AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rapport d'enquête [PV Idril *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ciereth Cihar
Bras-Sanglants
avatar


Féminin Nombre de messages : 67
Age : 32 ans
Clan : Résistance
Fonction : Capitaine des hussards et Ministre de la Sécurité Intérieure
Date d'inscription : 21/04/2010

MessageSujet: Rapport d'enquête [PV Idril *]   Mer 9 Juin 2010 - 20:13

QUATORZIÈME SEMAINE,
PREMIER JOUR,
DÉBUT D’APRÈS-MIDI.

« Ca… Capitaine… »

La voix du Sergent Eres Ellorin tremblait d’horreur. Il en faisait clairement trop, pensa Ciereth. Ce n’était pas parce que cette poignée de porte lui était restée entre les mains qu’il fallait en faire tout un plat. Et le fait que Ciereth n’était pas censée passer par la porte qu’elle avait failli démonter ne suffisait pas à rendre la situation catastrophique. Cela dit, la poignée de porte qui reposait à présent sur sa paume était une belle poignée de porte. Du genre en métal précieux et bien ouvragée, vous voyez… Rien à voir avec les bêtes poignées en ferraille de la cambuse de ses parents. Pour faire bonne figure, Ciereth rougit un peu de honte.

Pour se rendre à la salle du trône, Ciereth avait pris un petit raccourci qui passait par les appartements royaux, grâce à l’aide d’un garde complaisant et sous les regards horrifiés du Sergent Ellorin. Là aussi, il n’y avait vraiment pas de quoi s’offusquer… Ce n’était pas comme si elle passait par la salle d’eau de la Reine et surprenait celle-ci toute nue.

« Oh arrête de faire cette tête de merlan frit. »

Ciereth fouilla le hall qui précédait la salle du trône des yeux, puis elle se dirigea d’un pas décidé vers un joli vase posé sur une console. Elle plaça la poignée de porte à l’intérieur du vase.

« Capitaine ! S’écria le Sergent Ellorin, en fronçant les sourcils, cette fois. »

Ciereth haussa les épaules.

« Elle sera très bien ici. Personne ne se rendra compte de rien.
- Oui… Jusqu’à ce que quelqu’un utilise la porte. C’est-à-dire probablement d’ici… Oh… Une heure ou deux. »

Ciereth le fusilla du regard et Eres détourna les yeux d’un air presque innocent. Depuis qu’ils travaillaient ensemble, le jeune Sergent avait pris de l’assurance. Ce n’était pas bon, ça. Il était même parfois capable de rendre Ciereth raisonnable. Pas bon du tout.

Le Sergent Ellorin eut subitement l’air pensif. Il examinait Ciereth de la tête aux pieds. Quand il se mit à passer derrière elle pour arranger la cape qu’elle avait l’habitude de porter en hiver, Ciereth poussa un long soupir et fit rouler ostensiblement ses yeux.

« Eres, je n’ai PAS besoin d’aide pour m’habiller. »

Le « mmpf » ironique que lança aussitôt le Sergent était aussi parlant qu’une phrase complète. Pour finir, il se hissa sur la pointe des pieds et détacha un minuscule bout de branche qui s’était accroché à l’épaisse chevelure de la grande Amazone. Ciereth croisa les bras sous sa poitrine et posa un regard glacial sur Eres qui, pour toute réponse lui renvoya un regard de défi, pas encore tout à fait assuré.

Mais Ciereth n’eut pas le temps de tenter de congeler son collègue des yeux : l’un des grands battants de la porte de la salle du trône s’ouvrit et l’on annonça le Capitaine Cihar des hussards et Ministre de la Sécurité Intérieure. Ciereth pénétra dans l’immense salle du trône de sa démarche assurée mais loin d’être élégante. Dans son dos, elle pouvait presque voir Eres se mordre les doigts d’angoisse en la regardant s’avancer au-devant de la Reine.
La grande femme s’arrêta juste devant le trône, probablement plus près que le protocole ne le permettait, mais Ciereth n’en avait pas conscience. Elle exécuta un parfait salut militaire. Alors qu’elle commençait à se féliciter intérieurement pour ce geste impeccable, une idée étrange s’insinua en elle et elle était certaine que c’était de la faute du Sergent Ellorin. Peut-être que devant la Reine, il était plus approprié de s’agenouiller.

