AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Jardins à l'Aube *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les Jardins à l'Aube *   Jeu 8 Juil 2010 - 18:34



Ellenwë Diziëlle, Espionne de sa Majesté


Aube du 5ème Jour.

Le soleil pointait à peine à l'horizon.


Fidèle à ses habitudes, le Palais se réveillait lentement après les festivités du soir. Dans la grande salle, des Nymphes allanguies et ralenties, fatiguées encore, les jambes lourdes et les yeux endormis, ramassaient les derniers restes sur les longues tables avant de les ramener à leurs places habituelles. Malgré la somnolence ambiante, des sourires s'épanouissaient sur les visages, et on racontait à voix basse, comme si l'on craignait de réveiller quelqu'un dans cette aile du Palais, les évênements de la nuit. Les rumeurs commençaient à courrir ici, et se répandrait pendant tout le jour à travers les coursives, allant en s'amplifiant et se déformant au gré des personnes qui les relayaient.

Dans une autre aile, les seules Nymphes réveillées étaient de garde, elle n'avaient pas participé à la fête et étaient alertes. Par l'ouverture d'une fenêtre, l'une d'elle, à la chevelure noire et épaisse, aperçu une silhouette solitaire qui s'enfonçait dans les jardins. Elle l'observa un instant avant de retourner à sa ronde devant les appartements de la Reine. La silhouette était familière. Tous les matins, sans exceptions, elle se promenait dans les jardins, toujours un itinéraire différent, comme si elle cherchait à découvrir toutes les facettes de ce jardin immense et magnifique.

Ellenwë était cette silhouette qui se fondait chaque matin dans la verdure. Ce rituel, qui au départ lui avait permis de découvrir et de connaitre les jardins, était devenu un besoin vital, une envie qui la prenait chaque matin, irrésistible attraction. Elle savait ou la lumière serait la plus belle quelle que soit la saison, et c'est pour cette raison qu'elle venait si tôt. Le soleil en se levant étirait les ombres, soulignait les contours et détachait chaques feuilles, chaques brindilles, contrastait les couleurs et donnait une teinte chaude à ce qu'il éclairait.
La jeune Nymphe trouvait ici le repos de l'esprit, et elle priait Jord que cela continua longtemps, que les générations à venir puissent trouver ici, encore, les jardins et leur beauté inimagineable, indescriptible. Elle soupira en passant sous la frondaison d'un arbre immense, de bonheur. Elle déboucha sur une vague sente parmis les fleurs, que les jardiniers avaient tracés pour atteindre le lac et les bosquets. La Nymphe s'approcha de l'eau sans un bruit, admirant les arbres taillés, et les broussailles. C'était un de ses endroits prééférés ici, tellement contradictoire. Reflétant les pensées qui s'entrechoquaient dans sa tête et qu'elle venait mettre au clair. Elle s'asit sur un banc en pierre le long d'une allée dallée face au lac. Les coudes sur les genoux, elle mit les mains dans ses cheveux et commença à réfléchir. Aujourd'hui elle devait trouver Arawn, ou du moins elle esperait qu'il viendrait la trouver. Toutes les Nymphes du Palais saurairent lui indiquer ou elle était, et elle ne s'était pas trop enfoncée. Elle décida que si à midi, il n'était pas venu, elle irait elle-même le chercher. En attendant, elle avait demandé à ce qu'on le surveille. Elle se repassé la soirée d'hier en mémoire, tout ce qui avait été fait et dit, tandis que le soleil poursuivait sa course dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Ven 9 Juil 2010 - 9:53

C'est un rayon de soleil qui vint réveiller Arawn, venant pile sur sa figure. Le jeune homme ouvrit vaguement les yeux, s'étira et resta un moment allongé les bras croisés sous la tête. Il n'y avait pas à redire, dormir dans un bon lit faisait du bien. Il poussa un soupir, car il savait ce que la journée lui réservait. Il allait devoir fournir des explications sur sa venue et surtout les derniers évènements de sa vie pour le moins obscurs.

- Bon lâcha t-il en se levant.

Il s'habilla rapidement des habits qu'il avait pris dans la réserve. Il souleva ensuite ses anciens vêtements constatant une fois de plus leur état et récupéra sa ceinture avec son porte-dague (et la dague). En sortant il mit son chapeau sur la tête et fila en direction des cuisines, son ventre criant famine. En marchant dans les couloirs il eut une impression étrange mais ne s'en préoccupa plus. Comme la veille, la chef des cuisines lui fourra une assiette dans les mains, l'invitant à manger vite et filer de son territoire. Il ne se fit pas prier et fit vite. Il se retrouva de nouveau dans les couloirs où il commença à déambuler jusqu'à rejoindre le hall principal. Il était curieux qu'il soit resté sans étroite surveillance étant armé. Tout le monde semblait plus se remettre de la fête de la veille que de s'occuper de lui, néanmoins, depuis un moment il se sentait comme épiait et non comme la veille où on le regardait plus comme une étrangeté.

Il lui fallait trouver maintenant Ellenwë, ce qui ne serait pas dur, une autre garde pourrait sûrement lui dire où elle était. Mieux valait aller la trouver de lui-même que l'inverse pour prouver sa bonne foi. Parcourant du regard le hall, son regard s'arrêta sur une garde appuyée contre un mur qui semblait regarder un peu l'ensemble du hall, mais quelque chose lui dit que c'était surtout lui qu'elle surveillait. Il s'avança vers elle mine de rien et lui indiqua les jardins où apparemment la garde de la reine faisait son tour matinal.

- Ha oui en effet, les jardins, elle m'en a touché deux mots.

Il salua la garde de la main et marcha en direction des jardins. Comme Ellenwë lui avait dit, ils étaient splendides. Les feuilles des arbres filtraient le soleil, qui faisait baigner les lieux dans une lumière chaude, malgré le frais. Arawn parcouru les allées dallées allées tranquillement en sifflotant. A un moment il tourna légèrement la tête constatant que la garde le suivait de loin. Il ne croisa pas d'autres âme qui vivent à part quelques oiseaux et autres petits animaux de la forêt, jusqu'à ce qu'il arrive près d'un lac auprès duquel se trouvait un banc avec une personne en pleine position de réflexion voire de prise de tête. S'approchant un peu il reconnu celle qu'il cherchait. Il continua d'avancer vers elle alors que la garde qui le suivait resta plus loin s'appuyant sur un arbre.
- Salutations Dame Ellenwë dit il en soulevant son chapeau et s'inclinant légèrement.

Il tourna la tête vers le lac pour le regarder mieux puis se reconcentra sur la jeune femme.

- Si vous le permettez dit-il en désignant le banc.

Il s'assit à côté d'Ellenwë et ôta son chapeau le posant à côté de lui.

- Vous aviez raison au sujet de ces jardins, ils sont exceptionnels, mais je suppose que nous n'allons pas en discuter longuement, vous devez vous poser des questions à mon sujet et j'ai les réponses. Je ne vous cacherez rien, ce n'est pas dans mon intérêt de toute manière et je pense pouvoir vous faire confiance sur les parties les moins...reluisantes.

Il fit une pause regardant devant lui puis regarda de nouveau la jeune femme.

- Comment voulez-vous procéder ? Vous poser les questions et j'y répond ou je vous raconte mon histoire d'un trait ? A vous de voir.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Ven 9 Juil 2010 - 11:34

Ellenwë était restée assise, méditant et réflechissant, pendant une bonne heure, et le soleil était de plus en plus fort. L'heure de sa levée était passée à regrets, évaporant lentement la rosée de la nuit. La jeune Nymphe était venue pieds nus, cherchant à en profiter au maximum.
Contrairement à hier, sa parure était des plus simple: une robe brune lui descendait jusqu'au genoux, découvrant ses jambes et ses épaules; ses cheveux tombaient en une cascade plus ou moins emmélée en tresse le long de son dos et son sabre reposait contre sa cuisse, le long du banc.
Un léger vent s'était levé, faisant bruisser la frondaison des arbres alentours, et laissant des rides ephémères sur le lac. La Nymphe se laissa aller et ses pensées s'éloignèrent de ses soucis pour se perdre parmis les jardins, passant au travers des arbres, des broussailles, survolant les lacs et les chemins de pierres.
Un bruit la tira de ses rêveries et, sans bouger, elle tendit l'oreille pour chercher à l'identifier. Quelqu'un marchait jusqu'à elle. Elle ne leva la tête que lorsu'elle reconnut sa voix. Arawn. Il était venu, finalement. Elle le salua à son tour.

