AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Annonce sur la porte du Temple de Mani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Spectre
¤ Puissance évanescente ¤
avatar


Nombre de messages : 2481
Date d'inscription : 09/02/2008

MessageSujet: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Dim 9 Mar 2008 - 16:20


Peuple de Sudorna,

La Reine Faldora Fenril est tombée.
Ses funérailles auront lieu au petit matin
du sixième jour.

Le couronnement du nouveau Roi,
Galdor Fenril, aura lieu après la cérémonie.




Sujet Libre où vos personnages peuvent réagir

_________________


Le Secret du Spectre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendir.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Dim 27 Avr 2008 - 17:10

Aube du Sixième Jour,
De la Huitième Semaine,
De l'an 835


Le réveil était lent et difficile. Sa tante était morte, et l'aube marquait les débuts de la cérémonie funèbre en l'honneur de la Reine. Les conseillers de la Monarque avaient avertis Galdor auparavant qu'il succèderait à sa tante en tant que Roi des Druides à la mort de sa parente. Ce jour était arrivé.
La matinée était sombre, comme les visages d'une bonne partie du Peuple de Sudorna en cet instant. Faldora a toujours été une excellente guide pour tous les Druides. Présente, agissant dans les intérêts dans son peuple et dans le respect des traditions. Galdor, perdu dans ses pensées, se demandait si c'était ce Respect pour certaines valeurs qui avait provoqué la mort de sa tendre Tante. Il se demandait s'il ne faillait pas parfois mal agir pour la préservation d'un peuple. Mais il n'était pas l'heure pour les débats dans ses pensées.

Dans le respect des volontés de sa tante, la cérémonie se passa en pleine nature, dans une clarière au nord d'Unae. Le corps de La Reine était allongé sur une ancienne pierre, datant de 200 ans selon les plus grands érudits Druide. Cette pierre était montée de lière et recouverte de mousse.
Quelques prêtres et prêtresses passaient tour à tour dessus le corps de Faldora. Ils faisaient une prière pour le repos éternel de la Reine, pour qu'elle puisse retrouver Mani. Galdor était, quant à lui, en retrait, observant la cérémonie. Quelques personnes vinrent lui présenter leur condoléance pour ce tragique décès, ainsi que du courage pour son futur avènement. Le futur Roi les salua poliment avant de rejoindre le corps de sa défunte tante.

Une bonne partie du peuple présent s'était transformé en l'animal de leur totem. Des aigles, des cerfs, des chevaux accompagnés par toute sorte d'animal étaient là, observant la triste cérémonie. Des animaux étaient aussi présents. Galdor ne voulu pas faire la distinction entre un Druide transformé et un animal. Car, après tout, peu importe qui était présent tant qu'ils l'étaient. Galdor se mit derrière le corps inanimé de Faldora. D'une voix forte:


“Peuple de Sudorna.
Retenez tous que le sixième jour de la huitième semaine de l'an 835, célèbre la mort de Notre Reine à tous, Faldorna Fenril. Elle vivait pour son peuple, elle est morte pour son peuple. Priez tous Mani, pour le repos éternel de notre Reine. Habillez-vous de noir durant une semaine, en signe d'accord avec le Dieu de la Lune.
Si la mort est douloureuse pour tout le peuple, le deuil doit être accomplit selon nos traditions.”


Telles furent les dernières paroles de Galdor en tant que Druide. Il allait bientôt devenir Roi.
Cependant, le jeune homme ne pouvait détacher son regard du corps inerte de son estimée tante. Elle lui rappelait sa mère. Elle l'avait élevé. Elle avait fait de lui ce qu'il est maintenant. Il l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Mer 30 Avr 2008 - 15:11