Dans le silence pesant de la salle, Ciereth se permit de se gratter l’arrière du crâne, secouant ses lourdes boucles blondâtres, ne sachant plus trop que dire ou faire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/t1142-amazone-ciereth-cihar
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Rapport d'enquête [PV Idril *]   Jeu 10 Juin 2010 - 12:24

Les idées de la souveraine du royaume de Freyja étaient amères aux prémices de cette nouvelle semaine, mais il était certain que son cœur s’était senti plus léger après l’entrevue qu’elle avait accordée au Capitaine Nathaniel, ce matin du même jour. Elle avait découvert de nouvelles facettes du soldat, un jeune homme attentionné et prévenant dont la sincérité ne pouvait être remise en cause. Il l’avait rassuré comme il pouvait, avec patience et douceur, et la jeune femme tâcherait de le remercier dans un avenir proche. Et elle ne doutait pas qu’une amitié solide puisse être construite entre eux. Toutefois, malgré son soutien, le Capitaine n’avait pas réussi à dissiper tous les ennuis qui pesaient sur les frêles épaules de sa souveraine. Et pour cause, ils étaient nombreux. L’épidémie mortelle qui rongeait sa patrie ne semblait pas prête à reculer, malgré les efforts déployés, malgré la collaboration avec le peuple des Druides. Le peuple continuait de souffrir, sans qu’on puisse trouver le moyen d’abréger ces souffrances. Et outre ces difficultés, la jeune femme était préoccupée par les récents entretiens qu’elle avait menés. Le général Graybach était venu humilier son peuple et il n’était pas encore certain que son crime soit puni. Idril avait signé son transfert, pour qu’il soit jugé à Yswllyra et pour qu’il quitte au plus vite les Plaines, mais est-ce que le jugement lui donnera raison ? Et quelles conséquences seront à subir ? Il était encore trop tôt pour le dire, et à l’heure actuelle, c’était un autre problème qu’elle avait promis de régler. Celui du crime de l’Erastide.

La reine Alphaïde Elwing était venue rencontrer sa consœur amazone la semaine dernière, pour lui faire part d’une affaire sordide survenue en son royaume : un crime perpétré le jour de l’Erastide, la fête du Printemps, dans lequel seraient impliqués quelques Amazones. Comme si la jeune femme n’avait pas assez de problèmes comme ça, il fallait que certains de ses sujets aillent se fourrer dans une situation aussi déshonorante ! Tuer une fille de Jord ! Comment pouvait-on assassiner une créature aussi fragile qu’une fille de Jord ! C’était insensé ! Et ce morceau de tissu, retrouvé sur les lieux du crime, n’était-ce pas étrange tout de même ? Seul un imbécile aurait porté l’uniforme de son peuple ! Ou alors, on cherchait à faire porter le chapeau aux Amazones. Ce n’était pas exclu comme hypothèse. La jeune femme, installée dans son trône depuis un moment déjà, semblait perdue dans ses pensées, le regard vague et une feuille de papier entre les mains. Ce n’est que lorsqu’on annonça la venue du Capitaine Cihar, ministre de la Sécurité Intérieure, que la souveraine reprit ses esprits. La soldate gradée était déjà à mi-chemin quand elle posa son regard d’émeraude sur elle. Ciereth Cihar, la meilleure dans son domaine ! Dommage qu’elle fusse si rustre par moment … Idril la connaissait depuis longtemps. Lorsqu’elle avait été nommée Capitaine de la Cavalerie lourde, Ciereth était déjà à son poste et sa réputation la précédait partout où elle allait. La soldate s’arrêta à une distance peu protocolaire, mais la reine n’avait pas envie de discuter sur le respect des us du règlement, malgré les regards des quelques rares conseillers qui étaient présents à ce moment là.

