AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Afedia Fenril
Lapine d'Ardiosis
avatar


Féminin Nombre de messages : 194
Age : 31 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Reine des Druides
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Mar 13 Juil 2010 - 12:08

Quatorzième semaine, troisième jour.
Début d'après midi

Yswllyra, prestigieuse capitale de l'Empire à la beauté inégalée. Afedia n'y avait plus remis les pieds depuis des années. Combien exactement ? Elle n'en savait rien et de toute manière, elle n'avait pas envie de compter, juste de profiter de cet instant, de ce retour dans ce lieu qui lui avait tant manqué. Ses meilleures années, elle les avait passée dans cette cité, même si à l'époque, elle n'avait su profiter pleinement de ses richesses. Elle comptait pourtant se rattraper et le plus tôt serait le mieux... Seulement, avant cela, la lapine avait des obligations, sa présence ici n'étant pas dû au hasard...

Une lettre était arrivée tôt dans la matinée, l'informant que son père était au plus mal, ce même père dont elle n'avait plus de nouvelles depuis son retour en terre natale. Il ne lui manquait pas outre mesure et elle ne lui en voulait absolument pas d'avoir abandonné, sa fille et sa femme, lorsque cette dernière avait rendu son dernier souffle. Bien au contraire, avec du recul, Afedia aurait certainement fait la même chose ! A l'époque, la noble n'était qu'une enfant pleine d'amour et d'idéaux grotesques, mais maintenant, avec l'âge, elle comprenait que s'apitoyer sur le malheur des autres n'était d'aucune utilité. Il fallait se rendre à l'évidence : le monde était peuplé par deux sortes d'individus, les forts et les faibles. Les premiers étant destinés à triompher de toutes les difficultés, tandis que les seconds à disparaitre. Aujourd'hui, elle faisait partie des forts et n'avait, par conséquent, aucun compte à rendre aux faibles et cela, peu importe le lien de parenté qu'elle entretenait avec la personne concernée. Ce fut ce que son père fit...

Et pourtant, elle était ici pour venir au chevet de son géniteur. Du moins, c'était la version officielle. Elle avait beau être fidèle à sa race, la nostalgie de la cité impériale était bien réelle. Sous le règne de sa cousine éloignée, Faldora Fenril, espérer un retour en ces lieux avait été vain. La druide avait été contrainte de se tenir à carreau pour ne pas déplaire à la noblesse, mais surtout à sa cousine, qui voulait garder en permanence un œil sur elle. Mais maintenant, maintenant qu'elle n'était plus là, elle pouvait disposer comme bon lui semblait de son temps libre. Par coïncidence, cette nouvelle liberté avait été l'œuvre d'Ardiosis Bonnefoy, comme le voulait la rumeur, le nouveau Seigneur Nordique n'était pas étranger à la disparition de sa cousine et des autres monarques du Gwendir. Un fort avait vaincu une poignée de faible avec tellement de facilité...

Enfin, par où allait-elle donc commencer sa redécouverte de la capitale humaine ? Se perdre dans les rues de la capitale à la recherche d'une taverne sympathique était peut-être exagéré pour une princesse bientôt en deuil ou en vacances. Elle choisirait plutôt une soirée au cœur de la noblesse pour se distraire un peu. L'alcool y était meilleur et les paris d'argents bien plus élevés que dans une vulgaire taverne.

Et son père dans tout cela ? Si la lapine était en ville autant lui rendre visite avant qu'il ne rende son dernier souffle, qu'avait-elle à y perdre ? Avec un peu de chance, elle serait toujours sur le testament de son géniteur et pouvait espérer retourner chez elle avec une jolie petite somme en poche ! D'ailleurs, était-il toujours ministre depuis le temps ? Ou Ardiosis avait-il fait le tri dans son entourage ? Son père lui avait toujours apparu comme faisant partie de la catégorie des forts, Ardiosis aurait donc commis une erreur en s'en séparant. Il faudrait qu'elle rende visite à cette vieille branche également, le courrier était une chose, mais le voir et parler avec lui de vive voix en était une autre. De toute manière, pénétrer dans la demeure du Monarque pour venir faire la fête sans prendre la peine d'aller le saluer était fortement mal considéré... Elle en ferait sa première visite finalement, avant la redécouverte de la cour et les confessions de son père. Il fallait bien choisir ses priorités !

Afedia fit donc annoncer son arrivée à la cour, qui ne la reconnut pas forcément, mais en tant que fille d'un influent ministre, et parente de la famille royale druidique, alliée de la couronne impériale, elle fut reçue comme le voulait son rang. Elle exigea également que le Monarque soit le plus vite au courant de sa présence ici, car elle souhaitait venir lui rendre hommage.

Seulement, la tour sombre, où elle espérait faire la fête, danser et boire s'avéra morose, triste, vide de toutes joies et de toutes festivités. La noble ne se souvenait pas d'un Ardiosis aussi lugubre, mais après tout, depuis le temps, il avait changé, tout comme elle. Seulement, elle avait tellement espéré retrouver un lieu plein de charme... Où étaient donc passés les majestueux décors colorés, les lustres scintillants et les tapis neufs brodés mains ? Le luxe était toujours présent, mais l'ambiance, elle, avait changé. Elle devait donc se rendre à l'évidence, la tour sombre portait plus que jamais bien son nom...

S'arrêter sur tous les détails du nouveau décor lui aurait brisé le moral, alors, autant marcher tout droit, là où son hôte l'attendait. Un serviteur la mena jusqu'à la salle où Ardiosis allait la recevoir, avant de lui demander de patienter un instant. La patience n'était pas une de ses qualités de prédilection, mais comme elle n'avait pas le choix... Elle espérait seulement qu'Ardiosis allait lui offrir une petite part de gâteau, à défaut d'avoir des bâtonnets de carottes ou sinon par Mani, elle s'arrangerait pour lui refaire la décoration de cet endroit avant de partir.

