AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Combat à l'aube [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aelalia-Fenril
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 50
Age : 22
Age : 19 ans
Clan : Résistance
Fonction : Princesse des Druides
Date d'inscription : 12/04/2008

MessageSujet: Combat à l'aube [Libre]   Lun 2 Juin 2008 - 18:03

Première lueur de l'Aude,
1 jour de la 9ème semaine
de l'an 835.

Aelalia Fenril monta précipitamment les marches qui conduisaient à l'Académie, elle avait hâte de commencer son entraînement quotidien. Vêtu d'une tunique souple d'un noir d'encre, les cheveux attachées en une natte dans son dos qui descendait jusqu'à ses hanches. Le visage fermé et concentrai, marchant d'un pas souple tel une ombre elle pénétra sans problème dans l'arène prévu au entrainement. Devant elle l'attendait son maître d'armes, un ancien soldat rompus au combat. Il était grand et le temps avait marqué son passage, ses cheveux cuivré entouraient un visage fin et creusé de rides. Respectueux il l'a salua avec respect. Dans sa main une longe épée assez lourde luisait légèrement au soleil.


- Bonjour votre Altesse, Est-ce que vous éte prête ?

Un fin sourire parcourus le visage de la jeune femme. Hochant la tête elle sortit son poignard de son côté droit, une très belle arme. L'argent de sa lame reflétait les premiers rayons de soleil, en son centre un fin fils d'or serpentait jusqu'à la pointe.


Se préparant au combat Aelalia fléchit les genoux, et raffermit la prise sur son arme. Doucement elle commença à tournée autour de son adversaire qui lui la regarder avec un air décontracté. Il fallait être sot pour ne pas détecter le piège.

Soudain tout s'anima très vite l'homme qu'on aurait pu croire mou et faible se lança sur Aelalia à une vitesse impressionnante, il feinta à droite et plaça un coup mortelle près des côtes droites de la princesse. Mais l'attaque ne porta pas ses fruits, vive comme l'éclair Aelalia avait compris la ruse et c'était esquivée sur le côté opposé. Revenant à l'attaque le soldat lui donna des coups encore plus violents et précis. Mais agile la princesse paraissait évité les coup comme si ce n'était que de simple mouvement lent et grossier.

Remarquant qu'il se relâché elle passa à l'offensive, feintant, reculant jouant des mains et des pieds pour le vaincre. Parfois même ils prenaient tout deux leurs aspects animaliers respectifs.

Cela dura ainsi pendant 2 bonnes heures ou enchaînant défense et attaque Aelalia s'épuisait pour se changer les idées. En effet, elle ne voulait plus pensé à sa mère et à l'attitude lâche et faible qu'elle avait montré à son cousin. Elle s'était même enfui de ses appartements pleurant sous le poids de la honte. Depuis elle avait soigneusement éviter de le croisé ou de se retrouver avec lui.

Parant une attaque fatigué de son adversaire, s'apercevant de son mouvement d'inattention elle faucha ses jambes et le fit s'écraser sur le sol poussiéreux de l'arène. Heureuse Aelalia poussa un cri de victoire et dit la devise druide:

- Par le sang, Par l'honneur, Pour la gloire !

Elle aida le malheureux soldat à se relevait et s'excusa pour l'avoir malmener. L'homme l'a remercia pour cette leçon et la complimenta pour sa façon de se battre.
Souriante elle s'apprêtait à le remercié et à prendre congés lorsque derrière elle, un applaudissement s'éleva...


[Finis maintenant il faut me répondre ^^]


Dernière édition par Aelalia Fenril le Dim 22 Juin 2008 - 17:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/aelalia-fen
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   Lun 2 Juin 2008 - 21:50

[Mode squattage chez les druides... xD]

Assise sur un banc non loin de là, Laufey observait la scène. Elle aurait été bien en peine d'expliquer ce qu'elle faisait là.

Elle avait assisté à la cérémonie des druides et épié leur roi, et s'était enfuie à toutes jambes... dans la mauvaise direction. Elle avait suivi plusieurs jours une meute de loup, qui n'avait su que la mener en ces lieux.

Et à la vérité, personne ne se souciait vraiment de Laufey. Elle avait bien trop l'air d'une nymphe pour qu'on osât lui prêter de mauvaises intentions, et était plus sujet de curiosité que de méfiance.

