AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Requête et manigance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ardiosis
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Requête et manigance   Lun 9 Juin 2008 - 18:57

An 835, 9ème semaine, Au crépuscule du jour 2

Ardiosis avait envoyé le premier page qu'il avait trouvé -soulagé malgré lui qu'il ne s'agisse pas de Telak- chercher Sigrid, et acheté son silence d'une pièce et d'un regard sombre.
Il avait une certaine confiance, assez mesurée, en Telak, mais dès qu'il s'agissait de lui demander quoi que ce soit, il le voyait plus comme son fils -bien qu'extrêmement mal élevé- que comme son page à proprement parler.

Et maintenant, perdu dans ses pensées, assis dans un confortable fauteuil réhaussé d'hermine, il doutait, mal à l'aise. Avait-il eu tort de convoquer la conseillère? Certainement pas, elle serait même certainement flattée d'imaginer qu'il puisse porter un quelconque intérêt à ses conseils.
Elle était conseillère royale, il ne manquait en rien à ses serments envers Eleade, cette fois.
Eleade... Bien qu'il s'efforça de le nier, ses pensées le ramenaient bien trop souvent à sa reine. Depuis son départ, il avait cherché en vain le sommeil, et lorsqu'il le trouvait enfin, son rêve revenait le hanter, il se réveillait, et l'absence criante d'Eleade le blessait plus mortellement qu'une lance en plein coeur.
Il l'avait délaissé pendant des années, et elle avait souffert de sa conduite. Mais elle n'en était pas moins là. Il parvenait toujorus à l'aperçevoir de loin en loin, échangeant quelques mots avec l'une de ses dames de compagnie, murmurant des secrets à sa juments, serrant Siran dans ses bras. Siran... Un autre absent auquel il ne voulait pas penser. Rien qu'à entendre mentionner son nom il sentait une rage sourde monter en lui.

Il n'avait nullement fait mandé Sigrid, pour se venger sur elle de l'absence d'Eleade. Même si, si Eleade avait été là, il ne se serait pas permis de la recevoir ici... Mais Eleade l'abandonnant à Yswllyra, il espérait, tout en se servant un verre de vin, qu'elle n'aurait jamais vent de cette entrevue, ou aurait du moins la décence de ne pas le maudire pour cela. Il n'aurait pas la vanité de lui rappeler qu'elle l'avait elle-même enjoint à jouir de la compagnie des dames de la cour d'Yswllyra.

De toute manière, Sigrid était mariée, et il ne ferait nul affront à la cruelle absente. Il avait besoin en tout bien tout honneur de l'avis de Sigrid. Ni de ses bras, ni de son soutien. Bien qu'elle n'y ressemble que peu, il s'était toujours murmuré, loin des cliquetis métalliques de sa main de métal, qu'elle avait dans ses veines le sang des amazones. Peut-être lui serait-elle d'une quelconque utilité pour déchiffrer le rêve qui l'assaillait?
Non pas que les désirs des dieux lui tiennent à coeur à ce point, mais il avait l'espoir puérile, que s'il le comprenait le rêve le quitterait.

Et Sigrid était également moins farouche qu'Eleade lorsqu'il s'agissait de l'avenir du royaume. Que cette dernière n'ait pas été choquée qu'il ait anéanti les monarques du Gwendir l'étonnait, vu comment elle s'était comportée lorsqu'il avait eu la -mauvaise- idée de lui avouer qu'il faisait usage d'une magie plus sombre que celle de ses pairs.
C'était cependant par égard pour Eleade, qu'il s'était retenu de se pencher sur la pierre de Loki, pour suivre l'avancement de leur mission, sans parler du fait qu'il était le premier à dire qu'il ne fallait pas en faire usage à la légère...

Il sirota son verre, ne chassant s'il attendait la venue de Sigrid ou espérait sa non-venue, observant d'un oeil distrait la danse des flammes qui s'étiraient dans l'âtre.

[Désolé j'ai déjà fait mieux comme monologue, mais j'ai pas énormément de temps ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/ardiosis-bennefoy-t154
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Requête et manigance   Mar 10 Juin 2008 - 5:23

Cliquetis, cliquetis. Sigrid effleurait legerement sa main mecanique, la remontant, essuyant les quelconques impuretes qui avaient eu la mauvaise idee de se glisser dans les rouages delicats de la machine actionnee en permanence par la magie de Sigrid. Elle contempla le travail ainsi fait et le metal bien luisant qu'elle venait d'astiquer, cherchant encore le moindre defaut. Ca, c'etait les habitudes de la Cour ou tout devait etre parfait si l'on ne voulait pas attirer sur soi quolibets et rumeurs malsaines. La cour etait le bon endroit pour se faire remarquer mais on ne pouvait prevoir de quelle maniere, par humiliation ou par rayonnement? Meme si elle appartenait a present a une classe plus elevee de la population, proche du monarque, on ne prdait jamais ses bonnes habitudes. Le regard de Sigrid se promena par la fenetre. Le soleil rouge se couchait a present, les arbres aux alentours semblant etre enflammes par la lumiere ecarlate de ce moment de la journee. Agreable, mais elle preferait encore la nuit. C'etait plus calme, il faisait un peu plus frais. D'accord, si il faisait trop froid elle risquait d'attraper une quelconque maladie, mais c'etait tellement beau, les etoiles qui scintillaient dans le ciel, comme des bijoux innaccessibles.

Sigrid ferma les yeux, se laissant porter par ce rare moment de solitude, Dieter etant avec son fils dans la cour du palais, tres certainement. Il etait agreable de ne plus penser a rien, d'oublier meme cette mains qui l'handicapait et de se laisser bercer par les illusions que tout allait bien dans ce royaume et qu'ils pourraient vivre en paix un bon moment, neanmoins les circonstances laisaient presager le contraire a Sigrid. Seuls les orthodoxes semblaient etre des allies assez surs. Les druides etaient lies a la nature donc aux nymphes et aux elfes qui n'accepteront pas cela. Les druides seront donc versatiles, eut-elle bien peur de s'avouer. Quant aux Amazones... Elle ne savait pas trop quoi en penser non plus, mais elles tenaient trop a leur liberte pour qu'elles soient sures, ainsi que les Ombres qui n'etaient pas tres apprecies de la plupart de la population du continent. Mais il faudrait attendre le retour des messagers pour etre sur du resultat. Certains de ces messagers prenaient beaucoup de risques a aller dans les territoires etrangers, elle ne pouvait qu'admirer leur courage. L'idee d'Ardiosis d'envoyer des messagers etait bonne, meme si c'etait peut-etre envoyer a la mort des humains, beaucoup s'en prenaient aux messagers, faisaient apporter leur tete au bout d'une pique pour manifester leur desapprobation.