Sursautant lorsque le serviteur ouvrit la porte de nouveau pour la mener au Monarque, la lapine prêta un instant attention à sa tenue, arrangea sa longue robe verte et s'assurant que sa coiffure était intacte, mais surtout, que ses grandes oreilles étaient parfaitement cachées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/afedia-fenr
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Mer 14 Juil 2010 - 16:52




Ardiosis Bennefoy, le terrible Seigneur Nordique


Le monarque haussa un sourcil en guise de surprise ou de mécontentement, personne n’aurait su trancher, tout en relevant légèrement la tête pour poser un regard glacial sur le domestique qui était venu l’interrompre pendant sa lecture. Le zèle du serviteur et son respect exacerbé des courtoisies n’étaient pas sans agacer le puissant seigneur, qui regrettait que le vif du sujet ne soit jamais abordé d’emblée, évitant ainsi une perte de temps aussi inutile que contournable. « Une personne de marque demande audience aux portes de vos allées », pourquoi ne pas se contenter d’indiquer l’identité de cette dite personne, plutôt que d’attendre l’interrogation du souverain qui avait mieux à faire que de converser avec lui. Un tic nerveux de la langue se fit entendre, avant que le Seigneur Nordique aussi flegmatique qu’ennuyé ne demande quelques précisions.

    « Auriez-vous l’amabilité de m’indiquer l’identité de cette personne, plutôt que son rang, que je puisse juger moi-même de l’importance de sa venue et vous ôter plus rapidement de ma vue ? »

L’ironie suintait des paroles du monarque et le domestique, déjà peu à l’aise, se renfrogna, sans faillir à sa tâche pourtant. Il précisa que celle qui attendait dans une antichambre n’était autre qu’Afedia Fenril, la courtisane druidique. Ardiosis se leva promptement, l’agacement dépeint perceptiblement sur ses traits, et contourna avec violence son bureau. Il congédia l’opportun avec véhémence, non pas sans l’avoir menacé de lui faire passer l’envie de lui faire perdre son temps. N’eut-il pas pu l’informer plus tôt, cet imbécile ? Sa jeune amie attendait de le rencontrer, et il ne fallait pas négliger les hôtes de son importance. Il passa à la salle d’eau, pour se rafraîchir le visage et se parfumer de nouveau, avant de revenir à son bureau et de ranger dans un endroit sûr les parchemins qu’il avait parcourus un peu plus tôt, à l’abri des regards indiscrets. Puis, il quitta l’office, pour se rendre dans le salon de ses appartements, où une autre domestique s’afférait à servir des boissons chaudes et des fruits sur des plateaux en argent. Toujours irrité par l’incompétence du précédent subalterne, Ardiosis malmena la jeune femme à son tour, pour qu’elle se dépêche de remballer ce qu’elle avait servi et d’apporter plutôt de l’hydromel, du vin et de la liqueur, ainsi que des pâtisseries qui se devaient d'être succulentes si elle ne voulait pas perdre sa place, si ce n’est sa tête. La malheureuse, malgré l’effroi provoqué par la colère de son souverain, se hâta du mieux qu’elle pouvait, non pas sans renverser l’une des coupes pleines et agacer d’autant plus le Seigneur Nordique.

Malgré cela, la perspective de recevoir sa vieille amie druide enchantait le monarque des Hommes, qui voyait en sa venue un signe favorable. Et il était temps, car il commençait à s’interroger sur l’éventualité d’un mauvais présage qu’il aurait négligé, ses affaires étant ralenties par une incroyable déveine l’obligeant à jouer les intermédiaires. Son général avait réussi à s’attirer les foudres du peuple amazone, ainsi qu’à se faire condamner, et Ardiosis devait maintenant s’arranger pour sortir le militaire de sa geôle. De surcroît, le monarque avait à souffrir de la disparition de l’un de ses précieux alliés. A moins que cette perte ne devienne une opportunité dont il fallait se saisir. Et l’idée le faisait déjà sourire…

Après quelques minutes, un majordome vint annoncer la visiteuse à sa Majesté, et celui-ci l’accueillit en quittant le fauteuil où il s’était installé préalablement, pour venir à sa rencontre et lui baiser la main, de manière peu conventionnelle. Enjoué, il se redressa et confia un sourire radieux à son hôte, qu’il amena à un fauteuil, sans lâcher la main délicate qu’il tenait entre ses doigts.

    « Je n’ai pas oublié votre goût des pâtisseries, ma tendre amie. J’espère que vous apprécierez de partager cette collation en ma compagnie, ainsi que de me tenir informé de vos dernières nouvelles. »

Et il s'installa à ses côtés, dans un fauteuil proche du sien, encadrant la petite table de marbre où étaient disposées les victuailles et boissons alcoolisées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afedia Fenril
Lapine d'Ardiosis
avatar


Féminin Nombre de messages : 194
Age : 31 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Reine des Druides
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Jeu 15 Juil 2010 - 19:48

Un tantinet angoissée... Voilà comment résumer l'état d'esprit de la lapine à l'instant où elle pénétra dans les appartements privés du grand et puissant Seigneur Nordique. Il fallait la comprendre... les rumeurs allaient bon train sur le sinistre Monarque dont la cruauté était, soi-disant, sans limite. D'autant plus que maintenant, elle pouvait ajouter à ce tableau machiavélique la rudesse de la tour sombre qui confirmait les commérages sur la nouvelle personnalité d'Ardiosis. Elle avait peur de trouver son ami changé, trop changé... Serait-il heureux de la revoir après tout ce temps ? La recevrait-il juste avec quelques banalités pour s'en débarrasser le plus vite possible ? Ou serait-il sincèrement touché par sa visite ? Peu importe, si Ardiosis n'était pas content, elle tournerait les talons sans la moindre explication, Seigneur Nordique ou pas Seigneur Nordique !