Elle avait reprit son apparence d'être ailé, plus confortable si elle devait de nouveau s'enfuir, et sur ses genoux une martre ensommeillée s'était roulée en boulot, tournant résolument le dos à la scène qu'observait l'elfe.

Même si elle n'était pas complètement insensible au ballet des lames fendant l'air dans un crissement d'air meutri, et que par moment il lui semblait que le sang d'elfe dans ses veines cherchait à lui rappeler qu'elle aurait du elle aussi apprendre à se battre pour défendre les siens, elle restait convaincu que ce n'était là que vaine perte de temps.

Aussi là où d'autres applaudirent, Laufey se contenta de poser sur Aelalia un regard dur, empreint d'une sagesse plus ancienne que celle qu'avait acquis ses maigres années. Elle reconnaissait néanmoins à Aelalia une endurance et une agilité étonnantes.

Que son adversaire la félicita l'exaspérait, comment pouvait-on remercier quelqu'un pour vous avoir roué de coups? Et elle s'efforçait de faire taire la voix qui, dans son esprit protestait, que ce n'était pas cela qui la dérangeait, mais le fait qu'apporter soutient au vaincu, était un signe de plus pour marquer sa dominance.

Ne raisonne pas en loup!

Au final elle ne savait pas ce qui la dérangeait le plus, cet étalage de violence ou la menace sourde qu'un jour peut-être l'ivresse de la bataille s'emparerait d'elle et qu'elle verserait le sang.

La martre se retourna comme si sa position était soudainement devenu inconfortable. Elle se redressa et d'un bond sauta dans un buisson. Laufey ne se retourna pas mais devina sans peine qu'un mulot devait passer un sale quart d'heure.

Je sais que verser le sang est nécessaire dans certains cas. Mais eux ne le font pas pour vivre...

Elle scruta le visage de la princesse, comme si elle espérait y trouver une réponse à ses interrogations.

N'y a-t-il que la guerre pour notre avenir?

Elle détourna les yeux lorsqu'elle réalisa que son attitude était imprudente.

Non pas imprudent! Impoli... Ne raisonne pas en loup!

Elle songea avec un soupir que la prochaine fois elle ferait seule son trajet plutôt que de se fier à l'opinion de sa... d'une meute de loups.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   Jeu 5 Juin 2008 - 19:03

La perspective d'un peu de repos avait poussé Elyon à changer ses projets. Au diable son recrutement dans l'empire humain, elle s'autorisait une journée de détente. Il y avait si longtemps qu'elle n'avait pu se permettre de penser à sa vie présente. La journée commençait bien. Retrouvant ses terres natales, la druidesse avait retrouvé l'ivresse du contact avec la nature. De nouveau transformée en chat, son animal totem, elle s'était sentie plus libre. Invariablement, il lui avait fallu chasser. Elle s'était aventurée dans les sous-bois d'une forêt environnante. A ce moment-ci, l'instant devint plus fort que tout. Elle attendit le passage d'une proie avant de se fondre sur elle. L'instinct de prédateur fut infaillible, le malheureux moineau qui tomba entre ses griffes dut abandonner l'idée de se raccrocher à la vie. Tuer ou être tué, c'était là tout le dilemne et pour sa part, Elyon avait fait son choix.

Un bruit de pas la força à se raccrocher à la dure réalité. Elle n'était pas un animal à part entière, il lui fallait reprendre ses responsabilités. Etre druide n'avait qu'un inconvénient : la part d'humanité dans vos veines. Non pas qu'Elyon ait quelque chose contre les humains, simplement elle ne pouvait se détacher du contact de la nature. Rester à jamais transformée en félin, chasser, ne vivre que pour la nature... ce rêve ne pouvait-il être possible? Hélas, non, fallait-il croire. Comme à regrets, elle se transforma et reprit sa forme humaine. Il lui restait encore plusieurs heures avant de repartir. Peut-être même un jour ou deux. La jeune fille aux cheveux de jais sorti de la forêt et se dirigea vers le palais.