Il avait plu cette nuit-là. En traversant une nouvelle parcelle de territoire qui lui permettrait de revenir en terres druidiques, Elyon avait du supporter une violente averse. Son pelage de félin trempé, elle n'avait guère tenu à se transformer de nouveau. Il lui fallait arriver à tremps pour la cérémonie d'enterrement de la reine. Devant le spectacle de l'eau qui venait mourir en rencontrant le sol, elle s'était faite l'amère réflexion qu'aucune pluie quelle qu'elle soit ne pourrait laver la peine de son peuple d'origine. Il avait continué de pleuvoir jusqu'à ce que l'aube se lève enfin. Le soleil paraissait à l'horizon. La prochaine fois qu'il apparaîtrait au loin, Faldora ne serait définitivement plus qu'un souvenir. Enfin, la végétation redevint luxuriante et elle sut qu'elle approchait de sa destination. Quoiqu'elle en dise, elle fut heureuse d'approcher enfin des terres du peuple dont elle partageait le sang. Pourtant, était-elle autre chose qu'une traîtresse aux yeux des autres druides? Après tout, elle comptait bien choisir le pouvoir et entrer dans l'Empire.

Les druides avaient-ils seulement le choix du parti à prendre? Reconnaissons-le, leur amour de la nature leur jouait un mauvis tour. Les animaux étaient faciles à chasser pour des humains armés, et le fragile équilibre que ce peuple avait avec les créatures de la nature était trop simple à briser. La jeune fille morose toujours transformée en félin suivit quelques druides qui se dirigeaient vers le lieu de la cérémonie. A quoi servait donc le temple puisque les obsèques de la Reine n'y auraient même pas lieu? Et bien évidemment, l'hériter du trône ne changerait pas d'endroit pour son couronnement.

Se fondant dans le groupe, Elyon remarqua qu'il y avait sans doute autant de ses compatriotes qu'il n'avait d'animaux. Cependant, elle ne pouvait pas affirmer avec certitude que ceux qu'elle prenait pour des druides n'étaient pas des animaux et inversément. Une fois de plus, elle admira la facilité que ses compatriotes avaient de ressembler à de véritables animaux sous leur seconde forme. Même une des leur ne pouvait faire la différence, bien qu'elle n'ait été que très peu présente dans la vie de son peuple. Elle n'était revenue dans ces terres que durant quelques mois. Pourtant, il lui semblait qu'elle avait sa place ici. Mais son choix était arrêté. Elle irait dans l'Empire. Le seigneur nordique avait le pouvoir, c'était bien la seule raison qui lui faisait faire ce choix. La rebellion n'avait pas d'avenir. Il fallait le reconnaître, Ardiosys Bennefoy commençait bien la guerre en portant un coup létal aux monarques. Ne restaient pour les remplacer que des héritiers mal entraînés pour leur important fonction et quelques conseillers vénaux intéressés par leur propre réussite malgré la religion.

Elle décida de s'approcher pour pouvoir mieux assister au déroulement de la cérémonie, son animal totem étant le chat une bonne partie de ses compatriotes l'empêchait de voir la suite des évènements. Elle se faufilait dans les rangs quand le futur monarque commença son discours, suivant les différents épitaphes prononcés par les prêtres. Elyon écouta attentivement ce que qu'énonçait le neveu de la défunte reine, même si elle entrerait au plus vite dans l'Empire, elle respecterait les traditions des druides. Elle leva les yeux au ciel quand il parla de prier leur dieu. La religion, elle n'avait rien contre mais c'était contraignant. Bon, elle se limiterait à une prière tous les deux jours et ce serait bien suffisant. S'habiller en noir la contraria plus. Et l'uniforme de l'armée humaine, hein? Certes, avec un peu de chance elle y échapperait. Elle ne serait pas un banal soldat mais une magicienne, ça pouvait bien la dispenser ne serait-ce que quelques jours de la tenue réglementaire?

Une fois que l'hériter eut finit son discours, la féline s'approcha de la tombe de la défunte. Visiblement, seuls les prêtres et le futur roi avaient le droit de prononcer quelques paroles à l'égard de la reine. Mais elle s'acordait le droit d'en faire autant. Si chacun pouvait assister à l'enterrement, c'était une invitation à participer. De toute manière, elle n'aurait rien à regretter. Lorsqu'elle avait apppris lamagie dans ce pays, les habitants lui avaient paru heureux. Elle tenait à remercier Faldora d'avoir rendu son pays prospère et heureux, ne serait-ce que durant les quelques temps qu'elle avait passé chez eux.