Ses craintes s'envolèrent dès qu'elle se trouva face à lui. Venant à sa rencontre en se pressant, il lui prit la main avec un extrême délicatesse avant de l'embrasser et d'afficher un radieux sourire sur ses lèvres. Elle qui avait peur de tomber sur le plus sinistre des personnages, elle fut plus que ravie de le voir aussi rayonnant. La druide le salua à son tour, s'inclinant dans une profonde révérence :

« Mes hommages grand Empereur. »

Elle n'eut pas le temps de se redresser complètement que son ami l'emmena s'asseoir dans un confortable fauteuil. Prenant place près d'elle, il ne manqua pas de lui proposer de magnifiques pâtisseries qui semblaient divinement délicieuses. Ce geste la toucha, à croire qu'il attendait sa venue depuis longtemps, même si elle était parfaitement consciente que ce n'était pas les cas. En temps normal, elle aurait déjà craqué devant ce spectacle, succulent, seulement, Afedia savait bien se tenir lorsqu'elle le voulait et elle allait justement faire un petit effort pour ne pas paraître malpolie, ou plutôt sans-gêne, dès les premières minutes de conversations. Ses parents lui avaient pourtant donné une éducation très stricte de ce côté-là, mais depuis quelques temps déjà, elle ne s'embarrassait plus forcément de l'étiquette et de la politesse lorsque celles-ci n'étaient pas utiles. C'était pourtant le cas ici, car peu de monde pouvait se vanter être l'ami du Seigneur Nordique... mais elle ferait un effort de tenue... pour une fois !

Scrutant le visage du souverain avec un sourire amusé, Afedia put se rendre compte à quel point il avait vieilli. En effet, les deux alliés correspondaient bien par lettres, mais ils ne s'étaient pas amusés à s'envoyer des portraits. Le temps, le travail et certainement les ennuis avaient eu raison de son visage si doux. Quant à ses appartements, ils étaient incroyablement propres et rangés, rien de comparable avec les siens où, même si elle disposait de domestiques, les pauvres femmes n'avaient pas le temps de finir le ménage que la druide étalait déjà de nouvelles affaires.

«J'espère ne pas vous déranger, ni vous prendre trop au dépourvu... Je ne voudrais pas ennuyer le plus grand souverain du Gwendir ! »

Jetant un nouveau coup d'œil aux pâtisseries toujours présentes sur la table, elle en saisit finalement une avant de la déguster et de pousser un petit gémissement de plaisir que seul les hommes et la nourriture pouvaient lui procurer :

« J'adore ! La dernière fois, j'ai commandé à mon pâtissier un gâteau carotte fraise et ce fut un régal, mais celles-là sont vraiment exquises, si j'avais su, je serais venue plus tôt !»

Consciente qu'elle devait certainement paraitre ridicule avec ses histoires de pâtisseries, la druide tenta de retrouver un brin de sérieux, chose qui lui faisait trop souvent défaut. Mais que pouvait-elle lui dire de sérieux ? Afedia était, bien entendu, au courant des difficultés que rencontrait en ce moment le Souverain, entre la disparition de son fils et la résistance qui s'organisait tant bien que mal. Peut-être ne valait-il mieux pas évoquer ces sujets plutôt épineux et parler de choses plus gaies et joyeuses. Ou bien de choses que le Monarque avait envie d'entendre...

« Alors ! Comment allez-vous depuis le temps cher ami ? Et votre douce épouse ? Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais le bon vieux Galdor est sur le point de casser sa pipe ! Figurez vous, qu'il a attrapé la maladie de la chèvre folle ! »

Pour la joie elle repassera, mais elle trouvait sa petite histoire divertissante, ne pensant pas un seul instant qu'elle pouvait également contracter la maladie du bétail. Pauvre Galdor, s'il mourrait, ce serait la preuve qu'il faisait également partie des faibles. Ah Faldora, tu avais bien mal choisi ton successeur...


Dernière édition par Afedia Fenril le Jeu 16 Sep 2010 - 11:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/afedia-fenr
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Mar 20 Juil 2010 - 12:56




Ardiosis Bennefoy, le terrible Seigneur Nordique

L’œil inflexible du souverain s’était posé sur le visage radieux de son hôte, observant chaque détail de sa personnalité, scrutant chaque infime partie de son physique atypique. Afedia avait beaucoup changé depuis son départ pour les terres druidiques. Elle avait vieilli certes, mais quelque chose avait changé dans l’éclat de ses pupilles animales. Elle n’avait plus rien de la jeune fille fragile qui essayait de s’imposer à la cour des Hommes par son esprit et son amabilité. Elle avait gagné en assurance et en beauté, sans qu’Ardiosis n’ait pu soupçonner un instant que sa vieille amie serait l’une des pièces maîtresses de son jeu. L’idée prenait racines profondément dans son esprit, insidieusement, et ne pouvait qu’exalter le monarque le plus sinistre de l’histoire. Le Seigneur Nordique jubilait. Un sourire affable peint sur le visage, le monarque pencha la tête vers son amie, un rire discret s’échappant de sa gorge déployée. Avec complicité, il accueillit la remarque de son hôte et lui répondit avec conviction.

    « Il n’est de temps perdu, lorsqu’on se consacre à l’une de ses amies les plus dévouées. Surtout si celle-ci vient jusqu’à nous pour flatter notre ego déjà bien enflé. Je suis ravi de vous revoir, chère Afedia. »

Au regard de la scène, l’hilarité du souverain était intiment liée à la réplique de son invitée, mais pouvait-on réellement deviner les intentions de ce dernier ? Il était certain que la venue de la jeune druide le ravissait grandement. Néanmoins, il n’était pas aussi évident que sa seule présence soit l’origine de son euphorie. Tandis que son amie choisissait une pâtisserie à dévorer, non plus simplement du regard, Ardiosis préféra opter pour une coupe emplie du « Nectar des dieux », hydromel subtil et délicat dont l’arôme chatouillait ses narines depuis un moment déjà. Se délectant du breuvage sucré, il écouta d’une oreille attentive les propos de la jeune femme, s’extasiant sur les délices servis par son hôte. Aimable, le souverain sourit en reposant son verre. Les goûts de son invitée n’étaient guère conventionnels et il était étonnant de voir comme elle avait cédé à l’excentricité avec l’âge, sans que cela ne vienne ternir son comportement délicieux au regard du souverain, qui l’invita courtoisement à céder à ses caprices.

    « Vous serez toujours la bienvenue chez les vôtres, ma Dame. Et si la connaissance de votre venue m’avait été apportée plus tôt, croyez bien que je vous aurais reçu avec d’autant plus de courtoisie. »

Il reprit la coupe qu’il avait préalablement laissé, se contentant d’humer son parfum tandis qu’il écoutait avec intérêt son amie aborder d’elle-même un sujet qui lui tenait à cœur. Afedia était pour le moins surprenante, ce qui ne cessa d’étirer le sourire exulté du Seigneur Nordique. Elle évoquait d’une bien étrange façon la maladie de son monarque, synonyme sans doute de son détachement pour sa patrie, oubliée pendant sa jeunesse et retrouvée par la force des choses. Ardiosis amena à ses lèvres le verre qu’il tenait et but lentement le contenu savoureux, avant de répondre à son hôte, avec des mots pesés et réfléchis.