Boujour Arawn, merci d'avoir respecté votre promesse.

Tandis que l'homme regardait le lac, encore paré d'or à certains endroits, elle fit signe à la Nymphe qui l'avait suivi qu'elle pouvait rentrer. Cette dernière paru hésiter, mais la Nymphe désigna d'un invisible aux yeux de l'homme, son sabre, toujours posé, lame à nu, contre la pierre. Lentement, la garde fit demi-tour et s'éloigna vers le Palais.
Arawn vint s'asseoir près d'elle sur le banc, la nymphe était calme, apaisée par les longues minutes de solitude passées dans le jardin. Fidèle à ce qu'il avait montré dans la soirée, il attaqua rapidement sur le sujet qui les amenait à ce rencontrer de nouveau. Elle hocha vaguement la tête, le regard toujours perdu dans les eaux limpides du lac.

Ces jardins sont extraordinnaires, ils vous offrent chaque jour de nouveaux emerveillements. J'aurais tendance à ne pas faire confiance à qui ne sait pas les apprécier. Mais je suis une Nymphe, et je sais qu'ils revêtent pour mon peuple une importance plus grande encore, car ici se trouve le présent de Jord à ses fidèles, grâce lui soit rendue.

Le regard de la Nymphe se dirigea vivement vers l'endroit ou poussait l'arbre Caledë avant de revenir se poser sur Arawn. Sans plus de cérémonie, elle enchaina:

Commencez donc par me raconter l'Histoire de votre famille. Vos péripéties pour arriver jusqu'ici viendront après. De toute façons, il va bien falloir que vous m'expliquiez ce qui vous a poussé à vous réfugier ici, non?

Elle sourit.

Racontez tout, d'une traite, je ne vous interromperais pas, et je réserverrais mes questions et mes remarques.

Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Ven 9 Juil 2010 - 18:32

Après les salutations, Ellenwë congédia la garde qui l'avait suivi. Il sourit légèrement lorsqu'elle le remercia d'avoir tenu sa promesse. D'un autre côté, il ne l'aurait pas voulu, au final il se trouverait devant elle quand même, trainé de force, car sa liberté dans le palais n'avait été qu'en apparence. Il s'était assit à ses côtés, remarquant qu'elle portait une tenue plus simple que la veille, n'étant plus en soirée. Sa tenue était d'ailleurs assez inattendue, ne faisant pas trop « militaire ». Mais bon, il se doutait que cela ne l’empêcherait pas de l'étriper avec l'épée qui était à côté d'elle si elle en avait besoin. Il trouva étrange qu'elle se fasse une part de jugement par rapport à l'appréciation des jardins, cependant, qui ne pouvait les trouver magnifiques, avec Caledë, l'arbre de Vie qui y trônait au milieu. La jeune femme loua Jord et Arawn resta silencieux. Côté religion il avait grandit surtout avec le culte d'Odin, par choix, son côté nymphe peut-être ne l'attirant guère vers Loki. Le regard d'Ellenwë vint se poser sur lui, l'invitant à commencer par l'histoire de sa famille et ensuite ses dernières aventures. Elle lui sourit, lui disant de tout raconter d'un coup. Bien qu'il n'en montra rien, Arawn ne savait pas trop quoi penser. Ellenwë se montrait rassurante, mais il n'était sûr de rien sur ce qui pouvait arriver après. Il passa sa main dans les cheveux et poussa un soupir avant de commencer son récit.

- Et bien allons-y, je répondrai à vos questions après si vous en avez, je n'aurai plus grand chose à cacher une fois tout dévoilé. Mon nom est Arawn d'Argandar, fils du comte Oslan d'Argandar. Notre famille fait...enfin faisait partie de la noblesse d'Yswllyra. Un peu de terre, quelques affaires à droite et à gauche avec un peu tous les peuples du Gwendir faisait vire la famille. De ma naissance tout ce que je sais, c’est que mon père était venu quelques temps à Elonia pour une affaire où il rencontra ma mère. Pourquoi il est rentré sans elle et qu'elle ne m'a pas gardé je l'ignore. Mon père a toujours été avare quand il s'agissait de parler d'elle. Tout ce que je sais d'elle c'est son prénom comme je vous l'ai dit hier et ce pendentif et le seul objet que j'ai d'elle dit-il en tripotant le médaillon en question qui dépassait de son écharpe.

Il fit une pause cherchant à quoi passer ensuite.

- Je vais vous épargner tous les détails de mon enfance cela ne répondra pas à ce que vous voulez savoir avant tout, mis à part que je ne me suis jamais vraiment sentit à ma place à cause de mon côté nymphe. Enfin bref... Arrivé à l'âge adulte bien que je ne m'entendais guère avec mon père je suis rentré en tant qu'héritier dans les affaires de la famille. Cela ne se passait pas trop mal jusqu'à ce qu'Ardiosis Bennefoy prenne le pouvoir. Mon père a voulu axer toutes ses affaires sur le royaume, ce dont je ne trouvais pas judicieux. Selon moi, mieux valait ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier mais je n'ai pas eu mon mot à dire. C'est ensuite que...

Les mains d'Arawn se crispèrent un peu, car il arrivait au passage le plus sombre et celui qui pouvait l'amener à la potence.

- Mon père s’est mis à s'intéresser à mes pouvoirs de nymphe, chose dont il s'était toujours moqué ce qui m'a plus qu'intrigué, mais le pire fut quand il m'incita à apprendre les pouvoirs obscurs et que je découvris qu'il avait commencé à les apprendre. J'ai refusé de suite de rentre dans cela, la dispute a éclaté et...

Le jeune homme poussa un nouveau soupir et se leva tournant le dos à Ellenwë. Il pencha ensuite la tête de côté et continu. Avouer la suite n'était pas chose facile et encore plus d'affronter en même temps son regard, malgré le contrôle de lui qu'il pouvait avoir.

- On en est venu aux mains et je l'ai tué.... il était comme fou c'était lui ou moi. Après j'ai eu juste le temps de fuir que déjà on était à ma poursuite. J'ai du affronter deux ou trois de mes poursuivants avant d'être...tranquille si je puis dire. Ne sachant où aller j'ai pris la direction d'ici, car je ne voyais qu'un territoire neutre pour avoir une chance de m'en sortir sans qu'on me livre à la capitale et c'était aussi l'occasion pour moi d'en savoir plus sur ma mère.

Il refit une pause et se retourna.

- L'autre chose que vous devez savoir c'est que quelques jours après mon « départ » j'ai entendu dans une taverne quelqu'un dire qu'on avait déclaré à la capitale que toute la famille d'Argandar était morte et que leurs biens avaient été récupérés par la capitale. En gros mon nom n'existe plus ils ont tout effacé.

Arawn regarda alors Ellenwë dans les yeux.

- Officiellement Arawn d'Argandar n'existe plus aux yeux d'Yswllyra et si on me remet en tant que tel, ils se débarrasseront de moi vite fait bien fait. Je n'ai plus de nom, plus de bien, plus personne et je ne veux que refaire ma vie. Après quoique je fasse, si je ne suis pas une gène pour eux peut-être ne risquerai-je plus rien. C'est peut être naïf de ma part de penser cela mais je ne vois que cette issue pour moi ou la fuite chez les opposants de Bennefoy, mais je ne préfèrerait pas entre dans cela. Si je dois en vouloir à quelqu'un c'est surtout à mon père. Si vous estimez que je suis une menace pour ici alors je vous demanderai juste de me parler de ma mère et me laisser partir et je ne reviendrai jamais tant que vous ne me livrez pas...