« Bonjour, Capitaine. Vous pouvez vous détendre, cette réunion n’a rien d’une convocation officielle, devant le Conseil.

Elle brandit alors le papier qu’elle tenait fermement entre ses doigts délicats, pour capter l’attention de la soldate. Ciereth était une professionnelle, pas besoin de tourner autour du sujet pendant longtemps. C’est pourquoi la souveraine entama directement dans le vif du sujet.

- Je vous ai fait convoquer car je viens de recevoir le compte rendu des expertises que j’ai demandées, concernant le tissu retrouvé au Palais de la reine Alphaïde. Il semblerait que ce soit un vrai. L’uniforme appartiendrait donc bel et bien à nos rangs. Prenez donc le temps de lire cette missive. »

Elle tendit le papier à sa subordonnée militaire. Tous les détails de la démarche étaient expliqués, et les conclusions faites ne plaisaient guère à la souveraine. Un uniforme amazone ne pouvait pas être obtenu ou conservé en dehors du corps de l’armée. Soit il y avait des déserteurs, soit on avait tendu une embuscade à une troupe amazone. Elle espérait que sa ministre pourrait l'éclairer.

« Avez-vous pu obtenir des informations sur cette affaire, comme je vous l’avais demandé ? »

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Ciereth Cihar
Bras-Sanglants
avatar


Féminin Nombre de messages : 67
Age : 32 ans
Clan : Résistance
Fonction : Capitaine des hussards et Ministre de la Sécurité Intérieure
Date d'inscription : 21/04/2010

MessageSujet: Re: Rapport d'enquête [PV Idril *]   Ven 9 Juil 2010 - 10:23

Lorsque la Reine Idril dit à Ciereth qu’elle pouvait se détendre, celle-ci s’exécuta aussitôt. Se détendre. Ça c’était un ordre comme elle les aimait. Le Capitaine des hussards adopta immédiatement une attitude plus nonchalante qui lui ressemblait beaucoup plus, n’en déplaisait aux quelques conseillers qui se trouvaient dans la salle.
Ciereth leva les yeux vers le papier que brandit la Reine. Docilement, elle le prit tout en écoutant sa souveraine annoncer d’avance les conclusions qui étaient inscrites dessus. Le Capitaine lut méticuleusement le rapport, même si certaines précisions échappaient un peu à sa compréhension. Ce qui en ressortait était toutefois clair comme de l’eau de roche : le vêtement que la Reine Alphaïde présentait comme une preuve était un authentique uniforme de l’armée Amazone, identique à celui que Ciereth portait sous sa cuirasse.

Malgré tout, Ciereth resta de marbre face à cette annonce, ou plutôt, elle resta parfaitement détendue. Ce n’était pas qu’elle ignorait la gravité du problème, mais elle avait l’habitude de garder une attitude détachée face à des affaires criminelles. En revanche, face aux criminels eux-mêmes…
S’il n’était pas normal qu’un uniforme Amazone se retrouve en possession d’étrangers, ce n’était pas totalement impossible non plus et il y avait probablement plus d’un moyen d’obtenir une veste d’uniforme Amazone.