    « Les Affaires sont préoccupantes ces derniers temps, mais n’est-ce pas le fardeau d’un Seigneur Nordique après tout ? Eleade serait sans doute ravie de vous voir, si elle daignait ouvrir la porte de ses appartements. Elle reste prostrée dans sa chambrée la majeure partie du temps, pleurant le fils qui l’a abandonnée et n’ouvrant à personne si ce n’est ses domestiques. »

Ardiosis s’était quelque peu renfrogné, il n’aimait guère devoir parler de son épouse depuis quelques temps. L’histoire n’était peut être pas tout à fait exacte, mais elle avait au moins sa part de vérité. Il préféra se concentrer sur les nouvelles apportées par son amie, qui avaient une perspective bien plus intéressante à ses yeux.

    « J’ai eu vent de l’état de santé de votre cousin et vous m’en voyez navré pour votre royaume. Mais si les dieux ont décidé de mettre un terme à sa vie, c’est que le règne d’un nouveau roi doit commencer. Y a-t-il des noms qui reviennent, quant à un éventuel héritier ? »

Sa bonne humeur était revenue, plus discrète cependant, car le sujet n'était pas des plus festifs. Il ne cessait de faire tourner lentement la coupe d'argent entre ses doigts, sans vaciller du regard, observant avec une attention infinie son invitée inespérée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afedia Fenril
Lapine d'Ardiosis
avatar


Féminin Nombre de messages : 194
Age : 31 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Reine des Druides
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Ven 30 Juil 2010 - 12:39

À partir d'aujourd'hui, Afedia ne croira plus jamais sur parole un commérage sans le vérifier de ses yeux. Elle qui pensait s'ennuyer à mourir ici, elle se sentait maintenant pousser des ailes, prête à demander au Seigneur Nordique d'organiser une grande fête rien que pour sa petite personne. La druide n'ira pas jusque-là, mais l'idée avait le mérite de lui avoir traversé l'esprit.

Le rire de son ami fut communicatif, elle ne put s'empêcher de glousser bêtement à son tour, comme toute grande dame qui se devait de la cour. Les commérages avaient peut-être raison dans le fond, Ardiosis était devenu sinistre, mais si cela était réellement le cas, la lapine pouvait être fière d'avoir un effet euphorique sur sa personne. Qui pouvait s'en vanter ?

Finissant sa pâtisserie avant de saisir un petit verre de liqueur, elle se jura quand même de ne pas finir saoule de bon matin. Portant la délicieuse boisson alcoolisée à ses lèvres, elle envia une fois encore le luxe dans lequel se prélassait le Monarque. Seulement, si elle avait accès en permanence à ces boissons et cette nourriture exquise, la druide serait capable d'en ingurgiter au point de s'en rendre malade... Elle ne rencontrait pas ce problème avec des bâtonnets de carottes...

La discussion reprit finalement un ton plus sérieux. Ardiosis avait bien des soucis, comme elle le pensait. Mais c'était un homme fort, alors, elle n'avait pas à s'inquiéter pour lui, car il se sortirait de cette situation et il écraserait ces faibles qui s'agitaient vainement. Elle ne vit pas l'utilité de le lui faire remarquer, après tout, une simple conseillère était bien mal placée pour lui faire la leçon sur les affaires qui le préoccupait. Quant à Eleade, la savoir tellement morose l'affecta un peu. Elle avait le souvenir d'une jeune femme souriante et agréable, mais il était vrai que la perte d'un enfant devait être une douleur terrible. Certes, il n'était pas mort, mais c'était peut-être pire de savoir qu'il avait, volontairement, tourné le dos à ses parents pour rejoindre la résistance. Afedia ne le connaissait pas, elle ne l'avait jamais rencontré, mais la lapine aurait imaginé tellement plus de dignité de la part du fils du grand Ardiosis.

« Elle reste enfermée ? Dans ce cas, j'irai donc la déloger et si vous me le permettez, je la traînerai de force à l'extérieur pour faire la fête...  »

Rester enfermée ne résoudrait rien, il fallait que la Reine se change les idées... Mais quelque chose lui disait que son ami ne faisait rien pour arranger la situation avec son épouse. Il était brouillé avec son fils, chose normale, et Eleade devait avoir du mal à accepter cela. Pauvre Reine, elle semblait être seule contre tous. A ce rythme-là, et si ce n'était déjà pas grandement le cas, ce pauvre Ardiosis irait se consoler ailleurs. Elle ne souleva pas ce point, même si elle adorait les indiscrétions. Parler de ce genre de sujet avec un Monarque était complètement déplacé et même elle en était consciente.

De toute manière, l'état de santé de Galdor l'intéresserait plus, ou plus simplement, parler de sa vie personnelle ne lui convenait guère et elle respectait cela. L'avenir du royaume druidique était peut-être un sujet plus intéressant et important pour le futur de son empire. Quant aux noms, un seul lui venait à l'esprit. Elle s'était tenue à l'écart de tous les remous que déclenchait la supposée mort et succession de son cousin. Pauvre Galdor, si la maladie ne l'emportait pas, il aurait bien raison de se venger du groupe de vautours qui avait prédit sa mort.

La nouvelle de son père mourant lui revint alors à l'esprit. Elle avait presque oublié ce détail. Était-il autant malade que cela, pour qu'Ardiosis n'ait pas mentionné ce point-là ? Il était son ministre... et puis peut-être pas. Afedia n'en savait absolument rien. Elle avait peut-être correspondu et vu le souverain, mais il n'en était pas de même concernant son père. Il devait toujours être à la cour, elle en était certaine, mais peut-être pas dans l'entourage de Seigneur Nordique. Turlupinée par cette question, elle posa son verre, avant de sourire et de se pencher de nouveau sur la dernière question posée.