La jeune femme fut tiree de ses pensees par un bruit qui ne lui etait pas etranger, une main qui toquait a sa porte. Priant d'enter le visiteur, elle se retrouva face a un page qui lui annonca en bonne et due forme que le monarque voulait la voir. Sigrid haussa legerement un sourcil. La voir? Il etait fort rare qu'il l'accueille dans son salon. Il devait avoir quelque chose d'important a lui dire, il ne fallait pas perdre de temps. Sigrid remercia le page a qui elle rendit la liberte et qui s'enfonca tout de suite dans les meandres des couloirs tandis qu'elle se rendit d'elle meme au salon apres avoir enflie le gant qu'elle portait habituellement sur sa main de metal. Le protocole aurait voulu que le page l'accompagne mais autant ne pas s'encombrer de presence pouvant s'averer genante. Arrivee pres de la grande porte, la jeune femme toqua, et apres qu'on lui ai donne l'autorisation d'entrer, poussa la porte finement ouvragee pour se retrouver face au monarque. Il semblait bien pensif, et un peu tiraille entre le plaisir ou le deplaisir de la voir. Ce qu'il avait a lui dire etait-il si deplaisant a lui annoncer? Sigrid fit une petite reverence pour saluer le roi.

"Bonsoir, Monseigneur. Que puis-je pour vous?"

Elle fit un leger sourire, destine a l'assurer un peu et a ne pas le faire hesiter. La douce chaleur du foyer se rependait dans la piece, tandis que le froid monarque avait la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Ardiosis
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Requête et manigance   Mar 10 Juin 2008 - 11:16

Ardiosis salua Sigrid d'un vague signe de tête, et l'invita à prendre un siège. Il ne remarqua pas plus son sourire qu'il remarquait d'aventure les regards effrayés qu'il attirait d'habitude.

Bonsoir, Sigrid. Je déplore d'avoir à vous déranger à des heures si tardives, déclara-t-il. Ce qui était certainement vrai sinon il n'aurait pas pris la peine de s'en excuser rien que pour le respect des politesses et des convenances.

Mais cette heure là sait nous protéger des oreilles indiscrètes et d'encombrants témoins.

Ardiosis savait tourner autour du pot pendant des heures lorsqu'il avait décidé de ne pas aborder un sujet, la reine en avait d'ailleurs bien souvent fait les frais. Mais en l'occurence, il ne voyait aucune raison de s'éterniser aussi piocha-t-il l'un de ses sujets de préoccupation, non pas le moindre, et demanda de but en blanc :

Dites moi, Sigrid, que savez-vous du départ de Siran?

Scrutant le visage de Sigrid, conscient que cette dernière pouvait très bien chercher à dissimuler la vérité. Loran l'avait bien fait, pourquoi pas elle? Sans doute de part son vécu et son mariage, avait-elle de la sympathie pour le chef des armées des hommes.
Mais savoir ce qu'elle savait, elle, lui importait. Ce qu'elle ignorait, peu de monde devait le savoir, mais ce qu'elle savait, il y avait un risque non négligeable que tôt ou tard Eleade en eut connaissance. Il s'en voulut d'avoir laissé ce non-dit entre lui et la reine. Il s'était leurré en prétextant à lui-même ne pas avoir le temps ni les moyens de l'entretenir d'un sujet aussi grave à l'aube de son départ. Mais désormais qu'elle était partie, il réalisait qu'il n'avait pas non plus la réelle intention de l'en informer à son retour. Et son orgueil froissé pleurait davantage sa lâcheté que son remord.

Il attendit que lui réponde la conseillère, par un langage plus audible que les cliquetis sinistres qu'égrenait sa main de métal. De l'illustre combat qui lui avait coûté une main, Ardiosis avait toujours songé que c'était la chimère qui avait gagné. Car certes elle n'était plus, mais Sigrid n'était-elle pas devenue chimère à son tour, être par magie, de chair et de métal? Il n'avait jamais fait part de sa vision des choses à Sigrid, il y avait fort à parier qu'elle ne risquait pas de l'apprécier.
Avec une politesse qui lui était peu coutumière, il lui proposa un verre de vin. Malgré ce que le temps et la cruauté des dieux avaient fait de lui, il lui restait cependant, un semblant de courtoisie.

Nul affront en cela, mais si tant est que cela soit bien exact et vous ayez grandi parmi les amazones, vous en resterait-il quelque souvenir?

Mais, malgré ces précautions oratoires et la nonchalance de son ton, il fixait Sigrid d'un regard sombre, la défiant par avance de ne pas répondre à la légère.
Peut-être ne lui serait-elle d'aucune aide. Peut-être l'amazone de son rêve n'existait-elle pas. Du moins pas au delà de son univers onirique. Peut-être n'était-elle que dans cette dimension de rêve, chevauchant sur un songe, un faucon au poing, prête à se lancer dans une chasse chimérique?
Mais il n'excluait pas de trouver auprès de la conseillère un embryon de réponse.

Il avait d'autres sujets plus graves à aborder, mais il ne s'y risquerait si aisément. Sigrid était conseillère certes, mais il entendait se servir d'elle de la manière dont on utilise un outil de qualité. Avec adresse et attention, mais cela n'exigeait nullement qu'elle eut connaissance des causes et des fins de ses projets.
De plus que Sigrid n'était en rien humaine. Ardiosis se méfiait même des siens, mais bien plus encore de ceux qui s'avançaient pour plaider leur cause, alors même qu'elle ne rejoignait en rien la leur.
Et ce n'était certainement pas la couardise qui avait fait changer de camp Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/ardiosis-bennefoy-t154
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Requête et manigance   Mar 10 Juin 2008 - 19:25

Sigrid releva la tete vers le monarque apres qu'il lui ai propose de s'asseoir. Il semblait assez fatigue, trouvait-elle. Ou alors etait-il ronge de quelque remords ou cauchemar. Elle aura tot fait d'eclaircir le mystere, lorsqu'elle saura enfin ce qui le tourmentait ainsi, assez pour qu'il la somme de venir jusqu'ici dans des appartements auxquels elle n'avait pas vraient acces habituellement. Ce lieu etait une piece reservee au Roi et a son proche entourage et si elle conseillait le roi, elle ne voulait pas que leur relation prenne une tournure personnelle. Elle ne voulait meme pas qu'ils deviennent amis, ce qui n'etait sans doute pas l'intention de celui qui etait ici. Elle voulait continuer a se rendre utile et a suivre de pres ou de loin l'evolution de l'armee, se consolant de ses erreurs passees dans un present plus sombre mais ou elle avait atteint les hautes spheres du gouvernement. Parfois, cette dimension de sa carriere lui echappait, elle ne pensait plus qu'a cette defaite qui avait detruit une partie de sa vie. Sigrid fixa ses yeux d'ambre sur le roi une bonne fois pour toutes, n'echappant pas aux regles de politesse, lorsqu'il prit la parole. Il voulait donc echapper aux temoins qui le bordaient? Meme ses proches? Son ministre? Quelle affaire pouvait donc etre si importante pour qu'on la somme de venir dispenser ses services dans un endroit si clos? Pour le moment, il ne faisait que de la paraphrase et elle ne voyait pas exactement ou il venait en venir, le monarque ayant pris la facheuse habitude de cacher les details les plus importants de sa requete a la conseillere lorsqu'il ne voulait pas lui dire quelque chose, se soustrayant ainsi a l'impassibilite analytique de la femme qui cherchait dans la moindre de ses phrases un indice sur le sujet a venir.