-Le temps n'altérera rien à votre souvenir car il est ancré dans le coeur de chacun de vos sujets. Profitez de votre repos éternel, vous le méritez.

Bon, elle ne respectait pas trop la religion en parlant de cette façon, mais peu lui importait. On ne regrette jamais d'avoir profité d'une occasion unique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Jeu 1 Mai 2008 - 10:59

Le futur Roi continuait d'observer sa défunte tante. La tradition voulait que seuls le futur Monarque et les prêtres pouvaient accompagner la Reine dans les cieux, pour rejoindre Mani. Les traditions sont faites pour être respectées par l'ensemble du peuple, il n'a a aucune exception. Mais certaines infractions ont moins de conséquences que d'autres...

Dans le presque silence régnant durant la cérémonie, Galdor -attentif- cru percevoir une voix féminine entre les murmures de la foule. Pourquoi cette voix s'était-elle démarquée des autres? En baissant les yeux, il pu apercevoir une jeune Druide parlant à la défunte Reine. Au fond, avait-elle tord? Pouvait-on blâmer un druide lambda qui rend hommage à sa Reine en bravant quelques dangers – ici représentés par quelques conseillers trop proches et trop strictes quant au respect des traditions ancestrales-. Il y avait dans cet acte du courage. Certes certainement mêlé à de la pure folie, bafouer devant un peu des traditions, mais il y avait du courage. Et puis, qui l'avait vu? qui l'avait entendu? À part quelques prêtres, quelques conseillers attentifs et... lui-même. Personne apparemment. La tristesse en aveuglait quelques-uns, le reste priait Mani. Loué soit-il.


« Bien que je ne parle pas aux morts, je suis sûr que votre Reine aurait apprécié le courage qu'il vous a fallut. »

Le futur roi s'adressait directement à la femme, bravant les barrières de la hiérarchie. Un conseiller voulu lui couper la parole, mais Galdor l'interrompit d'un signe de la main ascendant. Sans un mot, le conseiller -déçu- se recula. C'est alors que le Roi fit un pas en direction de la jeune intrépide. Il dit d'une voix douce et calme.


« Venez me voir dans le Bastion Royal. Si tout acte ne doit resté impunis, lorsque ce dernier frôle la bravoure, il se doit d'être d'être reconnu. Nous parlerons de votre avenir. »


Telles avaient été les paroles, celles d'un Roi à l'un des membres de son peuple, et non à l'un de ses sujets. Quelques conseillers semblaient outré, ce qui fit sourire Galdor. Il eut une pensée envers Faldora, qui devait aussi s'amuser de ses conseillers. Mais, après tout, lui seul était souverain -bien que pas encore- de son peuple, lui seul pouvait décider. S'il prenait une mauvaise décisions, lui seul en assumerait les conséquences et ses conseillers resteraient pour ennuyer les rois se succédant.

C'est ainsi que le futur détenteur du Tandil tourna les talons, en faisant un sourire à Addwyn. Il comprenait bien que cette rencontre était à caractère exceptionnelle et qu'il ne pourrait recevoir tout son peuple au château. Mais qui est prêt à témoigner son amour à sa Reine de la sorte? Seules les personnes bien. C'est sur ces pensées qu'il s'éloigna, la tristesse en moins.


[HJ: si tu acceptes, tu peux créer un sujet dans le bastion royal en regroupant ta réponse d'ici et le début du sujet en un ^^" enfin je dis ça, je dis rien, tu fais comme tu sens ! :p Parce-que tu peux, bien entendu, ne pas accepter ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Sam 3 Mai 2008 - 14:23

[Je me vois mal commencer un sujet vu qu'il me reste pas mal d'incertitudes sur la route jusqu'au palais (c'est proche de là où nous sommes? Y aura-t-il une transformation en animal pour y aller plus rapidement? Quel prétexte va-tu trouver pour expliquer aux conseilllers qu'ils patienteront gentiment pour ton couronnement?).
Accessoirement, j'avoues avoir un peu la flemme! ]