Il y a peu de temps, elle avait rencontré Galdor Fenril, le monarque druide et malgré leur très légère altercation, elle ne doutait pas de pouvoir entrer dans le palais qui restait ouvert aux érudits. D'ailleurs, elle aurait du en devenir une. Si elle n'avait pas retrouvé sa soeur et si la guerre ne s'était pas déclarée. Elle soupira. Beaucoup trop de changements, et personne pour l'aider à prendre les décisions. Peut-être valait-il mieux qu'elle se réfugie chez les nymphes qui restaient neutres à la guerre. Mais ce peuple qu'elle estimait se révélait être trop pacifiste, trop mou. Elle devrait sans doute renoncer au plaisir de chasser si elle pénétrait en territoire nymphe et son instinct le lui interdisait. Elyon n'était pas pour la violence gratuite, toutefois, chasser était un loisir qui lui paraissait nécessaire. Elle aurait pu, à l'image des humains, exercer un travail simple et acheter sa nourriture. Mais il lui fallait cette ivresse de la course-poursuite, ce défi qu'elle lançait à la proie. La jeune fille était loin d'être infaillible et le gibier qu'elle traquait avait toujours une chance de s'en sortir. L'oiseau de ce matin n'avait pas été assez prompt à s'envoler, voilà tout.

Pénétrant dans l'acamédie, elle arriva peu avant la fin d'un combat. Quelques coups de lames précis d'une jeune demoiselle eurent raison de son adversaire qui semblait pourtant plus expérimenté. Transformée en chat par habitude, Elyon put observer quelques secondes la danse des lames avant de penser la tête sur le côté et pousser un miaulement d'étonnement qu'elle n'avait pu refrenner. Mais quelle était donc cette idée saugrenue que d'aider le perdant? Lors d'une défaite, la dernière chose qui vous plaisait était sans aucun doute la pitié du vainqueur. Quelques aplaudissement retentirent et la féline ne se donna pas la peine de se transformer de nouveau pour participer à cette bruyante manifestation de respect. Elle venait de remarquer une jeune fille qui, à l'inverse des autres personnes présentes, véhiculait une autre odeur que celle des druides. Loup et... une autre race. Elyon trotinna doucement jusqu'à cette jeune personne. Une fois qu'elle fut en face d'elle, elle se transforma de nouveau en humaine.

-Excusez mes manières peu cavalières, mais vous n'êtres pas druidesse, n'est-ce pas? Votre odeur... est celle d'un autre peuple. Elfe? Nymphe?

La jeune fille vêtue d'une bien légère tunique bordeau observa du coin de l'oeil la jeune femme qui venait de combattre. Sans doute une adversaire intéressante. Dommage qu'elle soit trop fatiguée pour livrer un autre combat, Elyon aurait bien mesuré sa force aujourd'hui. Mais ce serait pour un autre jour. Dans l'empire, elle aurait bien d'autres occasions. D'humeur joyeuse, elle reprit gaiement la parole. Bien qu'elle ne comprenne pas tout à fait pourquoi, la jeune fille reprit la parole.

-Mais j'oublies toute forme de politesse. Laissez-moi, me présenter, Elyon Addwyn, jeune druidesse. Si vous n'avez rien contre, je serais ravie d'adresser la parole à la combattante que nous venons de voir, m'accompagnez-vous?

Sur ce, et sans vraiment laisser à son interlocutrice le temps de répondre, Elyon s'avança vers la druidesse qui manquait de partir.


[Qui m'aime me suive! Je me suis permis de m'incruster dans votre sujet, mesdemoiselles, j'espères que cela ne vous dérange pas!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   Ven 6 Juin 2008 - 8:54

[Tu ne nous déranges pas le moins du monde, même si je suis mal placée pour dire ça vu que je m'incrustais aussi Razz]

Laufey, qui avait l'art de remarquer et d'étudier les détails sans importance, remarqua rapidement l'arrivée du félin. Mais quelque chose dans sa démarche gracieuse n'était pas naturel. La bête s'arrêta mue davantage par l'intérêt que par la curiosité ou la méfiance. Assurément cette bêtes là entendait quelque chose au combat qui se livrait devant elle. Ce qui n'était pas commun pour un chat, les druides contrairement aux hommes, ayant plus de facilité et de volonté à comprendre les animaux, avaient bien peu souvent recours à la domestication.
Elle en déduisit qu'il devait s'agir d'un druide une fois de plus.

C'était une évidence même. Aussi sûrement qu'elle n'était pas loup. Mais parfois, son esprit lui jouait des tours, et il lui semblait qu'en ce monde tissé des fils du vent, les animaux n'étaient qu'ombres fugitives indistinctes, et elle un murmure au balancement des feuilles.