Après avoir rendu le papier à la Reine, Ciereth répondit à celle-ci, toute heureuse qu’elle était de ne pas avoir à se soucier du protocole :

« Oui. J’ai commencé à écrire mon rapport pendant le voyage de retour. Il est à présent terminé. Le voici. »

Ciereth détacha un rouleau qui était accroché à sa ceinture et le tendit à Idril d’un geste vif. Le Capitaine poursuivit :

« J’ai cru qu’il ne serait pas facile d’obtenir des informations en me rendant au Bois Sombre. L’ambiance y était pour le moins tendue… Mais la Reine Alphaïde m’a laissée enquêter librement. Elle semble souhaiter trouver les coupables du meurtre de l’Erastide autant que nous. La plupart des Nymphes rechignaient à me faire part de ce qu’elles savaient, mais j’ai fini par reconstituer les évènements qui nous intéressent. »

Ciereth ne s’attarda pas sur la pénibilité de son séjour. Dans cette forêt obscure, au milieu de ces Nymphes suspicieuses et mollassonnes, la jeune femme ne s’était pas franchement sentie à son aise. Il y avait cependant fait des rencontres intéressantes, comme il lui était arrivé d’en faire partout sur le continent.
Ciereth s’éclaircit la gorge et continua :

« Le meurtre a été commis le jour de l’Erastide, en début d’après-midi, au sein du palais des Nymphes. J’ai brièvement enquêté sur l’identité de la victime, mais je n’ai abouti sur rien de pertinent. Le corps de la jeune fille a été retrouvé dans une salle saccagée, la nuque brisée d’un coup sec. Ce simple fait me fait pencher pour des assassins professionnels. Des mercenaires, à la limite. Mais pas des soldats. Ce genre de technique requiert un entraînement très poussé et une parfaite connaissance du corps humain. Ce travail est la spécialité des assassins. Et celui qui a tué cette Nymphe n’est pas un novice… Par ailleurs, la destruction du mobilier de la pièce indique que les vandales devaient être armés d’objets lourds. Pourtant, ils ont choisi de tuer à mains nues. Ce n’est pas vraiment une réaction que j’attends de soldats formés au maniement des armes.
Selon les conclusions des Nymphes, la victime aurait été témoin de la scène de sac et a été tuée pour cette raison. C’est aussi ce qui me paraît le plus probable. Mais si ce sont bien des assassins qu’on a envoyés là-bas, il ne faut pas exclure la possibilité d’une mise en scène dont le but véritable était le meurtre. D’autant plus que rien n’explique ce saccage.
Ensuite, après la découverte du cadavre, le palais a été bouclé, sans résultat, malheureusement. On n’a retrouvé ni témoin ni suspect. Ce n’est que lorsque la pièce a été fouillée de fond en comble que l’indice a été trouvé : le morceau d’étoffe bleu au motif noir qui a été arraché à l’uniforme Amazone. L’une des domestiques a mis la main dessus en déblayant la pièce. Comment des assassins capables de briser aussi proprement une nuque peuvent-ils être assez maladroits pour laisser un bout d’uniforme déchiré sur leur passage ? Je vous le demande bien… Mais admettons que ce soit possible.
Ce qui est le plus suspect dans cette affaire, c’est la façon dont la veste d’uniforme va retrouver son petit bout déchiré sur ses petites pattes toute seule comme une grande. À ce sujet, j’ai notamment eu l’occasion de m’entretenir avec la jeune Princesse Pasiphae qui a une opinion bien arrêtée sur la façon dont ça s’est produit.
»

Ce que le rapport de Ciereth ne disait pas, c’était que le Capitaine des hussards en était très vite venu à apprécier l’adolescente, plus vive que ses compatriotes. Selon Ciereth, Pasiphae aurait fait une Amazone tout à fait convenable.