Il attendit alors la réaction d'Ellenwë ou peut être ses questions. Si elle en avait, et devait en avoir, il y répondrait, il n'avait rien à cacher désormais comme il l'avait dit

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Sam 10 Juil 2010 - 12:06

Ellenwë Diziël, Nymphe, mais avant tout au service de sa Reine, écouta sans faillir le récit d'Arawn. Elle l'écouta raconter le patricide, raconter sa fuite, et sans un geste, ni un mouvement de sollicitude, elle le laissa terminer sa supplique. Lentement alors, elle se redressa. Elle s'était replongée la veille au soir dans les archives de la cour sur la famille Trakhan, et elle savait désormais qu'elle en avait le fils devant les yeux. Elle soupira et décida de jouer carte sur table avec le jeune homme, il comprendrait sans doute, et écouterais tout ce qu'elle avait à lui dire. Après tout, ne venait t-il pas de lui dire que les Nyphes étaient sa dernière chance, ou presque?
Elle parla doucement, comme si elle cherchait à respecter la tranquilité, alors qu'elle essayait de synthétiser, et de présenter sous le meilleur aspect possible ce qu'elle avait à dire.

Lysithea Trakhan. Lysithea Trakhan, Nymphe de haute extraction, c'était elle, votre mère. Il n'y a aucun doute possibles, vous voir avec son médaillon, le médaillon des Trakhan... Cela ne fait aucun doute. Je ne la connaissais pas, je suis bien trop jeune pour cela, mais j'en ais entendu parler. Nous sommes nés la même année, et elle s'est éteinte des suites d'une maladie il y a déjà quelques années, alors que je n'étais même pas arrivée à la Cour. Tout ce que je sais, je l'ais appris des archives, ou vous pourrez trouver de plus amples informations, si vous le souhaitez...

La Nymphe, qui avait gardé la tête baissée jusqu'à lors redressa son visage et ses yeux cherchèrent ceux d'Arawn un instant, avant de se braquer sur le lac.

Vous êtes l'héritier de ses biens, et de son titre, monsieur Trakhan. Je ne peut vous chasser d'ici, c'est votre terre. Mais sachez que je me méfie des hommes qui ont déjà tué, même si je vous crois sincère dans votre repentance... Si les hommes qui vous recherchent arrivaient jusqu'ici... Je serait la première à vous protéger, vous êtes de mon peuple, du peuple des Nymphes...

Elle sentait qu'elle s'embrouillait, mais peu importe, le fil conducteur était là: il était accepté mais elle continuerais à le surveiller un moment. S'il n'acceptait pas cela, il devrait partir, voilà ce qui était dit.

Que rajouter? Rien. Le jeune homme avait sans doute déjà assez d'informations à assimiler, et la Nymphe se tut, lui laissant le temps. Le détails se raconteraient sans doutes plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Sam 10 Juil 2010 - 18:49

Comme promis, Ellenwë ne l'interrompit pas durant son récit, mais son regard se faisait pesant, Arawn sentant qu'elle pesait chacun de ses mots pour percer à qui elle avait à faire. Quand il eut finit elle se leva et poussa un soupir avant de lui parler doucement. Compréhension envers lui ou pou respecter les lieux, il ne pouvait le dire, néanmoins tout comme elle l'avait écouté avec attention il fit de même. Ainsi le nom de sa mère était Trakhan et elle appartenait à sa grande surprise à la haute noblesse nymphale. Lui qui pensait qu'elle n'était pas noble, le fait peut-être pour lequel son père l'avait laissé. Pour le coup, le mystère restait encore plus grand sur le fait qu'elle n'est pas suivi son père. Comme il s'y attendait, elle n'était plus de ce monde, morte suite à une maladie. Ellenwë ne put lui en dire plus mais lui assura qu'elle n'avait aucun doute sur le fait qu'il était bien le fils de Lysithea. S'il le voulait il pourrait en savoir plus via les archives du palais. Ellenwë leva la tête et le regarda furtivement avant que ses yeux ne se tournent vers le lac qu'elle fixa.

Vint alors ce qui allait advenir de lui. Elle le nomma par le nom de Trakhan ce qui était de bonne augure. Par son appartenance aux nymphes, il ne pourrait pas être chassé et il récupérerait les biens de sa mère. Elle dit même qu'elle ferait parti de ses défenseurs si ses ennemis se manifestaient, cependant, elle restait méfiante sur lui malgré sa bonne foi.

- Je vous remercie et je ne vous demande pas de me faire totalement confiance de suite. Je comprend que l'on puisse se méfier d'une personne ayant fait coulé le sang peu importe les raisons. Je ne m'attendais pas de toute manière à être accueillit en venant ici les bras ouvert n'étant que demi-nymphe et avec le passé que je traîne derrière moi.

Arawn poussa un soupir sonnant comme un soulagement. Sa situation semblait au moins ne pas empirer. Il croisa les bras et pencha la tête faisant un peu le point de tout cela. Sans doute devrait il faire sa place parmi les nymphes, prouvant qu'il était une personne digne de confiance et honorable, mais il avait été éduqué et préparé au jeu des maisons et autres manœuvres de la cour. Avec le temps il pourrait y arriver. Il décroisa alors les bras regarda Ellenwë.

- Il va se passer quoi maintenant pour moi ? Sachez au cas où que si vous avez besoin de mon aide vous pouvez comptez dessus. Je ne suis pas du genre à me contenter de me reposer sur mes lauriers et j'ai déjà une dette envers vous. Vous auriez bien pu malgré mes origines me flanquer dans un cachot immédiatement, sans chercher à comprendre plus loin.

Arawn revint s'assoir sur le banc et regarda vers le ciel.

- Il faudra que je trouve quelqu'un qui l'a connu. Je suis curieux e savoir comment elle était murmura t-il en pensant à sa mère.

Pour le moment peu lui importait les biens et les titres de noblesses, il voulait « faire son trou » comme on disait et en savoir plus sur sa mère. Maintenant qu'il savait son nom, sa curiosité était encore plus attisée.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Lun 12 Juil 2010 - 15:44

Le soleil était maintenant haut dans le ciel, Ellenwë écarta une mèche de son visage et mit une main en visière pour regarder le jeune homme. Elle savait qu'elle aurait déjà dut être auprès de la Reine, mais avec la soirée d'hier soir, peut-être celle-ci dormait-elle encore, même si la Nymphe savait sa souveraine préoccupée, et il y avait de quoi.

Pour vous? Je pense que vous allez traverser une période plus ou moins longue d'adaptation. Le mode de vie ici est très différent de ce que vous avez pût connaitre, et bientôt auront lieu des célébrations religieuses qui pourront vous paraître étrangère, mais je ne doute pas qu'on vous fera bon acceuil, et que les Nymphes du palais vous aiderons à vous intégrer. Comme vous le savez peut-être, le climat n'est pas tellement aux réjouissances ici, même si la fête d'hier était une réussite!

Elle sourit, mais son sourire s'effaça bien vite de son visage lorsqu'elle repensa aux évênements tragiques de ces derniers temps. Deux Reines étaient mortes, bien trop prématurément, et le décès de Nereya, juste avant les fêtes destinées à Caledë leur avait paru de très mauvais augure. A dire vrai, Ellenwë avait beaucoup de mal à se remettre sur pied et à avancer depuis la mort de celle qui n'était pas seulement la Reine des Nymphes, mais aussi son amie, et dont elle avait la protection en charge. Elle était devenue distante et mélancolique, c'est vrai, mais elle essayait de se concentrer desormais sur le règne d'Alphaïde. Elle rêvait de paix et de tranquilité.

La mort de Nereya Elwing à été une tragédie pour nous toutes. Elle était une souveraine bienveillante, dans lignée de sa mère.

