas du fort mental de son fils, mais il restait un humain. Et tout humain ressentait le doute, la peur et la souffrance.

Quant à Telak ... Plus elle parlait avec lui, plus elle se rapprochait de lui et apprenait à le connaître. Elle ne ressentait rien de mauvais, lorsqu'elle observait. Mais la reine restait persuadée de son mauvais intérieur. Etait-ce l'oeuvre de Loki qui s'abattait sur Ardiosis en son biais? Quoi qu'il en soit, la compassion qu'elle éprouvait pour ce jeune homme demeurait au fond d'elle et demeurerait quoi qu'elle fasse. Elle avait beau essayer de se séparer de ce sentiment honteux, puisqu'elle le ressentait à l'égard d'un adolescent qui ne faisait que détruire son époux, elle ne pouvait rien y changer. La pitié, elle, restait à l'écart, n'ayant pas sa place dans son coeur.

Un bruit de pas s'approchant du salon la sortit de ses pensées. Un sourire s'étira alors sur ses lèvres. Prête à entreprendre un long voyage dont Ardiosis était, malgré lui, consentant, Eleade avait convoqué Loran Kellac, un homme proche du Seigneur Nordique n'ayant jamais failli à sa tâche. Elle le savait fidel et compétant ... Voyager la rassurait. Elle se savait protégée par un homme loyal qui ne la laisserait tomber pour rien au monde, puisqu'il avait donné sa parole à son supérieur...que demander de mieux?

[Désolée pour la qualité mais alors vraiment nulle! -.-'' Je ferai mieux par la suite. Il faut avouer que commencer les rp n'est pas mon truc.]


Dernière édition par Eleade Bennefoy le Lun 26 Mai 2008 - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loran Kellac
| Personnage décédé |
avatar


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 24 ans
Clan : Terreur
Fonction : Capitaine de l'armée d'Ardiosis / section des fantassins
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Planification d'un voyage   Lun 26 Mai 2008 - 10:35

[Gente damoiselle, vous avez oublié la date et l’heure^^]

Après son entrevue avec le Roi, Loran s’était efforcé de préparer l’expédition. Il n’avait guère mis de temps à choisir son escorte, partageant son choix entre les nouvelles recrues et les anciens soldats. Il serait le seul officier de l’escorte, ayant décider de laisser la charge de sa section à son sergent-major, Jadow. Qui plus est, il avait chois des hommes sachant se tenir en public : pas question que la Reine ait à subir une troupe de ruffians. Le capitaine s’était d’ailleurs promis de bien les briefer sur le sujet.
La Reine… Loran ne l’avait rencontré que peu de fois, et de loin. Elle semblait être une personne admirable, quoiqu’un peu mélancolique… elle lui faisait un peu penser à sa mère, bien qu’elle est plutôt l’âge de passer pour une sœur aînée : douce, sage et effacée, mais pourtant forte et décidée à se battre pour ce qui lui tenait à cœur.

Les cloches du temple résonnèrent doucement, trouvant Loran se dirigeant vers le Grand Salon. La Reine Eleade l’avait convoqué, et ce n’était guère une surprise pour lui : elle devait tenir à planifier le voyage. En un sens, cela arrangeait le jeune homme : il ne savait en effet s’il devait composer un cortège, ou si la Reine se contenterait d’un carrosse, d’une femme de chambre et d’un cocher. Bref, il demeurait dans l’expectative : c’était la première fois qu’il devait organiser un voyage, et comptant parmi ses protégées l’épouse de Seigneur Nordique. Bien qu’il se soit efforcé de ne rien laisser paraître, le capitaine était nerveux à l’idée des responsabilités qui pesaient sur ses épaules : il fit pourtant semblant de rien, vérifiant brièvement sa tenue avant de se présenter devant sa Reine.