« C’est apparemment une Elfe qui est venue apporter la veste d’uniforme à la reine Alphaïde. Je dis bien « apparemment » car la plupart des conseillers la présentaient comme telle mais certains ont dit qu’elle semblait être une Elfe, ce qui m’a intriguée. On ne sait de cette femme que son nom, Helveä Daline et son signalement. Étant donné qu’elle était accompagnée d’un phénix, elle ne devrait pas passer inaperçue. Les Nymphes n’ont pas cru bon de l’interroger plus avant. Cependant, la Reine m’a affirmé que la souveraine des Elfes se chargeait d’enquêter sur cette Helveä. Je ne sais pas où en est son investigation.
L’Elfe supposée a affirmé avoir surpris un groupe d’hommes et de femmes d’origine inconnue en train de se vanter du crime de l’Erastide, campant à la frontière du territoire Nymphe. Quelle frontière ? On ne le sait même pas. Elle serait revenue à l’endroit de leur campement et y aurait trouvé cette veste d’uniforme. Tout cela est affreusement commode et sent le coup monté à plein nez. Pourquoi diable ces criminels auraient laissé un vêtement, le vêtement qui accuse notre peuple, sur place ? Une telle négligence est impossible, surtout si mon hypothèse selon laquelle il s’agit de professionnels est juste. La conclusion la plus probable et de loin, c’est qu’on cherche à charger les Amazones du crime. Et de manière un tantinet grossière, je dirais. La question, maintenant, est : est-ce que cette Helveä fait partie du complot ou non ? Les deux possibilités me paraissent envisageables, mais le fait qu’elle ait décidé d’aller voir la Reine Alphaïde en premier lieu la rend suspecte à mes yeux. Elle est en tout cas notre piste la plus solide pour retrouver les coupables et il faut la retrouver et l’interroger.
De notre côté, aucune disparition de soldat n’a été signalée pour le moment et aucune troupe ne s’est rendue sur le territoire des Nymphes. À moins qu’un Sergent ne la couvre, bien entendu.
»

Ciereth grimaça sur ces mots. Selon elle, c’était la phrase la plus dérangeante qu’elle avait prononcée de tout son long discours. Le Capitaine des hussards avait terminé son rapport… Et elle avait drôlement soif. Elle se racla la gorge et demanda avec une légère pointe d’hésitation en désignant une gourde accrochée à sa ceinture :

« Est-ce que je peux… ? Non, parce que j’ai très soif, là… »



HJ : S'il y a des erreurs ou des informations que Ciereth n'aurait pas pu obtenir, j'éditerai. Et pardon pour l'attente. V.v'

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/t1142-amazone-ciereth-cihar
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Rapport d'enquête [PV Idril *]   Sam 17 Juil 2010 - 21:40


[Nan, c'est parfait, pas de soucis ! Super rapport en tout cas !]


Quelques toussotements légers accompagnèrent la dernière demande, quelque peu incongrue, de la capitaine qui avait terminé son rapport, obligeant la souveraine à porter son regard perplexe vers les quelques conseillers présents. La requête de la soldate, et accessoirement ministre, ne semblait pas être au goût de l’assemblée, ce que la jeune souveraine pouvait aisément comprendre. Elle soupira doucement, avant de fermer les yeux et secouer docilement la tête pour accorder cette faveur à la soldate, sans rien répondre toutefois. Idril appréciait le professionnalisme exemplaire de sa capitaine, mais ne supportait pas ses manières déplacées et inconvenantes. Cependant, elle avait dû s’y habituer bon gré, mal gré. Si Ciereth pouvait se targuer d’avoir les meilleures compétences qu’il soit dans son domaine, il n’en était rien concernant son respect des convenances. Mais peut être le talent autorisait-il certaines formes d’excentricité ? Que pouvait-on bien dire d’autre ? Il fallait bien s’accommoder des manières de la soldate, si on voulait profiter de ses compétences indéniables dans la chasse aux criminels. Aussi, la reine passa outre cette première demande indélicate et préféra se concentrer sur ce qui avait été dit.