Elyon avait sursauté en entendant quelqu’un lui parler. Elle qui aurait pour une fois voulu passer inaperçue dût revoir cette partie-là de son plan. Une rencontre n’était pas vraiment ce qu’elle considérait comme un trajet rapide avant de repartir en territoire humain. Mais on dirait bien qu’elle allait devoir faire avec. Après tout, c’était un signe comme un autre. La jeune femme avait une philosophie de vie à l’encontre de la plupart des religions du continent, y piochant quand bon lui semblait des références ou idées. Pour la jeune femme brune, tout était signes. Et chaque signe lui indiquait une direction à prendre, un message à comprendre. Naturellement, il lui était déjà arrivé de se tromper dans ses interprétations, de les ignorer pour prendre des risques. Parfois, cette initiative lui avait été utile. Parfois, elle avait payé le prix cher des risques encourus. Mais dans l’ensemble, elle s’en sortait bien. Puisqu’on ne changeait pas une formule gagnante, elle continuait de se fier aux signes sur son chemin. Visiblement, le destin, Mani, Loki, qu’importe le nom qu’on lui accordait tenait à ce qu’elle rencontre quelqu’un. Alors, elle s’était relevée.

Durant quelques secondes, elle était restée stupéfaite. Elle s’était rappelée qu’en quelque sorte, elle allait parjurer ses vœux de bonheur envers la Reine tombée trop tôt en rejoignant les forces du Seigneur Nordique et que son interlocuteur ne l’apprécierait sans doute pas quand il s’en apercevrait. Puis, elle avait du reconnaître qu’enfin de compte, la chance semblait continuer de lui sourire. Quitte à se faire remarquer, elle ne s’était pas fait remarquer par n’importe qui mais par le futur souverain.

Qu’allait il faire ? Sa phrase laissait comprendre que la défunte aurait apprécié, sans préciser son opinion. Un peu étonnée qu’il fasse fi des convenances pour lui parler, Elyon l’avait laissé faire. Elle n’avait bien sûr pas bougé quand le monarque s’était avancé vers elle. Il était toujours agréable de constater que quelques paroles éclipsaient celles des autres. Puisque l’héritier semblait ne pas s’offusquer du manque de convenances, elle était allée jusqu’à négligemment croiser les bras. Quelques conseillers lui avaient lancé un regard outré qu’elle avait grandement apprécié. C’était le roi qui déciderait, pas eux et visiblement il semblait assez clément avec elle.

-Comme vous voudrez. Je vous en prie, passez devant car je ne connais pas la route menant à votre royale demeure.

Elle s'était discrètement mise en retrait, ayant préféré éviter une sarcastique révérence. Si le neveu de Faldora semblait clément avec elle, elle ne tenait pas à voir jusqu'où la sympathie du futur monarque pouvait aller à son égard. Il était dans son intérêt de rester polie, ne serait-ce que pour éviter quelques gromellements des conseillers environnants. Tout ce petit monde d'hypocrites les suivrait-il ou aurait-elle droit à une entrevue avec le roi sans parasites? Il paraissait que Galdor Fenril avait un lion en apparence animale, auquel cas elle ne ferait pas longtemps le poids en combat singulier s'il décidait de lui administrer une quelconque correction pour son impudence. Mais après tout, elle avait frôlé la bravoure, non? Cela méritait bien qu'on oublie un peu son insolence. D'autant plus qu'elle faisait l'effort d'être franche. Le roi pouvait-il se vanter de n'avoir que des sujets honnêtes?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Sam 3 Mai 2008 - 22:34

Transie de froid, Laufey avançait d'un pas plus lourd qu'à l'accoutumée, sur les terres des druides. Elle avait marché sous la pluie, ne pouvait même pas se laisser à rêver à un vol entre les arbres. Car eut-elle fait apparaître ses ailes, qu'elles auraient aussitôt été alourdies et humides et inutilisables. Au lieu de cela, elle s'était contentée de courir portée par le vent, se glissant entre les arbres avec l'habileté d'un fin courant d'air.
Mais à la fin de l'averse, le vent était tombé. Brusquement, implacablement. Les feuilles comme autant de drapeaux en berne, n'avait plus que Hvísl Laufblaðanna comme porte-parole. Nul mouvement ne les agitait plus. Les pas de l'elfe se faisait plus lourds, plus maladroits sans l'appui de son élément.
Avançant mal à l'aise, attentive au silence que seul brisait les gouttes d'eau, tombant sur le sol comme autant de bâtiments en ruine.