Le trône des Nymphes s'en était trouvé fragilisé, elle le savait, et, si elle ne le dit pas à haute voix, elle savait que cela était compréhensible, et que de toute façon, Arawn en serait bientôt informé. Ces dames de la Cour se demandaient si la nouvelle Reine serait à la hauteur, et certaines ne se gênaient pas pour le faire savoir, même si dans la majorité, elles restaient unies.

Je ne doutes pas que serez bientôt accepté... et courtisé, dit-elle, avec un brin de malice dans la voix, il y a tellement peu d'hommes par ici.

Pour votre mère, peut-être devriez-vous vous adresser à Sheena Aily'ss, même si elle à un sale caractère... et que je ne sais pas ou elle est à présent, et même si elle est encore de ce monde...
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Mar 13 Juil 2010 - 15:47

Ecartant ses cheveux et mettant un main pour se protéger du soleil, Ellenwë regarda Arawn pour lui répondre. Des coutumes dont une religion différentes, des habitudes aussi différentes de celles des hommes. Il lui faudrait un temps sans doute, il avait pu le constater ne serait-ce que pour la nourriture, mais elle le rassura sur le fait qu'il ne serait pas délaissé totalement malgré les derniers évènements. Le sourire de la jeune femme disparu, sans doute pensant aux derniers décès qui avaient eu lieu dont celui de la dernière reine, dont elle avait été au service. Arwan tourna la tête pour la regarder.

- Nereya Elwing était une bonne souveraine en effet. Sa réputation n'était plus à faire. J'espère qu'Alphaïde marchera sur ses traces. D'après ce que j’ai vu hier soir, la cour d'ici ne diffère guère d'Yswllyra avec les jeux de maisons. Cela n'est jamais facile de prendre la suite.

Les paroles suivants d'Ellenwë accompagnées d'un rire lui fit faire un léger mouvement de recul. Non pas le fait d'être accepté , ça il comptait bien tout faire pour l'être, mais d'être courtisé entre autre par le fait du peu de présence d'homme ici.

- Misère, j'espère ne pas devenir le gros lot d'une foire dit il en riant.

Ellenwë lui parla ensuite de Sheena Aily'ss, une nymphe qui devait être assez âgée pour avoir connu sa mère. Elle ne put lui en dire plus ne sachant pas où elle était, ni même si elle était encore en vie, mais il serait intéressant de la voir.

- J'en prend note. Je pense commencer mon investigation par les archives comme vous m'en avez parlé et voir un peu tout cela. Si ma mère a laissé des biens je vais aussi fouiner de ce côté là. Me rendre où elle a vécu m'apprendra sûrement des choses. Puis au moins si je dois voir cette dame Aily'ss j'aurai des questions plus précises à lui poser dit-il en souriant.

Arawn ne voulait pas perdre de temps à s'intégrer et surtout vivre au crochet du palais. Non pas qu'il était gêné par leur hospitalité, mais s'il pouvait se débrouiller assez rapidement par ses propres moyens, il préférait le faire assez vite. Le palais avait d'autres soucis en plus de lui et il n'était pas dans son caractère de trainer et rester inactif...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Mar 13 Juil 2010 - 16:32

Ellenwë nota avec amusement le mouvement de recul du jeune homme lorsqu'elle parla des courtisannes. Elle ne doutait pas que les dames de la Cour ne laisseraient pas passer une telle occasion. Caledë ne suffirait pas!
Elle apprécia le fait que le jeune homme s'investisse dans les recherches, il ferait sans doute le même chemin qu'elle auparavant dans la bibliothèque, à travers les anciens manuscrits; mais elle n'avait rien laissé qui puisse lui faciliter la tâche. Elle devait continuer à le jauger, et elle n'hésiterais pas à le tester ainsi, sans qu'il ne le remarque, pendant quelques temps.
La conversation sur les affaires familiale étant plus ou moins close, la Nymphe se leva et s'étira. Elle était restée beaucoup trop longtemps assise, il fallait qu'elle bouge. En passant, elle jetta un oeil à la carrure d'Arawn, en se demandant si elle pouvait en faire un partenaire d'entrainement plus solide que les Nymphes habituelles... Enfin, elle verrait! Pour le moment, elle voulait marcher.

Etes-vous pressé, sieur Trakhan? Il me semble vous avoir dit que je vous ferais visiter les jardins, et à vrai dire, j'ai besoin de bouger!

La Nymphe continuait à réveiller son corps engourdi en faisant jouer ses articulations. Elle calcula qu'elle avait bien passé quatre heures assise, à méditer et à ressasser ses ennuis et ceux du royaume.

N'avez-vous pas des questions à me poser? Il me semble qu'après vous être dévoilé à ce point, vous aurez envie de ne pas être le seul à faire des efforts...

Et lorsqu'elle lui fit cette proposition, la jeune Nymphe semblait sincère, même si en elle, elle savait que jamais elle ne dirait la vérité, toute la vérité.





Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Mer 14 Juil 2010 - 9:14

La balle étant désormais dans son camp au sujet de la connaissance de sa famille du côté nymphe et dans son intégration, il n'y avait plus grand chose à dire à propos de cela. Du moins, Ellenwë n'avait pas plus à lui dire sur cela et se leva et s'étira. Elle lui demanda s'il avait du temps, avec formalité, lui rappelant qu'elle lui avait proposé une visite des jardins. Puis elle avait également envie de bouger un peu. Arawn se leva et commença par l'avertir en lui pointant un index sous le nez.

- Arrêtez de me donner du sieur et du monsieur s'il vous plaît Madame Diziël, Arawn suffira. Ma mère était peut être de haute naissance, mais nul besoin de telles formalités. Après tout je ne suis qu'un nouvel arrivant.

Il baissa sa main. Il était ici depuis la veille, au soir, même si sa lignée était importante ici, il ne se voyait pas pour le moment traité comme un haut seigneur alors qu'il était pour le moment proche du statut d'étranger.

- Effectivement vous m'avez invité hier à visiter les jardins et se sera avec plaisir, je suis curieux d'en découvrir un peu plus


Il parcouru du regard de nouveaux les lieux avant de regarder de nouveau Ellenwë.

- Je ne suis pas pressé, j'ai plus de temps devant moi que quiconque ici. L'avantage de ne pas avoir de responsabilités du moins pour le moment.

Il ignorait pour l'instant quels étaient les biens qu'il allait avoir, ce n'était d'ailleurs pas pour l'heure sa préoccupation. Mais selon ce qu'il y avait, cela pouvait inclure des devoirs. Enfin bon pour le moment autant profiter qu'il était libre pour découvrir un peu plus ce peuple dont le sang coulait dans ses veines et dont il ne connaissait que ce qu'on apprenait dans les livres. Alors qu'il commençaient à marcher en suivant l'allée dallé au milieu d'arbres centenaires et d'une végétation, impossible à trouver ailleurs, Ellenwë lui demanda s'il n'avait pas des questions à son propos. Ses paroles sonnèrent comme un échange équitable. Il avait tout raconté donc elle devait lui rendre la pareille.

- Votre proposition sonne bien étrange comme si vous vouliez me rendre la pareille. Il était normal que je me dévoile, je n'avais pas le choix vu ma situation et c'était votre devoir de vous renseigner. Néanmoins, j'ai quand même des questions lui dit-il en souriant.

En regardant la jeune femme, comme la veille il avait une impression étrange et quelque chose lui avait mis la puce à l'oreille tout à l'heure lorsqu'elle dit être arrivée au service de l'ancienne reine. Or elle avait laissé entendre qu'elle voyageait avant et qu'elle n'était peut être pas née ici.

- Tout à l'heure vous avez dit avoir voyagé, avant de venir au service de la reine. Vous n'êtes pas née ici alors ? Quelque chose me dirait presque que vous êtes également demi-nymphe n'est-ce pas ? Je ne sais pas quoi mais j'en ai comme le sentiment en vous regardant.