Comme toujours, et on pouvait bien le lui reconnaître, Ciereth avait fait du bon travail. Son enquête avait été fructueuse et elle disposait d’éléments de réponse à apporter à sa souveraine, ce qui bien évidemment, la faisait grimper dans l’estime de celle-ci. Et avec sa tendance à s’attirer les foudres des amazones conservateurs, c’était toujours ça de pris ! Tout n’était pas encore limpide, mais les conclusions qui avaient été faites pouvaient permettre de rebondir, et de poursuivre les investigations sur de nouvelles pistes. Et surtout, les hypothèses formulées par la soldate allaient dans le sens qui plaisait à la souveraine amazone, ce qui n’était pas non plus négligeable. Le rouleau de parchemin qu’elle avait ouvert et déplié sur ses genoux développait les dires qui avaient été prononcés et la souveraine serait heureuse de pouvoir relire le rapport de Ciereth en temps voulu. Mais pour l’heure, elle préférait se contenter des propos de cette dernière. Ainsi donc, la piste à privilégier serait celle d’un coup monté, orchestré pour faire porter le chapeau aux Amazones. Mais dans quel but ? Pourquoi s’en prendre au peuple des Nymphes ? Et qui était donc cette étrange Helveä Daline dont on savait si peu de choses ? L’enquête menée soulevait bons nombres de nouvelles questions auxquelles des réponses devraient être apportées. La souveraine, qui s’était renfoncée dans son fauteuil, semblait pensive, jusqu’à ce qu’elle reprenne la parole d’une voix forte et déterminée, pour féliciter avant toute chose sa subordonnée.

« Je tiens à vous féliciter pour ce rapport complet, Capitaine, et il me tarde de le soumettre au Conseil. Toutefois, si un traître se cache parmi nos sergents, vous savez ce qu’il encourt, n’est-ce pas ?

Les prunelles émeraude de la jeune femme étaient sévères et dures. Elle ne tolérerait aucune traîtrise de la part d’un soldat gradé et la peine capitale serait prononcée à titre d’exemple, pour dissuader tout autre sergent de renier les siens.

- Gardez l’œil ouvert et informez les autres capitaines de vos doutes. Je ne veux pas de renégat dans mon armée, et je suppose que vous non plus. Cela dit, même si cette hypothèse n’est pas exclure, je crois plus probable l’éventualité d’un coup monté, comme vos conclusions l’ont souligné. Il est bien étrange de retrouver l’uniforme coïncidant au morceau de tissu perdu sur le lieu du crime, et je pense même avoir offusqué la reine Alphaïde en lui demandant si elle n’avait pas user d’une reconstitution, son explication m’ayant pour le moins laissée perplexe. Cette mademoiselle Daline doit être retrouvée, coûte que coûte. Mettez vous en relation avec nos alliés, car si la souveraine Gil’Rea enquête sur cette mystérieuse habitante, elle pourra nous aider à la localiser plus rapidement. »

Idril marqua une pause, pour reprendre son souffle et réfléchir un instant. Même si l’enquête était loin d’être terminée, elle se sentait soulagée d’un poids non négligeable. Son peuple n’avait visiblement pas à se reprocher le crime odieux perpétré contre les Nymphes. Il ne restait plus qu’à le prouver et à comprendre pourquoi on cherchait à les accuser. Aussi, elle voulut entendre l’avis de la soldate à ce sujet.

« Toutefois, j’aimerais votre avis sur la question, Capitaine. Pourquoi s’en prendre au peuple pacifiste des Nymphes et tenter de nous en faire porter les responsabilités ? Il me semble que si l’on avait voulu ébranler la Résistance qui se met en marche contre le Seigneur Nordique, on aurait tenté de souiller l’honneur des Peuples Libres pour essayer de prouver que nous sommes indignes et donc de limiter nos partisans. Mais la tournure n’est-elle pas curieuse ? L’action semble avoir été ficelée d’une bien étrange manière, comme si les revendications n’étaient pas assumées. Je ne sais que penser à ce sujet. »

Les bras croisés sous la poitrine, le regard perplexe, la jeune souveraine attendait la réponse de la soldate.