Quand enfin elle croisa une âme, ce fut une sorte de gros lynx, et le regard intelligent de la bête l'étonna. Non pas que les animaux des bois soient empreints d'une quelconque stupidité, mais leurs expressions paraissent souvent inintelligibles aux êtres doués de parole. Il lui fallut quelques instants pour réaliser que ce devait être là un druide sous sa forme animale. Intriguée, elle le suivit de loin en loin, et se retrouva aux portes d'un temple.

Assemblée là se tenaient de nombreux druides, dont certains sous forme animale. Et dans le même recueillement respectueux, se rassemblaient de véritables animaux. Surprise, Laufey se demanda s'il n'y avait pas là quelque enchantement qui attirait là les êtres de ces terres. Car elle ne savait même pas ce qu'elle faisait là. L'un d'eux parla, et elle s'inclina respectueusement au nom de la reine des druides. Elle dévisagea les êtres qui l'entouraient et se sentie mal à l'aise, entourée par ces êtres si différents d'elle. Mais tous étaient accablés par leur chagrin, et ne prêtait pas la moindre attention à l'elfe.

Elle fut davantage surprise de la réaction que provoqua l'intervention d'une druide que de l'intervention en elle-même, quoi de plus naturel que d'exprimer sa peine et d'enjoindre aux esprits de garder une image plus fidèle de l'être regretté? Manifestement, les druides n'étaient pas de cet avis, et elle nota mentalement d'éviter de leur adresser la parole, si la situation ne l'exigeait pas expressément.

Ayant renoncé à se cacher, elle s'avança doucement, se frayant un passage entre les druides, les bêtes et les druides et bêtes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Ven 9 Mai 2008 - 15:34

Le jeune Monarque eut un léger sourire: Elyon avait cette légère imprudence et ce ton impétueux qu'il ne pourrait plus jamais avoir. Les responsabilités, en ces futurs temps troubles, allaient afflué et prendrepeu à peu l'énergie et la jeunesse du Roi. Mais telle avait été sa décision, il en connaissait les nombreuses conséquences.
Il venait d'inviter la Druide à une entrevue durant laquelle le Roi aurait abordé brièvement l'avenir de cette dernière au sein des temps funestes annoncés. Alors qu'il était prêt à partir et à montrer le chemin, un conseiller l'arrêta, lui expliquant que la cérémonie de couronnement allait avoir lieu dans quelques heures et que le temps de l'entrevue, l'aller et le retour seraient bien trop long. Le jeune Roi sourit...
D'un ton à la fois calme et autoritaire.


« Vous avez raison. Je ne puis décevoir le peuple, surtout qu'il vienne de perdre la Reine. Leur Reine. »

Mais sa parole était d'or. Il voulait parler avec Elyon, surtout pour rester sur Terre, se rappeler le bonheur de ne se soucier de personne. Il remarqua que cette dernière s'était mise en retrait. Il se retourna donc vers ses conseillers.

« Je serais de retour dans une heure, au grand maximum. Voyez avec les prêtres lorsque nous pourrons commencer. En attendant, je vais avec cette jeune Druide. Nous avons à parler, seuls. Si problème il y a, je ne serais pas loin. »

Le neveu de Faldora avait parlé, et ses mots n'avaient pas pour vocation d'être débattus. Ainsi, Galdor s'avança vers la Druide et ses conseillers restèrent derrière.


« Nous allons nous éloigner, voulez-vous. »


Et sans attendre de réponse, il fit marche, s'éloignant de la cérémonie. La marche commença silencieusement, le temps de passer les derniers Druides. Galdor était désormais à la merci de la moindre personne voulant tenter de l'assassiner -bien que ce ne serait pas chose aisée-. Il était désormais détenteur du Tandil, ce qui amélioré ses capacités de combat à travers son pouvoir de changer de formes. Sans se retourner pour voir si la jeune druide était encore là, il dit d'une voix calme.