Le combat terminé, elle vit d'un oeil curieux s'approcher l'animal, peu farouche.
La créature se transforma, achevant de confirmer les soupçons de Hvísl Laufblaðanna quant à sa nature. La jeune femme gardait une certaine grâce, et Laufey trouva à son regard la douceur des yeux félins, à la fois douceur et miel, et altier dédain.
Elles n'avaient besoin ni l'une, ni l'autre, l'une de l'autre, mais elles avaient manifestement en commun une curioisité empruntée.

Je suis nymphe, répondit simplement Laufey avec un doux sourire. Sa voix était étrange, calme et légèrement chantante, le ton incertain, comme si parler était un exercice auquel elle ne se risquait pas si souvent.
Bien qu'elle ne le montra pas, elle jugeait la question déplacée, et s'en défendait par une demi-réponse. Qu'elle s'estime heureuse, une demi-vérité valant mieux qu'un mensonge. Même si en apparence, elle était nymphe à n'en point douter, son coeur lui était proche des elfes, même si lorsqu'elle pensait à ce peuple qui était sien, son coeur se serrait douloureusement, comme à la pensée d'un être cher perdu depuis longtemps, mais dont le temps échoue à effacer le souvenir. Et au milieu des druides, il lui paraissaît plus commode d'être nymphe.

L'attention de la druide se reporta sur sa consoeur, et elle la jaugea du regard, hésitant manifestement, à contester son territoire à cette alliée en puissance.

N'ayant pas fait preuve d'énormément de politesse, Laufey ne tint pas un instant rigueur à Elyon pour sa franchise.

Laufey... Appelez moi Laufey, répondit simplement l'elfe. Ce n'était pas son vrai nom, mais son nom lui était cher, trop cher. Elle avait l'impression que le révéler, c'était dévoiler au monde une part de sa nature. Elle n'était pas chez les siens -et des siens mêmes elle se serait méfiée- alors la prudence était de mise, et elle garda son nom par devers elle, comme un trésor précieux.

Comment elle entendait décider à sa place? N'était-elle pas en position de hauteur et de supériorité? Ne lui appartenait-elle pas de siéger au centre en surveillant à sa guise son territoire? A elle de décider des allées et venues de la meute?

Tu n'es pas un loup. Resaisis toi!

Et après un instant d'hésitation, fière de sa résolution, elle emboîta le pas de la druide.

Je ne saurais m'y opposer.
Revenir en haut Aller en bas
Aelalia-Fenril
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 50
Age : 22
Age : 19 ans
Clan : Résistance
Fonction : Princesse des Druides
Date d'inscription : 12/04/2008

MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   Mer 11 Juin 2008 - 17:43

[dsl d'avoir été aussi longue mais je n'était pas inspirée -_-]

Se retournant Aelalia constata avec tristesse que des personnes avait assisté à son combat. Elle n'aimait pas particulièrement être observée et préféra aller se rafraichir plutôt que de répondre aux applaudissements.

Tranquillement elle se dirigea vers la petite fontaine qui était installer non loin de là. Se passant un grand coup d'eau sur le visage. Bien que fatigué par cet effort elle se sentait mieux. Mais elle se dit que la réalité et ses devoirs la rattraperai tôt ou tard.

Regardant sa tunique elle constata qu'elle était maculée de boue. Jurant, elle essaya de l'enlever avec ses mains. Le résultat ne fut pas glorieux. Sortant son arme elle l'a passa son l'eau et l'a nettoya minutieusement. Ce combat lui rappela le parfum de souvenir oublier.
Etant jeune ses leçons d'armes étaient son plaisir personnelle et elle adorait les partager avec son amie d'enfance.

Ses quelque souvenir agrandirent la peine et le chagrin qui siéger dans son coeur. Elle lança un rapide coup d'oeil autour d'elle . Quelques membres de la cour étaient présent et deux ou trois druides de passages. Mais se qui retient son attention fut une jeune nymphe assise sur un banc, elle l'observer d'un regard étrange emplit d'une sagesse qui n'allait pas avec son jeune âge. Se détournant Aelalia se força à penser à autre chose.

Mais la curiosité fut plus forte que sa raison, se retournant encore elle vit la jeune fille discuter avec une druide "intéressant" se dit-elle. Les rumeurs disaient que se peuple pacifique ne participerait pas à la guerre, mais alors que faisait une jeune nymphe en territoire druide.