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Ciereth Cihar
Bras-Sanglants
avatar


Féminin Nombre de messages : 67
Age : 32 ans
Clan : Résistance
Fonction : Capitaine des hussards et Ministre de la Sécurité Intérieure
Date d'inscription : 21/04/2010

MessageSujet: Re: Rapport d'enquête [PV Idril *]   Mer 15 Sep 2010 - 16:46

Lorsque Ciereth eut l’aval de la Reine, elle décrocha sa gourde de sa ceinture, en ôta le bouchon et avala goulûment une gorgée du liquide frais qu’elle contenait. C’était essentiellement de l’eau. Essentiellement. Il y avait juste quelques gouttes d’un délicieux alcool de cerise confectionné par les Elfes en plus, surtout pour l’odeur, dont Ciereth raffolait. L’Amazone reboucha la gourde et la remit à sa place avant de s’essuyer la bouche du revers de la main.

Ce fut au tour de la Reine d’Idril de prendre la parole et lorsqu’elle demanda à Ciereth si elle savait quelle peine encourait un traître dans les rangs Amazones, celle-ci hocha positivement la tête, une lueur dangereuse s’allumant dans ses yeux verts d’eau. Comme la Reine, elle ne supportait pas la félonie et serait bien le dernier officier à protéger un Sergent coupable d’un tel crime. Au contraire, elle serait tout à fait en mesure de l’exécuter de ses propres mains. Tout d’abord, Ciereth considérait ce châtiment nécessaire pour avertir tout soldat qui envisagerait de suivre la même voie, mais surtout, un traître était une insulte à la fierté Amazone, une tumeur maligne, étrangère, à éradiquer sur le champ.

Cependant, l’hypothèse de la trahison restait au second plan et le seul moyen de résoudre cette affaire, pour l’instant, était de retrouver Helveä Daline, comme le souligna Idril. C’était bien ce que Ciereth avait l’intention de faire, avec ou sans l’aide des Elfes. Bien sûr, il était préférable de commencer par contacter les alliés des Amazones, se renseigner sur l’enquête débutée par eux, écouter leurs conclusions, sous peine de provoquer un incident diplomatique… Mais Ciereth n’avait pas l’intention de laisser la piste refroidir en attendant. Arriver après coup chez les Nymphes avait été bien assez handicapant comme ça. Ces dernières avaient manqué de rigueur selon elle, notamment en laissant cette Daline s’en aller sans lui poser plus de questions. Le Capitaine des hussards n’était pas prêt à l’affirmer tout haut… Mais pas loin, tout de même. En la présence de quelqu’un d’autre que la Reine, elle ne se serait pas gênée. Cela dit, geindre sur l’incompétence d’autrui ne faisait pas non plus avancer les choses… Ciereth garda donc toutes ces considérations pour elle.

Mais s’il s’agissait d’un coup monté, la question que l’on se posait naturellement concernait la raison d’un tel complot, question que la Reine exprima de vive voix. Ciereth avait quelques idées sur le sujet, mais rien de bien consistant.

« Sauf votre respect, votre Majesté, je ne suis peut-être pas la personne la mieux placée pour vous répondre. Cette question sort du domaine criminel pour entrer dans le monde politique. Par ailleurs, le plus urgent est de prouver notre innocence dans cette affaire ou de châtier les coupables pour faire la preuve de notre bonne volonté. Or nous avons plus d’éléments sur le mode opératoire du crime que sur ses motifs Mais j’ai tout de même quelques idées sur les raisons qui pourraient pousser nos ennemis à s’en prendre aux Nymphes plutôt qu’aux alliés. Premièrement, il est actuellement beaucoup plus facile de s’infiltrer au cœur du Bois sombre pour frapper les Nymphes. Atteindre les Elfes, les Ombres et les Amazones qui sont sur le pied de guerre est beaucoup plus délicat. Deuxièmement, les Nymphes sont réputées pour leur pacifisme. S’attaquer à elles signifie s’attaquer à la paix. Le peuple qui s’en rend coupable deviendra inévitablement impopulaire aux yeux de tout le Gwendir. Si l’on nous fait porter le chapeau, nous pourrions voir les Elfes se retourner contre nous, la fragile entente avec les Druides disparaître et des doutes naître chez les Ombres. Et enfin, nous autres, les Amazones, sommes habitués à attaquer de front – un peu trop, si vous voulez mon avis. Rien de tel qu’un complot bien tortueux pour nous prendre de court. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/t1142-amazone-ciereth-cihar
Idril Calafas
Souveraine Colérique
¤Petit Lardon de Léander¤
avatar