Après l’entrevue avec le Roi, Loran avait pu faire un petit somme, et il était frais et rasé de près. Vêtu de l’uniforme de l’armée royale, ses galons de capitaine soigneusement épinglés, il semble bien plus détendu qu’il ne l’était en réalité. Après un dernier regard à ses bottes de cuir fraîchement cirées, Loran pris une soudaine inspiration et se présenta devant le petit salon. Le garde le salua au passage, s’effaçant pour laisser entrer le capitaine légèrement intimidé. Il jeta un bref coup d’œil aux tentures qui ornaient la pièce, meublée et décorée avec soin, avant de s’incliner devant la Reine Eleade qui semblait l’attendre.
Comme à son habitude, la Reine était resplendissante, dans une robe aux couleurs pâles qui accentuaient son teint de porcelaine. Le sourire qui illuminait pour l’instant son visage semblait éclairer la pièce entière, et Loran dut faire un véritable effort de volonté pour détourner les yeux de sa charmante Reine.

Ma Dame, vous m’avez fait mander ?

Le protocole exigeait qu’il pose cette question, et attende la réponse. Mais il avait encore d’autres choses à faire pour préparer ce voyage, surtout si la Reine désirait partir le lendemain aux premiers rayons du soleil. Il espéra donc ne pas l’agacer en enchaînant avec douceur.

Reine Eleade, je suis honoré de vous servir de guide et de protecteur durant ce voyage. Cinq de mes hommes nous accompagneront, et je réponds d’eux à tous égards : vous n’aurez rien à craindre. Votre escorte sera prête à partir dès demain matin, mais je voudrais, si cela vous agréé, obtenir quelques précisions : comment désirez vous voyager ?
Sans vouloir vous brusquez, ma Dame, le chemin est praticable pour un carrosse, bien que légèrement plus long. Mais si vous désirez vous faire accompagner de votre suite, je crains qu’il ne me faille plus d’une demi-journée pour préparer cette expédition.


Loran espéra que la Reine ne lui tiendrait pas rigueur de sa franchise, mais après tout, c’était pour elle qu’il posait ses questions. Un cortège royal prenait infiniment plus de temps à déplacer qu’une troupe de soldats, et le Roi lui avait, en parallèle, confié une mission. Mais Loran ne fréquentait guère la Cour, et il aurait été bien incapable de savoir si la Reine Eleade était une femme simple ou, au contraire, habituée au confort extrême.
Quoi qu’il en soit, il se plierait à sa volonté : après tout, le Roi lui avait spécifiquement demandé de veiller sur sa Reine, et Loran ne faillirai pas à sa tâche. De plus, il se réjouissait de pouvoir côtoyer une si belle dame, et de façon parfaitement innocente.

_________________

Everything is a choice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/humain-loran-kell
Eleade-Bennefoy
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 71
Age : 24
Age : 38 ans
Fonction : Femme du roi Nordique
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Planification d'un voyage   Lun 26 Mai 2008 - 14:25

[Merci pour cet rappel, cher gentilhomme. L'étourderie s'est glissée en moi sans que je m'en apperçoive!]

Ce fut Eleade qui donna l'autorisation au garde de laisser passer le jeune Loran Kellac. Elle laissa ses oreilles profiter du magnifiquement tintement des cloches qui laissaient leur son particulier s'étendre dans la ville. La reine prit plaisir à voir qu'il s'était particulièrement bien soigné, bien qu'il ne soit pas homme à se laisser aller à la féantise qui l'entraînerait vers la négligence de soi, pour cette occasion qui ne révélait rien de bien important. La jeune femme ne l'avait que rarement vu de près et n'avait jamais recouru à la parole pour lui témoigner ne serait-ce qu'un quelconque encouragement. Ses domestiques ou encore le papier avaient toujours fait preuve de biais entre elle et le destinaire. Elle était reconnaissante en cet homme d'avoir accepté de prendre en charge les commandements de ce voyage si important aux yeux d'Eleade Bennefoy. Pourquoi une simple visite royale devrait-elle peser autant pour la reine? Elle ne le savait guère.