C'est la tête remplit de question qu'Aelalia commença à se diriger vers les deux femmes. Arrivant à leur hauteur elle se présenta avec courtoisie:

- Bonjour je m'appelle Aelalia.

Prudente elle avait décidée de dissimulé sa véritable identité. Bien qu'elle s'adressa aux deux demoiselles son attention resta fixé sur la nymphe. Quelque peut gênée elle demanda d'une voix neutre:

- Je ne veux pas paraître impolie mais la curiosité m'a amener à vous. Que fait donc une nymphe si loin de sa terre natale ?

Un sourire parcourus son visage et en attendant la réponse ses yeux s'attardèrent sur la druide.

Jeune et très belle, elle semblait très heureuse de cette rencontre. Son visage et sa silhouette avait des allures félines se qui ne l'étonna pas le moins du monde. Souvent votre totem se reflète à l'extérieur. Elle portait la tenu noir du deuil mais cela ne lui convener pas bien qu'elle fut quand même radieuse.


Dernière édition par Aelalia Fenril le Ven 11 Juil 2008 - 12:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/aelalia-fen
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   Ven 13 Juin 2008 - 20:54

Hvísl Laufblaðanna suivait d'un pas tranquille la druide, se demandant néanmoins si elles avaient raison d'aller importuner la combattante de la sorte. Elle chassa aussitôt cette inquiétude de son esprit, lorsqu'elle vit la druide s'avancer vers elles.

Appelez moi Laufey, répéta l'elfe. Ainsi elle ne mentait pas et préservait son nom. Elle s'inclina poliment, comme pour excuser inconsciemment sa non-présentation. Mais les druides ayant généralement prénom et nom, elle posa un regard curieux sur Aelalia.

Laufey leva les yeux pour lancer un regard interrogateur à Elyon, à la manière des enfants qui demandent à leur parents "c'est qui?" en pointant du doigt de lointaines connaissances. Après tout, elle en était presque sûre à présent, Elyon était la druide qu'elle avait surpris en pleine discussion avec le roi des druides, elle pouvait très bien connaître cette simple soldate. Laufey n'était que peu familière des hiérarchies, sinon elle se serait rendue compte par elle-même que le haut rang qu'elle attribuait à Elyon n'était pas tenu de rimer avec "Je-connais-tous-les-druides-de-Sudorna".

Laufey soutint le regard d'Aelalia sans broncher. Si elle avait encore été dans sa forêt, parmi les siens, elle aurait jugé cela comme une grave impolitesse. Mais seules une légère froideur dans son attitude, et son immobilité parfaite, ne s'accordant pas même un frémissement d'ailes, trahissaient qu'elle voyait là un outrage.

Je ne saurais vous reprocher votre curiosité. lui assura-t-elle avec un merveilleux sourire.

Laufey était pour sa part plus curieuse qu'elle n'aurait du. Elle évita de croiser le regard d'Aelalia, elle ne pensait pas que cette dernière l'ait surprise en train de les épier le jour de la cérémonie, mais cela ne l'empêchait pas d'en rougir de honte.

Loin? Je ne suis jamais loin de ma terre natale. Partout où la terre s'éveille à la vie selon le désir de Jord, où chantent les rivières et où dansent les frondaisons des arbres, partout où me porte le vent, je suis chez moi.

Mais à dire vrai, c'était sa curiosité maladive et son désir de liberté qui l'éloignait de l'arbre tant aimé par ses aïeules. Et aussi le sentiment de ne jamais se reconnaître complètement en elles.
C'était cruel à dire, mais elle se sentait souvent bien plus proche des rares fils des nymphes que de leurs mères.

Aelalia s'intéressa alors à Elyon, et Laufey, ne put se retenir d'épier les deux druides du coin de l'oeil. Battant paresseusement des ailes, comme si l'envie de s'envoler la démangeait malgré elle, elle se surprit à se demander si ces deux là pourraient la conduire au roi. Elle voulait savoir si les druides se lanceraient dans la guerre.
C'était une perspective terrible. Mais qui changerait bien des choses, aussi préférait-elle savoir, avant que le tumulte de la guerre vienne se répercuter jusqu'à l'orée de la grande forêt.