Féminin Nombre de messages : 3012
Age : 20 ans
Clan : Résistance
Fonction : Reine des Amazones
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Rapport d'enquête [PV Idril *]   Sam 18 Sep 2010 - 17:18

La capitaine avait beau prétendre ne pas être la mieux placée pour discuter des tenants et aboutissants politiques de l’affaire, son avis sur la question était mûrement éclairé et riche d’hypothèses. La souveraine, qui écoutait attentivement la soldate, plissa les yeux à plusieurs reprises, et ne tarda pas à se frotter le menton, ce qu’elle faisait toujours quand elle réfléchissait aux propos de son interlocuteur. L’hypothèse émise par Ciereth était juste et la reine opina silencieusement de la tête. Il était vrai que s’attaquer aux Nymphes était très mal vu par la plupart des autres peuples, y compris les Amazones. Si son peuple n’avait pas été personnellement impliqué par les accusations non dites de la Reine Alphaïde, la jeune souveraine aurait trouvé scandaleux et déplorable qu’on s’en prenne aux filles de Jord. Mais pour l’heure, ce qui la révoltait davantage, c’est qu’on puisse prétendre que les Amazones y soient pour quelque chose. Et comme l’avait fait remarquer la capitaine, le plus urgent pour le moment, c’était de prouver leur innocence. Pour cela, mieux valait retrouver les coupables et vite, avant que les soupçons ne gangrènent l’opinion qu’on avait des Amazones.

« Pour quelqu’un qui n’aime guère s’occuper des affaires politiques, vous feriez un très bon politicien, Ciereth, railla la jeune femme, un sourire complice peint sur le visage. Il était certain que c’était un compliment, mais la capitaine ne l’apprécierait peut être pas à sa juste valeur. Elle ne devait pas vraiment apprécier la perspective de troquer son poste militaire contre celui d’un diplomate… Vos hypothèses sont judicieuses et trouveront certainement leur part de vérité. Nous les examinerons avec le Conseil et nous nous pencherons sur la question plus précisément. En attendant, je laisse cette affaire à vos bons soins. Il n’est pas un criminel qui vous résiste, pourquoi ceux-ci feraient exception ? Tenez-moi au courant de l’avancée de votre enquête. »

La Reine enroula le parchemin contenant le rapport de sa subordonnée, puis le tendit à l’un des conseillers présents pour qu’il aille le ranger dans un endroit approprié. Puis, elle se leva de son trône, fit mine de dépoussiérer sa longue robe et descendit de l’estrade où elle était installée, non pas sans congédier la soldate qui attendait sûrement la fin de la réunion avec impatience.

« Vous pouvez disposer, Capitaine. Encore une fois, c’est du bon travail. »


La séance s’était pour une fois passée sans encombre, si l’on omettait la demande singulière qu’avait tout de même formulée la soldate en début d’audience. Enfin, en comparaison de ce dont elle était capable, on pouvait affirmer sans se tromper que Ciereth s’était tenu à carreaux !

_________________

Aucune arme ne devrait être baissée devant un ennemi

Thème musical
J'arracherai leurs coeurs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-validees-f10/amazone-idril-cal
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rapport d'enquête [PV Idril *]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rapport d'enquête [PV Idril *]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» rapport de bataille apocalypse
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-