Le sourire qu'elle affichait ne tarit point à l'arriver de l'officier compétant qu'était Loran. La sensibilité de la reine discerna une légère tension en son interlocuteur, ce qui eut pour effet de raviver une lueur amusée dans son regard brun. Qu'il ressente un peu de stress lors d'une entrevue avec une reine qu'il n'avait pas eu l'occasion de connaître de près révélait de la normalité (euh, ça existe? XD) des êtres humains. Eleade Bennefoy s'apprêtait à répondre à sa première réplique, mais fut coupée dans son élan lorsqu'il continua sur un ton doux. N'éprouvant même pas un semblant d'irritation, elle laissa un sourire constant se déposer sur ses lèvres et écouta les dires de Loran, sa fine main droite aux ongles soignés avec attention posée sur sa hanche de manière gracieuse et l'autre s'amusant avec une mèche de ses cheveux ayant échappé à sa vigilence lorsqu'elle les avait noué en la queue de cheval qu'elle portait en cette chaude soirée.

Ne s'attendant point à ce qu'il lui propose de voyager avec autant de classe, Eleade laissa ses gestes en suspend, témoignant de son évidente surprise. Puis, soudainement, elle laissa son rire au son cristallin s'échapper de sa gorge.

Mon cher Loran Kellac - si utiliser une expression aussi familière vous dérange, faites-moi en part -, je ne désire point un tel confort pour effectuer ce voyage! Déjà que vous cédez à mes "caprices" sûrement sans sens apparent pour vous, je ne vous voudrais point vous importuner avec des préparatifs qui dureraient des heures et des heures ... que je trouverais d'ailleurs inutilement gaspillées!

Elle se permit une courte pause pour reprendre son souffle et, par la même occasion, laisser à Loran le temps de cerner le sens de ses paroles. Puis elle continua sur un ton doux qui remplaça celui jovial qu'elle avait usé pour s'exprimer lors de ses dernières paroles:

Ma jument, Laylé, n'est pas seulement magnifique, elle est aussi vive et sportive. Elle se trouve être une excellente compagne de voyage et suffira pleinement à me faire un moyen de transport convenable. Le voyage ne durera guère une éternité, le carrosse s'avère trop encombrant pour un voyage d'une aussi courte durée. Si vous pourriez, simplement, à la suite de notre entretient, transmettre l'information suivante aux palfreniers: Prodiguer un soin particulier à ma jument pour qu'elle soit en pleine forme pour le voyage qui l'attend.

Ces propos allaient, sans doute, attirer la surprise au sein de Loran Kellac. C'est pourquoi, elle décida de ne guère en ajouter plus pour l'instant. La suite des préparatifs viendraient... elle avait toute la soirée pour en parler. Et elle espérait qu'il en était de même pour l'officier qui avait su attiser la confiance d'Ardiosis Bennefoy, non seulement son époux, mais aussi le Seigneur Nordique. Elle se rendit alors compte qu'ils étaient tout deux débout.

Quelle étourdie je fais en ce dernier jour de la semaine! Prenez seulement place sur les canapés ou fauteuils, comme vous le désirez, que voici!

Elle se glissa alors vers les sièges confortables et prit place sur un fauteuil qu'elle aimait particulièrement par sa forme et ses couleurs attrayante, bien que sobres. Elle fit bien attention de s'asseoir sans causer de plis gâcheux sur sa robe royale. Il serait tout de même dommage d'abîmer une robe d'aussi grande valeur...! D'autant plus qu'elle faisait partie de celle que son mari lui avait offerte il y a de cela peu de temps ... et en même temps tellement longtemps! Avant que la nostalgie n'atteigne son âme, elle s'empressa de se sortir de ces sombres pensées qui l'assaillaient si souvent et se concentra sur l'homme qui était venu dans cette salle sous sa demande. Un nouveau sourire se glissa alors sur ses lèvres, confiant. Elle affichait alors une expression sereine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loran Kellac
| Personnage décédé |
avatar


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 24 ans
Clan : Terreur
Fonction : Capitaine de l'armée d'Ardiosis / section des fantassins
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Planification d'un voyage   Lun 26 Mai 2008 - 15:50