_________________


FicheJournalTheme


Dernière édition par Arawn Trakhan le Mar 20 Juil 2010 - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Ven 16 Juil 2010 - 11:41

Ellenwë ne bougea pas lorsqu'il pointa un doigt accusateur sur elle. Et elle s'attendait à tout sauf à cette remarque. Elle maitrisa ses émotions et se retint de sourire, cet humain était décidément bien différent, son côté Nymphe sans doute!

Je suis désolée monsieur, vous êtes un nouvel arrivant, certes, mais je ne suis rien de plus qu'une garde du corps qui a sut gagner les faveurs de la Reine. Je sais que la Cour des Nymphes est bien différente des autres Cours du Royaume, et sans doute, la familiarité qui existe entre ses membres vous semblera t-elle étrange au premeir abors, mais vous comprendrez vite qu'il existe malgré tout un grand écart entre vous et moi. Je ne peux me permettre de vous appeler par votre prénom... du moins en public...

Ellenwë se mit à marcher, descendant près du lac, elle rejoignit une sente à peine visible à l'oeil nu. Elle se retourna pour regarder Arawn et lui fit signe de la suivre.

L'interêt de visiter les jardins avec quelqu'un qui les connait, c'est de passer dans des endroits inconnus de la plupart des habitants, non? Vous aurez bien le temps de parcourir les allées seul.. ou accompagné! Rajouta t-elle en se rappellant sa réaction lorsqu'elle avait évoqué les moeurs plutôt libertines des Nymphes.

Il est normal que je vous réponde, même si à vrai dire je m'attendais plutôt à des interrogations sur le "système" Nymphe, mais par Jord, je veux bien vous répondre! Je suis en effet une demi sang, mon père était elfe et c'est parmis c'est dernier que j'ai grandi, et par eux que j'ai appris comment me battre, même si c'est finalement un humain de passage qui m'a initié au sabre.

En prononçant ces paroles, elle laissa glisser sa main le long de sa hanche ou était à nouveau pendue l'arme blanche, dont ses doigts fins effleurèrent lentement le tranchant.

C'est ce qui m'a permis de rentre au service de la Reine des Nymphe... Ma force, et ma foi pour Jord.
Je ne suis pas militaire néanmoins, je ne peux travailler que seule ou en petits groupes...


Ellenwë eut soudain l'air de réfléchir, comme si elle s'était rappelée d'une chose importante à lui demander.

En quel Dieu croyez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Mar 20 Juil 2010 - 20:37

Un grand sang froid, fut démontré par Ellenwë lorsque Arawn pointa son doigt sous son nez. Geste inattendu, il se serait attendu à un léger recul, mais rien du tout. Il baissa sa main et écouta la jeune femme qui lui expliqua que malgré les protocoles moins importants entre nobles nymphes, son rang restait loin du sien et donc qu'elle ne pouvait pas se permettre autant de familiarité en public.

- De ce que j'ai vu, la cour d'ici ne manque tout de même pas de points communs avec celle que je connais dont les différences côtés privés ou publics. Je ne vois guère de présence et d'oreilles dans les environs, sinon je ne me serai pas permis de vous dire cela,mais si vous préférez garder le protocole alors soit. Mais prenez note de ce que je vous ai dit, la prochaine fois vous allez me vexer dit-il en souriant.

Arawn ramassa son chapeau et le mit sur sa tête.

- J'avoue trouver assez curieux d'être traité comme cela alors que je ne connais rien d'ici et de ma mère. Mais autant ici qu'ailleurs quand il s'agit d'héritage les choses restent les mêmes.

Il fit un pas et continua.

- A moi de prouver que je ne suis pas noble que de titre mais aussi d'âme. La noblesse d'âme vaut bien plus que tous les titres selon moi. On a beau être noble, l'estime des gens ne se gagne pas avec un titre.

Ellenwë commença à marcher en direction du lac et Arawn la suivit. Comme elle lui expliqua et cela était fort vrai, avec un guide on pouvait voir des recoins qu'on n'apercevrait pas seul. Ellenwë précisa qu'il aurait le loisir de se balader ici rajoutant une couche sur le fait qu'il serait peut-être accompagné ce qui le fit sourire. Ils continuèrent à avancer et la jeune femme répondit à sa question, bien qu'elle s'attendait à des questions plus de l'ordre général des nymphes et cela fit sourire Arawn. Un père elfe, une mère nymphe, un maître d'arme humain, voilà d'où elle venait. Avec ses talents et une forte croyance en Jord, elle avait pu entre au service de la reine sans être une générale, n'ayant pas d'instruction militaire.

- Je vois, vous avez un parcours intéressant et peu banal dans le sens où il ne semble pas être avoir été tout tracé. Hooo pour ce qui est du système nymphe, à mon avis tant de questions peuvent me venir que je préfère les découvrir au fur et à mesure !

Ellenwë s'arrêta et sembla penser à quelque chose avant de lui poser une question à laquelle il s'attendait qu'on la lui pose un jour.

- Le dieu auquel je crois....

Arawn poussa un soupir, car la question était particulière, le sujet surtout.

- J'ai été élevé surtout dans le culte de Loki, mon père était plutôt croyant mais je n'ai jamais vraiment aimé tout ce qui est religieux, dans le sens où je n'ai jamais eu vraiment d'affinités avec cela. Non pas que je crois pas en l'existence des dieux, je crois en leur présence sur le Gwendir, je les respecte, mais je ne suis pas un grand pratiquant. D'autant que vu ce qui s'est passé, je suis moins attiré par Loki qu'avant et les autres divinités je ne connais d'elles que ce que les livres racontent. Si votre question est de savoir lequel est celui en qui je crois le plus alors je répondrai Odin, car c'est le seul qui me reste finalement.

Il ne pouvait répondre Jord, cela ne serait pas sincère. Comment pouvait-il prétendre croire en une déesse dont il ne savait que l'essentiel.

- Qui sait si je n'aurai pas la révélation pour Jord ? Après tout, il m'a manqué une part de moi-même depuis ma naissance, tout ce côté nymphe dont je ne savais presque rien. Peut-être que les croyances font parties aussi de manque.

Si cela était le cas aussi, il finirait par se demander s'il n'avait pas pris plus de sa mère que de son père. D'un autre côté, tout ce qui s'était passé depuis lui montrait que l'héritage de sa mère était assez important en lui, qu'il n'avait pas tout pris de son père, ce qui en soit n'était pas plus mal.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Mer 21 Juil 2010 - 15:50

Ellenwë avait écouté Arawn parler jusqu'au bout. Elle aimait ce qu'il disait, car il semblait sincère, même si une partie d'elle même lui criait "courtisan!". Elle en avait décidé autrement. Elle ne s'écoutait pas.
Elle hocha la tête, comme pour lui signifier qu'elle avait bien reçu le message.

-Il va falloir traverser. Et la Nymphe s'enfonça plus profondément dans le Jardin, sous le couverts des arbres en s'éloignant du lac. Si des questions vous viennent, n'hésitez-pas à m'en faire part.

Ils étaient dans les Jardins, l'une des parties les moins sauvage. L'une de celle qu'elle appréciait le moins. Mais ces Jardins!! Elle ne savait par ou lui faire commencer la visite, il y avait tellement à découvrir! Elle savait qu'elle se laissait distraire de ses devoirs. Le château devait être en train de revenir à la vie après la soirée d'hier, et la Reine devait attendre d'avoir de ses nouvelles. Mais elle ne pouvait se détourner de l'immense parc du Palais des Nymphes. Il faudrait qu'ils aillent voir Caledë. Par ou passer? Il faudrait qu'elle raconte l'histoire de l'arbre de la Déesse Jord, son utilité, sa beauté, le système religieux en vigueur ici? Arawn ne semblait en effet ne pas connaître grand chose à la déesse du peuple de sa mère. Et son choix pour Odin... ma foi, elle le trouvait tout à fait contestable, mais pardonnable car il semblait bien faible, et il avait dit être prêt à suivre la voie de Jord si elle lui convenait. Elle était d'ailleurs persuadée qu'elle lui plairait, à prêt tout, il était à moitié Nymphe! Mais au moins aurait-il put se sentir plus proche d'un Dieu comme Mani! Elle se rappella cependant que le Dieu tutélaire du peuple des Druides était fort peu connu.