« Un successeur ? Le prince Nillviem bien évidemment ! Fils de la précédente Reine, il est très bien placé pour recevoir la couronne, d'autant plus qu'il a été loyal envers son cousin. Vous n'êtes pas sans savoir qu'il dirige déjà notre section de Dragons...»

Soudainement nerveuse, la lapine commença à se ronger les ongles, contre toutes les règles de bonnes conduites. Cette histoire avec son père ne lui plaisait guère. Elle ne devait pas avoir peur de parler de ce sujet, mais l'idée que son géniteur se soit brouillé avec le Monarque Humain l'inquiéta. Finalement, elle tenta sa chance...

« En parlant de mourant... Mon père, est-il aussi mal que ce que l'on m'a rapporté ? Bien que j'aime ma patrie, la maladie de mon géniteur m'affecte un peu plus que celle de mon cousin. »

C'était faux bien entendu, mais elle tenait à tirer cette histoire au clair.


Dernière édition par Afedia Fenril le Jeu 16 Sep 2010 - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/afedia-fenr
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Ven 6 Aoû 2010 - 14:55




Ardiosis Bennefoy, le terrible Seigneur Nordique

Le visage du monarque s’assombrit une fraction de seconde, lorsque son invitée évoqua son intention d’aller troubler le deuil de son épouse, car c’était là précisément ce que ressentait Ardiosis à l’égard de son fils. Le Seigneur Nordique l’avait d’ailleurs bien fait comprendre à sa tendre moitié, ce qui n’avait pas dû arranger sa morosité déjà excessive. Siran était mort à ses yeux et il devait en être autant pour elle. Le prince n’était plus rien d’autre qu’un pariât dont il finirait par faire tomber la tête ; il se l’était juré. Et il était inutile que la jeune Afedia apprenne quoi que ce soit de la bouche d’Eleade, qui finirait tôt ou tard par se confier à cette ancienne amie dont elle avait tant apprécié la compagnie autrefois. Le souverain apporta une nouvelle fois la coupe à ses lèvres et but rapidement le fond du contenu, tentant de ne pas paraître trop irrité par les intentions de son hôte et surtout les perspectives qui en découlaient. Il se pencha et déposa son verre sur la table basse, puis se renfonça dans son fauteuil, les mains posées sur les accoudoirs avec fermeté, le regard rivé sur son amie druide.

    « Je vous le déconseille, ma chère Afedia. Conservez le souvenir de mon épouse intact, car vous seriez déçue de voir comme elle a pu changer depuis ces dernières semaines. Quand elle se portera mieux, je lui ferai part de votre souhait de la revoir, déclara-t-il, aimable et souriant. »

Le ton était honnête, mais ne laissait guère de place aux protestations. Le monarque ne souhaitait pas que les deux femmes se rencontrent, ou du moins, pour l’instant. Il n’était pas assuré que l’entretien qu’elles pourraient avoir lui soit favorable et il ne souhaitait pas prendre le risque de perdre une alliée qu’il venait tout juste de retrouver. D’ailleurs, il préféra s’engouffrer dans la voie ouverte par son hôte, en s’informant des dernières nouvelles de son royaume, ce qui lui rendait l’humeur heureuse et bien disposée. Toujours plus que de parler de son épouse qui se morfondait dans ses appartements. Afedia y verrait peut être là la volonté de ne pas parler de sa vie personnelle, aussi, l’espérait-il. A sa précédente interrogation, elle le renseigna en mentionnant le nom du prince Nillviem, ce qui était effectivement le plus probable. Ardiosis croisa les bras, l’air sérieux et intéressé par les propos de son amie. C’était certes la situation la plus envisageable, mais le monarque était sceptique face à cette éventualité. Un prince déchu de ses droits accepterait-il de succéder à la personne qui les lui avait justement ôtés ? Le Seigneur Nordique n’aurait pas parié là-dessus et préférait de loin d’autres circonstances, plus … avantageuses.

    « Seul le prince Nillviem ? Vraiment ? Je pensais que vous alliez m’annoncer que vous figuriez vous aussi sur la liste des potentiels successeurs. Vous auriez tout des attributs d’une Grande Reine, ainsi que mon soutien le plus sincère. Je me demande comment se fait-il que les vôtres n’y aient jamais pensé… »

Son ancienne amie serait certainement surprise par cette déclaration, mais le Seigneur Nordique ne pouvait être plus sincère qu'en cet instant. Le règne d'Afedia serait une aubaine pour lui et il n'hésiterait pas à l'appuyer de son soutien. Puis, s’adaptant à l’inquiétude de son invitée, le souverain adopta un masque grave et chagriné, pour aborder le sujet de son père malade. Depuis longtemps, Ardiosis ne s’était pas préoccupé de son vieux ministre et il le regrettait amèrement aujourd’hui. Il décida de jouer franc-jeu avec Afedia, afin de lui prouver son honnêteté et ses amitiés.

    « Las ! Je suis navré d’apprendre votre père mourant, ne me l’avait-on dit plus tôt ? Il s’est retiré doucement de la vie politique de notre royaume, voilà maintenant un peu plus d’une année et je n’ai guère eu de nouvelles de lui depuis quelques mois. Ses apparitions se font rares à la Cour et si j’avais su qu’un mal le rongeait, j’aurais été le visiter plus tôt. Lui transmettrez-vous mes amitiés ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afedia Fenril
Lapine d'Ardiosis
avatar


Féminin Nombre de messages : 194
Age : 31 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Reine des Druides
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Dim 8 Aoû 2010 - 9:39

Finissant son verre de liqueur, Afedia ne put s'empêcher d'être déçue par les dernières déclarations de son ami. Ainsi Eleade avait changé au point d'être méconnaissable ? Ceci était fort regrettable. Le gouffre dans la vie d'Eleade semblait bien plus grave, plus profond, qu'il n'y paraissait. Elle était pourtant persuadée que sortir et voir le monde seraient bénéfiques pour la Reine, mais si le Seigneur Nordique jugeait cela malvenu, alors elle ne s'y opposerait pas davantage. Afedia attendrait donc bien sagement qu'on lui fasse signe et elle le fit comprendre à ce cher Ardiosis d'un sourire docile.