[Je vous en prie, noble Dame^^]

La Reine ne semblait pas agacée par sa brusquerie, et Loran sentit la tension qui l’habitait refluer légèrement. Décidément, lorsqu’il avait accepté le grade de capitaine, il ne se doutait pas que cela le conduirait à fréquenter de si près la famille royale ! Mais de la jeune Reine émanait une aura de bienveillance, à la fois féminine et maternelle, qui incitait le soldat à se sentir en confiance, et son doux sourire ne démentait pas cette impression.
Le capitaine s’autorisa à relever les yeux, jetant quelques regards à la dérobée sur la Reine. Eleade était…tout simplement magnifique, de cette beauté un peu fragile des fleurs qu’on ose cueillir. Les bruits qui courraient sur la noble Dame des Humains ne faisaient guère honneur à ce qu’elle était, mais comment décrire avec des mots la perfection ? Fine et élancée, vêtu avec grâce, elle semblait resplendir, et Loran, à ses côtés, se sentait bien misérable dans sa tenue plus terne.

La surprise écarquilla les yeux de la Reine lorsqu’il lui posa une question et, un moment, le jeune capitaine crut qu’il venait de commettre une gaffe. Puis Eleade éclata de rire, un son pur et cristallin qui semblait faire résonner d’une joie nouvelle la salle toute entière. Le soldat l’examina avec curiosité, essayant de comprendre en quoi ces paroles pouvaient prêter à rire, mais il comprit bien vite lorsque la jeune femme s’expliqua.
Il rougit légèrement et inclina la tête, comprenant son erreur. Il avait fait de la Reine une femme d’apparat, négligeant le fait qu’elle semblait simple et naturelle. Mais le Seigneur Bennefoy ne lui avait rien indiqué concernant les préférences de son épouse, aussi ne pouvait-il pas deviner. La Reine acheva en disant que tout ce qu’elle demandait, c’est que les palefreniers tiennent prête sa jument.

Le capitaine s’apprêter à répondre lorsque la Reine, avec toute la spontanéité d’une jeune fille, lui offrit un siège. Loran hésita longuement : il ne comptait pas s’attarder, mais comment refuser l’offre émanant d’une si gracieuse dame qui, de plus, s’avérait être sa Reine ? Il patienta le temps qu’elle-même prenne place, puis s’installa en face d’elle, dans un fauteuil dont la couleur rappelait les tentures de la pièce. Il prit place sur l’avant du fauteuil, n’ayant guère l’habitude de bénéficier d’un tel luxe, se sentant étrangement mal à l’aise sur l’assise moelleuse. Il était habitué aux journées de cheval et aux nuits en plein air, et guère aux mondanités. Il s’efforça pourtant de cacher son trouble, répondant à la jeune Reine qui n’avait pas perdu son sourire.

Je vous remercie, ma Dame. Pardonnez moi mon ignorance, je ne voulais pas insinuer que vous étiez incapable de voyager sans le confort de la Cour. Mais la plupart des dames que je connais sont plutôt réticentes à l’idée de voyager à cheval… bien que… vous n’avez rien de comparable avec elles.

Bredouilla-t-il, gêné par le regard perçant de la jeune Dame. Décidément, parler aux femmes, ce n’était vraiment pas sa tasse de thé, et plus elles étaient belles, plus les mots semblaient difficiles à prononcer. Malgré tous les efforts que semblait déployer la Reine pour s’assurer de son bien-être, il ne pouvait s’empêcher de se sentir idiot. Il n’avait pas répliqué à l’appellation plutôt familière de la jeune dame, hésitant sur le fait de pouvoir, réellement, l’en empêcher. Après tout, si elle voulait sympathiser avec lui, il ne dirait pas non. Un voyage sans échanger une parole peut se révéler extrêmement long, et il n’était pas dans ses intentions d’ignorer la jeune femme sous prétexte qu’elle était sous sa garde.
Au prix d’un nouvel effort sur son appréhension, Loran reprit la parole.