Elle cessa là ses pensées pour s'absorber dans la contemplation d'un coin du Jardin auquel ils étaient finalement arrivés après un passage enchanteur sous les saules aux longues branches dont les feuilles aux couleurs mordorées les avaient envelloppés, coupés du monde.
Tout semblait paisible par ici. Quelques Nymphes en robes légères marchaient en se murmurant des secrets et étouffaient leurs rires derrière leurs mains. Ellenwë laissa passer Arawn devant elle pour qu'il puisse admirer la vue. Ils se trouvaient sur un surplomb, au pied d'un arbre. La pente descendait doucement devant leurs pieds pour plonger dans un parterre de fleurs rouges et orangées. Leurs pétales tout juste éclos séchaient, dégageant au soleil une odeur entêtante. Deux Nymphes brunes s'étaient assises non loin de là et chantaient doucement un air bien connu. Ellenwë les observa un instant. Elle étaient très proches et la première embêtait l'autre avec une longue herbe, la seconde essayait de se retenir de rire et continuait à chanter. La scène la fit sourire. Comment pouvait-on en vouloir à son peuple? Si paisible, si pacifique, si joyeux? Il fallait qu'elle cesse de penser à cela!!

- Alors Arawn Trakhan? Que pensez vous de notre point de vue?
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Ven 23 Juil 2010 - 19:55

Ellenwë se contenta de hocher la tête et il sourit légèrement. Au moins elle semblait avoir compris. Certes les nymphes avaient une culture différente, mais il avait aussi la sienne, en plus de son propre caractère. Malgré son rang il avait toujours su garder une certaine place, ce qui lui avait permis jusque là de ne pas se prendre la grosse tête.

Arawn suivit Ellenwë qui les emmena sous les bois, s'éloignant du lac, l'invitant de nouveau à poser les questions qu'il voulait. Elle ne semblait pas avoir vraiment trouvé l'idéal qu'il dise Odin mais bon, de ce point de vue là, il n'avait plus vraiment de divinités « favorite » donc autant rester sur la commune.

- Très bien dit-il simplement en la suivant.

Le jardin se fit plus ordonné, ils devaient arriver dans la partie la plus entretenue, sans doute par quelques jardiniers...enfin jardinières passant toute leur journée à cette tâche. Arawn suivit sa guide en silence, admirant les haïes, les carrés, enfin façon de parler vu leurs formes variées, de là où allait sans doute fleurir diverses plantes. Ils prirent divers chemins un peu tortueux, comme si Ellenwë ne semblait pas trop savoir par où passer.

- Je n'aurais pas cru du balcon hier ces jardins aussi grands. Autant la partie sauvage que celle-ci plus ordonnée retranscrivent bien les nymphes.


Ils finirent par approcher d'immenses saules, devant avoir plusieurs siècles, tant ils étaient grands. Aucun bruit ne se faisait entendre hormis quelques rires un peu plus loin. Ellenwë s'arrêta et il s'arrêta à côté d'elle. Ils étaient en haut d'une petite colline, presque une bute, recouverte en partie de fleurs rouges et orangées dont le parfum naissant en ce début de saison arriva à son nez. Plus loin tout le reste du jardin s'étalait devant lui, dont l'immense arbre Caledë qui pointait plus loin. Le paysage était magnifique tant il semblait irréel alors que le printemps pointait à peine. Arawn resta silencieux observant le paysage avant de piper un mot lorsqu'Ellenwë lui demanda son avis.

- Sang et cendres ! Je n'ai jamais vu quelque chose de tel. Dire que la première fois que j’ai vu les jardins su palais d'Yswllyra j'avais dis qu'ils étaient les plus beaux que j'avais vu. En fait il n'en est rien, ils arrivent à peine la cheville de ceux-là.

Il jeta un regard aux personnes présentes : deux marchaient au loin en riant et deux autres étaient dans l'herbe et l'une d'elle entonnait un air agréable. Tout était calme, semblant loin des soucis du monde. Très différents de là d'où il venait.

- C'est incroyable comme tout semble plus calme ici. Malgré le fait que tout le monde doit avoir des soucis comme toutes les autres personnes du Gwendir, ici les problèmes semblent s'adoucir. Un vrai havre de paix.

Arawn regarda de nouveau vers Caledë puis vers Ellenwë.

- Si je ne me trompe la prochaine étape est l'arbre sacré n'est-ce pas ? Je suis curieux de le voir de plus près. Après tout il est le coeur des terres nymphales.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Dim 25 Juil 2010 - 16:45

Ellenwë le laissa parler et lui sourit. Les jardins faisaient toujours leur effet, et elle se réjouissait qu'ils puissent toucher les gens. Elle connaissaient la position du Gwendir et les évênements néfastes qui s'enchaînaient comme bien peu ici, mais elle arrivait toujours à trouver le réconfort et la force qu'il lui fallait dans ces jardins exceptionnels. Elle ne doutait presque pas de la sincérité des sentiments d'Arawn, c'était dire!

En effet, il est le point incontournable du pays des Nymphes. Mais peut-être connaissez vous déjà son histoire?

Sans lui laisser le temps de repondre, la Nymphe repartit de plus belle, descendant gracieusement la butte ou ils se trouvaient. Les herbes étaient basses mais fouettaient néanmoins ses chevilles, laissant sur ses membres les dernières gouttes de rosée. Elle ne put s'empêcher de sourire.

J'aimerais d'abord vous emmener dans un endroit un peu plus sauvage que celui-ci - même si le panorama y est appréciable - et donc plus à mon goût. Vous vous ferez ainsi une maigre idée des trésors que recèle ce jardin.

Comme si ses paroles n'avaient été qu'une parenthèse futile dans la conversation, elle reprit à propos de Caledé:

L'histoire de cet arbre est liée à notre déesse tutélaire, Jord. Que vous ne semblez pas réellement connaitre. Ou au mieux que vous devez mal connaitre. Les peuples du centre du Gwendir en font peu de cas, je le sais, et le regrette. Pour la majorité de leur ressortissants, elle est une déesse futile, enfantine, presque, qui ne leur est d'aucune utilité. Quelle importance pour eux, une déesse de la Nature? Une déesse des arbres? Ils maîtrisent la Nature, utilisent les arbres...

Elle se stoppa un instant, refoulant les paroles amères qui lui venaient à l'esprit.

Sachez que Jord est une déesse de respect, et que je ne dis rien dans le but de vous fâcher. Mais vous savez, finalement, nous sommes dans sa droite lignée et notre peuple est à son image, proche de la Nature, espiègle, charmeur...

Elle s'arrêta à nouveau, mais cette fois pour mettre de l'orde dans ses pensées.

L'arbre de vie est son présent à notre peuple. Il nous lie à elle et nous rapproche des Druides, car il serait né de son union avec Mani...

Tandis qu'elle parlait, ils avaient progressé. D'abord, ils avaient empruntés le sentier, puis suivi une rivière le long d'arches en pierres et maintenant, ils progressaient dans une partie de la forêt plus dense, aux arbres immenses aux troncs nus.
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Mar 27 Juil 2010 - 18:45

La jeune femme qui accompagnait Arawn le laissa parler, souriant simplement. Quand elle lui demanda s'il connaissait l'histoire de Caledë. Il alla répondre « une partie » mais elle ne lui laissa pas le temps et commença à descendre le promontoire où ils étaient avec ravissement, vu l'expression sur son visage. Arawn commença à la suivre d'un pas tranquille. L'air était frais, un peu humide et cela était plutôt agréable.

- Et bien soit je vous suis, voyons cet endroit plus sauvage dit-il en souriant.

Arawn la rattrappa et marchant à côté d'elle écouta ses explications sur Caledë. Comme il le savait déjà l'arbre était lié à la déesse Jord, qui selon Ellenwë était considérée comme inutile par d'autres peuples. Arawn fit la moue peu d'accord avec cela.