Pour le moment, elle ne pouvait deviner que la nature de ce sujet. Les yeux de Sigrid suivirent les expressions du visage du seigneur nordique. Si il l'avait faite deranger a une heure si tardive, c'est que c'etait important pour lui a un niveau personnel, plus au niveau de l'armee ou dans une moins large mesure. Et si il voulait le lui dire en dehors de tout temoin, c'est que le sujet en question pouvait avoir de graves consequences? Serait-ce donc un scandale? Une chose qu'il avait faite, ou alors.. que ses proches avaient fait? Elle ne put le comprendre exactement que lorsque le seigneur se decida enfin a enoncer ce qui le faisait convoquer la jeune femme. Alors, le depart de Siran l'avait manifestement ebranle. Les fines levres de la femme se serrerent legerement. Ce depart avait bien entendu ete assez problematique, le depart du chef des armees lui-meme n'etait pas rien. Ce qu'elle savait dessus? Elle n'en savait pas grand chose, en realite, on avait tout fait pour etouffer au plus l'affaire. Sigrid repondit presque immediatement au roi

"Vous n'avez communique aux nobles et a moi-meme que peu d'informations. J'en etait restee la pour le moment, son depart precoce ayant eu lieu a un moment crucial."

Sigrid detourna le regard vers la fenetre, comme si cela l'aidait a penser a Siran, peut-etre loin a present. C'etait quelqu'un dont elle n'avait pas vraiment reussi a cerner la personnalite, elle ne le croisait que rarement et n'avait de ses nouvelles qu'a travers d'autres. Mais elle avait pu en conclure au moins une chose, c'etait un homme avec beaucoup trop de convictions, d'illusions de jeunesse. Ces reves ephemeres auraient pu etre futiles, avec le temps ils auraient pu disparaitre mais ce caractere rempli d'ideaux croise avec les evenements recents... Et le monarque qui en parlait a present... Sigrid finit par demander, redirigeant son regard vers l'homme qui l'avait convoquee, d'un ton neutre.

"Serait-il un traitre?"

Ces paroles couteraient cher a n'importe qui d'autre. Oser pretendre que le fils du souverain etait un traitre? C'etait tout bonnement impensable. Pour Sigrid, cette probabilite n'etait pas a exclure, elle la proposait donc. Son franc parler lui avait attire quelques ennemis, mais elle n'y pretait pas grande attention. Quant au roi, apprecierait-il qu'on tente d'entacher ainsi son honneur? Cet honneur serait sauf, si la presumee nouvelle ne franchissait pas les murs. Faisant semblant de ne rien entendre ou plutot remettant la reponse a plus tard, Ardiosis enchaina sur un autre sujet, bien plus epineux au regard de la jeune femme. Celui-ci usa de mille precautions, usant et abusant des suppositions, pour faire comprendre qu'il etait tres prudent sur cette matiere et qu'il ne desirait en rien supposer sa possible trahison, bien que le contexte du depart de Siran aie ete favorable a un contresens. Sigrid fronca legerement ses fins sourcils avant de repondre

"Oui, j'en ai encore, j'y ai vecu jusqu'a mes dix sept ans, environ."

Mais beaucoup de souvenirs ressurgissaient en elle, lesquels pouvait elle bien dire a Ardiosis? Elle avait vecu dans un cocon tres protege et n'avait pas quitte sa ville natale avant de fuir sa maison apres le meurtre de ses parents. Et puis le monarque avait tres certainement une idee precise en tete. Sigrid secoua legerement la tete, avant de repondre

"Mon pere avait beaucoup de collegues soldats qui venaient chasser avec lui les jours de repos. Des patrouilles venaient regulierement egalement. Ce dont je me souviens surtout d'eux, c'est leur courage mais aussi leur caractere conservateur et traditionnel, les amazones n'aiment pas qu'on pietine leurs habitudes. Mais votre question est tres vague, et je ne puis m'y plonger sans m'y noyer."

Sigrid invita du regard le monarque a poursuivre, a moins qu'il n'aie deja trouve une reponse dans les quelques phrases qu'avaient delivrees sa conseillere. Et comment prendrait-il ses suppositions, finalement? Peut-etre soupconnait-l son fils de rejoindre les amazones... Ou alors peut-etre tentait-il de decrypter leur comportement et de prevoir ce qu'elles allaient faire face au messager qu'avait envoye le monarque? Elle n'en saurait pas plus pour le moment, visiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Ardiosis
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Requête et manigance   Mer 11 Juin 2008 - 19:32

Ardiosis resta impassible sous le regard de Sigrid, même s'il eut sans doute été agacé d'apprendre que la fatigue se lisait désormais sur ses traits. Il était déjà bien assez contrarié de ne pouvoir trouver le sommeil.

Peu d'informations. Voilà qui pouvait être à la fois trop ou bien assez. Il fronça les sourcils et darda un regard acéré et glacial sur la conseillère. Il ne se gênait pour éviter les sujets qui l'agaçait mais n'était-il pas roi des hommes et seigneur du Nord? Il n'autorisait pas la conseillère à éluder ses questions de la sorte.

Cessez cela. Je sais encore ce que je dis à mes sujets. Je ne vous demande pas de m'agréer ou d'être bien-pensante, mais de me dire précisément ce que vous savez sur cette affaire.

Quelles raisons donnaient-ils au départ de Siran? Trahison, démence, complot? Le résultat était le même mais pas le contexte. Il serait absolument gênant qu'aux oreilles des monarques qui répondraient à son invitation se glisse l'insinueux murmure que son fils, avait trahi et rejoint la cause des résistants.