Il en sera donc fait comme vous le souhaitez, ma Dame. Vous serez peut-être choquée de ma franchise, mais je dois reconnaître que l’idée d’un carrosse ne m’enchantait guère. La journée de demain promet d’être belle, et le voyage à cheval s’avérera sans doute fort plaisant. J’ignorais que vous étiez une cavalière accomplie, ma Reine, veuillez excuser mon ignorance.
Quoi qu’il en soit, j’ai pris des dispositions pour partir demain matin aux aurores. Ainsi, nous devrions arriver en territoire Orthodoxe bien avant la nuit, même si nous ne forçons pas l’allure. Nous voyagerons vers le Nord, par contre, alors si je puis me permettre, couvrez vous bien : le vent glacial s’infiltre partout, surtout lorsqu’on chevauche une bonne partie de la journée.


Il dévisagea quelques instants Eleade, comme s’il mesurait l’impact que pourrait avoir le vent froid du mont Erild sur la jeune Reine, avant de reprendre.

Bien sur, ma Dame, si cela s’avère trop tôt, n’hésitez pas à me le dire. Je suis à votre entière disposition, tant pour la planification du voyage que durant votre visite chez le souverain San’Veck. Je… vous avez du vous apercevoir que le protocole qu’exige la Cour ne faisait guère partie de mon éducation, aussi est-ce avec joie que j’écouterais vos remarques.
Je ne suis qu’un soldat, ma Dame, et mes manières sont parfois frustres, aussi n’hésitez pas à me le rappeler si je manque à mes devoirs.


Un tel aveu aurait pu coûter à beaucoup d’hommes. Mais Loran n’était pas un noble, et il avait conscience que ses manières pouvaient parfois être quelques peu cavalières. La Reine ne semblait pas être du genre à en tenir rigueur, mais il préférait éviter tout malentendu.

_________________

Everything is a choice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/humain-loran-kell
Eleade-Bennefoy
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 71
Age : 24
Age : 38 ans
Fonction : Femme du roi Nordique
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Planification d'un voyage   Mar 27 Mai 2008 - 17:21

Petit à petit, Eleade ressentit la tension qui habitait son invité depuis son arrivée dans ce grand salon refluer gentiment. Ce qui eut pour effet d'élargir le sourire qui reposait déjà légèrement brillante grâce à la texture qu'elle s'était posée sur les lèvres avant l'entretient. Ses yeux, eux, étaient maquillé de manière très légère. Du noir les entourait pour faire ressortir leur contour, mais tout cela avec délicatesse, bien évidemment. Elle laissa un instant le jeune garde à ses pensées, en profitant pour clarifier, elle-même, ce qu'elle désirait encore clarifier pour le voyage. En premier lieu, elle avait réussi à imposer l'idée de jouer à la cavalière durant quelques jours sans difficulté, ce qui était un bon point, bien sûr. Cela démontrait de la docilité que possédait Loran Kellac envers elle. Il ne discutait guère ses choix, se contentant de sévir. Elle se promit de ne point profiter de cette qualité qui lui serait d'un grand secours en cas de problème. Car avoir à ses côtés un garde non compétent, en qui l'on ne peut point faire confiance, révélait de la pure folie. Et cela déplairait fortement à la reine qui aimait que les choses soient claires.

En plus de cela, Loran possédait un physique qui faisait plaisir aux yeux. Cela aussi restait un bon point. Car voyager avec un garde, bien gentil mais gauche, gras, sale ... passons, bref physiquement en très mauvaise posture ne révélait rien d'agréable. Quoi qu'Eleade Bennefoy ne jugeait guère les gens par leur physique et parvenait toujours à les accepter, quel que soit leur corpulence. Le fait de voir l'homme compétant qui s'avérait être son inteocuteur du soir rougir raviva la luminosité taquine qui brillait un instant plus tôt dans son regard. Elle ne releva ce point qui aurait eu pour effet de mettre l'employé de son mari dans en posture bien embarrassante. Elle se contenta d'écouter la réponses à ses propos, toujours aussi sereine.