« Vous devez savoir que de récents évènements vont perturbés nos terres du Nord. Quelle est votre position? »

Il n'était pas passé par quatre chemins. Il fallait faire vite. Recruter des guerriers ou toute personne pouvant servir était à faire.

[HJ: désolé du temps de réponse et en plus c'est court ^^"
J'ai pris un peu (trop?) d'initiative dans ce poste rp, j'en suis conscient, mais j'essaie de faire en sorte que ce rp soit clos avant la fin du temps imparti. Si tu veux que je modifie des choses, n'hésite pas ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Sam 17 Mai 2008 - 19:24

[Aucun problème, un peu d'esprit d'initiative est toujours le bienvenu! =)]


Elyon qui s'apprêtait à partir s'arrêta brusquement quand l'un de ses conseillers parla au monarque. En temps normal, elle aurait pris un peu d'avance, laissant à son interlocuteur le soin de la rattraper. Mais ce n'était pas tous les jours que l'on parlait à un monarque. La jeune fille le laissa parler, ce court laps de temps lui permettait de remettre de l'ordre dans ses pensées. Si elle avait déjà été engagée dans l'armée humaine, elle aurait eu la possibilité d'approcher le roi pour plus tard l'éliminer. Le genre de travail qui rapporte pas mal d'argent. Quoique fort étrangement, la perspective de servir le Seigneur Nordique la tentait un peu moins désormais. Elle n'était pas décidée à rejoindre la résistance, l'idée de rallier ce groupe de fanatiques la tentait peu. Mais trahir son peuple lui semblait brusquement le pire affront qu'elle puisse faire à son propre honneur. Jusque là, elle s'était peu souciée de son avenir. Du moment qu'elle n'était plus séparée de sa soeur, tout irait bien. Et si en plus elle pouvait acquérir assez d'argent pour se retirer quand elle sentirait ses forces faiblir afin d'éviter de mourrir trop jeune, ce ne serait pas trop mal.

Sauf que face à ce jeune monarque plein d'espoir, elle hésitait un peu. Le détenteur du Tendil semblait bien jeune pour le rôle de sa défunte tante. Il ne paraissait pas fragile, juste expérimenté. Et en temps de guerre, l'expérience était une carte comme une autre qu'il fallait avoir dans son jeu. En dépit de l'assurance dont il faisait preuve en répondant à ses conseillers inquiets qu'il ne pouvait décevoir le peuple, il n'était pas rôdé à sa nouvelle fonction. De même que les autres monarques qui prenaient la succession de leurs parents tombés trop tôt. La princesse Calafas que l'on décrivait comme vaillante avait-elle le cran de mener son peuple? Et le souverrain des ombres, brillant tacticien de réputation serait-il à la hauteur des attentes. La réponse semblait évidente aux yeux d'Avengeline. Non. Le souverrain nordique avait eu raison de presser les choses, il ne s'opposait qu'à de jeunes monarques encore expérimentés et pourrait habilement manipuler ceux qui se trouveraient sous ses ordres.

Mais lorsque l'actuel Seigneur Nordique tomberait de son piédestal, la jeune druide devrait songer à revoir sa stratégie. Ce qui ne lui plaisait guère. Les humains seraient un peuple encore plus méprisé si Ardiosys Bennefoy perdait la guerre, de même que ses soldats. Eva et elle auraient-elles une chance de retourner dans leur peuple? Car bien évidemment, Elyon pensait à sa soeur jumelle. Un changement d'identité ne les protégèrait pas de ce qu'elles avaient vécu. Et le pire restait à venir. Bien évidemment, la druide dont l'animal totem était le félin ne put songer à rallier l'armée de son peuple de naissance. Mais les druides n'étaient rien pour elles. Elles avaient grandi dans un pays qui n'était pas le leur et le patriotisme n'existait pas au nom de l'aînée Addwyn, puisqu'elle prenait les décisions la question de rejoindre Galdor Fenril ne se posait guère. Dans l'armée humaine, on apprécierait leurs dons naturels, leur race serait un avantage. Le monarque la tira de ses pensées en s'adressant de nouveau à elle.