Posant son verre et bien décidée à ne pas se resservir, pour le moment, elle laissa le Seigneur Nordique parler du futur du Royaume druidique et elle ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux lorsqu'il évoqua sa propre personne comme une potentielle candidate à la succession . Elle était flattée, elle ne pouvait le cacher. Un sourire timide naquit sur son visage. Afedia était comme une enfant à qui on venait de faire un compliment, elle avait du mal à croire ce qu'elle venait d'entendre. Cette flatterie la gênait un peu. Si elle n'avait pas eu Ardiosis Bennefoy en face d'elle, la lapine n'aurait pas apprécié cette remarque, pensant que son interlocuteur se moquait certainement d'elle. Mais venant d'Ardiosis, elle savait pertinemment que cette déclaration était sincère. Seulement, il devait surestimer un peu ses capacités...

« À croire que mon peuple ne sait pas ce qu'il manque cher ami ! Dit-elle en plaisantant. Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais la venue de mon père ici était une forme de contestation : ce fut en réaction à la montée sur le trône de Faldora et non de mon grand-père, l'oncle de la nouvelle Reine. Mon grand-père n'ayant pas hérité de la couronne, mon père s'est senti trahi, déshérité et nous sommes partis. Si nous suivons cette logique, celle de mon père, la couronne revenait à mon grand-père, puis à lui même et en fin de compte, j'étais également l'héritière de ce Royaume... Mais les choses se sont passées autrement n'est-ce pas ?  »

Elle n'avait aucune rancœur concernant cette succession. Ce fut son père qui, contre l'avis de sa mère, en avait fait toute une histoire en partant de leur terre natale. Afedia s'était contentée de s'intégrer à la cour humaine sans aucune autre ambition, sans chercher à comprendre si les raisons de leur départ étaient justifiées.

« Je ne sais pas ce que mijote Niarus Faldor, notre grand conseiller. À l'heure qu'il est, il doit certainement s'occuper de ces questions cruciales et s'il m'envisage pour l'avenir du Royaume je ne manquerais pas de vous en informer ! »

Elle n'y croyait pourtant pas trop, et cela, même si Afedia avait les faveurs du conseil. Tout au long de sa carrière politique, elle avait poussé la Reine Faldora à accorder plus de libertés et d'avantages à ses conseillers ainsi que ses ministres. Même le peuple l'aimait bien depuis cette histoire de maisons closes... Alors, elle avait peut-être réellement une chance... Ou pas. Ardiosis venait de lui mettre cette nouvelle idée en tête sans savoir si elle était capable de remplir une telle fonction. Il y avait bien des ministres, conseillers et son vieil ami pour l'aider dans cette tâche mais... elle ne devait pas trop y croire. Elle risquait de tomber de haut. Satané Ardiosis qui venait de lui mettre une nouvelle idée farfelue en tête ! Était-il sérieux en prétendant appuyer sa candidature ? Si c'était le cas, alors elle avait toutes les chances de réussir. C'était son ami et aujourd'hui encore il était en train de le lui prouver. Ce fut pour cela qu'elle le crut sincèrement chagriné lorsqu'elle évoqua la maladie de son père. Ainsi, il avait quitté la vie politique ? Le Monarque était très occupé et la lapine comprenait parfaitement que ses ministres ne pouvaient pas l'informer de tous les mourants de la cour. Ardiosis n'était pas médecin et il avait bien d'autres choses à faire que de s'occuper de visiter les vieux malades...

« Bien évidemment que je lui transmettrai vos amitiés. Sa fidélité à votre égard était sans faille et il sera certainement très touché de savoir que vous pensez encore à lui. Je l'informerai également de cette histoire de succession et de mon hypothétique nomination. Il sera certainement ravi d'apprendre que nous allons peut-être avoir notre petite vengeance. J'espère qu'il vivra assez longtemps pour le voir... »

En fin de compte, elle acceptait de croire en l'idée de son ami, comme une enfant qui voulait croire aux contes de fée. Et s'il pouvait faire un geste en sa faveur, elle serait comblée et resterait fidèle à sa personne même par-delà la mort.


Dernière édition par Afedia Fenril le Jeu 16 Sep 2010 - 11:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/afedia-fenr
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Lun 16 Aoû 2010 - 18:47




Ardiosis Bennefoy, le terrible Seigneur Nordique

Le sinistre monarque exultait, bien que ses traits restèrent vierges de tout sentiment d’allégresse. L’idée qu’il avait insufflée à son invitée s’insinuait doucement, mais avec une ardeur infaillible, dans l’esprit de celle-ci, traçant dans son sillon les projets manigancés par le souverain et leur donnant une consistance alléchante. Afedia avait accueilli la remarque de son hôte avec étonnement, mais ne s’était pas sentie offensée par ce qu’elle aurait pu prendre pour une mascarade de mauvais goût, ce qui ravissait bien évidemment celui qui en était à l’origine. L’idée suggérée n’était donc pas des plus incongrues et elle aurait tôt fait de faire sa place parmi les pensées de la jeune femme. Une aubaine dont il fallait se saisir, à nouveau. A l’évocation du Grand Conseiller druidique, Ardiosis resta songeur quelques instants, perdu dans les limbes de son esprit tortueux. Les prémices d’une nouvelle ruse se laissaient entrevoir et il ne tenait qu’à lui de mettre en marche la machine qui conduirait son amie au trône, et son empire à l’apogée. Assurément, la visite de son ancienne amie l’enchantait de plus en plus, tant les perspectives à venir paraissaient séduisantes. Et jamais sans sa venue il n’aurait songé à pareille entreprise. Il félicitait le malin génie qui avait suggéré à son amie de lui rendre visite, non pas sans imaginer le Septième dieu penché à l’oreille de la druidesse. Après avoir constaté que le verre de son hôte se languissait de son contenu, le monarque se pencha vers la table basse, saisit la bouteille qui y était posée et servit généreusement Afedia, un sourire affable toujours peint sur le visage, avant de se servir lui-même.