Mais plus que le devoir d'informer les siens, sa principale motivation restait le désir d'assouvir son insatiable curiosité.
Surtout qu'elle avait toujours du mal à cibler ce qu'elle appelait "siens".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   Jeu 10 Juil 2008 - 16:48

[Raah, temps de réponse monstrueusement long, désolée les filles! -___-"]


"Nymphe", le ton chantant de cette réponse étira un sourire sur les lèvres d'Elyon. Il y avait bien longtemps que le son d'une voix ne lui avait rapellé aussi précisément le murmure du vent, comme si son interlocuteur avait été l'un de ces majestueux souffles du continent, balayant les nuages d'une douceur inégalée. Ainsi, la frêle personne avec qui elle parlait était l'un de ces êtres qui entretenaient, plus certainement encore que les elfes, un contact pareil avec la nature et les animaux. Mais pour une raison qu'elle ignorait, la druide dont l'animal totem était le chat, trouvait que cette frêle créature qu'était une nymphe n'avait guère sa place dans la bastion. Qui, ou quelles circonstances pouvaient donc l'emmener si loin des siens tandis que tous les peuples du continent, exceptés les humains, portaient le deuil d'une génération de souverrains tous plus glorieux les uns que les autres. Il existait sans doute un détail, une raison qui pouvait expliquer tout cela à l'esprit d'Elyon, mais malheuresement, ce motif pour s'éloigner autant de son peuple lui échappait.

Même elle qui n'avait jamais connu de réel besoin d'appartenance à une patrie sentait pourtant qu'en ces temps funestes, les peuples devaient rester unis les uns les autres. Et puis, il y avait ce sentiment désagréable d'avoir déjà croisée quelque part la nymphe, sans parvenir à en trouver l'endroit et les circonstances. La réponse de la jeune fille à sa précédente question n'éclaire guère Elyon. Eh bien, il allait être plus difficile qu'elle ne le pensait de remettre la main sur le souvenir de leur rencontre. Où diable avait-elle croisée cette nymphe? Mais cette absence de réponse n'était guère une raison pour se montrer impolie, tant bien même son interlocutrice n'avait donné que son prénom.

-Laufey dites-vous? Un bien joli prénom, mais... si peu commun.

La druide n'eut guère le temps de glisser sur une autre question et demander à son interlocutrice où elles avaient pu se rencontrer. La jeune femme qui venait de combattre, et de se rafraîchir à en croire les légères traces d'eau sur les pans de sa robe maculée de boue, s'approchait d'elle. Etait-elle elle aussi mûe de curiosité devant cette jeune nymphe en plein territoire druide? Sans doute mais Elyon ne pouvait s'en assurer. Machinalement, elle détailla du regard la nouvelle venue à la manière dont elle avait tenté d'en savoir un peu plus sur Laufey. Car toute féline qu'elle pouvait être, Elyon n'avait malheuresement pas l'odorat aussi développé que son animal totem et à défaut de maîtriser les odeurs, il lui fallait se fier à sa vue. Comme n'importe quel être du continent. Et ses yeux, ne lui apprirent rien de bien intéressant sur la demoiselle aux cheveux torsadés. Ses vêtements ne permettaient guère de savoir à quelle classe sociale elle appartenait mais la démarche féline de ses pas, et la confiance qu'éprouva Elyon à son égard lui fit penser que l'animal-totem de cette demoiselle était sans doute apparenté au sien.

-Elyon.

Réponse presque sèche à l'égard de la nouvelle venue, mais enfin, puisqu'elle ne tenait pas à dévoiler son nom, l'aînée Addwyn se permit d'en faire autant. Bien sûr, il était trop tard pour revenir sur les mots prononcés à l'égard de Laufey, mais son instinct poussait la jeune fille à faire confiance à la nymphe. Peut-être n'était-ce que cette sensation de déjà vu? Elle répondit par un bref haussement d'épaules à l'interrogation muette de la nymphe, elle aussi aurait aimé savoir qui était leur interlocutrice. Ressentait-elle aussi ce sentiment de passer à côté d'un détail important vis-à-vis de la nouvelle venue?