Ardiosis glissa sur Sigrid un autre de ses regards indéchiffrables. Un rictus mauvais apparut sur son visage, ôtant toute beauté à ses traits, et il rétorqua, sur un ton mielleux et provocateur :

Ainsi, vous, Sigrid Andersen, modeste conseillère royale, vous pensez, que la chair de ma chair, mon propre sang, pourrait chercher à se jouer de moi et désirer la mort plutôt que ma couronne?

Il y avait dans les yeux du roi une lueur démente. Un soupçon de provocation et de jubilation, comme s'il désirait âprement que son fils le trahisse pour avoir sur l'échiquier du monde, un adversaire à sa hauteur. Il n'arborait absolument pas l'expression d'un père au désespoir d'avoir perdu son enfant.

Mais Siran n'étant pas disponible pour le moment -seul Loki savait si Loran remettrait un jour la main sur son lâche rejeton-, il n'avait pour seule compagnie que celle de Sigrid. Il la jaugea du regard. Certes il acceptait sa provocation, qu'elle dise ce qu'elle désirait dire. Mais il demeurait autant chevalier qu'arbitre dans cette joute verbale, et il se réservait l'arbitraire pouvoir, de lui faire ou non payer le prix de ses paroles délurées.

Peut-être celle dont je cherche la trace n'était-elle qu'une enfant au berceau en ce temps là... déclara le roi songeur.
Je ne saurais trop dire.

Il lui fallait une excuse, il ne pouvait parler de son rêve à Sigrid c'était en révéler plus qu'elle ne devait savoir.

Il hésita un instant, et continua :

Il se peut que je me sois par malheur épris d'une fugitive beauté, aperçu il y a de cela quelques jours, car malgré tous mes efforts je ne parviens pas à la chasser de mes pensées.

Il se mordit les lèvres pour ne pas rire de sa propre arrogance. Ce n'était pas un mensonge à proprement parler, mais un sujet à très mauvaise interprétation. La reine Eleade avait bon dos! Mais pour une fois que sa réputation d'époux désastreux pouvait servir ses desseins il n'allait pas s'en priver. Vu le soin qu'il avait pris d'elle durant toutes ces années, Eleade devait être une des épouses les moins bien mariées d'Yswllyra, aux yeux du monde.

°Eleade, ou que tu sois, pardonne-moi une fois de plus...°

Il se resaisit, quelles valeurs avaient des paroles en l'air, face aux serments qu'ils avaient échangé sous le regard approbateur de son père?
Il espérait seulement, que si ses propos révoltaient la femme mariée qui siégeait en Sigrid, il aurait l'occasion de s'entretenir avec Eleade avant que Sigrid ne l'informe de son mensonge.

Je ne sais que ce à quoi elle pourrait ressembler à ce jour, je n'ai pas de nom à lui donner. Guerrière chevronée certainement, mais ce n'est pas rare parmi les vôtres. Le visage jeune, l'aînée de Siran de quelques années je suppose..., continua-t-il sur un ton détaché, en songeant qu'il venait d'anéantir ce qu'il lui restait d'honneur et de réputation. Que penserait la conseillère si elle s'imaginait qu'il convoîtait une femme guère plus vieille que son fils?
Avec le sentiment d'avoir mis le pied dans un nid de vipères, il continua comme si de rien n'était, de décrire l'Amazone d'après les bribes de son rêve :
...Le visage déterminé et volontaire, ceint par une chevelure d'or. Des yeux d'un bleu mystérieux -le danger d'une mer traître et calme en apparence- et légèrement désabusés. Malgré son jeune âge, je jurerais qu'elle a déjà vu couler le sang. L'étoffe de ses habits me paraît trop recherchée pour une vulgaire mercenaire, mais certainement pas la parure d'une reine.Et je doute que les Amazones répondent à mon invitation, et certainement pas en m'envoyant celle que mon coeur désire apercevoir.

D'autant plus qu'il lui semblait avoir déjà aperçu la reine des Amazones, alors qu'elle n'était que princesse, et la dame de son rêve ne correspondait pas au souvenir qu'il gardait d'Idril Calafas.

Et tant pis si Sigrid le prenait pour un être futile. Si l'Amazone de son rêve existait, elle serait sa perte. Sa perte ou son salut.
Mais sûrement pas sa perte, si elle mourrait avant lui, et c'était cela qui lui importait.
Et si jamais elle croisait la route de Siran? Le destin avait parfois de cruelles ironies. Mais il chassa cette pensée de son esprit, Loran retrouverait la piste de Siran, l'inquiétude sur ce point n'était dès lors plus de mise.

Bien loin d'imaginer quelles pensées troublantes revenaient à Sigrid, à la mention de sa terre natale, il n'était pas pour autant certain qu'il lui soit permis d'espérer une quelconque aide de sa part.

°Lâche! Pourquoi n'as-tu pas parlé de cela à Eleade?°

Mais il cessa de se tourmenter aussitôt. S'il parlait de son rêve à Eleade, elle le regarderait de grands yeux inquiets, et s'apprêterait à le voir tomber mourant d'un instant à l'autre. Sigrid, elle, était -au moins partiellement- de fer, mais il n'arrivait pas à se résoudre à lui donner tous les éléments.

Et il termina son verre, buvant à son honneur, bafoué une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/ardiosis-bennefoy-t154
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Requête et manigance   Jeu 12 Juin 2008 - 9:42

Lorsque Sigrid finit de parler, elle ne fut gratifiee que d'un regard froid. Ca, cela voulait dire qu'il ne voulait pas preciser sa question. Peut-etre ne voulait-il pas lui devoiler certaines choses mais peut-etre egalement ne savait-il pas comment formuler ce qu'il voulait lui dire ou non. Quoi qu'il en etait, le seigneur nordique s'emporta contre elle de maniere tres mesuree concernant ses premieres paroles... Il fallait simplement lui dire exactement ce qu'elle connaissait de la situation et non exposer son point de vue. Sigrid acquiesca en signe d'excuse, le laissant continuer. Et concernant les amazones... Cela serait une tache ardue vu le nombre de souvenirs qu'elle pouvait se repasser. Peut-etre voulait-il une description des personnes qui vivaient la-bas et qui seaient capable de le gener dans ses projets. Cela ne serait pas exhaustif et representatif de la population amazones. Certes, son pere discutait soouvent avec des personnes d'assez haut rang mais il ne fallait pas oublier que c'etait il y a plus de dix sept ans qu'elle avait quitte cette contree. Les chefs qu'elle y avait rencontre n'etaient peut-etre plus vivants ou n'exercaient plus leurs fonctions, qui sait qui aurait pu les remplacer. Sigrid reflechit un instant, mais elle sentit sur elle ce regard indechiffrable qui la derangeait un peu et se forca a soutenir le regard du seigneur. Elle arrivait habituellement a regarder le seigneur en face mais parfois elle aurait prefere fuir et ne pas regarder ce qui miroitait au fond de ses yeux de peur de s'en inquieter.