-Heu... Oui, naturellement.

Elle aurait du être plus vigilante. Mais comment se concentrer sur ce qui l'entourait quand elle s'apprêtait à trahir son peuple d'origine et par la même occasion son interlocuteur? Elle pourrait faire passer cela pour de la tristesse aux yeux de quiconque. Le seul regard critique était le sien, et elle se reprochait cette négligence. Sans plus parler, elle suivit docilement le monarque. Un comportement qui ne lui ressemblait guère, mais malgré le fait qu'il ne connaisse son identité, Galdor Fenril restait en position de force.

Elyon ne s'était pas attendue à ce qu'il soit aussi direct. Mais elle appréciait cette franchise. Le monarque posait la question s'en s'embarasser de respecter ou non le protocole. Deux conclusions à tirer de ce revirement. Soit il n'avait aucune expérience et accordait un peu trop facilement sa confiance, soit il devait absolument recruter des soldats. Dans les deux cas, Elyon y trouvait son compte. Puisqu'il s'était montré si franc, elle voulut en faire de même. Mais elle hésita un peu. Dire franchement à une tête courronnée que vous alliez la trahir n'était en rien stratégique. D'un autre côté, elle se devait de se montrer aussi franche.

-Je me range du côté du pouvoir et puisqu'il a pris l'initiative d'attaquer, le Seigneur Nordique doit être le mieux à même de livrer une guerre. Mais je ne partages en rien ses opinions politiques. Je comptes m'engager dans l'armée humaine, de même que ma soeur jusqu'à trouver mieux. le trahir nous serait égal, mais nous ne le ferions qu'en étant sûres de trouver mieux ailleurs. Votre statut royal, pardonnez moins mon impudence, vous mets à l'abri de tout dilemne de conscience. Votre seule décision et de rallier ou non la résistance. Le commun des mortels, dont nous faisons partie ma jumelle et moi, doit affronter ce choix et choisir le peuple sous lequel il combattra. Tant qu'Ardiosys Bennefoy conserva sa puissance, nous combattrons sous ses couleurs. En temps de guerre, la loyauté s'achète.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Sam 24 Mai 2008 - 14:11

[ HJ: réponds si tu le sens, mais comme on doit finir dans une semaine, je préfère "faire vite" Wink ]

Incompétence? Jeunesse? Folie? Tant de termes pourraient qualifier l'acte présent du jeune Druide mais il savait ce qu'il faisait, enfin il le pensait. Certes, peut-être ne faisait-il pas preuve de la meilleure stratégie d'approche, peut-être même allait-il être assassiné à l'instant même où il ouvrirait de nouveau la bouche mais, au fond, qu'importait. Une seule et unique chose comptait pour lui: montrer au peuple qu'il était quoi qu'il arrive prêt d'eux. Il se devait aussi de reconnaître les talents d'aujourd'hui qui, demain, sauveront le Peuple. Mais, aux dires de la jeune femme, Galdor se rendit compte qu'elle ne serait pas de ceux et celles qui se battront pour le peuple de la nature et pour la préservation des siens. Bien qu'un sentiment de regret et d'amertume monta en Galdor, accompagnant le fil des paroles d'Elyon, il ne pouvait lui en vouloir. Choisir la force était le seul moyen pour les gens de préserver leur vie et celles de ceux qu'ils aiment. Mais, malgré cette certaine tolérance, quelque chose choquait le Monarque. Quelque chose d'extérieur aux fondements de cette guerre et des temps sombres présagés. Comment pouvait-elle dire que c'était facile pour lui?

Les deux Druides étaient en pleine nature. Nature en deuil, la perte de Faldora était pour tous un immense chagrin. Mais ce chagrin devait s'enfuir au plus profond de chacun de Druides pour mener à bien une quête, celle de la sauvegarde du peuple Druide, celle de l'insoumission. Galdor voulait qu'Elyon quel poids reposait sur ses épaules -qui sont avouons-le celles d'un tout jeune Monarque-. Le futur Roi s'abaissa pour venir tâter les herbes dans lesquelles tous deux s'étaient fourrés. C'est alors qu'après Elyon il prit la parole.