- Aucune divinité est inutile, et Jord n'échappe pas à cela. Sans elle, nul ne bénéficierait des ressources de la nature même les peuples des plaines. Après certains cultes ont tendances à un peu trop fanatiser autour de leur propre divinité en dénigrant les autres. Cela manque d'ouverture, mais cela les arrangent pour contrôler ceux qui manquent de lucidité.

Ellenwë poursuivit, alors qu'après avoir pris un sentier ils longeait une rivière coulant à côtés d'arches en pierre qui avaient l'air anciennes. Elle dit que Jord était une déesse de respect ce qui ne l'étonna guère. Peu de divinités ne l'étaient pas à sa connaissance. Quant aux nymphes, ce peuple était bien représentatif de celle-ci, proche d'elle dans son attitude. Elle continua en disant que l'arbre de vie était le cadeau de Jord aux nymphes.

- Tiens, j'ignorais de ce que vous avez dit que l'arbre serait né de Mani et Jord. Ce n'est pas faute d'avoir essayé de consulter tous les livres possibles sur les nymphes.

Ce n'est pas parce qu'il ignorait beaucoup de choses sur le peuple de sa mère qu'il ne savait rien non plus. Curieux sur celui-ci, il avait essayé de trouver tout ce qu'il pouvait, son père n'ayant que très peu d'ouvrages à ce sujet. Mais cela ne l'avait pas empêché d'apprendre pas mal de choses tout de même.

Alors qu'il avait achevé sa phrase, ils atteignirent une partie du jardin plus sombre, avec d'immenses arbres dont les branches s’élevaient haut et formaient une toiture dense. Arawn leva la tête pour tenter de voir le soleil qu'on distinguait à peine entre les feuilles. On ne se croyait plus vraiment dans un jardin mais en plein coeur d'une forêt, à des lieues de la civilisation. Cependant ils n'étaient pas perdus et Ellenwë savait où elle allait...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Lun 16 Aoû 2010 - 19:35

Ellenwë s'était laissée emportée par la magie du lieu, encore une fois. Elle secoua la tête pour se réveiller après un long moment d'égarement, qui l'avait emportée loin, dans des souvenirs de son enfance, avant les Nymphes, avant le bois sombre; avant les jardins. Son arrivée ici avait été un tel boulversement! Elle s'était enfin sentie pleinement heureuse, pleinement elle! Hélas cela n'avait que trop peu duré. Mais maintenant, elle allait de l'avant, elle continuait, et peut-être que tout cela finirait par devenir un souvenir flou, un vagu sentiment de malaise perdu dans les recoins de sa mémoire. L'espoir était là, toujours présent, dans le royaume des Nymphes.

L'union de Mani et Jord n'est qu'une légende... Du moins disons qu'elle n'est pas avérée, seulement, "on le dit". Et c'est de leur amour que serait né l'arbre de vie qui donne aux Nymphes leurs filles.

Ellenwë recommença à avancer sous la frondaison. L'odeur d'humus était entêtante, comme après une longue averse sur les plaines, et elle inspira à fond avant de reprendre.

Vous avez encore beaucoup à apprendre sur les Nymphes, Arawn, mais je ne doutes pas qu'en y mettant un peu de volonté, vous vous ferez vite aux us et coutumes du royaume.
Vous verrez ainsi que le culte de Jord marque notre vie, nous lui rendons hommage en diverses occasions, naissances, funérailles, bénédiction et autres demandes d'oracles...


La Nymphe fit un large détour le long d'un ruisseau pour passer sur le bord d'un lac sombre, au beau milieu d'une clairière. Une Nymphe en tenue plus que légère était venue y faire ses ablutions et Ellenwë murmura au jeune homme que c'était une prêtresse rendant grâce à Jord. Une fois le lac passé, la Nymphe reprit la conversation là ou elle en était restée.

Vous remarquerez bien vite qu'ici, malgré un aspect de liberté, notamment concernant les unions, certaines subtilités demeurent.

Ellenwë enchainait tours et détours dans la forêt, sachant toujours exactement ou elle était et ou elle allait. Même si pour des yeux non avertis le chemin semblait sinueux et la guide tourner en rond, la ballade était belle, des papillons aux ailes bleues et vertes volletaient prêts des deux promeneurs et des oiseaux chantaient dans les plus hautes branches.
Enfin, alors qu'aucun signe ne l'indiquait, ils débouchèrent devant le divin Caledë. Ellenwë sentit son sang ne faire qu'un tour et son coeur se serrer devant tant de majesté. Elle se reprit difficilement et tourna ses yeux humides vers Arawn, qui l'observait pour la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Jeu 19 Aoû 2010 - 18:56

Après un moment d'absence, Ellenwë expliqua que l'histoire de l'arbre reposait sur une légende, qui comme toute histoire fabuleuse, personne ne savait si elle était vraie ou non.

- Quelque soit l'origine de l'arbre son origine ne reste pas ordinaire et vient des dieux. Cela ne change en rien finalement de ce qu'il est et de ce qu'il représente. Mais après tout, nous vivons dans un monde où la magie est omniprésente donc rien n'est impossible. Il est fort probable qu'il y est une grande part de vraie dans cette légende.

Arawn continua à suivre la jeune femme qui le conduisait plus profondément dans la partie des jardins où ils se trouvaient. L'odeur des végétaux emplissait les poumons du jeune homme, qui regardait tout en marchant cette forêt au sein des jardins. L'air était un peu frais compte tenu que le soleil passait à peine au travers des feuillages. Ellenwë lui dit qu'il avait beaucoup à apprendre sur les nymphes, ce à quoi il s'attendait, certaines choses semblant plutôt déroutantes ici. Elle commença à ensuite à lui parler plus précisément du culte de Jord. Ils lui rendaient hommages pour diverses occasions.

Rien de très différent dans ce que je connais dans le fond en sorte, seuls les protocoles on va dire doivent être différents.

Ils continuèrent à avancer, Ellenwë leu faisant faire un large détour le long d'un ruisseau et il se demanda sur combien de lieux s'étendait le jardin. Jamais il ne l'aurait cru aussi grand. Ils passèrent alors devant un lac obscur dans lequel une nymphe vêtue se baignait, mais de manière plutôt rituelle. Ellenwë lui murmura qu'il s'agissait d'une prêtresse rendant hommage à Jord. Ils continuèrent à avancer, laissant la prêtresse tranquille et Ellenwë lui précisa au sujets du culte de Jord que dans le cas de certaines unions les rites étaient particuliers. Arawn pensa entre autre au mariage qu'elle n'avait pas cité auparavant.

- J'aurai tout le temps pour le découvrir, d'autant que pour certains rites, je ne suis pas pressé.

En y pensant, dans les derniers temps son père semblait vouloir qu'il se marie avec... . Son nom ne lui revint pas, c'était une noble dont il n'avait jamais entendu parler et il avait écouté à moitié les allusions de son père à son propos. Les mariages arrangés ne l'intéressait pas du tout et il ne le regrettait pas. Il se serait autant retrouvé entre les griffes d'une sorcière touchant aux arts obscurs ou à autre chose de peu attirant pour lui. Avec ce qu'il avait découvert sur son père il s'attendait à tout désormais sur lui et son entourage. Enfin bref, il chassa tout cela de sa tête il en était en partie loin. En partie car malgré une nouvelle vie qui se profilait, un nouveau nom, son passé restait son passé.

Arawn remarqua que le chemin qu’ils avaient pris tourné dans tous les sens, mais en jetant un oeil au soleil, il se rendit compte qu'il ne tournaient pas vraiment en rond mais continuer à s'enfoncer. Les oiseaux chantaient et des papillons verts et bleus voletaient partout, rendant l'endroit peu ordinaire.

- Ce n'est pas à Yswllyra et en cette saison qu'on verra ça dit-il en laissant un des papillons se poser son index qu'il avait tendu.