Visiblement, il n'avait pas pris la nouvelle a la legere et faisait bien comprendre a la femme devant lui que son statut ne devrait pas lui faire tenir des propos ainsi tournes. Il etait vrai queses suppositions pouvaient etre blessantes pour le roi mais dans le regard d'Ardiosis luisait une flamme qui ne lui disait rien qui vaille. Quelque chose d'imprevisible, d'indecis. Elle savait que le roi avait parfois des pulsions etranges mais de la a... Sigrid fronca legerement les sourcils. Plutot que de nier en bloc que son fils le trahissait, il semblait l'imaginer. Peut-etre pas jusqu'a le desirer, mais il lui semblait que malgre ces reticences, il savait tres bien ce qu'il en etait. La mort plutot que la couronne? Sigrid secoua legerement la tete en signe de negation. Ce n'etait pas exactement ca, Siran ne devait pas etre suicidaire a ce point la. Des rebelles pouvaient tres bien avoir fait miroiter a Siran la gloire ou un autre des objectifs que cherche la jeunesse. Ou alors ces tetes dures avaient exploites les convictions un peu arretees du jeune homme pour le mettre dans leur camp. D'ailleurs, peut-etre serait-il possible de le recuperer plus tard en lui faisant voir un peu la realite en face et ce que le bon sens seul pouvait lui faire comprendre. Mais elle ne repondit pas au monarque, il voulait avoir raison sur ce point la, peut-etre pour se rassurer. Sigrid ne gardait l'hypothese que comme possibilite. Il aurait pu etre enleve ou alors voulait-il s'isoler afin de reflechir un peu. Si le derner cas etait exact, alors la situation etait dangereuse car si un rebelle qui savait un tant soit peu bien parler pouvait le retourner contre son camp egalement. Ah, quelle situation compliquee, presque inextricable sans nouveaux elements.

C'est alors que le monarque retourna sur le sujet des amazones. Donc il cherchait quelqu'un, c'etait deja plus clair, elle pourrait lui faire un inventaire de toutes les personnes qu'elle avait connues, enfin celles qui etaient venues a la maison de son pere adopitf plusieurs fois, assez pour que leur souvenir reste grave dans sa memoire. Le monarque semblait songeur, de quelle personne ou plutt de quel genre de personne pouvait-il songer? Etait-ce quelqu'un comme le chef des armees, ou sa question n'etait-elle que de l'ordre personnelle? Sigrid l'invita poliment a poursuivre alors qu'il hesitait, le soutenant du regard. Si hesitant.. Elle avait un peu peur de ce qu'il pouvait bien lui dire. Si c'etait d'ordre personnel, elle ne savait que trop bien le genre de choses auxquelles il pouvait bien penser. Peut-etre avait-il rencontre une femme qui n'avait voulu lui dire son nom. Une femme jeune. Tres jeune, aux dires du seigneur. Mais ce pouvait etre aussi un guerrier qui l'avait provoque en duel ou quelque chose comme ca, quelque chose qui poourrait le mettre autant dans l'embarras.... Elle fixa son monarque, soudainement inquiete de ce qu'il pourrait bien lui devoiler.

Ce qu'elle craignait fut alors confirme. Il avait pourtant exprime mille precautions comme a son habitude, assez mal a l'aise cette fois, comme etant pris dans un delit inavouable. Inavouable, en effet... Sigrid resta sans voix a cette revelation alors qu'elle aurait pu se montrer si ironique et se comporter comme une veritable vipere avec tout autre membre de la cour. Mais il fallait le dire, malgre le fait qu'elle aie envisage cela, elle fut frappee de plein fouet par ce qu'il dit. Jetant au roi un regard plein d'interrogations et d'incomprehension certain, elle tentait de s'imaginer la reaction d'Eleade a cette revelation. Deja qu'il ne s'occupait plus tellement de sa femme depuis un bon moment, a present il s'eprenait d'une autre. Le roi lui-meme songeait a des passions ephemeres qui le tentaient plus qu'il ne le faudrait. Peut-etre n'etait-ce donc que le desir qui nait du mystere, peut-etre cette fascination cesserait des lors qu'il saurait qui etait cette femme exactement. Elle qui etait mariee depuis assez longtemps n'avait pas senti la flamme de son mari faiblir ou vaciller, mais elle pouvait tres bien s'imaginer le desarroi ou plutot le desespoir dans lequel la plongerait pareille revelation... Elle ne savait pas trop de quel cote se ranger, celui de son roi qui avait tort mais auquel elle s'etait devouee ou celui d'Eleade qui etait la victime de l'histoire mais avec qui elle n'avait pas d'affinites ou de devoirs particuliers? Pour le moment, autant rester spectateur. Soudainement tres curieuse, elle retourna tous ses souvenirs pour se rapeller du maximum de personnes possible tandis que le roi finit par reprendre la parole afin de decrire plus precisement la personne en laquelle il pensait.

Il la qualifia de guerriere, ce qui conforta Sigrid dans l'idee qu'elle pouvait connaitre cette personne. Son pere invitait surtout les gens de la guerre. Mais.. si elle etait legerement plus vieille que Siran, elle devait avoir dans une vingtaine d'annees... Et il y a dix neuf ans, elle ne pouvait etre qu'une petite fille... Sigrid songeait bien a une personne, ses soupcons etant a moitie confirmes par la description. Des cheveux d'or, comme pour beaucoup d'Amazones, hommes ou femmes, et des yeux bleus... Une personnalite affirmee et sans doute une guerriere, pas un soldat de base et qui ne ressemblait pas non plus a Idril Calafas. L'idee ne l'avait que peu effleure, le roi aurait connu son nom et son rang si c'etait bien elle. Cependant le roi ne connaissait pas toute l'Armee amazone. Sigrid baissa les yeux, comme chaque fois qu'elle reflechissait sa main organique touchant celle mecanique a travers le gant couleur chair, en sentant les rouages qui ne cliquetaient pas, immobiles.