Les poétiques paroles de Laufey firent sourire Elyon. Ainsi, elle avait détournée la question. Habilement détournée même, puisqu'elle avait fournie une autre réponse qui semblait avoir eu l'effet escompté. Ni une déviation, ni une réponse. Un subtil mélange qui réhaussa l'estime qu'Elyon portait à la nymphe, sans toutefois lui enlever cette désagréable sensation de l'avoir déjà vue. Mais plutôt que de formuler à son tour cette question sur la venue de Laufey, qui pourtant l'intriguait tant, elle changea de sujet. Après tout, peut-être la nymphe n'appréciait-elle pas d'être le centre des conversations, bien qu'elle semble infinimment plus intéressante que l'ensemble des personnes réunies au bastion, de par sa race.

-Dites-moi, Aelalia, il y a longtemps que vous vous entraînez, n'est-ce pas? Vous avez une façon peu commune de manier le fer.
Revenir en haut Aller en bas
Aelalia-Fenril
Gwendirien
avatar


Féminin Nombre de messages : 50
Age : 22
Age : 19 ans
Clan : Résistance
Fonction : Princesse des Druides
Date d'inscription : 12/04/2008

MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   Jeu 17 Juil 2008 - 17:52

Aelalia ne fut en rien surprise par la réponse de la jeune nymphe. Une façon courtoise de lui dire d'aller se faire voir. Bien sur elle avait ses raison. Aelalia décida de mettre son insupportable curiosité en suspens pour une fois. Elle lui répondit simplement:

- Bien sur, votre peuple et le notre sont très attachés et entretiennent une relation très particulière avec la nature.

Elle fit un petit sourire. Assez fière de sa répartit elle n'en laissa pourtant rien paraitre. La jeune fille était assez grande pour voyager. Elle semblait plus vieille qu'Aelalia se qui ne perturba en rien celle-ci habituer à parlait à plus âgé. Aelalia ne s'entendait pas très bien avec les gens de son age c'est pourquoi ses amis étaient comment dire inexistant. Pourtant cette solitude bien que pesante parfois lui était chère. Revenons à notre situation. Aelalia détournant son attention de la jeune nymphe qui battait des ailes comme ci elle contenait une envie folle de s'envoler. Elle revint sur la druidesse. Elle avait remarqué que celle-ci tout comme elle n'avait pas dévoilée son nom de famille. Avait-elle quelque chose à cacher ? Scrutant les yeux de l'intéressai elle chercha dans son esprit si son visage lui était connue. Elle ne l'avait jamais vu ni a la cours ni a l'extérieur. Revenant de son examen intérieur elle comprit in-extrémis la question d'Elyon. Décidément son interlocutrice était une fine observatrice. Lui souriant elle se demanda si lui révélé se genre de détail risquer de mettre son statut à jour.

"Tu est décidément devenue parano ma pauvre"

Il fallait arrêter de vouloir rester cacher. Elle n'était pas en danger de mort. Le peuple était très content de la famille royal qui faisait tout pour améliorer la situation. Bien que certaine que cette simpatie changerait quand la guerre sera déclarer, le temps présent était sans risque et plutôt paisible. Elle répondit à la jeune fille d'une voix chaude mais plate:

- Oui je m'entraine depuis l'enfance. Ma technique est en effet particulière. Et vous cette discipline est-elle dans vos activité ?

Aelalia ne pouvait dire si cette jeune fille pratiquer l'art des armes. Sa silhouette féline ne laissait pas entendre celle d'une guerrière mais la principal règle dans cette exercice et de ne jamais sous-estimer un adversaire. Elle jaugea son interlocutrice du regard. Ses gestes étaient certes empreint de fluidité et de grâce. Aelalia se dit que le totem de cette jeune fille pourtant un peu plus âgé qu'elle devait appartenir à la race féline.

Soudain une idée germa dans son esprit. Pourquoi pas, si Elyon acceptait cette distraction pourrait rompre la routine qui c'était installer depuis la mort de sa défunte mère. Les yeux brillant d'excitation elle lui demanda:

- Que diriez-vous d'un combat ? Amical bien sur.

Souriant elle attendit une réponse qu'elle espèrait positive...

[dsl l'inspiration me fuit en se moment Sad]

_________________


Oserait tu me défier ? Prend garde je mors !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com/fiches-de-presentation-f6/aelalia-fen
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Combat à l'aube [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Combat à l'aube [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» Saloon, alcool et bagarre [LIBRE]
» Un combat aquatique [Libre]
» À l'aube de nos vies (libre)
» Obama en chute libre ...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 2-