“Voyez-vous, là où vous pensez que le dilemme est absent, il est bien plus présent.
Même si on oublie l'Histoire, même si on oublie la honte qu'un Monarque peut provoqué à toute sa lignée, que pensez-vous sincèrement qu'il peut vivre en sachant qu'il a soumis son peuple, qu'il a contribué à sa perte?
Le Dilemme de conscience est bien là: causer la perte ou la sauvegarde de son peuple. Le couvrir de honte, ou en faire un martyr.”


Le ton avait été sec, sans appel. Il n'appelait pas à la réponse, bien que la jeune femme pouvait braver le statut royal du jeune détenteur de Tandil. Et, sans un bruit, il se retourna. Elle pouvait le tuer, il était à sa merci. Mais, était-ce un choix stratégique pour la jeune Druide, que de tuer un Monarque en ses terres? Surtout qu'elle ne connaissait pas la position de Galdor quant aux événements.
Il commença à prendre la direction de la cérémonie. Ce fut bref, certes, mais il avait les réponses à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Lun 26 Mai 2008 - 22:15

[HJ : désolé pour cette incrustation de dernière minute...]

La curiosité étant l'apanage des déments et des êtres ailés de petite taille, Laufey s'était faufilée à la suite du monarque et de la jeune druide, aussi silencieuse qu'une brise légère, se glissant dans un silence de tombeau.

Epiant leurs conversations, leurs propos trouvèrent un écho douloureux dans son coeur meurtri. Comment eux, gardiens des bois et de la vie, pouvaient-ils parler de guerre en un jour si douloureux? Faire couler le sang, de nouveau, était-ce là leur réponse aux lamentations des bois?
Une rage sourde et posée s'empara de Laufey, et si sa nature avait été toute autre, elle se serait jetée sur eux pour les rouer de coups.
Sa colère était celle des éléments déchaînés. Qui n'aspire pas à la violence, et jamais elle ne les apaise. Toujours revient la tempête. Elle ne veut pas tuer, mais toujours mugit le vent et fracasse les arbres, toujours engloutissent les torrents implacables.
Mais Laufey avait encore conscience d'être, le vent n'était qu'un murmure s'engageant sur sa voie, un frémissement sous ses pas, et bien vite sa peine reprit le dessus sur sa colère.

Ainsi le druide ne savait pas ce qu'il allait faire? Le nom du seigneur des hommes sonnait vaguement familier à ses oreilles. Elle avait du l'entendre prononcer. Il était associé à cela, elle le savait. Il méritait un sort pire que la mort. Car personne ne méritait de se salir les mains pour lui.

°Ne pouvez-vous simplement vivre de ce que vous avez?°

Et au moment où Laufey formulait mentalement sa question muette, Galdor se retourna, et elle croisa son regard.
Elle se maudit aussitôt pour son imprudence, et pour n'avoir pas pensé à faire réapparaître ses ailes. Il lui était toujours plus aisé de voler que de courrir, comme si ses pieds n'avaient pas été prévus à cet effet.
Quoi qu'il en soit la fuite restait la meilleure solution.

Sans attendre que la surprise ne s'effaçe du visage du nouveau roi, elle détala, plus vite qu'une bête traquée, laissant dans son sillage une simple brise légère, les feuilles et les branches intactes se refusant à révéler le chemin qu'elle avait emprunté.


Dernière édition par Hvísl Laufblaðanna le Jeu 29 Mai 2008 - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   Jeu 29 Mai 2008 - 17:03

[Désolé, je ne pourrai pas répondre avec samedi qui est le jour du changement. Je n'avais pas prévu de faire du rp avant le changement, en fait. Donc, si tu veux, tu peux jouer mon personnage: genre je te remarque mais ne fais rien. Par contre, je ne t'attaque pas.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Annonce sur la porte du Temple de Mani   

Revenir en haut Aller en bas
 

Annonce sur la porte du Temple de Mani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» La Porte fractionnée....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prophétie Nordique  :: Chapitre 1-