    « Ma chère et tendre Afedia, l’adage est pourtant clair : Ce que les Dieux donnent peut être à chaque instant repris. Votre ascendance a été lésée par quelques malencontreuses décisions passées, et il serait tout à fait légitime que les évènements actuels rétablissent ce qui a été bafoué par votre aïeul. D’autant plus que vous êtes vous-même de sang royal, et que vous auriez toutes les qualités requises pour diriger ce royaume qui est en quelque sorte le vôtre. »

Ardiosis fit lentement tournoyer le verre qu’il avait préalablement repris et se laissa hypnotiser par la danse provocante de son contenu ambré. Le nectar était suave, un appel à se damner pour une autre gorgée. Le breuvage était traître, il ne fallait s’y fier ; mais il avait l’art de délier les langues, mêmes les plus hostiles. Il approcha la coupe de ses narines, huma, puis apporta le liquide à ses lèvres. Il était exquis, comme la compagnie de son hôte. Le monarque aurait raison des dernières barrières de son amie et elle admettrait qu’elle était faite pour régner. Il n’y aurait plus qu’à éliminer les détails gênants de cette machination, comme un roi indésirable, pour que ce qui deviendrait le rêve d’Afedia devienne réalité.

    « Niarus Faldor est un honnête homme, il m’est arrivé de le rencontrer à quelques rares occasions. Et tout aussi intelligent qu’il soit, il ne pourra nier mes convictions à votre sujet, j’en suis pleinement assuré. Je lui écrirai pour lui faire part de cette injustice qui vous accable. Aussi, votre père pourra se féliciter rapidement de votre ascension. »

L’excès de confiance n’avait jamais ralenti la progression du Seigneur Nordique, aussi, pourquoi l’aurait-il craint ? Et si les évènements n’adoptaient pas l’intonation de ses humeurs, il n’y aurait qu’à les contraindre de le faire. Quoi de plus facile pour un homme tel que lui … ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afedia Fenril
Lapine d'Ardiosis
avatar


Féminin Nombre de messages : 194
Age : 31 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Reine des Druides
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Sam 21 Aoû 2010 - 15:32

Le verre de la lapine ne resta vide que peu de temps. Perdant son regard sur les dernières gouttes du délicieux nectar, elle se laissa emporter par un tourbillon d'hypothèses et de complots pouvant lui être favorables. Afedia n'était pas le genre de personne dont la conscience l'empêchait d'agir. Bien au contraire, elle était capable de toutes les manigances possibles pour arriver à ses fins et cela sans état d'âme. D'autant plus si elle avait une chance d'occuper la première place du Royaume... Dans ce cas, elle n'hésiterait pas à employer des moyens plus ou moins louables pour y parvenir !

Son ami la sortit de ses songes lorsqu'il prit possession de la bouteille d'alcool pour remplir à nouveau le verre de son invitée. Afedia ne se jeta pas dessus comme une goulue, se contentant de regarder Ardiosis contempler la couleur ambre de ce liquide alcoolisé. Elle était, tout de même, surprise de voir à quel point le Seigneur Nordique avait parfaitement compris la frustration que son père avait ressenti tout au long de sa vie. Injustice que personne, à l'époque, n'avait remarqué l'importance, si ce n'était la cellule familiale de la petite druide. Étrangement et pour la première fois de sa vie, la jeune femme y accorda à son tour un intérêt particulier, comme si elle n'avait jamais réellement réalisé ce qu'elle avait perdu dans cette historie de succession. La désertion de son père lui paraissait soudainement beaucoup plus légitime... Et son obsession pour cette affaire justifiée. La lapine était maintenant persuadée que si elle courrait annoncer cette nouvelle, celle de son hypothétique couronnement, son vieux hibou de père serait capable de se remettre sur le pied en un clin d'œil. Dans ce cas, elle cacherait cette information, le laissant s'éteindre définitivement à petit feu... La druide n'avait aucunement besoin que son géniteur revienne au pays pour mettre le nez dans ses affaires ! Ardiosis lui suffisant amplement comme conseiller !

Elle se perdit de nouveau dans ses songes, mais cette fois, ses pensées glissèrent définitivement vers la loufoquerie la plus totale. Ainsi, elle décida que sa première action en tant que Reine serait de faire planter des chênes tout autour de sa demeure. Elle imagina également les nobles se pencher sur son passage pour la saluer, ajoutant un charmant « ma Reine ». Il fallait avouer qu'elle trouvait ce terme un peu désuet. Elle aimerait bien trouver une appellation qui ne ferait référence qu'à elle et elle seule... Il faudrait également qu'elle engage des jardiniers pour entretenir un splendide potager dans un coin de la cour, histoire qu'elle ne manque jamais de légumes à ses heures perdues...

Toujours prisonnière de ses rêveries, Afedia n'écouta que d'une oreille la description que dépeignait Ardiosis du Grand Conseiller druidique. La dernière phrase fit tout de même tilt dans son esprit. Si Ardiosis pouvait influencer Niarus Faldor la partie était gagnée, elle ne voyait pas pourquoi le reste du conseil s'opposerait à la volonté du Grand Conseiller et par la même occasion, du Seigneur Nordique. Seulement, cette entreprise était peut-être plus délicate que le Seigneur Nordique le pensait... Niarus était proche du prince Nillviem et quoi qu'on en dise, le prince était dans tous les esprits concernant cette succession, bien loin devant Afedia...

« Soit, je m'en remets à vous ! Et je vous tiendrai informé de l'évolution des choses de mon côté !»

Il restait une dernière petite chose que les deux complices venaient visiblement d'oublier. Galdor n'était pas encore mort, mais Afedia avait le sentiment que cela ne saurais tarder, si ce n'était déjà pas le cas. Elle avait eu vent que la Grande Prêtresse s'était rendue à son chevet pour recevoir sa confession hier, dans la soirée, cela voulant certainement dire que son cousin savait parfaitement que sa dernière heure était venue.