Elle songeait bien entendu a l'identite de l'amazone mais il fallait avouer que le lyrsme du monarque lorsqu'il avait parle de cette belle inconnue l'avait inquietee. Il semblait pus emporte qu'il ne lui avait paru au premier abord, serait-il reellement tombe amoureux? Mais cela risquait de fortement bouleerser l'ordre etabli, surtout que les amazones risquaient de se montrer comme des ennemis de la couronne du nord. Comment reagirait le roi, si il continuait d'etre emporte par cette passion insensee, et si la personne qu'elle allait lui proposer etait bien la belle inconnue? Il pourrait etre amene a etablir de mauvaises decisions, ne l'ecouterait plus... Ils pourraient courir a la catastrophe. Sur le visage de la conseillere, cette profonde inquietude ne se trahissait que par ses levres pincees, qu'elle cachait de sa main pour ne pas que cela soit trop voyant, prenant une pose naturelle. Elle ne reflechissait pas en tant qu'etre, si le comportement d'Ardiosis vis a vis de sa femme etait revoltant, cela ne l'ebranlait que peu car a part sa place et son honneur de roi, il n'avait rien de different des autres hommes et c'etait a lui de regler ses problemes amoureux. Elle ne reflechissait qu'en tant que conseilere a ce moment et lorsqu'elle releva le regard, elle hesitait encore. Lui faire part de ce qu'elle songeait de l'identite de la femme? La conseillere se sentait trop calme, mais c'etait sa nature. Quant au monarque, il venait de terminer sa coupe, ne semblant pas tres a l'aise. Elle ne devrait pas.. Mais finalement, la conseillere prit la parole, sa fidelite au roi prenant le dessus sur ses pensees logiques et raisonnables.

" Un peu plus agee que Siran, dites-vous..."

Elle marqua un temps de silence, essayant de rassembler les elements qui pouvaient etre marquants et qui pourraient appuyer sa pensee. Finalement, la conseillere continua

" Ou l'avez-vous rencontree? J'ai bien une idee sur l'identite de cette personne mais je n'ai pu la construire que de part mon experience personnelle qui est moindre. Mon pere adoptif invitait souvent des soldats comme je vous l'ai dit, pas des enfants comme celle que vous decrivez devait l'etre a ce moment, mais ma mere a abrite a un certain moment une femme, une unique fois, qui venait du nord et qui parlait souvent de sa petite fille."

Sigrid marqua un deuxieme temps de silence. Se rapeller de sa terre natale ne lui etait pas agreable, surtout lorsqu'elle parlait de sa mere, morte des mains de son pere adoptif par incident lors d'un duel stupide entre pretendants. La femme fit legerement cliqueter sa main, comme si ce son metallique pouvait lui donner du courage, et reprit.

"Je ne me souviens pas du nom de cette petite fille, mais de part sa mere, on peut le deviner... Je crois qu'elle se nommait Anyldar. Anyldar Faldor. Je pense que vous voyez ou je veux en venir."

Sigrid gratifia le monarque d'un sourire. Le destin de la fille de la famille Faldor etait assez connu. Elea Faldor avait l'age et l'apparence de ce qu'il decrivait et le monarque ne l'avait que peu apercue lui semblait-il. Peut-etre que la voir dans de beaux habits et dans certaines circonstances l'avait aide a s'eprendre d'elle. Mais elle voulait savoir une derniere chose, qui pourrait affirmer ou detruire son hypothese, lorsqu'elle planta son regard dans celui du roi deshonore. Ou l'avait-il vue?
Revenir en haut Aller en bas
Ardiosis
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Requête et manigance   Jeu 12 Juin 2008 - 21:32

Ardiosis posa sur la conseillère un regard pesant, où l'impatience se mêlait à l'amusement. Le hochement de tête de Sigrid, bien qu'éloquent, ne constituait pas une vraie réponse.

Me feriez donc un jour grâce de votre opinion quant au départ de Siran? Ou les murmures concernant le but de sa mission ainsi que sa prétendue trahison n'auraient pas réussi à se frayer un chemin jusqu'à vos nobles oreilles?

Ardiosis n'était pas patient de nature. S'il tolérait que la conseillère esquive ses questions de la sorte, c'est qu'il se sentait coupable de l'avoir dérangé à une telle heure et convoqué dans ses appartements. Il était peut-être roi, mais elle était noble et respectée, et cette invitation si d'aventure on en avait connaissance, avait de quoi faire jaser. Et si Sigrid esquivait ses questions, elle ne faisait que retarder l'instant où il lui faudrait y répondre, et davantage encore celui où le roi consentirait enfin à lui donner conger. Ayant perdu le sommeil, Ardiosis ne se sentait plus tenu à des obligations aussi futiles et vaines que le sommeil.

Même si la plupart des regards inquiets que lui avait lancé Sigrid semblaient ne pas même l'avoir effleuré, il remarqua aussitôt la mine abasourdie de Sigrid, et s'il avait encore été l'insouciant enfant de jadis, il en aurait ri aux éclats. Il en éprouva un soulagement mitigé. Certes elle n'osait pas le lui reprocher ouvertement. Et vu que Sigrid avait le courage de ses opinions, il était logique d'en déduire qu'elle s'inclinait devant ses décisions. Aussi futiles et dangereuses qu'elles soient, elle le laisserait faire, car il était roi. Elle était fidèle à sa cause. Mais elle croyait sans peine qu'il puisse être un aussi sombre individu et un aussi piètre époux. Car il doutait fortement qu'elle présenta à son égard la même ferveur aveugle que Loran. Non Sigrid avait un excellent esprit critique. Et lui une abominable réputation. Voilà tout.

°Pardon mère.°

Il se montra plus disposé à accorder du temps à Sigrid pour qu'elle remette de l'ordre dans ses souvenirs. Il ne s'agissait pas d'un village voisin qu'elle aurait quitté la veille. Mais de sa terre natale, qu'elle n'avait plus foulée depuis de longs hivers. Plongeant les yeux dans le regard de Sigrid, il essaya en vain de déchiffrer ses penser pour tromper son ennui. Tout ce qu'il lut dans ses yeux -dont l'étonnante couleur ambre ne cessait de le surprendre- était un léger malaise, qui pouvait simplement s'expliquer par les souvenirs qu'il l'obligeait à déterrer.
Il remarqua malgré lui, que Sigrid était physiquement son parfait contraire. Or et lumière, là où il n'était qu'argent et obscurité. Mais bien que la conseillère ait un charme bien à elle, il avait depuis longtemps accordé ses louanges à une autre non moins rayonnante.

Ses pensées l'emportèrent une fois de plus vers Eleade, Siran, les Orthodoxes, la réception à venir, les conflits qui pourraient advenir. Et perdu dans le cycle interminable de ses préoccupations, chacune en appelant une autre, il ne remarqua même pas les regards inquiets que lui lançait parfois Sigrid.

Il sourit à la pensée que, contrairement à nombres d'hommes, chez qui on s'attendait presque à entendre un bruit d'engrenages mal huilés lorsqu'ils réfléchissaient, Sigrid elle, s'arrêtait de cliqueter pour se creuser la tête.