Il regarda le papillon de plus près et celui-ci finit pas s'envoler et quand il tourna la tête ils débouchèrent d'un coup devant Caledë.

Arawn resta silencieux en regardant l'arbre et enleva son chapeau. Jamais il n'avait vu quelque chose de tel et il se sentit....la vision, l'odeur, le rayonnement de l'arbre, il avait la sensation de tout ressentir de part en part, transpercé jusque dans ses os, dans son âme même. Rien de mauvais ne se dégageait de l'arbre et il se sentait bien, calme, serein. Il finit par s'assoir sur le sol, se sentant presque fébrile.

- Par tous les dieux, je ne m'attendais pas à ça dit-il les yeux toujours rivés sur l'arbre.

A ce moment là il avait pleinement conscience de la part nymphe en lui. Tout ce côté en lui était frappé par l'arbre. En même temps il sentait une part du manque qu'il avait ressentit jusque là par son éloignement et son ignorance sur tout son côté nymphe de comblée.

Au bout d'un moment il finit par se relever.

- C'était donc ça. Je crois ne m'être jamais sentit aussi nymphe que maintenant, comme si cette part en moi n'attendais que d'être là.

Il regarda Ellenwë qui malgré le temps passé ici semblait elle aussi touchée encore aujourd'hui par l'arbre Caledë.

- Merci, je ne regrette pas cette promenade. Je comprend maintenant pourquoi cet arbre et si lié aux nymphes. Son aura est une partie même d'elles et de ceux qui ont une part de nymphe. Une partie presque nécessaire pour se sentir vivant.

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Dim 22 Aoû 2010 - 18:26

La Nymphe s'était sentie le coeur empli de fierté et de reconnaissance à l'arbre lorsqu'elle avait entraperçue la réaction d'Arawn. Elle n'avait cependant pas osé l'osberver plus longtemps que juste un coup d'oeil, car elle considérait que ce moment était à lui, et à lui seul. Il s'en souviendrait sans doute jusqu'à la fin de ses jours. Elle-même, les moindres détails lui revenaient.
Quel âge avait-elle? Elle ne se rappelait plus exactement... Sa mère l'avait emmené, pour une visite à une amie en territoire Nymphe, le cortège les accompagnant avait créé l'évênement! Il faut dire que son père ne se satisfaisait pas de peu...
Enfin, toujours est-il que la jeune Ellenwë s'était retrouvée à jouer avec les jeunes filles de l'amie en question et que leurs aventures les avaient conduites dans les jardins du Palais. Elle se retrouvait, petite, foulant pour la première fois ce qui lui était apparu comme un pays des merveilles, un formidable terrain de jeu à explorer de fond en comble, des milliers d'arbres à visiter, et plus encore de choses à observer. Les enfants avec elle parlaient bruyamment, mais elle essayait de chasser leurs babillages de ses pensées. Elles s'étaient retrouvées, on ne savait comment face à Caledë après queques minutes de marche.

Stupéfaction.
Hébaissement.
Joie.
Bonheur.
Sentiment de plénitude.

Ces émotions l'avaient submergées et elle s'était mise à pleurer. Elle savait ce qu'elle voulait faire, ou elle voulait aller. Ici, au pied de cet arbre. Bien entendue, les petites avec elle n'avaient cessé de se moquer de sa réaction, et même si ce n'était pas malveillant, elle leur en avait voulu amèrement.
Aujourd'hui, la jeune femme se disait que peut-être, sans cet évênement particulier, elle n'en serait pas là aujourd'hui. Loin de ceux de son sang mais proche de celles qui constituaient sa grande famille. Et elle en était heureuse.

Peut-être Arawn était-il passé par les mêmes états et finalement se sentirait-il parfaitement à sa place parmis les Nymphe. Elle l'espérait sincèrement.

Elle entendit la Nymphe, puisqu'il ne faisait aucun doute qu'il était des leurs, s'asseoir à ses côtés et silencieuse, elle le laissa profiter du bonheur de pouvoir observer l'arbre de vie.
Le soleil était haut desormais dans le ciel et elle savait que la ballade n'avait que trop duré et que le Palais devait recquérir son attention. Elle passa en revue les tâches qu'elles aurait à accomplir aujourd'hui en laissant son regard se perdre dans les branches.

Le fils Trakhan se releva lentement, et remercia la Nymphe; remerciements qu'elle accepta d'un signe de tête.

- Sieur Trakhan, elle avait de nouveau opté pour les formulations officielles, ils n'étaient pas seuls, je suis ravie d'avoir put artager un peu du bonheur des Jardins du Palais des Nymphes avec vous, seulement, mon devoir m'appelle, le soleil est déjà haut et j'ai de nombreuses tâches à accomplir. Laissez-moi vous souhaiter une bonne journée, et une bonne route pour la suite. J'espère sincérment vous recroiser bientôt, au Palais, ou avoir l'honneur de vous visiter quand vous serez installé.

Après la réponse d'Arawn, elle le salua formèlement et parti d'un pas vif vers le Palais, coupant droit à travers la forêt, ne jettant qu'un seul regard en arrière avant de franchir une butte, un regard pour l'abre de vie, rayonnant de majesté.
Revenir en haut Aller en bas
Arawn Trakhan
Couteau Suisse
avatar


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 34
Age : 25 (personnage)
Clan : Neutre
Fonction : Noble, missionnaire, truand
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   Ven 27 Aoû 2010 - 17:27

Ellenwë était restée silencieuse, laissant Arawn regarder l'arbre. Quant il la regarda de nouveau, elle était perdue dans ses pensées. Il la remercia et elle hocha de la tête. Il était normal qu'il le fasse alors qu'elle l'avait emmené jusqu'ici et la matinée était bien avancée. Après tout rien ne l'obligeait à faire cela. Était-ce un test pour voir sa réaction ? Si son coeur avait été noir l'arbre ne lui aurait-il fait ni chaud ni froid ? Difficile de dire, mais il doutait que ce n'était pas une manoeuvre de la garde de la reine. Ellenwë semblait être une personne sincère et si elle l'avait conduit ici c’était parce qu'elle en avait envie.

Quelques bruits de pas discrets se firent entendre et Arawn aperçu du coin de l'oeil une nymphe qui était venue voir l'Arbre de vie également. Était-ce celle de tout à l'heure ? Il ne pouvait pas le dire. Ellenwë, usant des formules protocolaires, lui dit que malgré le fait qu'elle est apprécié la balade, le devoir l'appelait.

- Ce fut un plaisir également et je comprend en effet que vous deviez y aller.


Elle ajouta espérer le recroiser prochainement au Palais où quand il serait installé. Pour le palais, sans doute y serait-il encore quelques jours, après chez lui...cette notion n'était pas encore dans son esprit. Il commencerait par chercher des informations sur sa mère et la suite, il verrait après.

- Nous nous recroiserons sans doute, du moins je l'espère et si j’ai un chez moi ici dans l'avenir vous pourrez venir quand vous le désirez, vous serez la bienvenue.

Il avait tout juste répondu que la nymphe le salua et fila d'un pas rapide. Arawn se retourna et regarda l'arbre encore un moment tant il était fascinant. Au bout de quelques minutes, il se décida à bouger de nouveau, il aurait d'autres occasions de revenir. Il se dirigea vers le Palais, saluant au passage la nymphe qui était arrivée d'un signe de la tête et avança. Il coupa à travers les bois, ne faisant pas le long détour par lequel Ellenwê les avait fait passer. Sur le chemin il se décida d'aller voir ses fameuses archives dont elle lui avait parlé. Que trouverait-il dedans, il n'en savait rien, il le verrait bien...

_________________


FicheJournalTheme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/neutres-f133/arawn-trakhan-t1149.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Jardins à l'Aube *   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Jardins à l'Aube *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» DES JARDINS A VISITER
» Une bataille à l'aube...
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» [Juge]-Brigandage-Aube-(10/01/57) [Retraite]
» JDR "Nains et Jardins"
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 7-