Mais avant cela, ils s'assirent donc tout deux sur les sièges qui se présentaient à eux. La politesse qui émanait de l'homme qu'était Loran flatta la reine. Il se montrait si courtois avec elle... Cela devait être une difficulté supplémentaire que de changer de cadre social. Et elle trouvait qu'il s'y accommodait bien, malgré son malaise perceptible pour un être possédant au moins un minimum de sensibilité. Ne fut-ce peut-être qu'une impression, mais elle le sentit soudainement plus à l'aise. Une dissimulation de ses vrais sentiments, peut-être? Quoi qu'il en soit, elle se contenta de cette, peut-être, fausse expression calme pour déclarer à son tour:

La plupart de ces femmes se trouvent être snobs, bien que ne possédant guère le titre de reine ou de noble. Et puis, en plus de cela, je souhaiterais opter pour la discretion. Ne vous étonner point de ne voir l'ampleur que prendrait une robe sous la cape noire que je porterai. Je m'habillerai à l'aide d'un simple pantalon que je possède dans ma garde robe.

Une lueur malicieuse plus intense scintillait dans la regard brun que possédait la reine Bennefoy. Ces vêtements, elle les possédait grâce à ses escapades nocturnes. Le maître qui lui enseignait l'art du combat les lui avait offert, ne voulant guère posséder une élève encombrée d'une robe royale. Eleade avait bien sûr accepté. Mais au début, elle se sentait bien déplacée dans ses vêtements qui, désormais, épousaient la forme de son corps avec harmonie. Elle se leva un instant, laissant un léger silence s'installer entre eux. D'un pas léger, elle se dirigea vers une vieille armoire de grande valeur et y prit une bougie qu'elle apporta jusqu'à la table qui la séparait de Loran. Elle l'alluma, la laissant éclairer la pièce de sa petite lueur et reprit place.

Cela ne m'étonne guère. J'y avais bien pensé et comme cela arrangeait mes plans de départ ... Je ne peux douter de votre franchise qui ne peut que me ravir. Je n'ai pas pris l'habitude d'apprécier les hommes hypocrites. Je vous encourage donc à continuer sur cette route. Du moins, à mon égard. Cessez de vous excusez inutilement. Vous ne pouviez le savoir. Oh et, je ne suis pas une si bonne cavalière. Les longues chevauchées que j'ai pratiqué avec Laylé, ma jument pommelée, m'ont permis d'améliorer mon assiette. Mais je suis sûre de ne pas arriver à la cheville de vos talents de cavalier confirmé. Tant mieux si le voyage me permettra de découvrir le paysage avec calme et sans stresse. Ce dernier cas fait partie de mes ennemis et a pris la fâcheuse habitude de me nouer l'estomac, ce qui me met toujours en mauvaise posture. Ne vous en faites pas pour les vêtements, je possède le nécessaire. Dans tous les cas, merci pour l'avertissement.

L'attention que portait Loran à sa santé ne pouvait que la toucher. Elle ressentait une énorme gratitude à son égard. Elle avait beau être reine, cela ne justifiait pas une telle attention et une telle estime de sa part. Alors, lorsqu'il lui demanda de corriger sa façon d'être, craignant de ne pas être à la hauteur de la noblesse qui avait reçu une éducation quelque peu différente des villageois, elle se pencha vers l'avant, posa une main apaisante sur la sienne, puis le regarda droit dans les yeux avant de murmurer:

Je vous fais confiance, Loran, ne vous en faites pas pour de si petits détails. Mon mari ne le sait pas, c'est pourquoi cela devra impérativement rester entre nous, mais je ne dors que très peu la nuit, car je me montre bien plus active qu'en journée. Non, loin de là l'idée de tromper mon mari mais des choses importantes ne peuvent, parfois, que se faire de nuit. Vos manière sont très correctes, vous ne pourriez me décevoir, je le sais. Je vous le répète, cessez de vous inquiéter pour cela. Restez naturel et tout se passera bien.