Le roi ne confirma pas l'âge de l'Amazone. D'une part il ne s'agissait que d'une estimation de sa part au sujet d'une femme vu dans un rêve -et qui peut-être n'existait pas-, et d'autre part cela revenait à plonger volontairement alors qu'il arrivait tant bien que mal à garder la tête hors de l'eau.
Il attendit patiemment que Sigrid reprenne et il l'écouta lui conter ses souvenirs d'enfance. Et lorsqu'elle mentionna un nom, il arqua un sourcil interrogateur.

Anylda Faldor?... Ah oui. Je vous suis.

Le nom au final, lui était vaguement familier. Et pour cause. La dernière chef des armées en date!
Et il avait l'impression qu'il était inutile d'espérer que la dame ait fait une mauvaise chute ou ait décidé d'aller finir ses jours paisiblement en ermite chez les nymphes.

Mais autant Ardiosis pouvait se vanter d'avoir par le passé côtoyer les puissants et les nobles du Gwendir, autant il connaissait aussi bien leurs soldats et cuisiniers que leurs garçons d'écurie. C'est à dire pas.
Et même s'il avait eu vent de l'ascension fulgurante de la jeune femme -qu'une femme aussi jeune devint chef des armées avait de quoi faire jaser.

Il ne cilla même pas sous le regard de Sigrid. Il aurait été bien en peine d'acquiescer ou de nier. Il aurait pu reconnaître s'il s'agissait ou non d'Elea Faldor. A la condition nécessaire qu'il l'ait sous les yeux. Eleade exceptée, Ardiosis ne faisait pas si grand cas des jolies filles. Et qu'est-ce qui ressemblait plus à une belle Amazone qu'une autre belle Amazone?

L'attitude de Sigrid, ses lèvres légèrement pincées, comme retenant un reproche, lui rappelaient son père. Il se souvenait encore, de l'air grave, perplexité mêlée d'indécision, qu'arborait son père, lorsque le jeune Ardiosis se risquait à lui mentir. Et dans son regard franc et blessé, de devoir ainsi douter de son propre sang, il croyait lire une question informulée, et le désir ardent d'entendre que ses doutes étaient infondées.

Un infime remord s'insinua donc dans son esprit à l'idée du mensonge, et Ardiosis se contenta donc de choisir adroitement ses mots :

Je me croyais perdu dans un songe, commença-t-il, avec le sentiment que cela revenait à creuser sa propre tombe, si un jour Eleade avait vent de ses propos. J'ai aperçu cette fleur éphémère, dans les bois à l'est d'ici, alors à cheval pour la chasse. Et cette fugace apparition m'a troublé plus que de raison. Vous me pardonnerez donc de vouloir garder mien le souvenir de cette vision.
Il garda le même ton désabusé, alors qu'il prononçait ses parole les plus sincères de la soirée.

[Oui la description correspond bien à Elea Faldor ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/ardiosis-bennefoy-t154
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Requête et manigance   Ven 13 Juin 2008 - 15:26

[ J'ai eu peur de me tromper ;o; ]

Ardiosis semblait deja un peu plus detendu ce qui arracha un sourire interieur a la femme qui se tenait devant lui. Un peu amuse, il ne semblait pas vouloir lui laisser la liberte jusqu'a ce qu'elle dise clairement ce qu'elle pensait du depart de Siran. Elle n'y manquerait pas, cette fois. La femme ne reflechit qu'un instant avant de lever sur l'homme un regard un peu inquiet, ou se melait une certaine crainte de l'avenir et de l'indifference a peine cachee. Siran ne lui etait ni cher, ni proche, il ne regnait entre eux qu'une certaine... impassibilite, en effet. Elle ne pouvait le juger d'un point de vue moral. Ce n'etait qu'en tant que conseillere face a un chef des armees en fuite qu'elle se placait a present. Prenant la parole finalement, pour acceder au desir du monarque de connaitre son point de vue, elle dit d'une voix posee

"Honnetement, je ne sais qu'en penser. Il est le chef des armees et sa disparition subite est handicapante..."

Sigrid songeait qu'apres tout, on pourrait le remplacer, mais sa mission etait bien de proteger le royaume, pas de l'abandonner si vite, si subitement, sans donner de nouvelles et sans laisser de traces. Elle n'avait pas assez de pistes... Pas assez de choses auxquelles se referer, seulement des coincidences qui n'en etaient peut-etre pas, des hypotheses qu'elle forgeait. C'etait tout ce qu'ils pouvaient tirer pour le moment

"Je ne peux etablir si il peut etre considere comme un traitre, une disparition n'est pas un crime en soi et peut-etre en est il la victime. Ma seule opinion a ce sujet se repose sur des faits inexistants, la priorite est de le retrouver avant que d'eventuels conflits n'eclatent, on pourrait l'utiliser a de mauvaises fins, comme otage ou en l'embrigadant... Il faut au moins avoir une trace de lui."

Ardiosis acquiesca alors, il semblait suivre l'idee directrice de Sigrid, c'etait certain, mais il semblait bien en peine de nier ou d'affirmer que c'etait bien elle. C'etait bien ce qu'elle songeait, il n'avait pris aucunement de nouvelles concernant les officiers Amazones ces derniers temps. Peut-etre les avait-il considere comme des ennemis des le debut ou avait-il neglige leur puissance ce qui equivaudrait a faire une petite erreur, les amazones etant peut-etre surtout des femmes mais aussi de puissantes guerrieres. Elles servaient leurs interets et etaient souvent coupees des conflits, ce qui les ecarait souvent des altercations entre les peuples, en general. Mais a present, leur interet etait peut-etre de se hisser face au monarque humain...

Elle ne voulait pas le juger en tant qu'humain en tous cas, qu'il tormpe sa femme si il le souhaitait, ce n'etait pas vraiment ses affaires, c'etait une dimension personnelle. Elle ne faisait que le mettre en garde car il s'engageait dans un chemin tres dangereux. Il etait en posture assez perilleuse face aux autres peuples et qui donnerait son appui a un roi si peu vertueux? Il ne fallait pas que tout ca se sache, pour le moment. Meme son propre camp pourrait etre decontenance de ce genre de revelations mais surtout, la cour arait matiere a jaser et elle connaissait assez le milieu pour penser qu'elle ne pourrait pas endiguer le flot de paroles malsaines que vomissaient les levres des courtisans et qui se deversaient peu a peu sur les soldats, le peuple.