« J'espère que les choses iront dans notre sens, je serais tellement heureuse de pouvoir vous être utile ! »


Dernière édition par Afedia Fenril le Jeu 16 Sep 2010 - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/afedia-fenr
Apparition
¤ Forme Changeante ¤
avatar


Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Mar 31 Aoû 2010 - 12:29




Ardiosis Bennefoy, le terrible Seigneur Nordique

La candide jeune femme s’en remettait à lui ; quelles autres paroles auraient pu exulter davantage le sinistre personnage qui dévoilait pour la première fois ses dents en un sourire aussi large que satisfait ? Les lanières de son projet s’étaient enroulées autour de la druidesse avec une facilité déconcertante. Son futur était désormais dans les mains du terrible Seigneur Nordique, lié inexorablement à son propre destin qu’il entrevoyait avec une clarté éblouissante. Afedia ne regretterait pas ce serment d’allégeance qu’elle venait de formuler avec toute l’innocence dont elle pouvait être capable. Elle s’était docilement laissé prendre au jeu du monarque humain, quitte à ne devenir qu’un pion entre ses longs doigts, mais elle aurait tôt fait de devenir une pièce maîtresse de la vaste partie qui se jouait entre les Hommes et les Dieux. Ardiosis ne manquerait pas de se montrer reconnaissant. Réjoui des perspectives à venir, il leva son verre pour célébrer son union avec sa charmante et ancienne amie, oublieux de la situation présente : Galdor n’était pas encore mort et Nillviem était toujours en passe à devenir le nouveau souverain. Qu’importe ! Son esprit malade était accaparé par ses plans, qui se réaliseraient, puisqu’il en avait décidé ainsi !

    « Je lève mon verre à notre alliance, et qu’elle vous soit fructueuse, ma belle amie. Puisse-t-elle vous rendre ce qui vous a autrefois été confisqué ! »

Ils rirent de bons cœurs et laissèrent leurs esprits vagabonder vers d’autres chimères, conversant avec complicité comme si les années n’avaient jamais séparés leurs chemins. Le temps fila, sans que l’un ou l’autre ne parvienne à percevoir l’ennui d’une discussion qui s’attarde. Puis, lorsque le jour commença à décliner pour laisser place à la nuit souveraine, le bruit d’une main vigoureuse contre la porte vint interrompre la conversation en cours. Un messager apparut dans l’embrasure de la porte, pour annoncer à Sa Majesté que le Seigneur Fenril était tombé, terrassé par la maladie qui avait finalement triomphé de sa volonté. A nouveau seuls, Ardiosis se pencha vers son amie pour lui souffler ses pensées.

    « Voilà une bien triste nouvelle, j’en conviens. Cela dit, arrangeons-nous pour qu’elle n’ait rien de regrettable… »

Un sourire inqualifiable, empreint de folie, de perversité et de ravissement, vint s’attarder sur le visage du souverain le plus craint de l’histoire. La bataille ne faisait que commencer. Et déjà, la fortune promettait de se mettre du côté de celui qui avait toutes les chances de remporter la victoire… Alea Jacta Est !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afedia Fenril
Lapine d'Ardiosis
avatar


Féminin Nombre de messages : 194
Age : 31 ans
Clan : Impériaux
Fonction : Reine des Druides
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    Jeu 2 Sep 2010 - 19:54

Levant son verre pour accompagner Ardiosis, Afedia ne pouvait s'empêcher de jubiler. Dire qu'elle était venue voir son père malade à l'origine... Finalement, la lapine allait quitter Yswllyra plus rayonnante que jamais. Elle n'avait pas imaginé un seul instant que les évènements tragiques qui frappaient son Royaume pouvaient tourner en sa faveur. Rien n'était encore fait, mais elle avait envie, en cette fin d'après-midi, de croire en elle, en son vieil ami et en cet avenir radieux qui allait lui sourire. Elle fêterait ça ce soir, que ce soit chez les Humains ou chez les Druides, elle ne resterait pas assise dans ses appartements à ne rien faire...

La suite de la conversation naquit naturellement. Parlant du passé, du présent, du futur, ils se remémorèrent un bon nombre de vieux souvenirs, qu'ils soient bons ou mauvais. Ardiosis la surprit plus d'une fois, faisant référence à de vieilles histoires sans importances qu'elle avait oublié. En songeant à son passé, Afedia se rendit compte à quel point elle avait changé. Elle n'était plus cette jeune fille craintive qui manquait de confiance en elle. Dorénavant, elle était épanouie et elle se fichait bien de ce que l'on pouvait penser d'elle. Quoi que maintenant, avec les perspectives d'avenirs qui s'offraient à elle, la lapine devait faire attention à ne pas passer pour une originale. Par contre, il y avait bien une chose qui n'avait pas changé et qui ne changera jamais : son idéologie. Afedia ferait de la politique d'Ardiosis son cheval de bataille, sa philosophie de vie.

Le soleil se coucha, sans que les deux amis s'en rendent vraiment compte. Ce fut un messager qui les rappela à l'ordre : essoufflé, celui-ci semblait avoir une chose de la plus haute importance à annoncer, mais le jeune homme semblait dérangé par la présence d'Afedia. Elle pouvait tout à fait comprendre que les affaires d'État ne devaient pas être déballées devant le premier venu. Il parla finalement, lorsqu'Ardiosis lui en donna l'ordre et l'annonce qu'il apporta n'aurait pas pu mieux tomber. Galdor était enfin mort... La mort qui allait ouvrir à la lapine les portes d'une nouvelle vie.

Le messager disparut comme il était venu tandis qu'Afedia cachait tant bien que mal sa joie. Son ami avait raison, il fallait maintenant tirer profit de ce malheureux évènement et pour cela, Afedia devait rentrer au plus vite.

« Je pense qu'il est temps pour moi de rentrer chez les miens, histoire de me montrer un petit peu... »

Ce n'était pas le moment de passer inaperçue. Afedia avait maintenant un rôle important à jouer et elle devait commencer par pleurer ce malheureux Galdor avant qu'il ne commence à pourrir.

Saluant le Seigneur Nordique par une profonde révérence, la lapine le remercia pour son hospitalité, précisant qu'elle attendait avec impatience de ses nouvelles. Maintenant elle devait rentrer... quant à son père, ce vieux hibou tiendrait encore un peu avant de mourir, car sa fille avait autre chose à faire que de veiller un malade ce soir.


{RP Terminé}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/afedia-fenr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Coup de Coeur] Souvenirs du passé et manigances pour l'avenir : dialogue entre deux fous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» † citation coup de coeur
» COUP DE COEUR PHOTO
» COUP DE COEUR / COUP DE GUEULE
» Souvenirs du passé - anecdotes familiales
» Un nonos pour eux un nonos pour moi :3
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-