Eleade pensait sincèrement à ses paroles, cela pouvait se lire dans ses yeux comme dans un livre ouvert pour qui savait voir. Jamais elle n'oserait se montrer hypocrite envers Loran Kellac, si fidèle à sa tâche.

Oh, avant que j'oublie et que nous bouclons notre entretient ... pourrais-je vous demander des nouvelles de mon fils, si vous en avez?

Car Eleade restait, bien que reine, mère d'un jeune fils qui s'était envolé sous ses yeux, sans même un adieu. Elle sentit son coeur se serrer dans sa poitrine. Elle garda tout de même la tête haute, bravant courageusement son destint. Ses yeux brillaient d'un éclat nouveau ... la tristesse? Ou était-ce peut-être les larmes qu'elle tentait en vain de refluer? Elles ne coulaient pour l'instant guère, un soulagement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loran Kellac
| Personnage décédé |
avatar


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 24 ans
Clan : Terreur
Fonction : Capitaine de l'armée d'Ardiosis / section des fantassins
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Planification d'un voyage   Jeu 29 Mai 2008 - 16:08

[Je suis impardonnable de t'avoir autant fait attendre! Désolé désolé!]

Lorsque la Reine reprit la parole, lui assurant qu’elle n’était pas qu’une noble dame pleine de frivolité et que le lendemain, elle ne porterait qu’un pantalon de cheval, pour être plus à l’aise, Loran comprit qu’elle s’efforçait, par sa voix douce et ses manières agréables, de faire diminuer l’anxiété de son interlocuteur. Il lui en fût reconnaissant, bien qu’un peu en colère contre lui-même : il était rarement capable de dissimuler ce qu’il ressentait. Il le savait, mais c’était une leçon difficile à apprendre… et, en réalité, le voulait-il vraiment ?
Ce qui faisait sa réputation, il ne l’ignorait pas, était en partie son caractère franc et ouvert. Toujours égal à lui-même, Loran savait que ses soldats appréciaient chez lui cette constance, et son honnêteté. Il ne dissimulait pas grand-chose, faisant savoir lorsqu’il était mécontent, mais également lorsque quelque chose lui plaisait. Il n’avait pas la langue dans sa poche, que ce soit avec un subordonné, ou avec un gradé. La seule différence, c’est qu’il savait où étaient les limites… et les franchissait parfois allégrement.

Très bien, ma Dame. Nous serons donc peu chargés, ce qui nous fera certainement gagner du temps. Concernant vos bagages, il vous suffira d’indiquer à vos intendants de les descendre à la caserne, ils seront chargés sur deux chevaux de bât. Je me suis déjà occupé des provisions, quoique la nourriture risque de paraître bien simple en regard de celle de la table royale.

Loran oubliait peu à peu son malaise, replongeant dans son rôle de capitaine et, pour le moment, d’intendant du voyage. Tout était prêt, et il n’attendait que les ordres d’Eleade pour mettre la dernière main aux préparatifs. Depuis que le Roi lui avait confié cette mission, il n’avait négligé aucun détail, s’assurant que tout serait prêt le plus tôt possible.
Il suivit des yeux la Reine qui s’était levé pour allumer une bougie, qui, posé sur la table basse qui séparait la Reine de son capitaine, éclairait la pièce de lueurs mouvantes. Loran plongea un instant ses yeux dans la flamme hypnotique, se concentrant pour ne pas paraître trop content de lui.
Les gentilles paroles de la Reine à son égard ne le laissaient pourtant pas indifférent. Il savait son jugement sûr _après tout, elle n’était pas Reine pour rien _, et ses encouragements étaient assez honnêtes pour qu’il se sente rougir encore une fois. La Reine le remercia de sa sollicitude, enchaînant sur le fait qu’elle n’était pas une si bonne cavalière. Loran releva la tête avec un doux sourire.