Le roi finit par dire qu'il l'avait apercue dans un reve, ou pensait y etre. Sigrid haussa un sourcil. Etait-ce si realiste pour que le roi puisse confondre les deux mondes? Il l'avait apercue sur un cheval, appretee pour la chasse. La chef des armees s'autorisait-elle de telles sorties, seule? Apres tout, ce n'etait qu'un reve, mais le seigneur avait formule sa phrase d'introduction d'une bien etrange maniere. Il.. croyait? Sigrid pencha la tete sur le cote, ses longs cheveux blonds degringolant sur son epaule. Il semblait sincere, meme si il ne voulait pas lui raconter ce qu'il s'etait passe dans son reve. S'etaient-ils parles, s'etaient-ils effleures? Ou n'etait-elle restee qu'une frele silhouette au loin? Sigrid sourit legerement a son monarque et demanda

"Une derniere question. Vous... "croyiez" la voir en reve? Finalement, cette certitude a ete confirmee ou etait-ce... dans le monde en dehors des songes?"

Cette question pouvait etre cruciale. Si une amazone s'aventurait si pres d'ici, peut-etre que c'etait un mauvais presage. Peut-etre voulait-elle les observer ou alors les provoquer, ce qui avait provoque nun effet contraire pour le temoin, peut-etre pas si benefique que ca non plus. Sigrid ajouta

"Si les amazones repondent a l'invitation pour la reception.. Il y a de fortes chances pour que Faldor se montre. Vous aurez la confrmation ou non que c'est la demoiselle de vos reves."

Ils pourraient aviser a ce moment la, mais pour Sigrid, cette montagne d'incertitude etaient comme un voile noir qui les menacait, une epee de Damocles qui pouvait s'abattre sur eux a tout moment. Surtout poser chaque pas avec precaution. Chercher Siran. Rechercher cette femme qui hantait les songes du monarque...
Revenir en haut Aller en bas
Ardiosis
Gwendirien
avatar


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Requête et manigance   Sam 14 Juin 2008 - 10:01

A la vue du regard légèrement inquiet de la conseillère, Ardiosis se demanda si elle allait une fois de plus esquiver le sujet. Le monde à l'envers. Si d'eux deux quelqu'un avait du éviter consciencieusement de parler de Siran, c'était bien lui.

Vraiment? Et moi qui croyait qu'il s'agissait là que d'une simple formalité! railla le roi avec une sombre ironie.

S'il avait attendu tout ce temps pour entendre cela, le jeu n'en valait pas la chandelle assurément.

Qu'elle doute de la traîtrise de Siran était la seule chose qui importait à Ardiosis. Si elle doutait, d'autres doutaient aussi. Ses ennemis chercheraient à le gagner à leur cause, probablement, ou à comprendre ses desseins mais tant que rien n'était sûr ils ne revendiqueraient pas son appui.

Quelle perspicacité! Sigrid que ferais-je sans vous?
Les paroles du roi étaient toujours teintées d'ironie, mais le ton de sa voix était désormais calme et davantage espiègle que narquois.

°Je m'énivrerai seul dans cette pièce, noyant mon malheur dans le vin.°

Il lorgna la bouteille à moitié vide, avec peut-être un soupçon de regrets dans le regard.

J'ai lancé des hommes sur sa piste, c'est le maximum que je peux faire sans risquer d'attirer l'attention sur lui. Que la nouvelle de sa fuite s'ébruite, et il risquerait de finir au mieux otage au pire mort sans sépulture.

La mine sombre, l'inquiétude s'inscrivit un instant sur son visage, comme si la perspective de ne jamais revoir son fils avait attendu tout ce temps avant de s'imposer à son esprit.

Il n'aurait certainement pas aimé échanger de place avec Sigrid. Il lui arrivait souvent de mentir, mais l'hypocrisie n'était pas son point fort. Eut-il été conseiller d'un roi tel que lui, il ne se serait pas retenu longtemps de lui faire savoir ce qu'il pensait de ses actes irréfléchis et stupides.

Sigrid fut intriguée par ses propos, et il se reprocha aussitôt sa sincérité. La conseillère ne lui était cher que parce qu'elle lui était utile, il était vain de chercher à se faire pardonner son attitude honteuse envers son défunt père à travers elle.

Voyons Sigrid, comment accorderais-je foi à ce que je n'aurais pas vu de mes propres yeux? Si elle n'avait pas été là en chair et en os, elle ne m'aurait pas troublé de la sorte.

Il sourit pour lui-même, songeant que c'était l'exemple parfait des non-mensonges qui auraient blessé Eleade au plus haut point. Crédible et sincère à souhait, mais sujet à très mauvaise interprétation.
D'autant plus que seuls Telak et Eleade devaient soupçonner que le roi fut un tant soit peu superstitieux. On prête souvent aux puissants légèrement déments de n'accorder foi qu'à leurs propres jugements.
C'était d'ailleurs le cas d'Ardiosis, au détail près qu'il admettait que les dieux parviennent à s'en mêler.

Si les Amazones répondent à mon invitation, ce qui m'étonnerait fort -Idril ne m'ayant jamais porté dans son coeur, et ce bien avant que sa mère ne trouve la mort aux portes d'Yswllyra-, encore faudrait-il qu'elles emmènent leur commandante, ce qui n'est pas la preuve la plus criante d'intentions pacifiques.

Et quitte à déclarer une guerre autant le faire depuis chez soi, qu'au milieu d'une capitale ennemie, cerné d'yeux hostiles.
Et qu'Elea -s'il s'agissait bien d'elle- vienne ne lui paraissait que peu réjouissant. Sigrid, il l'espérait, saurait tenir sa langue. Qu'elle fut son hôte serait pour le moins gênant pour tuer l'Amazone. La gagner à sa cause était impensable! Elle était chef des armées...
Au pire si Sigrid parlait, Eleade serait furieuse mais bien moins que si elle avait pu préssentir ses véritables intentions à son égard...
Le serment qu'elle avait voulu lui arracher résonna à ses oreilles comme une sombre malédiction.
Je désire d'entendre promettre que tu n'attenteras pas à la vie des souverains, ou encore à ceux qui les accompagnent.
Certes il n'avait pas promis. Mais lever la main sur ses hôtes le révoltait à juste titre. Il aurait lui même condamné à mort quiconque aurait osé, sous son toit. Lui fallait-il commettre tout ce qu'il jugeait répréhensible de la part d'autrui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/imperiaux-f132/ardiosis-bennefoy-t154
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Requête et manigance   

Revenir en haut Aller en bas
 

Requête et manigance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sujet : Requête motivée pour personnage déjà pris.
» Requête auprés de Monsieur le frére du roi
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» Sur la route t'attendent une révélation et une requête royale (Pv Evangéline)
» Requète spéciale (PV: Sandor, Arménia, Sanzo, Yuna)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 2-