Très bien, Ma Dame, je ferais un effort. Quant à mes talents de cavaliers, j’ai la chance d’avoir passé une bonne partie de ma vie en selle, et d’avoir une mère qui tenait à ce que son fils soit capable de jouer les acrobates. Et je doute sincèrement que vous soyez une piètre cavalière, Reine Eleade : votre grâce et votre finesse doivent vous permettre de tenir en selle sans difficulté !

La Reine se pencha en avant, et, sans que le jeune capitaine puisse anticiper son geste, posa sa main frêle sur la sienne. Loran, troublé, ne chercha pas à fuir le contact, se demandant ce qui motivait ce geste. Malgré son sourire de façade, la petite Reine avait l’air bien mélancolique, depuis… depuis tout ça. Etait-ce les propos du jeune homme qui l’avait charmé, où désirait-elle seulement s’assurer d’une présence amie ? Il l’ignorait, et il ne lui appartenait pas de connaître la réponse.
Il demeura donc immobile, scrutant avec attention le doux visage d’Eleade, qui, dans cette atmosphère intime, semblait désireuse de se confier. Flatté de cette confiance, Loran écouta sans dire un mot, hésitant à interpréter les paroles de la jeune femme. De quoi pouvait-elle parler ? Ses confidences faites à demi-mots titillaient la curiosité du capitaine, qui se demanda ce que sa Reine pouvait bien faire qui ne puisse être fait que la nuit. Elle lui certifia qu’il ne faisait pas partie de ses intentions de bafouer son mari et, curieusement, Loran ne discerna pas dans ses propos la moindre allusion à la tromperie de son aimée.
Mais il aurait bien aimé décrypter les paroles de la Reine… qui demanda, comme frappé d’une idée subite, comment se portait son fils.

Loran eut l’impression de recevoir une douche glacée sur la tête : il tressaillit, sans pour autant retirer sa main, mais ses yeux reflétaient bien son trouble. L’espace d’un instant, il douta de la sincérité de la jeune Reine : était-ce Ardiosis, était-ce un test pour savoir si Loran resterait fidèle à sa parole ? Mais, troublé par la sincérité de la jeune femme, il réfuta bien vite cette hypothèse. Le Roi lui faisait confiance, donc… il n’avait pas en face de lui un instrument, mais bel et bien une mère désemparé. Et à bien réfléchir, il aurait sans doute préféré que cela soit un test, plutôt que de se retrouver devant cette femme éplorée à qui il allait, bien malgré lui, devoir mentir.
Il détourna le regard, incapable de supporter les larmes qui brillaient dans les yeux de sa Reine. Que pouvait-il répondre à ça ? Elle l’avait prit totalement au dépourvu et, de plus, il ignorait ce qu’elle savait. Savait-elle que son fils s’était enfui, savait-elle que c’était un traître ? Il avait donné sa parole à son Roi, et c’est donc l’âme déchirée qu’il répondit d’une voix neutre.

Je l’ai croisé sur les routes il y a quelques jours, Majesté. Il semblait bien se porter… ne vous faites pas d’inquiétude. Le Prince Siran est mon commandant, j’ai pu voir de mes yeux à quel point il était solide.

Pourquoi avait-il ajouté cette phrase stupide, qui sonnait comme une justification ? Parce qu’il était incapable de lui dire qu’il avait pour mission de ramener son fils, et que celui-ci risquait la mort pour traîtrise ? Ou parce qu’il était un lâche, tout simplement ?
S’éclaircissant la gorge, évitant le regard de la Reine, Loran ajouta :

Madame, si vous le permettez, je vais transmettre vos instructions aux palefreniers, et me retirer.

Certes, il fuyait, et Eleade ne devait pas être dupe quand au fait qu’il éludait sa question. Se doutait-elle de sa mission ? De tout cœur, il priait que nom : affronter sa Reine pour obéir au Roi était au-dessus de ses forces.

_________________

Everything is a choice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/humain-loran-kell
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Planification d'un voyage   

Revenir en haut Aller en bas
 

Planification d'un voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 1-